Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Les gestes de Mélusine. Attitude et gestuelle mélusinienne : influences et résonances dans l‘image

Françoise Clier-Colombani

Texte intégral

  • 1 Françoise Clier-Colombani, La fée Mélusine au Moyen-Age, Images, Mythes, Symboles, Le Léopard d‘Or (...)
  • 2 Jean d‘Arras, Mélusine, éd. Critique, Louis Stouff, Slatkine Reprints, 1974. Traduction Michelle P (...)
  • 3 Couldrette, Le roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan, ed. Critique, Eleonor Roach, klincksieck (...)
  • 4 Thuring von Ringoltingen, Mélusine, traduction allemande Karin Schneider, Berlin, 1958 ; traductio (...)

1Je reprends ici, pour l‘approfondir, un des aspects de ma recherche sur « la fée Mélusine au Moyen Age1 », en revenant sur le personnage de la fée mise en scène respectivement par J. d‘Arras dans son roman en prose, (1393)2, Couldrette dans son roman en vers, (1401)3, et Thuring von Ringoltingen dans son adaptation en prose allemande de ce dernier, (1456)4.

2Rappelons tout d‘abord que l‘histoire de cette fée, ancêtre mythique des Lusignan du Poitou, fondée sur des croyances populaires attestées depuis le xiiième siècle sur tout le territoire français, a acquis en son temps une célébrité justifiée par le fait qu‘elle développe un véritable mythe, le mythe mélusinien, que chaque auteur adapte avec certaines variantes : rencontre de Mélusine et de Raimondin à la fontaine de Soif, pacte, rupture du pacte et envol de la fée sous forme serpentine, puis retour de celle-ci en fonction de nourrice et de dame blanche et déchéance de la famille.

3Parmi les manuscrits qui nous sont parvenus de ces romans, seuls certains sont illustrés, et encore, leurs illustrations ne répondent pas toutes à la même logique : certains manuscrits, notamment les plus anciens, faisant la part belle au mythe, alors que d‘autres privilégient la saga guerrière des Lusignan. Quoi qu‘il en soit, le personnage de Mélusine, leur fée tutélaire, est toujours au premier plan et préside aux moments - clé du récit, la mise en scène du ou des moments de ses métamorphose apparaissant comme les repères indispensables de la lecture des images, aussi bien dans les manuscrits ne présentant que des images titre que dans ceux constitués de véritables séries illustratives.

4Or, dans les manuscrits - et premières éditions incunables illustrés de ces romans, on observe que le discours de l‘image, loin de se limiter à une simple illustration du texte, propose bien souvent un commentaire, une explication, voire une interprétation de celui-ci. Interprétation éclairante à plusieurs chefs : car si l‘on sait que les manuscrits du xvème siècle du roman sont le fait de commandes précises, on est moins informé sur les pratiques des peintres enlumineurs, ont-ils pris connaissance du contenu du manuscrit qu‘ils doivent illustrer ?

5Projettent-ils sur leur travail d‘illustration le fruit de leur culture orale, savante et/ou populaire ?

6Qu‘en est-il donc du personnage de Mélusine ? Les représentations de la fée sont-elles fidèles à ce que nous proposent les textes ? S‘il y a interprétation, dans quelle mesure la gestuelle mélusinienne nous fournit-elle, dans l‘image, des indices de lecture du texte ? Enfin, si toutefois dans les textes manuscrits comme dans les premières éditions incunables des romans, les peintres et les graveurs se sont inspirés de « patrons », de schémas préalables d‘ordre mythologique, juridique, religieux ou liés au quotidien, quels sont-ils, et en quoi contribuent-ils, par le recours à des postures et à des gestes spécifiques, à « donner du sens » à l‘image ?

7Comme je l‘ai évoqué plus haut, la fée Mélusine est principalement représentée, dans les images, aux moments - clé de son histoire. C‘est autour d‘elle, à l‘évidence, que s‘organise la trame narrative du roman. C‘est elle qui décide du destin de Raimondin, l‘homme qu‘elle s‘est choisi pour l‘aider à mener à bien sa destinée personnelle, sortir de son tourment d‘esprit - fée, et accéder à l‘humaine condition. Mélusine est une femme de tête, une « maîtresse fée », dirons nous. Pourtant, l‘histoire de cette nymphe, coupable du quasi - meurtre de son père, le roi Elinas, qu‘elle enferme dans une montagne, et maudite par sa mère, Pressine ; condamnée à rester serpente jusqu‘à ce qu‘un homme accepte de l‘épouser sans s‘enquérir de savoir qui elle est ni ce qu‘elle fait le samedi, ne peut se terminer en « happy end ». Et c‘est en quoi cette « décideuse » apparaît également, et nous allons le mettre en évidence, comme une victime, un monstre attendrissant en quelque sorte, dont la conduite rachète paradoxalement la faute originelle, tandis que le personnage de Raimondin, plus faible et plus emporté, sera chargé du crime de l‘avoir trahie et renvoyée pour l‘éternité dans le monde fantomatique des « esperits faés ».

I. LA NOBLE DAME DE LUSIGNAN

1 - La rencontre à la fontaine

8Les qualités de cette héroïne culturelle qu‘est Mélusine, fée tutélaire des Lusignan du Poitou, se dévoilent dès 1 "épisode de la « rencontre à la fontaine ».

9Raimondin, meurtrier involontaire de son oncle le comte de Poitiers, erre à travers la forêt de Coulombier après une mortelle chasse au sanglier, lorsqu‘il rencontre à la Fontaine de Soif trois dames, dont Mélusine, « la plus seigneurie », selon J. d‘Arras, « la plus cointe » selon Couldrette.

10Plusieurs manuscrits, de nombreux incunables illustrent cette scène mettant en relation une triade de personnalités sylvestres et aquatiques et un jeune cavalier aveuglé par le désespoir. Que représente cette triade ? Quels en sont les modèles éventuels ? La représentation de la scène mythologique du jugement de Paris ? Celle de Diane surprise au bain ? Ou celle des « matres » si populaires dans la Gaule romanisée ? Le plus ancien manuscrit illustré du roman, celui de J. d‘Arras (Paris Ars fr 3353), ne nous informe guère sur l‘origine de l‘inspiration. En revanche l‘illustrateur montre efficacement le désir de Mélusine de se désolidariser de cette triade pour aller vers le cavalier en qui elle voit le remède à ses maux : de fait, l‘image met en scène, dans une atmosphère irréelle, trois jeunes femmes réunies au fond des bois auprès d‘une source rustique, et surprises par le surgissement imprévu d‘un cavalier. L‘une des nymphes, Mélusine, se détachant du groupe, saisit fermement le cheval par la bride, alors que ses deux compagnes, effrayées, s‘enlacent. Dans celte scène, on ne peut donc que constater l‘attitude hardie, et la fermeté déployée par la fée.

  • 5 Mickaël Baxandall, L‘œil du quattrocento, Gallimard 1985

11Dans un manuscrit plus tardif du roman de Couldrette, leParis BN fr 24384, la scène de rencontre est figurée dans l‘image en deux épisodes successifs : dans la partie gauche de l‘illustration, les trois dames sont assises auprès de la fontaine dont les pouvoirs sont donnés comme féeriques ; l‘une d‘entre elles, la plus richement vêtue, ne prend pas la peine de se lever pour s‘adresser au jeune cavalier qui s‘est arrêté devant elle. Elle lève le bras et pointe l‘index vers lui, montrant ainsi qu‘elle s‘adresse à lui avec dignité et autorité (cf. Mickaël Baxandall5) ; La deuxième partie de l‘image est consacrée à la séparation des héros à l‘orée de la forêt ; Mélusine cette fois s‘est levée pour accompagner Raimondin ; celui-ci se penche maintenant vers elle pour lui faire ses adieux. Elle, de son côte, semble lui faire une recommandation ou prière : c‘est l‘échange des serments entre les futurs époux. Ici encore, Mélusine se distingue par son comportement dans l‘image, ferme et autoritaire. C‘est visiblement elle qui mène le jeu.

12Un autre manuscrit, illustrant l‘adaptation de T. von Ringoltingen en allemand, le manuscrit de Nuremberg 4028, traite la scène de la rencontre en deux illustrations successives, celle de la rencontre proprement dite, (figure 1) puis celle de l‘échange des serments entre Mélusine et Raimondin.

  • 6 François Garnier, le langage de l‘image au Moyen-Age, Le Léopard d‘Or, 1982
  • 7 Jean-Claude Schmitt, La raison des gestes dans l‘occident médiéval, Gallimard 1990

13La première rassemble autour de la fontaine le groupe des trois fées signalées par leurs gracieuses couronnes de fleurs d‘épine, Face à elles, le jeune cavalier, dont tout dans l‘attitude, bouche ouverte et mains croisées sur la poitrine, évoque la surprise et même la consternation - selon François Garnier6, est doté d‘un physique agréable, assez semblable à celui de Mélusine, quoiqu‘il soit figuré d‘une taille inférieure à cette dernière : preuve manifeste de son infériorité devant cette puissante personnalité dotée de pouvoirs surnaturels7. Le jeune homme, dit le texte, se croit parvenu au royaume des morts et voit en Mélusine une apparition. Les fées, de leur côté, lui réservent un accueil souriant et même moqueur. Mélusine une fois encore manifeste son autorité et son esprit d‘à propos en saisissant le cheval par la bride cl en attirant son attention, le bras droit levé et l‘index pointé dans sa direction.

14Enfin, les premières éditions incunables du roman ne font qu‘amplifier ce rapport de pouvoir que nous avons vu s‘établir entre la fée et le jeune homme dans les scènes de rencontre illustrées dans les manuscrits à peintures antérieurs :

15Ainsi l‘illustration de la page de garde de l‘édition Steinschaber, (Genêve, 1478), accompagnée d‘un titre explicatif : « Comment Mélusine et ses deux sœurs s‘apparurent à Raimondin à la fontaine de Soif », présente les trois fées disposées en « rang d‘oignon »sur une sorte de rocher surmontant la fontaine ; au pied de ce rocher, Raimondin sur son cheval, de taille plus réduite, semble écrasé autant par l‘étonnement dû à cette apparition dont il est le témoin que par la faiblesse de sa nature comparée à celle de ces divinités qui le dévisagent. Ces trois fées semblent bien constituer une seule personnalité divisée en trois cependant la position centrale est occupée par Mélusine, la plus « seigneurie », C‘est elle également qui tient à la main une rose, symbole d‘amour : le modèle originel de cette représentation s‘apparente donc maintenant, de façon plus formelle que dans les images précédentes, aux figurations connues, à la fin du xvème siècle, du jugement de Paris.

16Toutes ces images mettent donc en valeur :

  • La nature supérieure de Mélusine, se présentant comme une apparition, évoquant les puissantes divinités antiques disposées en triade (Junon, Minerve et Vénus) ou gauloises (les matres, mères de la prospérité) ; dotée d‘une taille imposante ou du moins supérieure à celle de Raimondin et se détachant avantageusement du groupe de ses soeurs les fées.
  • Sa personnalité volontaire et dominatrice, identifiable par ses attitudes symboliques : gestes de possession (s‘emparer de la bride du cheval de Raimondin) ; gestes d‘ordre (tendre l‘index droit et désigner celui à qui l‘on s‘adresse avec autorité) ; gestes d‘alliance ou de pacte (serrements de mains annonçant les gestes spécifiques du sacrement de mariage - alors que les textes parlent de tendres embrassades et de dons d‘anneaux magiques).
  • Sa nature individualiste : Mélusine n‘est pas seulement un personnage surnaturel, elle est également un personnage de roman au caractère bien défini, et déterminé par deux volontés précises : sauver son âme en épousant un homme et en mourant en bonne chrétienne ; et faire le bonheur de cet homme, en l‘occurrence Raimondin, dont elle est tombée amoureuse en le voyant – c‘est du moins ce qu‘elle affirmera plus tard, au moment de leur séparation et de son départ. Les gestes de Mélusine se font donc, dans l‘image, symboliques et frappants, afin de signaler sa rencontre avec Raimondin comme un exemple d‘alliance extraordinaire, entre un simple mortel et une puissance supérieure : car si les textes des romans insistent sur les mérites de Raimondin, il va sans dire que du point de vue des artistes peintres et graveurs, influencés par un contexte légendaire prégnant dans la littérature autant savante que populaire de l‘époque, les fées sont plus puissantes que les mortels, même si elles ne sont pas totalement « de par Dieu ».

2-La bonne dame de Lusigan

17Dans le cours de la narration, on observera la volonté des peintres enlumineurs, et plus encore des graveurs sur bois, d‘ancrer le personnage de la fée dans le cadre des usages féodaux, preuve de son désir et de sa compétence à participer au monde humain, preuve également de ce qu‘elle n‘appartient pas au monde des esprits.

18L‘on constate aussi, en analysant les images, la volonté d‘actualiser le personnage, de le rendre crédible et véridique : c‘est pour cette raison que Mélusine sera montrée participant activement à la construction de la forteresse de Lusignan, surveillant et dirigeant ses ouvriers, - venus d‘on ne sait où. et qu‘elle paie dûment chaque samedi L‘illustrateur du ms Paris Ars fr 3353, (folio 22 v °) la campe au milieu du chantier, suivie du petit dragon familier témoignant, dans son idée, de la nature féerique de la dame (figure 2).

19On la verra encore conseillant sagement son époux en matière de politique : elle l‘engage ainsi à regagner ses terres de Bretagne en menant une guerre efficace contre celui qui les garde indûment ; ou veillant à la bonne éducation de ses nombreux fils que l‘on voit s‘ébattre autour de son ht dans le manuscrit de Nuremberg.

20Elle est également représentée accompagnant ses aînés Urien et Guyon, lors de leur départ pour Chypre, au port de La Rochelle (dont elle a bâti les tours jumelles), et leur faisant ses recommandations - toujours avec ce geste injonctif du bras, l‘index en avant, qui la caractérise. Elle se déplacera aussi, accompagnée de Raimondin, pour mener son fils Fromont chez les moines de l‘abbaye de Maillezais. En revanche, Mélusine n‘est jamais représentée dans des activités typiquement féminines, telles que la broderie ou tout autre ouvrage de dame ; elle est avant tout représentée dans le contexte de sa vie publique et perçue comme la véritable maîtresse de Lusignan, femme d‘action et de décision. Les seules illustrations où elle sera surprise dans une situation liée à sa vie privée concerneront : - la bénédiction du lit nuptial par l‘évêque le jour de ses noces - mais il s‘agit encore d‘un acte public ; - ses nombreuses maternités - représentées uniquement dans les manuscrits germaniques (tardifs) et dans les incunables ;- les scènes où elle revient allaiter ses deux derniers enfants Remonnet et Thierry, - et enfin, la scène la plus dérangeante du roman, celle de son bain hebdomadaire, le bain épié, qui va faire de cette femme supérieure une victime.

21Mais avant d‘apparaître en figure de victime, Mélusine apparaît, comme nous l‘avons vu, en figure d‘héroïne civilisatrice, de « Mère » des Lusignan, fondatrice d‘une lignée puissante, et ce geste caractéristique de la fée, assise ou debout, de lever légèrement le bras pour, pointant l‘index, imposer sa volonté, se retrouve dans tous les manuscrits illustrés mettant en scène la bonne dame garante de la prospérité des Lusignan, qu‘elle soit économique ou familiale, en châtelaine aimée et écoutée de tous, même après que le pacte l‘unissant à Raimondin ait été rompu cl qu‘elle soit proche du départ pour l‘autre monde.

3- Le testament de Mélusine

22En effet, l‘attitude de Mélusine sera décrite comme particulièrement solennelle dans les images évoquant son départ de Lusignan, alors qu‘elle réglera les questions concernant la sauvegarde de sa famille et de ses domaines, et le partage de son héritage, avec l‘accord et la confiance aveugles de Raimondin et de tous les barons réunis. Ainsi dans le manuscrit Paris Ars fr 3353, dans l‘illustration précédant celle de l‘envol de la fée, nous voyons celle-ci faire publiquement don à Raimondin d‘un nouveau jeu d‘anneaux magiques - ce don avait déjà été fait lors de leur rencontre à la fontaine -, renouvelant sa protection dans les procès et combats à venir. Dans le manuscrit de Nuremberg, le personnage de la fée, dans les mêmes circonstances, apparaît grandi face à son époux anéanti par le chagrin : assise puis debout face à Raimondin agenouillé à ses pieds, elle se justifie tout d‘abord à ses yeux, puis lui explique la situation dans laquelle ils se trouvent ; enfin, prodigue avec rigueur et fermeté conseils et prévisions pour l‘avenir.

23Son attitude digne et altière en font, dans les images, un personnage imposant et bienveillant à la fois. Le rapport de pouvoir entre elle et les seigneurs qui l‘écoutent, dont Raimondin au premier plan, laisse supposer que tous ses ordres, jusqu‘aux plus étonnants, - comme celui de mettre à mort son fils Horrible, par trop malfaisant -, seront promptement exécutés.

24Les gravures sur bois des éditions incunables, quant à elles, interpréteront cette scène comme celle où Mélusine fait son testament, même si, dans les images, sans doute réemployées à partir d autres bois partiellement remaniés, c‘est Raimondin qui paraît le dicter ! Tant il est rare, dans tout le Moyen – Age, que cette prérogative soit attribuée à une femme.

25Ceci prouve donc à plus forte raison l‘exemplarité de l‘histoire de la fée.

26La bonne dame, cependant, quoique puissante, aimée et redoutée, n‘a pu conserver bien longtemps son pouvoir, assis sur des bases trop fragiles. Femme serpente, elle tient sa force magique de l‘élément surnaturel, mais son évolution, de la fée des bois à la dame richement établie, n‘a pu se faire sans la permanence d‘une menace, apparente dans l‘image dès le moment de la malédiction de Mélusine et de ses deux sœurs, Mélior et Palestine, par leur mère Pressine.

II- LA VICTIME

1-La malédiction de Pressine

27Les malheurs de Mélusine rappellent ceux de sa mère et en sont la conséquence : en effet, le roman de J. d‘Arras fait état de l‘histoire de la fée Pressine, rencontrée au fond d‘un bois, près de la mer, par le roi Elinas d‘Albanie, au cours d‘une chasse. Emerveillé par la voix - « de seraine » de la dame, et par sa beauté, il l‘épouse, mais elle pose une condition : ne pas être vue « en sa gésine ». Un fils né d un premier mariage, jaloux de la naissance des trois filles, incite le père à venir les admirer : c‘est la rupture du pacte avec la fée Celle-ci se réfugie dans l‘île d‘Avallon avec sa progéniture qu‘elle instruit de l‘affaire pour leurs quinze ans. Mélusine joint alors son pouvoir à celui de ses sœurs pour punir leur père, l‘enfermant dans une montagne au grand dam de leur mère qui se venge en les maudissant, après leur avoir signifié qu‘elles ont perdu, par leur malheureuse initiative, la chance d‘accéder un jour à la pure humanité. Héritage de leur père imprudemment perdu.

28Cette scène de malédiction n‘est illustrée que dans le manuscrit Paris Ars fr 3353, le plus ancien : dans la partie gauche de l‘image, la fée Pressine, dominant ses filles de deux têtes, vêtue d‘une robe aux manches festonnées de la même façon que la crête dorsale du petit dragon qui l‘accompagne, offre un spectacle impressionnant :elle agite les bras de façon agressive, et semble bien jeter un sort à ses trois filles alignées devant elle et rejetées en arrière comme sous l‘effet du souffle violent de ses imprécations. L‘effroi de ces dernières transparaît à travers l‘agitation de leurs mains placées en opposition, et l‘expression de leur visage, bouche ouverte et sourcils froncés, caractéristique, dans l‘image médiévale, de la peur et de la colère. A l‘appui de la triple malédiction de Pressine l‘illustrateur du manuscrit a jugé utile d‘annoncer, par des signes iconiques, le triple destin des fées : à Palestine, correspondra une fonction chtônienne : elle gardera, dans la grotte à laquelle elle s‘adosse dans l‘image, le trésor des Lusignan. A Mélior, la fonction ouranienne :elle veillera, au château de l‘Espervier l‘oiseau du même nom qu‘elle lient déjà dans ses mains ; quant à Mélusine, le dragon qui, dans l‘image, se trouve entre sa mère et elle, signale la transmission du pouvoir magique de l‘une à l‘autre des personnalités féeriques, et leur nature aquatique ; mais il signale également l‘aspect tragique de son destin, à l‘image du serpent qui, dans les illustration de l‘Ovide Moralisé, pique Eurydice au talon :toutes deux finiront en enfer !

29C‘est donc la malédiction de Pressine, détaillée dans le roman de J. d‘Arras jointe à la culpabilité criminelle de Mélusine, qui décide de sa conduite volontariste ;mais elle fait d‘elle un être aux abois : à tout instant, Raimondin peut, malgré son amour, se parjurer et faire échouer son projet de vie de « femme naturelle », malgré tous les serments exigés de celui-ci, et les recommandations dont elle l‘accable, lors de leur rencontre, et qui sont condensés dans la scène des « serments », où l‘on voit Mélusine faire ses adieux à son tout nouvel ami : (ms Paris BN fr 24383, ms de Nuremberg. éditions incunables)

2-Le bain de Mélusine

30Autre manifestation de la faiblesse de Mélusine : la nécessité du bain hebdomadaire, sous sa forme originelle de femme serpent, chaque samedi, dans un lieu secret : c‘est là qu‘elle est censée expier son méfait et se purifier de sa nature surnaturelle. Mais ce bain, imposé par la malédiction de Pressine, représente un danger permanent pour la fée, car il constitue le moment crucial où Raimondin est susceptible, - comme Elinas, d‘être amené à rompre le pacte. Ce qui se produit par suite des insinuations du frère de Raimondin, le comte de Forez. La puissante Mélusine de Lusignan se transforme alors en la pitoyable victime d‘un parjure, car même si Raimondin se repent immédiatement de l‘emportement qui l‘a poussé à vérifier la nature des occupations de son épouse le samedi, l‘irrémédiable est accompli. Mélusine est censée s‘isoler le samedi pour réfléchir aux moyens les plus propres à accroître la fortune de son époux. C‘est du moins ce qu‘elle lui a fait croire, et cette méditation n‘est du reste pas incompatible avec une occupation de pénitence purgatoire.

31Une seule enluminure, dans l‘ensemble de notre corpus, (ms de Cambridge, University Library LP 2-5) la représente seule, sans la présence de Raimondin en train de l‘épier. Elle est nue au bain jusqu‘à mi- corps, les yeux modestement baissés, dans une attitude de méditation ; curieusement, elle semble s‘entretenir avec la tête de serpent terminant sa queue, et qui sort de l‘eau à la hauteur de son visage, au demeurant très gracieux. D‘un geste de la main, elle semble montrer à l‘éventuel spectateur le monstre avec lequel elle se baigne.

32Le peintre a-t-il voulu rappeler de façon emblématique, dans l‘unique illustration liminaire du manuscrit, la double nature de la fée ? c‘est probable ; mais la posture de Mélusine fait d‘elle, malgré cette promiscuité repoussante avec le serpent, une baigneuse à l‘attitude pudique.

33Cette attitude pudique et réservée, elle la gardera dans l‘ensemble des représentations du bain « épié », alors même qu‘elle sait que son époux après avoir foré un trou dans la porte de fer qui l‘isole des regards indiscrets, contemple avec effroi l‘alliance étrange, au sein de l‘eau, d‘un corps à la lumineuse beauté se terminant en une repoussante queue de serpent.

34D‘un manuscrit à l‘autre, et quel que soit le degré de monstruosité de la fée dans l‘image, celle-ci conserve toujours cette attitude modeste et résignée, soit qu‘elle croise les mains au niveau de la ceinture (ms de Bâle, Universität Bibliothek Codex 0-1-18), ou qu‘elle masque pudiquement sa poitrine de l‘une, posant l‘autre sur le bord du cuveau (ms Paris BN fr 24383), ou encore qu‘elle allonge les bras sur les bords de sa « baignoire », dans une attitude d‘abandon résigné (ms de Nuremberg). Parfois elle tourne ses regards en direction de la porte (ms de Bâle), semblant s‘apercevoir de la trahison de son époux ; le plus souvent, elle baisse les yeux (ms Paris Ars fr 3353 ; BN 24383 ; Nuremberg). Pourtant, nous apprenons dans le roman de J. d‘Arras que la fée au bain peigne ses longs cheveux et donne de grands coups de queue dans l‘eau, faisant jaillir des gouttelettes jusqu‘au plafond ; Couldrette, de son côté, dépeint l‘effroi de Raimondin devant la taille monstrueuse de la queue de serpent de la dame, L‘on observe donc ici une distorsion entre le discours des textes romanesques et celui des images censées les illustrer : d‘où provient-elle ? La posture et les gestes pudiques de le fée au bain ont-ils été crées de toute pièce par ses différents illustrateurs ? Il semblerait que non, puisque l‘on trouve, dès le viième siècle ap JC des représentations équivalentes de Bethsabéc au bain figure très en vogue dans les illustrations de livres d‘heures au xvème siècle. I1 est évident, par ailleurs, que la posture de la fée au bain ait encore à voir avec les représentations antiques de Vénus et des sirènes gréco - romaines et médiévales. On retrouvera encore cette attitude spécifique dans les représentions des supplices de saintes pendant tout le Moyen- Age, - à cette différence près que les suppliciées joignent les mains en signe de prière -, et jusqu‘au xvième siècle, avec les représentations, dans la statuaire, de sainte Venice, dont le culte populaire, dans la France de l‘ouest, a beaucoup à voir avec Vénus et Mélusine (cf. note 1).

35On peut donc conclure, en ce qui concerne les représentations Mélusine au bain, que les illustrateurs ont constamment choisi le parti de figurer la serpente sous le jour le plus favorable, au risque de trahir certaines nuances des textes. En revanche, ils se sont ainsi conformés à l‘idéologie dominante des romans de Mélusine, en plaçant la figure de la fée serpente au bain à l‘opposé des représentations de sirènes lubriques médiévales et de la grande prostituée de Babylone de la tapisserie de l‘Apocalypse d‘Angers. L‘optique des illustrateurs est de montrer en Mélusine la bonne dame de Lusignan souffrant patiemment sa peine purgatoire, et victime de surcroît de l‘inconstance des hommes.

36Quant à Raimondin, il n‘est jamais figuré au moment où il transperce la porte de son épée, mais après l‘avoir fait. Les illustrations se répartissent alors entre celle qui nous montrent Raimondin train d‘épier Mélusine au bain, comme dans le ms de Nuremberg, où on le voit l‘épée encore à la main, le visage collé à la porte et la bouche ouverte, comme stupéfié devant le spectacle qui s‘offre à lui ; et celles qui nous le montrent alors qu‘il a déjà vu Mélusine sous sa forme serpentine : son visage exprime la plus grande détresse ;il écarte les bras en signe d‘impuissance (ms Paris BN fr 24383, folio 19 r° ; figure 3), se désespère de l‘avoir trahie, et reporte son dépit et sa colère, en un geste vengeur, vers son frère qui s‘éloigne, à pied ou à cheval, selon le cas, dans le paysage (ms de Bâle).

37Toutes les éditions incunables reprendront cette gestuelle.

3-Le départ de la fée

38Raimondin est affligé d‘un tempérament emporté ; ce défaut lui a nuit lorsqu‘il s‘est laissé aller à soupçonner et à épier Mélusine dans son bain, Comme l‘événement est resté secret, Mélusine a bénéficié d‘un sursis pour demeurer auprès de lui. Hélas ! Leur fils Geoffroy la grand‘dent, dans un accès de fureur noire, vient de mettre à feu l‘abbaye de Maillezais où son frère Fromont était moine. Fou de colère, Raimondin s‘en prend publiquement à Mélusine qu‘il accuse d‘être une « très fausse serpente » ; Celle - ci, qui sait déjà que son expérience humaine touche à sa fin, aurait de bonnes raisons de se désespérer.

39Or son attitude, dans les textes comme dans les images -principalement dans les manuscrits présentant des « séries illustratives « tels les ms Paris BN fr 24383 et le ms de Nuremberg. allie douleur extrême et remarquable maîtrise de soi : l‘image, loin de contredire le texte, l‘appuie :

40Ainsi dans le ms Paris BN fr 12575, lorsque Raimondin, assis sur un trône imposant et vêtu princièrement d‘un manteau rouge bordé d‘hermine, profère à son encontre de dures paroles, - il porte la main à sa poitrine pour justifier ses accusations, tout en tenant de l‘autre son épée -, Mélusine s‘effondre, soutenue par les courtisans éplorés (figure 4). Victime injustement punie, elle se trouve dans la position inverse de celle de Raimondin au moment de leur rencontre, selon la rude logique de la roue de la Fortune, si souvent et si amèrement évoquée par Raimondin lui - même.

41La même scène est reproduite dans le ms Paris BN fr 24383 où l‘on voit un courtisan obligeant asperger d‘un verre d‘eau le visage de la dame évanouie, devant un Raimondin agressif esquissant un pas menaçant dans sa direction tout en agitant les mains comme pour soutenir son argumentation : la douleur se peint sur les traits de Mélusine et des assistants.

42Les illustrateurs des manuscrits du roman de Thüring von Ringoltingen, (ms de Bâle et ms de Nuremberg), consacrent chacun pour leur part un nombre important d‘images à cet épisode conçu comme une véritable série illustrative ; Dans le ms de Bâle. Mélusine s‘évanouit en deux temps : tout d‘abord elle tombe allongée sur le sol : deuil de toute la cour. Verre d‘eau jeté sur son visage. Attitude arrogante et cynique de Raimondin s‘avançant vers elle, agitant les mains et même marchant sur sa robe ! Puis les deux amants tombent évanouis sur un lit, terrassés par le chagrin. La scène, intimiste, sera reprise, avec des variantes ou des erreurs diverses, par tous les incunables.

43Le même épisode est abordé avec un luxe supplémentaire de détails dans le ms de Nuremberg, où il est divisé en quatre scènes successives réalisées avec une particulière finesse d‘interprétation :

  1. Raimondin accuse Mélusine, l‘index pointé sur elle. Mélusine, elle, joint les mains sur sa poitrine, manifestant ainsi son saisissement et sa douleur.
  2. Mélusine s‘assoit pour se justifier : assise dans son fauteuil, les mains posées sur les accoudoirs, elle réintègre, par son attitude comme par son discours, sa position antérieure de dame respectée et aimée de tous, face à elle, l‘impulsif Raymondin, tête basse, une main sur la poitrine, l‘autre à la ceinture, regrette déjà ses paroles et son bonheur à jamais perdu.
  3. Tous deux s‘évanouissent symétriquement dans l‘image, dans les bras de leurs courtisans respectifs.
  4. Mélusine se tient maintenant debout devant Raymondin agenouillé dans une attitude de prière : il la supplie de rester. Elle, donne des ordres, bras à demi repliés : ce sont ses dernières volontés, et non ses derniers regrets, comme il est dit dans le texte(figure 5).

44L‘envol proprement dit de Mélusine peut alors avoir lieu :

45Dans ce manuscrit de Nuremberg, l‘envol est vu, curieusement, de l‘intérieur du château, devant trois assistants éplorés. Bras levés en signe de désespoir, elle part à reculons, et semble vouloir se raccrocher au chambranle de la fenêtre par laquelle elle semble aspirée vers l‘extérieur par une force invisible La monstruosité de sa queue, de taille réduite, est très atténuée, et la fée part vêtue d‘une chemise et coiffée :tout est fait pour que le lecteur oublie l‘être surnaturel à l‘aura inquiétante au profit de la bonne dame de Lusignan, victime d‘un destin mauvais.

46Dans le manuscrit Paris BN fr 24383, (figure 5), l‘envol de la fée est vu de l‘extérieur, ce qui correspond au cas le plus général. Elle part de la fenêtre d‘un château, sous la même apparence semi-monstrueuse que lors de son bain : moitié femme, moitié dragon ailé, (c‘est encore sous cette forme qu‘elle revient soigner ses plus jeunes enfants, comme on peut en juger dans la deuxième partie de l‘enluminure, qui est double). Mais ce qui est remarquable, c‘est la douleur exprimée par ce monstre pitoyable : elle part avec regret, tournant douloureusement ses regards vers le lieu qu‘elle quitte, tordant ses mains de désespoir : il n‘y a plus à voir en elle qu‘une créature déchue, oubliée de Dieu, propre à inspirer la pitié : 1a belle et grande dame n‘est plus qu‘une épouse et une mère désolée, à qui aura pourtant été refusée la pure humanité qu‘elle incarnait si bien (figure 6).

47En effet, aux images du monstre prenant son envol succèdent immédiatement, dans les séries d‘images, celles de la maternité bienveillante :

  • sirène allaitant du ms Paris BN fr 12575 ;
  • dragonne ailée à peine partie qu‘elle revient soigner ses enfants en présence des nourrices, (ms Paris BN fr 24383) ;
  • femme naturelle en ce qui concerne les manuscrits de Nuremberg et de Bâle, sans compter les nombreuses occurrences dans le ms de Nuremberg où la fée est représentée en compagnie de ses nombreux fils qu‘elle entoure de gestes tendres évoquant les images de la Nativité.

48De fait le diabolique est commodément renvoyé vers les deux sœurs, Mélior et Palestine. Mélusine s‘en trouve déchargée. Il ne reste plus de la serpente des Lusignan que l‘image d‘une belle bonne et puissante dame, partagée entre une gestuelle du pouvoir et une gestuelle de la souffrance et de la tendresse. Le mythe mélusinien s‘estompe progressivement dans les méandres du romanesque.

49A l‘évidence, l‘interprétation des illustrateurs, influencés par des patrons divers mais surtout guidés par leur interprétation de la légende, a privilégié d‘une part l‘image noble et digne de la fée tutélaire des Lusignan, d‘autre part l‘image pitoyable de la tendre épouse et mère de cette famille. Gestes symboliques du pouvoir, gestes religieux juridiques s‘imposent, recouvrant -, peut - être, l‘image des « matres » gauloises, présidant aux destinées des mortels, ou celle des trois grandes déesses de la mythologie, décidant dans le jugement de Paris, du sort d‘un couple et d‘une guerre.

50Mais la pénitente au bain qu‘est Mélusine évoque les saintes femmes, Bethsabée, Venice, ayant à voir avec le bain et la purification, par delà les figures mythologiques des sirènes ou de Vénus, bien que les premières soient reconnues au Moyen - Age comme de bonnes mères, et la seconde comme la mère d‘une lignée fameuse.

51Les gestes de Mélusine au bain sont en effet guidés par la modestie et la pudeur, et non par la coquetterie et la luxure : les gestes de désespoir de la serpente qui s‘envole, ceux, maternels, de la mère attentive qui revient nourrir et « aisier » ses derniers enfants, achèvent de convaincre les lecteurs, malgré les formes monstrueuses que prend la fée, - formes de moins en moins effrayantes à mesure que les illustrations se font plus narratives -, que la bonne dame de Lusignan, loin d‘être un démon succube, doit être perçue comme un être « de par Dieu », ainsi qu‘elle ne cesse de le revendiquer dans toutes les versions de son roman.

52Illustrations :

  1. Rencontre de Mélusine et de Raimondin, ms de Nuremberg, Germanisches National Muséum 4028
  2. La construction de Lusignan, ms Paris Ars fr 3353 fol 22v°
  3. Le bain de Mélusine, ms Paris BN 24383 fol 19r°
  4. La rupture du pacte : Raymondin accuse Mélusine, ms Paris BN fr 12575 fol 79r°
  5. La rupture du pacte : Raimondin supplie Mélusine de rester, ms de Nuremberg 4028
  6. L‘envol de Mélusine, son retour pour soigner ses deux derniers enfants, ms Paris BN fr 24383 fol 30r°

53Manuscrits et éditions incunables cités :

  • Jean d‘Arras : Paris, Arsenal fr 3353, (règne de Charles VII)
  • Couldrette : Paris BN fr 12575(1430) ; Paris, BN fr 24383 (1460) ; Cambridge University Library ms L-P 2-5 (xvème s)
  • Thüring von Ringoltingen : Nuremberg. Germanisches National Museum, ms 4028 (1468) ; Bâle, Universität Bibliothek, codex 0-1-18 (1471)
  • Adam Steinschaber, Paris BN Rés 72400

Illustration. 1 : Rencontre de Mélusine et de Raimondin, Nuremberg, Germanisches National Museum 4028

Illustration. 2 : La construction de Lusignan Paris Ars fr 3353 fol 22 v° Bibliothéque de l'Arsenal

Illustration. 3 : Le bain de Mélusine Paris BN 24383 fol 19 r°

Illustration. 4 : La rupture du pacte Raimondin accuse Mélusine Paris BN 12575 79 r°

Illustration. 5 : La rupture du pacte Raimondin supplie Mélusine de rester Nuremberg, Germanisches National Museum 4028

Illustration. 6 : L'envol de Mélusine son retour pour soigner ses deux derniers enfants Paris BN fr 24383, fol. 30 r°

Notes

1 Françoise Clier-Colombani, La fée Mélusine au Moyen-Age, Images, Mythes, Symboles, Le Léopard d‘Or, 1991

2 Jean d‘Arras, Mélusine, éd. Critique, Louis Stouff, Slatkine Reprints, 1974. Traduction Michelle Perret, Stock, 1979

3 Couldrette, Le roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan, ed. Critique, Eleonor Roach, klincksieck, 1982. Traduction Laurence Harf-Lancner, Garnier-Flammarion, 1993

4 Thuring von Ringoltingen, Mélusine, traduction allemande Karin Schneider, Berlin, 1958 ; traduction française J. M. Pastré, Reineke-Verlag Greifswald, 1996

5 Mickaël Baxandall, L‘œil du quattrocento, Gallimard 1985

6 François Garnier, le langage de l‘image au Moyen-Age, Le Léopard d‘Or, 1982

7 Jean-Claude Schmitt, La raison des gestes dans l‘occident médiéval, Gallimard 1990

Table des illustrations

Légende Illustration. 1 : Rencontre de Mélusine et de Raimondin, Nuremberg, Germanisches National Museum 4028
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Illustration. 2 : La construction de Lusignan Paris Ars fr 3353 fol 22 v° Bibliothéque de l'Arsenal
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Illustration. 3 : Le bain de Mélusine Paris BN 24383 fol 19 r°
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Illustration. 4 : La rupture du pacte Raimondin accuse Mélusine Paris BN 12575 79 r°
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3502/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Illustration. 5 : La rupture du pacte Raimondin supplie Mélusine de rester Nuremberg, Germanisches National Museum 4028
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3502/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Illustration. 6 : L'envol de Mélusine son retour pour soigner ses deux derniers enfants Paris BN fr 24383, fol. 30 r°
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3502/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter