Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Le coeur et son paysage

Jean Arrouye

Texte intégral

  • 1 Marie-Thérèse Gousset, Daniel Porion, Franz Unterkircher – Le coeur d'amour épris – Philippe Lebau (...)
  • 2 Daniel Porion – L'allégorie dans le Livre du Cuer d'Amours EsprisTravaux de linguistique et de (...)
  • 3 René d'Anjou – Le livre du cuer d'amours espris – Texte présenté et édité par Susan Wharton – U.G. (...)
  • 4 ) Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.
  • 5 René d'Anjou – Le livre du cuer d'amours espris – op. cit.
  • 6 Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.
  • 7 Ce "réel" n'est évidemment que celui qui est instauré par le texte ou l'image.

1Présentant en 1981 Le coeur d'amour épris de René d'Anjou dans un ouvrage qui reproduit les enluminures du manuscrit de Vienne Daniel Porion écrit : "René a su tirer toutes les conséquences de la nouvelle esthétique qui, après Guillaume de Machaut, fonde l'effet poétique non plus sur la musique mais sur l'image. La fiction du songe se ranime ainsi d'un style qui donne à voir, préparant le travail du peintre enlumineur, puisque toute l'initiative de ce dernier reviendra à "réaliser" l'image virtuelle suggérée par le texte"1. Dans un article de 1971, le critique avait été encore plus explicite sur la nature des relations de l'écrivain et de son illustrateur, déclarant : "René d'Anjou multiplie les occasions de faire des tableaux, de nous faire imaginer des spectacles /.../ L'écriture allégorique rivalise ainsi avec la peinture en suscitant chez le lecteur des images visuelles aussi riches et détaillées que possible /.../ Ses manuscrits, notamment ceux du Livre du Cuer, ont été illustrés par les plus belles miniatures. Elles répondent d'ailleurs à une intention délibérée de l'auteur, qui comptait sur ces peintures pour aider à se représenter les scènes décrites"2. De fait les enluminures de Barthélémy d'Eyck remplissent bien ce rôle, donnant à voir les eaux grises du Fleuve des Larmes dans lequel Coeur sera bientôt culbuté par Souci (folio 18 v° et f° 21 v°), ou le "grant chastel" dressé sur le Tertre Devëe de Liesse3 où Coeur vaincra le châtelain Courroux (f° 25 v° et f° 26). Mais cette complémentarité n'est pas redondance. D'une part un certain nombre de traits mentionnés dans le texte sont modifiés ou omis : ainsi, comme le note Daniel Porion, "la triste vallée de Tresparfont Penser, soudain, s'est muée dans la vision poétique de l'/enlumineur/ en un doux paysage de collines"4 et le château, aussi "fendu" que soit son mur d'enceinte et sombres les pierres de son donjon (sinon "de couleur tanée", du moins mauve) n'est cependant pas sur les illustrations fait de "meschans et petites pierres noires et rousses" ni "crevé en plusieurs endroits", comme l'indique le texte5. D'autre part aussi grande que soit "l'accumulation de détails concrets /par quoi/ la narration même (celle du voyage maritime, par exemple) prend l'aspect d'un tableau"6 l'image correspondante comporte une multitude de détails inévitables que le texte ne mentionne pas comme, par exemple, la hauteur et l'espacement des vagues, la couleur de la mer, gris-vert ou bleu-gris, le frégatage de la coque de l'embarcation, les tolets sur le liston, les garcettes de ferlage de la voile, etc. Le texte, nommant et notant fragmentairement, et contraint à l'économie par raison de linéarité, ne peut rendre compte du réel que partiellement, tandis que l'image, établie sur la trame de l'espace, le figure dans sa plénitude et sa continuité7.

  • 8 Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.

2Cette différence d'organisation sémiotique des deux media conjoints dans le manuscrit enluminé a des conséquences sémantiques dès que les détails figurés ne sont plus, comme dans l'exemple précédent, de nécessité – le bateau n'allant pas sans coque, ni la coque sans bordés ou la mer agitée sans vagues réitérées - mais choisis à dessein – telle espèce d'arbre plutôt que telle autre ou telle orientation privilégiée de la lumière –. C'est en effet dans le paysage et son éclairage que les différences entre description racontée et figurée sont le plus souvent signifiantes, parce que, ainsi que le relève Daniel Porion, dans le récit allégorique du Cuer d'amours espris "la topographie est un système de signes" et que "les descriptions font allusion à toutes sortes d'éclairages à toutes les heures du jour : la chûte du ciel "estoilé d'estoilles" (22, 50) ; l'aube, à l'heure où "le souleil" commence à "rayer" (28, 36) ; le crépuscule inquiétant au château de Tristesse "... car le soleil se mussait déjà et la nuit commençait à venir" (51, 15-16)", qui constituent une véritable "esthétique et mystique de la lumière"8. La sénéfiance ultime des aventures de Coeur résulte donc de l'interjeu du texte et des enluminures, et celles-ci contribuent de façon originale et spécifique à son établissement.

Embarquement (f. 51 v°)

3Avant d'examiner précisément certaines de ces contributions, il est utile de noter quelques caractères particuliers des enluminures de Barthélémy d'Eyck.

4D'abord le contraste extrême, dans la première enluminure (f° 2), entre l'action irréaliste du coeur ôté par Amour, blond jouvenceau aux ailes d'azur, à René d'Anjou mi-endormi, mi-conscient, dépendante du texte

  • 9 René d'Anjou – Le livre du cuer d'amour épris – op. cit.
  • 10 Christian de Mérindol – Le roi René et la seconde maison d'Anjou - Emblématique. Art. Histoire – L (...)
  • 11 Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.

5"Amour hors du corps mon cuer mist"9 et le décor si vraisemblable de la chambre royale avec son lit aux courtines cramoisies, ses tapis orientaux aux dessins exactement reproduits et son décor mural de bâtons écotés, symbole de son veuvage d'Isabelle de Lorraine, morte en 1453, dont on sait par l'inventaire du château d'Angers qu'il décorait dans la réalité, sous forme de peintures murales, la chapelle du manoir de Menitré, et sous forme de tentures les demeures du roi10. Ce contraste est tout à fait représentatif de la relation, oblique mais indubitable, entre les aventures imaginaires de Coeur et la reconsidération de sa vie qu'effectue littérairement René, de sorte que comme le formule si heureusement Daniel Porion, "les souvenirs donnent leur couleur au dessin intellectualisé de l'allégorie"11.

  • 12 id.

6Ensuite la contradiction constante entre la taille des personnages et l'échelle des paysages où ils se déplacent. Dans un décor généralement réaliste (à l'exception des arbres du premier plan réduits à l'extrême pour cause de visibilité du plan médian où sont les personnages, selon la tradition de l'enluminure médiévale) où la représentation de certains objets est d'une minutie et d'une vérité extrêmes, par exemple la fiente d'oiseau sur le mur de la maisonnette du f° 46 v°, sous une ouverture où doivent nicher des oiseaux, ou la représentation des chevaux au f° 47 v° ("Le modèle du cheval de Désir, placé au premier plan, est particulièrement remarquable. Sous le pelage roux, on devine la musculature de la bête dont les nerfs sont encore tendus par l'effort d'une longue course"12. Celui de Largesse urine avec un abandon parfait) ou encore l'exactitude technique du gréement de la barque au f° 51 v° et le naturel du maquereau péché par Amictié au f° 55. Mais, au demeurant, cette rupture d'échelle entre personnages et décor est un procédé ordinaire de la peinture quand il s'agit d'attirer l'attention sur l'exemplarité des actes et l'allégorisme des postures des personnages, constamment mis en pratique en particulier dans les Annonciations.

Embarquement détail

7Enfin, à l'intérieur d'une même image l'hétérogénéité du traitement d'objets apparemment de même nature et de fonction identique. Ainsi dans le paysage du Pas Périlleux du f° 21 v° voisinent un saule cendré têtard dont le tronc noueux et le feuillage dense semblent avoir été peints par un spécialiste de la ripisylve et un arbre fantaisiste au tronc blanchâtre et à la frondaison bleutée qu'on ne peut ramener à aucune espèce dénommable.

  • 13 René d'Anjou – Le livre du cuer d'amour espris – op. cit.
  • 14 Daniel Porion – La coeur d'amour épris – commentaire du f° 55.

8Le réalisme est donc partiel et parfois partial, c'est-à-dire orienté symboliquement, sans que l'on puisse généraliser cette observation, car on ne voit guère quelle signification attribuer au saule têtard, à moins que sa reviviscence figurée ne fasse contrepoint à la restauration de Coeur que Dame Espérance sort de la rivière où il avait chû, sur le principe de ces jeux de mots et d'images qui font qu'Amours est "embuschié soubz la tour /i.e – l'atour/ de la très belle et gente"13 ou que le maquereau péché par Amictié est nommé Validire (va lui dire)14. Par contre, de tous les pins parasols qui donnent – avec les édifices de style roman provencal (f° 9, f° 47 v°) et la barque si méditerranéenne (f° 51 v°, f° 55) – un parfum si méridional à la quête de Coeur ((f° 31,, f° 46, f° 47 v°), le plus exactement détaillé dans sa description, le plus fidèle dans son port, le plus complexe dans le déploiement de ses branchages et le seul à porter de superbes pignes est celui qui sert d'arrière-plan au splendide pavillon circulaire de Dame Espérance. Il est bien évident qu'au même titre que le pavillon dressé sur le pré "plantureux" et que la stèle de marbre purpurin à l'inscription d'or il participe à la caractérisation de Dame Espérance comme personnage de haute dignité et notabilité comme il en va dans les textes épiques moyennâgeux. Ainsi l'acmé du réalisme dans la représentation d'un objet est la marque de sa fonction emblématique, de sa participation active au procès de sénéfiance allégorique.

  • 15 Daniel Porion – L'allégorie dans le Livre du cuer d'Amours Espris – op. cit.
  • 16 Peut-être aussi a-t-elle valeur emblématique : le rempart du château de Courroux se fend de lui-mê (...)

9D'autre part, dans "la surcharge de détails" du texte que souligne Daniel Porion15, dont on a constaté que l'enluminure ne les reprenait pas tous mais en inventait pléthore à son tour, lorsque l'un est mis en valeur dans l'illustration, il acquiert une signification très particulière. Ainsi au f° 26 si le mur du château n'est pas "crevé en plusieurs lieux", il est cependant "bien fendu", et la fente la plus large et la plus étendue est au premier plan, quasiment au centre de l'image et exactement au droit de Courroux qui engage le combat à l'épée contre Coeur. Or Courroux sera vaincu et cette fente, qui rime visuellement avec le tracé sur l'écu de Courroux de la "branche d'espine noire au travers" qui compose ses armes avec "trois planctes de chardons picquans", prend valeur prémonitoire de sa défaite16.

  • 17 Nicole Reynaud – Barthélémy d'Eyck avant 1450 – Revue de l'art 84 – 1989.
  • 18 Et pour cela, dans la peinture religieuse souvent figurée à terre, comme ici, pour marquer la cond (...)
  • 19 Nicolas van Veerendael (1640-1690) – Vanité – Musée de Caen.
  • 20 René d'Anjou – Le livre du Cuer d'amours espris – op. cit.

10Un détail inventé par l'enlumineur en sus des données du texte peut également jouer ce rôle. Au f° 51 v°, au moment de s'embarquer pour l'île d'Amour, Désir, Coeur et Largesse quittent leurs éperons au bord de la mer, sur une plage de sable fin. Or sur celle-ci, visibles entre les silhouettes des trois compagnons, et uniquement dans ces intervalles, sont dispersées des écailles de moules et de pecten, indices de ce que Nicole Reynaud appelle l'"empire de la formation flamande de première main"17 de Barthélémy d'Eyck, acquise sous l'égide du Maître de Flémalle, car dans la peinture nordique la moule, éminemment putréfiable, est symbole de la vanité des désirs et des projets18 et son écaille sert dans les vanités flamandes de fleurs et de fruits au même rappel de la fugacité des plaisirs de l'existence que le crâne au milieu des instruments de satisfaction des sens dans les vanités françaises19. Ainsi, comme le combat engagé par Courroux, l'embarquement en cours de Coeur est marqué prémonitoirement du signe de l'échec. De fait il ne gagnera Doulce Mercy que pour la perdre aussitôt et, grièvement blessé, devra chercher refuge à l'Ospital d'Amours et y "fixer le rémenant de /ses/ jours en prières et oraisons"20. Ainsi par des détails signifiants l'image va au-devant du texte, révélant à qui sait la lire, le devenir de ceux qu'elle met en scène et l'issue de la quête en cours du coureur de destin.

  • 21 id.

11Toutefois ces exemples de prophétie matérielle sont rares. C'est par un autre moyen, profondément fidèle à l'esprit du récit allégorique, que Barthélémy d'Eyck fait le plus souvent échapper ses images à la fixité du moment arrêté qu'elles figurent et les fait déborder vers un futur qui n'est pas seulement l'avenir immédiat que l'expressivité des gestes des personnages permet de présumer. L'aventure du Coeur d'amour espris est une longue avancée vers la lumière ; elle commence "une nuyt de ce mois passé" dans le château du Roi René et se termine au pays où se dresse l'éblouissant château de Plaisance : "Si levèrent lesdiz compai-gnons leurs yeulx pour regarder contremont devers ledit chastel ; mais ilz furent si treseblouys de la luyeur que le chastel rendoit, pour le souleil qui feroit contre, qui furent tous esvanouyz. Et ne fut pas merveille, pour la grant beaulté dudit chastel, qui mieux sambloit chose celestielle que terrienne"21. Quête de l'amour, de la beauté, de la pureté, c'est tout un en fin de compte, et si Doulce Mercy est perdue, c'est peut être parce que la renonciation à sa possession est la condition de la spiritualisation de l'être. Perte qui se changerait en gain donc, mais la fin de la quête de Coeur ne va pas sans ambiguïté car cette victoire, s'il en est, est indissociable de la défaite qui en est la condition. De tout cela la lumière est le symbole tout au long du récit des travaux et des jours des coureurs de paysages allégoriques, et les enluminures de Barthélémy d'Eyck reprennent à leur compte ce symbolisme qu'elles transposent visuellement en une dramaturgie de la lumière.

  • 22 Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.

12Et cela dès la première enluminure où la lumière entre dans la chambre en même temps que Désir au costume argenté. "Dans le décor concret, familier, "réaliste" de la chambre, écrit Daniel Porion, le dormeur et Désir, tout de blanc vêtu, s'opposent par la luminosité : le second appartient au monde allégorique, où tout est éclairé par la lumière de l'intelligence, du moins pour qui sait lire, tandis que le premier est dans l'obscurité de l'apparence, la confusion de notre monde quotidien, l'énigme de la lettre"22. De plus la lumière découpe la chambre en deux zones : l'une, sombre, où s'étale le tapis somptueux au pied du lit moelleux, où il est facile de vivre dans le luxe, le calme et la volupté, mais aussi sans doute l'ennui et l'insatisfaction, l'autre où le revêtement de paille au tressage emblématique (chaîne de vie, lacs d'amour) se change en champ lumineux et serein, promesse de transfiguration de l'existence et seuil d'un monde d'action éclatante et de bonheur sans ombrage. Comment ne pas céder à l'appel de la lumière, se laisser emporter par son désir, se lancer de tout coeur, à corps perdu dans l'aventure rêvée ? Mais l'on sait de quels poids pèsent les mots en allégorie. L'ambiguïté est partout dans cet abandon premier,

  • 23 René d'Anjou – Le livre du Cuer d'amours espris – op. cit.

"Moictié lors par fantaisie
Moictié dormant en rêverie",23

13à la sollicitation de Désir, et sur l'image, déjà, l'ombre seule en parvient à René.

Le soleil noir (f.15)

14Au f° 12 v° le nocturne est aussi à double sens : c'est la nuit qui succède à une interminable marche à travers taillis et fourrés de ronces, c'est aussi la nuit de l'erreur dans laquelle Coeur et Désir ont été égarés par les faux conseils de Jalousie, qu'aggrave leur erreur dans la façon d'user de l'eau de la fontaine.

  • 24 Daniel Porion qui, dans son article de 1971, parlait à propos de ce "clair-obscur /.../ célèbre da (...)

15Au folio 15 le jour se lève en un fameux contrejour qui fait date dans l'histoire de la peinture. Coeur qui a fait un rêve "moult merveilleux" mais inquiétant où son cheval emporté l'entraîne sur un pont pourri au-dessus d'une rivière tumultueuse dans laquelle un taureau noir qui l'assaille furieusement le fait choir, préoccupé, va lire l'inscription sur la stèle qui l'instruira – trop tard – sur ce qu'il aurait dû faire et ne pas faire pour ne pas provoquer la tempête dont Désir et lui-même ont pâti durant la nuit. Serait-ce la fin des enchantements ? Hélas non ! Le rêve s'avèrera au Pas Périlleux où le chevalier Soulcy à l'armure noire le jettera à l'eau, et le signe annonciateur de ces durables malheurs est le cerne noir – analogue au cerne de male augure qui environne la lune rousse, mais de plus grave implication puisque c'est l'astre du jour qui est menacé – qui enveloppe le soleil et mord largement sur son disque. Que cette image remarquable de la naissance du jour succédant à une nuit où Désir a agi à contresens soit un contrejour ne saurait être un hasard et que la lucidité du soleil soit entamée alors que Coeur reçoit un avertissement dont il ne saura pas tenir compte est le plus éclatant - si l'on ose dire – exemple de la modalisation inchoative de ses illustrations par Barthélémy d'Eyck24.

16Le soleil levant est d'ailleurs rarement occasion de rassérènement pour ces pélerins de l'insatisfaction. Au f° 46 v° Largesse, Désir et Coeur qui, après avoir chevauché très tard dans la nuit à travers la plaine de Pensée Ennuyeuse, se sont endormis sous le premier arbre qui leur a fourni abri - un pin, par nécessité de dignité princière - se réveillent à l'aube pour découvrir devant eux une "petite maisonnete assez mal abillée et accoultrée", description que l'enlumineur a aggravée en la montrant zébrée de longues lézardes et embrennée de fiente d'oiseau : c'est la demeure de Grief Soupir. Inutile de dire que les voyageurs ne trouveront nulle amélioration de leur sort céans, et si Barthélémy d'Eyck s'est contenté cette fois-ci de caractériser la maisonnette de mauvaise fortune pour ce qu'elle est, sa triste apparence et l'air décontenancé des trois compagnons suffisent à laisser entendre que la froide lumière encore toute pénétrée d'ombre qui règne sur le paysage n'est pas à même de réchauffer leur enthousiasme.

17Cependant la plus intéressante de ces qualifications symboliques de la lumière du jour est celle du f° 47 v° qui est un coucher de soleil. Les trois cavaliers viennent de mettre pied à terre devant un ermitage qui, avec ses tuiles romaines, est le plus provençal des édifices religieux figurant dans les enluminures. C'est là aussi que Barthélémy d'Eyck s'est surpassé dans le traitement réaliste de l'apparence des chevaux, tout frémissants de fatigue, et de leur comportement, vidant allègrement une vessie trop longtemps contenue. Derrière, sur la gauche, un bois de pins précisément caractérisé. Le ciel est tout illuminé encore de l'éclat orangé du soleil qui vient de disparaître derrière les collines ; sa lumière dore le dessous des nuées les plus hautes. Serait-ce, cette fois-ci où la chevauchée s'achève avec le jour et où l'on arrive devant une bâtisse accueillante, que l'avenir se présente bien ? Mais pour qui connaît la Provence où furent peintes ces enluminures, dans cette image la plus soignée et la plus subtile dans ses notations réalistes et sa caractérisation méridionale du paysage, il y a une indication précise et précieuse qu'il n'en est rien : au ciel les nuages les plus hauts sont gonflés et boursouflés irrégulièrement ; ceux de la région médiane perdent sensiblement en épaisseur et gagnent en allongement ; les plus lointains et les plus bas sur l'horizon enfin s'affinent encore plus. C'est que sous l'effet du vent ils prennent cette forme lenticulaire que l'on désigne en Provence par l'appellation d"'os de seiche" ; et lorsqu'au coucher du soleil les nuages se répartissent et se transforment ainsi sur fond de ciel rougeoyant c'est que le lendemain soufflera un fort mistral, vent ennemi des voyageurs par sa froideur et la violence de ses bourrasques. Ainsi, comme le plus véridique d'apparence des détails, le grand pin toujours vert du P 5 v°, caractérisait emblématiquement le lieu où règne l'espérance, de même le plus exactement circonstancié des paysages de lumière donne à lire l'avenir de façon iconographiquement autonome, par seule reconnaissance de ce qu'il figure du monde et non par référence au texte qu'il accompagne.

  • 25 Pierre Miquel – Le paysage français au xixe siècle – H. Laurens 1909.
  • 26 "Lors dist et pria a dame Pitié que puis que sa dame estoit de rechief es mains de Dangier, que po (...)

18Dans un ouvrage sur le paysage Pierre Miquel écrivait que dans "le manuscrit du Coeur d'Amour Epris, /.../ mélancoliquement la nature s'accorde déjà aux sentiments des personnages"25. Elle fait bien plus, car elle ne marque pas seulement dans quelle situation sont Coeur et sa suite et comment ils la ressentent ; elle annonce ce qu'il en adviendra et participe ainsi de la diégèse du récit, oriente son interprétation et contribue à en éclairer la signification ultime. Partout où la description de la lumière est en jeu, Barthélémy d'Eyck en donne une traduction à la fois poétique et précise, réaliste et allégorique, introduisant au coeur de l'aventure courue et avant même que le texte ne le déclare le thème du retournement des signes et de la réversibilité du désir de "doulce mercy" en volonté d"'oraison"26.

  • 27 Armand Strubel - La rose. Renard et le Graal - La littérature allégorique en France au xiiie siècl (...)

19Armand Strubel, étudiant la littérature allégorique, affirme que "l'unique indice de la justesse /d'une interprétation/ est dans la conformité de la sénéfiance à la finalité du texte"27. Sous cet aspect l'interprétation que donna du texte de René d'Anjou, sous sa gouverne, on le suppose, Barthélémy d'Eyck, est la plus juste qui soit et expose, dans tous les sens du terme, le paysage du coeur.

Notes

1 Marie-Thérèse Gousset, Daniel Porion, Franz Unterkircher – Le coeur d'amour épris – Philippe Lebaud 1981.

2 Daniel Porion – L'allégorie dans le Livre du Cuer d'Amours EsprisTravaux de linguistique et de littérature IX, 2 – Strasbourg 1971.

3 René d'Anjou – Le livre du cuer d'amours espris – Texte présenté et édité par Susan Wharton – U.G.E. – 10/18 – 1980.

4 ) Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.

5 René d'Anjou – Le livre du cuer d'amours espris – op. cit.

6 Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.

7 Ce "réel" n'est évidemment que celui qui est instauré par le texte ou l'image.

8 Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.

9 René d'Anjou – Le livre du cuer d'amour épris – op. cit.

10 Christian de Mérindol – Le roi René et la seconde maison d'Anjou - Emblématique. Art. Histoire – Le léopard d'or – 1987.

11 Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.

12 id.

13 René d'Anjou – Le livre du cuer d'amour espris – op. cit.

14 Daniel Porion – La coeur d'amour épris – commentaire du f° 55.

15 Daniel Porion – L'allégorie dans le Livre du cuer d'Amours Espris – op. cit.

16 Peut-être aussi a-t-elle valeur emblématique : le rempart du château de Courroux se fend de lui-même à la manière dont la figure de la colère, dans les représentations des vices, se déchire ou se transperce le corps elle-même.

17 Nicole Reynaud – Barthélémy d'Eyck avant 1450 – Revue de l'art 84 – 1989.

18 Et pour cela, dans la peinture religieuse souvent figurée à terre, comme ici, pour marquer la condition mortelle du Christ ou rappeler leur humanité aux visionnaires et extatiques :
Geertgen tot Sint Jans (ca 1460-ca 1494-5) – Adoration des mages – Rikjsmuseum -Amsterdam.
Atelier de Dieric Bouts – Jean rédigeant l'évangile - Rikjsmuseum – Amsterdam. Ecole de Joachim Patenier (ca 1480-1524) – Paysage avec le Christ – Rikjsmuseum – Amsterdam.

19 Nicolas van Veerendael (1640-1690) – Vanité – Musée de Caen.

20 René d'Anjou – Le livre du Cuer d'amours espris – op. cit.

21 id.

22 Daniel Porion – Le coeur d'amour épris – op. cit.

23 René d'Anjou – Le livre du Cuer d'amours espris – op. cit.

24 Daniel Porion qui, dans son article de 1971, parlait à propos de ce "clair-obscur /.../ célèbre dans l'histoire de la peinture" de "lumière symbolique", dans son commentaire de 1981 de cette même enluminure, propose de "ce halo de vapeur dans l'air encore humide" du "petit matin" une explication réaliste : "Par ce halo noircissant, l'artiste a peut-être voulu évoquer l'éblouissement que l'on ressent à regarder l'astre de face". Il propose ainsi deux explications simultanées – et contradictoires, représentation d'un fait objectif et traduction d'une impression subjective – de ce fait iconique. Mais au f° 31 v°, alors que Désir parti chercher du secours pour Coeur tombé en trappe au château de Courroux rencontre Humble Requeste allant prévenir Honneur que Malebranche et tous les médisants se préparent à dévaster les terres d'Amour, le soleil levant qui apparait au ras de l'horizon est aussi cerné de noir. Il faut donc conclure que c'est le soleil noir de la mélancolie, des journées entre malheur passé et malheur à venir.

25 Pierre Miquel – Le paysage français au xixe siècle – H. Laurens 1909.

26 "Lors dist et pria a dame Pitié que puis que sa dame estoit de rechief es mains de Dangier, que pour Dieu le menast a l'ospital d'Amours, car la vouloit finer le remenant de ses jours en prieres et oraisons".

27 Armand Strubel - La rose. Renard et le Graal - La littérature allégorique en France au xiiie siècle - Champion 1989.

Table des illustrations

Légende Embarquement (f. 51 v°)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende Embarquement détail
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Légende Le soleil noir (f.15)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter