Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Les gestes d’adoration, de prière, d’offrande et de violence dans Le mystère de la passion de Troyes

Jean-Claude Bibolet

Texte intégral

1Pourquoi s’intéresser aux gestes d’adoration, de prière, d’offrande et de violence dans Le Mystère de la Passion de Troyes ?

2C’est d’abord parce que c’est une pièce de théâtre, et à moins d’imaginer des personnages statiques, les gestes sont nécessaires.

3C’est ensuite qu’on est certain qu’il a été joué à Troyes, plusieurs fois, et certaines dates sont sûres : 1482, 1490, 1496, 1505, et encore 1531. Il a donc été représenté pendant cinquante ans, de la fin du xvème siècle presque jusqu’au milieu du xvième siècle. Ce n’est donc pas du théâtre de « papier ».

4C’est enfin qu’il contient de très nombreuses didascalies, 736 sur l’ensemble des trois tomes, bien plus nombreuses que dans le texte de Gréban. Les didascalies sont, on le sait, les indications de mise en scène portées sur un manuscrit du Moyen Age, qu’elles soient de la main de l’auteur, d’un autre rédacteur, voire d’un régisseur. Mais le terme est encore employé aujourd’hui à propos du théâtre moderne : Anne Ubersfeld l’utilise de nombreuses fois dans son ouvrage Lire le théâtre (1978, éditions sociales).

5Comme beaucoup de participants à ce colloque, je me suis interrogé sur la définition de geste et je me suis tout simplement tourné vers le Trésor de la langue française, le Littré, le Grand Robert ; j’ai retenu le sens : « mouvement extérieur du corps (ou de l’une de ses parties) perçu comme exprimant une manière d’être ou de faire. ».

6Le Robert est peut-être plus précis (tout en étant plus restrictif) : mouvement du corps (principalement des bras, des mains, de la tête), volontaire ou involontaire, révélant un état psychologique ».

7Il est évident que dans certains cas la limite entre le geste et l’attitude sera difficile à fixer : où finit le geste, où commence l’attitude ?

8Nous nous fonderons pour cette étude sur les didascalies, mais aussi sur les propos tenus par les personnages ; les paroles émises ne peuvent que s’accompagner de gestes dans certains cas.

9C’est justement pour « adorer » que la séparation entre geste et attitude va être parfois difficile à faire.

10Les gestes d’adoration que l’on retrouve dans le texte de Troyes, ou vont être indiqués par les didascalies, ou suggérés par le moment même où l’adoration se produit. Cela est particulièrement vrai avec la didascalie, propre au texte de Troyes, qui est écrite (tome I) après le v. 4794, au moment de la naissance de Jésus :

11Adoncques descendent les anges de paradis en chantant quelque armonye, et, eulx arrivéz au pres de Marie, sera demonstré le petit enfant comme nouveau né, et puis Marie l’adorera a deux genoulx les mains joinctes. Silete d’instrumens sours ou secret.

12Dans cette indication concernant la Nativité, un grand nombre de renseignements est donné : le mouvement des anges, leur place sur la scène puis l’attitude de Marie agenouillée avec un geste, les mains jointes. Il y a même un accompagnement musical.

13Joseph qui approche, en apercevant Marie annonce ce qu’il va faire :

4853 si ne voy mieulx presentement
4854 que m’aler vers luy prosterner.

14Les rédacteurs troyens n’ont pas éprouvé le besoin de mettre une didascalie avant les propos, toujours originaux, que va tenir Joseph rendant grâce à l’enfant.

15Plus loin, quand les bergers se présentent pour adorer l’enfant et lui faire leurs offrandes, Ysambert évoque l’attitude de Marie :

5843 Sa mere pleinne d’amytié
5844 l’adoure comme son seigneur (vers originaux)

16Enfin dans le dernier tome, une didascalie, qui se trouve déjà dans le texte d’A. Gréban (L’édition de référence est celle d’O. Jodogne), annonce la venue des anges, la tenue de leurs propos et leurs gestes : « Icy viennent tous les anges adorer Jhesu Crist chascun a son ordre et dit ». (Après v. 5923).

17L’expression « faire honneur » par son caractère vague suggère à la fois geste et attitude : t. III ap. v. 5366 : « Icy se siet. Jhesus au dessus d’eulx et luy font [tous les disciples] honneur ». (La même indication se trouve dans le texte d’A. Gréban).

18Quant au nom « adoracion », il apparaît deux fois : la première au moment où la didascalie signale la place et l’attitude de Symëon, « au temple a genoulx », indication propre au texte de Troyes.

6796 A toy soit adoracion (déclare-t-il).

19On trouve, dans le dernier tome, exactement le même vers, cette fois-ci dans la bouche d’Adam qui s’adresse à Dieu :

III 5604 A toy soit adoracion

20Il s’agit plus d’ailleurs ici d’un culte rendu à la divinité que d’un geste.

21En revanche, l’indication qui accompagne le nom des intervenants dans la scène originale de l’adieu des bergers à l’enfant, indique très nettement un geste d’adoration.

t. I Aloris, en baisant les piedz de l’enfant
5704 O Jesus, mon prince et seigneur !
Ysambert, en baisant l’enfant
5705 O roy, sur tous plein de bonté !
Pelïon, en baisant
5706 O mon souverain crëateur !
Riflart, en baisant
5707 O ma joye et felicité !

22Il est amusant de constater que le rédacteur, en passant d’un personnage à l’autre, a simplifié quelque peu la précision du geste.

23Dans le tome III on retrouve la même situation : après que Marie Jacobé a demandé la permission de baiser, Jhesus l’accorde (2250). Suit la didascalie, qui se trouve déjà dans Gréban :

« Icy s’enclinent toutes trois [les Maries] et baisent ses piéz. »

24Pour les gestes religieux, contrairement à ce que l’on pourrait attendre, peu apparaissent dans les didascalies. Ainsi le verbe « prier » lui-même n’est utilisé en cette situation qu’une seule fois dans tout le texte. Et encore, ce n’est pas le mot le plus important.

T. II ap. v. 6686 (Les personnages sont au jardin des oliviers) : « Icy [les disciples] prient ung peu et se rendorment comme dessus ». (même texte dans Gréban).

25Dans t. III, av. le v. 2493, l’attitude de Joseph d’Arimathie est signalée dans une didascalie, à moitié originale, avant sa prière : « estant en la prison a genoulx ».

2493 Doulx Jhesus...
2495 Vueille exausser mon oroison

26Le geste de « benir » apparaît toutefois plus souvent.

t. I en face des v. 805-806 : « Cy [Dieu] les [Adam et Eve] benist ».

27(La didascalie du texte du Viel Testament était plus précise :

av. le v. 822 : « Icy prend Dieu les mains dextres de Adam et Eve et fait dessus la benediction »).

28Dans les autres cas, il ne s’agit plus de bénir des personnes mais des objets :

t. II entre v. 6048-6049 :
« Icy Jhesus prent le pain et le benist... » (Même texte dans Gréban).
t. II ap. v. 6061 :
« Icy prent Jhesus le vin et le benist semblablement... » (même texte dans Gréban).
t. III av. v. 3859 :
« Icy Jhesus prent le paint et le benist... » (Cette indication est propre au texte de Troyes).

29Enfin la parole de Jésus t. III (v. 4110), à propos du pain, toujours :

Premier, benistre (= bénir) le vouldray

30n’est accompagnée d’aucune didascalie, alors qu’on vient de lire en marge l’indication « Cy se sciet ».

De « bénir », on peut rapprocher l’expression « faire la benediction » mais il s’agit en l’occurrence d’un geste bien particulier.
t. III ap. v. 5284 « Icy fait Pierre la benediction en bas » (même indication dans le texte de Gréban).

31C’est là sans doute une tradition : D’après Les actes des apôtres apocryphes, saint Pierre aurait été crucifié, sur sa demande, en contremont, la tête en bas et les pieds vers le ciel (L. Réaud, Iconographie de l’art chrétien t. III 3 p. 1096).

32De « benir », l’expression « faire la croix » est toute proche.

t. III av. v. 2471 : « ... et [Jhesus] en donne [du pain] a st Jaques en faisant la croix dessus... » (même indication chez Gréban).

33Il s’agit toujours du pain.

34Enfin dans le même domaine, on peut joindre le geste auquel se livrent les apôtres : t. III après v. 5366... « Et après qu’ilz ont mengé, font semblent de dire grâces tout bas. »

35Cette didascalie, empruntée à Gréban, n’a pas dû plaire au rédacteur troyen, qui a ajouté (ce qui est d’ailleurs contradictoire) « et ce pendant qu’ilz boyvent et mengüent, dit Nicodemus a Joseph d’Arimathie ».

36On ne peut pas non plus passer sous silence, dans le t. II, l’indication placée avant le v. 2794, quand Magdelaine se rend auprès de Jésus après la mort de son frère : « Icy se gecte Magdelaine aux piéz de Jhesus » (même texte chez Gréban). C’est là un geste de foi qui monte la confiance que Magdelaine a dans Jésus.

37Pour clore cette partie, considérons comme une plaisanterie la demande de Sathan dans le t. III :

1646 mais une benisson auray (= benediction)
1647 s’il vous plaist, avant que je parte.

38La réaction de Lucifer ne laisse aucun doute à ce sujet.

39Les gestes d’offrandes vont se révéler nombreux dans le Mystère de la Passion de Troyes.

40Lors d’un passage original, Abel décide de rendre hommage et honneur à Dieu.

41Voici la didascalie, qui précède le vers 2267 (t. I), et qui décrit le geste que va faire Abel : « Cy prent le meilleur mouton de son trouppiau puis dit. »

42Les paroles qui suivent présentent l’offrande.

2267 Voicy le meilleur du trouppiau,
le plus gras et le plus pesant,
doncq, pourtant qu’il est bon et biau,
j’en feray a Dieu mon present.

43Ici se place une nouvelle didascalie, écrite en marge « A genoulx », en face du v. 2271, indiquant un changement dans ses gestes et son attitude. D’ailleurs, la versification se modifie également, puisqu’on passe de l’octosyllabe au décasyllabe.

2271 Hault crëateur, ineffable et puissant
en toute grace et vertus florissant...
2275 je vous supply de cueur obeïssant
2276 que recevez mon povre sacriffice.

44Et il insiste au v. 2282 :

en recepvant mon present aggrëable.

45La scène parallèle de l’offrande faite par Caïn ne se déroule pas du tout de la même façon. Certes il vient d’annoncer qu’il va présenter une requête à Dieu.

2343 pour luy deprier et requerre

46Mais aucune didascalie ne décrit le geste de Caïn au moment où il offre la gerbe :

2345 Voicy une gerbe de paille
2346 qu’il ara de moy pour memoire

47Seule l’attitude est la même que celle d’Abel avec l’indication « A genoulx » en face du v. 2349.

48Le décasyllabe est aussi utilisé pour la présentation de l’offrande :

2349 Prince puissant, regnant en haulte gloire,
je te presente, selon mon possessoire
des biens que j’ay...
2352 et les reçoy en ton hault repertoire...

49On sait que cette offrande, contrairement à celle d’Abel, sera très mal accueillie par Dieu et l’on connaît la suite dramatique des événements que l’on examinera tout à l’heure à cause de la violence des gestes.

50Pour les bergers (t. I) tout le passage de la préparation des offrandes est original, comme l’est un peu plus loin la présentation que Marie fait de l’enfant aux bergers.

51L’offrande va se dérouler immédiatement après, lors de quatre quatrains successifs, où les noms des bergers sont suivis de l’expression « a genoulx » qui est écrite d’une main différente, sauf pour Riflart qui semble avoir été oublié par le rédacteur.

52Aloris

5668 O puissant roy du firmament
5669 Je te présente cette pomme...

53Ysambert

5672 Très doulx Jesus de paradis
5673 se fouet ici je te présente...

54Pelïon

5676 Prince eternel pour tout regir
5677 tu auras ce flageul icy... (=flûte)

55Riflart

5680 Vray Dieu dispenseur de tous biens
5681 ce cadran cy t’est présenté...

56Que le verbe « présenter » soit répété trois fois n’a pas d’importance : ce qui compte, c’est le geste pour offrir la pomme, le fouet, le flageul, et le cadran. Les spectateurs ne devaient à ce moment-là n’être guère sensibles aux paroles, mais surtout à ce qu’ils voyaient.

57Quant aux rois mages, ils avaient déjà parlé des présents à faire.

58Mais ce sont les mots prononcés par Melcïor qui indiquent le mouvement des personnages et leur intention :

6469 Tout chascun a genoulx se mette
6470 et offrons nos dons gracieux.

59Si ces deux vers ne sont pas originaux, la didascalie qui suit l’est, en décrivant avec une grande précision la scène qui va se dérouler, avec mouvements, positions et gestes des personnages.

60« Adoncques se mettent a genoulx devant l’enfant, lequel Marie tiendra sur ses genoulx, et luy presenteront chascun son offerende par ordre ainsi qu’il s’ensuit ».

61Leurs cadeaux sont présentés lors d’un rondeau de trois strophes de 8 décasyllabes dites par chaque roi (au lieu de 13 chez Gréban) dont le refrain est :

62Jaspart

6477 Present te faicts d’or, de mierre et d’encens,
6478 toy démonstrant Dieu, roy et mortel homme.

63Ensuite Melcïor et Balthazar parlent. Toute cette scène ne manque pas de grandeur.

64Reste la présentation de Jésus au temple t. I : Joseph et Marie se préparent.

65Nostre Dame

6692 Noz offrandes il fault porter ;

66Ici encore le plus important est la didascalie, propre au texte de Troyes, qui est écrite après le v. 6695 : « Cy Elïachin, Esdras et Aquiline sa femme doivent venir vers Joseph et Marie et doit Elïachin apporter deux torterelles et Esdras ung petit panier ».

67Et quelques vers plus loin, au moment où ils vont prendre la parole, le nom d’Elïachin est accompagné de l’indication, « en ayant deux tourterelles » et, celui d’Esdras, « en ayant ung petit paneron », comme si les rédacteurs du texte troyen eussent craint que les acteurs n’aient pas les accessoires nécessaires aux gestes de l’offrande, au moment opportun.

68Les scènes de violence sont particulièrement nombreuses dans le Mystère de Troyes et elles sont naturellement accompagnées de gestes qui vont parfois se répéter, mais dans des circonstances fort diverses. Nous allons les examiner dans leur déroulement chronologique.

69Toute la scène capitale entre Abel et Caïn est originale.

70Après que ce dernier eut plusieurs fois annoncé son intention meurtrière, dès qu’il est en présence d’Abel, on trouve cette didascalie qui indique l’attaque brutale de Caïn (t. I av. 2547) : « Caÿn en atterrant son frère » (c’est-à-dire en le jetant à terre).

71Après la réponse d’Abel, une didascalie marque une nouvelle fois les gestes violents de Caïn :

Cayn, en frappant de rechef
2551 Il est assez congneu de tous
2552 Gronssez vous (= plaignez-vous)

72La scène, brève et brutale, entre les deux frères est déjà terminée, puisque le monologue d’Abel mourant qui suit est adressé à Dieu. Tout cela est particulièrement saisissant.

73Tout aussi dramatique est l’épisode, toujours original, dans lequel Lameth tue son frère Caïn (t. I).

74Alors que Lameth, aveugle, et son serviteur sont à la chasse, ce dernier croit voir « quelque beste en ce buisson » ; pour aider son maître, il le place en position de tir, et le moment précis où s’effectue le geste est indiqué par une didascalie : « Cy tire contre Caÿn » (après v. 2852). Suit la réaction de Caïn :

2853 Ha, hay ! qui me vient assaillir ?
2854 Je suis navré jusques a la mort !

75(Il meurt au vers 2870).

76Se tournant alors vers son serviteur qu’il considère comme le responsable du meurtre, Lameth lui déclare :

2880 Traistre garson, tu m’as trahy.

77Et ces propos sont accompagnés d’un geste décrit avec précision dans l’indication suivante : « Cy frappe du poing sur son serviteur ».

78Les coups vont continuer de pleuvoir puisqu’aux deux répliques successives de Lameth est adjointe l’expression « en frapent » (av. le v. 2883, av. le v. 2887).

79Les derniers propos du serviteur dans lesquels le mot « mort » est répété à chaque vers se terminent par cette phrase :

2892 Alarme ! au meurtre ! je suis mort.

80Tout semble indiquer que la violence des coups reçus (les gestes sont dans ce court passage nombreux) entraîne la mort du personnage.

81Les autres scènes de violence vont être moins originales.

82Ainsi tout l’épisode du massacre des Innocents est presque le même dans le texte de Troyes que dans celui de Gréban.

83Les gestes vont évidemment être nombreux lors de ces scènes mouvementées, et certains sont propres au texte de Troyes.

84Ainsi à la demande de Rechiné (sergent d’Hérode) :

7395 Dame, baillez moy ce poupart,

85répond Raab, « première mère des Innocens » :

7402 Tenez, velé la bel et tendre,

86avec en face du vers, l’inscription, originale, « Cy baille son enfant a Narinart ». Et on lit immédiatement en marge : « Yci le tue ».

87Pour le deuxième enfant, les gestes nombreux sont suggérés par les paroles.

Agripart
7425 taste le ung peu combien il poise,
Achapart
7426 … sa, donnez bourgeoise !

88Ici apparaît en marge l’inscription originale « Cy le prend ». Et Achapart ajoute cette remarque cynique qui souligne le mouvement de ses mains :

7428 car pour son darrier sacrement
7429 il fault qu’il passe par mes mains.

89Quelques vers plus loin, on lit : « Icy le tue » (ap. v. 7433), expression commune aux deux textes.

90Plusieurs pages plus loin la nourrice Arbeline (av. v. 7506) essaie de se défendre face à Agripart, avec un geste de protection contre la violence « Arbeline, en tirant Agripart ».

91Mais cela se termine de la même façon, et, après le v. 7513, on trouve « Icy les tue ». (Les deux didascalies sont propres au texte de Troyes).

92On connaît la suite : les tueurs aperçoivent un enfant qu’on promène, s’en saisissent, et on lit, après le v. 7567, la didascalie propre encore au texte de Troyes, « Il le tue ».

93Les commentaires de Rechiné sont édifiants et reviennent sur le geste en le décrivant après minutieusement :

7568 Velé la tranchié tout d’un cop,
7569 en deux pars, n’esse pas bien fait ?

94A ce moment, ils apprennent qu’ils ont tué le fils d’Hérode !

95Les épisodes sanglants ne sont pas terminés puisque plus loin à la suite d’une longue réplique d’Hérode, on lit la didascalie après le v. 7743 : « Icy se fiert », la même dans les deux textes.

96Les spectateurs viennent donc d’assister en peu de temps à quatre assassinats et à un suicide.

97Si le texte est à peu près le même chez Gréban et dans le manuscrit de Troyes, aux deux didascalies de Gréban, les auteurs troyens ont jugé nécessaire d’en ajouter plusieurs : étaient-ils poussés par le désir de préciser le moment de l’acte ? De même on trouve dans le texte de Troyes des indications comme « donner », « prendre l’enfant », « tirer un personnage », alors que le texte parlé semblait pouvoir se suffire à lui-même et n’avoir pas besoin de ces indications scéniques quelque peu redondantes. Sans doute les rédacteurs tenaient-ils à souligner, lourdement, pour l’acteur le geste qu’il devait faire à tel moment précis.

98Alors que l’arrestation de Jésus va longuement occuper toute la fin du tome II, c’est-à-dire de la deuxième journée, les textes de Gréban et des Troyens sont très voisins l’un de l’autre.

99On se doute que les gestes de violence effectués par les sergents de Caÿphe vont être nombreux. Aussi pour plus de clarté, il me semble utile de distinguer d’un côté les geste de l’arrestation, de l’autre les coups. Après les préparatifs de l’arrestation auxquels se livrent les sergents (« Armons-nous » déclare Malcuidant au v. 5740) et les conseils de Judas :

7022 et le lÿez a grant effort
7023 car il est homme grant et fort,

100on en arrive à l’arrestation elle-même :

7040 Souldars, prenez le et le lïez, ordonne Mardocee.

101Elle ne se fait pas sans difficulté puisque Judas crie lui-même plus loin, ordonnant l’agression :

7069 Saillez sus ! Mectez y la main...

102Mais tous ces ordres ne provoquent que des esquisses de gestes comme le montrent les paroles de Bruyant :

7115 J’appoincte des cordes tousjours
7116 pour le lÿer bien et en haste.

103Entre deux vers de Malcus (7153-7154), on trouve, enfin, la didascalie capitale, propre au texte de Troyes :

« Cy met la main a Jhesus ».

104Et celle, toujours originale avant le v. 7157 :

« Rouillait, en lÿant les poings ».

105D’ailleurs cette indication est expliquée par le personnage lui-même :

7158 je luy ay bien lÿé les poings
7159 si destroit et sy fort les joings
7160 que le sang quasi luy en sault.

106On peut imaginer tous les gestes suggérés par ces paroles et ces didascalies. Quels effets en tirerait un metteur en scène moderne ! Toute cette arrestation est très difficile, si difficile même que les autres sergents insistent :

107Ainsi Rouillart v. 7207

Il le fault lÿer seurement

108Ainsi Malcuidant

7221 Rouillart, tien la ce bout de corde
7222 et je tiendrai cest autre cy.

109Plus loin dans la scène Anne ordonne d’attacher Jésus à une colonne :

7608 et l’y lÿez si tres destroit

110Les sergents font maintenant les fiers, puisque Rouillart revient sur la manière de l’attacher :

7718 Si bien lÿer le fault, Dantart,
7719 qu’il sera plus fin que ung regnart
7720 s’i s’en fuyt.

111Puis Gadiffer :

7755... tant est sarré pres du pillier.

112Jésus leur a donné bien du mal et les sergents ont eu de nombreuses difficultés pour l’attacher solidement, comme le montre la précision des gestes.

113Mais toute cette arrestation a été accompagnée de coups.

114Le premier à recevoir un coup est d’ailleurs... Malcus, sergent de Caÿphe, et il lui est donné... par saint Pierre.

115(didascalie ap. v. 7123, propre au texte de Troyes) : « [Il] frappe sur l’oreille de Malcus » et il n’a plus qu’une oreille, se plaint-il.

116Mais Malcuidant ordonne vite à ses compagnons de frapper :

7229 Prenez moy beaulx bastons de haye...
7231 et frappez a tort et travers...

117Il s’agit surtout pour le moment de frapper sur Jésus pour le faire avancer car il regimbe,

Malcuidant
7266 N’espargnez point ses gros bastons
chargez dessus !
Estonné
Nous le battons
7268 a puissance, mais riens n’y vault.

118Gadiffer tient à peu près les mêmes propos quelques instants plus loin :

7296 ... qu’i ne veult cheminer du pié
7297 s’il n’est hasté et bien torché (= battu)
7298 tousjours a chascun pas qu’il marche.

119C’est pendant l’interrogatoire que va apparaître pour la première fois en toutes lettres, après la remarque de Rouillart (7583 « vous en aurez celle soufflace »), la didascalie « Il le frappe ».

120Désormais les coups vont pleuvoir, et les indications ont même été ajoutées par le rédacteur troyen.

Gadiffer
7739 Or tien ce loppin !

121Il frappe.

Rouillart
Torche !

122Il frappe.

Dantart
Actache !

123Il frappe.

Gadiffer
7740 S’il ne fust lÿé a l’estache,
7741 tu l’usse renvoyé par bas.

124Mais ce n’est pas fini ; Rouillart déclare un peu plus loin, dans deux vers ajoutés par un rédacteur troyen :

7791 pensons a cop que nous ferons ;
7792 donner luy fault des horions...

125On trouve le même « il frappe » en face du vers 7826.

126Plus loin encore Dantart, Rouillart, Gadiffer vont ponctuer leurs propos de coups, trois didascalies « il frappe » ayant été ajoutées en marge.

Dantart
7842 Tien, va jouer !
Rouillart
Tien, va dancer !

127Rouillart trouve même que Dantart frappe trop faiblement :

7870 tu frappes trop legerement ;
7871 ne frappe sy hastivement.

128Ils ont tapé si fort que nos gardes sont épuisés, comme le reconnaît Gadiffer :

7932 Se lodier m’a fait tant de peine
7933 que je n’ay sur moy os ne vaine...
7935 Alons nous en tous trois dormir.

129Ces trois vers ont été ajoutés dans le texte de Troyes.

130Comme je l’ai annoncé, cette scène de l’arrestation de Jésus est particulièrement violente, tant par la description des gestes que par le nombre de coups portés.

131Souvent, on l’a remarqué, la didascalie souligne le texte, des rédacteurs ont voulu sur le manuscrit joindre le geste à la parole pour que les acteurs sachent exactement à quel moment frapper. Surtout, sept fois, les indications « il frappe » ont été ajoutées dans le texte de Troyes, ainsi que certains propos particulièrement violents. Est-ce que les rédacteurs étaient plus ou moins sadiques, ou est-ce que le spectacle donné plaisait aux spectateurs ? On peut craindre que la dernière hypothèse soit, hélas, la bonne.

132Nous passerons plus rapidement sur l’arrestation de Joseph d’Arimathie, dans le tome III, par Bruyant, Estonné, Malcuident, Dragon, Goulu.

133La didascalie, qui précède le v. 700 propre au texte de Troyes, indique tout de suite le geste : « Dragon, en mectant la main a Joseph ».

134Mais nous nous intéresserons seulement au passage du v. 704 au v. 763, qui a été ajouté dans le texte de Troyes.

135Les coups commencent immédiatement

Estonné
705 Frappons sur ce villain infame !

136et Malcuidant surenchérit :

706 Et je te supply, par ton ame
707 qu’il soit un peu embastonné (= frappé à coup de bâton)

137Et Bruyant, dans la poursuite de l’interrogatoire :

736 Avant donc, frappez hardyment,
737 le quoquin ne vault ung denier !
Dragon (encore lui !)
755...a frapper sus ceste charogne ?

138Ce qui entraine cette plaisanterie de Bruyant :

756 Escoutte ung peu comment y hongne (= grogner)
757 il est plus enflé qu’un crapault !

139Plus loin, dans la scène, comme on s’en doute, Joseph est attaché :

Bruyant
774 Sus, compaignons, qu’il soit lÿé
775 par les poings d’une bonne corde !

140L’intérêt de ce passage n’est pas dans les coups reçus par Joseph et les gestes que cela suppose, bien que, remarquons-le, il n’y ait cette fois-ci, aucune didascalie qui corresponde aux paroles.

141Le plus important est que les rédacteurs troyens aient éprouvé le besoin d’allonger cette scène d’arrestation en développant ce dialogue, où les insultes et les incitations à la violence sont nombreuses. Cela semble montrer, comme tout à l’heure, qu’il fallait satisfaire un certain goût morbide chez les spectateurs.

142Faut-il parler des scènes de diables, et des violences qui se produisent en enfer ?

143Sathan, pourtant nommé procureur général (t. I v. 1903) par Lucifer est persécuté plusieurs fois par son maître lorsque les faits tournent mal.

144Ainsi dans le t. I, Lucifer ordonne :

7120 Sus, Belzebus ! viens, si le lye
7121 devant moy de chesnes de fer
7122 enflambëes du feu d’enfer....
7124 et le battez par tel moleste
7125 qu’il soit brulé de part en part

145Il insiste plus loin :

7133 Frappez, grans et menus...
7141 Traynez le d’une grosse corde

146Les ordres sont donnés de façon précise et les gestes nettement indiqués, mais aucune didascalie cette fois-ci ne les accompagne. (Le texte de Troyes est semblable à celui de Gréban).

147Ces gestes (enchaîner quelqu’un, le battre) rappellent des actions que l’on a déjà vues, mais cette fois-ci, elles ne doivent pas produire du tout le même effet sur les spectateurs : la scène se passe en enfer, et Sathan a ce qu’il mérite. Sont-elles destinées à faire rire le public ?

148Les mêmes événements se produisent dans le tome II (v. 5340 - 5344), toutefois la scène a été raccourcie dans le texte de Troyes. Est-ce par lassitude des rédacteurs ?

149Comme vous avez pu le constater, les gestes, de nature fort différente, sont nombreux, même dans les seuls domaines que nous avons choisis. Ces gestes, je le répète, sont soit indiqués dans le texte parlé, soit dans les didascalies. A ce propos, je signale que j’ai cité ces dernières selon l’état définitif du manuscrit, et non selon les différentes mains qui ont pu modifier une indication ou la compléter.

150Nous avons constaté, outre leur nombre plus important que dans le texte de Gréban, le souci de grande précision des rédacteurs troyens. Cela ne va pas sans quelque redondance puisque, souvent, la didascalie reprend ce que dit le dialogue. La multiplication de l’expression « à genoux » par exemple ne s’imposait peut-être pas toujours, mais on voit là apparaître la volonté des rédacteurs, ou plus précisément des « régisseurs » (c’est le mot que Jean Vilar employait pour se désigner lui-même) d’indiquer quel geste l’acteur doit faire à tel moment précis. (Il convient de ne pas oublier d’ailleurs qu’il s’agissait d’acteurs amateurs, devant donc être particulièrement guidés).

151Nous n’avons évidemment parlé que de ce qui était écrit et non de ce qu’aurait pu imaginer tel régisseur, pour tel geste d’acteur. C’est la mode, on le sait, des metteurs en scène modernes : non seulement ils ne respectent pas les indications scéniques des auteurs, si elles existent, mais ils inventent en exploitant la situation contextuelle, ou même au-delà. Certains d’entre vous ont pu voir à la Comédie-Française, dans Mithridate de Racine, mis en scène par Daniel Mesguich, Mithridate arriver de voyage... portant des valises, Monime, lire un magazine féminin tout en fumant une cigarette, ou les personnages, pour un oui, pour un non, se jeter à plat ventre. Anne Delbée est moins audacieuse pour Phèdre : Pendant le récit de Théramène, Hippolyte, décrit comme mourant au bord de la mer, déchiqueté, se tord de douleur dans un coin de la scène...

152Qu’est-ce que ces metteurs en scène modernes auraient pu imaginer pour la gestuelle dans nos Mystères ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

GREBAN (Arnoul), Le Mystère de la Passion, édition critique par Orner Jodogne, t. I Bruxelles, Palais des académies, 1965. In-4°, 456 p. (Académie royale de Belgique).

Le Mystère de la Passion de Troyes, édition critique par Jean-Claude Bibolet, Genève-Paris, Librairie Droz - Librairie Champion, 1987. XCV - 1182 p. en 2 vol. (Textes littéraires français, n°347). l

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter