Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Le coeur, le corps et le cul

Variations lexicales dans les fabliaux

Elina Suomela-Harma

Texte intégral

  • 1 Anatole de Montaiglon - Gaston Raynaud : Recueil général et complet des fabliau des xiiie et xive (...)
  • 2 Nouveau recueil complet des fabliaux publié par Willem Noomen et Nico van den Boogaard, tomes 1-5, (...)

1Le but de notre analyse est d'étudier les occurrences du mot cuer dans les fabliaux. Ce projet peut sembler hasardeux. Pourquoi, en effet, aller chercher des cuers dans un genre littéraire qui risque d'en contenir moins qu'aucun autre ? La contradiction évidente entre le caractère terre à terre des fabliaux et le registre auquel appartient le substantif en question ne nous échappe pas. Cependant elle nous a amenée à formuler une série de questions, dont les unes sont "de routine" et les autres ont un caractère plus ambitieux. Les premières concernent la nature des syntagmes où figure le mot cuer et les protagonistes auxquels ils se rattachent ; quant aux secondes, elles se rapportent à l'analyse des variantes. Pour trouver une réponse à ces questions, nous avons examiné la totalité des fabliaux édités. Autrement dit, ont été dépouilles les 157 fabliaux du Recueil général et complet de Montaiglon-Raynaud (abrégé en M-R)1 ainsi que les 55 textes contenus dans les cinq premiers volumes du Nouveau recueil complet des fabliaux de van den Boogaard et Noomen (abrégé en NRCF)2.

  • 3 Les critères suivis dans le choix de ces textes, exposés par Willem Noomen dans "Qu'est-ce qu'un f (...)

2Dès le début, il a été clair que les résultats de noire enquête seraient conditionnés par la nature des éditions disponibles. L'analyse que nous nous proposons de faire n'assume en effet tout son sens que si les leçons de tous les mss. sont prises en compte. Cette condition est facile à remplir en ce qui concerne les textes déjà parus dans le NRCF : il donne, pour chaque fabliau, une édition diplomatique de l'ensemble des versions conservées. Posent problème par contre ceux des 78 fabliaux à paraître ultérieurement, dont il existe plus d'un ms. f leur nombre s'élève à 22). Bien que ces textes figurent, du moins en principe3, dans M-R, leur appareil critique est trop incomplet pour permettre d'avoir une idée exacte des mss. non publiés. Cela veut dire que notre corpus contient des lacunes qu'il n'a pas été possible de combler.

  • 4 Ce sont : 1) Herz als Körperteil ; 2) als kostbarster Besitz des Menschen ; 3) als kosende Anrede  (...)
  • 5 par ex. "Biaus cuers, de moy pitiés vos praigne", cité d'après Tobler -Lommatzsch, vol. II, colonn (...)

3Selon le dictionnaire de Tobler-Lommatzsch, le substantif cuer présentait, en ancien français, 16 acceptions différentes4. Sans prendre partie pour ou contre cette affirmation –l'entrée cuer pourrait être taxée d'une excessive minutie qui fait que certains des sous-groupes établis ont un sémantisme pratiquement identique– on peut constater que les fabliaux emploient le mot cuer dans tous les sens attestés par Tobler-Lommatzsch excepté deux : il ne sert pas de terme d'interpellation affectueux5, ni n apparaît au sens de Besinnung (nach der Ohnmacht). C'est que les personnages des fabliaux ne sont pas du genre a s'évanouir facilement, ni a s'adresser en termes affectueux les uns aux autres.

  • 6 Les citations provenant des éditions diplomatiques du NRCF sont reproduites telles quelles, sans a (...)

4Quantitativement, il n'est guère possible de dire quoi que ce soit sur la fréquence du substantif cuer : d'une part, il est absent de fabliaux longs de plusieurs centaines de vers et, de l'autre, il peut apparaître à maintes reprises dans des récits plutôt courts. En outre, cuer commute facilement avec d'autres noms –surtout des monosyllabes– tels que cors et cul, avec lequels il se trouve dans certains contextes presque en variation libre. Ce phénomène s'observe surtout dans les jurons, où à cuer peuvent se substituer d'autres substantifs désignant une partie de l'organisme humain (dens, yeux, cervelle, cors, cul) ou certains mots abstraits, comme mort et nom6 :

A Por le cuer bieu 354
B Por les iauz dé 342
NRCF I, 2

A Par le cul dieu 1 48
C Par le cuer dieu 1 52
NRCF IV, 35

C Par la mort dieu 371
H Par les nons dieu 385
O Par le cuer dieu 373
A Par les sainz dieu 377
T Par la passion dieu 376
NRCF III, 18

5mais aussi dans des contextes moins stéréotypés, où il y a alternance entre cuer et un vocable à peu près synonymique :

A. H Or metez cuer a l'escouter 4
C, T Or metez peine a l'escouter 4
NRCF III, 18

A... de son cuer point ne gehi. 47
T Ne son penser pas ne montra 47
NRCF V, 48

A Sire la mort qui vous enyure 46
Vous taint si le cuer et encombre
T Frere la mort qui uous enyure 46

Vous tost si le cors et enconbre
B Ce est la morz qui uos eniure 40
Qui uos tost lo piz et encombre 41
NRCF V, 49

  • 7 Parmi les rares cas où cuer forme un syntagme à haute cohésion avec un autre substantif -synonymiq (...)

6Il a déjà été fait allusion à l'alternance cuer / cors. Ces deux notions sont partiellement synonymiques7 dans les contextes où il est question de maladies physiques -si le coeur a une défaillance, le corps entier en souffre – ou d'états affectifs. Cela est bien illustré par Constant du Hamel et Auberee. Le prêtre épris de Dame Ysabeau est blessé par le dard de l'Amour qui, dans certaines versions, lui perce le coeur et, dans d'autres, le corps :

A Malement est blecié du dart 34
D'amors qui l'a ou cors nauré
NRCF I, 2

J Malement l'a blecié le dart 30
D'amor qui en cuer l'est entre

7Se demander si les syntagmes ou cors et en cuer s'équivalent stylistiquement ou si la variante de J est plus "aristocratique" serait poser un faux problème : on ne peut rien conclure à partir d'un seul passage, d'autant plus que le ms. A – celui qui, dans les vers cités, emploie cors - fait ailleurs un usage plus fréquent du mot cuer que les autres.

8Dans Auberee, le fils du bourgeois subit un sort semblable à celui du prêtre dans Constant du Hamel. L'Amour lance dans son coeur ou dans son corps une étincelle de sorte qu'il ne peut penser qu'à la fille du voisin :

A Mes amors...
El cors li met une estincele
Qu'il ne pensse qu'a la pucele
NRCF 1,4, vv. 51.53-54

D Quar amors...
El cuer li met une estincele
Qu'il ne pense qu'a la pucele
NRCF 1, 4. w. 51, 53-54

9Citons encore un passage où cors et cuer ont un sens presque identique. Dans les vers qui décrivent les sentiments des deux amoureux, les substantifs en question figurent dans des syntagmes syntaxiquement semblables (avoir + prép. + cuer / cors + joie) ; les vers 27 et 28, qui expriment d'abord le point de vue de la jeune fille et ensuite celui de son soupirant, contiennent en effet la même idée, bien que mon cors y ait une valeur voisine du pronom personnel :

E Si li plaisoit que il eut 2 5
A moillier si com il deut
Elle en auroit au cuer grant ioie
Belle, se i aie de mon cors ioie,
Fait li valiez... 29
NRCF I, 4

10Dans les fabliaux, comme ailleurs, le cuer est le siège des sentiments par excellence. Ce mot est donc souvent accompagné d'un adjectif qualificatif, comme gai, lié, tendre, marri, iriez, adoulé, dolent, destorbé, hardi, os, honneste, volaige, ou d'un nom indiquant une émotion, une sensation : ire, joie, rencoeur, malese, dolor. Les sentiments éprouvés par les protagonistes sont évidemment déterminés par les vicissitudes qu'ils subissent ; on n'est donc nullement surpris d'apprendre par exemple que les constructions cuer iriez et avoir au cuer grant ire qualifient le plus souvent le mari. Quitte à dire des choses connues de tous, nous allons maintenant passer brièvement en revue un certain nombre de passages où les protagonistes et leur comportement sont décrits avec une construction où entre le substantif cuer. Cette opération n'a d'autre ambition que de montrer qu'un certain vocabulaire de caractère psychologique n'est pas totalement absent des fabliaux.

11Commençons par les rapports entre mari et femme. En général, ils sont plutôt mauvais même quand ils ne sont pas troublés par la présence d'un éventuel amant. Dame Anieuse het de cuer (NRCF II, 5, v. 71) son époux qui, en l'apercevant, ne peut pas s'empêcher de rire de mal cuer (v. 319). La femme du vilain mire, mécontente d'avoir un rustre pour mari, constate : "j'oi bien el cuer la rage / Quant j'ostriai le mariage" (NRCF II, 13, C 89-90), tandis que la noble épouse de Bérenger aimerait le sien de tout son cuer (NRCF IV, 34, A 106), si seulement elle pouvait être sûre que celui-ci e le vaillant combattant qu'il se vante d'être. Mais ce ne sont pas seulemen ; les vices ou défauts de l'époux ou de l'épouse qui suscitent le mécontentement : son aspect extérieur peut aussi provoquer des réactions violentes. Ainsi, le spectacle offert par les Trois dames de Paris, qui gisent ivres-mortes au milieu de la route, met-il leurs maris hors d'eux-mêmes : "les cuers de courouz leur enflame, / Car cus et teste leur paroit" (M-R 3, LXXIII, w. 218-9).

  • 8 Ce terme a été lancé par P. Nykrog dans sa thèse Les fabliaux, Genève. Droz, 1973 (2 éd.).

12Dans les fabliaux à triangle8 –ceux où figure le trio mari-femme-amant– le mari a constamment le cuer mari ; ses soupçons font que "le cuer lui... devient tout froyt" (NRCF II, 12, o 85) et que "de mautelent li cuers li tramble" (NRCF IV, 27, A 26) avant qu'il n'ait "au cuer plus grant ire" encore (ibid., E 90). Tous ne se résignent d'ailleurs pas à leur sort, mais méditent la vengeance qui tantôt réussit et tantôt échoue :

Vrais wihos estoit ses maris.
Se ses cuers fu un pou maris
Bien le sot tout à point remetre ;
M-R 4, XCI

13L'apparition de l'époux contrarie naturellement sa femme : "ele n'ot pas son cuer lié / Qu'il est venuz" constate le narrateur du Cuvier (NRCF V, 44, vv. 42-3). La position la moins commode est toutefois celle de l'amant surpris en flagrant délit. Une des images les plus amusantes que le mot cuer a inspirée dans les fabliaux se trouve dans Le Dit dou plicon. où un pauvre clerc, a la suite d'événements inattendus, se trouve couché entre femme et mari dans le même lit. On comprend que :

A celui qui ens ou lit gist 56
Li cuers de grant paour fraiele
Et frit con tourtiaus em paiele.
58 M-R 6, CLVI

14Mais remontons à l'époque qui précède la liaison entre la femme et celui qui va devenir son amant. C'est à ce moment-là que le narrateur déploie tout le vocabulaire courtois qu'il connaît, dans lequel -aussi frustre soit-il- le terme cuer occupe une place de choix. L'amoureux oscille en effet entre le désespoir et le bonheur :

Mout a de ce le cuer mari 66
Que de samor l'a refuse ; 67
M-R 6, CXXXIX

Et quant li moinnes la veüe, 102
Si trés grans joie au cuer l'en sort
A bien petit qu'il ne li court
Baisier et les eus et la face ; 1 05
M-R 5, CXXIII

15mais ne recourt jamais lui-même au vocable cuer en s'adressant à sa bien -aimée. Le sommet de l'éloquence est atteint par le chapelain qui essaie de convaincre la mère d'Alison de ses sentiments ; seulement, il mélange malencontreusement aux arguments sentimentaux des considérations de nature moins romantique :

Li Chapelains son cuer dedenz 59
Ot embrasé par grant amor ; 60
La Dame apele par dolçor (...) 61
"Dame", fait il, "oiez mes max. 63
Marion, vo fille, la bele, 68
M'a si le cuer soz la maraele
Derrompu et trait fors du cors,
Dame, aurait-il mestiers tresors,
J'ai meint bon denier monnaé."
72 M-R 2, XXXI

16Lorsque les choses se présentent bien, les amants se donnent rendez-vous dès que possible. Pour ce faire, ils sont décidés à arriver au bout de tous les obstacles :

Mout l'amoit cil et ele lui, 2 1
Et si ne lessast por nului
Ou'ele ne feist son voloir,
Cui qu'en deust le cuer doloir 24
M-R 3, LXXIX

17Finalement vient le moment où l'on peut s'attendre à ce que le mot cuer soit qualifié par un adjectif exprimant la joie ou un sentiment voisin :

0... mont le cuer iolif auoit (sc. le chevalier) 38
Pour s'amie qui lot mandé
Tout son cuer li auoit donné
Por faire du tout son tallent 41
NRCF II, 12

18Comme nous venons de le dire, le terme cuer n'apparait guère dans les dialogues entre les amants ; il n'y a qu'une seule dame qui déclare que son coeur appartient à l'amant, mais elle le fait en termes quelque peu surprenants :

  • 9 Le vers 177 est trop long -il s'agit apparemment d'un saut du même au même- mais si on le corrige (...)

Vostre est mes cuers, vostre est mes cors9 177
Mais li cus si est mon mari, 179
M-R 5. CXXVIII

19Cependant il arrive que l'amant déçoit sa maîtresse en se comportant comme un couard ou, pis encore, en l'humiliant. C'est encore le coeur qui paye les frais de cette expérience :

A pou que li cuers ne me fent,
158 Quant je onques jor de ma vie
Oi de cest homme amer envie,
160 NRCF V, 51

20déclare une malheureuse dont l'amant ne brille pas par le courage.

21Dans le vocabulaire du mari, le mot cuer n'apparait pas à moins qu'il ne l'emploie pour expliquer qu'il souffre d'une indigestion et doit sortir au milieu de la nuit :

"Dame, bailliés moi ma cemise, 278
S'irai là hors en mi la rue ;
Ne sai quel cose m'est venue
Au cuer : si m'en irai là hors. 281
M-R 5, CXXIII

22Comme le constate le narrateur du Vallet aus douze fames, le temps où le mari avait le cuer si gai est révolu : il remonte à l'époque où celui-ci était encore célibataire (NRCF IV, 29, I 120). Le coeur du mari ne connaît donc que des sentiments négatifs. A cela, il n'y a qu'une exception qui, en tant que telle, mérite d'être relevée. Dans Les braies au cordelier (NRCF III, 17), où le mot cuer apparaît chaque fois que l'action connaît un revirement, le mari est dupé par deux fois. D'abord, sa femme le réveille au milieu de la nuit pour lui faire croire que c'est déjà l'heure de se rendre à la foire. Or, le mari ne tarde pas à s'apercevoir qu'il est trop tôt pour entamer le voyage et rentre à la maison. L'amant de la femme, qui entretemps s'est faufilé dans la maison, réussit cependant à s'éclipser sans être vu et le mari peut donc reprendre tranquillement le sommeil interrompu. Mais le lendemain de nouveaux ennuis surgissent : une fois à la foire, il constate qu'il a mis le pantalon de quelqu'un d'autre, en l'occurence celui de son rival. Avant qu'il ne rentre, sa femme a cependant trouvé un moyen pour expliquer ce qui s'est passé. Elle se hâte d'accueillir son époux avec une tournure qui normalement est employée par le narrateur et non pas par un des protagonistes, à savoir :...Biaus sire, / N'aiez en vostre cuer tel ire ! (w. 290-1), et l'envoie chez un cordelier dans lequel elle a un complice sûr. Ce dernier fournit au pauvre mari des explications qui le calment et le font s'exclamer :

"Sire,... se Dieus m'alst, 327
Grant joie m'avez el cuer mise : 328

  • 10 C'est le mari de la Borgoise d'Orliens (NRCF III, 19).

23L'ironie de cette réplique ne ressort entièrement que lorsqu'on sait qu'on a affaire au seul mari des fabliaux ayant la joie el cuer et qui, du point de vue narratif, a connu le même parcours que son confrère "battu et content de l'être"10.

24Jusqu'ici, il n'a été question que de sentiments entre homme et femme. Le coeur humain peut toutefois être en proie à bien d'autres sensations encore. La question que nous allons examiner maintenant est la suivante : quels sont, dans les fabliaux, les personnages –à part les membres du triangle amoureux– dont le coeur a retenu l'attention du narrateur ? Pour y répondre, nous n'allons pas énumérer tous les contextes où il est question du coeur de tel ou tel personnage : à ce qui a été déjà dit, il suffit d'ajouter que les prologues et les épilogues, qui contiennent des proverbes et autres expressions sentencieuses, offrent un contexte idéal pour l'enonciation de maximes générales sur la nature humaine. Deux parmi elles méritent d'être citées. La première :

C... est cuer de fame ouuert 420
Totes por home deceuoir 421
NRCF II, 8

25se trouve dans La Bourse pleine de sens ; malgré son allure de vérité éternelle, elle ne s'applique qu'au comportement de la maîtresse perfide, tandis que le dévouement exemplaire de l'épouse est passé sous silence et ne donne lieu a aucun commentaire sur les vertus féminines. La seconde :

Nus n'est vilains, se de cuer non.

  • 11 Ce texte ne figurera pas dans le NRCF. Nous le citons d'après Jean Batany, Le français médiéval, P (...)

26provient du fabliau Des chevaliers, des clercs et des vilains11 et, détaché de son contexte, est plus riche de sens encore que dans l'épilogue où il se trouve.

27L'étude des textes analysés dans leur ensemble donne toutefois des résultats plus intéressants que ces quelques considérations éparses. Deux fabliaux font en effet un usage assez significatif du mot cuer, employé au sujet d'un seul personnage ou d'une seule catégorie de personnages. Dans Le Meunier d'Arleux (M-R 2, XXXIII), l'emploi de ce terme se limite à la jeune fille, dont le meunier s'apprête à abuser. Elle "pleure des iex, de cuer soupire' et bien qu'elle prenne "ens en son cuer bon consel", elle ne trouve pas comment sortir de ce mauvais pas avant d'avouer à la meunière pourquoi son "cuers est molt destorbes". Ce choix lexical, qu'il soit conscient ou non, est significatif, et révèle que les sympathies du narrateur vont à la victime innocente, ce qui ne va pas de soi dans l'univers des fabliaux, comme le démontre Du prestre et du chevalier (M-R 2, XXXIV). Dans cette histoire, la différence sociale entre un chevalier appauvri et un prêtre riche, mais d'une extrême avarice, est soulignée avec force. Indigné par le comportement du prêtre, qui lui nie d'abord l'hospitalité la plus élémentaire, le chevalier décide de se venger de lui. Il trouve un moyen pour se faire préparer un diner copieux et exige ensuite que la nièce, puis la concubine de son hôte passent une partie de la nuit avec lui. Bien que scandalisé, le prêtre ne peut qu'accepter pour ne pas perdre le pari qu'il vient de faire avec le chevalier. Ce n'est qu'au moment où ce dernier lui dit de le rejoindre dans son lit qu'il refuse d'obéir et paye au chevalier son dû. Le récit, plein de péripéties inattendues, met en scène plusieurs personnages dont le sort n'est pas enviable : le chevalier, qui a tout perdu aux tournois, la nièce, déjà fiancée à un autre, et que l'oncle n'hésite pas à sacrifier, la concubine qui connaît un sort identique. Cependant l'action est racontée du point de vue du chevalier et de son écuyer : ce que ressentent les autres laisse le narrateur indifférent. La dichotomie noble vs vilain gent se manifeste dès le début ; la rencontre du chevalier avec la famille du prêtre se fait en termes suivants :

Li chevaliers, simples et dous, 132
Qui le cors ot plaisant et gent
Regarda la vilaine gent ; 134

28Le chevalier, qui ne se fait aucun scrupule d'infliger des souffrances même aux personnes étrangères à la dispute qui l'oppose au prêtre, se révèle lui aussi antipathique, mais cela n'empêche pas le narrateur de le qualifier avec maintes épithètes positives. En outre, il ne manque pas de souligner que le chevalier ou son écuyer a "le cuer dolent", qu'il "petit ot en son cuer de joie" et ainsi de suite. Par contre, le narrateur ne se soucie pas des sentiments des autres protagonistes ; même la scène du sacrifice de la nièce, qui est de celles où on s'attendrait à voir apparaître le mot cuer, est entièrement axée sur l'action et non pas sur les sentiments :

Dont pleure celle et pert se joie 610
Com celle qui nul mal ne set ;
Sa vie despit moult et het ; 612

29Ce n'est qu'à la fin de l'histoire, dans un passage où figure d'ailleurs aussi bien cors que cuer, que la concubine du prêtre semble être – moralement – élevée au même rang que le chevalier dans ce sens qu'on lui attribue un coeur. Mais comme c'est la dame elle-même qui le fait, il ne nous est pas donné de savoir si le narrateur souscrit à cette ascension de simple figurante au rang de protagoniste.

*********

  • 12 Bien que les cas où cuer commute avec zéro soient laissés ici de côté, nous voudrions toutefois so (...)
  • 13 Pour une approche théorique du problème, voir "The Question of Variants and the Fabliaux" de Raymo (...)
  • 14 Ce qui a été fait par Jean Subrenat dans son article "Notes sur la tonalité des fabliaux. A propos (...)

30Voici venu le moment de passer à une étude plus détaillée des variantes, c'est-à-dire des cas où à une occurrence du vocable cuer correspond, dans une autre version du même texte, un mot diffèrent, voire rien du tout12. Depuis Jean Rychner l'analyse des variantes des fabliaux a été pratiquée avec profit par plusieurs savants13. Le but dans lequel ils ont mené leur enquête est celui de démontrer que d'un seul et même texte il existe des versions destinées à différents publics (une opération complémentaire est celle de faire voir qu'une seule variante peut donner lieu à plusieurs lectures)14. L'analyse très limitée à laquelle nous nous livrerons ici, s'inscrit dans le même courant, mais il est clair que des conclusions vraiment significatives ne sauraient être tirées des vicissitudes auxquelles peut être soumis un lexème isolé.

31Lorsque les occurrences du mot cuer sont plus nombreuses dans une version que dans une autre, cela révèle-t-il quelque chose sur le registre du texte ? On ne peut que donner une réponse négative à cette question. Un critère aussi ténu – s'il n'est pas combiné avec d'autres- ne permet pas de tirer des conclusions de portée générale. Mais cela n'empêche que l'emploi que fait un texte du substantif cuer peut être plus ou moins conséquent et qu'il peut augmenter ou diminuer sa cohésion. Ce phénomène est bien illustré par Les quatre sohais Saint Martin. Dans ce fabliau bien connu, le saint accorde à un vilain la possibilité d'exprimer quatre voeux qui ensuite seront accomplis. L'homme raconte la bonne nouvelle à son épouse qui exige qu'un des sohais lui soit donné puisque :

A, B Ja ai ie en vous tout mon cuer mis 60
De vous amer de vous seruir
Or le me deuez bien merir 62
NRCF IV, 31

  • 15 Le quatrième (F) ne contient que les 24 premiers vers, cf. NRCF IV, pp. 191 et 197.
  • 16 J. Rychner, Contribution à l'étude des fabliaux, t. I, Genève, D z, 1960, p. 121.

32Dans le troisième et dernier des mss. conservés15 qui, selon Rychner, présente "une version orale dégradée, transcrite... de mémoire"16, le mérite que la femme s'assigne consiste par contre à bien savoir "conseiller" son époux :

Z Jeo vous say ben cunsiler 17
Vous me deuez ben amer 18

33Cependant la femme n'a pas toute la confiance de son mari qui essaie de se dérober et constate, en A :

A Ne connois pas bien uoz amors 81
Se deissiez que fusse vns ours
Ou asnes ou chieure ou iument
Jel seroie tout esraument 84

34Que le choix du substantif amors ne soit pas très réussi sémantiquement, saute aux yeux surtout s'il est comparé à la variante proposée par B, à savoir cuer :

B Je ne conois pas uostre cuer 81
Se disiez que ie fusse or
Vne chieure o une iument... 83

35Dans Z, le passage en question manque. Lorsque ensuite les choses tournent mal à cause du peu de jugement dont la femme du vilain fait preuve, A conclut :

A... cil ne fet mie sauoir 188
Oui mieus croit sa fame que lui
ouent l'en vient honte et anui 190

36tandis que B recourt encore une fois au substantif cuer :

B Qui plus croit sa famé que lui 199
Souant en a au cuer anui 200

37Quantitativement, aux trois occurrences de cuer dans B correspondent donc une en A et zéro en Z. Qualitativement -et c'est l'aspect qui nous intéresse le plus- B fait un usage judicieux de ce substantif : l'histoire -tel' qu'elle est racontée dans la version en question- pourrait en effet être reclamée par la formule "qui agit sans connaître le coeur de son partenaire, risque d'avoir lui-même le coeur affligé".

  • 17 Rychner, op. cit., p. 86.

38Mais les problèmes relatifs à l'emploi du mot cuer ne sont pas seulement quantitatifs ou qualitatifs : le sens du substantif en question ne reste pas nécessairement le même quand on passe d'une version à une autre. Etablir des différences sémantiques dans des passages grosso modo identiques est évidemment une tâche délicate. Nous allons quand même évoquer l'un d'eux, car son interprétation ne donne lieu à aucune contestation. L'exemple provient de La Damoisele qui ne pooit oir (NRCF IV, 26). De ce texte, conservé en cinq mss., il existe trois versions assez différentes, dont deux ont été analysées de près par Rychner. Il met en évidence la supériorité de B, dont il loue le style, la versification et le choix de mots heureux pour conclure que B était destiné à un public plus exigeant que D. En d'autres termes, B serait la version aristocratique d'une histoire dont D présente une variante burlesque, plus apte à "passer les rampes foraines"17 Or, si l'on compare les différentes versions entre elles avec, comme seul critère, l'emploi qu'elles font du substantif cuer, on constate que le résultat de ce petit test concorde avec le jugement du savant suisse. Déjà le titre du fabliau change d'un ms. à l'autre. A donne De la damoiselle qui ne pooit oir palier de foutre, titre auquel B ajoute qui n'aust mal au cuer, devenu en E qu'elle ne se pasmast. Dans D, en revanche, l'histoire s'intitule tout simplement De la pucele qui abeura le polain. Ce qui nous intéresse dans le présent contexte, c'est d'établir le sens du syntagme avoir mal au cuer : s'agit-il, comme en français moderne, d'un malaise physique qui n'est pas lié au coeur, ou le substantif cuer a-t-il ici plus ou moins son sens original ? Voyons donc si les textes peuvent nous aider à résoudre ce problème. Dans B, on lit que la jeune fille, en entendant certains mots, a "mal au cuer / Et trop en faisoit male chiere" (vv. 8-9), état que le père décrit avec les mots suivants :

B... si li prant une gote 77
Qui encontre lo cuer la bote
Que de morir fait grant sanblant 79

39Le jeune homme qui s intéresse à elle fait croire que les expressions crues ont le même effet sur lui : en les entendant "grant dolor au cuer me prant" (v. 95). Le malaise ainsi décrit nous semble correspondre en partie à une affliction morale, en partie à un état de faiblesse physique proche de l'évanouissement. La jeune fille exprime sa désapprobation par la male chiere et quand elle "fait senblant de morir", cela veut probablement dire qu'elle est sur le point de perdre les sens. "Le grant dolor" que le jeune homme éprouve dans des circonstances identiques, a également l'air de correspondre à une défaillance physique. Le ms. E, qui offre aussi une version aristocratique de l'histoire en question, attache moins d'importance à ces troubles psycho-physiques et les évoque avec le seul verbe se pasmer : On dirait qu'il s'agit là d'une interprétation correcte, mais succincte des phénomènes décrits en B. Nous écartons donc la possibilité de voir dans le syntagme mal au cuer un synonyme de avoir des nausées, vomir. En revanche, il est clair que c'est ce sens-là que D attribue à la construction en question. Les mots que la jeune fille trouve choquants font qu'elle a "mal au cuer / com sel eust vomite prise" (vv. 16-17). Cette constatation réaliste, qui aurait été tout à fait déplacée en B, s'accorde par contre avec le ton général de D.

40Nous allons terminer ces remarques sur les variantes par deux exemples tirés de Constant du Hamel (NRCF I, 2). Dans la version du ms. A, qui a une certaine prédilection pour le mot cuer, le prêtre amoureux de dame Ysabeau dit qu'il voudrait "... besier cele bele bouche / Dont la doucor au cuer me touche" ( vv. 111-2). B et D offrent une leçon plus stéréotypée, mais qui stylistiquement appartient au même registre : "...cele bele bouche / Qui tant par est vermeille et douce" (D, vv. 108-9). Par contre, l'antiphrase employée par J ne contient pas seulement une idée négative (bien que niée), mais n'a rien de poétique : "... vostre biele bouche / Que ne porte pas male entouche" ( vv. 100-101). Quand ensuite, lors d'une beuverie, le prévôt, l'un des trois soupirants de la belle dame, se met à rêver d'elle à haute voix, il dit, en A :

A Dont ne feroit il or bon estre 1 52
O la famé sire Constan
On en deuroit iuner I. an
En pain et en eue et en sel
Et en viande quaresmel
Pour auoir en au cuer grant ioie 157

  • 18 Rychner, op. cit., pp. 110-117.

41Cependant, dans les autres versions, cuer est remplacé par une nuit : "Por avoir une sole nuit ioie" (B, v. 152). On ne peut que regretter que cuer ne soit employé, dans les deux cas, par le même personnage et plus exactement par le prêtre : cela constituerait chez lui un petit tic langagier qui l'opposerait au prévôt et au forestier. Mais au lieu de s'arrêter sur des variantes hypothétiques, il vaut mieux considérer le texte tel qu'il se présente réellement. L'infériorité de J par rapport aux autres mss. -quant au premier passage- nous semble incontestable et ne fait que renforcer sa mauvaise réputation18. Pour le second lieu variant, il est évident que le vers proposé par A est en soi plus élégant que celui contenu dans les autres mss. Seulement, cet argument n'a pas beaucoup de poids ici ; si l'on change de critère et opte pour la vraisemblance psychologique, il faut bien dire que B, D et J l'emportent sur A. Il est vraiment difficile de s'empêcher de penser qu'une autre distribution de répliques aurait été préférable !

42Concluons. Bien que le mot cuer apparaisse le plus souvent dans des contextes stéréotypés, son emploi suit certaines tendances que nous avons essayé d'expliciter. Cependant, l'étude de ce vocable ne devient vraiment intéressante qu'à partir du moment où l'on se met à étudier les variantes. Dans ces conditions, on ne peut pas ne pas regretter le fait que le NRCF ne soit pas encore disponible dans sa totalité.

Notes

1 Anatole de Montaiglon - Gaston Raynaud : Recueil général et complet des fabliau des xiiie et xive siècles, tomes I-VI, Paris, 1872-1890.

2 Nouveau recueil complet des fabliaux publié par Willem Noomen et Nico van den Boogaard, tomes 1-5, Van Gorcum, Assen, 1983-1990. Au total, le nombre des tomes s'élèvera à dix, celui des textes considérés comme fabliaux à 127.

3 Les critères suivis dans le choix de ces textes, exposés par Willem Noomen dans "Qu'est-ce qu'un fabliau ?" (Actes du XIV congrès international de linguistique et de philologie romanes, Napoli, 1981, vol. 5, pp. 421-32), sont plus strictes que ceux de Montaiglon-Raynaud, explicités au début du tome 1 de leur édition. Ainsi aux 157 fabliaux de M-R en correspondent 127 dans le NRCF, dont certains ne figurent pas dans le Recueil général. Nous n'approuvons d'ailleurs pas entièrement le choix des éditeurs néerlandais, car l'inclusion de Guillaume au Faucon et de Frere Denise parmi les fabliaux nous semble critiquable.

4 Ce sont : 1) Herz als Körperteil ; 2) als kostbarster Besitz des Menschen ; 3) als kosende Anrede ; 4) Gefühl, Bewusstsein des Daseins haben ; 5) Besinnung (nach der Ohnmacht) ; 6) Herz als Sitz der Phys. Empfindung ; 7) Herz als Sitz des Gemüts (Lust, Leid, Scham) ; 8) Sinn, Gemüt, Stimmung ; 9) Sinnesart ; 10) Gesinnung ; 11) Wille, Lust, Absicht ; 12) guter Wille, Sorgfalt ; 13) Zuneigung ; 14) Herz als Sitz des Mutes, Mut ; 15) Herz als Sitz der Klugheit ; 16) Herz als Sitz des Urteils, der Einsicht, u. s. w.

5 par ex. "Biaus cuers, de moy pitiés vos praigne", cité d'après Tobler -Lommatzsch, vol. II, colonne 1113.

6 Les citations provenant des éditions diplomatiques du NRCF sont reproduites telles quelles, sans autres accents et signes de ponctuation que ceux (bien rares) ajoutés par les éditeurs.

7 Parmi les rares cas où cuer forme un syntagme à haute cohésion avec un autre substantif -synonymique ou antonymique- figure aussi cuer et cors qui toutefois ne semble pas être une expression figée, mais une création ad hoc. Voici les deux exemples que nous avons relevés : "Guillaume... / Qui cuer et cors et tot i mist"(M-R 2, XXXV) ; "... une dame... / anmoit de si très grant randon / Car cuer er cors en habandon / avoit mis en très bien amer / En un vallet..." (M-R 1, XXIX).

8 Ce terme a été lancé par P. Nykrog dans sa thèse Les fabliaux, Genève. Droz, 1973 (2 éd.).

9 Le vers 177 est trop long -il s'agit apparemment d'un saut du même au même- mais si on le corrige en "Vostre est mes cuers et mes cors / mais li cus si est mon mari", il perd de son expressivité.

10 C'est le mari de la Borgoise d'Orliens (NRCF III, 19).

11 Ce texte ne figurera pas dans le NRCF. Nous le citons d'après Jean Batany, Le français médiéval, Paris, Bordas, 1972, p. 208.

12 Bien que les cas où cuer commute avec zéro soient laissés ici de côté, nous voudrions toutefois souligner qu'ils sont relativement nombreux. Voici trois exemples : Boivin de Provins (NRCF II, 7) fait semblant de regretter sa nièce disparue et dupe ainsi l'entremetteuse Mabile. Dans A, il s'adonne plus longuement à sa "douleur" que dans P : A Jamés en mon cuer n'aurai ioie / Deuant cele eure que ie voie / Ma douce nièce... (vv. 1 17-9). Ses lamentations servent à préparer la ruse à laquelle il va recourir, de sorte que sa crédibilité est plus grande dans A que dans P. Des sept mss. d'Auberee (NRCF I, 4), F est le seul à commenter la nuit que les amants passent ensemble ; dans ce contexte le narrateur dédie même au pauvre mari quelques vers qui toutefois sont maladroits et sentent le remplissage : "... son mari / Qui mout avoit le cuer mari / De sa femme nient ne savoit" (vv. 420-2). La version 0 du Chevalier a la robe vermeille (NRCF II, 12) décrit plus longuement que les quatre autres la disposition d'esprit de l'amant lorsqu'il se rend chez sa dame. Evaluer stylistiquement ce passage de six vers (vv. 37-42) :
Mes pour le chaut c'est deschauciez 36
Por la frescheur de l'air auoir
Car mont le cuer iolif auoit
Pour s'amie qui lot mandé
Tout son cuer li auoit donné
Por faire du tout son tallent
Si ua chantant et oiselant
Et maine.II. chiennés petits 43
n'est pas facile, mais plutôt que d'y voir un clin d'oeil à l'adresse d'un public courtois, nous serions encline à les considérer comme un ajout peu habile, ne serait-ce qu'à cause de certaines répétitions peu élégantes. L'image qui consiste à dire que le chevalier a le coeur "iolif" n'est d'ailleurs pas trop réussie, étant donné qu'on vient de constater qu'il avait donné son coeur à la dame.

13 Pour une approche théorique du problème, voir "The Question of Variants and the Fabliaux" de Raymond Eichmann (Fabula 17, 1976, pp. 40-44).

14 Ce qui a été fait par Jean Subrenat dans son article "Notes sur la tonalité des fabliaux. A propos du fabliau : Du Fèvre en Creeil." (Marche Romane XXV, 1975, pp. 83-93).

15 Le quatrième (F) ne contient que les 24 premiers vers, cf. NRCF IV, pp. 191 et 197.

16 J. Rychner, Contribution à l'étude des fabliaux, t. I, Genève, D z, 1960, p. 121.

17 Rychner, op. cit., p. 86.

18 Rychner, op. cit., pp. 110-117.

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter