Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

"Bon vouloir" et pouvoirs du coeur chez les poètes siciliens à la cour de Frédéric II de Hohenstaufen

Jean Lacroix

Texte intégral

  • 1 B. Panvini, Le rime della Scuola siciliana, op. cit., Mazzeo di Rico, p. 163, I, v. 7-12.

Car amour qui passe toute hardiesse
Me force, me dompte, et me conduit selon son bon plaisir
De sorte que de moi n'ai nulle seigneurie
De cela je me plains, désirant bien l'avoir
Car très grand royaume possède, ce ne semble
Qui peut sur soi-même avoir seigneurie.
MAZZEO DI RICO1

Introduction

1L'école sicilienne de poètes regroupés autour de Frédéric II de Hohenstaufen tant célébrée par Dante et par Pétrarque est la plus anciennement connue, et qui ait écrit en italien.

2D"'école" on peut parler – l'expression est passée comme telle à la postérité – au sujet de celle que forme un ensemble de poètes, siciliens certes mais point exclusivement, à tous égards gravitant dans le milieu courtisan de l'entourage prestigieux du souverain Hohenstaufen Frédéric II, polyglotte, homme de science, philosophe, esprit encyclopédique et poète lui-même (quatre poèmes nous ont été conservés de lui, et qui comptent parmi les plus beaux de cette "école"). Poètes également sont un certain nombre des siens : Enzo par exemple, son fils naturel ou un autre fils dont les canzoni malheureusement ne nous sont point parvenues, et qui mourra tué à la bataille de Bénévent en 1266, épisode rappelé par Dante (Purg. III, 103 sqq.).

3En fait, ces poètes tous beaucoup plus jeunes que leur souverain (celui-ci disparaît en 1250) et dont il ne reste assez souvent que peu ou très peu de compositions poétiques (deux pour Enzo) appartiennent essentiellement à deux cercles : au groupe de la chevalerie de nobles familles (les Ruffo de Calabre, les d'Aquino de la famille de Saint Thomas) et au groupe des juristes : juges, chanceliers, notaires de la cour impériale. L'un des plus célèbres, peut-être même le plus célèbre, Giacomo da Lentini doit sa notoriété de poète à un pseudonyme attestant sa fonction : le Notaire. Dante, là encore, en fait l'une des figures de poètes de son Purgatoire (Purg. XXIV, 56).

4Poésie amoureuse que la leur, en étroite liaison avec les poètes du Nord (Bologne), et influencée aussi par la poésie provençale et des Troubadours, influence qui en ce qui concerne du moins cette dernière, se lit dans la thématique, le lexique et aussi la métrique (usage du capfinidas).

5Le coeur y a sa part – une si large part qu'elle constitue la note originale de cette poésie de courtisans, serviteurs fidèles dans l'administration, dans la diplomatie, dans les rangs de l'armée impériale, qui est par ailleurs une poésie de lettrés pour qui le langage et la lettre sont professionnellement tournés vers la mise en place et le bon fonctionnement d'un ordre étatique d'essence impériale.

6Que veut et que peut ce "coeur" si prépondérant (core en italien sous sa forme non diphtonguée), actant d'une poétique de l'Amour, objet privilégié d'un débat très personnalisé, d'un enjeu auquel doit répondre le sujet, chez tous ces poètes fort conscients d'appartenir à un monde de valeurs à finalité pragmatique ?

7C'est la question à laquelle nous allons tenter d'apporter une réponse.

***

I. Le Coeur, objet privilégié et sujet de monologue :

8Ce qui frappe le plus dans la poésie sicilienne, c'est à la fois la place éminente qu'occupe le coeur, si voyante dans le lexique qu'on peut la dire exclusive et le traitement poétique privilégié que cette poésie à dominante du coeur subit de la part des poètes amoureux de l'entourage frédéricien.

9De coeur il est en effet abondamment question, très rarement dissocié d'un possessif - celui de la première personne, ce Je sujet et objet poétique de l'enjeu discursif que le poème devient, occasion d'une meilleure connaissance de soi à travers le langage qui en réfère, en débat, en disserte : dire est essentiel, ou encore rimer, autrement dit faire accorder une expérience personnelle amoureuse avec son expression.

10Le fait justement que s'impose dans la grammaire du coeur l'idée-clé de possession en référence à l'auteur du poème qui occasionnellement sous son patronyme signe sa composition est très significatif du sens à donner à ces compositions soit brèves (sonnet) soit plus étoffées (ballades, chansons), de si personnelles résonances.

11A la différence des poètes toscans de l'école postérieure (fin du xiiiè siècle), la présence assidue quasiment obsédante du possessif au détriment du seul article évite l'objectivation initiale qui conduirait à une casuistique amoureuse complexe, raffinée, à deux interlocuteurs dialogant effectivement, l'Amant et sa Dame ; empêche d'entrée l'assomption du siège de l'Amour à des fonctions élevées débouchant sur une authentique mystique.

12Lorsqu'il arrive que l'article seul soit effectivement employé, sauf exception, il signifie aussi implicitement la possession comme le veut encore l'usage moderne en italien. Et nullement il n'appelle à une généralisation qui pourrait faire alors du coeur mentionné une catégorie du monde mental et de l'activité psychique, tout entiers concernés par le phénomène de l'innamoramento.

13Coeur unique objet des sentiments (ou du ressentiment) de son propriétaire donc : c'est-à-dire de celui qui voudrait bien en connaître les ressorts cachés, les secrètes et imprévisibles motivations, et posséder la clé de ses ressources variées comme son aptitude à la joie et à la douleur. En effet, il est dans le pouvoir de ce "coeur" personnalisé de se réjouir d'aimer ou de souffrir d'aimer. Cor sous sa forme simplifiée vocalique rime d'abord avec douceur (dolzor) mais parallèlement avec douleur (dolor).

  • 2 Ibidem, Rinaldo d'Aquino, Poi li piace c'avanzi suo valore, p. 27, n° III, v. 3.

14Car l'une et l'autre sensations, loin de s'opposer en des états non concomitants peuvent fort bien coexister dans l'instant même où le chant du coeur se déploie, recommence à se déployer comme on le constaterait chez Rinaldo d'Aquino (Poi li piace c'avanzi suo valore)2.

  • 3 On trouve aussi - le cas n'est pas rare - le basilic.

15Le feu du coeur amoureux dont brûle ce poète sicilien concrétisé par la figure récurrente de la salamandre3 appelle une vision narcissique, celle précisément de Narcisse. Dans la souffrance comme dans le plaisir, la tentation de l'expression hyperbolique (reflet de la sensation éprouvée) équivaut au repliement égocentrique ; dans le poème du même Rinaldo d'Aquino Per fino amore vao si letamante (pour la fin'amor que je nourris, je me sens dans une telle liesse), ce poète met son propre coeur au-dessus de tout ce qui peut exister :

  • 4 Ibidem, Rinaldo d'Aquino, Per fino amore vao si letamente, p. 31, str. II, v. 21-22.

aucun autre coeur ne peut avoir pareille joie (sous-entendu : que la mienne) à celle qu'éprouve coeur amoureux.4

16Ce même poète encore, aristocrate appartenant à une famile célèbre et évoquant - une fois n'est pas coutume – l'attraction sensuelle de sa donna fina (Amorosa donna fina) que lui procure un baiser des plus ardents, déplore en la circonstance l'aliénation d'un homme qui n'est plus maître de son propre coeur :

Quelle vie peut l'homme avoir si son coeur n'est plus avec lui.
(fin strophe II)

17La souffrance, revers de l'intense joie d'aimer (de donner son coeur à l'autre) aboutit à vider l'amant de ses ressources vives, à le priver de ce qui fait l'essence de sa personnalité. Un autre poète célèbre, Pier della Vigna (ou delle Vigne) tombé en disgrâce après une brillante carrière de notaire, puis de logothète, enfin d'ambassadeur, et célébré aussi par Dante (Inf. XIII) est encore plus précis et plus complet quant au phénomène d'aliénation que représente la dépossession amoureuse ; dans la canzone Poi tanta caunoscenza qui élève la souffrance au rang d'une purgation nécessaire à une juste ascèse, Pier della Vigna parle d'un vol qui le dessaisit du "coeur, du corps et de la vie" ; et d'ajouter au vers suivant :

  • 5 Ibidem, Pier della Vigna, Per tanta caunoscenza, p. 60, str. II, v. 15-16.

car je n'appartiens pas plus à moi-même qu'autant qu'une aiguille peut piquer.5

18Bien d'autres exemples - il n'en manquerait pas - pourraient être allégués, comme celui d'un autre membre de la famille d'Aquino, Iacopo mais sans lien de parenté directe avec Rinaldo, qui, dans sa canzone Al cor m'è nato e prende uno desio s'en prend, dans la seconde strophe, à la puissance supérieure de l'Amour, cause de dépossession du "coeur, du désir et de l'âme" :

Ainsi Amour me rend parfait qui s'est emparé
De mon coeur, de mon sentiment et de toute mon âme.

19Tels sont donc les effets aliénants de l'Amour entraînant de facto la perte de la maîtrise des pouvoirs et du "vouloir" du coeur.

20Le coeur est partout, toujours présent chez les poètes siciliens : au premier plan soit â la première personne. Lorsque par hasard il s'agit du coeur de la Dame (Pier della Vigna, Amore in oui disio ed o' speranza, str. IV), il est pris comme dans un étau supplanté par celui du poète aimant, demandeur de la Dame certes (IV, 26), parce que désireux d'une quiétude toute personnelle (IV, 32).

21Point de départ occasionnel d'une théorie d'Amour plus esquissée et brièvement concédée que développée et étayée d'arguments (Pier della Vigna, Amor da cui more tuttora e vene), le poème d'amour sicilien est dans la réalité le récit d'une possession dont le poète voudrait rester le maître absolu, pour pouvoir le redire avec justesse et vérité humaine. La fin 'amor qui émerge dès cette époque dérive en fin core : à cet égard on peut opposer non pas comme deux versants antinomiques d'une idéologie inconciliable mais bien plutôt comme deux illustrations complémentaires d'une même pratique du coeur d'une part, l'incipit de la canzone de Rinaldo d'Aquino : Per fino amore vao si letamente, déjà citée, qui pose dès le départ l'expérience personnelle référée à un moi dont le coeur aimant n'a point son pareil ; il le dira de façon exemplaire aux vers 21-22 de la même première stance quitte à réaffirmer dans les tout derniers vers de la stance (v. 26-28) sa condition de féal serviteur de la fin'amor énoncé dès les premiers mots ; et d'autre part l'incipit d'une autre canzone de Pier dalla Vigna, Amando con fin core e co speranza immédiatement complétée par une exégèse explicite sur le sens individuel d'une élévation :

Amour... m'a élevé spirituellement (coralmente) (à un amour)
De la souvenance duquel je n'éloigne jamais mon coeur (lo meo coraggio).

22Traduction : l'ennoblissement n'a nullement valeur généralisante où l'individu disparaîtrait au profit de la norme certes élitiste ; l'ennoblissement dont je suis fort reconnaissant à l'Amour ne me fait point départir de mon moi de poète amoureux maître de ses sentiments et de son "discours amoureux" :

da la cui rimembranza, lo meo coraggio non diparto mai.

  • 6 Ibidem Rinaldo d'Aquino, p. 30 ; Iacopo d'Aquino, p. 75 ; et Folco di Calabria, p. 107.

23Le fin core enfin fournit l'occasion d'incipit tour à tour positifs liés à une réelle joie et à un vrai plaisir d'aimer (amour récompensé) ou négatifs rattachés à une souffrance lancinante ; au premier type répondent Rinaldo d'Aquino (Grâce à un parfait amour je vais si joyeusement) et son homonyme Iacopo d'Aquino (Allègrement je chante) ; au second type fait écho Folco di Calabria (Dévoyé par Amour, je vais dans la douleur).6

  • 7 Ibidem, p. 41.

24En fait, une telle dichotomie est tout extérieure car chez un même poète, on pourrait aussi bien rencontrer les effets opposés comme chez le premier nommé (Dans un tourment pesant,/Amour m'a bel et bien jeté) y compris des incipit qui – coincidentia oppositorum – associent le plus avec le moins (ex. (En joie je tiens toute ma peine)7.

  • 8 Ibidem, p. 120-124.

25Un autre poète, Neri de'Visdomini inscrit alternativement la joie (Lo mio gioioso core è da l'amore costretto) puis la douleur (Oi lasso dolovoso / e cor pien d'amarezza).8

II. Le coeur des poètes siciliens entre vouloir et pouvoir :

26Le coeur amoureux des poètes siciliens qui s'essaient, chacun de son côté, à le dire et à le faire rimer, ce coeur n'est point seulement objet désigné à satiété ou si l'on préfère plus invoqué qu'évoqué, plus mono-dialogué qu'objectivé. Il est le lieu d'élection et de convergence de composantes multiples.

27Il n'est nullement séparable de vertus ou de qualités par définition confiées à l'épithète et à l'adverbe : corale et coralmente le plus fréquemment à la rime ou en tête de vers – surtout pour le second -prolongent le prestige narcissique et l'effervescence d'un lyrisme personnel renvoyant à la nature intrinsèque d'un vasselage déguisé du poète sicilien amoureux.

28Rien de moins collectif que ce que l'épithëte pourrait donner à croire : rien de plus auto-référentiel au contraire et qui va dans le sens de la franchise, de la loyauté, en fin de compte de la sincérité d'une écriture capable de transcrire sans les déformer la vraie nature des sentiments ou du ressentiment amoureux.

29Source de délectation ou au contraire d'affliction, le coeur aimant est d'abord ou en fin de compte référence à soi-même comme le prouve cette lamentation de l'un des poètes, Rinaldo d'Aquino :

  • 9 Ibidem, Rinaldo d'Aquino, p. 35, n° V, Amor che m'a 'n comando (Amour qui me tient en tutelle), st (...)

O Dieu je l'ai si cordialement
Désiré (le = le mal d'amour) que cet espoir
Est devenu scepticisme (littéralement : ignorance)9.

30Traduction : je l'ai réellement bien voulu (cf. "bon vouloir") au point que cet espoir déçu (trahi) s'est converti en moi en pur scepticisme.

  • 10 Ibidem, Neri de' Visdomini (Oi forte inamozanza), p. III, n° IX str. V, dernier vers.

31Si cordialement de nos jours n'a plus guère que le sens codé d'une formule de politesse épistolaire d'un émetteur à son destinataire, c'est pourtant dans un contexte de fin'amor que les poètes traitent du coeur ; mais fin qualifie tout aussi souvent chez eux le coeur lui-même, objet cher à leur soliloque (Iacopo Mostacci), la Dame (Rinaldo d'Aquino), le serviteur aimant (fino servente di Neri de' Visdomini ; fino amadore écrit Rinaldo d'Aquino) et... "le bon vouloir" lui aussi à la rime comme un rappel ehécho de la nécessité d'aimer et de savoir (ou de pouvoir) le "dire". C'est ainsi qu'à côté des qualifications déjà rappelées, on trouvera pour celui qui est porté à aimer (à "vouloir" le bien) fino benvolente chez Iacopo Mostacci (IV, 44, p. 92). Aujourd'hui encore, aimer d'affection se dit en italien, à côté d'amare, voler bene. Et tout naturellement la sincérité de ce parfait amour se traduira chez Neri de'Visdomini de la manière suivante dans un long poème qui s'ouvre sur la douleur de l'aventure amoureuse (Oi forte inamovanza)10, si forte qu'elle en interdit jusqu'à l'expression de la fin'amor (v.4) ; le poète sicilien au nom qui trahit son origine aristocratique déclare dans les tout derniers vers de la cinquième et ultime stance :

Tant'é lo fin volere
Ch'io no'l voria lasciar

32(Si grand est mon sentiment raffiné (littéralement : vouloir) (Que je ne serai capable de le laisser.

  • 11 Ibidem, Iacopo Mostacci (A pena pare ch'io saccia cantare), p. 82, n° II, v. 3-4.

33Sans même parler d'expérience intime, toute anecdote, tout accident de l'aventure inaliénable de chacun des poètes siciliens équivaut à une dépossession, à un simple départ comme chez Iacopo Mostacci (A pena pare ch'io saccia cantare)11.

34Le coeur possessif chez le poète amoureux de son propre "état" conduit celui-ci à étendre les situations qui sont autant d'occasions à chanter son amour, même sous ses formes négatives : "ma peine" (Pier della Vigna, Poi tanta caunoscenza, III, v. 30) ; "mon mal" (Paganino de Serezano, Contro lo meo volire, II, 17) mais aussi sous son aspect plus favorable, riant : "ma richesse" (Pier della Vigna, Amor da cui move, III, 35), "mon désir" (Iacopo Mostacci, Di si' fina ragione, II, 17).

35Autant d'états, composantes du coeur qui le distingueront de celui des autres amants et feront de l'homme amoureux le maître des sentiments lorsque, à de rares exceptions qui confirment la règle – c'est la Dame qui se lamente sur la séparation d'avec son amant parti à la Croisade (Rinaldo d'Aquino, Già mai non mi conforto) ou, beaucoup moins loin, en Toscane pour suivre son seigneur (Iacopo Mostacci : Dolse meo drudo, eh ! vatene ?).

  • 12 Ibidem, successivement Rinaldo d'Aquino, p. 43 ; Iacopo Mostacci, p. 97, Neri de' Visdomini, p. 12 (...)

36Si tout à fait exceptionnellement l'amour de ce coeur meurtri ou comblé peut en appeler à Dieu (cf. le vocatif fugace au Christ chez Neri de' Visdomini, L'animo è turbato, V, 57), c'est que ces amours humaines découlent d'un coeur qui connaît trahison, hypocrisie, ou bien jalousie, amertume des séparations - définitives ou pas. Ce coeur "sicilien" connaît certes de manière voilée et allusive une géographie qui mêle Messine et Florence : la première avec Rinaldo d'Aquino (Amorosa dona fina, I, 4), la seconde élargie à la Toscane tout entière avec Iacopo Mostacci (Dolze meo drudo, II, 15) et avec Neri de'Vi sdomini (Lo mio gioioso core, I, 14).12

  • 13 Ibidem, Iacopo d'Aquino (Dolce meo drudo eh ! vatene), p. 99, VI, v. 37-38 ; Rinaldo d'Aquino (Amo (...)
  • 14 Ibidem, Neri de 'Visdomini (Oi lasso doloroso), I, v. 5-16, p. 124.

37Si nulle mention patronymique n'est faite (même par senhal interposé) de l'identité de la dame, si très peu de signes apparaissent de l'aventure sensuelle – à peine ici un baiser de feu13 et là "le souvenir des amoureux plaisirs", les errements du coeur n'échappent pas au sentiment de la précarité des choses d'ici-bas. La mort à cet égard demeure la sanction ultime de l'"aventure aveugle" comme l'un d'eux la nomme14, qui peut à tout moment mettre fin à ce qui reste un ensemble savamment codé de conventions sociales.

38Il est très significatif que la poésie d'amour de ces hommes de cour, fonctionnaires (et juristes) de leur état et poètes par accident, voit le coeur et ses tribulations, ses satisfactions aussi sous l'angle précaire du langage qui, de nos jours encore parle d"'affaires de coeur". Or l'action ou le comportement (les agissements en la matière) du poète amoureux est désignë(e) sous ce terme d'"affaire".

Neri de' Visdomini (Oi lasso doloroso) :
E tutto mio affare
in mal vuol riputare,

elle veut juger en mauvaise part
chacune de mes actions,
e nullo mio affare
vegio possa aradire

  • 15 Ibidem même poète, même poème, p. 125, II, v. 29 et III, v. 35.

Et toutefois je ne vois pas
qu'aucune de mes actions ne lui puisse agréer15

  • 16 Bruno Panvini, Rime dei poeti non siciliani, op. cit., Guido delle Colonne, (La mia gran pena e lo (...)

39"Grande affaire" aussi est l'amour partagé chez Guido delle Colonne (La mia grand pena e lo gravoso affanno, Ma grande peine et mon pesant tourment).16

  • 17 Idem au regard de la codification éthique exprimée à la fin d'un poème comme leçon philosophique à (...)

40De "grande affaire" est enfin – désignant la condition élevée de la Dame – la retenue exprimée par un autre poète sicilien17.

  • 18 Exemple, chez un compatriote du Notaire, originaire comme ce dernier de Lentini, Arrigo Testa (da (...)

41Parodiant le lexique employé par les poètes siciliens, on pourrait dire que leur "grande affaire" concerne précisément leur comportement langagier en matière de coeur aimant et souffrant.18

42Ailleurs, c'est en termes de droit que l'Amour tyrannique auquel nul n'échappe excerce son pouvoir : sous la juridiction du coeur se place la condition du poète condamné à aimer mais par là-même s'efforçant de se rendre maître de ce qu'une strophe de Mazzeo di Rico, fauconnier de Frédéric II, énonce d'impériale façon :

Car Amour qui dépasse de beaucoup toute hardiesse
Me contraint, me défait et me conduit selon son bon plaisir,
A tel point que je n'ai nul empire sur moi-même.
Ce dont je ressens moult douleur, cet empire je le voudrais,
Que c'est bien grand royaume gouverner, ce me semble, pour
Qui sait et peut se dominer soi-même.

43Il est symptomatique qu'il s'agit de la première strophe d'une composition dont l'incipit est Ma Dame, mon en amourement. Le vocatif à la Dame fait place immédiatement à un tête-à-tête entre Amour, seigneur absolu dont l'empire s'étend sur tous les amoureux, qu'ils soient poètes siciliens ou non, et celui qui subit son emprise et cherche désespérément à prendre le dessus.

*

  • 19 Bruno Panvini, Le rime della Scuola siciliana, successivement Re Giovanni, p. 15 ; Rinaldo d'Aquin (...)

44En dépit de très rares incursions sur le terrain mythologique des amours de Tristan et d'Yseult (Re Giovanni, Donna audite como, IV, 52-53) de Paris et d'Hélène (Rinaldo d'Aquino, In gioi mi tegno tutta la mia pena, I, 3), de Pyrame et Thisbé (Pier della Vigna, Amor in cui disio ed o'speranza, II, 15), les poètes siciliens du coeur situent le débat entre vouloir et pouvoir dans un contexte profane de "destinée" : le mot est prononcé.19

45Mais le langage use de duplicité qui accorde d'un côté à "vouloir" l'idée de bien vouloir dans le cas de cette citation empruntée à Amando con fin core e co speranza de Paganino da Serezano :

  • 20 Ibidem, Paganino da Serezano, p. 69, v. 7-8 Amando con fin core e co' speranza).

Et je ne pourrais m'en défaire (i.e. m'en séparer, du souvenir).
malgré tout mon bon vouloir.20

46Et d'un autre côté qui change le verbe de sa toute puissance affective d'amour charnel à la fin de chacune des deux dernières stances de Oi lasso doloroso de Neri de' Visdomi ni :

Donc comment ferai-je ? Je mourrai avec un tel destin Il me semble des plus durs si tous mes sentiments d'amour s'avèrent non recevables.
(III, v. 45-48).

47Autre strophe : et en sens contraire cette fois :

  • 21 Le texte italien est : "e tutto ben volire... ritorni ingrato" ; ainsi que "e ciascun ben volere / (...)

Chaque acte d'amour s'achève en plaisir raffiné et en bonheur.21

*

48L'aboutissment de la poésie lyrique sicilienne du coeur est affaire de langage poétique étroitement relationnel : la poésie questionne bien autant qu'elle décrit et explique. Autant dire qu'avec le coeur, avec son coeur, le poète s'interroge. Les interrogations deviennent un topos et constituent le leitmotiv de leurs poèmes :

  • "Comment dois-je faire ?" (Come degio fare ?) se demande l'esseulée devant le départ de son amant à la Croisade dans le poème de Rinaldo d'Aquino, Già mai non mi conforto, (I, 8).
  • Quelle vie peut l'homme avoir
    "Si le coeur n'est point avec lui, déclare le même poète en référence à la fois dans Amorosa donna fina, (II, 23-24).
  • "Et moi que pourrais-je faire ?" s'interroge Iacopo d'Aquino à son tour (Al cor m'è nato e prende uno disio, III, 30).
  • Que pourrait-il arriver ?"
    "Serai-je en mesure de traduire dans mes vers"... vient à douter, perplexe, Iacopo Mostacci (Di si'fina ragione, II, 15 et V, 48).
  • "Donc que ferai-Je ?" déclarent à plusieurs reprises Neri de' Vi sdomini22 et Tommaso di Sasso23.

49Autant de questions angoissées portant sur la nature du sentiment amoureux, mais aussi sur les capacités de leur coeur (d') amoureux, comme sur les ressources de leur art d'écrivain d'Amour. Pour tous, question de langage, gardiens et experts par profession et par devoir qu'ils sont d'un langage institutionnel.

***

III. La langue et le coeur : du dit au non-dit, le langage du coeur

50Les poètes siciliens et leurs successeurs sont amenés en exposant leurs peines de coeur (et leurs joies également) à. distinguer le dehors du dedans tant au point de vue de ce qui peut se voir et se dire qu'en sens inverse : de ce qui ne peut et ne doit se dire ni se voir.

  • 24 Ibidem, Le rime della scuola siciliana, Giacomo da Lentini (S'io doglio no è maraviglia), p. 68, I (...)
  • 25 Ibidem, même poète (La 'namoranza disiusa).

51Le plus célèbre et le plus prolixe d'entre eux, le Notaire, est évoqué par Dante, on l'a vu, au Purgatoire : précisément la figure du Notaire est liée de près à l'exposition en trois vers par Dante de la charte du Dolce Stil Novo selon laquelle l'expression poétique doit adhérer à ce que ressent au plus profond de lui-même le poète. Illustration de l'aspect dichotomique de l'Amour saisi(ou pas) à partir de ce que le coeur livre ou dérobe. Si le coeur de Giacomo da Lentini dit le Notaire est "dehors" auprès de sa Dame (S'io doglio no è maraviglia)24, l'essentiel est dedans, demeure "invisible pour les yeux" (cf. La'namoranza disiusa). L'incipit dédié à l'amour-passion affiche bien ce qui est réservé au poète amoureux parce que d'abord possédé par lui, et par lui seul ; l'expression d'un tel amour qui fait partie intime de toute sa personne consistera dans la transcription d'une expérience que son propre langage devra et saura opérer.25

52Plus généralement la poésie du coeur (le coeur d'abord objet de poésie) pose à celui qui veut "rendre compte" le dilemme suivant : doit-on (peut-on) taire ou dire ? Et le corollaire en est : que taire ? Que dire ?. L'un des poètes, Rugieri d'Amici met à ce sujet fort bien en évidence l'impasse du langage et le piège dans lequel, par voie de conséquence, le poète - tout poète – risque de tomber :

Si je veux taire mon état (- ma condition)
Je serai coupable d'oubli
Contre mon bon vouloir
Car si je veux dire la vérité
J'ai été par Amour placé si haut
Qu'il me semble être monté au ciel.

  • 26 Ibidem, Rugieri d'Amici (Sovente amore n'a riauto manti), p. 83-84, I, v. 7-12.

(Sovente amore n'a ricuto manti)26

53"Le maître-mot est lâché : la vérité. Le coeur exige qu'à son encontre on dise la vérité, toute la vérité serait-on tenté de dire. N'oublions pas que ce combat du coeur et du dire reste chez les Siciliens dans le cadre de la Cour d'Amour où le poète se déclare serviteur tout en prétendant rester (ou redevenir)... le maître.

  • 27 Ibidem, Tommaso di Sasso (L(amoroso vedere), p. 91.

54Ce qui ne se peut taire, Tommaso di Sasso le déclare doublement à l'ouverture de L'Amoroso vedere (I, 5-7), 27 c'est le comble de la liesse dans le cas d'un amour triomphant et récompensé, et d'un coeur qui exulte. C'est encore le cas avec Guido della Colonne qui, dans Gioiosamente canto, un titre qui à lui seul est tout un programme, écrit :

  • 28 Bruno Panvini, Rime dei poeti non siciliani, Guido delle Colonne, (Gioiosamente canto et Amor che (...)

Plus qu'oiseau sur la branche – je suis joyeux
Et je puis bien chanter amoureux que je suis
Plus que jamais n'a chanté nul autre amant
Habitué de manière excellente à l'amour parfait.28

55A l'inverse la souffrance - surtout lorsqu'elle est excessive - pareillement ne peut être tue. Les exemples ici abondent, nul n'est besoin de trop insister même si, dans ce domaine le plus élémentaire nous rappelle encore Guido delle Colonne commanderait plutôt de se taire :

  • 29 Ibidem, Stefano Protonotaro di Messina (mort en 1301), p. 125.

Je brûle à l'intérieur et m'efforce de faire semblant
De ne pas montrer ce que mon coeur éprouve.
Oh ! que c'est une dure peine pour un coeur qui souffre
De taire et de ne point montrer ce qu'il peut ressentir.
(Amor che lungiamente m'ai menato)29

*

56Trop se taire – affirme Stefano Protonotaro-équivaudrait à frapper d'impuissance la poésie elle-même : l'acte (poétique) en serait indûment tari à sa source. À coeur aimant, il convient de "dire" quoi qu'il en coûte :

  • 30 Ibidem, le même poète (Assai ovetti celare), p. 129, I, v. 1-4.

Et quand un homme a raison de dire (un sujet pour poétiser)
Il se doit de chanter et de bien montrer sa joie.
…………………………………………………………………………………………
Donc doit bien chanter quiconque aime.30

57Ni trop, ni trop peu : juste mesure sera ce qui s'accorde avec le coeur, avec son propre coeur. Faire tout son possible pour accorder ses rimes à son coeur, c'est là le voeu inaugural d'une des trois canzoni de Frédéric II lui-même :

  • 31 Ibidem, Frédéric II (De Va mia disianza) p. 144, V, v. 37-38 ; Oi lasso non pensai, p. 141, IV, v. (...)

Puisqu'il vous plaît, mon amour
Que je doive trovare (composer une poésie)
Je ferai tout ce qui sera en mon pouvoir
Pour parvenir à mes fins.
J'ai donné mon coeur, ô ma Dame.31

  • 32 Ibidem Ruggerone di Palermo (Bem me degio alegvave) p. 149, str. 1, v. 1-2.
  • 33 Bruno Panvini, Le rime della Scuola siciliana, Vol. I, Giacomino Pugliese : Tuttor la dolce speran (...)

58Si le Souverain Hohenstaufen est le seul à user de ce verbe hérité de l'art des Troubadours, "far versi d'amore" dira en revanche, plus explicitement un Ruggerone da Palermo32 dans son poème Ben mi de-gio alegrare. "Chanter" (Cantare) diront plus généralement les autres, Giacomino Pugliese par exemple qui, avec le Notaire aime à signer des poèmes.33

*

59On le constate : le coeur abonde ; il est partout disions-nous au début de cet exposé, chez les poètes siciliens : "mon coeur", avec un possessif qui précède le nom ou qui le suit, "ce coeur mien", à la rime très souvent ou encore en début de vers.

60Il a aussi dans les poèmes, longs ou courts, "le dernier mot" parce qu'il ne cesse d'être l'objet poétique premier, le miroir fidèle de soi à portée de plume, source d'une expérience irremplaçable, difficilement aliénable malgré – le cas échéant – le risque de la folie. Le "coeur" fait bien plus que rimer avec Amour (cor – amov) qu'il vitalise à son tour puisqu'il le sait et peut poétiser.

  • 34 Cf. Benoist-Méchin, Frédéric de Hohenstaufen ou le rêve excommunié (1194-1250), Paris, libr. Acadé (...)

61À tout Seigneur, tout honneur pour achever ce bref et rapide parcours d'un certain solipsisme à la manière des poètes siciliens, qui est le fait saillant de quatre ou cinq dizaines de vicaires, notaires, chanceliers, logothètes, fauconniers, tous serviteurs - et point seulement d'Amour – d'une cour impériale un temps palermitaine mais aussi itinérante, ailleurs qu'en Sicile.34

62Ecoutons Frédéric II, prince des poètes : coeur et corps constituent le sceau et le blason aussi de deux des trois poésies attribuées à l'Empereur germanique.

63La fin de la strophe V (v. 37-38) de De mon désir confesse et déplore la possession de l'un comme de l'autre :

Elle m'a ôté le coeur
Et tient mon corps en son pouvoir.

64L'envoi de l'autre chanson (Oi lasso non pensai, / Hélas point ne pensai, IV, v. 1-3) n'est qu'un message de la chansonnette priée de se rendre auprès de celle "qui retient prisonnier mon coeur", et qualifiée de "fleur parmi les fleurs".

65Enfin le congé également du troisième poème (poi ch'a voi piace amore,/ Puisque amour vous plaît) s'adresse à la rose en ces termes :

  • 35 Br. Panvini, Rime dei poeti non sciliani, op. cit. p. 141, 144.

Vous à qui je suis lié
Et à qui j'ai donné coeur et corps".35

66Quant à l'un des fils de l'Empereur, ce Re Enzo dont le prénom masque mal son origine germanique (Heinz), roi de Sardaigne, excommunié puis emprisonné à vie, en bon souverain lui aussi exilé, il rédige sous cette forme l'envoi à sa chansonnette :

Va ma chansonnette
Salue-moi la Toscane
Et va dans les Pouilles, plat pays
Dans la grande Capitanata
là où jour et nuit est mon coeur.

  • 36 Ibidem, Re Enzo (1225-1272) : on connaît de lui deux canzoni, un sonnet et un fragment ; Amor mi f (...)

(Amor mi fa soventel lo meo cor pensare)36

67Pour en finir avec la famille régnante des Hohenstaufen ou d'autres, Re Giovanni connu aussi sous le nom de Jean de Brienne, propre beau-père de Frédéric II n'est pas en reste avec ceux de la lignée saxonne : la neuvième strophe du descort de près d'une centaine de vers, le seul poème connu de ce souverain, s'achève avec la danse des dames et des demoiselles :

  • 37 Ibidem, Re Giovanni, vol. II ou Giovanni di Brienne, roi de Jérusalem (mort en 1237) ; le descort (...)

Que sorte immédiatement – (de la danse)
Qui n'aime pas sincèrement (chi non ama di bon core)
De façon à plaire.
(IX, v. 97-99)37

  • 38 Br. Panvini, Le rime della Scuola siciliana, p. cit. Ciollo d'Alcamo, p. 175, XXVIII.

68"Coeur paladin" dira un autre poète (Ciollo d'Alcamo), ici coeur de souverains jusqu'au bout du poème : coeur souverain.38

***

CONCLUSION :

691. Cour frédéricienne et coeur des poètes courtisans entretiennent une thématique prédominante pour ne pas dire exclusive d'un amour ou d'amours au pluriel à sens unique laissant fort peu de place au dialogue amoureux, donnant abondamment la parole au sujet aimant tout occupé à disserter de son état-passion.

70Il n'y a pas de coeur sans idée-clé ou sentiment de possession.

712. Regroupés sur moins de cinquante ans, dans la première moitié du xiiie siècle, autour d'un chef prestigieux et d'une figure vite devenue légendaire en son temps comme en témoignent la Chronique de Fra Salimbene et Boccace, plus tard, la poésie des juristes amoureux du coeur, de leur coeur aimant, écarte de son propos aussi bien le refuge vers une quelconque transcendance à l'inverse de ce qui se passe chez un troubadour italien comme Rambertis de Buvalel que la tentation de "politiser" – bien rares et fort ténus en sont les indices - comme ce peut - être le cas au contraire chez un Sordello par exemple.

72Le coeur des poètes siciliens n'est rien d'autre que le miroir d'une aventure bien humaine et terrestre.

  • 39 Ces giullari sont accueillis aussi, comme ailleurs, à la cour de Frédéric II ; mais Allegri fait r (...)

733. Entre l'individualisme itinérant des Troubadours se déplaçant d'une cour à l'autre du Portugal jusque dans l'Italie du Nord, et la "cour" toute fictive des poètes de l'école toscane39 qui suivra, tissée du seul réseau d'amitiés pour qui l'exil et les rancoeurs politiques accroîtront les "peines de coeur", prend place le chant du coeur littéralement monocorde des "rimeurs" siliciens, plus préoccupés de dire et de la manière de dire à eux-mêmes principalement une expérience reposant sur les ressources d'un langage dont ils savent être par ailleurs les vigilants dépositaires, les experts commentateurs pour la conduite des affaires de l'Etat impérial svève.

74Le coeur, chez eux, a ses raisons que seul le propre coeur de chacun d'eux peut dicter.

  • 40 Dante Alighieri, De Vulgari Eloquenza, I, 12 ; Pétrarque, Trionfi (cf. "Trionfo dell' Amore", IV, (...)

754. Leur refus d'une quelconque mystique, le faible écho des évènements de leur époque dans leurs chansons, sonnets ou autres formes brèves ou longues, justifie en grande partie les réserves d'un poète comme Dante ou celles, au xive s. d'un Pétrarque40 : portés pourtant l'un comme l'autre à souligner les mérites de leurs devanciers et à marquer leur juste place de pionniers en matière de poésie amoureuse.

76En revanche, le pragmatisme vers quoi se tourne ou dont se réclame volontiers l'aventure sentimentale qui est individuellement la leur, fût-elle conçue comme passagère et consciemment sentie comme périsable, ouvre des voies d'investigations qu'au xivè siècle saura exploiter, développer, affiner l'humanisme pétrarquien dans le sens d'une crise et d'une recherche de l'identité de soi, d'une secrète et inaliénable musique.

***

77Les citations sont extraites de l'édition suivante : Bruno Panvini, Le Rime della Scuola siciliana, 2 vol., t. I, introd., testo critico e note a cura di B. Panvini ; t. II : glossario, Firenze, Leo. S. Olsohki (1962-1964) et Bruno Panvini, La Scuola siciliana, le canzoni dei rimatovi non siciliani, 2 vol., n° 49 et 53, testo critico, interpretazione e note, pp. 204 et 190, Firenze, Leo S. Olschki.

Notes

1 B. Panvini, Le rime della Scuola siciliana, op. cit., Mazzeo di Rico, p. 163, I, v. 7-12.

2 Ibidem, Rinaldo d'Aquino, Poi li piace c'avanzi suo valore, p. 27, n° III, v. 3.

3 On trouve aussi - le cas n'est pas rare - le basilic.

4 Ibidem, Rinaldo d'Aquino, Per fino amore vao si letamente, p. 31, str. II, v. 21-22.

5 Ibidem, Pier della Vigna, Per tanta caunoscenza, p. 60, str. II, v. 15-16.

6 Ibidem Rinaldo d'Aquino, p. 30 ; Iacopo d'Aquino, p. 75 ; et Folco di Calabria, p. 107.

7 Ibidem, p. 41.

8 Ibidem, p. 120-124.

9 Ibidem, Rinaldo d'Aquino, p. 35, n° V, Amor che m'a 'n comando (Amour qui me tient en tutelle), str. III.

10 Ibidem, Neri de' Visdomini (Oi forte inamozanza), p. III, n° IX str. V, dernier vers.

11 Ibidem, Iacopo Mostacci (A pena pare ch'io saccia cantare), p. 82, n° II, v. 3-4.

12 Ibidem, successivement Rinaldo d'Aquino, p. 43 ; Iacopo Mostacci, p. 97, Neri de' Visdomini, p. 120.

13 Ibidem, Iacopo d'Aquino (Dolce meo drudo eh ! vatene), p. 99, VI, v. 37-38 ; Rinaldo d'Aquino (Amorosa donna fina), p 44, II, v. 19. Pour le senhal : à l'exception de Giacomino Pugliese qui l'emploie à deux reprises. D'abord avec Più-gente, p. 23, I, v. 5 in Uno disio d'amore sovente, puis avec Fresca ciera, p. 38, V. v. 49 in Dal core mi vene.

14 Ibidem, Neri de 'Visdomini (Oi lasso doloroso), I, v. 5-16, p. 124.

15 Ibidem même poète, même poème, p. 125, II, v. 29 et III, v. 35.

16 Bruno Panvini, Rime dei poeti non siciliani, op. cit., Guido delle Colonne, (La mia gran pena e lo gravoso affanno), p. 100, II, v. 17.

17 Idem au regard de la codification éthique exprimée à la fin d'un poème comme leçon philosophique à retenir, ibidem, p. 123, V, v. 77-80 (Vostr' orgogliosa cera) :

car un homme de grande importance
gaspille sa sagesse
parce que sa passion le trahit
en raison d'une excessive superbe.

18 Exemple, chez un compatriote du Notaire, originaire comme ce dernier de Lentini, Arrigo Testa (da Lentini), ibidem in Vostr, or gogliosa cera, I, v. 15 ("l'affaire vostro noiuso").

19 Bruno Panvini, Le rime della Scuola siciliana, successivement Re Giovanni, p. 15 ; Rinaldo d'Aquino, p. 41 ; Pier della Vigna p. 63.

20 Ibidem, Paganino da Serezano, p. 69, v. 7-8 Amando con fin core e co' speranza).

21 Le texte italien est : "e tutto ben volire... ritorni ingrato" ; ainsi que "e ciascun ben volere / ritorni a fin piacere – e bene-nanza".

22 Ibidem, Neri de' Visdomini, successivement pour Oi lasso doloroso p. 125, III, v. 41 ; pour Per cio' che'l cor si dole, p. 127, II, v. 15 ; pour Crudele affanno e pena, p. 131, III, v. 36.

23 Bruno Panvini ; Rime dei poeti non siciliani, op. cit., Tommaso di Sasso, p. 98, V, v. 55, (D'amoroso paese...).

24 Ibidem, Le rime della scuola siciliana, Giacomo da Lentini (S'io doglio no è maraviglia), p. 68, III, v. 21.

25 Ibidem, même poète (La 'namoranza disiusa).

26 Ibidem, Rugieri d'Amici (Sovente amore n'a riauto manti), p. 83-84, I, v. 7-12.

27 Ibidem, Tommaso di Sasso (L(amoroso vedere), p. 91.

28 Bruno Panvini, Rime dei poeti non siciliani, Guido delle Colonne, (Gioiosamente canto et Amor che lungiamente m'ai menato), p. 108, IV, v. 42-44.

29 Ibidem, Stefano Protonotaro di Messina (mort en 1301), p. 125.

30 Ibidem, le même poète (Assai ovetti celare), p. 129, I, v. 1-4.

31 Ibidem, Frédéric II (De Va mia disianza) p. 144, V, v. 37-38 ; Oi lasso non pensai, p. 141, IV, v. 1-3 ; enfin Poi ch'a voi piace amore, congé V. Per meu cori allegravi, v. 1-10.

32 Ibidem Ruggerone di Palermo (Bem me degio alegvave) p. 149, str. 1, v. 1-2.

33 Bruno Panvini, Le rime della Scuola siciliana, Vol. I, Giacomino Pugliese : Tuttor la dolce speranza, p. 182, V, v. 40 ; Donna di voi mi lamento, p. 191, VIII, v. 70 ; Isplendente, p. 195, VIII, v. 63.

34 Cf. Benoist-Méchin, Frédéric de Hohenstaufen ou le rêve excommunié (1194-1250), Paris, libr. Académ. Perrin, 1980, 513 p. Egalement Di Stefano, La cultura alla corte di Federico II Imperatore, cf. chap. IV, p. 222 ("la poésie à la cour de frédéric II) Bologna, Zanichelli, 1950, 327 p.
Aussi, Georgina Masson, Frédéric de Hohenstaufen, trad. de l'anglais par André D. Toledano, Paris, Albin Michel, 1957 (autre éd. 1963.

35 Br. Panvini, Rime dei poeti non sciliani, op. cit. p. 141, 144.

36 Ibidem, Re Enzo (1225-1272) : on connaît de lui deux canzoni, un sonnet et un fragment ; Amor mi fa sovente lo meo core pensare p. 176, fin IV, v. 48

37 Ibidem, Re Giovanni, vol. II ou Giovanni di Brienne, roi de Jérusalem (mort en 1237) ; le descort est Donna audite como in vol. II, p. 17, str. IX, v. 97-99. Voir aussi p. 14, str. II :
Quiconque aime profondément (altamente)
Doit avoir un noble coeur (si de' aver bon core)
de courtois, vaillant et loyal serviteur
envers sa plaisante dame
qu'il ne cesse d'aimer.

38 Br. Panvini, Le rime della Scuola siciliana, p. cit. Ciollo d'Alcamo, p. 175, XXVIII.

39 Ces giullari sont accueillis aussi, comme ailleurs, à la cour de Frédéric II ; mais Allegri fait remarquer qu'au moment où au Nord (Statuts d'Ivrea, 1237) les acteurs sont mis au même rang que les prostituées et où d'autres statuts (à Parme) les exceptent de taxes ce qui ajoute à leur discrédit social, la législation frédéricienne contraignante aussi à leur égard frappe d'impunité toute personne offensant ces giullari médisants. (cf. p. 92, parte II, cap. II "I giullari").
(in Allegri, Teatro e spettacolo nel Medioevo, coll. Biblioteca Universale Laterza, n° 242, Bari, Laterza, 1988, 301 p.

40 Dante Alighieri, De Vulgari Eloquenza, I, 12 ; Pétrarque, Trionfi (cf. "Trionfo dell' Amore", IV, 36).

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter