Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Figure de l'imaginaire et figure du discours. Le motif du "Coeur Mangé" dans la narration médiévale

Jean-Jacques Vincensini

Texte intégral

1Les lignes qui suivent, obéissent à un double mouvement : procéder à l'étude d'un motif particulier, celui que l'on dénomme, très improprement nous le verrons, le "coeur mangé" ; plus généralement, élaborer une réflexion rationnelle sur les motifs, ces matériaux narratifs venus du fond des âges et dont l'art littéraire médiéval a fait un usage fascinant. Un tel projet s'oriente selon un axe de recherches passionnantes et herméneutiquement nécessaires. Car de telles enquêtes visent à enrichir les travaux qui sont menés dans ce domaine particulièrement fécond qu'il est désormais convenu d'appeler "l'anthropologie littéraire du Moyen Age".

2Pour quelles raisons le texte littéraire médiéval tout spécialement peut-il être reconnu comme anthropologiquement intéressant ? Plusieurs considérations engagent dans cette voie. Voici les trois qui nous semblent essentielles.

3On dira, tout d'abord, que l'analyse des narrations du Moyen Age permet de comprendre de façon privilégiée la société et les "mentalités" des hommes qui lui donnent naissance. Inutile d'y insister, l'interprétation sociologique et sa traduction dans la médiévistique contemporaine, le courant koehlérien, sont des illustrations bien connues de cette conception. Le second facteur de l'abord anthropologique tient au fait que la création médiévale est désormais étrangère à notre sensibilité de moderne. Elle nous oblige donc à abandonner toute vision ego et ethno-centrique et à accepter la différence de l'autre, irrémédiablement éloigné et insaisissable.

4Enfin, et c'est dans cette perspective que s'orientera ce travail, la littérature médiévale présente cette particularité d'être riche du patrimoine que lui ont légué ses glorieux héritages, antiques, celtiques et bibliques. Cet épanchement archéologique ne manque pas de soulever bien des questions délicates. Car dans cette "résurgence", on peut voir l'origine de la topique romane (figurative et thématique), la fondation de son esthétique et de sa vision du monde, et la cause de la "fétichisation" de certains symboles, au rang desquels nous compterons le "coeur mangé".

5Pour mener à bien notre étude, il conviendra tout d'abord de se pencher sur Les conceptions que les médiévistes se font du motif en général et du "coeur mangé" en particulier (constitution du corpus et interprétations correspondantes). Afin d'étendre avec plus d'assurance l'enquête, on élargira ensuite le corpus au dehors des bornes indo-européennes qui lui sont généralement imparties. Compte-tenu de La troisième considération qui, selon nous, justifie le recours à un examen anthropologique des textes médiévaux, nous nous interrogerons alors sur le sens "archétypal" que le motif étudié greffe sur les récits de cette époque qui le sollicitent.

I. Littérature médiévale et "motifs de contes"

  • 1 Université de Toulouse-Le Mirail, 1986.

6Dans l'introduction du riche ouvrage Réceptionet Identification du Conte depuis le Moyen Age1 dont il a dirigé la publication, Michel Zink met en évidence les deux présupposés qui, à ses yeux, dirigent l'activité du médiéviste découvrant "dans la littérature médiévale des motifs de contes" (p.2). Au moment de conclure sur cette question, il en vient à dégager la spécificité de la création littéraire de l'occident médiéval en affirmant :

"L'oeuvre médiévale joue systématiquement de la tension entre la particularité de son énonciation et la généralité de son matériau." (p.6).

7Ce précieux "matériau" à partir duquel s'échafaude l'édifice littéraire médiéval est composé des "motifs de contes". En apparence, pierre polie par des millénaire de productions orales et écrites, ces motifs deviennent dans la tension constitutive de l'oeuvre médiévale

"pierre d'achoppement, occasion de scandale, lieu de contradiction." (ibid.)

8Une telle affirmation souligne les multiples difficultés que soulève le recours à la notion de "motif". Difficultés d'ordre esthétique et fonctionnelle d'une part (à quoi sert un motif, quelles fonctions la narration médiévale lui attribue-t-elle), méthodologiques et théoriques de l'autre (quelle est l'origine des thématiques littéraires, quels sont les moyens les plus pertinents pour en décrire la signification, quelle définition théorique peut on donner du motif ?). Bref, le "motif" est, pour le médiéviste, le titre d'un problème.

  • 2 "Folkloristes et Médiévistes face aux textes littéraires. Problèmes de méthode." Annales, n"5, sep (...)

9Les principes et les pratiques des ethno-folkloristes peuvent ils aider le spécialiste de littérature médiévale ? B. Rosenborg2 a clairement dégagé les raisons qui justifient, selon lui, le faible crédit que les médiévistes accordent aux activités du folkloriste. Il évoque essentiellement la méthode réductrice qu'utilise ce dernier et qui consiste "seulement" à chercher dans les textes littéraires les données ethnographiques qui l'intéressent. De telles recherches ont donné lieu, dans le champ de la médiévistique, à des travaux dont le but. a été, comme l'écrit judicieusement M. Zink, "d'épingler les fameux motifs de contes" (op. cit. p. 9). La finalité de cette épinglade consiste en généra], à établir des listes exhaustives des motifs ou des thèmes ethno-littéraires. A titre d'illustration, on pourra se référer à l'étude minutieuse de Anita Guéreau dont l'objectif est de réaliser un catalogue aussi

"systématique que possible des rapprochements thématiques auxquels pouvaient donner lieu la comparaison de quelques textes médiévaux avec le principal des répertoires folkloriques" ("Romans de Chrétien de Troyes et Contes folkloriques. Rapprochements thématiques et observations de méthode" Romania, Tome 104, 1983, p. 3. Il s'agit du Motif-Index of Folk-Literature de S. Thompson).

10Après avoir souligné le caractère très approximatif de la définition du motif chez Aarne et Thompson, A. Guéreau affronte la question "qu'est-ce qu'un motif ?". Elle fait alors deux remarques. La première consiste à douter des "caractères qui qualifient un motif comme folklorique " (p.16). En effet, on ne voit pas pourquoi cet adjectif serait définitoire de la notion de "motif" (pas plus d'ailleurs que le complément "de contes", dans "motifs de contes"). Seconde observation, une sorte de constat d'échec théorique :

"du fait de leur inconsistance, de l'absence de définition, même empirique, ces notions (celles de "motif" et de "folk-literature") ne sauraient guère être considérées, à notre sens, comme des outils d'analyse efficaces, ni servir de caution scientifique à des études de textes." (p.34)

11C'est un peu le même reproche que Propp adressait à Joseph Bédier. L'auteur des Fabliaux, proposait déjà en 1893 de distinguer dans les éléments constitutifs des contes, ceux qui appartiennent à sa forme irréductible -"le noyau organique"- et les éléments "accidentels" qui, ajoutés au "noyau", permettent de distinguer les multiples versions d'un même conte. Mais, remarque, Propp cette idée fondamentalement exacte se heurte à l'impossibilité de définir exactement ce fameux noyau, organe essentiel des contes :

"Ce que représentent en fait, objectivement, les éléments de Bédier, et comment on les isole, voilà qui reste inexpliqué." (Morphologie du Conte. Seuil, 1970, p.23).

II. La médiévistique face au "Coeur Mangé". Deux problèmes

II A. Un problème de constitution de corpus

1. En Occident

  • 3 Tome XXVIII, Paris, Imprimerie Nationale, 1881.

12Au cours de son étude de l'Histoire Littéraire de la France3 consacrée au Roman.du.Châtelain de Couci et de la Dame de Fayel, G. Paris dégage les aspects essentiels et le mode de transmission du "récit du coeur mangé". A cette époque, en 1881, G. Paris défendait la thèse de la double origine celtique de ce récit présenté comme l'"histoire du coeur d'un amant mangé par sa maîtresse qui refuse ensuite de prendre aucune nourriture." (p.375). Selon l'auteur, en effet, cette légende recouvre deux sous-ensembles, d'origine celte tous deux : un type primitif, celui que l'on vient de résumer et qu'illustre le Lai de Gulron. et une "forme plus étrange encore" (le Lai d'Ignauré en est l'exemple)

"sous laquelle nous est parvenue la légende celtique du Coeur Mangé (...) bizarre exagération du thème primitif, traitée dans un style également bizarre par le poète français (p.383)

  • 4 Berlin, R. Gaertners Verlagsbuchhandlung, 1891.

13La quête des origines et la recherche des voies de circulation de cette histoire prend plus d'ampleur si, à la suite de nombreux travaux, l'on examine les traces germaniques, néerlandaises et Scandinaves de la légende. L'étude exhaustive de ce corpus, encore limité aux bornes occidentales du monde indo-européen, a été faite avec précision par H. Patzig dans son article "Zur Geschichte der Herzmâre"4. L'auteur y recense vingt-quatre titres.

  • 5 "The Legend of the Eaten Heart", Modern Languages Notes, Vol. XXVI, Baltimore, 1911.

14Vingt ans plus tard, J. Matzke5 critique la cohérence de ce relevé et ne retient finalement que quatorze textes. Il présente comme suit les treize occurrences qui formeraient le corpus "occidental" (la légende du Pandjâb, que nous évoquerons ultérieurement, constitue le 14ème texte relevé par Matzke) : le Lai de Guiron ; les Biographies de Guilhem de Cabestaing ; Linauré (cité par Arnaut de Marsan) ; le Lai. d'Ignauré : Daa Herze de Konrad von Würzburg ; le Roman du Châtelain de Couci de Jakemes Makes ; l'histoire du Comte d'Ariminimonte dans les Cento Novele Antiche ; les première et neuvième Nouvelles de la quatrième Journée du Décaméron de Boccace ; la Chanson de. Reinmann de Brennenberg : l'histoire CXXIV des Sermones paratide tempore et de sanctis : l'histoire racontée par la Comtesse d'Aulnoy dans ses Mémoires de la Cour d'Espagne ! la chanson populaire suédoise Hertig Frojdenberg.

15Précisons sans plus attendre que, de toute évidence, on ne peut conserver dans cette classification la première référence faite au Décameron. Dans cette histoire, en effet, la coeur de l'amant assassiné, Guiscard, n'est pas mangé par sa maîtresse, Gismonde :

"Elle s'allonge sur le lit, et serre contre son coeur le coeur du mort. C'est ainsi que dans le silence elle attendait la fin." (trad. J. Bourciez, Garnier, Paris, 1967, p. 277).

  • 6 Signalons enfin, bien que l'intérêt de cette contribution ne concerne pas la constitution du corpu (...)

16Restent donc douze récits. Mais ce n'est pas tout. Un an après J. Matzke, en 1912 donc, Henri Hauvette fait paraître dans la Romania (Tome XLI) l'étude "La 39e Nouvelle du Décaméron et la légende du Coeur mangé." qui vise à établir la filiation des versions occidentales de cette légende. En passant, Hauvette enrichit le versant provençal du corpus d'un nouveau titre, le "septième Compte amoureux de Madame Jeanne Flore", dont la plus ancienne édition connue parut à Lyon autour de 15406.

17On dira donc que treize textes expriment en occident, et cela au moins depuis le début du xiie siècle, la thématique du "coeur mangé".

2. En Orient

18En mai 1883, à Londres dans le Folk-Lore Journal, puis en 1884 à Bombay et en 1851 à Calcutta étaient imprimées différentes versions indiennes de la légende venue, selon Hauvette, de l'extrême nord-ouest du Pandjâb. (Rappelons qu'elle n'a pas échappé à la sagacité de J. Matzke). On sait que c'est à la suite de la parution londonienne que G. Paris abandonna son hypothèse de l'origine celtique du conte.

19Bien entendu, il est impossible de déterminer l'époque à laquelle cette tradition a été recueillie.

20Concluons ce rapide coup d'oeil sur la constitution du corpus du récit en constatant qu'il se compose de quatorze textes : en Occident, les douze extraits de la liste de Matzke et le 7e Compte amoureux de J. Flore ; en Orient, la légende du Pandjâb.

II B. Un problème d'interprétation

21Il est clair que les recherches qui viennent d'être citées sont bornées par les frontières du domaine indoeuropéen. Cet a priori est lourd de conséquences. Il limite, selon nous, les interprétations de la légende proposées par les médiévistes dans des régions trop étroites. Tant il est vrai que la constitution du corpus détermine non seulement le choix des textes, "objet" de la description, mais aussi la méthodologie et l'efficacité de l'analyse de cet "objet"-textuel.

22Inutile d'y insister ici, le premier effort qui a animé la recherche médiévale face à la légende du "coeur mangé" a été de nature historiciste. Il a consisté à établir, à partir d'une enquête sur les origines des versions, des arbres de filiation, organisant ainsi l'histoire hypothétique de leur diffusion.

23Du point de vue de l'interprétation "littéraire" cette fois, on a essentiellement cherché à expliquer la légende en référence à la morale de la courtoisie.

  • 7 "L'amour coupable et la vengeance féroce qui en sont le sujet présentent bien les caractères habit (...)
  • 8 Danielle Régnier-Bohler le souligne : "Le motif narratif de ces récits est la jalousie." Le Coeur (...)

24C'est, en général, le raffinement et l'horreur de la vengeance, partie la plus frappante du récit, qui fonde cette interprétation. Mais ces observations s'appuient également sur l'importance de certains thèmes : la vengeance, l'adultère7, la jalousie8, la coupable félonie du mari (et non de l'amant), l'amour sacrificiel, la dévotion réciproque de l'amant et de la dame. Bref, autant de thèmes particuliers qui s'inscrivent dans une thématique plus générale propre, semble-t-il, à l'occident médiéval : l'érotique courtoise et les particularités morales qui la définissent. Illustration de cette position, choisie parmi de nombreuses autres, cette affirmation de Danielle Régnier :

"Pour comprendre dans ces trois récits (la Châtelaine de Vergi, le Lai d'Ignauré, le Roman du Châtelain de Couci) le discours des personnages et les métaphores qui les organisent, il faut se souvenir qu'ils s'appuient sur la vision courtoise de l'amour." (Le Coeur Mangé, p. 314).

25Affirmation que confirme l'hypothèse sur laquelle s'appuie Luciano Rossi (que nous traduisons ainsi) :

"L'histoire tragique (du "coeur mangé") n'est pas autre chose qu'un moment exemplaire de la longue querelle sur la nature de l'amour et sur le rôle du fins amors verais, fidèle jusqu'au sacrifice suprême, qui a tant passionné l'Europe médiévale." (p.32).

  • 9 Les épouses adultères prennent le voile (après avoir appris la nature du festin qu'elles ont fait) (...)

26On pourrait fournir deux confirmations supplémentaires à cet appel à la morale de l'erotique courtoise. Tout d'abord, la croyance aux vertus –salvatrices– de l'ingestion du coeur d'un amant ou d'un poète est attestée dans la lyrique courtoise. Par ailleurs, preuve a contrario cette fois, la parodie de la courtoisie paraît évidente dans certaines versions, elles-mêmes présentées comme caricaturales, de la légende. Le récit des Cento Novele Antiche, par exemple, qui, selon Hauvette "au lieu d'avoir un dénouement tragique, finit en vaudeville"9 et, le Lai d'Ignauré. récit caractérisé par la castration du pauvre amant. Dans ce récit, selon G. Paris, la sauvage légende, celle où le coeur est consommé, aurait "perdu de sa vraisemblance" ! L'affreuse et fort peu courtoise mutilation, "bizarre exagération du thème primitif", aurait fini par rendre la légende "presque comique" (op.cit.p.376).

  • 10 Pour D. Régnier, également, "Le récit (du Lai d'Ignauré) est un drame parodique à huis clos." (op. (...)

27Peut-on se satisfaire de ces interprétations courtoises qui font de la castration l'"envers" comique et parodique10, de son "endroit" sérieux, poétique et émouvant ? Peut-on, tout d'abord, limiter l'empan textuel de la recherche au corpus indo-européen qui, on l'a vu, détermine une telle "lecture" ?

III. Le corpus universel

  • 11 S. Thompson, Motif-Index of Folk-Literature. Indiana University Press, Bloomington, 1956. A. Aarne (...)

28Pour élargir le champ de nos investigations, l'utilisation du Motif-Index de S.Thompson11 est inévitable (Le Types of the Folktale reprend tel quel, au Type n° 992, l'article du Motif'-Index que nous allons citer plus loin, ce qui est significatif de l'imprécision de ces outils). Le "coeur mangé" (The Eaten Heart) apparaît au chapitre "Other Romantic tales" dans le sous-ensemble Q : "Kinds of Punishments." Son récit-cadre est ainsi résumé :

"Q478.1. The Eaten Heart. Adulteress is caused unwittingly to eat her lovers'heart (Sometimes other parts of the body)" (p.238).

  • 12 dans, D.Bertrand et J.J. Vincensini, Le Motif en.ethno-littérature. Le Bulletin du GRSL (EHESS) dé (...)

29Comme nous l'observions dans notre contribution "La Vengeance est un plat qui se mange cuit", on notera ici que "S.Thompson, moins perspicace G. Paris, ne spécifie pas le motif par sa fonction vengeresse."12. Le résumé de Thompson est suivi par une liste de 19 titres, tant d'études sur la question que de références textuelles. La question qui vient alors immédiatement à l'esprit est celle de savoir quelles sont les différences entre la liste de J. Matzke, assise des interprétations "courtoises", et l'inventaire du Motif-Index, qui n'ignore pas d'ailleurs la classification de Matzke qu'il cite en premier.

30Sur les 19 références thompsonniennes, 7 sont originales, elles n'apparaissent pas dans celle de Matzke. Sur ces 7 –toutes sont des références textuelles–, 6 ne concernent pas le domaine indo-européen. Par conséquent, une seule (celle relevée par K. Malone) a été "oubliée" par Matzke. Avant de citer ces 7 récits, nous devons avouer que deux d'entre eux nous sont restées inaccessibles (Rasmussen, Greenland III 241 ; Thompson, North American Tales). Voici donc une rapide présentation des 5 narrations relevées en propre par Thompson, narrations inutilisées jusqu'ici pour interpréter le motif du "coeur mangé".

31a. Une légende des Iles Marquises (citées par E.S Handy dans le Bulletin du Bernice Bishop Museum, n"69, 1931) : une femme a deux maris, le second assassine le premier lors d'une partie de pêche et

"He brought back to Kua (l'épouse, qui est enceinte de trois mois) a bit of his flesh. The woman's grief caused the embryo in her womb to drop out." (p. 413).

32Cette version, où l'ingestion de l'époux fonde un mythe d'origine, est relativement proche du récit suivant.

33b. Un extrait de la Mythologie Hawaïenne (Martha Beckwith, 1970, Univ. of Hawaï Press) : deux poissons métamorphosés en hommes séduisent deux jeunes filles. Les pères de ces dernières attrapent les maris-poissons, les cuisent et les servent à leurs filles qui les vomissent aussitôt. Elles donnent ainsi naissance à deux poissons de l'espèce de leur père. On observera que dans cette version, contrairement à la précédente, ce sont les pères et non le mari, qui commettent le meurtre et organisent l'horrible repas.

343. Dans le Folk-Lore des Iles du Cap Vert, E.C. Parsons (Memoirs of the American Folk-Lore Society XV, New-York, 1923) trouve une narration qui ne manque pas de points communs avec ce que l'on vient de lire : c'est, là encore, le père de la fille, coupable d'amours animales, qui pêche son "gendre", le cuit et le sert à sa fille. Mais,

"The first piece she put in her mouth sprang out and fell to the ground." (p.141).

  • 13 Eskimo of Baffin Lan and. Hudson Bay, BAMNH, New-York, 1907.

35c. Les textes précédents ne précisaient guère la partie du corps servie à la coupable. Au contraire, dans le récit esquimau suivant, recueilli par F.Boas13, le "détail" est précisé. Le mari vengeur tranche le pénis de son rival ("Then he cut it -the penis- off with his knife") puis le jette "into the boiling kettle, among the seal-meat (chair de phoque)" pour le faire cuire et le servir ensuite à son épouse adultère.

36d. Enfin, voici le texte d'origine indo-européenne auquel renvoie Thompson et que Matzke n'avait pas retenu. Il s'agit d'un extrait du volume XLIII (juin 1918, Publications of the Modern Language Association) où Kemp Malone présente une histoire indo-persanne (Rose and Cypress) qui raconte l'adultère d'une reine avec un esclave noir. Le roi les surprend, coupe la tête de l'amant et l'embaume,

"The negro's body he fed to the dog. Thenceforward he punished his wife by making her look every day at the head of her dead lover." (p.413).

37On va tirer maintenant quelques conclusions -il y en aura six- de l'élargissement thompsonnien du corpus, elles serviront de préalables aux interprétations de ce récit qui formeront le chapitre suivant.

381. Une remarque tout d'abord sur l'outil utilisé, le Motif-Index. La classification proposée est vague et, parfois, fausse. Ainsi les histoires hawaïenne et cap-verdienne se trouvent-elles injustement incluses dans le corpus puisqu'elles ne parlent pas d'adultère ; de même le récit indo-persan (Cf. dernière citation) et cap-verdi en doivent être retirés de la classification car l'horrible repas n'y est pas consommé par sa destinataire. On observera, par conséquent, que c'est à bon droit que Matzke ne citait pas le récit indo-persan de Rose et Cyprès dans sa liste.

392. Le corpus élargi que l'on obtient en définitive est donc composé des quatorze narrations indo-européennes complétées par les versions marquis Lenne et esquimaude, que l'on retiendra finalement dans le Motif-Index de Thompson. Soit seize récits. La trame qui résume à première vue le motif du "coeur mangé" –"une femme adultère mange, sans le savoir, le coeur –ou une autre partie du corps– de son amant tué par son époux vengeur- correspond à un ensemble de textes issus de cultures aussi différentes que celle des peuples indo-européens, océaniens ou esquimaux. La nature universelle de ce motif est donc incontestable.

403. Dans ce corpus deux textes seulement, le récit esquimau et le Lai d'Ignauré (et non le bref texte Linauré) évoquent la castration et l'ingestion correspondante. Seul le sous-ensemble des textes indo-européens évoque des scènes de "cardiophagie", comme le dit Hauvette. Le fait de manger le coeur de l'amant supplicié semble donc être un trait propre à la narration indo-européenne. Cependant il n'y a aucun doute sur le fait que ce n'est pas au Moyen Age qu'apparaît, comme en un geste qui porterait la marque de son imaginaire particulier, l'aspect "cardiophage" de la légende. Dès qu'elle s'inscrit dans la littérature médiévale (comme le montre le récit indou de Rasalu), elle transmet les figures qu'elle a reçues de son héritage indoeuropéen et qui fait du coeur, l'objet du repas vengeur.

414. Si l'on considère le corpus dans sa généralité, on constate que le coeur, le foie, le sexe, "un morceau de chair" ou "d'autres parties de son corps" comme l'écrit S. Thompson peuvent être servis au cannibale malgré lui. J. Matzke résume ainsi, par exemple, les différentes versions de l'épisode qui suit le meurtre dans les récits du Pandjab :

"Le mari, Rasalu, décide de rapporter chez lui une partie du corps (coeur, coeur et foie, un morceau de chair) à la place de la venaison." (op. cit. p.3).

  • 14 Pour un élargissement du propos, on lira avec intérêt les "chapitres" 1 ("Cor" e "cors" : itinerar (...)

42On est alors autorisé à faire des différents "plats" ingérés des variantes, physiques et fantasmatiques, d'une même figure, ce que les psychanalystes appelleraient "un corps partiel érotisé". Variantes dont l'emploi analogique peut se justifier selon un double point de vue. Ces différentes parties du corps peuvent être conçues, d'une part, comme des moyens métonymiques aussi bien de la transgression amoureuse que des pratiques alimentaires prohibées. D'autre part, le coeur apparaît dans de nombreux récits comme le métaphore des organes génitaux. "Corps" et "coeur" sont interchangeables dans ce qu'on pourrait appeler le "champ symbolique de la corporalité". Le confirment dans la littérature médiévale, les présentes contributions de E. Suomela, de D. Hue (dans le registre de l'épuisement) et celle de G. Parussa qui montre qu'un animal au grand coeur est un animal sexuellement puissant et luxurieux14. Les différentes versions que propose notre corpus peuvent, par conséquent, être réunies dans un corpus unique, quel que soit le mets qui s'y trouve mangé en guise de punition de l'adultère.

43Nous avions vu que le corpus constitué par les médiévistes contraignait l'interprétation qu'ils donnaient du motif étudié. Parallèlement, armés du nouvel ensemble de textes retenus, nous pouvons légitimement envisager d'étendre maintenant la réflexion concernant les significations du "coeur mangé".

IV. Définition formelle et Interprétations anthropologiques du motif du "coeur mangé"

IV A. Définition formelle. Le motif, forme du discours

  • 15 Pour plus de précisions sur l'élaboration des critères permettant de définir et de dénommer un mot (...)

44Sans entrer dans les détails théoriques où rien n'engage le présent travail quant à la nature des traits formels spécifiant un motif15, nous allons présenter maintenant la définition du motif du "coeur mangé" où les éléments mis en évidence précédemment (concernant ce motif particulier) trouveront leur site. Inutile de dire que cet effort définitionnel tiendra compte implicitement de cet arrière-plan théorique général (visant tout motif).

45Disons d'emblée que nous allons considérer ce micro-récit comme une "molécule" discursive composé de trois "atomes". Ces trois éléments nucléaires forment le "noyau organique" invariable ou irréductible du motif dont J.Bédier avait posé l'existence. Nous proposerons dans les dernières lignes de ce travail une définition générale du motif qui intégrera, comme l'un de ses trois éléments, cette composante formelle.

a. Les parcours figuratifs

  • 16 Dans notre motif par exemple, la figure de la "préparation culinaire" s'exprime à travers divers s (...)

46Les présentations précédentes ont montré que trois "parcours figuratifs" (au sens sémiotique ou panofskyen du terme, d'"enchaînement de signifiés correspondant à diverses expressions textuelles"16) prescrivent leur articulation à ce motif. Le définissant en particulier, ils excluent par conséquent de le confondre avec certains autres motifs pourtant apparemment proches (et parfois retenus dans les classifications du "coeur mangé".) Autrement dit, on ne peut appeler motif du "coeur mangé" qu'un récit qui déploie les trois parcours figuratifs suivants :

  1. L'adultère : figuration initiale de la rivalité entre l'époux et un "concurrent (amant dénommé ou pénis, comme dans la légende esquimaude.) Il s'agit là d'une première transgression puisque l'adultère viole la bonne régulation (sociale, morale, religieuse) de la matrimonialité, c'est à dire la conjonction "normale" entre époux. On se gardera donc d'inclure dans notre corpus des textes qui évoquent des perturbations des relations entre pères et filles, dans l'ordre de la filiation donc (comme les légendes hawaïenne et celle des Iles du Cap Vert incluses, à tort, dans le Motif-Index).
  2. Le meurtre : c'est la figure initiale de la vengeance. On y verra une deuxième transgression car cet assassinat du rival par l'époux -jamais l'inverse- enfreint l'un des tabous culturels majeurs, le crime de sang.
  3. L'ingestion involontaire de l'"objet partiel érotisé", figure conclusive de la rivalité et de la vengeance, à laquelle on assignera sans peine une fonction transgreasive. Cette consommation se manifeste lors d'une repas, donc toujours après une préparation culinaire. Aucun membre supplicié n'est avalé cru par l'ignorante.

b. L'articulation sémantique profonde

47On constate ainsi que, contrairement à ce que l'on écrit parfois, ce n'est pas l'ingestion de chair humaine qui constitue en soi la figuration spécifique du motif. En réalité, une structure symétrique définit les catégories sémantiques et leur articulation (une inversion) qui, plus profondément que les figures mises en évidence précédemment fondent la spécificité de notre motif. En effet, le repas cannibale permet la conjonction, sur le mode alimentaire, des identités qui étaient initialement conjointes sur le plan sexuel. Ces deux conjonctions supposant une disjonction intermédiaire (la vengeance meurtrière), disjonction sexuelle et affective des amants mais aussi existentielle (l'amant est "disjoint" de la vie).

48C'est donc le renversement du contenu des deux séquences symétriques :

49conjonction sexuelle --- conjonction alimentaire qui fonde la signification propre de notre motif.

c. La définition thématique et véridictoire du motif

50Comme l'écrit G. Paris "l'amour coupable" et "la vengeance féroce" constituent le "sujet", on dirait également le "thème", de ce motif. Cependant on doit préciser la nature véridictoire de cette double thématique. Car le destinateur de chair humaine fait manger à son destinataire un plat dont la préparation souvent raffinée fait que son apparence masque sa véritable nature (il ne "paraît pas" ce qu'il "est", formule qui définit le secret). L'efficacité de la punition consiste, précisément, à révéler la vérité de ce qui a été ingéré involontairement, secrètement.

51Deux idées vont nous permettre de conclure ces lignes définissant notre motif.

  • 17 Dans lesquels, par exemple, les rôles du vengeur et du meurtrier ne sont nécessairement incarnés p (...)

52Toute contextualisation particulière de ce récit, dans quelque discours que ce soit, introduira dans la narration d'accueil, la "molécule" ainsi triplement définie. Cette rigidité formelle n'empêche pas, bien entendu, la variabilité des manifestations textuelles du motif selon les récits-occurences17.

  • 18 Toutes les mythologies connaissent l'enchaînement meurtre––consommation cannibale de la victime. E (...)

53On proposera ensuite, à partir de la triple définition donnée, une dénomination, plus adéquate que celle de "coeur mangé". Convenons de celle-ci "la vengeance cannibale d'une perturbation matrimoniale". Dénomination qui nous permet de rappeler que ce motif se distingue de la longue liste des récits fondés sur une conduite anthropophagiques18. Ce qui le caractérise, c'est que l'horrible repas y est présenté comme effectuation d'une vengeance visant une perturbation matrimonialo-sexuelle.

IV B. Interprétations anthropologiques de cette définition. Le motif forme de l'imaginaire

54D. Régnier inaugure la Postface de son recueil Le CoeurMangé par ses lignes :

"Lire ces récits des xiie et xiiie siècles, c'est interroger, (...) diverses figures de désir, de l'amour, de la sexualité, des interdits qu'elle pose et des transgressions qu'ils entraînent." (op.cit. p.297).

55Essayons de voir quelles "figures du désir" notre légende greffe dans les récits où elle s'inscrit. L'hypothèse générale qui sous-tendrait de telles observations, si on les vérifiait avec plus de précision que nous pourrons le faire ici, serait que tout motif est porteur d'un sémantisme archétypal, substance des mythes et du destin de l'homme. Il concerne la vie et la mort, la régulation de la communication, les tabous fondateurs, l'organisation sociale de la sexualité, etc. Autant de sources de valeurs qui sont, comme l'écrit J. Petitot dans son beau livre Morphogenèse......du Sens :

"des sortes de "pregnances" psychiques (des pulsions et/ou des idéaux) "donnant sens à la vie" (...) des universaux de l'imaginaire." (Paris, PUF, p.50)

56D'où la question, quel sens archétypal notre motif inclut-il et transmet-il ? Pour répondre dans les limites de ce travail, le plus simple est de conduire la réflexion à partir des trois parcours figuratifs de base, a. La régulation de la matrimoniante.

  • 19 Pour une Anthropologie fondamentale, Paris, Seuil, 1974.

57Cherchant le "contexte cérémoniel privilégié" qui formerait l'articulation première entre ethnologie et éthologie, Luc de Heusch19 propose cette réponse :

"D'évidence là où s'opère la synthèse de la consanguinité, de la communication et du travail : dans la parenté." (p.218)

58La justification de cette affirmation ne manque pas d'intérêt pour notre travail : le don de la femme est, selon l'auteur,

"véritablement empoisonné. Bien que l'alliance matrimoniale, source ultime de la parenté, transforme l'ennemi potentiel ou réel en partenaire, quelque chose subsiste encore de la menace ancienne, préculturelle." (ibid.)

59L'échange matrimonial (et son respect) doivent donc être considérés comme la canalisation de l'agressivité sexuelle primitive, comme un acte fondateur de l'ordre culturel par conséquent. Or c'est ce que viole "l'amour coupable", première transgression de notre motif.

b. La différence sexuelle

  • 20 Paris, PUF, 1967, p.158.

60L'analogie corps/sexe et coeur comme "objet partiel érotisé" invite à aborder la question de la castration préalable, dans notre récit, à la préparation culinaire. Selon le Vocabulaire de la Psychanalyse de Laplanche et Pontalis20, le phantasme de castration se rapporte "à l'origine de la différence des sexes." Etape tragique de l'agressivité entre rivaux, le meurtre et la castration, deuxième transgression, vont jusqu'à nier la "source ultime de toute parenté". Non plus, comme l'écrit de Heusch, l'alliance matrimoniale –la conjonction des sexes– mais la possibilité biologique de la procréation, de l'origine de la vie, de la filiation et de l'ordre culturel : la différence des sexes.

c. L'interdit nutritionnel et la sauvagerie

61La conception que l'homme se fait de ses manières de manger, de son régime alimentaire touche aux profondeurs de sa relation au monde et aux forces qu'il doit maîtriser pour exister. On se référera, pour s'en convaincre, à la page ultime de l'ouvrage d'ethnologique et de mythographie générale (son corpus est formé des "mythologies indigènes

62du Nouveau Monde") Le Cru et le Cuit de Claude Lévis-Strauss :

"Par son titre d'inspiration culinaire, ce livre se réfère aux exigences du corps, et aux rapports élémentaires que l'homme entretient avec le monde." (Plon, Paris, 1964).

63On suivra en ce qui concerne la Grèce, les analyses de Marcel Détienne, notamment celles qu'il a regroupées sous le titre "Entre bêtes et dieux". L'hypothèse qui dirige cette étude est ainsi présentée :

  • 21 Sur un sujet identique, on lira du même auteur : "Dionysos orphique et le bouilli rôti" dans Diony (...)

"Je code alimentaire (...) représente un plan de signification privilégié pour définir le système de relations entre l'homme, la nature et la surnature." op. cit. p. 233.21

64Dans le système de pensée politico-religieux des Grecs, la dénonciation du cannibalisme tenait au fait qu'il représentait une des formes de la bestialité. Il situe l'homme, note Marcel Détienne

"aux confins de son histoire, dans un âge antérieur de l'humanité." (op.cit. p. 236).

65C'est dire que la "normalité" de l'homme, son appartenance à la "culture" passent par l'interdiction de se nourrir de la chair de son semblable. "Sauvages", au contraire, ceux qui, comme les habitant de Pont, que dénonce l'Ethique à Nicomaque (VII, 1148b), ont "une tendance au meurtre et au cannibalisme". M. Détienne ne rappelle-t-il pas, a contrario, que l'émergence de sectes – Cynisme et Dionysisme – déclarant ouvertement s'opposer à la Cité grecque eut pour slogan "ensauvagez l'homme". Le cannibalisme, complété de la consommation de l'inceste et du parricide, "étant la forme la plus achevée de l'état sauvage" (p. 242).

V. Conclusion : Désirer et penser la sauvagerie. Qu'est-ce qu'un motif ?

66Rappelons notre point de départ. Il s'agissait de tenter de préciser la nature du "sémantisme archétypal" dont notre motif serait le témoin jusque dans l'art narratif médiéval.

67Nous dirons alors en guise de conclusion-réponse que, à travers ses trois parcours, ses thèmes et son enchaînement au sémantisme inversé, la "vengeance cannibale d'une perturbation matrimoniale" synthétise la négation de trois tabous culturels fondateurs : la remise en cause de la régulation des échanges matrimoniaux et de la différence sexuelle ; le crime de sang et la consommation de chair humaine.

68Notre motif exprime, par conséquent, la relation dramatique que l'homme –y compris bien entendu l'homme médiéval– instaure avec les conditions fondatrices de son humanité. Plongeant, aux racines de l'imaginaire, il évoque, en en définissant les contenus, les risques et l'horreur de l'inhumanité et de la sauvagerie.

  • 22 Forme distanciée mais ni comique ni parodique.

69Tel un phantasme diraient les psychanalystes, il situe l'interdit en position de désir, grâce à la forme esthétisante de contes ou de chansons22. Il permet de "penser", diraient les anthropologues intellectualistes, l'une des solutions –atroce et bestiale– que l'homme peut trouver pour répondre aux énigmes majeurs de son existence et en conjurer ainsi l'étrangeté ou la souffrance.

70On verrait là les bases de la triple définition générale (notée 1, 2 et 3) que nous souhaiterions proposer, au moins à titre spéculatif, de tout motif : à travers une forme intangible (1), un motif peut être considéré comme un récit exprimant, en les "concentrant", des contenus anthropologiquement motivés (2) et culturellement contextualisables (3). L'art littéraire du Moyen Age apparaissant, à juste titre, comme l'une des plus séduisantes illustrations de l'accueil d'un motif universel – la "vengeance cannibale d'une perturbation matrimoniale"– dans une idéologie sociale particulière, l'érotique courtoise.

Notes

1 Université de Toulouse-Le Mirail, 1986.

2 "Folkloristes et Médiévistes face aux textes littéraires. Problèmes de méthode." Annales, n"5, sept-oct. 1979. Lire à ce propos le riche article de Félix Lecoy "Analyse thématique et critique littéraire. Le cas du Fabliau". Annales Universitatis Turkuensis, Turku, 1973.

3 Tome XXVIII, Paris, Imprimerie Nationale, 1881.

4 Berlin, R. Gaertners Verlagsbuchhandlung, 1891.

5 "The Legend of the Eaten Heart", Modern Languages Notes, Vol. XXVI, Baltimore, 1911.

6 Signalons enfin, bien que l'intérêt de cette contribution ne concerne pas la constitution du corpus de notre légende, l'article récent de Luciano Rossi "Il cuore mistico pasto d'amore : dal "Lai Guirun" al "Decameron"", Studi provenzali e francesi 82 (Romanica Vulgaria Quaderni 6, L'Aquila 1983.

7 "L'amour coupable et la vengeance féroce qui en sont le sujet présentent bien les caractères habituels de cette poésie (celtique)" G. Paris, op.cit. p. 376.

8 Danielle Régnier-Bohler le souligne : "Le motif narratif de ces récits est la jalousie." Le Coeur Mangé, Récits erotiques. et courtois des xiie et,.xiiie siècles, Stock, Paris, 1979, p. 314.

9 Les épouses adultères prennent le voile (après avoir appris la nature du festin qu'elles ont fait) et fondent un monastère "dont la spécialité est d'offrir aux passants la plus galante des hospitalités." op. cit. p. 191.

10 Pour D. Régnier, également, "Le récit (du Lai d'Ignauré) est un drame parodique à huis clos." (op.cit. p.318). Affirmation que confirme L. Rossi "Dans le dépècement de l'amant, en plus de la perte du coeur, on a très tôt fait allusion à la perte des attributs virils (ce qui comporte une extension du jeu parodistique –"gioco parodistico"– à la sphère proprement mystique) avec référence à la purification de l'ascète." op. cit. p. 50.

11 S. Thompson, Motif-Index of Folk-Literature. Indiana University Press, Bloomington, 1956. A. Aarne, The Types of the Folktale, A Classification and Bibliography, Helsinki, 1961.

12 dans, D.Bertrand et J.J. Vincensini, Le Motif en.ethno-littérature. Le Bulletin du GRSL (EHESS) déc. 1980, n°16, p.33.

13 Eskimo of Baffin Lan and. Hudson Bay, BAMNH, New-York, 1907.

14 Pour un élargissement du propos, on lira avec intérêt les "chapitres" 1 ("Cor" e "cors" : itinerari meridionali di Costanzo Di Girolamo) et 5 (Dal "cor" al "gest" : cuore e corpo nelle lirica catalana dai trovatori ad Ausis March di Lia. Mendia) du livre Capitoli, per una storia del cuore, Palermo, Sellerio editore, 1988.

15 Pour plus de précisions sur l'élaboration des critères permettant de définir et de dénommer un motif, nous nous permettons de renvoyer à notre article "Le motif, forme symbolique", D'un Conte...à L'Autre. La Variabilité dans la Littérature orale, Ed. du CNRS, Paris, 1990.

16 Dans notre motif par exemple, la figure de la "préparation culinaire" s'exprime à travers divers signifiants (le coeur est "préparé en ragoût" chez Boccace, "mis en potaige" chez J. de Flore, le sexe est bouilli dans le récit esquimau).

17 Dans lesquels, par exemple, les rôles du vengeur et du meurtrier ne sont nécessairement incarnés par le même personnage (Cf. Le Roman du Châtelain de Couci). Voir également la note précédente.

18 Toutes les mythologies connaissent l'enchaînement meurtre––consommation cannibale de la victime. En ce qui concerne la Mythologie grecque, on consultera la liste établie par Marcel Détienne dans Destins du Cannibalisme, Nouvelle Revue de Psychanalyse, n'6, 1972, p.232.

19 Pour une Anthropologie fondamentale, Paris, Seuil, 1974.

20 Paris, PUF, 1967, p.158.

21 Sur un sujet identique, on lira du même auteur : "Dionysos orphique et le bouilli rôti" dans Dionysos mis à mort, Les Essais, Paris, Gallimard, 1977.

22 Forme distanciée mais ni comique ni parodique.

Auteur

E.H.E.S.S. – C.N.R.S.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter