Version classiqueVersion mobile

La place des femmes dans la cité

 | 
Geneviève Dermenjian
, 
Jacques Guilhaumou
, 
Karine Lambert

Circulation de la puissance d’agir féminine entre espace domestique et place publique

Le rôle des mères dans la construction du sujet social au Moyen Âge. Société, structures de pouvoir et rapport de parenté

Laure Verdon

Texte intégral

  • * Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, A (...)

Il ne suffit pas d’observer et de comprendre les multiples manières dont l’homme parvient à s’adapter à toutes les situations possibles qu’il a inventées, ou qui lui sont imposées. L’homme n’est pas seulement un être qui s’adapte, il est un être qui s’invente. C’est un être qui ne peut pas vivre en société sans se donner ou recevoir dès sa naissance la capacité de produire de la société pour vivre*.

  • 1 Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard, 2004, Chapitre vi « Les fonctions de (...)
  • 2 Ibid., p. 246.
  • 3 L’idée selon laquelle une société peut être fondée sur le système de parenté a été récemment remise (...)
  • 4 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés…, p. 190.

1L’analyse anthropologique des systèmes de parenté repose sur l’étude des liens qui se tissent entre trois termes pour former la parentèle et conférer aux individus leur position en son sein : le rapport de parenté, en premier lieu, c’est-à-dire le lien d’alliance ou de filiation, les formes de pouvoir et d’autorité permises par ce rapport ensuite, enfin les composantes de l’identité sociale et sexuée transmises par ce même rapport1. Si les correspondances entre ces trois termes ne sont jamais mécaniques2, elles forment cependant un système propre à une société ou une époque donnée. Bien que les structures de parenté ne soient pas, toujours ni forcément, l’exact reflet des constructions politiques qui sous-tendent la société3, le rôle des liens noués entre parents et enfant est reconnu par les anthropologues comme fondateur dans l’émergence du sujet social, c’est-à-dire des capacités que va acquérir un individu à « s’adapter à un ordre social qui a précédé sa naissance et qui doit s’imprimer en lui pour qu’il vive4. »

  • 5 Geneviève Bührer-Thierry, Les sociétés en Europe du milieu du vie à la fin du ixe siècle. Enjeux hi (...)
  • 6 Sur ce thème de la morale sexuelle comme facteur d’ordre, qu’il me soit permis de renvoyer à : Laur (...)
  • 7 L’expression est employée dans Claude Lévi-strauss, Anthropologie structurale, Paris, 1958, p. 62-6 (...)

2L’adoption des outils et méthodes de l’anthropologie a, ainsi, conduit les médiévistes dans un premier temps à une révision complète des modes de composition et de fonctionnement de la société du haut Moyen Âge occidental. En particulier, le système de l’alliance et les réseaux qu’il engendre, interprété comme un échange de femmes et de biens, a été mis en exergue, conférant aux femmes un rôle particulier en termes de transmission du nom, du pouvoir et des biens. Le mariage est apparu ainsi comme « le pivot autour duquel s’articule l’échange social, la femme étant à la fois un gage de paix et la force créatrice des liens qui se perpétuent au travers de la descendance5 ». À l’intérieur de ce cadre, le statut juridique de la femme est déterminé par son intégration au système de parenté : elle est identifiée comme « fille de » puis « épouse de », se voit attribué le rôle de gardienne de la morale sexuelle conjugale sur laquelle repose l’ordre public et même cosmique6, et se retrouve soumise au pouvoir du détenteur, toujours masculin, de l’autorité familiale. Cependant, son statut social quant à lui repose, dès ces hautes époques, pour une large part sur le « système des attitudes7 » attaché notamment à la mère et qui la désigne comme telle. Celui-ci contribue à souligner le rôle de transmission qui lui incombe.

  • 8 Pour le Midi, et notamment la Provence, l’article pionnier de Martin Aurell a ouvert la voie : « La (...)
  • 9 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés…, p. 187.

3À partir du ixe siècle, on assisterait en Occident à un bouleversement important des structures de parenté par le passage d’un type de famille dit « large » à une structure plus hiérarchisée, privilégiant les liens verticaux agnatiques. Ainsi serait né le lignage fonctionnant sur le principe de la transmission patrilinéaire des biens, du nom et du pouvoir. Les historiens ont mis en rapport ces changements apparents opérés au sein des parentèles avec l’évolution de la place des femmes dans la société, et ont voulu y lire une progressive dégradation du statut juridique et économique des femmes, une réelle perte de pouvoir dont les prémisses peuvent se voir dans l’effacement des figures féminines au sein des lignages8. En termes anthropologiques, les rapports économiques, liés à la transmission des biens, et politiques, fondés sur la capacité permise par cette transmission à exercer le pouvoir, se seraient ainsi transformés en attributs du rapport de parenté9. La domination masculine se serait alors perpétuée par la parenté et l’inégalité entre les sexes, encouragée par la vision peu amène produite par les discours cléricaux sur la nature féminine, enracinée dans les structures des lignages. Cependant, et de façon paradoxale, l’iconographie mariale qui se développe à partir du xiie siècle offre des exemples de plus en plus abondants de l’existence d’un lien affectif ostensible entre les mères et leurs enfants, perçu et montré comme une attache privilégiée, un amour maternel dont l’existence ne peut être prouvée, pas plus que mise en doute, qui vient contredire l’impression laissée par les sources de la pratique de la prédominance du père dans la construction du sujet social. Assisterait-on à un repli sur la sphère domestique privée du rôle maternel ?

  • 10 À l’heure actuelle, on tend à mettre l’accent sur les contours du statut juridique des femmes au mi (...)

4C’est, en tout cas, dans ce champ précis de l’articulation entre structures familiales et rôle social attribué aux femmes que les recherches les plus récentes mettent en évidence la nécessité urgente d’une relecture des sources10. Cet article voudrait ainsi faire le bilan provisoire des études menées sur ce thème et proposer quelques pistes de réflexion à même de mieux appréhender le rôle attribué aux mères dans la société médiévale.

Les figures de mères au haut Moyen Âge

  • 11 Vita Columbani abbatis discipulorumque, édition Krusch, MGH, SSRM, Hanovre, 1905.

5Dès le très haut Moyen Âge, les textes hagiographiques attribuent à la mère une place spécifique dans le processus de construction du sujet social. Ainsi en va-t-il, entre autres exemples, de la Vie de Saint Colomban, un texte rédigé dans les années 640, soit peu de temps après la mort du saint, par le moine Jonas de Bobbio11. Caractéristique des vies de saints mérovingiens (ve-viie siècle) dont les actes furent généralement couchés par écrit à l’époque carolingienne, le texte relatif à Colomban émane, qui plus est, de l’un des compagnons de ce personnage et fut rédigé à Bobbio, l’une des principales fondations colombaniennes, également lieu de décès du saint. L’objectif était de permettre une large diffusion des principes du monachisme instauré par Colomban, très ascétique et fondé sur l’idéal de la mission, à travers l’exaltation du personnage et de ses vertus. Le texte souligne notamment la force par laquelle s’exprime l’attachement de la mère de Colomban envers son fils. Les termes latins employés dans le texte original de la Vita sont, en effet, très précis et significatifs : elle est « accablée de douleur », se « répand en lamentations », « demeure prostrée sur le sol ».

  • 12 Norbert Élias, La civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1973 (rééd.). Les médiévistes spécial (...)
  • 13 Maurice Godelier évoque précisément la nécessaire résolution du complexe d’Œdipe pour qu’émerge le (...)
  • 14 Colomban est issu d’une famille de l’aristocratie irlandaise.
  • 15 Selon l’évangile apocryphe de Jacques.

6On peut interpréter ces éléments de plusieurs façons. En premier lieu, loin de caractériser un état émotionnel qui s’exprimerait de manière plus frustre et moins contrôlée qu’à l’époque moderne, comme le pensait le sociologue Norbert Élias12, on peut souligner que la figure maternelle répond ici à un schéma narratif que l’on retrouve dans d’autres Vitae de saints colombaniens. Le désir exprimé par la mère de retenir son fils, son attachement à lui, s’expriment sur le mode de la passion, de l’émotion, car c’est la seule force qui soit susceptible d’affaiblir la vigueur de la foi du saint ; c’est, de fait, la première tentation à laquelle il va devoir résister13. Car l’on a affaire, de toute évidence, à un topos. En second lieu, l’arrachement au milieu familial, symbolisé doublement par le franchissement du seuil de la porte et l’enjambement du corps de la mère, constitue une véritable épreuve, la première sur le chemin qui mène à la sainteté. Renoncer à sa famille, et au-delà à son milieu social14, c’est se conformer au modèle christique, comme l’indique la référence à l’Évangile de Matthieu ; Jésus lui-même, à la fin de sa vie, n’a-t-il pas rejeté sa propre mère en prétextant que sa seule famille était constituée de ses disciples15 ? C’est aussi faire preuve véritablement de sa vocation en renonçant à son milieu et aux codes sociaux qu’il engendre. Les moines colombaniens, à l’image de Colomban lui-même, sont issus de familles de l’aristocratie ; leur vocation intervient au moment où ils pourraient s’établir par le mariage et intégrer les réseaux de leur parentèle.

  • 16 Dhuoda, Manuel pour mon fils, édition et traduction Pierre Riché, Sources chrétiennes, Paris, 1991.
  • 17 Si les structures familiales ne représentent sans doute pas le fondement de la société, on peut néa (...)

7L’œuvre didactique de Dhuoda16, rédigée vers 841, relève d’un autre genre littéraire. Il s’agit d’un miroir, sorte de manuel au sens propre du terme – que l’on peut tenir dans la main et avoir près de soi –, destiné à l’éducation de son fils aîné Guillaume. Dhuoda est l’épouse du marquis Bernard de Septimanie (Languedoc), un proche du souverain carolingien Louis le Pieux, fils de Charlemagne. À l’époque de la rédaction de cet ouvrage, cas unique d’écrit féminin conservé pour la société carolingienne, Guillaume est âgé de 16 ans ; il a suivi son père en Aquitaine et se trouve donc loin de sa mère qui lui adresse ce Liber manualis pour achever son éducation qu’elle juge incomplète. Pour ce faire, elle s’inspire très vraisemblablement d’un modèle prestigieux, celui fourni par les lettres adressées à Didier, évêque de Cahors au début du viie siècle, par sa mère. Elle exprime sans ambages un véritable attachement affectif pour son fils, « fils aîné très désiré », mais fait également, et peut-être surtout, œuvre politique. Ce miroir est, en effet, un véritable traité d’éducation d’un jeune prince destiné à succéder un jour à son père à la tête de vastes territoires et donc d’incarner les valeurs et les vertus de la très haute aristocratie carolingienne. Le texte dévoile ce programme qui repose sur deux points : d’une part, la mère encourage son fils à respecter et à obéir à son père en tant que « seigneur », selon la conception médiévale de la fides (foi et fidélité) qui, nouée entre père et fils doit servir de modèle au type de relation devant exister entre le souverain et l’aristocratie17. Les valeurs de la famille sont au fondement même du système politique carolingien, même si elles seront mises à mal par les successeurs de Louis le Pieux dès les années 840. D’autre part, Dhuoda encourage son fils à respecter les principes qui constituent le socle de la famille, ceux qui définissent la memoria familiale dont les femmes sont en charge. Elle dresse ainsi la liste des parents pour lesquels il convient de prier en priorité ; on relève, dans l’ordre d’importance, l’oncle paternel, qui peut éventuellement se substituer au père en tant que « seigneur » de Guillaume, six autres membres issus de la lignée paternelle, enfin deux membres de la branche maternelle. Dhuoda apparaît, de la sorte, comme une figure maternelle parfaitement intégrée à la lignée de son époux, aux yeux de laquelle le souvenir des beaux-parents et beaux-frères prime sur la commémoration des défunts de sa propre parentèle qu’elle a, du reste, quittée encore adolescente. En cela, elle annonce ce que seront, dès le ixe siècle dans ces hautes sphères de l’aristocratie, les structures lignagères. Elle symbolise également, par le rôle d’éducatrice de ses enfants, la place primordiale accordé au rôle maternel dans cette société et ce groupe social.

La puissance et le nom

  • 18 Guibert de Nogent, Autobiographie, édition et traduction par E.-R. Labande, Paris, Les Belles Lettr (...)
  • 19 Voir sur ce thème en dernier lieu : Pierre Toubert, L’Europe dans sa première croissance. De Charle (...)

8Les termes affectueux exprimés par Dhuoda à l’égard de son fils Guillaume, que l’on pourrait tout aussi bien trouver sous la plume de la mère de Didier de Cahors, au viie siècle, ou dans les paroles attribuées par Guibert de Nogent à sa génitrice, au début du xiie siècle18, peuvent témoigner de l’existence d’une réelle affection entre mères et enfants. Ils traduisent cependant également le rôle social dévolu à la femme : celui d’enfanter, de préférence un fils, au sens propre du terme « très désiré ». Les souverains et grands aristocrates n’hésitent d’ailleurs pas à répudier, voire éliminer physiquement, les épouses qui ne leur donnent pas de descendance, comme le montre l’affaire du « divorce » de Lothaire d’avec son épouse légitime Teutberge, en 855, et ce malgré les efforts déployés par l’Église pour contrôler les pratiques matrimoniales à partir du ixe siècle19. Celles qui renoncent au mariage, et par là à la maternité, se trouvent marginalisées, par l’entrée au couvent le plus souvent. Les récits hagiographiques concernant les femmes ont même fini par faire de ce thème un topos, celui de l’entrée au monastère comme un moyen de fuir le mariage et ses obligations.

  • 20 En termes anthropologiques, il s’agit d’une structure qui repose sur la descendance indifférenciée, (...)
  • 21 « Une parentèle n’est pas un groupe de descendance, tel un lignage ou un clan, mais un ensemble de (...)
  • 22 Jean-Pierre Poly, Le chemin des amours barbares, Paris, Fayard, 2003, et Idem, « L’amour et la cité (...)
  • 23 Régine Le Jan, Famille et pouvoir…, p. 179-224.

9Durant le haut Moyen Âge, et jusqu’au xie siècle, les structures de parenté prédominantes en Occident sont de type cognatique20, c’est-à-dire font, en théorie, une part égale aux lignes paternelle et maternelle en ce qui concerne l’appartenance au groupe et la transmission des biens et des droits. La parentèle21 définie dans les codes de lois germaniques des vie-viie siècles est, en effet, bilatérale et indifférenciée, ce qui fait de la femme, par le mariage, un pivot des alliances entre deux groupes de parenté et le vecteur de la transmission des droits et des valeurs de la parentèle. En outre, ce principe se trouve renforcé par l’idée selon laquelle l’union matrimoniale réalise le mélange de deux fluides primordiaux, issus des deux lignées masculine et féminine, qui apportent à la famille force, prestige et puissance22. Ce caractère se perçoit notamment à travers l’onomastique qui, fondée sur l’usage d’un seul nom par individu, définit l’appartenance au groupe. les parents puisent, ainsi, à la fois dans les stocks anthroponymiques paternels et maternels pour nommer leurs enfants, ce qui rend durant le très haut Moyen Âge, c’est-à-dire avant que le principe de transmettre des noms entiers ne se fixe, les possibilités quasi infinies23.

  • 24 Cartulaire de l’abbaye de Cysoing et de ses dépendances, édition I. de Coussemaeker, Lille, 1886, n (...)

10Ceci ne veut, pour autant, pas dire que les lignées paternelle et maternelle revêtent en toute occasion une égale importance. Très tôt, dans les familles souveraines et de la haute aristocratie se dégagent des tendances patrilinéaires. Ainsi, dans le royaume des Francs, au viiie siècle, 50 % des enfants sont nommés d’après la famille paternelle et 16 % d’après la ligne maternelle. Les analyses que permettent certaines sources exceptionnelles, tel le testament de l’aristocrate Évrard de Frioul24, daté du milieu du ixe siècle, permettent d’avancer quelques remarques. D’une part, on constate encore à cette époque un relatif équilibre, dans l’attribution onomastique, entre les deux lignées paternelle et maternelle ; cependant, sur les cinq noms issus de la branche paternelle d’Évrard, quatre sont donnés à des fils et le cinquième à l’aînée des filles. D’autre part, les noms puisés dans le stock anthroponymique maternel ne correspondent pas à ceux des ancêtres masculins de la mère d’Évrard, car Gisèle, issue de la famille carolingienne ne pouvait transmettre les noms royaux portés par son père et ses frères, ceux-ci étant réservés à la ligne masculine directe.

  • 25 Les modes d’héritage constituent, avec la transmission des biens immatériels, des valeurs et des de (...)
  • 26 Régine Le Jan est revenue récemment sur cette question pour livrer une interprétation légèrement di (...)
  • 27 Voir sur ce thème : François Bougard, Laurent Feller, Régine Le Jan, dir., Dots et douaires dans le (...)

11Cette tendance à privilégier les hommes se retrouve dans les modes de dévolution du patrimoine25. Si le principe est, là aussi, assez égalitaire en théorie, les alleux devant être partagés entre tous les enfants, en pratique les filles sont, semble-t-il, moins considérées que les garçons et écartées de l’héritage des honores, c’est-à-dire des terres sur lesquelles s’exerce un pouvoir26. C’est le cas, dès le viiie siècle, de la Loi des Thuringiens, ou encore de celle des Francs Saliens. Pour autant, les femmes de la parentèle ne sont pas négligées : d’une part, les sœurs et la mère du défunt peuvent hériter de ses biens meubles, d’autre part, il existe un courant de transmission des biens de la mère à ses enfants qui peut porter sur des terres. Il s’agit de ce que les anthropologues, et à leur suite les historiens, ont nommé le « douaire27 ». Durant le haut Moyen Âge, il est composé de trois éléments : le « prix nuptial », qui correspond au prix d’achat de l’autorité exercée sur la femme par le fiancé au père de la promise. Il comprend généralement une somme d’argent dont une partie sert à acheter les parures de la fiancée. La dos, ou dotalicium, est la concession faite par le fiancé, devant témoins, venant confirmer l’engagement pris par les deux parentèles. Elle est constituée de biens fonciers (domaines, voire comtés), d’esclaves destinés à les mettre en valeur et d’objets domestiques. Enfin, le « don du matin », ou morgengab, est le prix de la virginité, acquittable au lendemain des noces. Il est constitué d’objets mobiliers qui placent la femme, de manière symbolique, à la tête de son nouveau foyer. Durant le mariage, la propriété du douaire revient théoriquement à la femme, en pratique cependant la gestion de ces biens est entre les mains du mari. L’héritage revient exclusivement aux enfants, même en cas de remariage de la veuve, qui n’en conservera alors que l’usufruit sa vie durant. En cas de veuvage sans remariage, la femme dispose d’un quart du douaire en pleine propriété, ce qui peut entraîner une situation de conflit avec ses enfants et de multiples pressions afin qu’elle cède ses biens à l’Église. À sa mort, le douaire est divisé entre ses parents et ceux de son mari en l’absence d’enfant. Le douaire est donc, en termes juridiques, conçu comme une sorte d’assurance survie de la veuve, et peut constituer une source de revenus et de pouvoir.

  • 28 Régine Le Jan, Femmes, pouvoir…, p. 30-38.

12Le rôle social des mères du haut Moyen Âge repose, ainsi, en premier lieu sur le principe de transmission des valeurs et des biens de la parentèle. Il se traduit également par l’exercice d’un pouvoir véritable au moment du veuvage, par le biais d’un droit de tutelle sur les enfants encore mineurs. Quelques exemples célèbres des ixe et xe siècles peuvent illustrer ce propos, dont celui de Gerberge, sœur de l’empereur Otton ier et épouse du souverain carolingien Louis iv d’Outremer28. Devenue veuve en 959, elle poursuit la politique menée par son mari auprès de son fils Lothaire, le conseillant et intervenant à son côté dans les affaires tant extérieures qu’intérieures. Le chroniqueur Flodoard loue son action en tant qu’« épouse et mère de roi », une action qui vise également à préserver les intérêts de sa propre parentèle par laquelle elle se définit tout autant.

Le temps du père ?

  • 29 Les études menées par Georges Duby sur les généalogies aristocratiques des xiie-xiiie siècles ont m (...)

13L’exemple de Gerberge, trait d’union symbolique entre deux parentèles tout aussi prestigieuses l’une que l’autre et dépositaire, par là, des ambitions politiques de l’une comme de l’autre, illustre encore bien ce que peut être la place des femmes au sein des familles de l’aristocratie du xe siècle. Pourtant, les historiens ont depuis longtemps constaté un progressif effacement, par la suite, des figures féminines au sein des lignages29, à quelques rares exceptions près, tel le cas de Blanche de Castille sur lequel nous reviendrons. La faute en reviendrait à l’évolution des structures de parenté qui, dès le xie siècle pour les familles de la haute aristocratie, puis dans le courant du xie siècle pour les autres, auraient engendré la mise en place des lignages. Le lignage se définit comme une structure de parenté de type agnatique, privilégiant la transmission des biens et des droits en ligne masculine directe, au détriment des femmes et des collatéraux. La place des femmes, et plus spécifiquement des mères, dans ce système de parenté n’est cependant pas mineure, au moins jusqu’à la fin du xiie siècle. Les liens matrimoniaux demeurent majoritairement de type hypergamique, ce qui renforce le rôle de la mère dans la transmission de la noblesse, par exemple, et explique que le stock anthroponymique issu de la lignée maternelle soit toujours très usité pour nommer les cadets et les filles. C’est également un type de parenté qui repose sur la cellule conjugale, donnant à la mère le rôle de matrice, à tous les sens du terme, du lignage.

14Les outils anthropologiques de définition de la filiation ont permis cependant aux historiens de revenir récemment sur cette question, et de mettre en doute le caractère unilinéaire du type de famille qui prédomine en Occident à partir du xie siècle. En effet,

  • 30 Les tendances actuelles…, p. 437.

pour qu’un système de filiation puisse être considéré comme unilinéaire (patri- ou matrilinéaire), il faut que soit repérable un ensemble de règles d’exclusivité qui gouvernent les marques de la filiation et les font circuler soit par les hommes soit par les femmes ; pour pouvoir parler d’inflexion patrilinéaire, il faut qu’au moins un élément passe de père en fils ou en fille, mais non de mère en fils ou fille […]. Or aucun trait de ce type ne semble pouvoir être repéré dans l’Occident médiéval (et moderne). Tout au long de cette période, la filiation est de nature cognatique30.

15Effectivement, les sources de la pratique attestent, encore aux xiiie et xvie siècles, de courants de transmission de biens par la mère, une thématique de mieux en mieux repérée et interprétée à l’heure actuelle, sans évoquer le rôle maternel toujours primordial dans l’éducation des enfants. Le lignage, si l’on peut continuer à employer ce terme, n’est donc pas une structure qui élimine les mères du principe de filiation et, par là, du rôle fondateur dans la construction du sujet social.

16Ainsi en va-t-il des modes d’identification de la filiation, au moins jusqu’à la fin du xiie siècle. Dans les actes méridionaux de la pratique féodale, par exemple, qu’il s’agisse de serments vassaliques ou de conventions féodales qui établissent les droits et devoirs du vassal sur le fief, les deux parties sont uniquement désignées, jusque vers les années 1180, par leur filiation maternelle, un phénomène qui n’a pas manqué d’intriguer les historiens. Déjà Guillaume Catel, dans son Histoire des comtes de Tolose publiée en 1623 s’étonnait de ce que

  • 31 Cité par Hélène Débax, La féodalité languedocienne xie-xiie siècles. Serments, hommages et fiefs da (...)

c’était la coutume en ce temps là de se nommer fils de la mère et non du père comme les Romains le faisaient […] Il n’est pas fort aisé de savoir pourquoi est-ce qu’ils se disaient plutôt fils de la mère que du père, sinon que ce fut lors que leur père avait été marié plusieurs fois31.

  • 32 Ibid., p. 133.

17Une première explication, de type anthropologique, a été avancée. Elle consiste à souligner le caractère hypergamique des relations matrimoniales au sein du monde des seigneurs détenteurs de châteaux aux xie et XIIesiècles. « La référence à la mère s’inscrirait alors dans une politique de prestige, les fils préférant rappeler la haute condition de leur mère – comtale ou vicomtale – au moment des engagements32 ». Hélène Débax pointe dans sa thèse les limites de ce genre d’interprétation, tel le fait que l’hypergamie ne semble pas généralisée à l’ensemble du monde seigneurial aux xie et xiie siècles, et doute que la filiation maternelle soit liée à la volonté de se prémunir contre les prétentions d’enfants illégitimes que le père aurait pu engendrer par ailleurs. Ces textes sont en effet des serments de fidélité et non des actes d’héritage, les motivations patrimoniales ne semblent pas, pour cette raison, devoir entrer en ligne de compte. Cependant, il nous semble que l’allusion, contenue de fait dans l’énoncé d’une filiation de type maternel, au capital symbolique que transmet la mère, par l’inscription de l’individu dans une lignée, ne doit pas être sous-estimée ; du reste, cet aspect rejoint et renforce les interprétations qui accordent à la nature sacramentelle de l’acte dans lequel la filiation maternelle apparaît une importance primordiale. Selon Michel Zimmermann,

  • 33 Ibid., p. 134.

souligner la féminité de la mère, c’est renforcer l’importance du serment […] La mère qui transmet la virtu [et la noblesse] avec le sang authentifie et pérennise la fidélité, celle du vassal comme celle du seigneur […] Maternité et fidélité se rejoignent : la mère est fidèle par nature car elle est le seul parent authentique33.

18Sans doute conviendrait-il de rapporter également ce phénomène aux discours produits sur les vertus de la bonne épouse, dès le haut Moyen Âge, censée incarner pudeur, fidélité et honneur. Peut-être faut-il tout simplement considérer que jusqu’à la fin du xiie siècle ce sont ces vertus et valeurs, garantes de l’ordre social, que la femme se doit de transmettre en priorité ; l’énoncé des identités par la seule filiation maternelle se comprendrait alors par le poids encore accordé à la fidélité et ses enjeux dans la construction du lien vassalique, cependant que passé le xiie siècle ce sont les éléments matériels et patrimoniaux qui priment, ceux qui fondent désormais la noblesse et définissent les modes de la domination sociale et de la filiation, précisément ceux transmis préférentiellement par le père dans le cadre du lignage. Ainsi, la filiation paternelle peut dès lors apparaître en pleine lumière dans ces actes, et même finir par occulter l’identité maternelle, sans la faire disparaître toutefois nous semble-t-il : il y a là un jeu rhétorique d’effacement qui ne doit pas tromper, les mères ne voient pas leur rôle s’amoindrir pour autant. Il est vrai, en outre, que passée la fin du xiie siècle la force du rite du serment de fidélité se perd dans les pratiques féodales, au profit de l’acte écrit d’aveu et reconnaissance du fief.

  • 34 Il faut bien sûr rapporter ce phénomène au discours clérical produit sur la nature féminine, qui as (...)
  • 35 On a même pu déceler un courant de transmission de biens de mère à fille : Claudie Duhamel-Amado, « (...)
  • 36 Ralph E. Giesey, Le rôle méconnu de la Loi Salique. La succession royale xive-xvie siècles, Paris, (...)

19Bien que l’énoncé de la filiation soit désormais uniquement paternelle, les modalités de transmission des biens continuent à correspondre, de fait, à un système de filiation cognatique. La division sexuée de la société, voire même genrée, qui s’opère au Moyen Âge central et établit le principe de la domination des hommes sur les femmes et du masculin sur le féminin34n’affecte pas outre mesure les principes de la filiation. Car le système repose, en fait, sur le double mécanisme de la transmission préférentielle (aux garçons, ou à un héritier unique) et en ligne directe plutôt que collatérale. Ainsi, non seulement les droits des filles ne sont pas trop affectés35, mais en outre les mères continuent à transmettre à leurs enfants une part de patrimoine issue de leur propre lignée. En conséquence, si cinq titres du droit féodal, contenu dans les Libri feudorum, écartent les femmes et leurs fils de la succession aux fiefs, dans les pratiques, cependant, à partir du xiiie siècle l’héritage féminin féodal devient monnaie courante36. Dans les actes de la pratique, les exemples d’héritage, parfois de seigneuries majeures, par la branche féminine ne manquent d’ailleurs pas.

  • 37 ADBdR, B 1068, F° 1-13.
  • 38 Sur cette question, voir notamment : Eliana Magnani Soares-Christen, « Douaire, dot, héritage : la (...)
  • 39 ADBdR, B1068, F°3. Il faut ici remarquer que le cas de la succession de Boulbonne est présenté en t (...)

20Prenons un seul exemple provençal, significatif à cet égard. En Provence, les principes juridiques de transmission des biens en ligne strictement agnatique ne semble pas prédominer encore partout au début du xiiie siècle. Les parentés aristocratiques du xiiie siècle, comme celles du xie siècle, peuvent, en effet, encore se présenter sous les traits d’une fratrie, au sein de laquelle le partage des biens entre tous les enfants, garçons et filles, se fait à parts égales. C’est ce que montre, notamment, le cas de Rognonas. L’enquête menée en janvier 1264, à l’occasion de plaintes répétées déposées devant le juge et le viguier de Tarascon par Raimond d’Aurons, seigneur de ce castrum, est en effet une mine de renseignements sur cette question37. Le litige oppose, à cette date, Raimond d’Aurons, agissant pour le compte de ses deux fils, Raimond et Pierre, et de sa fille Cécilia, vraisemblablement encore mineurs, aux probi homines de Rognonas représentés par Guillaume Fabre et Pierre Cauletti, bayle comtal. L’enquête permet d’aborder, entre autres, la question de la transmission héréditaire des droits et de la place tenue par les femmes38. Le fond de l’enquête consiste, en effet, à prouver les droits des deux fils et de la fille de Raimond sur le castrum de Rognonas, droits qui leur viennent de leur mère Boulbonne. Le questionnaire que fait établir Raimond d’Aurons porte sur la légitimation de la filiation maternelle de ses enfants. L’enquête joue ici le rôle, en quelque sorte, d’un lieu de conservation de la mémoire du lignage, en l’absence apparente de testament écrit sur au moins trois générations39. Les représentants de la famille de Boulbon, dont Boulbonne porte le nom, ont au xiie siècle rang de vicomtes. On a, cependant, affaire pour la seigneurie de Rognonas à une famille alliée de ce lignage, dont le cœur du patrimoine se situe à Boulbon. La mère de Boulbonne, Cécile, ne semble pas, en effet, avoir hérité de biens de sa famille d’origine, en vertu de l’application de la règle de l’exclusion des filles dotées. Rognonas, d’après l’enquête de 1264, appartenait à son mari Gaufred Imbert, le père de Boulbonne, qui semble avoir été seule héritière.

Les formes de la reconnaissance sociale du rôle maternel

21Si les mères peuvent encore transmettre un patrimoine matériel à leurs enfants, leur rôle au sein de la dynamique de la filiation ne s’arrête pas là. L’exemple de Blanche de Castille permet d’en souligner les caractéristiques.

  • 40 Geoffroy de Beaulieu, Vita et sancta conversatio piae memoriae Ludovici quondam regis Francorum, Re (...)
  • 41 Louis viii est singulièrement peu représenté dans les biographies de son fils, et toujours muet.
  • 42 Sur ce point, voir Laure Verdon, « Les femmes et l’exercice de la potestas en Provence (xiie-xiiie  (...)
  • 43 Jacques Le Goff, Saint Louis, cahier central d’illustrations, n° 5. Blanche y apparaît dépourvue de (...)

22La biographie de Louis ix que livre en 1272-73 le dominicain Geoffroy de Beaulieu, qui fut durant une vingtaine d’années le confesseur du souverain, s’apparente par bien des aspects à une hagiographie. Le clerc répondait, en effet, de la sorte à une demande émise par le pape Grégoire IX, et livrait un libelle de 52 chapitres destiné à renseigner le souverain pontife « sur la manière dont le roi se comportait en tous et chacun de ses actes et sur la pratique des choses de la religion ». C’est précisément ce texte qui servira, à l’extrême fin du xiiie siècle, à l’ouverture du procès en canonisation du roi. On y trouve, en conséquence, un éloge appuyé de Louis IX et de ses vertus ; par l’artifice de la comparaison avec le roi biblique Josias, Geoffroy de Beaulieu se donne, en outre, les moyens de glisser, au chapitre iv, un portrait de la mère du roi, Blanche de Castille, qui se fonde sur celui de la mère de Josias citée dans l’Ancien Testament, ce qui, sans doute, donne un peu trop de relief au personnage de Blanche40. La mère de Louis IX a incontestablement joué un rôle important durant la minorité de son fils, et même au-delà, prenant en charge le gouvernement au nom de celui-ci, se substituant au père absent41 au point d’être perçue comme une véritable virago -car le pouvoir relève de la sphère de compétence masculine42 − pour permettre à son fils de devenir un homme adulte. Sans doute le rôle d’une mère, fut-elle celle d’un roi, n’est pas d’aller aussi loin, jusqu’à remplacer le père dans cette tâche. Il n’empêche, l’étonnement teinté d’admiration qu’éprouve le biographe montre clairement que la nature féminine n’est pas forcément un handicap : c’est bien son rôle de mère qui est ici loué, même s’il fut exceptionnel en raison surtout de la personnalité de son fils, mais non dans les pratiques juridiques de l’époque par lesquelles les veuves exercent la tutelle de leurs enfants mineurs. Blanche de Castille apparaît, en effet, dans ce texte comme une sorte de courroie de transmission, exerçant droits et pouvoirs non plus, comme aux époques précédentes, au nom du père, ou de l’époux, mais bien au nom du fils, ou, de manière plus appropriée, comme le fils, voire comme le père, ce que traduit la miniature de 1235 représentant ce singulier couple royal que forme Blanche et Louis IX43.

23Au-delà de la prégnance du modèle biblique, ce sont bel et bien les rapports privés, intimes en quelque sorte, de la mère et son fils qui sont ici également exposés. Cette relation y est décrite comme plus intime, plus affectueuse que dans les textes du haut Moyen Age ; contrairement à saint Colomban, Louis ix n’est pas dans une situation de défi ni d’arrachement, au contraire même, le saint doit une grande partie de ses vertus et des actions qui vont conduire à sa canonisation à sa mère, aux qualités qu’elle lui a transmises, aux valeurs qui ont sous-tendu l’éducation qu’elle lui a prodiguée, à l’influence qu’elle a pu exercer sur lui. Les conséquences de cette bonne éducation et de l’affection qu’elle a pu lui prodiguer sont ici d’autant plus grandes qu’elles lui ont permis de devenir un souverain modèle ; elles sortent, par là même, du strict cadre domestique pour conférer au sujet les atouts nécessaires à sa pleine réalisation sociale et politique. On pense ici, bien sûr, à nouveau au modèle christique et à l’iconographie mariale telle qu’elle se développe en Occident à partir du xiie siècle, notamment à la thématique de la Vierge à l’Enfant qui associe tendresse, amour maternel et bonté et incite les fidèles à mêler en une même vénération les qualités du Christ et celles de sa mère.

  • 44 Dans les statuts urbains de la ville d’Arles, datés de 1265, seule la légalité du mariage parental (...)

24Cette transmission ne peut, cependant, s’opérer qu’à la condition que la femme ait obtenu la reconnaissance sociale de son statut de mère, qui passe par le caractère légitime accordée à l’union matrimoniale44. On pourrait résumer les choses, si l’on veut bien nous passer cette pirouette, en disant que l’on n’est pas mère par l’enfantement, mais on le devient dans le regard des autres.

  • 45 Noël Coulet, Affaires d’argent et affaires de famille en haute Provence au xive siècle. Le dossier (...)
  • 46 Les témoignages des servantes du couple montrent, d’ailleurs, que leur intimité n’a pas souvent été (...)

25Terminons ce propos par l’évocation d’un second exemple provençal. Cette histoire se passe en haute Provence, en 135545. Elle souligne la situation très précaire dans laquelle peut se trouver une épouse, à la mort de son mari, en cas de grossesse et pour garantir les droits de son enfant face aux prétentions de sa belle-famille. L’affaire concerne une famille de la noblesse de haute Provence, les seigneurs de Moustiers et Entrevennes, dont l’un des membres, Annibal de Moustiers, décède très peu de temps après son mariage avec Sibille de Cabris. Celle-ci est enceinte de trois ou quatre mois à la mort de son époux. Immédiatement, les héritiers d’Annibal, c’est-à-dire ses frères et sœurs encore mineurs, contestent la réalité de la grossesse de Sibille et occupent la moitié du castrum d’Entrevennes qu’ils considèrent comme leur part légitime d’héritage. L’enquête judiciaire qui fait suite à ces actions interroge plusieurs témoins, tant de Moustiers que d’Entrevennes, afin d’assurer la réalité de la paternité posthume d’Annibal et la légitimité des droits du petit garçon qui naît quelques mois après. Sa mère, de manière symbolique et pour, précisément, garantir ses droits, le nomme Annibalet : de la sorte, en effet, elle l’inscrit pleinement dans le lignage de son père et lui permet d’obtenir son héritage. De même, on attend pour le baptiser dans l’église du castrum la venue de son grand-oncle paternel, comme pour l’ancrer un peu plus dans une lignée où sa place a été contestée. En outre, on procède, conformément aux prescriptions contenues dans le Digeste, « à l’inspection du ventre et à la surveillance de l’accouchement », expérience sans doute traumatisante pour Sibille mais strictement conforme au droit46. Enfin, Sibille demande confirmation au comte de Provence et souverain de Naples de son droit de tutelle sur son fils, ce qu’elle obtient à la condition de rester veuve. Elle administre alors le patrimoine des Moustiers et on lui confère, à partir de ce moment, le prédicat d’honneur porté par son mari et son beau-père : nobilis et potens domina (noble et puissante dame). Son statut de mère tout autant que son rôle sont, dès lors, clairement établis et pleinement reconnus, mais au prix d’une longue enquête et par la seule force des témoignages et, au final, de l’affection que lui portaient, à elle ainsi qu’à son mari, les hommes et femmes placés sous leur juridiction.

26Les éléments de la filiation qui définissent, avec l’alliance, les composantes anthropologiques de la parenté, accordent, tout au long du Moyen Âge, un rôle fondamental à la mère. À partir du xiiie siècle, les sources semblent indiquer un repli de ce rôle sur la sphère domestique, par l’effacement des femmes des actes de la pratique et par la valorisation, dans le principe de filiation, de la transmission patrimoniale matérielle, celle qui confère position sociale et moyens de domination. Pour autant, le rôle des mères ne s’en trouve pas amoindri. D’une part, elles peuvent encore être à l’origine directe de cette transmission ; d’autre part, le capital symbolique dont elles sont investies, mélange de vertus, d’honneur et de devoirs qui définit les contours de la « preude femme » et de la bonne épouse, représente l’outil principal de l’éducation qu’elles prodiguent. La reconnaissance sociale de leur action est, en définitive, la meilleure preuve de ce rôle. Redonner aux mères toute leur place au sein du système de filiation médiéval, c’est ainsi souligner le rôle des femmes dans la construction du sujet social et, par là, nuancer la portée du processus genré de division des sphères de compétences qui se donne à voir à partir du xiiie siècle.

Notes

1 Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard, 2004, Chapitre vi « Les fonctions de la parenté et le champ de la parenté », p. 239-249.

2 Ibid., p. 246.

3 L’idée selon laquelle une société peut être fondée sur le système de parenté a été récemment remise en cause par Maurice Godelier, dans son dernier ouvrage : Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007, p. 89-114. Pour cet auteur, c’est la division genrée des sphères de compétences qui constitue la véritable colonne vertébrale d’une société. Cette critique d’une surévaluation des conséquences sociales et politiques de la parenté est depuis peu partagée par les médiévistes qui considèrent que les règles qui régissent la parenté médiévale ne constituent pas le reflet des structures politiques et sociales. Voir, sur ce sujet, Anita Guerreau-Jalabert, Régine Le Jan, Joseph Morsel, « De l’histoire de la famille à l’anthropologie de la parenté », dans Jean-Claude Schmitt et Otto Gerhard Oexle, Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 436-440.

4 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés…, p. 190.

5 Geneviève Bührer-Thierry, Les sociétés en Europe du milieu du vie à la fin du ixe siècle. Enjeux historiographiques, méthodologie, bibliographie commentée, Paris, Armand Colin, 2002, p. 94. Sur ce thème, les travaux de Régine Le Jan sont fondamentaux, voir notamment : Familles et pouvoir dans le monde franc (viiie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, et ead., Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Age, Paris, Picard, 2001.

6 Sur ce thème de la morale sexuelle comme facteur d’ordre, qu’il me soit permis de renvoyer à : Laure Verdon, « La course des amants adultères. Honte, pudeur et justice dans l’Europe méridionale du xiiie siècle », Rives méditerranéennes, 31/2008, p. 57-72.

7 L’expression est employée dans Claude Lévi-strauss, Anthropologie structurale, Paris, 1958, p. 62-65. Il désigne par là l’ensemble des affects (amour ou haine, respect ou familiarité, etc.) qui trouvent une résonance sociale dans une attitude publique et privée prise à l’égard de la personne. Pour une mise au point récente et complète sur les éléments qui composent un système de parenté, voir Didier lett, « Les frères et sœurs, « parents pauvres » de la parenté », Médiévales, 54, 2008, p. 5-12.

8 Pour le Midi, et notamment la Provence, l’article pionnier de Martin Aurell a ouvert la voie : « La détérioration du statut de la femme aristocratique en Provence (xiiie-xiiie siècle) », Moyen Age, t. 91, 1985, p. 5-32. Ces éléments ont été repris dans son ouvrage Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

9 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés…, p. 187.

10 À l’heure actuelle, on tend à mettre l’accent sur les contours du statut juridique des femmes au miroir des pratiques − une tendance à confronter normes et pratiques que l’on retrouve également dans le domaine de l’histoire de la justice −, en examinant la réception de leur parole en justice, la condition, d’une manière générale, qui leur est faite devant les tribunaux, leurs droits à tester et à transmettre leurs biens également.

11 Vita Columbani abbatis discipulorumque, édition Krusch, MGH, SSRM, Hanovre, 1905.

12 Norbert Élias, La civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1973 (rééd.). Les médiévistes spécialistes des émotions et comportements sociaux liés à l’affect ont, depuis quelques années, fortement critiqué cette approche qui tend à lier, de manière plus ou moins ouverte, expression des émotions, civilisation et processus cognitif. Voir notamment, pour la période du haut Moyen Âge : Barbara Rosenwein, « Pouvoir et passion. Communautés émotionnelles en Francie au viie siècle », Annales HSS, 58, 2003/6, p. 1271-1292.

13 Maurice Godelier évoque précisément la nécessaire résolution du complexe d’Œdipe pour qu’émerge le sujet social (Maurice Godelier, Au fondement des sociétés…, p. 190). Sur les enseignements fournis par l’hagiographie en matière de structure de parenté, voir Isabelle Réal, Vies de saints, vie de famille. Représentation et système de parenté dans le royaume mérovingien (481-751) d’après les sources hagiographiques, Turhout, Brépols, 2001.

14 Colomban est issu d’une famille de l’aristocratie irlandaise.

15 Selon l’évangile apocryphe de Jacques.

16 Dhuoda, Manuel pour mon fils, édition et traduction Pierre Riché, Sources chrétiennes, Paris, 1991.

17 Si les structures familiales ne représentent sans doute pas le fondement de la société, on peut néanmoins considérer qu’elles ont pu servir de modèle aux relations politiques. C’était déjà le constat que faisait Marc Bloch dans sa Société féodale, et c’est également de la sorte que l’on peut interpréter les relations féodo-vassaliques comme on le verra plus loin.

18 Guibert de Nogent, Autobiographie, édition et traduction par E.-R. Labande, Paris, Les Belles Lettres, 1981. Dans ce texte, l’évêque Guibert évoque ses souvenirs d’enfance, et se remémore l’attitude de sa mère, « gémissant profondément, troublée, les yeux pleins de larmes », à la vue du corps de son petit garçon meurtri par les coups portés par un précepteur de latin trop sévère.

19 Voir sur ce thème en dernier lieu : Pierre Toubert, L’Europe dans sa première croissance. De Charlemagne à l’an mil, deuxième partie : La question matrimoniale et la famille, Paris, Fayard, 2004.

20 En termes anthropologiques, il s’agit d’une structure qui repose sur la descendance indifférenciée, qui confond les principes de filiation et de descendance (Maurice Godelier, Les métamorphoses…, p. 103). Ceci explique que les ancêtres, plus ou moins lointains, tant paternels que maternels, soient très importants dans la définition de l’identité, tout autant que les géniteurs directs.

21 « Une parentèle n’est pas un groupe de descendance, tel un lignage ou un clan, mais un ensemble de parents de diverses sortes, plus ou moins proches, avec lesquels Ego garde des liens […] » (Ibid., p. 111).

22 Jean-Pierre Poly, Le chemin des amours barbares, Paris, Fayard, 2003, et Idem, « L’amour et la cité de Dieu. Utopie et rapport des sexes au Moyen Age », Clio, 22/2005, p. 37-61.

23 Régine Le Jan, Famille et pouvoir…, p. 179-224.

24 Cartulaire de l’abbaye de Cysoing et de ses dépendances, édition I. de Coussemaeker, Lille, 1886, n° 1. Ce testament, très connu, est analysé, pour l’aspect qui nous intéresse, dans Régine Le Jan, Femmes, pouvoir…, p. 227-228.

25 Les modes d’héritage constituent, avec la transmission des biens immatériels, des valeurs et des devoirs, ce qui définit la dynamique de la filiation. Les mères ne sont exclues d’aucune des formes de cette dynamique, et ce tout au long du Moyen Âge.

26 Régine Le Jan est revenue récemment sur cette question pour livrer une interprétation légèrement différente du texte de la loi salique, dans lequel elle décèle une façon de distinguer un mode préférentiel de transmission aux fils des terres à forte valeur, en termes de pouvoir et symbolique, plutôt qu’une volonté d’exclure purement et simplement les filles. (Les tendances actuelles…, p. 438-439).

27 Voir sur ce thème : François Bougard, Laurent Feller, Régine Le Jan, dir., Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, Collection de l’EFR 295, 2002.

28 Régine Le Jan, Femmes, pouvoir…, p. 30-38.

29 Les études menées par Georges Duby sur les généalogies aristocratiques des xiie-xiiie siècles ont montré, par l’analyse des discours et des représentations, quelles étaient les stratégies déployées par les lignages pour conserver l’intégrité des patrimoines, quelle place, dans ce contexte, était réservée aux femmes, réduites au rôle de « pions » sur l’échiquier politique déployé par les hommes, même si elles pouvaient prétendre à un réel pouvoir domestique, voire politique une fois devenues veuves. Voir, notamment, Le chevalier, la femme et le prêtre. Le mariage dans la France féodale, Paris, Hachette, 1981, et Dames du xiie siècle, Paris, Gallimard, 1995-1996.

30 Les tendances actuelles…, p. 437.

31 Cité par Hélène Débax, La féodalité languedocienne xie-xiie siècles. Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003, p. 133. Sur cette épineuse question, voir plus particulièrement les pages 132-135.

32 Ibid., p. 133.

33 Ibid., p. 134.

34 Il faut bien sûr rapporter ce phénomène au discours clérical produit sur la nature féminine, qui assimile la femme au péché, une image abondamment véhiculée par les sermons. Pour autant, si c’était justement par cette absence apparente, et trompeuse, des femmes que les hommes du Moyen Âge avaient trouvé le moyen de concilier discours, représentations et pratiques ?

35 On a même pu déceler un courant de transmission de biens de mère à fille : Claudie Duhamel-Amado, « Femmes entre elles. Filles et épouses languedociennes (xie et xiie siècles) », dans Femmes. Mariages. Lignages. xiie-xive siècles. Mélanges offerts à G. Duby, Bruxelles, De Boeck, 1992, p. 125-155.

36 Ralph E. Giesey, Le rôle méconnu de la Loi Salique. La succession royale xive-xvie siècles, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 19-21.

37 ADBdR, B 1068, F° 1-13.

38 Sur cette question, voir notamment : Eliana Magnani Soares-Christen, « Douaire, dot, héritage : la femme aristocratique et le patrimoine familial en Provence (fin xe-début du xiie siècle) », dans Provence Historique, t. 46, 1996, p. 193-209 et ead., « Alliances matrimoniales et circulation des biens à travers les chartes provençales (xe-début du xiie siècle) », dans Dots et douaires.., p. 131-152.

39 ADBdR, B1068, F°3. Il faut ici remarquer que le cas de la succession de Boulbonne est présenté en totale conformité avec le contenu du titre 50 du livre 6 du Code. Ce que l’enquête va devoir prouver est la légitimité des enfants héritiers et non les droits de Raimond d’Aurons.

40 Geoffroy de Beaulieu, Vita et sancta conversatio piae memoriae Ludovici quondam regis Francorum, Recueil des historiens des Gaules et de la France (RHGF), t. xx, p. 3-27. On trouvera une analyse du texte de Geoffroy de Beaulieu dans Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, deuxième partie, ch. ii.

41 Louis viii est singulièrement peu représenté dans les biographies de son fils, et toujours muet.

42 Sur ce point, voir Laure Verdon, « Les femmes et l’exercice de la potestas en Provence (xiie-xiiie siècle). Transgression des rôles ou perméabilité des sphères de compétences ? », Études roussillonnaises, à paraître.

43 Jacques Le Goff, Saint Louis, cahier central d’illustrations, n° 5. Blanche y apparaît dépourvue des insignes de la royauté – les regalia-, mais dans une attitude gestuelle de conseil et d’approbation. On peut rapprocher cette scène des multiples représentations du couronnement de la Vierge par le Christ, une thématique qui se développe à partir du xiiie siècle.

44 Dans les statuts urbains de la ville d’Arles, datés de 1265, seule la légalité du mariage parental garantit la légitimité des droits de l’héritier.

45 Noël Coulet, Affaires d’argent et affaires de famille en haute Provence au xive siècle. Le dossier du procès de Sybille de Cabris contre Matteo Villani et la compagnie des Buonaccorsi, Rome, Collection de l’EFR, 1992.

46 Les témoignages des servantes du couple montrent, d’ailleurs, que leur intimité n’a pas souvent été préservée. C’est, en l’occurrence, une chance car ces témoignages précisément attestent de l’amour que les jeunes gens se portait, des qualités reconnues à Sibille et accréditent la véracité de la paternité d’Annibal.

Notes de fin

* Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007, p. 189.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search