Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Les gestes du travail, une approche iconographique

Georges Comet

Texte intégral

  • 1 Gen. I, 28
  • 2 Gen. 3, 19

1Évoquer le geste, c’est évoquer la vie puisque c’est bien lui qui distingue l’animé de l’inanimé, le vivant du mort. Le travail est l’un des aspects de la vie auxquels on consacre le plus de son temps, et surtout c’est la tâche qui a été imposée à l’homme dès l’origine, puisque Dieu a déclaré : “peuple et conquiers”1, et après l’éviction du paradis : “tu travailleras à la sueur de ton front”2. Envisager les gestes du travail peut conduire, dès lors, à regarder tous les aspects de la vie ou presque.

  • 3 ALLARD, Guy, Les arts mécaniques aux yeux de l’idéologie médiévale, Les arts mécaniques au Moyen A (...)
  • 4 Cf. Amouretti, Marie-Claire et COMET Georges, Hommes et Techniques de l’Antiquité à la Renaissance(...)
  • 5 Brunet Latin, Li livres dou Tresor, 1866, F° 1 v°, Londres, British Library, Add ; 30024. Exposé à (...)

2Je restreindrai cependant l’enquête aux seuls gestes du travail dans les arts mécaniques. La grande division médiévale, héritée de Boèce, qui distingue les arts libéraux et les arts mécaniques a certainement joué pour dévaloriser pendant des siècles les arts mécaniques. La classification et la division des arts mécaniques a longtemps hésité, et il est probable qu’ils ont globalement généré une certaine crainte3. Ils ne sont admis dans la compagnie des connaissances honorables avec Hugues de Saint-Victor4 au xiie s., mais déjà, à la fin du xiiie s., font partie d’une représentation graphique et illustrée de l’ensemble des connaissances dans un manuscrit de Brunet Latin5.

3A regarder les images qui évoquent le travail des hommes, on constate au premier abord que ce sont le plus souvent des outils ou des objets qui sont mis en avant dans ces images, davantage que des gestes, comme si la réalité gestuelle de l’activité humaine n’était pas le point de référence premier mais qu’on préférait la dire par connotation, au travers d’une présentation d’un objet.

Divers secteurs iconographiques

  • 6 Par exemple : BIRINGUCCI, Vanoccio, De la pirotechnia libri X, Venise, 1540, ou AGRICOLA, Georgius (...)

4On peut ranger les images du travail en plusieurs secteurs iconographiques selon l’objectif affiché de leur support : les images narratives, les calendriers, les images des ingénieurs, celles des médecins. Je ne tiens pas compte des très rares ouvrages destinés à transmettre les connaissances techniques et qui ont pu être illustrés. Ils sont postérieurs au Moyen Age et datent du xvie siècle. S’ils sont précieux pour l’historien des techniques, ils ne conviennent pas à notre propos sur le geste6.

5La fonction de l’image étant différente dans chacun des cas, l’interprétation des gestes du travail peut s’en trouver modifiée. Ainsi pourrait-on s’interroger sur le fait de savoir si le relatif désintérêt que nous avons déjà annoncé envers le geste est de même nature dans les images didactiques religieuses (fresques, sculptures d’églises...), dans les images religieuses d’ouvrages liturgiques (graduels, antiphonaires...), dans les images destinées à de grands laïques (livres d’heures, tacuins...), dans les calendriers, dans les récits profanes etc. Malheureusement dans ce premier temps, nous n’avons pas pu affiner la distinction des images en fonction des objectifs énoncés de leurs supports.

  • 7 Innombrables sont les images, citons seulement les fresques de Sucevita (Moldavie) peu avant 1600.
  • 8 Ainsi, Gauthier de Coincy, Les miracles Notre-Dame, ca. 1330. Jean Pucelle, Paris, B.N. N. acq. fr (...)
  • 9 Dans les Grandes chroniques de France (Jean Fouquet - XIVe), Charlemagne surveille une construction (...)
  • 10 Pierre Choisnet, Le livre des trois âges, Paris, B.N. Smith-Lesnouef 70, f° 9v°, ca. 1480, montre (...)

6Le premier secteur auquel on pense est celui des images narratives, profanes ou religieuses. Dans le monde religieux, certains récits de l’Ancien ou du Nouveau Testament sont l’occasion de montrer des personnes au travail : Adam bêche, Ève file7, on construit la tour de Babel, Joseph le charpentier rabote, les vignerons de l’évangile oeuvrent à la vigne. Il est aussi des miracles8. Pour ces images les supports sont variés : peintures, fresques, sculptures, vitraux, manuscrits... On rangera aussi dans cette catégorie les images qui évoquent les donateurs comme les vitraux de Chartres et les tisserands. Ajoutons, parmi ces images narratives, les narrations non religieuses : les constructions par des princes9, les manifestations du pouvoir, les chansons de geste. Cela peut aller jusqu’à une allégorie, qui évoque de nos caricaturistes, lorsque l’on représente la fiscalité royale sous la forme d’un tondeur de moutons dont les gestes sont ceux de l’utilisateur habituel des forces10.

  • 11 D’une bibliographie abondante sur ce sujet, je retiendrai :
    COMET, Georges, Les calendriers médiéva (...)

7Mais il est quelques domaines plus spécifiquement adonnés aux images du travail. C’est d’abord tout le grand secteur des calendriers11. Ce thème iconographique est un né dans l’antiquité, a connu une certaine éclipse sous les mérovingiens, mais à partir des carolingiens est revenu avec vigueur et a remporté un franc succès pendant tout le Moyen Age jusqu’au xvie s. au moins. Mosaïques, portails d’église, fresques, manuscrits etc., tous les supports sont bons pour en porter. Le propos, qui devient presque un lieu commun, consiste à illustrer chacun des mois de l’année d’une activité des hommes ou d’une tâche symbolique. Notons aussi que l’année, en France du moins, y commence pratiquement toujours en janvier, faisant de ce thème un pan de romanité maintenu intact en plein monde médiéval.

  • 12 Deux éditions à signaler :
    TACCOLA : L’art de la guerre, machines et stratagèmes de Taccola, ingéni (...)

8Il convient d’ajouter à ces secteurs celui très spécifique des livres d’ingénieurs. A partir de la fin du xive siècle, apparaît en Occident un nouveau milieu, celui des ingénieurs : hommes cultivés, souvent à la fois artistes (peintres surtout), architectes, et ingénieurs, ils écrivent des ouvrages abondamment illustrés qui montrent des aspects du travail. Ils y parlent essentiellement des entreprises qu’ils se sentent capables de réaliser et de diriger. C’est à dire qu’ils montrent avant tout de grands chantiers civils et militaires et l’on découvre ainsi des machines, des constructions, des aménagements du territoire etc. On citera les dessins de Konrad Kyeser, Guido da Vigevano, Francesco di Giorgio, Taccola, Léonard de Vinci12.

  • 13 Cf. Mario SALMI, Alberto PAZZINI, Emma PIRANI, éd. : Theatrum sanitatis, Parme, Franco Maria Ricci (...)

9Enfin, on ne saurait passer sous silence les manuscrits médicaux. Outre qu’ils fournissent souvent quelques illustrations sur les travailleurs du secteur de la santé : médecins, infirmiers etc., ils fournissent aussi bien d’autres illustrations. Le texte médical d’Alkbucassem (composé en arabe au xie s.) est traduit en latin au xiiie s. et, par l’école de Salerne, passe à l’Occident sous le nom de tacuin, une latinisation de son nom arabe. Ce tacuin passe en revue les éléments essentiels du régime de santé : denrées alimentaires, vêtements, saisons, humeurs de l’âme, en indiquant à chaque fois les qualités du produit dans la médecine galénique et son utilisation en thérapie. Ces manuscrits sont illustrés en Italie du nord d’abord à partir du xve siècle, ailleurs ensuite jusqu’en plein xvie. Si les images s’en copient souvent, elles sont cependant autant de scènes ou apparaissent les activités liées à un produit de la nourriture : on comprend que pour le vin, les grains, les légumes, les fruits, les viandes, les poissons, nombreuses sont les occasions de présenter le travail et ses attitudes sinon ses gestes. On y rencontre des travaux classiques : le battage du grain, ou très rarement montrés comme la fabrication par deux femmes des pâtes alimentaires (trii)13.

Le monde agricole

  • 14 Recueil d’astronomie et de computation, Vienne Osterreichische National-bibliothek, cod. 387, f° 9 (...)

10Le premier calendrier vraiment médiéval est le calendrier carolingien de 81814. Il a mis en place un modèle qui n’a par la suite connu que des modifications relativement légères, comme la disparition du labour de juin (figure 1). On y montre les travaux agricoles devenus par la suite classiques : un labour, une fenaison, une moisson, une vendange, un abattage de porc. Mais, dans tous les cas, les travaux sont davantage suggérés que montrés : l’homme arbore son outil, le présente, davantage qu’il ne s’en sert, et, comme en annexe de la figure, on aperçoit les produits ou les animaux qui participent au travail. Ainsi avec la fenaison, le foin ; la moisson montre des épis ; le labour est flanqué de boeufs et d’un champ. Pour l’abattage du porc le geste est à peine un peu évoqué : un homme lève sur l’animal un couteau de taille considérable, un autre attrape une des pattes arrière de la bête.

  • 15 Voir figure 2 : Caïn en train de labourer. Nicolas de Lyra, Postilles sur la Genèse, Paris, B. N. (...)
  • 16 Bréviaire de l’archevêque de Prague. 1396-7. Cf. HUSA, Vaclav, Hommes et métiers dans l’art, Pragu (...)
  • 17 Heures de Jean de Montluçon, Paris, Bib. de l’Arsenal, ms. 438.
  • 18 Bruxelles, musées royaux des Beaux-Arts.

11Cette insistance sur l’outil comme signe du geste se retrouve par la suite, même si le geste a tendance à devenir plus explicite. Ainsi le labour montre-t-il régulièrement l’objet (araire ou charrue) de la même façon : il apparaît toujours selon une vue latérale, allant de droite à gauche ou bien l’inverse, mais toujours vu de côté15 (figure 2). Le laboureur agit comme s’il tranchait l’image horizontalement, délimitant une partie sauvage dans la nature, celle qu’il n’a pas encore labourée, et l’autre humanisée par l’outil qui vient de la transformer. Mais, toujours, c’est l’outil qui est premier. Les seuls gestes de l’homme consistent à avoir les mains posées sur les mancherons16, ou encore, quand il n’y a qu’un seul manche, à tenir de sa main libre l’aiguillon qui guide les bêtes de trait17. Parfois il se penche en avant et semble peser sur la charrue. Il est très rare et très tardif que la charrue décrive une ligne qui n’est pas une horizontale et traverse l’image de biais. On citera au xvie siècle La chute d’Icare de Bruegel18 dans lequel toutefois le geste du laboureur semble davantage accompagner une charrue qui irait toute seule que diriger un outil qu’il faut maîtriser. Il y a là certainement un élément de codage général au Moyen Age : la charrue se repère à son déplacement latéral et elle est première dans le récit imagé. Le geste n’est que suggéré, il accompagne l’objet ; l’action accomplie importe davantage que le geste qui la conduit.

  • 19 Voir figure 3. Livre d’heures de Jean de Montluçon. Paris, Bib. de l’Arsenal, ms. 438. Juin. On no (...)
  • 20 Cf. LEROI-GOURHAN, André, Evolution et techniques t.l : L’homme et la matière, Paris, 1943.

12Dans certains travaux toutefois le geste apparaît davantage, c’est lorsqu’il s’agit de la récolte du produit, de la “cueillette” au sens large du terme : fenaison, moisson, tonte des moutons. Il est déjà un fait d’observation courante que le geste du moissonneur ou du faucheur19 est plus ample et plus pittoresque (au sens originel : qui est digne d’être peint) que celui du laboureur (figure 3). Parce qu’il est répétitif à période courte, il constitue un récit que l’on suit en quelques instantanés, alors que le geste du laboureur est du type continu, sans à-coups saillants. Il s’agit ici de ce que l’on appelle une percussion lancée20. Ce geste est volontiers montré aux xive et xve siècles en insistant sur le côté spectaculaire du geste. Faux ou faucille sont lancées au dessus du sol, l’ouvrier a le ou les bras levés et manifeste un geste généralement très ouvert, le dos courbé.

  • 21 Voir figure 4. Tacuinum sanitatis, Rome, Biblioteca Casanatense, codice 4182, rubrique spelta, épe (...)

13Il y a là comme une tentative de démonstration pour bien indiquer que l’homme prend, on a envie de dire, dérobe, à la nature des produits qu’il se hâte de récolter. On pourra retenir une même analyse à propos des images de battage21 (figure 4).Toutefois ce sont encore les produits obtenus : gerbes, bottes, laine qui sont mis en avant dans l’ensemble du dessin. N’oublions pas que ces scènes de moissons sont le plus souvent fournies par les calendriers et que ce thème tient un discours seigneurial qui raconte le paysan comme le producteur et surtout le “récolteur” des richesses qu’il prend à la nature et que ce n’est dès lors que justice qu’il en reverse une part aux puissants.

  • 22 Vitrail de la cathédrale de Canterbury (1180) ; Illustration du Pierre de Crescent de la B.U. de P (...)

14Hormis ce geste de percussion lancée, à peine perçoit-on parfois dans le monde agricole la “percussion posée” : c’est par exemple le travail de la bêche sur laquelle l’homme pèse de son pied et agit par l’effet de la pression. On ne suggère pas l’ajustage ou la précision, mais l’énergie développée ; pour cela on juge qu’une position quasiment statique suffit22.

Les travaux d’artisanat

  • 23 Maçons de la tour de Babel, bible de Litomerice (1411), Cf. HUSA Vaclev, ibidem.
  • 24 Ainsi dans la tour de Babel du Hortus deliciarum de Herrade de Landsberg (ca. 1170).
  • 25 Les voyages de Jean de Mandeville, ca. 1420, Londres, British Museum. Cf. Marchands et métiers au (...)

15Dans le secteur “industriel” je retiendrai les deux domaines du bâtiment et de la métallurgie, les plus fréquemment représentés. Lors de la construction des bâtiments (pierre ou charpente et toiture) les hommes remplissent diverses fonctions. Bien sûr ils sont les porteurs : de pierres, de plâtre, de bois, ou ceux qui font se mouvoir les grues23, mais ils ont aussi ceux qui gâchent le plâtre, ceux qui taillent la pierre, on encore qui la disposent sur le mur, la placent sur un lit de béton, utilisant la truelle. On voit aussi parfois les ouvriers mesurer avec précision la rectitude du mur24. Ici dans le bâtiment, l’homme est montré davantage comme faber, il fait moins corps avec la nature et ses gestes ne sont pas ceux d’un simple transfert de matière, mais ceux de la mise en forme. On montre des fonctions d’ajustage, de maîtrise et pas seulement d’appropriation. Cela se marque particulièrement dans une des très rare images connues du soufflage du verre25.

  • 26 Florence. Orsanmichele. Bas-relief, XVe.

16Par contre, dans le travail du métal, alors que l’on pourrait s’attendre à trouver des gestes précis, ce n’est que rarement le cas. Le forgeron se contente de frapper le fer avec son marteau, alors que le matériel de la forge est volontiers détaillé26. Le fondeur observe la coulée du métal pour la recueillir au moment opportun. Là encore, c’est l’outil, au sens large, élaboré par l’homme qui est le centre d’intérêt de l’imagier : la tour pour accéder aux galeries de mines, le fourneau et ses éventuels soufflets. Tout se passe comme s’il suffisait de montrer les objets pour que les gestes soient suggérés et que l’esprit du spectateur pallie l’absence d’un détail gestuel considéré comme inutile.

  • 27 Enluminure du Graduel de Kutná Hora, ca. 1490 ; Panneau d’Anne et la Vierge, Slovaquie, Roznaka, 1 (...)

17Il faut cependant faire une place particulière à quelques images originaires de pays miniers : graduels, retables des Monts Métallifères (Krùsné Hory)27. Il y a dans ces rares documents un désir manifeste d’exprimer l’originalité d’un mode de vie régional. On montre le geste du mineur frappant sa pointerolle de son marteau, ou poussant le chien de mine. On est là dans une peinture presque ethnographique d’une société située en dehors des circuits seigneuriaux usuels. Et on sent par cet exemple combien il conviendrait d’affiner cette étude des gestes dans l’image en la complétant par celle, sociale, géographique, des supports.

Les tâches domestiques

18Un troisième secteur d’activité concerne les travaux domestiques. Ce sont là des travaux de femmes pour l’essentiel. Mais disons aussitôt que les travaux des femmes concernent bien d’autres secteurs que celui des tâches domestiques. Ainsi, les calendriers les montrent régulièrement au temps des moissons : elles lient les gerbes, mais aussi moissonnent à la faucille (pas à la sape). Lors de la fenaison, elles fanent souvent, mais ne manient jamais la faux, car faux et sape sont des outils réputés demander une force physique trop importante pour une femme (du moins en France). Dans ces deux tâches elles apparaissent aussi comme celles qui apportent le ravitaillement aux hommes. A côté de cette moisson qui évoque Cérès, les femmes apparaissent lors de l’abattage du porc. Là, elles semblent aider l’homme en tenant l’écuelle qui recueille le sang pendant que leur compagnon tranche le cou de l’animal. Enfin, elles tondent les moutons, et cette fois occupent un poste de travail identique à celui d’un homme.

  • 28 Heures de la Vierge, Flandres, ca. 1515, New-York, The Pierpont Morgan Library, MS 399 (mois de no (...)

19Parmi les tâches proprement domestiques, les femmes s’occupent de tout ce qui a trait au tissu et au vêtement. Nous avons déjà évoqué la tonte, mais en pays flamand, on voit la femme battre le chanvre, assise devant un établi et manipulant un battoir à une main, pendant que les hommes utilisent l’écang sur l’aire à battre28. Dans la suite de la chaîne opératoire, ce sont les femmes qui filent, tissent, cousent, tricotent. Cela va de Ève qui file à la Vierge qui tricote la tunique sans couture du Christ.

  • 29 Maître Bertram, La Vierge au tricot, Retable Buxtehuder, ca. 1400. Hambourg. Cf. : L’enfance au Mo (...)
  • 30 Voir figure 5. Méditations du Pseudo-Bonaventure, Paris, B.N., xive s. Cf. : PÉREZ HIGUERA, Téresa (...)
  • 31 Livre d’heures de Catherine de Clèves, Flandres, ca. 1440. New-York, Pierpont Morgan Lib. Cf. : L’ (...)

20Cette dernière image, très rare, sinon unique, est d’un geste très réaliste : Marie y manipule quatre aiguilles et ses doigts détaillent le maniement du fil de laine entre les aiguilles29. Il arrive que diverses tâches soient montrées côte à côte. Ainsi peut-on voir Marie coudre dans un véritable atelier domestique pendant que Jésus et d’autres enfants jouent30. Marie est assise, le tissu sur ses genoux, elle tire son aiguille dont on discerne très bien le fil en la tenant pointe levée, très haut sans doute est-elle au début de son aiguillée (figure 5). Sa tête est penchée sur l’ouvrage afin de bien le surveiller, à sa gauche une femme file, à sa droite une autre coupe un tissu sur ses genoux. Dans le cas présent, seule Marie a été vraiment observée dans son geste dont l’allure est exemplaire ; les gestes des autres femmes ont une allure plus emblématique. Plus symbolique aussi le geste de Marie tissant un galon sur un métier horizontal pendant que Jésus s’exerce à marcher à ses pieds31.

  • 32 Matt. 24, 41.

21On est par contre surpris de ne pas trouver d’iconographie fréquente de la femme à la mouture alors que l’on sait combien la mouture domestique est tache féminine. On ne la rencontre guère que dans un manuscrit allemand du xive s. avec une forte connotation aristocratique ou alors chez Herrade de Landsberg où une femme verse les grains dans la trémie d’un moulin à eau. Mais peut-on retenir cette image dans la mesure où elle illustre la phrase de l’évangile sur “deux femmes en train de moudre” ?32 Autrement nombreuses aussi sont les images de femmes qui apportent le grain au moulin.

  • 33 Par exemple : Boccace, Le livre des femmes nobles et renommées. XV°, Paris, B.N. Ms. fr. 598, mont (...)

22Il est aussi des gestes de travail artistique qui est fait par des femmes : musiciennes, peintres, écrivain. Mais, s’agit-il de labeur ou bien de loisir ? Le contexte de ces images est tellement particulier qu’il nous a semblé préférable de ne pas les retenir ici de même que les très rares représentations de femmes à la forge ou à la mine33.

Machines, ingénieurs et main d’oeuvre

23Un dernier domaine va retenir notre attention un instant, celui des machines, plus particulièrement de celles que l’on trouve dans les livres des ingénieurs. Les artistes-ingénieurs de la Renaissance voulaient d’abord restituer le savoir technique de l’Antiquité en le mettant à la portée des lecteurs de leur temps. Bien souvent Taccola, par exemple, est le premier, en ce début de xve s., à donner une bonne représentation graphique de machines issues d’une longue tradition médiévale et antique. Dans leurs illustrations ces ingénieurs ne cherchent pas à représenter un thème à l’antique comme dans le cas des calendriers qui visaient peu ou prou à illustrer l’ensemble de l’activité des hommes. Ainsi Francesco di Giorgio cherche-t-il à montrer avant tout qu’il est capable de gérer de grands chantiers. Dès lors, ces écrivains et dessinateurs mettent en avant le savoir de l’ingénieur et non pas les connaissances de l’exécutant. Ils aménagent le territoire, montrent des prises et des adductions d’eau, mais pas les hommes qui les installent ou qui s’en servent. Ils magnifient le savoir, leur savoir technique, par rapport au travail de l’individu. C’est maintenant une place plus grande donnée a la machine et par là à l’homme qui sait la construire, l’ingénieur, par rapport à l’individu qui l’accompagne.

  • 34 Voir figure 6. De rebus militaribus, Paris, B. N. Ms. lat 7239, f° 39 v°.
  • 35 Cf. : OLAUS MAGNUS, Historia de gentibus septentrionalibus, Rome, 1555. [Reprint, Copenhague, 1972 (...)

24Aussi dans pratiquement tous ces dessins l’homme au travail est-il un manoeuvre. Il n’y a pas d’ouvrier spécialisé ou d’artisan conduisant une tâche d’un bout à l’autre. Le travail de l’homme vu par ces dessins consiste essentiellement à fournir de l’énergie motrice. Dans certains cas, en effet, on ne peut pas la demander à la machine (hydraulique ou éolienne) ni à l’animal. Lorsqu’au lieu d’un mouvement circulaire on désire un va et vient à l’horizontale pour actionner, par exemple, une bielle dans un système de bielle-manivelle, ou encore quand il faut actionner une roue productrice d’énergie en marchant à l’extérieur du tambour, il est nécessaire de faire appel à l’homme34. Mais alors ce dernier se retrouve dans une position très infériorisée : il marche, il actionne la bielle-manivelle, il pèse sur des soufflets (figure 6). Il remplace en fait l’animal (cheval, boeuf, chèvre, ou même ours35). Il a maintenant perdu son geste précis d’homo faber pour n’avoir d’autre intérêt mécanique que celui de son poids.

25A la fin de ce bref tour d’horizon sur les gestes du travail, il semble bien que d’une façon générale l’image médiévale n’ait accordé qu’un faible intérêt au geste du travail en lui-même et pour lui-même. On lui a préféré l’objet, que ce soit le produit fini, la matière première, l’outil ou même la machine. L’objet autour duquel s’effectue le travail a davantage d’importance que le processus gestuel par lequel ce travail s’effectue. Cela cependant à quelques exceptions près, parmi lesquelles la moisson, la fenaison, le battage sont les plus importantes.

  • 36 S’agissant de l’Antiquité grecque, Philippe Jockey vient d’observer une situation pratiquement sym (...)

26Dans ces trois travaux il est vraisemblable qu’au spectaculaire du geste s’ajoute une certaine vision de la place de l’homme dans la Nature. C’est par un geste violent (trancher, taper) que l’homme dérobe sa nourriture au monde naturel. Serait-ce là une réaction de violence à l’exclusion du paradis terrestre36 ? L’homme devant gagner son pain à la sueur de son front le ferait de façon violente, comme avec une réaction de vengeance.

27L’ensemble de l’iconographie dont nous disposons apparaît ainsi comme beaucoup plus conceptuelle qu’anthropologique. Alors qu’avec le xiiie siècle on a vu le paysage perçu comme un reflet de la nature arriver dans l’image et remplacer le paysage codé antérieur, il n’en est pas de même pour les gestes du travail. Le produit obtenu, l’outil demeurent premiers par rapport aux processus.

28On peut suggérer plusieurs approches pour comprendre ce phénomène. D’une part le geste du travail n’est pas un rituel religieux ou social. D’autre part le geste du travail n’entre pas dans le domaine des arts libéraux. Il ressortit de celui des arts mécaniques qui n’ont acquis une certaine place dans le domaine de la connaissance que lentement et tardivement. Dès lors on a préféré montrer les résultats du travail : l’outil, résultat d’un premier travail et moyen pour un second, ou le produit obtenu, que le processus précis qui permet de l’obtenir : le geste. Le concept, même non chrétien l’emporte sur la chose, l’image du travail s’adresse davantage à l’intelligence qu’à la sensation.

Fig. 1 : La mise en place iconographique du thème du calendrier se fait sous les caroligiens, les hommes présentent outils et produits mais pas les gestes.
Recueil d’astronomie et de computation,
Vienne, Osterreichische National-Bibliothek, cod. 387, f° 90 v°.

Fig. 2 : Allant ici de gauche à droite la charrue découpe latéralement le plan entier de l’image ; il n’y pas de paysage, mais un fonds mosaïqué en damier, ce qui accentue encore le codage.
Nicolas de Lyra, Postilles sur la Genèse, Paris, BN. Ms. lat. 364, f° 9.

Fig. 3 : Vigueur, sinon même violence du geste spectaculaire.
Le mouvement est ample, qu’il s’agisse de faucher ou de marteler la lame.
Livre d’Heures de Jean de Montluçon. Paris, Bib. de l’Arsenal, ms. 438. Juin.

Fig. 4 : Le geste "pittoresque" est montré avec une certaine retenue cependant.
Il est rare de voir la femme battre le grain.
Tacuinum sanitatis
Rome, Biblioteca Casanatense, codice 4182. tav. LXXXVII rubrique spelta su concessione del Ministero per i Beni Culturali ed Ambientali.

Fig. 5 : Dans ce véritable atelier, c’est le geste de couture accompli par Marie qui est le mieux observé, comme si la fonction iconographique de ses compagnes n’était que de la mettre en valeur.
Méditations du Pseudo-Bonaventure, xive s Paris, BN., ms Ital. 115, fol 43.

Fig. 6 : Le paysage et les structures mécaniques de cette pompe sont à peine suggérés.
Le geste de l’homme ne fait que remplacer celui de l’animal : il fournit de l’énergie sans plus.
De rebus militaribus, Paris, BN. ms lat. 7239, f° 39 v°.

Notes

1 Gen. I, 28

2 Gen. 3, 19

3 ALLARD, Guy, Les arts mécaniques aux yeux de l’idéologie médiévale, Les arts mécaniques au Moyen Age, Cahiers d’études médiévales, VII, Montréal-Paris, 1982, p. 13-31.

4 Cf. Amouretti, Marie-Claire et COMET Georges, Hommes et Techniques de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, A. Colin, 1993, p. 174.

5 Brunet Latin, Li livres dou Tresor, 1866, F° 1 v°, Londres, British Library, Add ; 30024. Exposé à Paris, BNF, Tolbiac, Tous les savoirs du monde, 1996, Catalogue, ill. p. 110. Cf. COMET Georges, Le statut intellectuel des savoirs agricoles au moyen âge, référents et vecteurs, 120e Congrès des Sociétés Savantes, Nice, 1995, sous presse.

6 Par exemple : BIRINGUCCI, Vanoccio, De la pirotechnia libri X, Venise, 1540, ou AGRICOLA, Georgius, De re metallica, 1556.

7 Innombrables sont les images, citons seulement les fresques de Sucevita (Moldavie) peu avant 1600.

8 Ainsi, Gauthier de Coincy, Les miracles Notre-Dame, ca. 1330. Jean Pucelle, Paris, B.N. N. acq. fr. 24541, f° 172, montre un paysan pesant sur sa charrue (tourne-oreille) pour illustrer “le vilain qui ne savait pas la moitié de l’Ave Maria”. Cf. PAYSAGES, PAYSANS, L’art et la terre en Europe du Moyen Age au xxe siècle, (dir. E. Le Roy Ladurie) catalogue d’exposition, Paris, B.N. 1994.

9 Dans les Grandes chroniques de France (Jean Fouquet - XIVe), Charlemagne surveille une construction, des maçons y travaillent sur un échafaudage ainsi que des tailleurs de pierres. Cf. BEAUNE, Colette, Le Miroir du Pouvoir, Paris, 1989.

10 Pierre Choisnet, Le livre des trois âges, Paris, B.N. Smith-Lesnouef 70, f° 9v°, ca. 1480, montre une tonte de mouton qui est une allégorie du roi et de sa fiscalité. Cf. BEAUNE, Colette, ibid.

11 D’une bibliographie abondante sur ce sujet, je retiendrai :
COMET, Georges, Les calendriers médiévaux, une représentation du monde, Journal des Savants, Janvier-juin 1992, p. 37-98.
MANE, Penine, Calendriers et techniques agricoles (France-Italie, xiie-xiiie siècles) Paris, 1983.
On trouvera dans ces ouvrages les références de nombreuses images.

12 Deux éditions à signaler :
TACCOLA : L’art de la guerre, machines et stratagèmes de Taccola, ingénieur de la Renaissance, présenté par Eberhard Knobloch, Paris, 1992.
FRANCESCO DI GIORGIO MARTINI, Trattati di architettura ingegneria e arte militare, a cura di Corrado Maltese, Milan, 1967.
Cf. aussi de nombreux dessins dans : GILLE, Bertrand, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, 1964.

13 Cf. Mario SALMI, Alberto PAZZINI, Emma PIRANI, éd. : Theatrum sanitatis, Parme, Franco Maria Ricci, 1970
OPSOMER, Carmélia, L’art de vivre en santé, [Ms. 1041 de la bibliothèque de l’Université de Liège], Liège, 1991. Fac-simile, publication, traduction et commentaire.

14 Recueil d’astronomie et de computation, Vienne Osterreichische National-bibliothek, cod. 387, f° 90V°. Autre exemplaire à Munich, Clm 2C - 10 f° 91V°. Voir figure 1.

15 Voir figure 2 : Caïn en train de labourer. Nicolas de Lyra, Postilles sur la Genèse, Paris, B. N. Ms. lat 364, f° 9.

16 Bréviaire de l’archevêque de Prague. 1396-7. Cf. HUSA, Vaclav, Hommes et métiers dans l’art, Prague, 1967.

17 Heures de Jean de Montluçon, Paris, Bib. de l’Arsenal, ms. 438.

18 Bruxelles, musées royaux des Beaux-Arts.

19 Voir figure 3. Livre d’heures de Jean de Montluçon. Paris, Bib. de l’Arsenal, ms. 438. Juin. On notera que l’ampleur et la vigueur du geste sont renforcées par celles de l’homme qui, au second plan, martèle le fer de la faux pour le redresser.

20 Cf. LEROI-GOURHAN, André, Evolution et techniques t.l : L’homme et la matière, Paris, 1943.

21 Voir figure 4. Tacuinum sanitatis, Rome, Biblioteca Casanatense, codice 4182, rubrique spelta, épeautre.

22 Vitrail de la cathédrale de Canterbury (1180) ; Illustration du Pierre de Crescent de la B.U. de Prague, Cf. HUSA Vaclev, ibidem.

23 Maçons de la tour de Babel, bible de Litomerice (1411), Cf. HUSA Vaclev, ibidem.

24 Ainsi dans la tour de Babel du Hortus deliciarum de Herrade de Landsberg (ca. 1170).

25 Les voyages de Jean de Mandeville, ca. 1420, Londres, British Museum. Cf. Marchands et métiers au Moyen Age, Paris, Documentation Photographique, 1974.

26 Florence. Orsanmichele. Bas-relief, XVe.

27 Enluminure du Graduel de Kutná Hora, ca. 1490 ; Panneau d’Anne et la Vierge, Slovaquie, Roznaka, 1513. Cf. HUSA Vaclev, ibidem.

28 Heures de la Vierge, Flandres, ca. 1515, New-York, The Pierpont Morgan Library, MS 399 (mois de novembre).

29 Maître Bertram, La Vierge au tricot, Retable Buxtehuder, ca. 1400. Hambourg. Cf. : L’enfance au Moyen Age, catalogue d’exposition, Paris, B.N. 1994.

30 Voir figure 5. Méditations du Pseudo-Bonaventure, Paris, B.N., xive s. Cf. : PÉREZ HIGUERA, Téresa, La nativité dans l’art médiéval, Paris, 1996.

31 Livre d’heures de Catherine de Clèves, Flandres, ca. 1440. New-York, Pierpont Morgan Lib. Cf. : L’enfance au Moyen Age, ibidem.

32 Matt. 24, 41.

33 Par exemple : Boccace, Le livre des femmes nobles et renommées. XV°, Paris, B.N. Ms. fr. 598, montre des femmes dans de nombreuses activités rarement représentées ; ou encore la femme à la forge du Roman de la rose, France XIV°, Paris, Bib. Ste-Geneviève. Ms. 126.

34 Voir figure 6. De rebus militaribus, Paris, B. N. Ms. lat 7239, f° 39 v°.

35 Cf. : OLAUS MAGNUS, Historia de gentibus septentrionalibus, Rome, 1555. [Reprint, Copenhague, 1972, Rosenkilde & Baker]. On y voit des ours faire tourna une roue à marcher.

36 S’agissant de l’Antiquité grecque, Philippe Jockey vient d’observer une situation pratiquement symétrique : “Ce sont moins les outils en eux-mêmes que les gestes qui les guident qui sont représentés. Ce qu’on se propose d’illustrer et de célébrer, c’est la technè de l’artisan, son savoir-faire qui s’incarne dans un geste.” Philippe JOCKEY, La sculpture de la pierre dans l’Antiquité : de l’outillage au processus, Cahier d’histoire des techniques n° 4, Aix-en-Provence, 1997, p. 153-178.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : La mise en place iconographique du thème du calendrier se fait sous les caroligiens, les hommes présentent outils et produits mais pas les gestes.Recueil d’astronomie et de computation,Vienne, Osterreichische National-Bibliothek, cod. 387, f° 90 v°.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 2 : Allant ici de gauche à droite la charrue découpe latéralement le plan entier de l’image ; il n’y pas de paysage, mais un fonds mosaïqué en damier, ce qui accentue encore le codage.Nicolas de Lyra, Postilles sur la Genèse, Paris, BN. Ms. lat. 364, f° 9.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 3 : Vigueur, sinon même violence du geste spectaculaire.Le mouvement est ample, qu’il s’agisse de faucher ou de marteler la lame.Livre d’Heures de Jean de Montluçon. Paris, Bib. de l’Arsenal, ms. 438. Juin.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3503/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 4 : Le geste "pittoresque" est montré avec une certaine retenue cependant.Il est rare de voir la femme battre le grain.Tacuinum sanitatisRome, Biblioteca Casanatense, codice 4182. tav. LXXXVII rubrique spelta su concessione del Ministero per i Beni Culturali ed Ambientali.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3503/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 5 : Dans ce véritable atelier, c’est le geste de couture accompli par Marie qui est le mieux observé, comme si la fonction iconographique de ses compagnes n’était que de la mettre en valeur.Méditations du Pseudo-Bonaventure, xive s Paris, BN., ms Ital. 115, fol 43.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3503/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 6 : Le paysage et les structures mécaniques de cette pompe sont à peine suggérés.Le geste de l’homme ne fait que remplacer celui de l’animal : il fournit de l’énergie sans plus.De rebus militaribus, Paris, BN. ms lat. 7239, f° 39 v°.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3503/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter