Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Allégorie et gestualité dans un manuscrit du Pèlerinage de vie humaine en prose*

Anne-Marie Legaré

Texte intégral

  • * Cette recherche a bénéficié d’une subvention du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Cana (...)
  • 1 Les manuscrits enluminés de la version en vers ont fait l’objet de la thèse inédite de M. Camille, (...)

1Guillaume de Digulleville composa la version en vers du Pèlerinage de vie humaine aux alentours de 1330-1331, soit une quinzaine d’années après son entrée à l’abbaye cistercienne de Chaalis. La seconde rédaction qu’il en fit en 1355 dénote l’accueil favorable que reçut l’oeuvre, succès d’ailleurs confirmé par la centaine de manuscrits parvenus jusqu’à nous, et parmi lesquels un bon nombre ont été abondamment enluminés1. La Bibliothèque nationale de France conserve à elle seule trente-quatre exemplaires de ces deux versions : vingt-neuf sont dotés d’illustrations ou de réserves destinées à être comblées par des images.

  • 2 Je me permets de renvoyer à mon article « Livres et lectures de la reine Jeanne de Laval (1433-149 (...)
  • 3 Parchemin, II + 232 + I fol. ; 435 x 310 mm., 2 col. À la suite du Pèlerinage de vie humaine en pr (...)
  • 4 Sur le Maître d’Antoine Rolin et l’enluminure de ce texte, voir A.-M. Legaré, « The Master of Anto (...)

2En 1465, une centaine d’années après la seconde rédaction du Pèlerinage, la reine Jeanne de Laval, épouse de René d’Anjou, demanda à un clerc d’Angers de rédiger une version en prose de l’œuvre2. C’est l’un des exemplaires enluminés de cette nouvelle version du Pèlerinage qui retiendra ici notre attention. Il s’agit du ms. français 182 de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève3, exemplaire dont l’illustration fut réalisée principalement par le Maître d’Antoine Rolin et ses assistants entre 1490 et 1495. Ce groupe d’enlumineurs oeuvrait sans doute à Valenciennes, alors capitale de la province bourguignonne du Hainaut4. Pour des raisons inconnues, la campagne d’enluminure n’a jamais été complétée. Sur les cent quatre-vingt-sept miniatures prévues à l’origine, trente-trois sont évoquées uniquement par les réserves aménagées à leur intention lors de la copie du texte. Les cent-cinquante-quatre images disponibles aujourd’hui se distribuent comme suit au fil de l’œuvre :

  • trente grandes compositions encadrantes et dix miniatures sur deux colonnes, ponctuant pour la plupart les quatre livres ainsi que leurs nombreux chapitres ;
  • 105 petites miniatures sur une colonne, accompagnant ou non des rubriques souvent apparentées à des légendes explicatives.
  • neuf esquisses au plomb sur une colonne, d’une étonnante précision, confirmant que c’est bien au Maître d’Antoine Rolin qu’avait été confiée l’élaboration de l’illustration tout entière.

3Il n’est pas exagéré de dire que si l’enluminure de ce luxueux manuscrit avait été menée à son terme, nous serions en présence du cycle iconographique le plus complet de cette version prosée, surpassant de loin les dix autres témoins conservés aujourd’hui.

  • 5 C’est ce que fait remarquer J.-C. Schmitt, qui renvoie à J. H. Murphy, Rhetoric in the Middle Ages (...)

4Texte dominé par la parole et dont le propos se veut ouvertement didactique, le Pèlerinage de vie humaine semble tout indiqué pour susciter l’utilisation des codes gestuels mis au point dans les anciens traités de rhétorique. Il s’agira dans cet article d’examiner la gestuelle de la parole au sein des images du manuscrit fr. 182 de Genève. Au-delà de l’intérêt esthétique que présentent les miniatures du Maître d’Antoine Rolin, notre choix se justifie par la qualité iconographique exceptionnelle de l’ensemble. Cependant la datation basse de l’élaboration du manuscrit constitue un argument tout aussi fort en faveur de ce choix, en particulier si nous voulons mesurer l’influence de l’Institutio oratoria de Quintilien sur la gestuel le médiévale retenue par le Maître d’Antoine Rolin. Il convient en effet de rappeler que la version complète de l’Institutio ne fut diffusée qu’après la découverte du manuscrit complet de Quintilien en 1416 par Poggio Bracciolini, et qu’avant cette date, l’oeuvre n’avait circulé que sous la forme de résumés5. S’il est vrai que la diffusion de la version complète eut une grande influence sur les intellectuels du xve et du xvie siècles, il n’est pas du tout certain que son impact ait été aussi considérable sur les arts visuels de l’époque et en particulier sur l’enluminure. C’est ce que nous allons tenter de mettre en relief dans les pages qui suivent.

5Loin de prétendre à l’exhaustivité, les réflexions que je soumets au lecteur n’ont pour ambition que de mettre en perspective quelques-unes des solutions iconographiques retenues par le Maître d’Antoine Rolin pour rendre compte du caractère à la fois allégorique et théâtral de l’oeuvre.

Un texte « théâtral »

  • 6 Voir à ce sujet F. Dupont, Le Théâtre dans la société romaine, Paris, 1985, p. 82-85.

6La théâtralisation poussée des différentes versions du Pèlerinage de vie humaine ouvre sur une dimension « spectaculaire » que les artistes se sont plus à exploiter, surtout à partir de la seconde moitié du xve siècle. Tout cela s’accorde mal, semble-t-il, avec les contraintes d’un système gestuel codé. C’est du moins l’impression que donne un rapide sondage dans les Pèlerinages en prose les plus richement enluminés de cette période. Une telle résistance peut aussi s’expliquer par l’allégeance inconditionnelle des enlumineurs à une forte tradition iconographique propagée durant tout le xive siècle par les nombreuses copies enluminées de la version en vers. Deux procédés dominent dans les images : la gestuelle des mains et l’attitude particulière des corps. Dans le but de les analyser, j’utiliserai deux catégories latines empruntées au domaine du théâtre antique, telles que synthétisées par Quintilien (Institutio oratoria, livre XI) : d’une part la chironomie, ou jeu des mains à l’appui de la parole ; d’autre part, l’orchestique qui, elle, règlemente tous les gestes du corps, y compris le drapé des vêtements et la déambulation6. J’essaierai de montrer comment, chez le Maître d’Antoine Rolin, l’orchestique cède le pas à la chironomie.

  • 7 La première version est divisée en quatre journées respectivement de 4 000, 2 500, 5 000 et 2 000 (...)
  • 8 Voir G. Cohen, Mystères et moralités du ms. 617 de Chantilly, Paris, Champion, 1920, p. 93-134.
  • 9 Sur la dimension théâtrale du Pèlerinage de vie humaine, voir F. Pommel, « La Théâtralité dans les (...)

7Précisons tout d’abord qu’à l’origine, selon la programmation de l’auteur, divisée en quatre journées7, le Pèlerinage de vie humaine était destiné à être lu à haute voix devant un auditoire laïc. Rappelons également que dès le xive siècle, le texte avait suscité la création d’une moralité scénique8. Bien que le dispositif d’oralité ait disparu de la seconde rédaction du Pèlerinage, le texte reste attaché au style direct et aux formes dialoguées qui l’apparentent au théâtre. De par sa structure littéraire dialoguée, concrétisée par la présence de courtes rubriques identifiant celui qui prend la parole, l’ensemble du texte suggère la théâtralisation. Théâtralisation renforcée par la position de spectateur du Pèlerin, qui décrit ce qu’il voit comme s’il s’agissait de véritables lieux scéniques9.

Les péripéties d’un pèlerin

8S’appuyant essentiellement sur le Roman de la Rose et sur la Psychomachie de Prudence, Guillaume de Digulleville élabore un récit allégorique dans lequel le Pèlerin, qui n’est autre que lui-même, entreprend de se rendre à la cité céleste de Jérusalem. En guise de protection, il reçoit la besace de Foi et le bourdon d’Espérance des mains de Grâce de Dieu. Celle-ci, après l’avoir instruit sur l’organisation de son Église et sur la nature des sacrements, l’engage à revêtir l’armure des sept Vertus cardinales. Mais le Pèlerin refuse de se charger de cet écrasant fardeau. Devant l’imprudente témérité du Pèlerin, Grâce de Dieu décide de lui donner une servante. Mémoire, qui transportera l’armure et se chargera de lui rappeler en temps utile la pratique de ces vertus. Son cheminement n’ira pas sans mal, car malgré le soutien de Grâce de Dieu et les conseils de Raison et de Labeur, il cède bientôt à la tentation d’emprunter le chemin de gauche, celui que lui vante Oisiveté.

9Le bon chemin est désormais hors de sa portée, faute du courage nécessaire pour franchir la redoutable haie d’épines qui l’en sépare. C’est alors que commencent les ennuis. Le Pèlerin est très vite assailli par sept affreuses vieilles femmes affublées d’attributs associés à des vices épouvantables [Fig. 1]. À la fois étonné et effrayé par ces créatures monstrueuses, qui ne sont autres que les sept péchés capitaux, le Pèlerin demande à chacune d’expliquer son rôle et le sens de ses attributs.

10Paresse attaque la première en saisissant le Pèlerin dans ses cordes. Arrive ensuite Orgueil chevauchant Flatterie puis Envie, marchant à quatre pattes et portant sur son dos Trahison et Détraction. Le trio tente de désarçonner le Pèlerin qui arrive à résister grâce à son bourdon, et cela malgré l’attaque d’une quatrième ennemie nommée Ire, reconnaissable à la scie qu’elle mord à belles dents. Le Pèlerin n’est cependant pas au bout de ses peines : il lui reste encore à affronter la plus horrible des sept vieilles, Avarice aux six mains. Enfin surgissent les deux dernières vieilles : Gloutonnie portant entre ses dents un sac percé avec un entonnoir et Luxure, chevauchant un porc et brandissant un trait.

11Se comptant pour battu, le Pèlerin sollicite le secours de Grâce de Dieu. Celle-ci le libère des sept vieilles mais le soumet encore à dure épreuve. Il lui faudra passer la mer agitée de Tentation dans laquelle se débattent les hommes et les femmes ayant péché par orgueil et par vanité mondaine. C’est encore une fois Grâce de Dieu qui lui viendra en aide en le faisant monter dans la nef de Religion, moyen sûr et rapide d’atteindre le château de Cîteaux, dernière étape du Pèlerin avant son réveil.

Enseignement et narration

  • 10 10 « Ce poème est une oeuvre touffue, d’une invention mal disciplinée, mais qui, malgré beaucoup d (...)

12On a reproché au texte de Digulleville d’être mal composé, de présenter des digressions doctrinales et des détails inutiles qui rompent le fil du récit10. Il s’agit là d’un jugement anachronique que le succès immense et durable de l’oeuvre contredit largement. On appréciait au Moyen-Âge, semble-t-il, ces allées et venues entre les plages d’enseignement doctrinal et les épisodes à rebondissement surchargés de figures allégoriques aussi amusantes qu’effrayantes. À cet égard, le cycle iconographique du manuscrit de Genève rend bien compte de la double nature de 1’oeuvre.

13D’un côté, les petites miniatures, occupant la largeur d’une colonne de texte, accompagnent pour la plupart les sections dans lesquelles s’élaborent les enseignements. Ces derniers apparaissent soit sous la forme de longs monologues, soit sous celle plus dynamique de dialogues entre le Pèlerin et l’une des personnifications allégoriques. Le plus souvent, dans ce groupe, l’image montre le Pèlerin en train d’échanger avec un protagoniste du récit, ne laissant aucune place à l’illustration narrative. C’est là que l’on trouve le plus grand nombre d’exemples de gestes oratoires.

14Quant à la trame narrative du récit, elle se développe amplement dans les grandes compositions encadrantes, selon le procédé médiéval de la narration multiple. Ce dernier permet de montrer en simultanéité plusieurs moments d’un même épisode dans un lieu unifié, prenant le plus souvent l’apparence d’un vaste paysage, dont le Maître d’Antoine Rolin possède tout le secret.

« Declamatio »

15L’examen du répertoire pourtant abondant des gestes utilisés par le Maître d’Antoine Rolin aussi bien dans les petites miniatures que dans les grandes compositions, se révèle décevant par son caractère répétitif et par son manque de précision. Le geste qui revient le plus souvent, et il n’a rien d’original, est celui de l’index pointé, les autres doigts étant repliés.

  • 11 Sur cette œuvre, voir entre autres, L. Letts, « The Sachsenspiegel and Its Illustrators », dans Th (...)
  • 12 Voir le catalogue d’exposition récent Gott ist selber Recht. Die vier Bilderhandschriften des Sach (...)

16Le bras relevé et l’index pointé, geste de la déclamatio, est bien attesté depuis l’Antiquité. Ce geste était familier aux avocats qui connaissaient la codification gestuelle propre à la cour, ainsi qu’en témoigne le Sachsenspiegel, l’un des répertoires les plus riches de gestes codés destiné aux avocats plaidant en cour11. Abondamment copié, traduit du latin en langue vulgaire, ce « code gestuel » de la fin du Moyen âge a beaucoup circulé jusqu’au xvie siècle. On y trouvait des textes expliquant à l’aide de dessins d’aspect presque caricatural, les gestes codés correspondant par convention aux différentes expressions rhétoriques utilisées par les plaideurs durant les procès12

17Sans tomber dans un excès de rigueur qui donnerait l’impression d’une codification plus rigoureuse qu’elle ne l’est en réalité, il est possible de classer en deux catégories le geste de l’index pointé tel qu’il apparaît dans le Pèlerinage de Vie humaine :

  1. la main est présentée dans l’axe du bras, légèrement relevée, sans qu’il y ait pivotement ; elle est alors associée à l’enseignement dogmatique, surtout lorsque s’y associe le geste de l’autre main, ouverte et dirigée soit vers le haut, soit vers l’interlocuteur [Fig. 2].
  2. la main est dirigée vers l’interlocuteur, ou vers le bas, et la paume a légèrement pivoté vers le haut ; le geste renvoie dans ce cas à une interrogation, interprétation confirmée dans certaines images par l’attitude du protagoniste qui semble relever les épaules en signe d’ignorance ou de consternation. C’est ainsi qu’apparaît le Pèlerin lorsqu’il s’aperçoit que Grâce de Dieu l’abandonne en disparaissant derrière la haie d’épines qu’il n’a pas eu le courage de franchir [Fig. 3].

18Toujours dans le contexte de la question posée, ce geste illustre l’épisode au cours duquel le Pèlerin interroge Gloutonnie avec insistance. La rubrique adjacente à l’image précise les étapes du dialogue mené en forme de question-réponse :

« ’Vieille, dit le pelerin, qui le sac ordoux portes aux dens, dis moy ton nom sans point mentir’. Et lors elle respond qu’elle est mere aux Epicuri. Et le Pelerin lui demande : ’Qui sont Epicuri ?’ Et elle tantost luy va dire comme vous orrez. » (Livre III, chap. 2) [Fig. 4].

19L’ensemble des exemples recensés pour ces deux catégories se chiffre à une petite quarantaine d’occurrences, nombre étonnamment bas quand on pense à l’importante quantité des miniatures dans lesquelles le Pèlerin apparaît : plus de 180 fois, et dans certains cas jusqu’à quatre fois dans la même grande miniature.

Les mains qui comptent...

  • 13 Le comput médiéval était une science appliquée, qui comportait des opérations mathématiques assez (...)
  • 14 Voir. O. Chomentovskaja, « Le Comput digital. Histoire d’un geste dans l’art de la Renaissance ita (...)
  • 15 Juste de Gand ne pouvait pas choisir meilleure attitude pour présenter saint Thomas d’Aquin en doc (...)

20Les résultats sont encore plus décevants lorsqu’il s’agit d’isoler les gestes d’argumentation. Parmi ces derniers, le plus caractéristique est celui qui consiste à compter sur ses doigts les divers arguments qu’il convient d’énumérer pour convaincre. Ce geste, appelé improprement « comput digital »13 et que je nommerais plus volontiers « geste énumératif », a déjà retenu l’attention dans le domaine de la peinture italienne de la Renaissance14. Il trouve ses origines dans les pratiques fondées sur la disputatio dont on a fait grand usage durant la période scolastique. La disputatio fait appel au procédé de la numération des arguments : sur une série d’objections se greffe une série équivalente de contre-arguments, échafaudés selon l’ordre numérique, donnant ensuite lieu à une série d’arguments, numérotés de même (ad obiecta), qui viennent confirmer la thèse. Nous avons là l’ossature d’un raisonnement logique dont le caractère sériel répond aux méthodes didactiques de l’école scolastique15.

  • 16 C’est ainsi qu’apparaît Plotin argumentant avec l’adversaire qu’il a en face de lui dans une minia (...)

21L’iconographie médiévale, et en particulier celle des manuscrits enluminés, fournit de nombreux exemples du geste énumératif. À la manière d’un attribut, le geste caractérise toujours celui qui dispute ou qui enseigne quand, en bon scoliaste, il n’est pas en train de faire les deux à la fois. En règle générale, cette iconographie insiste davantage sur la dynamique créée soit par l’échange intellectuel entre deux docteurs, soit par la communication du maître avec l’élève, en l’associant à la présence de deux protagonistes placés l’un face à l’autre16.

  • 17 « ...le plus souvent, l’image est privée de toute inscription. Les gestes peuvent alors exprimer, (...)
  • 18 Sur Jean Lebègue, voir G. Ouy, « Le songe et les ambitions d’un jeune humaniste parisien vers 1395 (...)

22Dans son ouvrage fondamental sur les gestes, Jean-Claude Schmitt déplore l’absence de textes qui commenterait l’utilisation des gestes d’argumentation et qui permettrait d’en donner une signification précise17. Or il existe un témoin textuel précieux expliquant le geste de l’argumentation. On le trouve dans les Histoires que l’on peut raisonnablement faire sur les livres de Salluste, véritable guide pour l’illustration de Catilina et Jugurtha, que rédigea en 1417 Jean Le Bègue, greffier à la Cour des comptes de France, mais également bibliophile, copiste et iconographe18.

23L’une des miniatures du Catilina de Salluste de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève montre un homme de loi en train de plaider : l’index d’une de ses mains vient toucher l’extrémité des doigts de l’autre main comme pour y compter les parties successives de sa plaidoirie.

  • 19 Sur l’enluminure du manuscrit de Genève, voir B. Gagnebin, op. cit., p. 91.

24Elle se conforme entièrement aux instructions de Jean le Bègue à l’enlumineur. C’est là une source fiable donnant des informations sur le sens du geste d’argumentation, corroboré de surcroît par une illustration19 :

  • 20 J. Porcher, op. cit., 16e miniature, n. p. Le texte, postérieur à 1417, est celui du manuscrit d’O (...)

« [l’homme]... fera semblant de parler devant tout le Sénat en metant ses doiz d’une main sur l’autre, comme ont accoustumé gens qui plaident »20.

  • 21 On pense au De modo componendi sermones composé vers le milieu du xive siècle par Thomas Walley. C (...)

25Ce document est d’un intérêt capital en raison de sa rareté. Car, à l’inverse de la gestuelle religieuse pour laquelle nous conservons des traités et des répertoires21, la gestuelle profane n’a jamais été consignée dans des livres, ce qui rend habituellement assez périlleux tout essai d’interprétation. Les informations de Jean Le Bègue sont donc précieuses dans la mesure où elles procurent des éléments d’interprétation sûrs pour quelques gestes non soumis à une codification stricte.

26Le Pèlerinage de Genève ne compte que trois exemples de geste énumératif. Le premier illustre le moment où le Pèlerin reçoit le long enseignement de Grâce de Dieu sur le miracle de l’Eucharistie [Fig. 5] Il débute ainsi :

« Beaulx amys, or entens bien ceste lecon et ne e t’ennuye se ie te tiens longement pour toy enseigner, car ie congnois que tu en as bien mestier. Tu dois sçavoir et entendre que ce relief qui est donné est aucuneffois nommé chair et sang » (Livre I, chap. 12).

  • 22 « Visus, tactus, gustus, in te fallitur ;
    Sed audi tu solo tute creditur »
    Adoro te de saint Thomas (...)

27Paraphrasant l’hymne « Adoro te » de saint Thomas d’Aquin, Grâce de Dieu lui explique que quatre de ses cinq sens peuvent être trompés par les apparences du pain et du vin22. Après avoir énuméré les faiblesses du toucher, de la vue, de l’odorat et du goût, elle souligne que seule l’ouïe ne trompe pas car cette dernière reçoit la parole de Dieu. Le geste énumératif du docteur, attribut classique de saint Thomas, convient bien à Grâce de Dieu qui se fait ici le porte-parole de la doctrine de la transsubstantiation.

  • 23 « Le premier chapitre fait mention comment le Pelerin, acompagné de dame Memoire qui apres luy por (...)

28Le second livre du Pèlerinage s’ouvre sur une grande composition à encadrement. La partie supérieure de l’image est consacrée à la confrontation de Rude Entendement avec Raison [Fig. 6]. Celle-ci lui a lu la « ... commission que Grace de Dieu lui avoit baillee pour citer personnellement ledit grant villain aux assises du grant jugement. »23. La réponse savamment argumentée de Rude Entendement force l’admiration ironique de Raison :

« Adoncques Raison luy dist en soubriant, et tout a la truffe tournant en effect telle sentence : ’Or voy ie bien que avez aprins de l’art, et que assez sçavez subtillement former voz argumens et beaulx exemples advenir. Se vous eussiez plus grande panse, bien semblissiez estre vaillant » (Livre II, chap. 1).

29Rude Entendement, qui n’est pas dupe, rétorque : « Je croy que vous vous mocqués de moy ». L’enlumineur a bien compris le sens profond du texte et remet les choses à leur place : seule Raison sait maîtriser l’art de la disputatio, et c’est à elle que revient tout naturellement le geste scolastique de 1 ’énumération. Rude Entendement n’est qu’un vilain dont le regard hébété, le geste incertain, l’attribut ridicule du gourdin (qui rappelle Danger du Roman de la Rose) et la pose grotesque sont autant d’éléments propres à le situer à mille lieues des maîtres de la scolastique.

30Le dernier exemple du geste énumératif se trouve à la fin du livre II, au 7e chapitre. Ici, le Pèlerin s’adresse aux trois épouvantables vieilles, Envie, Trahison et Détraction, la première portant les deux autres sur son dos [Fig. 7]. Le texte ainsi que la rubrique adjacents à l’image ne sont d’aucun secours pour comprendre la raison d’être de ce geste que l’on s’étonne d’ailleurs de voir chez le Pèlerin. Ce dernier, en effet, est loin d’être en mesure d’enseigner quoi que ce soit. Son rôle se réduit plutôt à décrire les choses prodigieuses qui s’offrent à ses yeux et à poser des questions pour tâcher de les comprendre. Nous avons vu que ces gestes chironomiques exprimaient essentiellement l’interrogation, le désir de savoir, alors que ceux qui annoncent l’enseignement ou le discours savant sont réservés aux protagonistes qui dominent la situation par leur savoir, c’est-à-dire Grâce de Dieu et Raison.

31Il faut remonter plus haut dans le récit du Pèlerinage pour trouver quelques phrases qui laisseraient entrevoir que le geste énumère non pas des arguments ou des contre-arguments, mais plutôt une série de questions adressées aux trois horribles vieilles :

« Quant je euz ces vieilles bien veues et leur maintien apperceu, je me pensay que ie sçauroie leurs noms se ie povoye. Et dis a la premiere, que des autres estoit porteresse : ’Dictes moy vostre nom et de quoy vous servez, se vous voullez, car vous et ces autres laides vieilles me faictes grant paour. Et adoncques elle me respondit comme il s’ensuit. » (Livre II, chap. 7).

32Pour l’illustration d’un texte comme le Pèlerinage, qui se veut une somme catéchétique truffée de discussions doctrinales et d’enseignements moraux, on attendrait un peu plus qu’une cinquantaine de gestes chironomiques et on s’étonne de ne trouver que trois exemples de gestes énumératifs, alors qu’ils sont si fréquents à la même époque aussi bien dans l’enluminure que dans la peinture sur panneau. C’est que le Maître d’Antoine Rolin s’intéresse davantage à tout ce qui touche la seconde catégorie du jeu des protagonistes, c’est-à-dire l’orchestique qui règlemente les gestes du corps et leurs mouvements.

  • 24 Voir par exemple fol. 19, 58v, 59v, 79v, 84, 96, 109v, 124v.
  • 25 Voir par exemple fol. 7, 9, 22, 64v, 72, 89v, 109v, 118, 121v.

33Dans les petites miniatures, une large part est faite à la dynamique dramatique construite à partir des affrontements verbaux (débats) ou physiques (combats) du récit. Mais les grandes compositions à encadrement permettent d’insister sur les déplacements des protagonistes, faisant ainsi écho au thème même du Pèlerinage [Fig. 1, 6, 8]. Le Maître d’Antoine Rolin joue avec la matérialité des pages de texte ouvrant une nouvel le partie de l’oeuvre, qu’il s’agisse d’un livre ou d’un chapitre. Il investit tout l’espace disponible pour élaborer des lieux scéniques accidentés qui permettent de recréer le véritable parcours du Pèlerin dans le temps et dans l’espace. Ainsi, l’oeil du lecteur parcourt-il non seulement le texte qu’il lit mais aussi l’image qu’il regarde. Au fil des grandes compositions encadrantes, un sens de lecture iconographique différent lui est à chaque fois proposé. Tantôt, le regard doit appréhender la scène située au sommet de la composition avant de descendre le long de la marge latérale pour s’arrêter sur l’épisode illustré dans la marge inférieure24 ; tantôt il doit plutôt « parcourir » l’image dans le sens inverse, commençant sa lecture au bas du folio pour la terminer au sommet25. C’est le cas des trois peintures à encadrement reproduites ici. Le lecteur devient ainsi le spectateur privilégié d’un spectacle complet faisant intervenir jusqu’à quatre « scènes » différentes dans un même « acte ».

Mouvements du corps ou de l’esprit ?

  • 26 Extrait du Traité sur la peinture de Léonard de Vinci cité par M. Baxandall, op. cit., p. 96.

34Le Maître d’Antoine Rolin s’intéresse aux mouvements du corps à un niveau plus profond que les seuls déplacements d’un endroit à un autre. Il est préoccupé par l’expression physique d’états psychologiques, tels qu’ils se révêlent à travers les attitudes des protagonistes. La tâche qu’il s’impose n’est cependant pas aisée, tant il est vrai que Léonard de Vinci lui-même se plaignait, dans son Traité de la peinture, de ne pouvoir décrire de manière satisfaisante ce qu’il appelait « les mouvements particuliers à l’état mental de chaque être vivant »26.

35Une dernière image me semble résumer les données générales du problème de la représentation du geste [Fig. 8]. Elle introduit le 10e chapitre du Livre I. La rubrique adjacente, à la manière d’une légende, nous renseigne sur sa signification : « Comment Nature, comme toute courroucee, vient devers Grâce de Dieu pour la reprendre de la merveilleuse mutacion que Moïse avait faicte par son commandement ». Cette mutation consiste à changer le pain et le vin en chair et en sang.

36Chironomie et orchestique sont ici réunies, d’une part dans les gestes d’interrogation (chez le Pèlerin) et de déclamation (chez Nature), d’autre part dans la manifestation, au moyen de signes extérieurs, de la violence des reproches proférés par Nature. Son agitation intérieure, ses états d’âme se trouvent exprimés par deux éléments constitutifs de l’orchestique :

  1. le drapé des vêtements, mais surtout l’agitation nerveuse du long voile de Nature, soulevé par l’action d’un vent dirigé exclusivement sur elle. Comment ne pas associer ce « vent » de colère orageuse aux propos révoltés de Nature ?
  2. la déambulation marquée par la position des jambes et le talon soulevé, exprimant la nervosité, voire l’agressivité de Nature qui, menaçante, avance d’un pas décidé et rapide vers Grâce de Dieu et l’incite à esquisser un mouvement de recul.

37Il faudrait arriver à saisir en profondeur l’intuition que les artistes médiévaux avaient d’une correspondance intime entre le mouvement du corps et ceux de l’âme. Mais force est de constater que cela ne va pas de soi. Pour nous, lecteurs-spectateurs modernes, ce langage du geste et du corps reste quelque peu obscur, même dans le domaine de l’enluminure, où pourtant le texte devrait pouvoir nous éclairer sur sa signification.

38ILLUSTRATIONS

39Le Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville, version en prose.

40Genève, Bibl. publ. et univ., ms. fr. 182.

41Fig. 1 : Maître d’Antoine Rolin, Envie (ponant Trahison et Détraction sur son dos), Ire (mordant une scie) et Orgueil (surmontée de Flatterie) assaillent le Pèlerin fol. 118.

42Fig. 2 : Maître d’Antoine Rolin, Raison discutant avec deux officiants fol. 18v.

43Fig. 3 : Maître d’Antoine Rolin, Le Pèlerin s’interroge sur les raisons de la disparition de vie humaine fol. 159v.

44Fig. 4 : Maître d’Antoine Rolin Le Pèlerin interroge Gloutonnie fol. 149v.

45Fig. 5 : Artiste anonyme, Grâce de Dieu explique au Pèlerin le miracle de l’Eucharistie fol. 42.

46Fig. 6 : Maître d’Antoine Rolin, Rude Entendement tente de prendre au Pèlerin son bourdon (en bas) ; Le Pèlerin et Mémoire assistent à l’affrontement entre Raison et Rude Entendement (en haut) fol. 64v.

47Fig. 7 : Maître d’Antoine Rolin, Le Pèlerin s’adresse à Envie qui porte Trahison et Détraction sur son dos fol. 112.

48Fig. 8 : Maître d’Antoine Rolin, Nature sort de sa tour pour se plaindre à Raison (en bas à droite) ; Raison s’adresse au Pèlerin (en bas à gauche) ; le Pèlerin assiste à la colère de Nature contre Grâce de Dieu (en haut) fol. 22.

Fig. 1 : Envie (portant Trahison et Détraction sur son dos). Ire (mordant une scie) et Orgueil (surmontée de Flatterie) assaillent le Pèlerin

Fig. 2 : Raison discutant avec deux officiants.

Fig. 3 : Le Pèlerin s'interroge sur les raisons de la disparition de vie humaine

Fig. 4 : Le Pèlerin interroge Gloutonnie.

Fig. 5 : Grâce de Dieu explique au Pèlerin le miracle de l’Eucharistie.

Fig. 6 : Rude Entendement tente de prendre au Pèlerin son bourdon (en bas) ; Le Pèlerin et Mémoire assistent à l’affrontement entre Raison et Rude Entendement (en haut).

Fig. 7 : Le Pèlerin s’adresse à Envie qui porte Trahison et Détraction sur son dos.

Fig. 8 : Nature sort de sa tour pour se plaindre à Raison (en bas à droite) ; Raison s’adresse au Pèlerin (en bas à gauche) ; le Pèlerin assiste à la colère de Nature contre Grâce de Dieu (en haut).

Notes

1 Les manuscrits enluminés de la version en vers ont fait l’objet de la thèse inédite de M. Camille, The Illustrated Manuscripts of Guillaume de Deguileville’s "Pèlerinages". 1330-1426, Cambridge University, 1985.

2 Je me permets de renvoyer à mon article « Livres et lectures de la reine Jeanne de Laval (1433-1498) » dans Bretagne. Art, crétion, société, textes réunis par J.-Y. Andrieux et M. Grivel, en l’honneur de Denise Delouche, Rennes, 1997, p. 220-234, part. p. 224-226.

3 Parchemin, II + 232 + I fol. ; 435 x 310 mm., 2 col. À la suite du Pèlerinage de vie humaine en prose (f. 2-197v) se trouve la Dance aux aveugles de Pierre Michault. Sur ce manuscrit, voir B. Gagnebin, L’enluminure de Charlemagne à François Ier, Genève, 1976, p. 171-172. Sur Guillaume de Digulleville, voir Dictionnaire des Lettres françaises, article sous ce nom, p. 614-617, et E. Faral, « Guillaume de Digulleville, moine de Chaalis », dans Histoire littéraire de la France, t. 39, Paris, 1952, p. 1-132.

4 Sur le Maître d’Antoine Rolin et l’enluminure de ce texte, voir A.-M. Legaré, « The Master of Antoine Rolin : A Hainaut Illuminator Working in the Orbit of Simon Marmion », dans T. Kren (éd.), Margaret of York, Simon Marmion and « The Visions of Tondal », Proceedings of the J. Paul Getty Museum Symposium, Malibu, 1992, p. 209-222, fig. 188 ; Id., « Splendeurs de la miniature en Hainaut » dans Le Livre des Échecs amoureux, Paris, 1991, p. 80-95, fig. 11 ; Id., « L’héritage de Simon Marmion en Hainaut (1490-1520) », dans L. Nys et A. Salamagne (éd.), Valenciennes aux xive et xve siècles. Art et Histoire, Valenciennes, 1996, p. 201-224, en part. p. 218-220, fig. 9, 10a, 10b.

5 C’est ce que fait remarquer J.-C. Schmitt, qui renvoie à J. H. Murphy, Rhetoric in the Middle Ages. A History of Rhetorical Theories from Saint Augustine to the Renaissance, Berkeley, Los Angeles et Londres, 1974, p. 358-360. Voir J.-C. Schmitt, La Raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, 1990, p. 49, n. 58.

6 Voir à ce sujet F. Dupont, Le Théâtre dans la société romaine, Paris, 1985, p. 82-85.

7 La première version est divisée en quatre journées respectivement de 4 000, 2 500, 5 000 et 2 000 vers.

8 Voir G. Cohen, Mystères et moralités du ms. 617 de Chantilly, Paris, Champion, 1920, p. 93-134.

9 Sur la dimension théâtrale du Pèlerinage de vie humaine, voir F. Pommel, « La Théâtralité dans les Pèlerinages de Guillaume de Digulleville » dans D. Smith (éd.), Pathelin en scène, Actes du Colloque international de Rennes (mai 1995), Rennes (sous presse).

10 10 « Ce poème est une oeuvre touffue, d’une invention mal disciplinée, mais qui, malgré beaucoup de superfluités et d’incohérences, répond à une intention plus fermement conçue que ne le laisse d’abord paraître la forêt broussailleuse de ses treize mille et quelques vers ». E. Faral, op. cit., p. 12. Voir aussi les critiques formulées dans l’article du DLF, p. 615.

11 Sur cette œuvre, voir entre autres, L. Letts, « The Sachsenspiegel and Its Illustrators », dans The Quarterly Review, 49 (1933), p. 555-574 ; R. Schmidt-Wiegand, « Gebärdensprache im mittelalterlichen Recht », dans Frühmittelalterliche Studien, 16 (1982), p. 363-379 ; Id. (éd.), Text-Bild Interpretation. Untersuchungen zu den Bilderhandschriften des Sachsenspiegels, (« Münstersche Mittelalter-Schriften », 55), Munich, W. Fink, 1986, 2 vol.

12 Voir le catalogue d’exposition récent Gott ist selber Recht. Die vier Bilderhandschriften des Sachsenspiegels. Oldenburg, Heidelberg, Wolfenbüttel, Dresden, Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, 1992.

13 Le comput médiéval était une science appliquée, qui comportait des opérations mathématiques assez complexes, alors qu’il ne s’agit ici que d’énumération d’arguments.

14 Voir. O. Chomentovskaja, « Le Comput digital. Histoire d’un geste dans l’art de la Renaissance italienne », dans Gazette des Beaux-Arts (Paris), 6e pér., 20 (1938), t. 2, p. 157-172. Mentionnons que cet article, sans doute parce qu’il est consacré à l’art de la Renaissance, a échappé à l’attention de J.-C. Schmitt et de F. Garnier.

15 Juste de Gand ne pouvait pas choisir meilleure attitude pour présenter saint Thomas d’Aquin en doctor universalis, dans un tableau destiné à figurer, avec d’autres hommes illustres, sur les murs du studiolo de Federico da Montefeltro à Urbino. Nous pouvons imaginer saint Thomas comptant sur ses doigts les contre-arguments qu’il oppose l’un après l’autre aux arguments tout aussi nombreux d’un « adversaire » imaginaire. Le groupe des Hommes illustres de Juste de Gand a fait l’objet d’une étude approfondie dans M. Comblen-Sonkes et P. Lorentz, Corpus de la Peinture des anciens Pays-Bas méridionaux et de la principauté de Liège au quinzième siècle, 17, Musée du Louvre, Paris, II, Bruxelles 1995, n° 177, p. 95-180, en partic. p. 123-124.

16 C’est ainsi qu’apparaît Plotin argumentant avec l’adversaire qu’il a en face de lui dans une miniature de la Cité de Dieu de Raoul de Presles. Les gestes de chacun des protagonistes expriment sans ambiguïté l’idée de la disputatio scolaire. Ils se trouvent mis en rapport avec le geste de la declamatio (bras relevé et index pointé) de saint Augustin, à droite, dont les paroles d’autorité sont inscrites sur un phylactère qui semble sortir de sa bouche. Mâcon, Bibl. munic., ms. 1, f. 289. Voir la reproduction de cette miniature dans J. Glénisson (éd.), Le Livre au Moyen âge, Presses du CNRS, Paris, 1988, p. 117.

17 « ...le plus souvent, l’image est privée de toute inscription. Les gestes peuvent alors exprimer, sinon la teneur exacte du discours, du moins l’idée de la parole : tel le geste, bien attesté déjà dans l’Antiquité, de la declamatio, le gras relevé et l’index pointé. Ou encore un geste plus spécifiquement médiéval, mis parfois en rapport avec la disputatio scolaire : un personnage argumente, semblant compter avec l’index de la main droite sur les doigts écartés de la main gauche. Mais la signification précise de ces gestes dans une oeuvre d’art particulière est souvent difficile à saisir, surtout si aucun texte ne se rattache à l’image ». Cf. J. -C. Schmitt, op. cit., p. 258.

18 Sur Jean Lebègue, voir G. Ouy, « Le songe et les ambitions d’un jeune humaniste parisien vers 1395 », dans Miscellanea di studi e ricerche sul Quattrocento francese, F. Simone (éd.), Turin, 1967, p. 368 ss. ; J. Porcher, « Un amateur de peinture sous Charles VI : Jean Lebègue » dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à M. Frantz Calot, Bibl. elzevirienne, n.s., Études et documents ; Paris, 1960, p. 35-41 ; Id. (éd.), Les Histoires que l’on peut raisonnablement faire sur les livres de Salluste, Paris, Giraud-Badin, 1962. D. Byrne, « An Early French Humanist and Sallust : Jean Lebègue and the Iconographical Programme for the Catiline and Jugurtha », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 49 (1986), p. 41-65, p. 14-19 (fig.).

19 Sur l’enluminure du manuscrit de Genève, voir B. Gagnebin, op. cit., p. 91.

20 J. Porcher, op. cit., 16e miniature, n. p. Le texte, postérieur à 1417, est celui du manuscrit d’Orville 141 de la Bibliothèque bodléienne d’Oxford, fol. 45. Cf. F. Madan, A Summary Catalogue of the Western Manuscripts in the Bodleian Library at Oxford, IV, Oxford, 1897, p. 71, n° 170

21 On pense au De modo componendi sermones composé vers le milieu du xive siècle par Thomas Walley. Cf. M. Baxandall, L’Oeil du Quattrocento, Paris, Gallimard, 1985, p. 102 et J.- C. Schmitt, op. cit., p. 283.

22 « Visus, tactus, gustus, in te fallitur ;
Sed audi tu solo tute creditur »
Adoro te de saint Thomas d’Aquin, Analecta hymnica Medii Aevi, t. 50, p. 589-590 (n° 389).

23 « Le premier chapitre fait mention comment le Pelerin, acompagné de dame Memoire qui apres luy portoit ses armeures, se mist a la voye et au chemin pour ensuyvir son pelerinaige. Et comment il rencontra ung grant villain nommé Rude Entendement, lequel luy voulut faire empeschement et destourbier sy ce ne fust esté une moult belle dame nommee Raison qui la survint, laquelle portoit une commission que Grace de Dieu lui avoit baille et pour citer personnellement ledit grant et maulvai s villain aux assises du grant jugement. » (Genève, Bibl. publ. et univ. DIS. fr. 182, fol. 64v).

24 Voir par exemple fol. 19, 58v, 59v, 79v, 84, 96, 109v, 124v.

25 Voir par exemple fol. 7, 9, 22, 64v, 72, 89v, 109v, 118, 121v.

26 Extrait du Traité sur la peinture de Léonard de Vinci cité par M. Baxandall, op. cit., p. 96.

Notes de fin

* Cette recherche a bénéficié d’une subvention du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Envie (portant Trahison et Détraction sur son dos). Ire (mordant une scie) et Orgueil (surmontée de Flatterie) assaillent le Pèlerin
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende Fig. 2 : Raison discutant avec deux officiants.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 3 : Le Pèlerin s'interroge sur les raisons de la disparition de vie humaine
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 4 : Le Pèlerin interroge Gloutonnie.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 5 : Grâce de Dieu explique au Pèlerin le miracle de l’Eucharistie.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Fig. 6 : Rude Entendement tente de prendre au Pèlerin son bourdon (en bas) ; Le Pèlerin et Mémoire assistent à l’affrontement entre Raison et Rude Entendement (en haut).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Fig. 7 : Le Pèlerin s’adresse à Envie qui porte Trahison et Détraction sur son dos.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Fig. 8 : Nature sort de sa tour pour se plaindre à Raison (en bas à droite) ; Raison s’adresse au Pèlerin (en bas à gauche) ; le Pèlerin assiste à la colère de Nature contre Grâce de Dieu (en haut).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3516/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 352k

Auteur

Université de Rennes 2 Haute-Bretagne.

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter