Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Propos cordiaux : Le coeur dans les poèmes dialogues

Denis Hüe

Texte intégral

1Une question se pose, à laquelle chacun ici essaie de répondre : qu'est-ce que le coeur ? La multiplicité des réponses apportées prouve bien qu'avant d'être un organe, le coeur est un symbole, et un symbole complexe, qui évoque autant la foi que l'amour, la colère que le courage.

2C'est pourtant une autre question que je vais poser ici, étrange et pourtant primordiale : Qui est le coeur ? C'est que le coeur au Moyen Age n'est pas un muscle comme on le sait aujourd'hui, n'est pas qu'un viscère comestible au besoin. Souvent le coeur apparaît comme indépendant, autonome, capable d'actions, de sentiments, de parole ; on pense bien sûr au Livre du Coeur d'Amours Espris de René d'Anjou, où à la suite d'une dissociation étrange, le coeur du prince se sépare de lui et va vivre ses propres aventures. Mais ce qui nous retiendra ici n'est pas tant ce chevalier à mi-chemin entre le roman allégorique et le récit chevaleresque qu'une suite de textes où le coeur apparaît comme un interlocuteur :

  • 1 Dialogue de Villon avec son coeur v 1

Qu'est-ce que j'oy ? – Ce suis je. – Qui ? – Ton cuer ...1

  • 2 Il dialogo de Villon col suo Cuore (Il cosidetto "debat du Coeur et du Corps de Villon) Atti della (...)
  • 3 Cf par exemple 1. Siciliano François Villon et les thèmes poétiques du Moyen Age, Nizet 1971, p 49 (...)

3On reconnaît ici Villon bien sûr, et son fameux dialogue du coeur et du corps, ou dialogue de Villon avec son coeur. De nombreux critiques ont depuis longtemps cherché à déterminer qui parlait avec ce coeur, de Villon ou de son corps2, en éludant rapidement l'identification du premier interlocuteur3. La question qu'on va se poser ici, sans espoir, est de savoir qui est ce coeur. Est-il une simple figure allégorique, un interlocuteur neutre et creux, ou bien véhicule-t-il une série de notions particulières qui font que ce propos du coeur n'est pas celui de la raison ou de l'esprit ? Comment déterminer cette identité s'il y en a une ? Le coeur de Villon est-il original dans la suite de ceux qu'on connaît ? Pour cela, il va être nécessaire de suivre plusieurs pistes. D'abord, essayer de cerner, par le biais des encyclopédies médiévales, ce que l'on entendait alors par le coeur. Ensuite, explorer les textes qui font intervenir, dans un dialogue, ce personnage du coeur. Alors seulement, après s'être forgé une idée de ce que peut être le coeur dans l'esprit médiéval, de la façon dont il apparaît dans des textes, on pourra revenir au Dialogue de Villon, et faire apparaître son originalité.

Le Coeur des Encyclopédistes

4Il est difficile de déterminer ce qu'est le coeur : pour les encyclopédies médiévales, c'est surtout un organe dont on parle dans l'étude de l'anatomie du corps humain. Dès Isidore, il nous est présenté dans son anatomie, avec ses oreillettes et ses ventricules, dans sa proximité avec le poumon : ce n'est pas le coeur anatomique qui nous retiendra ici, mais bien l'image que l'on se fait de lui, et cette image semble si limpide à beaucoup qu'ils ne se donnent pas la peine de l'affiner. La phrase initiale d'Isidore, dans sa recherche étymologique, est malgré tout assez révélatrice :

  • 4 Isidori Hispalensis originus, Basilea, apud P. Pernan, col 268

Cor : a Graeca apellatione derivatum. Quod illi Cardiam di-cunt, sive a cura. In eo omnis solicitudo et scientie causa manet. Quod ideo pulmoni vicinum est, ut cura ira accenditur, pulmonis humore temperetur4

5Ce que Jean Corbechon traduira par :

  • 5 "et" dans le nanuscrit
  • 6 Ms léna, Bibl. Universitaire ; reproduction communiquée grâce à l'anabilité de M. Salvat

Le cueur selon Ysidore est ainsy appelle pour la cure qu'il a. Car ou cueur est5 la sollicité de la science de l'ame et du gouvernement du corps. Le cueur est assis pres du polmon pource que quant il est echauffé par Ire qu'il soit attrempé par la moisteur et froidure du polmon.6

  • 7 On peut renvoyer à ce que dit Henri de Hondeville dans sa Chirurgie : il est "l'organe principal p (...)

6Le coeur a la cure, la garde : on ne sait de quoi. La science antique, avant le circulationnisme, semble avoir beaucoup de mal à en déterminer les fonctions. Cette garde, cette cure sont des expressions suffisamment générales pour n'engager à rien, même si on interprétera le coeur, concurremment à la tête, comme une figure du pouvoir royal7. Si pour Isidore, tout soin, toute origine de la science s'y trouve, la traduction de Jean Corbechon – et derrière elle, implicitement, sa compréhension du coeur – évolue : il est le lieu de la science de l'âme, ce qui restera à analyser plus en détail, aussi bien que du gouvernement du corps ; ce rôle est perçu de façon physiologique, mais aussi morale, et on le voit très positif. Mais la phrase suivante nuance cette première approche : il est aussi le siège des passions, capable de s'enflammer. Il est remarquable que seule la colère apparaisse ici, dont chacun sait qu'elle est un péché capital : le coeur, ce gardien, n'est pas aussi impeccable qu'on le croirait.

7Cette complexité apparaît mieux chez Raban Maur : après avoir rappelé la définition d'Isidore, il ajoute :

  • 8 Raban Maur, De Universo, Lib VI, cap I P.L. CXI, col 169

Cor enim multis speciebus significandis convenienter aptatur. Aliquando pro anima ponitur, aliquando pro intelligentia, ali-quando pro consilio et verbo occulto, aliquando pro intelligent ia (sic).8

  • 9 Op. Cit., col 170. La référence est à Jb 41,15 : "Cor ejus indurabitur quasi lapis, et stringetur (...)

8Mais à ces trois significations scripturaires du coeur, illustrées pas Raban Maur, s'ajoutent encore d'autres interprétations : "on l'utilise pour la diligence et la dévotion", "la mort du coeur signifie ou l'enfer ou la tombe". Il ajoute enfin, avant de parler du diaphragme, que le coeur des ennemis peut être endurci comme la pierre, comme c'est le cas pour celui de Leviathan9 .

  • 10 Mt 15. 19

9Le coeur est donc une sorte de carrefour. Il est pour Raban Maur à la fois l'âme, l'intelligence, la piété, et peut-être une forme de conscience. Le regard que l'on peut porter sur cet organe est spiriuel eu moral exégétique ou anatomique. Mais, même quand il est envisage comme une forme de conscience. il peut être de bon comme de mauvais conseil du coeur en effet viennent les mauvaises pensées, l'adultère, l'homicide, etc10. Cette approche rejoint à peu de choses près celle, plus détaillée, de Bersuire : il n'y a pas d'une part à s'étonner en effet d'une stabilité dans les Interprétations scriptu-raires, et pourquoi, d'autre part, la nature humaine changerait-elle plus que le regard que l'on porte sur elle ;

  • 11 Cor itaque fecit Deus ut esset fons et origo caloris naturalis, et ut ab ec totum corpus per arter (...)
  • 12 Ibid.

10Si Vincent de Beauvais parle du coeur en citant Isidore, et en donnant une description de type physiologique sans nouveauté, il ajoute un nouveau chapitre Adhuc de eodem, où il cite Rhazès et Arlstote. Ce chapitre est intéressant dans la mesure où il nous donne de nouvelles indications, en nous informant du rôle du coeur, et en donnant à celui-ci une fonction. Examinons ces autorités, pour la première fois à ma connaissance utilisées dans une encyclopédie. Pour Rhazès, le coeur a été fait par Dieu pour être la source et l'origine de la chaleur naturelle11. Les muscles et le cerveau n'agissent que dans la mesure où ils reçoivent et se nourrissent de la chaleur envoyée par le coeur. Ce qui différencie les animaux des végétaux, c'est l'aide (juvamentum) qu'ils reçoivent du coeur : c'est aussi la perfection qu'ils receivent du cerveau, de laquelle découlent la volonté et l'intention : l'aide qu'il reçoit du foie est commune aux végétaux. Mais ils ne retirent de lui ni nourriture ni augmentant, augmentation.12

  • 13 Op. Cit., col 2033
  • 14 "Ipsum est principium motivum rerum delectabilium" Ibid

11Pour Aristote, que cite ensuite Vincent de Beauvais, sans souci de chronologie "cor est lucerna corporis"13. A la fois la lampe et le guide. De lui rayonne donc une chaleur qui éclaire et nourrit le corps humain, en même temps qu'elle le dirige. La chose est intéressante en ce que l'on passe ici, insensiblement, d'une interprétation physiologique à une interprétation morale. Chaudière, foyer du corps, en position centrale. il étend de toutes parts sa chaleur : il n'y a donc pas à s'étonner que le coeur humain soit plus grand que celui de la plupart des autres animaux. Il est le point de départ dynamique de toutes les choses agréables14. De plus, le coeur est le siège de deux sens : le goût et le toucher, les autres se trouvant dans la tête.

12C'est donc Aristote qui, le premier parmi les autorités médiévales, attribue au coeur un rôle précis dans les sensations, de façon floue certes : que peuvent être "toutes les choses délectables" ? Tout se passe comme s'il y avait deux registres de discours sur le coeur, impossibles à superposer au cours du Moyen Age : une approche anatomique, simple mais à peu près maîtrisée, et la conviction générale que le coeur est le siège des passions, sans qu'on sache exactement lesquelles et pourquoi.

  • 15 "Il n'y a rien en quoi paraisse lieux combien les sciences que nous avons des anciens sont défectu (...)
  • 16 Op. Cit., 1, 15
  • 17 Op. Cit., 1, 31
  • 18 "et leur cause n'est pas (...) dans le cerveau seul, mais aussi dans le coeur, dans la rate, dans (...)
  • 19 Cf Par ex : On sent une douce chaleur dans la poitrine (I, 97) ; "Le pouls est inégal et plus peti (...)

13En fait, nous savons historiquement que c'est Descartes, bien plus tard, qui parviendra, dans le Traité des Passions de l'Ame, à proposer une typologie précise. Mais, malgré ses dénégations15, Descartes sera l'héritier des anciens. Pour lui, en effet, le foie a un rôle dans la création des esprits animaux, autant que le cerveau16 ; le coeur ne sera plus, certes, le siège des passions. Mais, outre que l'âme se trouve partout dans le corps – donc aussi dans le coeur, et on le croit communément – Descartes la situera plus particulièrement dans "une certaine glande fort petite, située dans le milieu de sa substance (du cerveau)"17, sur l'existence de laquelle on peut s'interroger. Il est méthodologiquement confortable de distinguer le coeur d'une âme siège des passions, ce qui permettra la typologie qui suit : il n'empêche que pour Descartes, il garde implicitement un rôle fondamental18, et contribue à rendre les passions manifestes19

14À la première question : qu'est-ce que le coeur, on voit que les réponses sont incertaines, et qu'en dehors d'une description anatomique, les indications sur sa nature et son rôle sont rares. Il faut donc en revenir, avec la prudence de rigueur, au discours des moralistes. Bersuire sera loquace, inextinguible même comme à son habitude. Il offre une définition complexe et précise du coeur :

  • 20 "Nota quod cor (ut communiter) accipitur in sacra scriptura pro interiori conceptu et cogi-tatu. I (...)

Remarquez que le coeur, habituellement, signifie la pensée intérieure. L'intelligence a son siège dans le coeur, et on comprend, sous le nom du coeur, les actions intellectuelles. On comprend donc sous le nom de coeur l'esprit, la volonté, la pensée et l'affection.20

15Pour lui, le coeur doit être un fort de grande fermeté, un astre d'une grande clarté, un cloître d'une grande sainteté : image parénétique idéale dont la conclusion ouvrira le Reductorium Morale : Le coeur doit être dans le corps comme le Prélat dans l'Eglise.

  • 21 Cf Reductorium Morale Lib. II, cap XXXIII, J. Keerberg, Anvers 1609, p. 49

Cor in corpore potest mihi significare praelatum in ecclesia. Iste enim qui sollicitudinem et curam regendi corporis eccle-siae debet habere, in medio aequitatis et justitiae debet sedere, et nunquam ad unam partem plus quam ad aliam, per per-sonnarum acceptionem, personnaliter se habere...21

16Descartes passe certes rarement pour un auteur médiéval, et on peut s'étonner de le voir clore cette recherche. Il se trouve toutefois au moment de la fracture épistémologique qui fait passer du culte de l'autorité à l'idée de progrès, et il est, par ce fait, l'héritier et l'aboutissement de tout un mode de pensée et d'appréhension du monde commencé dès avant le Moyen Age : on pardonnera donc sa présence ici.

17Pour Bersuire, le coeur est, plus que le siège des sentiments ou des affections, une sorte de régulateur, qui a à les diriger, les équilibrer, même s'il lui arrive de se faire dominer par elles. Cette image est importante, car elle permet, virtuellement, toutes les interventions orales du coeur, ces propos qui nous intéressent. On voit, par ce rôle, que le coeur aura à intervenir dans des situations de débat, de conflit, où s'opposent des arguments – nous dirions aujourd'hui des puisions – contradictoires.

Le Coeur des Poètes

  • 22 Cf P. Meyer Henri d'Andeli et le Chancelier Philippe, Remania, t I, 1872, p 193-204

18C'est à Philippe de Grève, chancelier de l'Université de Paris, mort en 1236 ou 1237 qu'on doit semble-t-il le premier débat où intervienne le coeur. Il s'agit d'un débat latin Quisquis (ou Si quis) cordis et oculis, qui connaît très tôt une adaptation française, conservée dans deux chansonniers, que P. Meyer n'hésite pas à attribuer au chancelier lui même22. C'est celle-ci qui va tout d'abord nous retenir. Nous nous trouvons devant une forme primitive du genre débat : le dialogue se réduit a l'opposition de deux arguments, l'attaque et la défense, développés chacun en trois strophes, entre le coeur et l'oeil, sans qu'il y ait progression. Ce texte est pourtant important ; car nous n'avions pas vu jusqu'ici le coeur dans une fonction évidente : l'amour. Par ailleurs, ce débat est proche, par la nature de son auteur. de la problématique que développait Bersuire : Le coeur reproche à l'oeil de l'avoir induit en péché :

  • 23 Op. Cit., p 203

Par toi comence tout pechié ;
Tu es messagier de la mort ;
Par toi sui de mal entechié.
Tu es celui qui point et mort,
Tu es qui au pechié m'amort
Par toi sui touz jors entechié.
Par ta fenestre s'est fichié
En moi le pechié qui m'a mort.23

  • 24 les yeux sont les fenêtres de l'âme pour Hildegarde de Bingen. Cf à ce propos M.C. Pouchelle, Op. (...)

19Ce péché est probablement celui de l'amour, ou tout au moins de la concupiscence des choses terrestres, qui parviennent à l'âme par les yeux, fenetres de l'âme24 Coeur parle effectivement. sinon comme un prélat, du moins comme quelqu'un soucieux de son salut. Il commande â la maison, et domine les autres membres :

  • 25 Op. Cit., p 202vv 8-12

"Tu es portier de ma maison,"
Fait li cuers, "la nuit et le jor,
"Mais tu me sers com(e) mauvès nom
"Qui est traîtres son seignor"25

20A cela, l'oeil répond, en rappelant qu'il se contente d'informer, et qu'il n'a pas à être tenu coupable de ce qui s'ensuit :

  • 26 Ibid, vv 41-44

"Ton serjant sui preus et legier.
"Quant que je voi te fas savoir.
"Se por ce entre en pechier
"Ne m'en doit nus maugré savoir.26

  • 27 Ibid, vv 15-16
  • 28 R. Deschaux Un poète bourguignon du xve siècle, Michault Taillevent, Edition et étude, P.R.F. Droz (...)
  • 29 Cf E.Droz et A. Piaget, le Jardin de Plaisance... S.A.T.F. 1924, t II, p 97
  • 30 Id, p 98. Cf pour le prouver la liste dressée rapidement par R. Deschaux, Op. Cit.. p 329

21C'est là le deuxième aspect du coeur : par le biais de la personnification, nous le voyons susceptible de pécher. Il n'est plus le foyer idéal de la perfection, mais plus humainement celui de nos passions. L'image du coeur-forteresse que développera Bersuire au xive siècle est ici annoncée : on a vu les mots de portier et de fenêtre plus haut ; le texte mentionne aussi les mots de garnison et de tour27. Le coeur commande. le coeur a ses propres passions. Une série de textes fonctionnera sur ce principe, où sont présents le coeur et l'oeil, ou le coeur et l'amant, ou le coeur et Souci. Il importe de les étudier brièvement, en suivant ici les remarques de R. Deschaux à son édition de Michault Taillevent28. On a mis en doute, à juste titre à mon sens, que ce dernier eût connaissance du Quisquis cordis et oculis de Philippe de Grève29. Il est peut-être moins impossible qu'il connût le texte que je viens de citer. Il est plus probable que c'est par une suite d'intermédiaires qu'il a été amené à reprendre un thème qui était devenu "un lieu commun de la littérature amoureuse du Moyen Age"30. E.Droz et A. Piaget considèrent qu'il n'y a pas de point commun entre un texte moral et religieux et ce songe allégorique et courtois qu'est le Débat du Cueur et de l'Oeil. Ce qui me paraît au contraire caractéristique, c'est la persistance des arguments, même s'ils sont devenus profanes. Ainsi l'Oeil se défend de l'accusation du Coeur en ces termes :

  • 31 Op. Cit., v v254-255, p 203

Car je fuz pour regarder fais,
Et ouy pour aymer ce me semble31

22et Coeur lui répond en renvoyant à l'image du château que l'on a déjà rencontrée :

  • 32 Op. Cit.,, vv 294-295, p 205

Car du riche et noble catel
De Bon Confort me desherites.32

  • 33 Op. Cit., v 318, p 206

23Le débat du coeur et de l'oeil semble être insoluble : chez Philippe de Grève, l'exposition des arguments suffisait à composer le poème. Ici, chez Michault Taille-vent, il y a recours à un juge, et même à plusieurs. Les protagonistes portent leur débat devant "Desir, le mareschal d'Amours"33, puis combattent devant Amour en joute singulière. Le combat, acharné, est interrompu par Pitié, qui obtient le renvoi devant la cour de Vénus. Le débat se renouvelle sur les mêmes bases : Coeur reprend l'image du bâtiment qui le protège :

  • 34 Op. Cit., vv 729-731, 736-739. pp 222-223

Et l'ueil est la porte qu'ouvrir
Ne se doit pour laissier passer
Nul dueil pour ma joie couvrir (...)
Et je sens qu'a rebours a fait
Car il a laissé plours et plaintes
Entrer en moy dont suy deffait...34

24et l'Oeil dégage sa responsabilité :

  • 35 Op. Cit.,, vv 775-776, p 224

Car je ne suis qu'un instrument
Dont ouvrer a son pouvoir puet35

25Mais il est caractéristique que Vénus ne tranche pas, et renvoie les protagonistes sans décider qui a tort, comme virtuellement l'avait fait Philippe de Grève : qu'il s'agisse d'amour ou de péché, qui est le plus coupable, de celui qui succombe ou de celui qui tente ?

26Ce texte est instructif en ce qu'il permet de savoir qui n'est pas Coeur : il n'est pas plus Amour que Désir ou Pitié, il se situe en quelque sorte comme le sujet ou ie serviteur de ces sentiments ; on retrouvera ce trait dans le Livre du Coeur d'Amours Espris. Le coeur apparaîtra comme siège des sentiments dans de nombreux textes courtois, qu'il s'agisse de la ballade en dialogue de Charles d'Orléans, où c'est lui qui manifestement commande :

  • 36 Charles d'Orléans, Ballades, XXXIII, vv 1-4. Ed. Champion, t I, p 52, C.F.M.A., 1982.

l'amant : Se vous dy bonne nouvelle,
Mon coeur, que voulez vous donner ?
Le cueur : Elle pourrait bien estre telle
Que moult chier la vueil acheter.36

27Il sera aussi directif dans un des rondeaux de transition qu'a édités M. Françon :

  • 37 N. Françon, Poémes de Transition, Rondeaux du Ms 402 de Lille, Droz, Harvard U.P., 1938, n° CCLXXI (...)

À coup, mon cueur, que veulx-tu que je face ?
– Va t an – et Ou ? – Au lieu et en la place
Ou ma dame se tient pour residence...37.

28Le coeur siège des sentiments est cependant subordonné à d'autres facultés. L'image du château, du bâtiment est parfois renouvelée de façon inattendue :

  • 38 Ch. d'Orléans, bai XXXIV, v 1, Op. Cit., t I, p 53.

Mon cueur, ouvrez l'uis de Pensee...38

  • 39 O Cueur nud de force et de sens,/ Trop inutile je te sens /Et despourveu de bon courage /Quant si (...)

29Il y a donc une certaine homogénéité dans la représentation du coeur courtois entre le xive et la fin du xve siècle : le coeur est le lieu de l'amour, parfois subordonné à la pensée qui est elle aussi amoureuse, et il règne sur le reste du corps, sans pouvoir cependant lui reprocher d'être devenu amoureux par sa faute. On voit donc une continuité, du coeur moral de Philippe de Grève au coeur courtois de Charles d'Orléans. Ce coeur va retrouver d'ailleurs, dans le Jardin de Plaisance, un statut nouveau qui va le faire revenir, sans heurts, d'une attitude amoureuse à une attitude religieuse. Le chevalier oultré d'amour se prépare à trépasser de douleur après la mort de sa dame. Son corps s'adresse alors aux divers protagonistes : le coeur, la maladie, la mort. Le coeur lui manque, et c'est à lui qu'il s'adresse en premier. Le coeur est affolé par la douleur, et on lui reproche tout d'abord d'être absent, de vouloir s'en aller39. Corps lui rappelle le contrat qui les lie :

  • 40 Ibid

Venus te fist tout esture
Pour avoir de moy la vesture
Et moy pour toy tu le scez bien
Tu es la mienne creature
Et moy la tienne par nature
Contente toy d'avoir ce bien(...)40

  • 41 Tu as sens et entendement/Qui tous les jours evidament/En leur droicte imparfection/Mouvent les me (...)

30Dans ce jeu de dépendance mutuelle établi par Nature se résoud ce qui était la trame des débats du Cueur et de l'Oeil : ils sont faits l'un pour l'autre, et indissociables. Mieux, le corps reconnaît une supériorité du coeur, et reprend dans cette optique l'apologue des membres et de l'estomac, le mettant au centre de la machine humaine41. Le corps appelle à nouveau le coeur, et la façon dont

31Il l'appelle est Intéressante :

  • 42 Op. Cit., f ccxlv

Helas, cueur, amy singulier
Te sens tu point irregulier
De vouloir delaisser ton claustre
Qui t'est seul et particulier (...)42

32On voit ici à nouveau l'image du bâtiment, intéressante à deux titres. D'une part, il ne s'agit plus de la forteresse où le coeur se calfeutrait, craintif de l'extérieur. D'autre part, il s'agit d'un cloître, soumis à une règle : alors que nous sommes dans un discours amoureux, une composante religieuse intervient, qui nous rappelle que le profane et le sacré n'ont jamais été aussi distincts, tout au long du Moyen Age, qu'ils ne le sont aujourd'hui.

33Si le coeur répond, c'est d'abord par une fin de non recevoir :

  • 43 Op. Cit., f ccxlvv

Pense tu que por tes argus
Qui sont fier poignant et agus
Qu'en toy je vueille remanoir ?43

  • 44 Oultre plus, tu n'as sang ne chair /Dont je te doyve tenir chier /Mais as les os joincts a la peau (...)
  • 45 Ibid
  • 46 Cf à ce propos les remarques d'E. Droz et d'A Piaget, Op. Cit., t II, p. 305, note 1

34Le corps est maigre, réduit à la dernière extrémité44, et il est inutile qu'il s'accroche à la vie. L'association du corps et du coeur existe, certes, "mais c'est tant qu'il plaist à Nature"45. On peut souligner que la créature, si elle est faite par nature, reçoit l'esprit de Dieu, et qu'ainsi le coeur se dissocie de l'âme. Il va alors préparer le corps à la mort, en s'appuyant sur la Sainte Ecriture, sur l'Ethique, sur Boccace et sur Albert le Grand46.

35Le coeur est donc Ici distinct de l'âme. Il est pourtant, par la connaissance qu'il semble en avoir, le lieu de la science de l'âme dont parlait Corbechon. S'il se sépare du corps, c'est peut-être à la suite d'un désespoir amoureux, c'est surtout parce que ce dernier en est si affecté qu'il s'apprête à périr.

36Il ne nous est pas encore vraiment possible de savoir Qui est le coeur ; mais il est important de voir qu'il répond à deux emplois essentiels. – Emploi amoureux, certes : et le coeur est bien en cela le siège des passions. Les mots de sentiment et de courage reviennent souvent à son propos. – Emploi religieux et moral surtout : le coeur, distinct de l'âme, rappelle à la raison un corps qui se lamente et qui se perd. Il est forteresse, sensée, mais de cette "intelligence du coeur" qui renvoie davantage à la justesse des sentiments qu'à une argumentation rigoureuse : même s'il cite des autorités dans le dernier texte étudié, c'est plus pour frapper la sensibilité que pour convaincre l'intelligence.

  • 47 Une gravure du Jardin de Plaisance nous montre le Coeur : un vieillard qui semble sage et raisonne (...)

37L'anatomie n'a pas chez les poètes étudiés, une grand place. On ne glose pas sur la position, le rôle et la substance du coeur. Enfin, il n'est, à aucun moment, représenté, ni dans son aspect physique, ni même dans le cadre d'une allégorie – on exclut ici, bien sûr, les enluminures du Livre du Coeur47, atypiques.

Villon et son coeur48

  • 48 Même s'ils ne sont pas utilisés, on a consulté avec profit P. Demarolle Villon, un Testament Ambig (...)

38Reste à s'interroger à présent sur l'inextricable Débat du coeur et du corps de Villon. Je crains de ne pouvoir être à son propos très contructif. Mais il me semble nécessaire de souligner un certain nombre de points, et de reprendre certaines approches : 11 s'est dit sur ce texte beaucoup de choses qui demandent à être nuancées.

  • 49 J'ai consulté le Recueil des Arts de Seconde Rhétorique de E. Langlois, Paris, 1902 ; de P. Fabri, (...)

39La première est que ce texte est atypique : composé de strophes de décasyllabes de type ababbccdcd, il ne s'agit pas d'une ballade. En effet, sur cinq manuscrits ou éditions anciennes, deux nous indiquent une quatrième strophe : les auteurs consultés de m'ont pas éclairé sur l'existence d'un type de ballade ou de poème de cette forme49. La continuité du texte invite à éliminer l'idée d'une strophe interpolée.

40On peut s'interroger dans un deuxième temps sur les deux titres que donnent les manuscrits donnent à cette oeuvre :

  • 50 Ms F (Stockholm 53, f 34 r)
  • 51 Levet, Le grant testament Villon... 1489

La complainte Villon a son cuer50
Le debat du cuer et du corps dudit Villon51

  • 52 Cf R.A.S.R, p 276
  • 53 Cf par exemple le débat du Cueur et de l'oeil de Michault Tail lavent, vu ci-dessus, ou la Belle D (...)
  • 54 Cf 0. Jodogne, La ballade dialoguée dans la littérature française médiévale, in Mélanges R. Guiett (...)

41Deux titres qui, l'un comme l'autre, sont énigmatiques. La complainte existe bien comme forme poétique ; mais il s'agit en général d'une forme de lai, hétérornétrique. L'art et science de rhétorique52 indique bien un dizain, mais il l'attribue faussement à G. Cretin, et il ne semble pas que la forme appelle un refrain. Quant au Débat, il n'existe pas comme forme poétique aux règles précises dans les Arts de Rhétorique étudiés par Langlois, pas plus que chez Fabri. On a en revanche assez de textes portant ce nom pour en déterminer la forme habituelle : ce qui les caractérisera sera surtout la répartition des arguments des personnages dans un balancement régulier, d'une strophe à l'autre53. Or nous avons un texte dialogué, où interviennent, dans un échange serré, les deux protagonistes, qui est tout à fait étranger à la tradition des débats, mais appartient à celle, assez fréquente, des textes en dialogue54.

  • 55 Cf à ce propos l'article de Toshiki Ito Le Débat du cuer et du corps de Villon – en matière de ver (...)

42De plus, le texte est signé d'un acrostiche, ce qui oblige à reconnaître Villon comme auteur de ce poème étrange. On connaît assez les difficultés de lecture de certains manuscrits de la fin du xve siècle pour ne pas s'étonner de modifications qui semblent ne s'appuyer sur aucun manuscrit précis55, ou du moins privilégier des lectures nouvelles. C'est donc, pour la forme, un texte sans précédent, difficile à établir, et qui semble pourtant jouer sur des techniques éprouvées et légèrement transformées.

  • 56 Le Débat de l'âme et du corps Romania, t II, 1891, pp 1-55, 513-578
  • 57 On nous parle en effet d'un débat où interviennent les parties du corps : oreilles, yeux, narines, (...)
  • 58 Si Siciliano voit ici un débat du "non folastre" et du "povre Villon" Cf note 2, Benedetto voit da (...)

43Il en est de même pour le fond. Les critiques s'accordent à considérer que ce texte est l'héritier d'une longue famille de débats de l'âme et du corps, en s'appuyant sur le magistral article de Th. Batiouchkof56, qui recense une grande quantité de textes et analyse la progression et la difficulté du thème : au moment de la mort, l'âme invective le corps en lui reprochant de l'avoir, par sa faiblesse devant les tentations, conduit à la damnation ; le corps répond en montrant qu'il n'est pas responsable d'une damnation que l'âme n'a rien fait pour éviter. On voit que le schéma de ces débats n'a que peu de rapport avec la trame du texte de Villon. De plus, il est caractéristique qu'à aucun moment, dans les très nombreux textes cités par Batiouchkof, le coeur n'apparaisse comme remplaçant l'âme ou même la situant57 : il semble abusif d'assigner ces textes comme sources possibles du débat. Force est d'en déduire que là encore, la tradition n'est pas si simple. On reconnaît ici la difficulté propre à Villon de dérouter le médiéviste en innovant, en ironisant, en déplaçant constamment le champ des références. Ajoutons à cela un bon siècle de critiques souvent plus sensibles que rigoureux, qui se laissent prendre à l'image du povre Villon, et l'étudient comme on étudiait naguère les poètes romantiques58.

44Mon propos est ici de tenter d'approcher le texte de Villon à la lumière des maigres acquis. De chercher maintenant à savoir non plus Qui est le coeur en général, mais qui est ce coeur que fait ici parler Villon.

  • 59 On s'est aidé pour cette partie du travail du Lexique de la langue de Villon, de A. Burger, Droz, (...)
  • 60 T, 208
  • 61 "de bon cueur", T, v 33, 674, 1184, "par cueur", T 35, 988
  • 62 T 968
  • 63 T 185
  • 64 Cor est durump quod nес compunctione scinditur, nес pietate sollitur, nес movetur precibus, nес mi (...)

45Reprenons les occurrences du mot coeur dans l'oeuvre de Villon59. On délaissera les locutions du type " à peu que le cueur ne me fent"60 et équivalentes61, où il est probable que le mot n'a pas son sens plein. On trouve des expressions comme "franc cueur62 ou "triste cueur63 qui renvoient au "courage" classique, c'est-à-dire à l'attitude morale et sociale de l'individu : le coeur est bien siège des passions et foyer dynamique de l'individu. Par ailleurs, Villon est clerc, et il n'est pas étonnant de voir apparaître une locution présente dans la Bible qui était analysée dès Raban Maur, celle des "cueurs endurcis" de la Ballade des Pendus. Il s'agit évidemment d'un topos très courant, presque d'une locution ; mais elle renvoie à une autre approche, qui est à la fois biblique et morale. Chez Vincent de Beauvais on glosait déjà sur le coeur dur64, en termes à la fois religieux et moraux.

46Ainsi, dans une approche "générale", le mot recouvre les mêmes notions qu'ailleurs, celles qui apparaissaient chez les encyclopédistes.

  • 65 Lai, v 16

47Un deuxième sens qui apparaît est celui du coeur courtois ; on le trouve certes en divers endroits " la tresamoureuse prison/ qui souloit mon cueur debrisier"65, ou dans le rondeau Mort, j'appelle de ta rigueur. Ce beau poème utilise une thématique presque pétrarquiste, jouant sur le coeur siège de l'amour partagé et sur la séparation d'avec l'être aimé, qui ne peut aboutir qu'à la mort : thématique courtoise, mais qui débouche sur un regard beaucoup plus sérieux.

  • 66 Ballade à s'amie, v 5
  • 67 "son propre coeur, quand Villon en parle, s'exprime toujours en tels aspects que tristesse, remord (...)

48C'est que le coeur semble associé non seulement à l'amour, mais à la mort : ne dit-il pas "Charme felon, la mort d'un pauvre cueur"66 Il sera à diverses reprises le lien de l'amour et de la mort, et c'est lui qui, après avoir senti la force de l'amour, trépasse en premier. Il ne s'agit pas ici d'une composante originale : le coeur de Villon semble bien pouvoir être comparé à tous les coeurs courtois que l'on a pu envisager jusqu'ici. Mais il prend, par le sérieux même avec lequel il est envisagé, par sa persistance aussi une coloration inhabituelle : le coeur souffre d'amour, régulièrement, en est brisé67.

49Chez Villon, le coeur parle, à deux reprises, dans le Débat qui nous concerne, et dans le Testament :

  • 68 Testament, XXXVI

De pauvreté me guermentant,
Souventesfois me dit le cuer :
"Homme, ne te doulouse tant
Et ne demene tel douleur,
Se tu n'as tant que Jacques Cuer :
Mieux vaut vivre sous gros bureau
Pauvre, qu'avoir esté seigneur
Et pourrir sous riche tombeau !"68

  • 69 "Laissons le moutiers où il est..." T, XXXIV

50Son discours est simple : le coeur semble répondre à l'homme, et lui rappeler que la mort est la fin de toute chose, qu'il vaut mieux vivre pauvre qu'être mort riche, dans la mesure où cette richesse ne peut assurer le salut. Discours cynique, certes, où n'intervient pas immédiatement une dimension religieuse69. Discours parénétique cependant, dans la mesure où il incite à une certaine sagesse sociale, et invite à faire contre mauvaise fortune bon coeur.

51C'est le paradoxe du Débat du coeur et du corps de mettre en scène un coeur qui est en apparence plus moral que religieux, où se retrouve un écho de Jean de Meung. Plusieurs thématiques s'entrecroisent, qu'il va falloir dégager. En effet, la problématique se pose en terme d'âge, d'enfance ; le mot revient à deux reprises :

  • 70 v 9
  • 71 v13
    Ce lien de l'enfance et du coeur se trouve dans le Testament :
    Et comme le noble Rommant /De la (...)

Quand sera-ce ? — Quand serai hors d'enfance.70 et le coeur réplique plus loin :
Tu as trente ans ; c'est l'âge d'un mulet
Est-ce enfance ?71

  • 72 Cf la "Folle plaisance" (v 6), "c'est donc foleur/ Qui te saisit", "c'est foleur..." !v 33)et "lai (...)
  • 73 Cf Par exemple les Ballades des ages de l'homme de Meschinot : "jeunesse mère de Folie..."

52À cette enfance répond le motif de la folie, évoqué à quatre reprises72 – et on sait depuis longtemps que la folie est associée à la jeunesse73. Ce poème peut-il se réduire à un débat de l'adulte, un coeur sage et raisonnable contre le fol enfant ? Je ne pense pas que l'on puisse poursuivre longtemps cette argumentation.

  • 74 Cf La note i ce propos de L. Thuasne à son édition de Villon, p 691, Paris 1923
    J. Dufournet, dans (...)

53Dans ce débat entre coeur et corps, deux autorités s'opposent : Salomon qui dit en son "rolet"– et on sait que ce Salomon est une réponse à Saturne, autre nom de Marcoul dans les Dialogues de Marcoul et de Salomon74 – et le savoir universitaire, scolastique qui sait ce qu'est différence : "mouche en lait". Un savoir non plus d'enfance, mais de jeunesse, qui s'oppose au bon sens que véhicule souvent Salomon.

54C'est donc un étrange jeu d'opposition qui se noue ici : un savoir "pratique", simple et moral, celui de l'homme de bien, mûr – qu'il ait pour référence le livre de la Sagesse ou un recueil de proverbes – s'oppose à une science plus stérile, plus gratuite : "mouche en lait", c'est le premier des menus propos que "connaît" Villon, qui l'amène à avouer "Je connois tout, fors que moi-même". Dans ce jeu d'opposition entre la sagesse de l'homme mûr et le savoir du clerc, qui sort gagnant ?

55On se rappelle que Salomon n'a jamais le dernier mot dans ses dialogues avec Marcoul : l'opposer à Saturne ou à un savoir universitaire ne le met pas nettemment en situation de force. Le coeur tient un discours parasité par la faiblesse de sa référence, discutable à divers titres, alors qu'il y a un côté imparable dans l'autorité du corps, une logique abstraite et indiscutable.

  • 75 v3

56Par ailleurs, nous savons le coeur n'a plus force, "substance ne liqueur"75, qu'il est déchu en quelque sorte du râle de foyer que lui attribue le savoir du temps. Son interlocuteur est, quant à lui, "tapi en reculet". Il ne s'agit pas de voir ici un cul de basse fosse précis comme le font certains : je conserverai pour ma part, simplement, l'image d'un corps lui-même en position d'infériorité, qui en a "le mal et douleur", alors que le coeur se contente du deuil.

  • 76 Je connois approcher la seuf ; /Je crache blanc comme coton /Jacopins gros comme un éteufl...) /De (...)
  • 77 Par example, le Dit des Trois aorts et des trois vifs, ou le Débat de Nature et de Jeunesse (recue (...)

57En fait, le corps, malgré son désir d'éternelle enfance, semble être près de la mort : s'il a trente ans, l'âge d'un mulet, c'est celui d'un mulet bien vieillissant, et on peut supposer que si la foleur le saisit "par où ? Par le collet ?", elle peut bien être une cravate de chanvre. Face à cela, les discours d'un coeur-Salomon-Ptolémée qui affirme que l'homme infléchit son destin semblent bien hors de propos, même s'ils sont au départ sensés. La question de l'envoi "Veux tu vivre ?" serait alors d'une cruelle actualité, et les conseils qui suivent largement dépassés. Outre les vers fameux du Testament76, on peut rappeler de nombreux textes où la jeunesse est rappelée brutalement à l'imminence de la mort77. Que Villon soit face à la mort, d'une façon ou d'une autre, et le discours du coeur n'est plus de saison. On comprend mieux alors le caractère déroutant de ce texte : il se présente comme une dérision de tout le discours moral habituel, adressé à qui ne peut plus faire son salut. On retrouve dans le sens du Débat ce côté atypique qui caractérisait sa forme : discours moral, certes, mais surtout, discours invalide.

58Le coeur chez Villon prend ainsi, dans l'héritage médiéval, une couleur particulière : fidèle à l'image courtoise en ce qu'il est associé à l'amour, il reste le lieu d'un discours de la sagesse, d'un discours moral. Comme dans la plupart des débats où apparaît le coeur, la situation est sans issue ; non pas cette fois-ci à cause d'une aporie, mais à cause d'un retard tel qu'on ne peut plus que "s'en passer". Ce discours moral, enfin, a la particularité d'être exempt absolument de connotations religieuses, pourtant systématiques dans tous les autres discours moraux du coeur. On voit comment, autant dans le discours tenu que dans la forme, Villon subvertit, déforme et bouscule des éléments traditionnels. Cette bonne conscience, cette intelligence du coeur dont on parlait plus haut sont repris certes, mais férocement tournés en dérision.

  • 78 Cf v 26
  • 79 Cf II. Ascione, J.-P. Chambon Les Zolismes de Rimbaud, Europe, 1973, n° 529-530

59En conclusion, je voudrais suggérer, sans aucune certitude, une autre approche de cette notion de coeur, une lecture supplémentaire, à un autre niveau, comparable à celles que P. Guiraud a faites pour le Jargon. Je n'ai pas rencontré dans les encyclopédistes l'expression de "liqueur" pour parler du sang. Par ailleurs, le mulet auquel le poète fait allusion de façon surprenante est plus connu, comme le cheval, pour ses attributs, importants mais stériles, que pour sa longévité. Enfin, le collet et la strangulation qu'elle implique ont des conséquences connues. Tout un décryptage des ballades en Jargon a tendance à nous présenter Villon comme un homosexuel. Une telle lecture expliquerait peut-être l'opposition entre honneur et meschance78, l'accusation de "folle plaisance" et, qui sait, l'allusion à Saturne de la quatrième strophe. Dès lors, il n'est pas impossible de considé.rer ce coeur, sans substance ni liqueur, comme une métaphore des organes génitaux épuisés. Certes, il n'y a pas d'antécédents à ma connaissance d'une telle association ; mais il en existe des exemples. Les critiques ont depuis longtemps montré que l'oeuvre de jeunesse de Rimbaud Un coeur sous une soutane, ne devenait compréhensible qu'avec une telle interprétation79. Cette approche n'est pas, si on y songe, antinomique de celle qui précède. La mort, la maladie et la jeunesse s'y retrouvent, comme cette insistance sur la folie, en un temps où l'homosexualité, loin des modèles antiques, avait sans doute essentiellement l'attrait de la transgression. Dès lors, le côté inclassable de ce texte, dans sa forme comme dans sa signification, deviendrait un signal supplémentaire.

60On ne s'étonnera pas qu'avec un tel auteur un travail se termine sur une interrogation : malgré cette approche, et après avoir montré que le coeur est plus un carrefour, duquel jaillissent toutes sortes de pensées bonnes et mauvaises, qu'une notion précise, pouvions-nous déterminer clairement Qui est le coeur de Villon ?

Notes

1 Dialogue de Villon avec son coeur v 1

2 Il dialogo de Villon col suo Cuore (Il cosidetto "debat du Coeur et du Corps de Villon) Atti della Accad. Delle Scienze de Torino, 1952-53.

3 Cf par exemple 1. Siciliano François Villon et les thèmes poétiques du Moyen Age, Nizet 1971, p 493 : "Débat de la raison et de la partie anisale (...) Il faut que je complète : débat du "bon fol astre" et du povre Villon"...

4 Isidori Hispalensis originus, Basilea, apud P. Pernan, col 268

5 "et" dans le nanuscrit

6 Ms léna, Bibl. Universitaire ; reproduction communiquée grâce à l'anabilité de M. Salvat

7 On peut renvoyer à ce que dit Henri de Hondeville dans sa Chirurgie : il est "l'organe principal par excellence, 'qui§ donne à tous les autres membres du corps entier le sang vital, la chaleur et l'esprit. "Ils se trouve "...S au « milieu de la poitrine comme le veut son rôle comme le roi au lilieu de son royaume" (Ed. Nicaise, Paris 1893, p 60). Cf M.C Pouchelle Corps et Chirurgie à l'apogée du Moyen Age, Flammarion, Nouvelle Bibliothèque Scientifique, 1983, pp. 198-202

8 Raban Maur, De Universo, Lib VI, cap I P.L. CXI, col 169

9 Op. Cit., col 170. La référence est à Jb 41,15 : "Cor ejus indurabitur quasi lapis, et stringetur quasi malleatoris incus"

10 Mt 15. 19

11 Cor itaque fecit Deus ut esset fons et origo caloris naturalis, et ut ab ec totum corpus per arterias quae ab ipsa procedunt ad conia membra calefieret" Vincent de Beauvais, Specultm Naturale, L. XXVIII, cap. LX. Douai 1624, col 2032

12 Ibid.

13 Op. Cit., col 2033

14 "Ipsum est principium motivum rerum delectabilium" Ibid

15 "Il n'y a rien en quoi paraisse lieux combien les sciences que nous avons des anciens sont défectueuses qu'en ce qu'ils ont écrit des passions" R. Descartes les passions de l'âme, I. 1. Ed. Bridoux, Pléiade, p 695

16 Op. Cit., 1, 15

17 Op. Cit., 1, 31

18 "et leur cause n'est pas (...) dans le cerveau seul, mais aussi dans le coeur, dans la rate, dans le foie, et dans toutes les autres parties du corps en tant qu'elles servent a la production du sang et ensuite des esprits..." Op. Cit., I, 96

19 Cf Par ex : On sent une douce chaleur dans la poitrine (I, 97) ; "Le pouls est inégal et plus petit. (...) je ne sais quelle chaleur âpre et piquante dans la poitrine" (I, 98)
Descartes passe certes rarement pour un auteur médiéval, et on peut s'étonner de le voir clore cette recherche. Il se trouve toutefois au moment de la fracture épistémologique qui fait passer du culte de l'autorité à l'idée de progrès, et il est, par ce fait, l'héritier et l'abou-tisseient de tout un mode de pensée et d'appréhension du monde comencé dès avant le Moyen Age: on pardonnera donc sa présence ici.

20 "Nota quod cor (ut communiter) accipitur in sacra scriptura pro interiori conceptu et cogi-tatu. Intellectus enin videtur habere sede » sua » in corde, et ideo actus intellectuales nomine cordis intelliguntur. Nomine ergo cordis mens, voluntas, cogitatio et affectio intelliguntur". Bersuire, Repertoria Morale, ed J. Kerberg, Anvers 1609, p 389

21 Cf Reductorium Morale Lib. II, cap XXXIII, J. Keerberg, Anvers 1609, p. 49

22 Cf P. Meyer Henri d'Andeli et le Chancelier Philippe, Remania, t I, 1872, p 193-204

23 Op. Cit., p 203

24 les yeux sont les fenêtres de l'âme pour Hildegarde de Bingen. Cf à ce propos M.C. Pouchelle, Op. Cit., pp 247-260, et spécialement, p 251

25 Op. Cit., p 202vv 8-12

26 Ibid, vv 41-44

27 Ibid, vv 15-16

28 R. Deschaux Un poète bourguignon du xve siècle, Michault Taillevent, Edition et étude, P.R.F. Droz 1975, pp 326-332

29 Cf E.Droz et A. Piaget, le Jardin de Plaisance... S.A.T.F. 1924, t II, p 97

30 Id, p 98. Cf pour le prouver la liste dressée rapidement par R. Deschaux, Op. Cit.. p 329

31 Op. Cit., v v254-255, p 203

32 Op. Cit.,, vv 294-295, p 205

33 Op. Cit., v 318, p 206

34 Op. Cit., vv 729-731, 736-739. pp 222-223

35 Op. Cit.,, vv 775-776, p 224

36 Charles d'Orléans, Ballades, XXXIII, vv 1-4. Ed. Champion, t I, p 52, C.F.M.A., 1982.

37 N. Françon, Poémes de Transition, Rondeaux du Ms 402 de Lille, Droz, Harvard U.P., 1938, n° CCLXXIV, p 367, vv 1-3

38 Ch. d'Orléans, bai XXXIV, v 1, Op. Cit., t I, p 53.

39 O Cueur nud de force et de sens,/ Trop inutile je te sens /Et despourveu de bon courage /Quant si lachement te consens /D'estre au nombre des cueurs absens /Dont les ames ont paine et rage. (...)
Cf Le Jardin de Plaisance, S.A.T.F. 1890, t I, ff ccxliv v,

40 Ibid

41 Tu as sens et entendement/Qui tous les jours evidament/En leur droicte imparfection/Mouvent les membres rondement/Qui apres eulx secondement/Te baillent ta refection. (...) Op. Cit., ff ccxliv v

42 Op. Cit., f ccxlv

43 Op. Cit., f ccxlvv

44 Oultre plus, tu n'as sang ne chair /Dont je te doyve tenir chier /Mais as les os joincts a la peau...
Op. Cit., f ccxlvi

45 Ibid

46 Cf à ce propos les remarques d'E. Droz et d'A Piaget, Op. Cit., t II, p. 305, note 1

47 Une gravure du Jardin de Plaisance nous montre le Coeur : un vieillard qui semble sage et raisonneur, loin de l'image que nous offre le Maître du Coeur. Je ne pense pas qu'il faille faire fond sur cette image : on sait que Vérard avait des bois mobiles, qu'il montait selon ses besoins et nommait, dans les phylactères évidés, du nom des protagonistes des textes qu'il éditait. Rien que dans le Jardin de Plaisance, on voit le même personnage sous le nom de Dangier f f.iii v, sous celui de l'Acteur f cuit v, et de Parlement, f cxxxix v.

48 Même s'ils ne sont pas utilisés, on a consulté avec profit P. Demarolle Villon, un Testament Ambigu, Larousse, 1973, J. Dufournet Villon et sa Fortune Littéraire Ducros 1970, Nouvelles recherches sur Villon, Champion 1980, J.Ch Payen "Le coup de l'étrier : Villon martyr et go-liard..." Villon testateur, Etudes Françaises, t 18/1, (Montréal 1980) et l'ensemble du volume.

49 J'ai consulté le Recueil des Arts de Seconde Rhétorique de E. Langlois, Paris, 1902 ; de P. Fabri, Rouen 1521, Le grand et Vray art de Pleine Rhetorique de H. Chatelain, Paris 1907 les Recherches sur le vers Français ; de G. Lote Histoire du vers Français, Paris 1951-1955. aucun ne mentionne cette forme, si ce n'est Chatelain, qui mentionne des ballades de deux et de quatre strophes (p 179), mais il s'agit de la ballade à rondeaux entés, présente seulement chez Froissart (p 181)

50 Ms F (Stockholm 53, f 34 r)

51 Levet, Le grant testament Villon... 1489

52 Cf R.A.S.R, p 276

53 Cf par exemple le débat du Cueur et de l'oeil de Michault Tail lavent, vu ci-dessus, ou la Belle Dame sans Mercy d'A. Chartler, mais les débats sont trop nombreux pour qu'on puisse les énumérer.

54 Cf 0. Jodogne, La ballade dialoguée dans la littérature française médiévale, in Mélanges R. Guiette, Anvers, 1961, pp 71 -65. Notons que pour O. Jodogne, le texte de Villon est une ballade – il est vrai qu'il l'oppose ici au débat (p. 81)

55 Cf à ce propos l'article de Toshiki Ito Le Débat du cuer et du corps de Villon – en matière de vers 46, Etudes de langue et de littérature Française N° 14, Tokyo, 1969, pp. 63-64

56 Le Débat de l'âme et du corps Romania, t II, 1891, pp 1-55, 513-578

57 On nous parle en effet d'un débat où interviennent les parties du corps : oreilles, yeux, narines, les mains et les, pieds, qui s'opposent au corps à leur tour. (Op. Cit., p. 539) mais le coeur n'intervient pas.

58 Si Siciliano voit ici un débat du "non folastre" et du "povre Villon" Cf note 2, Benedetto voit dans "le cœur (...) "un crepusculo" ou "i lampi di lucidità" éphémères, doublé de l'image de Guillaume, son beau père, qui admoneste "Cf Toshi Ikiti, Op. Cit., p 69

59 On s'est aidé pour cette partie du travail du Lexique de la langue de Villon, de A. Burger, Droz, 1957

60 T, 208

61 "de bon cueur", T, v 33, 674, 1184, "par cueur", T 35, 988

62 T 968

63 T 185

64 Cor est durump quod nес compunctione scinditur, nес pietate sollitur, nес movetur precibus, nес minis cedit etc Cf la Tabula super Speculum Historiale fratris Vincentii de J de hautfuneu, in Spicae 2, Ed du C.N.R.S. 1980, p 29

65 Lai, v 16

66 Ballade à s'amie, v 5

67 "son propre coeur, quand Villon en parle, s'exprime toujours en tels aspects que tristesse, remords, misère" Cf Toshiko Ito, Op. Cit., p 73

68 Testament, XXXVI

69 "Laissons le moutiers où il est..." T, XXXIV

70 v 9

71 v13
Ce lien de l'enfance et du coeur se trouve dans le Testament :
Et comme le noble Rommant /De la Rose dit et confesse /En son premier commencement /Qu'on doit Jeune cueur en Jeunesse /Quant on le volt vieil en vieillesse /Excuser...T, IV

72 Cf la "Folle plaisance" (v 6), "c'est donc foleur/ Qui te saisit", "c'est foleur..." !v 33)et "laisser les fous" (v 44)

73 Cf Par exemple les Ballades des ages de l'homme de Meschinot : "jeunesse mère de Folie..."

74 Cf La note i ce propos de L. Thuasne à son édition de Villon, p 691, Paris 1923
J. Dufournet, dans son édition de Villon (N.R.F. Poésie) renvoie à Sg 7, 17-19, Salomon y dit en effet que Dieu lui a donné "la science vraie de ce qui est".. Mais la puissance de l'homme sur l'influence des planètes n'apparaît pas explicitement

75 v3

76 Je connois approcher la seuf ; /Je crache blanc comme coton /Jacopins gros comme un éteufl...) /De vieil porte vois et le ton /Et ne suis qu'un jeune coquard Testaient, LXXII, vv 729-736

77 Par example, le Dit des Trois aorts et des trois vifs, ou le Débat de Nature et de Jeunesse (recueil Montalgon, III, 1656, pp 87-96.

78 Cf v 26

79 Cf II. Ascione, J.-P. Chambon Les Zolismes de Rimbaud, Europe, 1973, n° 529-530

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter