Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Polysémie gestuelle dans une Annonciation siennoise du xivème siècle

Jean Arrouye

Texte intégral

Je lèverai les mains en ton nom.
Psaume XCIV (95) 6

1Les peintres d'Annonciation se sont toujours trouvés devant une difficulté aporétique qui tient à ce que l'Annonciation est un événement qui s'accomplit par le dialogue de l'ange Gabriel et de la Vierge Marie, où le Verbe divin est l'acteur essentiel. Comment représenter la voix ? le Verbe ?

  • 1 GILSON Etienne
  • 2 Bibliothèque municipale du Mans - ms. 20. fol. 86 v.
  • 3 respectivement à la National Gallery de Londres, à la Pieve d'Arezzo, au couvent Saint Marc à Flor (...)
  • 4 Au Musée des Offices à Florence, au Musée des primitifs italiens d'Avignon et à la Galerie communa (...)
  • 5 Au Musée Fitzwilliam à Cambridge et à Pienza.
  • 6 à Sainte Marie Nouvelle à Florence, à la Galerie nationale d'art artique à Rome et à la National G (...)

2Cette difficulté est redoublée par raison théologique. Les hiérarchies célestes du Pseudo-Denys l'Aréopagite, que ne remet pas en cause la théologie de Thomas d'Aquin, ont réparti les êtres célestes en neuf espèces regroupées en trois classes différenciées par leur mode de connaissance des intelligibles : ceux de la première classe les appréhendent en tant qu'ils procèdent du premier principe universel, Dieu ; ceux de la deuxième en tant que soumis aux causes universelles de la Création ; ceux de la troisième en tant que déterminés el produisant des effets particuliers. Cependant tous, jusqu'à la dernière espèce de la dernière classe, les anges, dont Gabriel est, sont intelligence pure, inindividuée, ne participant que de l'espèce. Par là les anges sont radicalement séparés des hommes, individus dont l'existence est liée à la matière et qui ne peuvent accéder à la vérité qu'à travers l'expérience sensible1. Cette différence d'essence est marquée en image par une séparation entre l'espace où paraissent les purs esprits et celui où séjournent les humains, une colonne, le plus souvent, comme on peut le voir à l'initiale d'un Commentaire du Cantique des cantiques par Bède2, où Dieu enseigne le peuple des chrétiens, ainsi que, par exemple, dans les Annonciations de Duccio, de Pietro Lorenzetti, de Fra Angelico ou de Pierro della Francesca3 ; cette colonne devient volontiers colonnade, ainsi dans les Annonciations d'Alesso Baldovinetti, de Bartolomeo Caporali ou de Lucas Signorelli4 ; parfois elle est redoublée d'un large espace intermédiaire, comme dans les Annonciations de Domenico Veneziano ou de Vecchietta5 ; il arrive même que l'ange et la Vierge soient séparés par un mur, dans les Annonciations d'Agnolo Gaddi, de Filippo Lippi ou de Carlo Crivelli6. Seule la parole peut établir la communication entre les purs esprits et les êtres incarnés. Plus la séparation ontologique entre l'ange et la Vierge est visuellement indiquée, plus il est nécessaire de marquer clairement aussi leur essentielle relation sonore.

3L'annonciation anonyme siennoise du musée Granet d'Aix-en-Provence, premier panneau, de 65 x 44,5 cm, d'un triptyque de dévotion privée offert en 1340 par le roi Robert d'Anjou et sa femme Sanche d'Aragon à la supérieure du couvent aixois des clarisses, apporte des solutions ingénieuses à ce problème fondamental.

***

  • 7 GARNIER François - Le langage de l'image au Moyen Age - Signification et symbolique - Paris - Le l (...)
  • 8 ERIGÈNE Jean Scot - Annotationes in Marcianum - éd. Cora E. Lutz – Cambridge (Mass.) - 1939.

4Pour montrer que l'ange parle, le peintre a recours au procédé éprouvé de lui faire faire le geste antique de la declamatio, bras levé, dirigé vers l'avant et doigts tendus. Dans le De oratore (III, LIX, 20) Cicéron écrit : "Les doigts accompagneront les mots sans les traduire, le bras sera projeté en avant comme une sorte de trait jeté par l'orateur". Le plus souvent seul l'index est tendu. François Garnier, qui a examiné de multiples reprises médiévales du geste hérité de l'antiquité, écrit dans Le langage de l'image au Moyen-Age : "Les autres doigts étant pliés et donc la main partiellement fermée, le doigt pointé est en effet le signe d'une pensée ou d'une volonté qui s'impose"7. C'est bien là l'enjeu de l'Annonciation. Puis François Garnier ajoute : "L'adjonction du majeur ne change généralement pas la signification du geste mais correspond à la qualité, à la supériorité de celui qui l'accomplit. Dieu /.../ ou le maître font souvent le geste de l'enseignement et de l'ordre avec deux doigts au lieu d'un". Au reste cela était déjà dit par Quintilien, à la si durable influence, dans son Institutio oratoria. C'est donc ce geste d'adlocutio majorée que fait l'ange sur le panneau siennois, illustrant ce que dit Jean Scot Erigène dans les Annotationes in Mercianum (218,5) : "Vocis motus gestus est"8. Le geste marque le mouvement, l'élan de la voix, ajoute à sa force de conviction.

  • 9 Reproduit in CHARPY Etienne - L'Annonciation - Marseille - AGEP 1991 - p. 141.
  • 10 Musée des primitifs italiens d'Avignon (inv. 20206).

5Aussi le geste de l'ange passe-t-il outre la colonne symbolique. Même si cette trouvaille iconographique est peu fréquemment utilisée dans les Annonciations, elle n'est pas particulière à ce peintre ou à la peinture siennoise. On la trouve aussi bien dans l'Annonciation d'un évangile arménien enluminé vers 12909 que dans l'Annonciation peinte vers 1440 par un anonyme pérugin10 ou dans celle du retable de la Mère de Dieu exécuté de 1437 à 1439 par Joan Antigo pour le maître-autel de l'église du couvent de Saint Estève, à Banyolès en Catalogne.

  • 11 P.L. 176, col. 925-952.
  • 12 SCHMITT Jean-Claude - La raison des gestes dans l'occident médiéval - Paris - Gallimard 1990.

6Au chapitre XII du De institutione novitiorum11. Hugues de Saint Victor donne une définition du gestus dont, remarque Jean-Claude Schmitt dans La raison des gestes, "à peine énoncée /elle/ est devenue la définition canonique"12 : "Gestus est motus et figuratio membrarum corporis ad omnem agendi et habendi modum". Le geste est le mouvement et la figuration des membres du corps adaptés à /ou en vue de/ toute action et attitude. "Cette définition du geste, commente Jean-Claude Schmitt, consiste en deux couples de termes — d'un côté « mouvement » et « figuration » des « membres du corps », de l'autre « action » et « attitude » — reliés par l'expression polyvalente « ad modum »". C'est la notion d'action qui intéresse pour interpréter la représentation de l'Annonciation du peintre anonyme siennois, car dans l'Annonciation le Verbe agit, la parole de l'ange est performative : "Maria... plena est". Le geste peint peut-il rendre compte de cette efficience, et de son effectuation ?

  • 13 P.L. 176, col. 117 s ; 321 D, 326 D.

7Dans le De sacramentis Hugues de Saint Victor compare paroles et gestes13. Ce qu'il dit à propos des sacrements peut sans doute être étendu à l'Annonciation où, comme dans l'administration des sacrements, un représentant de Dieu prononce des paroles qui entraînent l'action de la grâce. Jean-Claude Schmitt résume la réflexion du théologien en ces termes :

"Ce que les paroles et les gestes ont en commun c'est d'« exprimer » par une forme verbale ou gestuelle « quelque chose de sacré ». Cette « expression » est aussi un « faire » /.../ Cependant les paroles ont quelque chose de plus que les gestes : non seulement elles « expriment », mais elles « signifient », c'est-à-dire qu'elles sont vraiment « le signe de la chose sacrée ». Dans le cas du Verbe, il y a non seulement adéquation du « signe » et de la « chose » invisible qu'il signifie, mais véritablement participation de l'un à l'autre. Dans la pensée des théologiens et des liturgistes les gestes ne peuvent prétendre à cette dignité".

8Mais si le geste, comme c'est le cas dans l'Annonciation, n'est que la manifestation visible du Verbe ?

  • 14 P.L. 176, col. 940 D.

9Toutefois Hugues de Saint Victor dit dans le De institutione novitiorum14 que le geste n'est pas seulement indicium, à finalité pragmatique ; il est aussi signum, à valeur symbolique. Et rappelle Jean-Claude Schmitt "le sens le plus fort que le Moyen-Age a donné au mot signum /est/ celui de signe efficace, qui est censé transformer réellement les hommes et les choses". C'est ce que fait la parole de l'ange et que signifie donc le geste qui la signale, par raison à la fois locale de translation picturale et générale de capacité du gestus d'être signum. Mais comme la vérité en peinture est nécessairement de l'ordre du visible, le peintre rend le spectateur attentif au caractère miraculeux de cette parole par l'allongement emphatique des deux doigts tendus et par cette trouvaille symbolique de faire coïncider leur extrémité avec un des motifs d'or de la tenture de pourpre suspendue honorifiquement derrière la Vierge, de sorte que le geste auguste du semeur d'espérance semble auréolé, rayonner de la lumière même de l'esprit saint qui agit en ce moment précieux où, comme dit Jean (I, 14) : "Le verbe s'est fait chair". Et l'on découvre du même coup d'oeil que ce gestus est aussi geste de bénédiction.

***

10Cependant pour indiquer que l'ange parle le peintre a eu recours également à un autre procédé, d'usage fréquent : lui faire tenir un phylactère sur lequel est inscrite la salutation à Marie. On peut y lire successivement, en partant de l'ange, A/VE/MA/R/ — le reste du nom de Marie est caché par la colonne — GR/AT/IA. Le phylactère aussi outrepasse la colonne-démarcation des deux univers, divin et humain, vérifiant la remarque de Jean-Claude Schmitt : "souvent le phylactère lui-même, par sa forme, sa direction « se fait geste », comme un prolongement du personnage qui parle en direction de celui qui l'écoute". Ici l'on voit littéralement la parole divine passer d'un monde dans l'autre. De plus, la colonne partage la salutation transcrite en sorte que l'interpellation, "AVE MAR", est du côté du héraut tandis que la grâce qu'il annonce, "GRATIA", s'inscrit, en marque de son efficace, dans l'espace de la destinataire.

11Remarquons au passage que sur le livre ouvert posé sur l'accoudoir du trône placé derrière Marie se lit la réponse de celle-ci : "Comodo fiel istut coni/am non co/nosco/ viru" (Luc I, 34). Ce qui suppose, entre la salutation angélique et cette réponse virginale, tout le dialogue intermédiaire que rapporte Luc (I, 28-34). Judicieusement tandis que le dire du messager divin est inscrit en majuscules, la réponse de celle qui se dira la servante de Dieu est en humbles minuscules.

12C'est aussi parce que sur le phylactère se lit — et s'entend même, puisqu'on ne sait à l'époque guère lire qu'à voix haute — la parole de Dieu que l'ange le présente de la dextre. Le geste de la main, aussi fortement symbolique et multiplement signifiant soit-il, n'est que d'accompagnement. Cela explique que, contrairement à l'usage iconographique habituel, il soit fait ici de la main gauche.

13Cependant le mouvement des deux bras est coordonné, orienté de telle sorte que main tendue et phylactère déroulé forment un angle dont les côtés, imaginairement prolongés, sont tangents au sommet de la tête inclinée de Marie agenouillée et à ses genoux imaginables sous sa robe : ainsi Marie est comme contenue tout entière dans la parole de Dieu dont geste de la main et mouvement du phylactère manifestent renonciation ; elle est, sous les yeux mêmes du spectateur, investie par le Verbe.

***

  • 15 BAXANDALL Michael - L'oeil du Quattrocento - Paris - Gallimard 1985.
  • 16 Si l'on s'en rapporte au sermon de Fra Roberto sur l'Annonciation (CARACCIOLUS Robertus - Sermones (...)

14Le geste que fait la Vierge entendant ce que lui déclare l'ange est en parfait accord avec sa réponse provisoire lisible sur le livre. Elle se désigne elle-même du doigt : "comodo...", "comment moi, vierge, pourrais-je être mère ?" et l'allongement de ses doigts attire l'attention sur cette protestation étonnée, soulignant que l'on est au moment de la troisième des "conditions louables" distinguées dans le colloque angélique par Fra Roberto15. Cependant ses doigts riment formellement, en allongement et en direction, avec ceux de l'ange et cet accord visuel des gestes des deux protagonistes préfigure l'accord final de Marie : le Fiat perce déjà sous le fie(t)16.

***

  • 17 AUXERRE Rémi d'- Commentarium in Marcianum capellam - éd. Cora E. Lutz -Leide-Brill 1965-vol. II.

15Au chapitre VI de son Commentarium in Marcianum capellam Rémi d'Auxerre écrit : Gesta quodam corporis adjuvenda voci est17. L'attitude générale des personnages est donc aussi geste. L'ange par son agenouillement manifeste son respect pour la mère de Dieu, future reine du ciel dont le peintre indique le futur statut en disposant à ses côtés un trône marqueté adossé à des tentures de pourpre et d'or. Mais le port de tête altier du messager et son geste de declamado indiquent l'autorité dont il est investi. La Vierge, agenouillée à même le sol et tête inclinée, est toute humilité, et cette attitude aussi préfigure sa proche acceptation du rôle qui lui est dévolu.

***

16Les gestes que le peintre siennois a attribués à Gabriel et à Marie permettent donc de reconnaître toutes les étapes de l'Annonciation, de la salutation première de l'ange à l'acquiescement final de la Vierge. C'est que dans la peinture religieuse du Moyen Age le geste est presque toujours, comme ici, non pas figement visuel d'une action circonstantielle mais signe visible d'un événement providentiel. Figurado est figura.

17REMERCIEMENTS

18Je remercie M. Denis Coutagne, conservateur du Musée Granet d'Aix-en-Provence, de m'avoir autorisé à photographier ce tableau siennois et à en reproduire vue d'ensemble et détails dans cet article.

Annonciation Siennoise xive Siècle
Musée Granet, Aix-en-Provence
Photo J. Arrouye

Annonciation Siennoise xive Siècle
La Parole en acte
Photo J. Arrouye

Annonciation Siennoise xive Siècle
L'emprise du Verbe
Photo J. Arrouye

Annonciation Siennoise xive Siècle
Rime prophétique des gestes
de l'Ange et de Marie
Photo J. Arrouye

Notes

1 GILSON Etienne

  • La philosophie au Moyen Age - Paris - Payot 1922.
  • Le Thomisme - Introduction au système de saint Thomas d'Aquin - Paris - Vrin 1927.

2 Bibliothèque municipale du Mans - ms. 20. fol. 86 v.

3 respectivement à la National Gallery de Londres, à la Pieve d'Arezzo, au couvent Saint Marc à Florence et à l'église Saint François à Arezzo.

4 Au Musée des Offices à Florence, au Musée des primitifs italiens d'Avignon et à la Galerie communale de Volterra.

5 Au Musée Fitzwilliam à Cambridge et à Pienza.

6 à Sainte Marie Nouvelle à Florence, à la Galerie nationale d'art artique à Rome et à la National Gallery de Londres.

7 GARNIER François - Le langage de l'image au Moyen Age - Signification et symbolique - Paris - Le léopard d'or 1982.

8 ERIGÈNE Jean Scot - Annotationes in Marcianum - éd. Cora E. Lutz – Cambridge (Mass.) - 1939.

9 Reproduit in CHARPY Etienne - L'Annonciation - Marseille - AGEP 1991 - p. 141.

10 Musée des primitifs italiens d'Avignon (inv. 20206).

11 P.L. 176, col. 925-952.

12 SCHMITT Jean-Claude - La raison des gestes dans l'occident médiéval - Paris - Gallimard 1990.

13 P.L. 176, col. 117 s ; 321 D, 326 D.

14 P.L. 176, col. 940 D.

15 BAXANDALL Michael - L'oeil du Quattrocento - Paris - Gallimard 1985.

16 Si l'on s'en rapporte au sermon de Fra Roberto sur l'Annonciation (CARACCIOLUS Robertus - Sermones de laudibus sanctorum - Naples 1489 - LXLIXI - CLIII) cité par Baxandall (op. cit.), la question, Comodo..., marque la troisième "condition louable de la Sainte Vierge", l’interrogatio, tandis que ce n'est qu'à la quatrième, l'humilatio, qu'"elle posa ses saints genoux au sol". Mais par ailleurs le texte du phylactère ramène à la première, la conturbatio. La volonté de syncrétisme du tableau est donc indubitable.

17 AUXERRE Rémi d'- Commentarium in Marcianum capellam - éd. Cora E. Lutz -Leide-Brill 1965-vol. II.

Table des illustrations

Légende Annonciation Siennoise xive SiècleMusée Granet, Aix-en-ProvencePhoto J. Arrouye
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3492/img-1.jpg
Fichier image/, 1,3M
Légende Annonciation Siennoise xive SiècleLa Parole en actePhoto J. Arrouye
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3492/img-2.jpg
Fichier image/, 1,3M
Légende Annonciation Siennoise xive SiècleL'emprise du VerbePhoto J. Arrouye
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3492/img-3.jpg
Fichier image/, 1,1M
Légende Annonciation Siennoise xive SiècleRime prophétique des gestesde l'Ange et de MariePhoto J. Arrouye
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3492/img-4.jpg
Fichier image/, 1,8M

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter