Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Si n’aiés pas le cuer parfont ! : lexique et syntaxe

May Plouzeau

Texte intégral

1Dans Raguidel P 2522, Gauvain se voit exhorté en ces termes à un acte audacieux : Si n’aiés pas le cuer parfont.

2J’examinerai pourquoi on peut hésiter entre lire parfont ou par font à la lumière de données propres à Raguidel (pratiques des scribes et de l’auteur), et externes à Raguidel, principalement en situant ce vers par rapport à des tours similaires de l’ancienne langue. L’on verra que l’enquête se centre sur le mot ‘cœur’.

3Ce passage de Raguidel est contenu dans deux MSS : M (Nottingham MiLM 6, base de Raguidel P) et A (Chantilly 472). Les deux MSS ont le même texte, à deux détails près : M semble écrire parfont en un mot, et il écrit par au moyen de p barré ; dans A, par est en clair, et parfont semble plutôt écrit en deux mots. Tous ceux qui consultent des MSS savent qu’il est des cas où on ne peut décider si des signes sont ou non séparés par des espaces ; c’est ce qui se produit ici. Pour tenter d’y voir plus clair, j’ai examiné la façon de procéder des copistes de Raguidel dans A et M pour toutes les autres séquences de par fon- et parfon- du texte (il a été copié dans l’un et l’autre MS par un seul scribe). Ce qui nous donne en tout quatre occurrences dans l’ensemble des deux MSS : Dont li fossés estoit parfons 710 ; fossés /./ Haus et roistes, parfons et lés 1775. Dans les deux cas, M a écrit par au moyen de p barré, et parfons semble plutôt être en un mot, exactement comme en 2522 ; dans les passages correspondant de A se lisent respectivement par fons, qui paraît plutôt écrit en deux mots, et parfont, nettement écrit en un mot, et chaque fois, par est en clair.

4De tout cela, il ressort que l’adjectif signifiant ‘profond’, indubitablement attesté en 710 et 1775, peut se dire parfont chez nos copistes (j’ai par ailleurs vérifié que chez eux, cet adjectif ne revêt pas d’autre apparence que cette forme en par–, au demeurant banale) ; l’examen de l’usage qu’il font des blancs et/ou des abréviations dans cet adjectif fait que rien ne s’oppose à ce que l’on interprète comme parfont, adj., l’occurrence de 2522.

5Pour savoir si les copistes de M et de A “sentaient” par font ou parfont au v. 2522, on peut aussi examiner comment ils traitent la préposition par. Comme on pouvait s’y attendre, l’enquête n’est pas décisive : M écrit par en clair ou (plus souvent) en abrégé, et la plupart du temps sépare nettement la préposition de son régime ; mais il existe des cas où l’on ne peut pas plus se prononcer que pour le vers qui nous intéresse (ainsi, par desus 615, et par ci 697, qui portent p barré, semblent écrits en un mot) ; de même, A sépare généralement de son régime la préposition par (plus souvent écrite en clair qu’en abrégé), mais par cha 694 (avec par en clair) est écrit en un mot.

6Reste à étudier comment se présente le mot ‘fond’ dans Raguidel. On sait que l’ancien français connaît en ce sens deux mots, fonz et font (cf. l’art. fundus du FEW 3), ce qui a du reste considérablement perturbé (c’est un euphémisme) les regroupements opérés par Gdf et TL. Dans l’ensemble des copies (A, M et deux fragments), le mot n’apparaît qu’au v. 5342 : Si a coissi cl fons del (d’un A) val. Il revêt donc la forme picarde fons. Mais, puisque le mot ‘fond’ ne se présente qu’une fois, on ne peut en déduire que par font ou parfont des MSS doit nécessairement se comprendre comme l’adjectif signifiant ‘profond’.

7En bref : comme A et M détachent la plupart du temps la préposition par, comme ils écrivent fons pour ‘fond’, on peut conjecturer qu’ils ont pensé à cuer parfont. Ce n’est qu’une présomption. Quant à deviner ce qu’a voulu l’auteur, en l’absence d’occurrences en rime du mot ‘fond’ dans Raguidel, on n’en peut rien dire.

  • 1 Voir Raguidel néerlandais (cf. Bibliog. section II), p. 384.

8Le vers qui nous occupe appartient à un épisode que nous pouvons lire dans une version néerlandaise du roman ; mais nous ne pouvons savoir comment l’adaptateur aurait compris le passage : fortement condensée, sa version élimine le vers1.

  • 2 Nous reviendrons sur ces deux articles.

9Nous allons voir maintenant d’un côté comment les grammairiens ont interprété notre vers et de l’autre s’ils nous fournissent des exemples comparables, qui puissent aider à choisir entre parfont et par font (comme souvent, la distinction entre les deux “côtés” est largement artificielle). Les éditeurs précédents de Raguidel, Hippeau et Friedwagner, qui ne disposaient que de A, Wilson, qui prenait pour base M, ont tous lu cuer parfont, sans s’expliquer sur la raison de leur choix. La lecture des articles que Gdf, TL et le FEW consacrent aux mots font, fonz, ‘cœur’ et ‘profond’ éclaire mal dans un premier temps. Ils relèvent peu d’occurrences du mot font et aucune du syntagme par font (on notera toutefois que dans certains de leurs exemples de l’adj. parfont employé adverbialement, on pourrait envisager de lire par font, en théorie du moins : sur ce point, voir Parise Plouzeau, n. au v. 113) : ils n’ont donc aucun exemple de cuer par font ; mais, ce qui est peut-être plus intéressant, ils n’ont pas plus d’exemple de cuer par fonz. Ils n’ont pas non plus d’exemple similaire au nôtre où cuer serait remplacé par un mot féminin plus ou moins synonyme, qui lui-même fût “localisé” au moyen soit de parfonde soit de par font ou par fonz : ce type d’exemple, qui serait idéal pour l’interprétation de notre passage, est absent. Nous trouvons toutefois notre attestation dans les articles parfont de TL et profundus du FEW 9 ; mais dans TL, il occupe à lui seul une rubrique entière, et il est isolé dans le FEW : si ces articles nous fournissent une interprétation en évoquant respectivement les notions de “schwer gedrückt, sorgenvoll” (TL) et de “perdre courage” (FEW), ils ne rapprochent notre exemple d’aucune locution similaire2. Reste que la lecture de tous ces articles n’est pas inutile : de la consultation de l’art, cuer de TL 2, on déduit que notre vers, pour être original dans sa formulation (du moins jusqu’à plus ample informé), peut néanmoins être rapproché de locutions similaires, dans lesquelles le courage ou l’audace d’une personne est mise en rapport avec la localisation de son cœur. Partant de cette constatation, et au terme d’une procédure qui sera bientôt définie, on réussit à réunir un certain nombre de locutions de ce type en ancien français. Je les citerai toutes, car en les rapprochant entre elles on peut espérer éclairer le passage de Raguidel et d’autre part leur ensemble suscite un certains nombres de questions que précisément on ne peut prétendre résoudre que si elles sont rapprochées.

  • 3 Il n'y a rien de tel dans les passages sur 'cœur' de Gdf, ni dans l'art, cor de Levy, ni dans l'ar (...)
  • 4 Ainsi que certains comptes rendus de ces éditions, dans les cas les plus heureux.

10Mais avant de les citer je dois expliquer comment je les ai rassemblées : ma collecte est artisanale, en ce sens qu’elle n’est fondée ni sur des balayages de corpus électroniques, ni, de façon générale, sur la lecture suivie de textes : le point de départ a été la consultation d’articles de dictionnaires. Les articles cor de Raynouard et du FEW, l’article cuer de TL fournissent pour l’ancienne langue quelques exemples de ces locutions3 dans des textes et/ou renvoient à des Observations de philologues. Je me suis reportée d’une part à ces textes, dont j’ai parfois pu consulter plusieurs éditions4 à la recherche d’éclaircissements ou de rapprochements dans les Notes ou au Glossaire, et d’autre part à ces Observations : si de nouvelles attestations et de nouvelles Observations sont mentionnées, c’est la base de recherches similaires, et ainsi de suite. Il se trouve que dans toutes les locutions que j’ai collectées de la façon qui vient d’être indiquée, le cœur est localisé au moyen d’un mot concret comme braie, chauce etc. : j’ai donc consulté les articles consacrés à ces mots par les dictionnaires (Gdf, TL, Raynouard, Levy, Huguet, Littré, FEW) dans l’espoir de trouver un supplément d’exemples, de rapprochements, d’indications bibliographiques ; lorsque d’aventure cet espoir n’était pas déçu, j’ai répété le même type de travail de recherche, dans la mesure du possible.

  • 5 Les sections I, II, III de la Bibliographie récapitulent l'ensemble des lectures centrées sur le c (...)
  • 6 Voir les datations dans Bibliog. section II.

11En dépit de sa lourdeur, la mise en œuvre de ce dispositif ne permet de réunir qu’un nombre limité d’exemples pour l’ancien français, et ce nombre n’a guère été augmenté par le hasard de lectures de textes ni par la consultation d’études spécifiques dévolues au cœur5. Ces exemples sont très dispersés dans mes sources et souvent tronqués dans leur reproduction ; je vais les regrouper en les citant tous (puisqu’ils sont peu nombreux) in extenso et en les situant d’un mot dans leur contexte. Le classement est grossièrement chronologique, de la fin du 12e à la fin du 13e siècle6.

12Récit d’un combat.

  • 7 Aucune des trois versions d'Ipomédon en moyen anglais publiées par E. Kölbing (Breslau 1889) ne ga (...)

Il n’out pas le quer en la chauce,
En travers cel chef l’ad ferru.
Ipomédon Holden, 85287.
Var. : “8527 l’espé B — 8528 N’ad p., en son ch. B — 8529 t. del ch., (sic, la virgule) B, t. son ch. E.”

13Une camberiere exhorte Gauvain à se précipiter sur des malfaiteurs :

“Qant vos verés venir aval
çaus qui vostre frere menront,
si n’aiés pas le cuer parfont,
mais lasciés lor cevals aler.
Faites as pautoniers voler
les testes se les consuiés.
” RaguidelP, 2522.
Var. : “2523 1. le ceval a. A.”

14Description de chevaliers au moment de combattre.

/ ./ Que les os sont ml’t (sic) aprochies
Il n’avoit mie .ij. archies
Entre .ij. de bois ne de plaingne.
Ni a chevalier qui ne prengne
Sa lance ou s’espee ne traie.
Nus n’i a le cuer en le braie,
Ains sont hardi comme lion.
EscoufleTLF, 1128.
Pas de var. (le 2e MS, un fragment, ne concerne pas ce passage).

15Commentaires sur un chevalier qui part se battre en arborant une splendide manche que lui a faite son amie :

“Ne li (à lui) ot pas doné (sujet, son amie) demi
Son cuer, mais tot, la pros, la france.
Bien doit avoir lonc de la hance
Le cuer cil qui tel mance porte.
L’amour s’amie li enorte
K’il soit preus et frans et hardis.”
EscoufleTLF, 1162.
Pas de var. (le 2e MS, un fragment, ne concerne pas ce passage).

16Monologue d’un barbon amoureux, qui pense tel chose /./ N’aferist mie a son aage ; il est très probable que le combat évoqué soit la joute érotique (MénardRire, 602, parle pour le passage qui vient d“‘ardeur amoureuse”), mais il n’est pas absolument exclu que le personnage envisage de séduire sa belle par des prouesses guerrières.

“Trop sai d’escu et de cheval
Por estre si tost mis el val,
Et mes cuers est de grant esveil,
Que ne me gist mie en l’orteil.”
AthisHilka, 10672.
Var. : “669 sai darmes B — 670 p. si t. e. ALPSt — 671 est si en esuel AL — 672 en lorel A ; g pas fors de leull St.”

17Arsile éclaire Morgue sur la personnalité de celui qu’elle veut aimer :

“Le cuer n’avés mie en le cauche,
Dame, qui pensés a tel home :
Entre le Lis, voir, et le Somme
N’a plus faus ne plus buhotas.”
FeuilléeDufournet, 748.
Pas de var. (MS unique sur ce passage ; notons que certaines éd. ont ki au lieu de qui).

18Le poète évoque son attitude d’amoureux :

Et nequedent asés me pris
Quant jou aine à amer me pris,
Car n’a pas le cuer en la cauce
Qui tel dame d’amer encauce
Ne s’i combat ne i cembiele.
BCondeScheler, v. 2577 p. 358.
Var. : “76 T Cant tel dame à amer empris.

19À un personnage qui vient de donner de hardis conseils pour une bataille :

“Vous n’avez mie vostre cuer en vostre chauce, qui ce dites.
”HelcanusTLF, p. 43.
Var. : mie : pas BH ; cuer en vostre : om. H.

20À un personnage amoureux :

Vous n’avez pas vostre cuer en vostre chauce qui a Dyane avez tele pensée.”
HelcanusTLF, p. 203.
Var. : pas : mie B.

21Comme on le voit, dans tous ces exemples la position du cœur est précisée au moyen d’un mot concret : la braie, la chauce, la hanche, l’orteil ; à côté de cela, le texte de Raguidel me paraissait manquer de saveur avec son cuer parfont, ‘cœur profond’. Voilà pourquoi j’avais pensé éditer cuer par font, ‘cœur dans le fond’ (sous entendu de la braie, etc.), qui me semblait plus fortement imagé.

22Cela dit, nous pouvons quitter l’étroite problématique de Raguidel et passer en revue le reste des caractéristiques de ces locutions.

  • 8 Notons toutefois que SchittenhelmCuer (cf. Bibliog. section III) a dépouillé de nombreuses chanson (...)

23Quel est le sens de ces locutions ? Elles signifient ‘être plein de courage’, ‘ne pas avoir peur’, ce qui est normal, puisque, partant de Raguidel, je cherchais précisément des locutions qui aient cette signification. Ces dispositions internes s’appliquent à une personne affrontant un combat (guerrier, et sans doute érotique dans Athis), ou prétendant à l’amour de quelqu’un, sans que l’idée d’affrontement soit nécessairement absente (cf. Baudoin de Condé). Cela s’explique facilement : les textes qui nous ont fourni les attestations sont en majorité des romans, dont les grands thèmes sont les armes et l’amour (Ipomédon, Athis, Escoufle, Raguidel, Helcanus) ; l’exemple de Baudouin de Condé est tiré d’un poème intitulé C’est li prisons d’amour que Bauduins de Condé fist : le titre parle seul ; comme la Feuillée offre des thèmes plus variés, il pourrait être significatif que l’exemple qu’on y trouve soit de nouveau en liaison avec le sentiment amoureux. Il serait plus intéressant de pouvoir affirmer que ce type de locution est absent de l’épopée ou de ces monuments de littérature “bourgeoise” que sont Renart ou les Fabliaux ; je ne suis pas en mesure de le faire8.

24Quel est le registre de ces locutions ? Dans six occurrences sur neuf, elles apparaissent dans des discours tenus par des personnages à d’autres personnages avec qui ils entretiennent des rapports de familiarité sans raideur. Dans Athis, le discours est adressé à soi-même : l’on retrouve donc le même rapport de familiarité ; le passage de Baudouin de Condé est aussi dans une adresse de soi à soi, comme le montre l’emploi de la première personne. Restent deux emplois en récit : Ipomédon et Escoufle 1128 ; les auteurs de ces deux romans adoptent par rapport à leurs personnages un ton pein d’humour (plus appuyé dans le premier, plus légèrement ironique dans le second). Dans tous les cas, rien ne s’oppose à ce que l’on interprète ces locutions comme relevant d’un registre légèrement familier.

  • 9 Je ne sais pas interpréter les var. d'AthisHilka 10672. Remarquable, entre autres, est l'absence d (...)

25En ce qui concerne la “localisation” du cœur, on peut s’étonner de la minceur de la collecte. Il semble qu’entre les termes désignant des vêtements, des parties des vêtements ou des parties du corps, on eût pu créer toutes sortes de locutions9, même si, pour exprimer le manque de courage, le fonctionnement de l’imaginaire impose de situer le cœur en dessous de sa place normale, ce qui limite un peu le choix du lieu. Si la minceur de la collecte n’est pas à imputer aux méthodes de recherche utilisées, on peut expliquer cet état de choses par l’hypothèse suivante : pour rendre l’idée qui nous intéresse, le tour avec chauce serait le tour figé, traditionnel, celui auquel on penserait spontanément ; il se rencontrerait donc plus souvent, et du seul fait de sa présence répétée, il éliminerait la présence d’autres expressions théoriquement tout aussi possibles. Quatre arguments appuient cette hypothèse. Tout d’abord, nous constatons que nos neuf attestations nous offrent une seule occurrence de braie, orteil, hanche, parfont, contre cinq occurrences de chauce ; comme ces cinq occurrences proviennent de quatre textes différents, il est douteux que l’on puisse mettre ce nombre (relativement élevé) sur le compte du seul hasard. Ensuite, nous notons que chauce est le seul de tous ces mots à ne pas se rencontrer seulement dans des textes en vers : il se peut que dans un texte en vers, la présence des mots braie, hanche etc. ait été appelée par les exigences de la versification (tous ces mots sont en rime) et que sous la pression de ces exigences, les poètes aient dû créer des locutions, au lieu de pouvoir reprendre des locutions toutes faites ; la même hypothèse s’appliquerait au mot chauce si nous n’en avions que des occurrences placées en rime ; mais les deux exemples de chauce tirés de la prose d’Helcanus permettent de supposer que la locution formée avec ce mot est d’un usage plus libre. Le troisième argument, c’est qu’on retrouve la locution avec chauce après la période de l’ancien français, ce qui ne se produit pour aucun des autres mots (braie, hanche, orteil, ‘profond’), du moins, dans l’état de ma documentation, où du reste je n’ai qu’un passage à alléguer (mais il est de nouveau en prose, donc de poids). Et le dernier argument, c’est que dans ce passage il est précisé que la locution est courante :

  • 10 Nouvelle 86, pas de var. ; même texte, toujours sans var., dans CentNouvCh et dans CentNouvJo ; da (...)

Et la bonne fille, qui, comme l’on dit communement, n’avoit pas son cueur en sa chausse, respondit /./.
CentNouvS, p. 49710.

26En résumé, et toujours sous bénéfice d’inventaire, la forme banale du tour utilise chauce, mot qui par ailleurs entre dans de nombreuses locutions (cf. FeuilléeDufournet, n. au v. 748). Assez répandu, le tour avec chauce ne se limite pas au nord et à l’ancien picard (rectifier Schultz-Gora dans Archiv 145 (1923), 106 et le FEW II, 2, 1175a) ainsi que suffit à le prouver l’exemple d’Ipomédon, texte anglo-normand. Quant aux attestations comportant les mots braie, hanche, orteil et parfont, elles relèveraient de créations individuelles. Et ces créations seraient à plus d’un titre d’heureuses et souriantes surprises : parce qu’elles placent le cœur en des endroits inattendus, parce que cet “endroit” est malicieusement mis en évidence par la position en fin de vers du mot qui le désigne, et parce que la décentration qu’elles font subir au cœur ne joue pas seulement sur l’imaginaire, sur le réfèrent extra-linguistique, mais, en opérant le renouvellement d’une locution préexistante, se joue de la langue même.

27Ces variations partagent un dernier trait : si elles témoignent d’une relative inventivité au plan du lexique, elles s’inscrivent dans un cadre syntaxique récurrent ; car à l’exclusion d’EscoufleTLF 1162, sur lequel nous reviendrons, tous les exemples collectés se trouvent dans des phrases négatives. La plupart du temps, ce trait a été occulté par les lexicographes, ainsi que nous allons le voir. En effet, en examinant successivement les articles consacrés à ‘braie’, ‘chausse’, ‘cœur’, ‘orteil’ et ‘profond’ dans les dictionnaires, à savoir TL et le FEW (Gdf, aux articles en question, n’a semble-t-il relevé aucun de nos exemples ni d’exemple similaire), nous trouvons que seul l’art, cor du FEW met nettement le trait en évidence :

apik. n’avoir le cuer en le cauche(= dans la chausse) ‘montrer dans la conception de ses projets et de leur exécution une audace très grande, souvent même impertinente’ (Adam, R 67, 367), mfr. n’avoir pas son cueur en sa chausse CentNouv /./.
(FEW II, 2, 1175a, art. cor.)

  • 11 Orteil d'AthisHilka 10672 n'est pas traité aux articles 'cœur' et 'orteil'.

28Pour le reste, ceux des art. qui mentionnent nos locutions les présentent comme suit11 :

avoir le cuer en la braie zaghaft sein [s. G. Cohn, Arch. f. n. Spr. 137, 87 ; O. Schultz-Gora, eb. 145, 106 ; 146, 152] : Nus n’i a le cuer en le braie, Ains sont hardi conme lion, Escoufle 1128.
(TL 1, 1112, art. braie.)

Redensarten : avoir le cuer en la chauce zaghaft sein [s. u. braie, Bd I, 1112, 6] : Le cuer n’avés mie en le cauche, Dame, ki pensés a tel home (einen so unwürdigen), Ju Ad. 748. n’a pas le cuer en la cauce Qui tel dame d’amer encauce Ne s’i combat ne i cembiele, BCond. 358, 2577.
(TL 2, 318, art. chauce.)

avoir le cuer en la braie (von Zaghaften) : Nus n’i a le cuer en le braie, Ains sont hardi conme l’ion, Escoufle 1128 [s. O. Schultz-Gora, Arch. f. n. Spr. 145, 106 u. 146, 152 (prov. lo cor al talo)]. — avoir le vuer lonc de la hance (von Behertzen) : Bien doit avoir lonc de la hance Le cuer cil qui tel mance porte, Escoufle 1162.
(TL 2, 1114, art. cuer.)

29Dans l’art. parfont de TL, après une rubrique intitulée “figürl. vom Herzen”, laquelle est nourrie de trois ex. du Tristan de Thomas qui ont tous rire ou sospirer de parfont cuer, se lit ceci :

schwer gedrückt, sorgenvoll : Quant vos venrés venir a val Cels qui vostre frere menront, Si n’aiés pas le cuer parfont, Mais laissiés le ceval aler, Faites as pautoniers voler Les testes, se les consivés !, Veng. Rag. 2524.
(TL 7, 259, art. parfont.)
Afr. avoir le cuer parfont ‘perdre courage’ VengRag.
(FEW 9, 432b, art. parfont.)

30Il est permis de croire que la présentation des dictionnaires reflète celle de leurs sources. Nous examinerons donc successivement les éditions qu’ils citent et les études auxquelles ils renvoient. Ce qui nous donne.

31FeuilléeRambeau (cf. l’article chauce de TL) : le vers n’est pas commenté ; l’éd. ne comporte pas de Glossaire.

32EscoufleSATF (cf. l’article braie de TL) : l’éd. ne comporte pas de note ; sous cuer, le Glossaire ne relève que cuers de lyon 298 ; on lit sous braie : “braie, avoir le cuer en le — 1128, avoir le cœur très bas, être peu courageux.”

33BCondéScheler (cf. l’article chauce de TL) : n’ayant plus accès à l’édition, je ne sais si elle comporte un Glossaire ; la note (p. 526) ne fait pas apparaître que la phrase est négative : “Avoir le cœur dans la chausse est un terme aussi pittoresque qu’énergique pour exprimer la timidité ou la lâcheté /./.”

34RaguideF (cf. l’article profundus du FEW) : l’éditeur ne fait pas de note au v. qui nous intéresse ; au Glossaire sous cuer, ce même vers n’est pas répertorié ; l’art. parfont du Glossaire se présente comme suit : “parfont adj. 720 tief ; 2524 avoir le cuer p. das Herz (den Mut) sinken lassen.”

  • 12 Dans Archiv 146, p. 152 (cité dans les art. braie et cuer de TL), Schultz-Gora ne mentionne que co (...)

35Si les auteurs de dictionnaires, même quand ils citent in extenso des exemples, sont partis en fait non pas des éditions et des interprétations qu’elles fournissent (dans les Notes ou au Glossaire), mais des philologues qu’ils mentionnent dans leur notes bibliographiques, cela ne change rien. En effet, les philologues allégués dans les articles braie et cuer de TL n’ont pas non plus reconnu le moule syntactique que nous avons mis en évidence : cf. Cohn, “avoir le cuer en la cauce BCond. 338 (sic, lire 358), 2577 ‘furchtsam sein’” (Archiv 137, p. 87), Schultz-Gora, “avoir le cuer en la cauche /./, avoir le cuer en le braie /./.” (Archiv 145, p. 106)12.

36A contrario, si l’art. cor du FEW produit le syntagme sous la forme négative, c’est que Wartburg suit la note de la Romania 67 à laquelle il renvoie : dans cette note, l’éminent syntacticien qu’est L. Foulet cite et traduit sous une forme négative, comme il se doit, les occurrences de la Feuillée et des Cent nouvelles nouvelles.

  • 13 Voir citation supra (TL, art. parfont).
  • 14 J'ignore pourquoi le dictionnaire ne s'en est pas remis ici à l'interprétation du Glossaire de Rag (...)

37Ce qui se produit, c’est que les auteurs de dictionnaires sont handicapés à la fois par leur matière et par leur manière. En ce qui concerne la matière, comme ils travaillent souvent à partir de Glossaires d’éditions et de commentaires, ils sont tributaires des interprétations de leurs prédécesseurs. En ce qui concerne la manière, ils sont obligés d’adopter une présentation synthétique qui peut les amener à une présentation inexacte des faits. Il est vrai que si cette présentation est inexacte (selon moi, du moins) c’est parce que la représentation n’est pas juste ; et que cette représentation ne peut devenir juste que si l’on prend en compte plus la syntaxe que le lexique ; or précisément en tant que lexicographes les auteurs de dictionnaires travaillent plus sur des mots que sur des structures. Illustre bien ces points le traitement par TL du parfont dont nous étions partis : il suffit de concevoir n’aiés pas le cuer parfont comme une variante de n’aiés pas le cuer en la chauce pour que s’impose l’interprétation ‘profondément enfoncé, très bas placé’ ; mais dans TL, le mot parfont est considéré isolément13en soi et pour soi, il se trouve du coup chargé de signification, d’où cette traduction “schwergedriickt, sorgenvoll” (‘oppressé, plein de souci’), traduction que n’étaie ni le reste de l’article parfont, ni la citation de Raguidel14.

  • 15 Cf. les traductions de n'avoir le cuer en la chauce dans L. Foulet (cf. Bibliog. section III), Feu (...)
  • 16 C'est la note de Scheler à BCondéScheler 2577 p. 358 qui a attiré mon attention sur cette locution (...)
  • 17 English Idioms (cf. Bibliog. section I), p. 111 et 168. Dans FeuilléeLanglois, n. au v. 748, est s (...)

38De façon plus générale, trois sortes de raisons ont pu faire méconnaître la forme spécifique que revêt le tour en ancien français, n’avoir pas, etc. à nombre de ceux qui ont traduit, commenté, et parfois rapproché, nos attestations. Les deux premières, c’est que, frappés par la force de l’image, ce sont des images qu’ils ont cherchées ; et ils en ont trouvé, un peu partout, comme nous le verrons, en français ancien et plus récent, en provençal, en anglais, en allemand : la conjonction de ces deux faits les a amenés à ne pas se centrer sur l’ancien français, qui n’était pas nécessairement leur propos essentiel, et donc à négliger le trait de syntaxe qui le caractérise à mes yeux (nous ferons rentrer dans le rang la hance d’EscoufleTLF !). La troisième raison, c’est que parmi ceux qui ont traité de cette image se trouvent maints philologues d’expression allemande : si des Friedwagner, Cohn, Schultz-Gora, Tobler, Lommatzsch, Wartburg, n’ont pas mis en évidence le cadre syntaxique du tour, c’est qu’en tant que germanophones ils ne disposaient peut-être pas de locutions telles que ne pas avoir sa langue dans sa poche ou ne pas avoir froid aux yeux, lesquelles au contraire se présentent assez naturellement à l’esprit d’un Français15. Il est même possible que les philologues germanophones aient été influencés par l’existence d’une locution allemande familière, très proche du cuer en la braie, mais qui s’énonce dans des phrases non négatives comme Das Hertz ist ihm in die Hosen gefallen16. Voilà pourquoi la lexicographie germanique aurait avec constance décrit avoir le cuer en la chauce comme une locution signifiant la lâcheté, au lieu de n’avoir pas le cuer en la chauce comme expression de la vaillance. Les philologues anglophones ont pu éprouver les mêmes difficultés à apprécier notre tour puisqu’ils peuvent dire dans leur propre langue The schoolboy listened to his examination results with a sinking heart, ou When I saw the nurse’s face, my heart sank into my boots17. Ainsi s’expliquerait-on chez Sweetser, éditeur d’EscoufleTLF, “braie m. (sic) : loc. avoir le cuer en le b. 1128 être peu courageux, avoir le cœur très bas” et chez Holden (qui ne démarque pas ses prédécesseurs), “avoir le quer en la chauce, manquer de courage” (IpomédonHolden, p. 577). Mais nous avons vu que la philologie française n’était pas toujours mieux inspirée !

39S’il est vrai que le tour se réalise dans des phrases négatives, nous ne pouvons esquiver l’attestation qui paraît démentir notre proposition, EscoufleTLF 1162 :

Bien doit avoir lonc de la hance
Le cuer cil qui tel mance porte.

40Il est question d’un Turc qui arbore pour un combat une manche faite par son amie, La fille au riche roi de Perse (EscoufleTLF 1155). Le contexte guerrier, le cotexte (L’amour s’amie li enorte K’il soit preus et frans et hardis, EscoufleTLF 1164-5), l’existence de Nus n’i a le cuer en le braie dans EscoufleTLF 1128 au sens de ‘personne ne se montre lâche’, tout cela engage à comprendre le vers 1162 comme signifiant ‘il doit (ici verbe d’obligation) se montrer rempli de vaillance’ : il s’agit d’être courageux, pas seulement de faire le “glorieux”. C’est bien ainsi que l’entend Meyer (Glossaire d’EscoufleSATF, s. v. braie : “avoir le cuer en le — /./ avoir le cœur très bas, être peu courageux. Cf. dans le sens contraire, avoir le cuer lonc de la hance”), suivi par TL, art. cuer (voir supra) et démarqué par le Glossaire d’EscoufleTLF, toujours s. v. braie. Tout le monde est d’accord, le sens général est bien “devait avoir le cœur en bonne place” (EscoufleMary, p. 28). Mais quel est le sens littéral ? Mary l’escamote, autant que l’art. cuer de TL ; l’art. hanche de TL ne reprend pas le vers, et l’attestation ne figure pas dans les art. ‘cœur’ et ‘hanche’ des autres dictionnaires que j’ai consultés (cf. Bibliog. section I). L’éditeur d’EscoufleSATF (pieusement suivi par celui d’EscoufleTLF) interprète lonc (sic) de notre vers comme “le long de, auprès”. Ces éditeurs comprennent donc qu’avoir le cœur dans sa position attendue peut se dire l’avoir ‘près de la hanche’.

41Nous aurions là une proposition assertive qui serait la seule de son genre dans ma collecte. À mon sens, l’exemple d’EscoufleTLF 1162 peut se ramener au moule général ne pas avoir le cuer en la chauce, la braie etc. Il suffit de l’interpréter en le comprenant comme suit : au lieu d’exprimer l’idée de négation par des moyens syntactiques (ne), l’auteur le fait par des moyens lexicaux : lonc de signifie ‘loin de’. Somme toute, la hanche n’est guère plus près du cœur que la braie, et avoir le cœur loin de la hanche, c’est ne pas avoir le cœur sur la hanche, donc , l’avoir bien placé.

  • 18 Je ne l'ai rencontrée chez aucun des auteurs des sections I, II, III de la Bibliographie.
  • 19 Elle se trouve dans l'art, lonc de TL, rubrique “längs, neben”.
  • 20 Cf. Buevel 901, 1821, 2480. L'art. lonc du Glossaire de Buevel exige de nombreuses rectifications.

42Mais plus que sur des considérations d’ordre anatomique, j’étaierai cette proposition peut-être nouvelle18 sur des faits d’ordre linguistique. Pas plus les articles long de Gdf (5 et 10) que l’article lonc de TL ne citent ce vers. Ce fait en soi n’est peut-être pas très significatif. Il y a plus : l’ensemble de ces articles présente en tout et pour tout une seule attestation de lonc de ‘près de’19. Il s’agit de En sa cambre entre, qui fu lonc del dongon, Buevel 1178. En se reportant à Bueve 1, on se rend compte que l’hémistiche est de pur remplissage et que la situation de la cambre n’est pas autrement précisée ; par ailleurs, les passages correspondants de Bueve2 et Bueve3 n’éclairent pas. En outre, comme Buevel connaît des occurrences de lonc signifiant indubitablement ‘loin’, et ce, sous la plume du même scribe qu’au v. 117820, l’unique ex. de lonc de ‘près de’ retenu par TL pourrait bien signifier ‘loin de’. Il conviendrait naturellement de vérifier si lonc au sens de ‘loin’ se trouve ailleurs dans l’Escoufle, et sous la plume du scribe qui a copié notre passage (le MS est dû à trois copistes, cf. EscoufleTLF, p. XXXV) ; je n’ai pas eu le loisir de faire cette recherche ; notons simplement que les éditeurs d’EscouFleSATF et d’EscoufleTLF ne relèvent dans leur Glossaire aucun autre ex. de lonc que celui du v. 1162. Quoi qu’il en soit, notre passage d’Escoufle est dû à un copiste pi-cardisant ; or, l’emploi de lonc au sens de ‘loin’ est particulièrement fréquent dans les textes et les parlers picards : cf. Gdf 5, art. loin, TL 5, art. loing et lonc, et le FEW 5, 413b (art. longus). Nous avons donc de bonnes raisons pour interpréter lonc de la hance comme ‘loin de la hanche’.

43Dans ces conditions, on peut décrire de façon synthétique le tour de l’ancien français : pour dire ‘être courageux’, l’ancienne langue a recours à une image du type ‘ne pas avoir le cœur placé à tel endroit’, l’endroit en question étant situé loin de la place normale du cœur.

44Mais en dehors de l’ancien français, les expressions imagées du courage ou du manque de courage qui font intervenir la position du cœur ne se laissent pas décrire de la même façon. Lors de mes recherches, j’en ai trouvé un certain nombre que je citerai pour terminer (et non certes pour clore) le présent exposé : nous nous attacherons d’abord à l’ancien provençal, puis à du français plus récent.

  • 21 FeuilléeLanglois, 2e éd., n. au v. 748.
  • 22 FeuiléeLanglois, 2e éd., n. au v. 748.

45Mentionnons pour mémoire le cœur sous le nombril, sotz l’emborihl, de “l’homme qui s’avilit pour de l’argent”21 : l’on n’est pas dans le champ sémantique du courage, et en outre, je n’ai pu me reporter au texte de ce “couplet attribué à Marcabrun”22.

  • 23 J'ai opéré la collecte parallèlement en anc. français et en anc. prov. en usant du même système : (...)
  • 24 Pour les datations, voir Bibliog. section II.

46Dans les expressions imagées du courage ou de la lâcheté faisant appel à la localisation du cœur, le cœur est placé ‘au talon’ ou ‘aux talons’, du moins dans ma collecte23. En voici les quatre attestations, classées dans un ordre grossièrement chronologique, de 1205 au 14e siècle24.

47Le premier exemple figure dans la Lettre épique en o de Raimbaut de Vacqueyras, qui a dû être écrite au printemps de 1205 ; Raimbaut y décrit une bataille où l’empereur se conduit en lâche :

  • 25 Même texte dans Raimbaut LettresRB ; dans Raimbaut LeffresS, même texte, mais ponctué différemment (...)

E l’emperaire, ab lo cor al talo,
esperonet e sei vil companho
plus d’una legua ; pueys volgron li gloto.
Raimbaut LettresL, v. 51 p. 30525.
Variantes : “51 lacking R ; precedes 1. 56 <E l’emperaire fugic s’en a lairo> in Sgv ; ab] ac Sgvc. 52 lacking Rcv ; e sei vil c.] son (so C) maluays c. CJ ; esperoneron lur maluatz c. Sg. 53 lacking R ; plus d’una legua] plen dauoleza CJ ; uolueron E /./.”

48On lit dans Ronsasvals, chanson qui a pu être composée au 13e siècle :

“E non siam olpils ne paoros, ni non bayssem lo cor a los talons,
e pos morir devem, fassam que pros.”
RonsasvalsGL, 653.
Pas de var. (MS unique).

49Dans l’Essenhamen del guarso rédigé en 1326 par Lunel de Montech :

/ ./ sias ben aparelhatz
e fay com pros.
Non ajas lo cor als talos,
Ans sias premiers.
LunelEssenhamenB, 1. 1 p. 123.
Pas de var. (MS unique).

50Dans un sirventes de 1257 du Trobaire de Villarnaud :

Pretz e valors fui tot l’an
del comte dalfin Gigo.
cor vulpilh temen d’enfan a,
o ell l’a el talo. mas siei baron son valen.
VillarnaudA, v. 14 p. 308.
Pas de var.

  • 26 En sorte qu'à la différence de Schultz-Gora, Linskill, Rostaing et Barbaro peuvent encadrer de vir (...)
  • 27 Caractère accusé dans Ronsasvals : voir la communication de G. Gouiran dans les Actes du Congrès t (...)
  • 28 Mais on lit dans l'art. 'talon' de Mistral Trésor : "A lis uei i taloun, a l'esprit i taloun, se d (...)

51Dans toutes ces attestations, sans exception, il est fait allusion au courage guerrier. Au plan de la versification, on note que le mot désignant la localisation du cœur est mis en évidence par sa place à la rime ou à l’assonance, comme dans les textes d’oïl en vers. Au plan de la langue, trois éléments nous frappent : ‘talon’ apparaît aussi bien au singulier qu’au pluriel ; le mot ne se trouve pas nécessairement dans des phrases négatives ; dans Raimbaut, l’image n’est pas liée à un verbe de type ‘avoir’ ou ‘se trouver’, contrairement à ce qui se produit en ancien français26. Au plan de la syntaxe, les réalisations de l’image sont donc plus libres que dans les locutions correspondantes de l’ancien français. Au point qu’on peut se demander si la langue provençale a possédé une locution toute faite plaçant le cœur dans les talons pour signifier la lâcheté, ou si Raimbaut a innové. On peut aussi se demander si les attestations postérieures de cor al(s) talo(s) ne procèdent pas d’un jeu conscient de citation-déformation de Raimbaut, hypothèse qu’autorise le caractère savant, souvent auto-référentiel de la littérature provençale27. Tout cela reste au stade de pure supposition : car si la langue d’oc actuelle ( ?) ignore l’image du cœur au talon (du moins, à consulter le Trésor du Félibrige28), cela ne signifie pas nécessairement qu’elle n’ait pas été en usage autrefois : comparons au français, qui par exemple n’a pas conservé de locution associant cœur et chausses.

52L’image du talon, toujours en rime, se retrouve dans une pièce de 1659 due à de Villiers :

Quoy qui puisse arriver, fideles Compagnons,
Ne mettez pas le cœur ny la Force aux talons.”
FestinPierreGB, v. 614 p. 196.

53Ici, l’image se moule dans la phrase négative qui nous est familière. Il n’en va pas dans même dans les deux exemples restant. Le premier est cité comme suit dans l’art. cœur de Huguet :

<les> Amadis, Lancelot... et autres Chevaliers errans Bretons, la lecture desquels me met le cueur au talon. DU FAIL, Contes d’Eutrapel, 26 (II, 69). Philipot comprend : me donne envie de fuir. C’est une explication très vraisemblable.

  • 29 Avoir le cœur à la manche, cité dans le même article de Huguet, et qui embarrasse l'auteur du dict (...)

54Je ne me suis pas reportée au contexte ; mais il y a apparence que me met le cueur au talon, tour positif, exprime plutôt un brusque sentiment de découragement, comme dans l’anglais my heart sank into my boots mentionné plus haut29.

55Chez Du Bellay, enfin, à l’image du déplacement du cœur se superpose une métamorphose :

  • 30 Cité ainsi dans l'art. cœur de Littré 2, 435.

Ils avoient promis la garder ou y mourir ; mais le cœur leur devint foye, et se rendirent leurs vies sauves.
M. Du Bellay, 8030.

56En guise de conclusion. Dans le présent colloque, on a souvent souligné avec quelle facilité le Moyen Âge identifie l’organe du cœur avec les passions ou les dispositions dont il est le siège. Il y a pratiquement osmose. Cela, joint à l’imaginaire du haut (bon) et du bas (mauvais), aboutit en particulier à des assertions logico-anatomiques du genre de celles qu’a relevées entre autres B. Ribemont chez Barthélémi l’Anglais :

Et situs cordis est conveniens, quoniam est positus in loco superiori et in anteriori, quia nobilius ordinatur in loco nobiliori.

  • 31 Venant de découvrir des exemples de hautece de cuer et de haut cuer dans le Lancelot-Graal grâce à (...)

57Pour notre part, nous avons examiné plus particulièrement des locutions associant la place du cœur aux notions de courage, énergie, lâcheté, découragement. Ces locutions, nous l’avons vu, ne sont pas propres à l’ancien français. Ce que nous avons mis en évidence pour cet état de langue, c’est une prédilection pour des tours négatifs, dont le plus répandu est n’avoir pas le cuer en la chauce31. Ces tours imagés relèvent d’un registre légèrement familier. Nous avons montré aussi que la plupart des lexicographes n’ont pas prêté attention à la structure syntaxique du tour, alors que cette structure est fréquente en français, puisqu’on la retrouve dans des locutions telles que ne pas avoir froid aux yeux ou ne pas avoir la langue dans sa poche, qui relèvent du même registre.

58À la variété des notions traduites et des images mises en œuvre s’oppose la permanence de la formulation. En sorte que si J.-.J. Vincensini ne m’avait adevanciee dans l’intitulé de sa brillante communication, j’eusse aimé appeler le présent article “Formes de l’imaginaire et formes du discours”.

59Je tiens à remercier Isabelle Weill, d’Eaubonne, Gérard Gouiran, de Montpellier, et Micheline de Combarieu, Ursula Meyer, Françoise Nicolas et Jean Subrenat, d’Aïx-en-Provence, d’avoir bien voulu répondre à mes demandes avec leur bonne grâce couturière.

Bibliographie

Indications bibliographiques

I. Dictionnaires

English Idioms : D.M. Gulland et D.G. Hinds-Howell, The Penguin Dictionary of English Idioms, 1986.

FEW : W. von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, t. 1-21 et 24 plus quelques fasc. des t. 22, 23 et 23, Bonn puis Leipzig et Berlin puis Bâle 1922-.

Gdf : F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française //, 10 vol., Paris 1880-1902.

Huguet : E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, 7 vol., Paris 1925-67.

Levy : E. Levy, Provenzalisches Supplement-Wörterbuch/./. 8 vol., Leipzig 1894-1920.

Littré : É. Littré, Dictionnaire de la langue française //, réimpression par Gallimard-Hachette, 7 vol., Paris 1964.

Lommatzsch : voir TL.

Mistral Trésor : Frédéric Mistral, Lou Tresor dou Felibrige /./, 2 vol., Aix-en-Provence, Veuve Remondet-Aubin, s. d.

Raynouard : F.-J.-M. Raynouard, Lexique roman /./, réimpression de l’original de Paris, 1836-45, 6 t., Heidelberg s.d.

TL : A. Tobler et E. Lommatzsch, Allfranzösisches Wörterbuch, 10 vol. plus un fasc. du 1 le vol. (U-venteler), Berlin puis Wiesbaden 1925-.

Tobler : voir TL.

Trésor du Félibrige : voir Mistral Trésor.

Wartburg : voir FEW.

Dans tous ces dict., sauf dans English Idioms et dans Mistral Trésor, ont été consultés les art. dévolus aux mots ‘braie’, ‘chausse’, ‘cœur’, ‘fond’ et ‘fonds’, ‘hanche’, ‘nombril’, ‘orteil’ (J’ai pu consulter l’art, articulus du FEW 25), ‘profond’, ‘talon’. Dans Mistral Trésor, n’ont été consultés que les art. dévolus à ‘cœur’ et ‘talon’ ; dans English Idioms, seulement ceux où se trouve le mot heart.

II. Textes traduisant les notions de courage ou de lâcheté au moyen d’expressions comme n’avoir pas le cuer en la chauce, avoir le cœur au talon etc. : éditions, adaptations, traductions, comptes rendus consultés

AthisHilka : Li Romanz dAthis et Prophilias, éd. par A. Hilka 2 vol., Dresde 1912-16.

[“Date approximative : 1210.” (A. Micha, art. A. et P. de GrenteDictaMÂ.]

Adam le Bossu, Adam de la Halle : voir Feuillée.

Baudouin de Condé : voir BCondéScheler.

BCondéScheler : Dits et contes de Baudouin de Condé et de son fils Jean de Condé, éd. par A. Scheler, t. 1, Bruxelles 1866.

[L’activité littéraire de Baudouin se situe dans les années 1240-1280, selon l’article B. de GrenteDictMÂ]

Cent nouvelles nouvelles : voir CentNouv.

CentNouvCh : Les Cent nouvelles nouvelles, éd. par P. Champion, 3 vol., Paris 1928.

CentNouvJa : Les Cent nouvelles nouvelles, éd. par P.L. Jacob, Paris 1876.

CentNouvJo : les Cent nouvelles nouvelles, dans Conteurs français du xvie siècle, éd. par P. Jourdan, 1965 (Bibliothèque de la Pléiade).

CentNouvS : Les Cent nouvelles nouvelles, éd. par F.P. Sweetser, Genève-Paris 1966 (TLF 127).

[Le recueil a pu être composé en 1464-67 : cf. CentNouvS, p. XI.]

EscoufleMary : Le Roman de l’Ecoufle de Jean Renart, trad. par A. Mary, Paris 1925. EscoufleSATF : L’Escoufle. Roman d’aventure/./, éd. par H. Michelant et P. Meyer, Paris 1894, SATF.

Comptes rendus d’EscoufleSATF consultés : A. Mussafia, dans Sitzungsberichte der Wiener Akademie der Wissenschaften, philos, -histor. Klasse, CXXXV, 14 (1896) et CXXXVI, 7 (1897).

EscoufleTLF : Jean Renart, L’Escoufle. Roman d’aventure. Nouvelle édition /./ par F. Sweetser, Paris-Genève 1974 (TLF 211).

Comptes rendus d’EscoufleTLF consultés : T. Hunt, dans Medium Aevum 44 (1975), 298-300 ; G. Legendre, dans Romania 99 (1978), 269-273 ; G. Roques, dans ZRP 92 (1976), 197-199 ; A. Vitale-Brovarone, dans Studi Francesi XX, 59 (1976), 302-304 ; H.F. Williams, dans Speculum 52 (1977), 735-6.

[Comme date de composition, “la courte période 1200-1202 semble convenir”, F. Lecoy, éd. de Guillaume de Dole de Jean Renart, coll. CFMA, p. VI.]

FestinPierreGB : Le Festin de Pierre avant Molière, Dorimont - De Villiers /./, éd. par G. Gendarme de Bévotte, Paris 1907.

FeuilléeBuridant : Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillée, trad. par Cl. Blindant et J. Trotin, Paris 1976.

FeuilléeDufournet : Adam de la Halle, Le Jeu de la Feuillée, édité, traduit et annoté par J. Dufoumet, Gand 1977.

FeuilléeGseW : Das “Jeu de la Feuillée” von Adam de la Halle /./, éd. par O. Gsell, Würzburg 1970. [Excellente Inaugural-Dissertation.]

FeuilléeLanglois : Adam le Bossu, Le Jeu de La Feuillée, éd. par E. Langlois, Paris 1911 (CFMA 6).

FeuilléeLanglois, 2e éd. : Adam le Bossu, Le Jeu de La Feuillée, éd. par E. Langlois, 2e éd. revue, Paris (CFMA 6). [J’utilise une éd. qui ne donne que la date de tirage, 1976 ; selon FeuilléeGsell, p. II, la 2e éd. de Langlois est de 1923.]

FeuilléeRambeau : Lijus Adan, dans Die dem Trouvère Adam de la Hale zugeschriebenen dramen /./, éd. par A. Rambeau, Marburg 1886. (Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie 58.)

[Le Jeu de la Feuillée a pu être composé en 1255, 1262, 1276 : cf. M. Plouzeau, dans Mélanges J. Larmat, Nice 1983, p. 228 et 238.]

HelcanusTLF : Le Roman de Helcanus, éd. par H. Niedzielski, Genève-Paris 1966 (TLF 121).

[A pu être composé entre 1285 et 1289 selon l’éditeur (p. XXIV).]

Hue de Rotelande : voir Ipomédon.

IpomédonHolden : Ipomédon, poème de Hue de Rotelande /./, éd. par A.J. Holden, Paris 1979.

IpomédonKK : Hue de Rotelande’s Ipomedon, éd. par E. Kölbing et E. Koschwitz, Breslau 1889.

Compte rendu d’IpomédonKK consulté : E. Stengel, dans ZFSL XIII, II (1891), 9-27.

Ipomédonanglais : Ipomedon in drei englischen bearbeitungen, éd. par E. Kolbing, Breslau 1889. [Trois adaptations d’Ipomédon en moyen anglais.]

[Composé vers 1180 : cf. G. Roques, dans Mélanges J.-R. Smeets, Leyde 1982.]

Jean Renart : voir Escoufle.

Lunel de Montech, Essenhamen del guarso : voir Lunel Essenhamen.

Lunel EssenhamenB : Lunel de Montech, L’essenhamen del guarso, publié dans les Denkmäler der provenzalischen Litteratur de Karl Bartsch, Stuttgart 1856 (Bibliothek des litterarischen Vereins in Stuttgart 39), “reprintés” par RODOPI, Amsterdam 1966.

[Composé en 1326 : cf. éd. citée, p. XVII et p. 114.]

RaguideF : Raoul de Houdenc, La Vengeance de Raguidel, éd. par M. Friedwagner, Halle 1909.

RaguideH : Raoul le Trouvère, Messire Gauvain ou La Vengeance de Raguidel, éd. par C. Hippeau, Paris 1862.

Raguidenéerlandais : Die Wrake van Ragisel, éd. par W.P. Gerritsen, 2 vol., Assen 1963. [Aptations de Raguidel en moyen néerlandais.]

RaguideP : Raoul, La Vengeance Raguidel, éd. en cours par M. Plouzeau.

RaguidelW : La Vengeance Raguidel, éd. par E.E. Wilson, Chapel Hill 1963 (thèse). [Fin 12e-début 13e siècle.]

Raimbaut de Vacqueyras, Lettres épiques : voir RaimbautLettres.

Raimbaut LerrresL : dans The Poems of the troubadour Raimbaut de Vaqueiras, éd. et traduits par J. Linskill, La Haye 1964.

Raimbaut LettresRB : Raimbaut de Vaqueiras, I Monferrati, éd., traduit et annoté par Ch. Rostaing et J.B. Barbaro, Beaumes-de-Venise 1989.

RaimbautLeffresS : Die Briefe des Trobadors Raimbaut de Vaqueiras an Bonifaz I /./, éd. parO. Schultz [= O. Schultz-Gora], Halle 1893.

[La deuxième Lettre, celle qui nous intéresse ici, a dû être composée au printemps de 1205 : cf. RaimbautLettresL, p. 303.]

Raoul, Raoul de Houdenc : voir Raguidel.

RonsasvalsGL : dans Le Roland occitan : Roland à Sarragosse ; Ronsasvals. Édition et traduction de G. Gouiran et R. Lafont, Paris, Chr. Bourgois, 1991 (10x18).

RonsasvalsR : Ronsasvals, poème épique provençal, éd. et étude par Mario Roques, dans Romania 58 (1932), 1-28 et 161-189 et Romania 66 (1940-41), 433-480.

[Poème conservé en tête d’un registre d’actes passés en 1398 ; a pu être composé au 13e siècle, mais est le “réceptacle” d’une “production qui remonte haut” (cf. RonsasvalsGL, p. 31).]

Trobaire de Villamaud (le —) : voir VillarnaudA.

Vengeance Raguidel (la —) : voir Raguidel.

VillarnaudA : un sirventes du Trobaire de Villamaud publié dans les Provenzalische Inedita aus Pariser Handschriften de C. Appel, Leipzig 1892 (Altfranzösische Bibliothek 13), 308-310.

[“Das Sirventes ist von 1257”, Appel, éd. cit., p. 308.]

III. Observations, ouvrages, études centrés sur le mot ‘cœur’

G. Cohn, dans Archiv 137 (1918), 87. [À l’intérieur d’un compte rendu des deux premiers fasc. de TL (cf. Bibliog. section I), signale le cuer en la cauce de Baudoin de Condé.]

L. Foulet, Pour le commentaire du Jeu de la Feuillée monter sur le tas (v. 752), dans Romania 67 (1942-43), 367-369.

Ph. Ménard, Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au moyen âge, 1150-1250, Genève 1969, 601-602. [Abrév. : MénardRire.]

A. Planche, Des vertus de l’imprécision dans le lexique du ‘cœur’ en moyen français, dans Actes du colloque Linguistique et Philologie/./publ. par les soins de D. Buschinger, Paris 1977, 243-259.

O. Schultz-Gora, compte rendu de SchittenhelmCuer (voir infra, même section), dans Litblatt29 (1908), 371-374.

O. Schultz-Gora, Zu prov. lo cor al talo, dans Archiv145 (1923), 106.

O. Schultz-Gora, Nachtrag zu Archiv 145 S.106, dans Archiv146 (1924), 152.

M. Schittenhelm, Zur stilistischen Verwendung des Wortes cuer in der altfranzösischen Dichtung Halle 1907. [“Dissertation” de Tübingen ; abrév. : SchittenhelmCuer]

H. Sckommodau, Attraktion zwischen corps und cœur, dans Mélanges P.M. Schon, Aachen 1978, 229-237.

Et les articles du présent recueil.

IV. Varia, autres abréviations

Archiv : Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen. — Buevel, Bueve2, Bueve3 : Der festländische Bueve de Hantone, éd. par. A. Stimming, respectivement Fassung I, Dresde 1911, Fassung II, 2 vol., Dresde 1912-18 et Fassung III, 2 vol., Dresde 1914-

20. — CFMA : Les Classiques Français du Moyen Âge (collection). — GrenteDictaM : Dictionnaire des lettres françaises, publ. sous la direction du cardinal G. Grente, Le Moyen Âge, Paris 1964. — Litblatt : Literaturblatt für germanische und romanische Philologie. — ParisePlouzeau : Parise la duchesse, éd. par M. Plouzeau, 2 vol., Aix-en-Provence 1986. — SATF : Société des Anciens Textes Français. — TLF : Textes Littéraires Français (collection). — ZFSL : Zeitschrift fur französische Sprache und Literatur. — ZRP : Zeitschrift fur romanische Philologie.

Notes

1 Voir Raguidel néerlandais (cf. Bibliog. section II), p. 384.

2 Nous reviendrons sur ces deux articles.

3 Il n'y a rien de tel dans les passages sur 'cœur' de Gdf, ni dans l'art, cor de Levy, ni dans l'article cœur de Littré, qui fait pourtant une place démesurée à l'ancien français.

4 Ainsi que certains comptes rendus de ces éditions, dans les cas les plus heureux.

5 Les sections I, II, III de la Bibliographie récapitulent l'ensemble des lectures centrées sur le cœur et sa localisation effectuées pour préparer le présent article. Pour l'anc. fr., seule l'attestation d'Helcanus paraît avoir échappé aux auteurs que j'ai consultés.

6 Voir les datations dans Bibliog. section II.

7 Aucune des trois versions d'Ipomédon en moyen anglais publiées par E. Kölbing (Breslau 1889) ne garde cette image ni ne la remplace par une autre.

8 Notons toutefois que SchittenhelmCuer (cf. Bibliog. section III) a dépouillé de nombreuses chansons de geste ; s'il y avait trouvé des locutions similaires, il n'aurait pas manqué de les citer. Rien de tel non plus, sauf erreur, dans le très bel article qu'E. Suomela-Harma consacre aux fabliaux dans le présent recueil.

9 Je ne sais pas interpréter les var. d'AthisHilka 10672. Remarquable, entre autres, est l'absence du mot talon, que nous allons rencontrer ailleurs qu'en ancien français.

10 Nouvelle 86, pas de var. ; même texte, toujours sans var., dans CentNouvCh et dans CentNouvJo ; dans CentNouvJa, le texte est f., qui n'avoit pas son cueur, ainsi que l'en dist communement, en sa ch. (pas de var.).

11 Orteil d'AthisHilka 10672 n'est pas traité aux articles 'cœur' et 'orteil'.

12 Dans Archiv 146, p. 152 (cité dans les art. braie et cuer de TL), Schultz-Gora ne mentionne que cor al talo (als talos) du provençal.

13 Voir citation supra (TL, art. parfont).

14 J'ignore pourquoi le dictionnaire ne s'en est pas remis ici à l'interprétation du Glossaire de RaguidelF.

15 Cf. les traductions de n'avoir le cuer en la chauce dans L. Foulet (cf. Bibliog. section III), FeuilléeDufournet et CentNouvJa (même si chez ce dernier, le sens n'y est pas).

16 C'est la note de Scheler à BCondéScheler 2577 p. 358 qui a attiré mon attention sur cette locution. Voici un exemple emprunté à une scène humoristique :" 'Nous l'avons libéré, poursuivit Clarisse. Nous, les responsables, qui comprenons plus de choses que les autres. Mais nous devons le cacher.' Clarisse sourit, d'une façon si curieusement, si délicieusement affectueuse que le cœur de Rachel faillit tomber dans sa culotte, mais s'arrêta à mi-chemin, environ la région du ventre. 'Où le cacher ?' bégaya-t-elle toute pâle." R. Musil, L'homme sans qualités, trad. de Ph. Jaccottet, t. 2 (Paris 1979), 907.

17 English Idioms (cf. Bibliog. section I), p. 111 et 168. Dans FeuilléeLanglois, n. au v. 748, est signalée l'existence de ce type de locutions en anglais ; elles expriment le découragement.

18 Je ne l'ai rencontrée chez aucun des auteurs des sections I, II, III de la Bibliographie.

19 Elle se trouve dans l'art, lonc de TL, rubrique “längs, neben”.

20 Cf. Buevel 901, 1821, 2480. L'art. lonc du Glossaire de Buevel exige de nombreuses rectifications.

21 FeuilléeLanglois, 2e éd., n. au v. 748.

22 FeuiléeLanglois, 2e éd., n. au v. 748.

23 J'ai opéré la collecte parallèlement en anc. français et en anc. prov. en usant du même système : voir le début de l'article ; seul l'ex. de Ronsasvals m'a été donné par le hasard.

24 Pour les datations, voir Bibliog. section II.

25 Même texte dans Raimbaut LettresRB ; dans Raimbaut LeffresS, même texte, mais ponctué différemment (voir infra).

26 En sorte qu'à la différence de Schultz-Gora, Linskill, Rostaing et Barbaro peuvent encadrer de virgules ab lo cor al talo : du coup, au lieu de désigner une qualité inhérente à l'individu (ce qui est le cas dans tous les autres exemples de l'anc. fr. et de l'anc. prov.), il désigne un brusque état d'âme (comme dans les locutions de l'allemand et de l'anglais citées plus haut).

27 Caractère accusé dans Ronsasvals : voir la communication de G. Gouiran dans les Actes du Congrès tenu à Montpellier en août 1990.

28 Mais on lit dans l'art. 'talon' de Mistral Trésor : "A lis uei i taloun, a l'esprit i taloun, se dit d'une personne inconsidérée."

29 Avoir le cœur à la manche, cité dans le même article de Huguet, et qui embarrasse l'auteur du dictionnaire, est également à mettre en rapport (selon moi) avec l'anglais, to wear one's heart on one's sleeve : cf. English Idioms, 175, où l'on renvoie à Othello.

30 Cité ainsi dans l'art. cœur de Littré 2, 435.

31 Venant de découvrir des exemples de hautece de cuer et de haut cuer dans le Lancelot-Graal grâce à l'article de M. de Combarieu, je ne puis affirmer que l'ancien français ignore des tours positifs pour exprimer le courage-"générosité" ; reste que le registre est très différent de celui du cuer en la chauce.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter