Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine religieux

Parenté naturelle, alliance, parenté spirituelle : de l'inceste à la sainteté

Huguette Legros

Texte intégral

  • 1 Nous pouvons citer à titre d'exemple le lai de Guigemar de Marie de France ou Le Vair palefroi de (...)
  • 2 Cf. l'article de Claude ROUSSEL, "Aspects du père incestueux dans la littérature médiévale" in Act (...)

1Dans la seconde moitié du xiie siècle et la première moitié du xiiie siècle, de nombreux textes traitent de l'inceste, qu'il soit le thème principal ou un motif plus ou moins sous-jacent de l'œuvre. Ce thème est fréquent aussi bien dans les lais, les fabliaux, les exemplas que dans les romans1 ; il est en revanche quasiment ignoré des épopées. Face à un tel foisonnement on peut songer à traiter du sujet selon la forme que revêt l'inceste (père/fille, mère/fils, frère/sœur), selon le rôle que joue la relation incestueuse dans la narration2 ou encore selon la typologie des genres ce qui conduit à s'interroger sur la signification narrative de l'inceste. On peut aussi hésiter entre des approches folkloriques, mythologiques, anthropologiques voire psychanalytiques de ces textes. Pour ma part, j'ai choisi de m'interroger, à partir de trois exemples, sur ce que ces récits nous disaient des problèmes que posaient alors les conceptions cléricales et féodales des liens de parenté. Conceptions qui, tantôt s'affrontaient, tantôt se retrouvaient dans des compromis toujours liés à des questions de pouvoir : pouvoir de l'Église, pouvoir royal ou féodal. Aux parentés naturelles, s'ajoutent en effet, des liens qui reposent sur des alliances dont la forme la plus commune est le mariage ; et à ces deux concepts de consanguinité et d'alliance s'ajoute celui de parenté artificielle ou spirituelle.

2Or, les œuvres de fiction se font parfois l'écho des rapports complexes qu'entretiennent entre eux ces liens dont la conception est sous-tendue par des idéologies divergentes.

  • 3 Il n'y a pas d'édition de La Belle Hélène de Constantinople, il faut donc se reporter aux manuscri (...)

3J'ai choisi d'appuyer mon étude sur la Belle Hélène de Constantinople (je prendrai en considération la version datant du milieu du xiiie siècle), la Manekine de Philippe de Beaumanoir et la Vie de Saint Grégoire3.

4Pour ce qui est des deux premiers textes, l'inceste a été étudié en référence avec un schéma folklorique bien connu, celui de Peau d'Ane et rapproché d'autres romans sensiblement contemporains : tels que Yde et Olive, Apollonius de Tyr, le Roman du Comte d'Anjou. Cependant, dans ces deux romans, le schéma folklorique se double d'un autre schéma qui met en place une structure doublement triangulaire et qui met en jeu des conceptions différentes et divergentes des liens parentés. Trois "personnages" et trois lieux sous-tendent ces récits : le père représente le pouvoir seigneurial, des membres du clergé représentent le pouvoir clérical, Dieu, enfin résoud le conflit initial à l'aide de miracles ; la jeune héroïne est, dans l'un et l'autre cas, écartelée entre sa terre d'origine, une terre étrangère et Rome.

5Un schéma identique se retrouve dans un récit, appelé Vie de Saint Grégoire, qui fut très vite rejeté dans le domaine de la fiction littéraire tant il semblait peu conforme aux modèles proposés par les contes pieux. Cependant du xiie siècle à la fin du Moyen-Age et même au delà, ce texte connut un grand succès. Nous nous intéresserons à la version du xiie siècle connue par deux manuscrits B1 et A1 de l'édition H. B. SOL. Là encore trois "personnages" : les représentants du pouvoir seigneurial, un abbé représentant le pouvoir ecclésiastique, Dieu, enfin, qui permet la résolution du conflit, tout intérieur, qui anime Grégoire. Trois lieux : la terre d'origine, la terre étrangère, Rome.

6Ces trois textes, apparemment différents, présentent cependant des structures comparables. A l'origine l'inceste réalisé ou non, puis une navigation qui est un moyen de s'en remettre à Dieu, l'arrivée dans une terre étrangère où se crée une nouvelle parenté, l'obligation de quitter cette terre, un nouveau voyage vers une terre d'épreuve atteinte au terme d'un périple plus ou moins long, des retrouvailles et une fin heureuse grâce à l'intervention de Dieu.

7Il y a certes une différence qui pourrait paraître fondamentale : dans les deux premiers textes l'inceste évoqué est un inceste père/fille alors que dans la Vie de Saint Grégoire le double inceste est d'abord un inceste frère/sœur puis un inceste mère/fils. Nous verrons cependant qu'au delà de lectures psychanalytiques ou folkloriques qui nécessiteraient sans doute la distinction, les enjeux sociologiques mis en scène sont les mêmes.

8Le premier problème posé par nos textes est celui d'une succession donc d'un mariage.

9Rome est menacée par les sarrasins et le pape fait appel à Antoine de Constantinople pour libérer la ville assiégée ; en récompense de ses services Clément offre à Antoine sa nièce pour épouse. De cette union nait une fille, Hélène (celle qui donnera son nom au titre du roman), mais sa mère meurt en couches. Quelques années plus tard Rome est à nouveau assaillie par les païens et le pape fait, derechef, appel à Antoine. Or l'Empereur de Constantinople est amoureux de sa fille et accepte d'aider Clément et son beau-père, l'Empereur de Rome, à une condition : que le Saint-Père lui donne l'autorisation d'épouser Hélène. Clément, sur les conseils de son entourage, finit par céder. Antoine délivre Rome et rappelle sa promesse au pape. Clément ne sait plus que faire lorsqu'une voix céleste lui ordonne d'accorder sa permission, Dieu veillera à ce que la réalisation du mariage soit impossible.

10Nous avons là, l'écho, littéraire donc poussé à son paroxysme, d'une réalité sociologique.

  • 4 Cf. Contre Jovinien, II, 7.
  • 5 Cf. A. KRAPPE, art. cit., p. 343.

11Certes aucun empereur de Byzance n'a jamais épousé sa fille ni même n'a formulé une telle demande et l'église grecque condamne l'inceste avec la même véhémence que l'église romaine, mais Antoine de Constantinople est la figure littéraire du souverain oriental cosmocrator et ce n'est pas le seul exemple que nous ayons dans la littérature médiévale de la confusion entre souverain oriental chrétien et souverain oriental païen, étant entendu que dans notre texte le personnage d'Antoine ne renvoie pas à un souverain musulman, l'Islam condamnant également l'inceste, mais à l'image d'une souveraineté orientale archaïque et mythique. Après bien des philosophes ou des historiens grecs et latins, Saint Jérôme constate l'existence de mariages endogamiques chez les Perses, les Mèdes et autres peuples du Moyen-Orient4. En fait, tout le Proche-Orient a connu cette coutume qui s'est perpétrée après la chris-tianisation comme en témoignent les écrits virulents de Basile de Césarée et a résisté un certain temps à l'influence de l'Islam5. Pour le souverain, le mariage entre frère et sœur ou père et fille a une origine religieuse : il s'agit de conserver pur le sang divin qui coule dans les veines de la dynastie royale. Nous avons là l'écho de l'origine mythique de l'inceste royal fondateur et garant de la préservation de l'ordre du monde. La mère d'Hélène est morte en couches et le roi, son père, n'a d'autre choix que d'épouser sa fille unique pour préserver le lignage.

  • 6 Jean FLEURY, Recherches historiques sur les empêchements de parenté dans le mariage canonique, des (...)

12Reste que, dans la Belle Hélène de Constantinople, pour la seconde fois, l'enjeu des alliances est la sauvegarde de Rome puisque Clément avait donné sa nièce pour épouse à Antoine et que pour sauver la chrétienté, il accepte, cette fois, une union qu'il devrait condamner. Le premier mariage, exogamique, réunissait l'Orient à l'Occident, le second perpétue cette alliance et assume une tradition en contradiction flagrante avec les enseignements de l'Église. En effet, l'Église légifère pour faire appliquer les principes bibliques confortés par le droit matrimonial romain en usage dans le Bas-Empire6.

13Au début de la Manekine la situation est similaire. Le thème récurrent du début du roman est l'avenir du royaume de Hongrie. La reine est morte et les barons du royaume s'inquiètent de ce que la seule héritière soit une femme, la fille de la reine. Ils craignent, de fait, la déchéance du royaume si une femme le reçoit un jour en héritage :

"Seignour, " fait il, "escoutés moi.
"En cest païs avons un roy
"Qui ot feme mout boine et sage ;
"En se mort avons grant damage.
"De cele femme n'a nul hoir
"Fors une fille, au dire voir,
"Qui est mout boine et mout courtoise.
"Et nonpourquant en briquetoize
"Ert li roialmes de Hongrie,
"Se feme l'avoit en baillie
"Pour c'est il bon que nous alons
"Au roi, et de cuer li prions
"Qu'il pregne feme a nostre los. "
(v. 205-217)

14Aussi décident-ils de conseiller au roi de se remarier, mais il est lié par une promesse faite à sa femme mourante : il n'épousera qu'une femme aussi belle qu'elle. Les barons partent à la recherche d'une telle épouse, mais en vain. Ils décident alors de conseiller au roi d'épouser sa fille qui, seule, répond à ce critère de choix.

15Grands seigneurs et prélats se mettent d'accord sur cette solution. Les seconds disent accepter d'assumer le poids du péché, quant aux premiers ils vont jusqu'à menacer le roi de rébellion :

Longuement entr'eus desputerent.
En la fin li clerc s'acorderent
Que il le roy en priëroient
Et sur aus le pecié penroient.
A l'apostole monterront
Le grant pourfit pour quoi fait l'ont.
(v. 335-340)
------------------------------------
"Si ferés, sire ! Vos clergies
"Velt que ensi vous le faciés.
"Et se vous ne le volés faire,
"Vo homme vous seront contraire. "
(v. 363-366)

16Ainsi, se trouve privilégié l'intérêt politique immédiat à l'obéissance aux lois divines.

17C'est en invoquant la défense du lignage, de la terre et l'avenir du royaume que le roi présente sa requête à Joïe :

"Et mi baron ne voelent mie
"Que li roialmes de Hongrie
"Demeurt sans hoir malle après moi.
"Pour ce ai du clergié l'otroi
"Que de moi soiés espousee ;
"Roïne serés courounee.
"Au noël nel vauch otroier,
"Ains lor dis qu'a la candelier
"Qui vient lor en responderoie
"Selonc ce que consel aroie.
"Et j'ai or bien consel du faire,
"Mais que il a vous voeille plaire. "
(v. 531-542)

18Enfin, la jeune fille, elle-même sait que l'argument est sans réplique et que c'est contre lui qu'il faut se battre : elle se coupe la main pour n'être plus digne de devenir reine.

"Bien pens faire le me feront,
"Ja pour mon dit ne le lairont,
"S'aucune cose en moi ne voient
"Par quoi de ce voloir recroient. "
(v. 605-608)
------------------------------------
"Sire, bien vous ai entendu ;
"Mais roïne ne doi pas estre,
"Car je n'ai point de main senestre,
"Et rois ne doit pas penre fame
"Qui n'ait tous ses membres, par m'ame ! "
Donques a trait hors son moignon
Loié d'un coevrechief en son.
(v. 794-800)

19Ainsi tous les personnages de la cour de Hongrie reprennent, sur des modes différents certes, une argumentation qui est cohérente au regard du système féodal et qui, au nom de ce système, exige la désobéissance aux principes cléricaux, les prélats allant jusqu'à prétendre qu'ils peu vent briser un lien naturel :

"Ce lignage departiront,
"Vous et le roy marieront. "
(v. 763-764)

20Dans La Vie de Saint Grégoire, le mariage incestueux n'intervient pas au début du récit. Cependant la faute originelle est la conséquence de la mort du père qui demande son fils de veiller sur sa sœur :

"Amis, biaus fis, ce dist li cuens,
Por Deu vos pri que soies buens.
Je me morai procheinement,
Ne vivrai mais, tresbien le sent.
Mais molt s'en vait m'arme dolente
Por ta seror, qui est tant gente,
Que, en mon vivant, ne l'ai mise
O sa biauté fust bien acise.
Se je l'eusse mariee,
De rien ne fust m'arme grevee.
Mes or trespas de ceste vie :
Ele remaint sens aïe ;
Tote sera desconceillee
S'auques n'est por tei avancee.
Fis, je te pri, por amor Dé,
— Que Deu ait de tei grant pitié —
Que de li prenges bon conrei :
En li te remenbre de mei. "
(v. 81-98/A1)

21Mais la promiscuité qui s'installe entre eux est à l'origine de l'inceste, même si celui-ci est attribué à une influence diabolique. Or, les conséquences de ce premier inceste sont désastreuses pour le royaume. Lorsque la jeune fille comprend qu'elle est enceinte, son frère fait appel à un ami de son père et son attitude montre qu'il a perdu les qualités nécessaires pour assumer, comme son père le lui avait demandé, sa succession :

Andui li sont cheil as piés
Si.ls ont estreitement baisiés.
Plore li freres e la suer,
E li proudom a duel al cuer.
Molt se merveille : ne seit mie
Que sele chose senefie.
"Por Deu, dist il, grant tort avés
Que vos enci vos contenés.
Je sui vostre om ! Ne deücés
Ensi vos metre a mes piés !
Molt ai grant ire ; ce peis mei
Tel duel que demener vos vei.
Dites mei tost que vos volés ;
Por Deu vos pri, ne me selés !
Riens n'est el mon que puisse faire,
Que tant me tornast a contraire
Que je por vos deus ne feïsse,
A quel que chief que j'en venisse. "
(v. 323-340/A1)

22Le seigneur accepte de recueillir la jeune femme chez lui et conseille au jeune homme de partir pour Jérusalem, ce voyage permettant d'expliquer l'éloignement de sa sœur. Mais il meurt alors que l'enfant, un fils, est abandonné au gré des flots dans un berceau placé dans une barque de pêcheur. Ainsi le royaume est privé de souverain et d'héritier ; la jeune femme est livrée à la convoitise de ceux qui veulent sa terre, mais elle refuse le mariage et la déchéance guette le royaume livré à la guerre :

Lors vindrent de par le païs
Li vavassor e li marchis ;
De la dame lur fiés quereient,
Quar de li tenir les deveient.
Serveient si bien com dame,
De li alot molt bone feme.
Quant par la terre oïrent dire
Que d'Aquitaine iert mors li sire,
Rei e conte la vindrent querre,
Por coveitise de la terre.
Mais la dame dist bien e jure
Que ele de seignor n'a cure.
(v. 717-728/A1)
----------------------------
Querre li vint al daerrains
Uns riches dux qui fu Romains.
Mais ele dist, a la parsome,
Que n'a soing de lui ne d'autre ome.
E quant ele nel vost baiser
Comensa la a guerreier.
(v. 737-742/A1)
----------------------------------
Idons comense el païs
A chevauchier li enemis ;
Contre la dame esmoet grant guerre
Por destruire tote sa terre ;
Fait s'ost banir e tost mander
Quant que il poeit armer ;
Destrult le pais e deserte :
La dame tint en grant poverte.
(v. 751-758/A1)

23Enfin et surtout ce premier inceste a pour conséquence le second. En effet, une femme ne peut tenir une terre (le thème était déjà évoqué au début de La Manekine) et la seule solution pour atteindre à la stabilité et à la paix est le mariage. C'est la raison pour laquelle lorsque Grégoire revient, sans le savoir, sur la terre de ses parents, et qu'il la délivre, tous souhaitent qu'il épouse celle qui possède le royaume :

Trestuit dient comunement
Que onques home de son jovent
Ne fu de plus gente valor,
Ne miauz deüst estre seignor
D'un grant pais o d'un conté,
E que, se il venist a gré
Que lur dame se mariast,
S'ele.l preïst, bien espleitast.
Tant fu la parole menee
Que davant la dame est alee.
Cele parole otreia,
E dist que s'en conseilera
Oles barons de son païs,
Puis fera ce que l'en iert vis.
(v. 1547-1560/A1)

24Elle-même prend conseil de ses gens et finalement accepte d'épouser celui qui a délivré l'Aquitaine. Le mariage a lieu, or cette femme est la mère de Grégoire.

25Ainsi dans ce texte, il semble qu'il n'y ait pas d'autres solutions que l'inceste qui apparaît comme la for me extrême de l'endogamie alors que Hélène et Joïe vont pouvoir, en s'enfuyant, contracter une alliance exogamique Il est à noter que Grégoire fut chassé vers une autre terre qui fut celle des parentés spirituelles, mais qu'il n'a pas quitté volontairement la terre de son lignage. En revanche ce qu'il a quitté volontairement c'est cette terre étrangère pour revenir, sans le savoir, mais en ayant souhaité retrouver son lignage, sur la terre de ses parents. Seule la fuite de Grégoire lorsqu'il connaîtra l'identité de sa femme est comparable à celle de Joïe et d'Hélène, mais alors d'autres liens l'attendent, un mariage, symbolique celui-là, avec l'Église et le Christ.

26Revenons à Hélène. Elle ignore l'intervention divine et s'enfuit pour l'Occident ; au terme d'une navigation mouvementée mais protégée par Dieu, elle aborde l'Angleterre. Le roi Henri la demande en mariage et l'épouse contre l'avis de sa mère - qui s'offusque de ce choix - Elle reproche à son fils d'épouser une femme dont on ne connaît pas les origines, qui peut donc compromettre la vaillance du lignage et qui représente un risque pour la dynastie.

  • 7 Georges DUBY, Le Chevalier, la femme et le prêtre, Paris, Hachette, 1981. Voir plus particulièreme (...)
  • 8 Il traite encore de ce thème dans Jehan et Blonde : le jeune homme est vaillant et plein de qualit (...)

27Joïe rencontrera la même hostilité de la part de sa belle-mère et il est à noter que son futur époux s'interroge lui aussi sur le bien fondé de son choix au nom de l'éthique féodale : peut-on épouser une étrangère dont on ignore les origines, pire une femme mutilée ? La femme représente l'avenir du royaume et l'homogamie est la clause nécessaire à sa pérennité7 Philippe de Beaumanoir particulièrement soucieux de ces questions de lignage et conscient de l'importance que revêtent les alliances pour la stabilité de la société féodale8 renouvelle la topique du monologue intérieur relatant les tourments amoureux des jeunes gens en y introduisant ce débat plus politique qu'amoureux :

"Que ferai dont ? Je la penrai.
"Penrai ? Que di ge ? Non ferai !
"Je ne sai ou ele fu nee.
(v. 1547-1549)
-------------------------
"Quanques g'i voi me fait voloir
"S'amour. Si en serai blasmés
"Et maintes fois fols rois clamés,
"Se je la preng. (...)
(v. 1628-1631)

28L'auteur lui-même commente la situation :

Ainsi devise et adevine
Toutes les nuis devens son lit ;
Si pensé erent si delit,
Ne mais ne cuich qu'il avenist
Qu'amours en tel prison tenist
Nul roi comme ele cestui tient,
Qui de son desirier se crient
En deus manieres : si la prent,
Doute qu'il ne plaise a sa gent ;
Et se il ne la prent, la mort
En quide avoir sans nul confort.
(v. 1666-1676)

29qui n'est résolue que lorsque les barons cautionnent le choix du roi d'Écosse :

Sa biauté et sa contenance
Les a tous mis en tel balance
K'entr'aus diënt : "Li rois fait bien,
"Plus ne l'en demanderons rien. "
(v. 2337-2340)

30Seule sa mère reste hostile à un tel mariage et ses réserves vont au delà de la seule jalousie, thème traditionnel dans un tel conte :

"Honis soit il quant prise l'a,
"Ne qui le tenra mais pour roi !
"Or a il fait trop grant desroy,
"Qui a ce prise une esgaree,
"Une chaitive, une avolee,
"Une femme o tout une main.
"Car fust il ore u flun Jordain ! "
(v. 2056-2062)

31Ainsi dans ces trois textes est posée la question du mariage, or cette question est particulièrement d'actualité à l'époque qui nous intéresse ; deux conceptions s'affrontent : celle de l'Église et celle de la féodalité.

  • 9 Sur cette vaste question, je renvoie à l'ouvrage de G. DUBY, précédemment cité et à un article de (...)

32Ce que veut l'Église, c'est réglementer le mariage chrétien qui est à la base des sociétés occidentales et plus précisément des sociétés féodales. Du vie siècle au xiie siècle, concile après concile l'Église met en place une législation canonique qui fonctionne surtout à partir ou sur des interdits. On aboutit au xiie siècle à une impossibilité à respecter le droit canonique. En effet, au viiie siècle, le mariage fut prohibé au 7egeniculum ce qui implique une large exogamie quasiment impraticable a l'intérieur d'un groupe social ayant une certaine cohérence homogamique. En fait, tout le monde profitait de cette impossibilité et les accomodements sont nombreux. Reste un conflit larvé qui fera qu'au xiiie siècle l'Église reviendra à une limite plus raisonnable des interdits, la limite est ramenée au 4egeniculum. Mais le malaise est plus profond, car deux conceptions fondamentalement différentes s'affrontent. D'une part le mariage est pensé comme une nécessité lignagère ce qui implique qu'il peut (doit) être dissoluble, ce qui implique aussi l'absolue nécessité de la pureté du sang et des règles homogamiques strictes et d'autre part une conception cléricale du mariage, lien indissoluble prenant un caractère sacramentel9. A quoi s'ajoute le fait que l'Église ou plutôt certains théologiens ne le considèrent que comme un mal nécessaire pour canaliser la luxure et pensent que seule la famille spirituelle constituée par les membres de la communauté cléricale, hors de tout commerce charnel, est un modèle. Les alliances spirituelles au sens étroit du terme sont alors les seules qui puissent être parfaitement exemplaires.

  • 10 Quoique la réalité offrait des cas guère moins étonnants : cf. les exemples donnés par G. DUBY, op (...)

33C'est de cette complexité des approches que nos textes se font l'écho. Les grandes familles royales et féodales sont en nombre limité et inévitablement les mariages se font à l'intérieur de ces parentèles, quant à l'attitude de l'Église, elle oscille entre les principes et les faits. Des histoires telles que La Belle Hélène de Constantinople et La Manekine permettent, sous le couvert de schémas traditionnels, d'aborder ces questions, de les dramatiser en mettant en scène des situations extrèmes10.

  • 11 Cf. Notre Histoire, n° 1, dossier : "les origines du mariage à l'Église", articles de J. Ch. PAYEN (...)

34Dans La Manekine, il faut distinguer l'attitude du clergé local et celle du pape. Le premier n'est en fait qu'une composante du conseil du roi et son attitude s'explique par une adhésion quasi nécessaire et obligatoire aux théories lignagières et féodales qui président aux décisions de ce même conseil. Le pape quant à lui est présenté comme le garant de la théologie du mariage telle que l'Église la conçoit au début du xiiie siècle. En effet, Rome est la ville où s'affirme le valeur d'un mariage fondé sur la dilectio et soumis au respect des règles cléricales11.

35Rappelons les faits : Dieu a guidé la Manekine dans sa navigation vers Rome. Puis Il a fait de telle sorte que son mari, parti à sa recherche, arrive, lui aussi, à Rome. Or le roi d'Écosse prend logement chez le sénateur qui a recueilli Joïe et c'est grâce à son fils qu'il apprend que son épouse fut recueillie par son hôte. En effet, l'enfant joue avec l'anneau de sa mère et le roi d'Écosse reconnaît alors la bague qu'il avait offerte à Joïe. Grâce à l'intervention du sénateur les deux époux sont enfin réunis, mais il leur conseille de respecter l'abstinence prescrite lors de la semaine sainte :

" (...). De l'amour,
"Dont nus ne puet faire clamour,
"Tenu vous estes ambedoi,
"Maugré vostre, si com je croi,
"Que vous ensamble ne jeustes ;
"Mais c'ert pour chou que ne peüstes.
"Mais des or i poês jesir,
"Se il vous en vient a plaisir.
"Mais par mon los la consiree
"En ferés tant que soit passee
"La passions nostre signeur,
"Pour chou qu'il vous tiegne en honeur.
(v. 6635-6646)

36ce qu'ils font volontiers :

Li rois et sa femme en deus lis
Jurent toute cele semaine.
(v. 6676-6677)

37Cependant, le jour de Pâques, Joïe a le bonheur de retrouver son père. Cette scène, entre autres significations, a une fonction capitale par rapport au mariage de Joïe : la crainte de la mésalliance est levée pour le roi d'Écosse, mais cette préoccupation est si forte que le père de la jeune femme, à cet instant particulièrement émouvant, s'inquiète du rang de son gendre :

"Sire, Jhesus vous beneïe !
"Mais, s'il vous plaist, or m'esponnés
"Chou dont vous ci m'arraisonés.
"Se c'est voirs que soiiés mes genres,
"Ne devés pas estre des menres,
"Car de deus teres iert roïne
"A brief tans iceste roïne,
"De Hongrie de par son pere,
"D'Ermenie de par sa mere,
"Se devra bien assés avoir
"Qui tel femme devra avoir.
(v. 7224-7234)

38Il est à noter qu'ensuite, constatant les richesses du roi d'Écosse, il s'étonne qu'il ait souhaité épouser une femme dont il ignorait les origines :

Li rois de Hongrie, qui voit
Comment sa fille amee estoit,
A paine pooit nului croire,
Mais or voit que la cose est voire,
Si se mervelle mout comment
Li sires de tel tenement
Le volt prendre, et si ne savoit
Qui ele ert ne dont ele estoit.
Mout durement Dieu mercia
De l'onneur que faite li a.
(v. 8445-8454)

  • 12 J'emploie ce terme dans la mesure où l'inceste, tel qu'on le rencontre dans nos textes, est un cas (...)

39La dernière partie du roman met en évidence l'accord réalisé entre le point de vue clérical et le point de vue féodal. La première étape nous conduit en Hongrie, terre de l'hyper-endogamie initiale12, où tout se résoud grâce à l'hommage prêté, par les princes, au roi d'Écosse. Puis à la demande d'un messager Joïe accepte de se rendre en Arménie, la terre maternelle. Ce royaume privé de souverain avait subi les pires vicissitudes : la guerre et la dévastation. Une fois de plus revient le thème du malheur d'une terre sans roi et c'est le mariage de Joïe qui permet le retour à la paix et à l'abondance :

Rechurent mout bien et mout bel.
Mout furent li Hermin jolant
Et d'oneur faire manoiant
Celi que il perdu avoient,
De cui le leur tenir devoient.
Sans signeur avoient esté,
Et maint yver et maint esté,
Si eut entr'aus grans maltalens.
Mais li rois ne furent pas lens
De metre par le païs pais ;
De tous maltalens firent pais.
De leur nouvel signeur l'amour
Fist de maint maltalent amour.
Tous maltalens s'entrepardonnent
Et d'aus gouverner pooir donnent
Le roi d'Escoche, et sans outrage
Li firent de leur fiés homage.
(v. 8142-8158)

40Ainsi le royaume paternel et le royaume maternel retrouvent joie et richesses grâce à une alliance bonne et pleine de promesses comme en témoigne la présence du petit Jehan :

Receü ont a grant onneur
Leur dame et leur novel signeur,
Et Jehan leur bel damoisel
Rechurent mout bien et mout bel.
(v. 8139-8142)

41C'est enfin le retour en Écosse. L'accueil réservé aux souverains est empreint de liesse et de soulagement, alors que s'instaurent des échanges entre ces royaumes ; ils symbolisent les richesses liées à l'exogamie :

(...) ; en Hermenie
Laissa bonne gens bien garnie
Qui le roiame garderont
Et en Escoce envoleront
L'or et l'argent et l'autre avoir
Qu'il devront au roiame avoir.
(v. 8365-8370)

  • 13 Dans la littérature de la fin du xiie et du xiiie siècles, ces régions reviennent souvent. Elles s (...)

42Il est intéressant de souligner le fait que les royaumes du lignage sont la Hongrie et l'Arménie13. Ce sont des terres de marche à l'extrême frontière entre Orient et Occident, entre pays chrétiens et terres païennes alors que l'Écosse est, comme l'Angleterre dans La Belle Hélène, une terre à l'extrémité de l'Occident. Entre ces deux mondes, point de résolution des tensions : Rome.

43L'auteur conclut sur le destin des enfants de Joïe : ses deux filles deviennent reines et ses trois fils rois, et les uns comme les autres furent de bons chrétiens. Le lignage est donc assuré ainsi que le respect des lois divines.

  • 14 Cf. op. cit. J. FLEURY, plus particulièrement le livre II.

44L'attitude de Clément dans La Belle Hélène de Constantinople témoigne de l'embarras de l'Église face a la persistance de droits coutumiers ; or nous savons quelles furent les difficultés rencontrées par le clergé tant en Orient qu'en pays Franc. Il y a là comme un écho de situations historiques réelles mais reculées dans le temps14.

  • 15 A. KRAPPE, art. cit.

45L'intrigue est plus complexe, plus touffue que celle de La Manekine et on a vu dans les aventures d'Hélène et dans les multiples rebondissements de l'action des "épisodes oiseux et décousus, sans rapport avec le récit principal"15. Qu'en est-il pour le destin d'Hélène ? Alors que son mari est parti défendre Rome à la demande de l'oncle de la jeune femme qui ignore ce qu'elle est devenue, Hélène met au monde des jumeaux. Sa belle-mère substitue des lettres, fait croire à son fils que sa femme a accouché de deux monstres, puis fait croire au duc de Gloucester chargé de veiller sur Hélène qu'Henri ordonne qu'on brûle son épouse et ses fils. Le duc désobéit, coupe la main d'Hélène (pourquoi ?) et la fait embarquer sur un bateau avec ses deux fils dont l'un porte, attachée à son bras, la main coupée de sa mère. Le bateau aborde une île rocheuse nommée Constance, là des marchands emmènent Hélène en Bretagne et elle s'établit à Nantes où elle reste dix sept ans, puis elle part pour Tours. Apprenant par de faux bruits que son père et son mari ont trouvé la mort et que leurs corps ont été transportés à Rome, elle s'y rend en mendiante où elle n'ose se faire reconnaître de son oncle. Lorsqu'elle sait que son père et son mari sont vivants, elle s'enfuit, craignant la colère de l'un et de l'autre. Elle revient à Tours où elle est découverte et reconnue par ses fils puis par son mari et son père. Ils retournent, ensemble, à Rome. Deux des étapes sont importantes : Tours et Rome. En effet, le récit des errances d'Hélène est entrecoupé par le récit des aventures de ses fils et par celui de la quête que mènent son père et son mari, d'abord séparément puis ensemble.

46Ses fils ont été, sur l'île de Constance, enlevés l'un par un loup, l'autre par un lion. Un ermite les recueille et les élève. Brac ne mange que des racines et des fruits et s'adonne aux jeûnes et à la prière alors que Lion se nourrit de gibier. Lorsqu'ils ont seize ans, ils apprennent leur origine et partent à la recherche de leur mère ; à Amiens, ils font la connaissance de saint Martin de Tours qui les baptise (Brice et Martin) et les emmène à Tours où ils retrouvent leur grand-père et leur père, mais n'abandonnent pas pour autant la quête de leur mère. Des aventures multiples qui jalonnent leur quête, nous ne retiendrons que ce qui intéresse notre propos. Brice est sauvé par une sarrasine, Ludiane, il l'épouse et de leur union va naître un fils qui deviendra saint Brice alors que Brice lui-même est roi d'Angleterre et de Constantinople. Martin, quant à lui, se fait ermite et devient archevêque de Tours. Ainsi le destin des deux enfants est exemplaire et résoud les tensions initiales. Brice, roi d'Occident et d'Orient, réunit ainsi la terre de l'exogamie et celle de l'endogamie ; ce rattachement des deux contrées sous une même couronne prend une valeur symbolique et ceci d'autant plus que son mariage représente le plus haut degré possible d'exogamie si on songe qu'il épouse une sarrasine (convertie, certes) alors que la défense de Rome fut par trois fois au cœur du nœud de l'action. Martin quant à lui assume un autre aspect des liens de parenté : il recrée, comme nous le verrons, la parenté spirituelle présente au début du conte. Ajoutons que les jumeaux résolvent par leur destin l'opposition initiale qui les distinguait : Brice, l'ascète, devient roi alors que Martin, le mangeur de gibier, assume une fonction cléricale. Enfin, les deux frères renouvellent le schéma socio-familial du début de l'histoire puisque, à l'origine, il y avait également deux frères dont l'un était pape et l'autre empereur de Rome.

47Les épisodes considérés comme annexes par les critiques sont eux aussi significatifs si on fait abstraction des lenteurs et des lieux communs qui caractérisent leur narration. Il s'agit des épisodes concernant Gloriande, Constant et Plaisance.

48Gloriande est une princesse païenne dont le père est amoureux, or c'est Antoine qui la délivre et convertit les Bavarois au Christianisme. Plus tard, Gloriande épouse le duc de Gloucester.

49Henri et Antoine font la conquête de Bordeaux, ville païenne ; le roi païen se convertit, prend le nom de Constant et devient empereur de Rome.

50Entre temps, il a fait la connaissance de Plaisance, princesse sarrasine qui tombe amoureuse de lui. Elle se fait baptiser à Rome et épouse Constant.

51Ainsi chacun de ces épisodes est construit sur un schéma similaire : il y a conversion du personnage principal, donc triomphe de la foi, mariage exogamique et destin remarquable. La Hongrie est chrétienne et le duc de Gloucester en est le roi. Constant devient chrétien et est couronné Empereur de Rome.

52Il ressort de cette analyse que le roman, au-delà de ses traits folkloriques et d'une narration parfois désordonnée, fait l'apologie de l'exogamie et de la foi. Deux modes de parenté s'y retrouvent : les alliances génératrices de pouvoir et de puissance et, comme nous le verrons, les parentés spirituelles garantes de la chrétienté.

53La Vie de Saint Grégoire aboutit quant à elle à la condamnation de tous les liens de parenté familiaux ou lignagers.

54La parenté naturelle est condamnée au travers de l'inceste commis entre le frère et la sœur :

Descovert li ont e retrait
Tot le peché e le mesfait.
Quant li frans om lur ot se dire,
A poi sis cuers ne parti d'ire.
Il en sospire molt sovent
Si en plore molt tendrement.
(v. 343-348/A1)
----------------------------
La dame fu lee del fil
Mais por itant le tint a vil
Que par peché fu engendrés,
Que ne pot estre mostrés.
(v. 455-458/A1)
----------------------------
Puis a ses tables demandees,
Qu'erent d'ivoire bien ovrees.
Si a dedens escrit itant :
"Qui trovera icest enfant
Sache de veir e nel dot mie
Que par peché e par folie
L'ot uns freres de sa seror.
E quant fu nés, en icel jor
Enelepas le fis geter
La mere es ondes de mer.
Por ce qu'il iert de haut parage,
Si en cremeit aveir hontage,
Que ele en fust depeuplee
E entre la gent abaissee,
Ne sis freres ne fust honis :
Si fu getés li fis petis. "
(v. 509-524/A1)

55La mère de Grégoire destine son fils à une culture cléricale et espère qu'il priera pour racheter la faute de ses parents :

Encor i a la mere escrit :
"Qui trovera l'enfant petit,
Norir le face gentement
De ceaus dis mars qui sont d'argent.
E por aprendre auques de letre
Le face a escole metre.
Si voil qu'il sache Deu prier,
Lire, chanter e verciller.
E en chatel doins a l'enfant
L'or e le paile reluisant.
Les tables gart qui sont d'ivoire,
O est escrit de lui l'estoire,
Por Deu le grant, itant de tens
Que apris ait auques de sens.
Quant des letres auques savra,
Idonc des tables conoistra
De qui e cornent il fu nés.
Puis priera, s'il est senés,
Por ses mesfais e por les nos. "
(v. 525-543/A1)

56Et, de fait, lorsqu'il saura la vérité sur sa naissance, Grégoire versera des larmes de repentir comme s'il ressentait ce péché comme une faute originelle :

E encor acostuma plus :
Tant com il puet, le tint en us
Que, tant com il les veeit,
Ploreit des oilz e duel faiseit
Por le peché e por la rage
Que nez esteit de tiel lignage.
(v. 1663-1668/A1)

57Le second inceste est perçu par Grégoire comme un horrible péché :

Haï ! deables, fel tiranz,
Cum es crués e sozduanz !
Molt nos quides aver sorpris
E en tes laiz lacez e mis.
Molt te peines en tote guise
De metre nos en ton servise.
Ja mais de mei, se j'ai espace,
N'avras bailie, en nule place !
Se je ai fait ta volenté,
Ne l'ai a escient ovré.
Mesfaiz me sui de toi servir.
Mais si Deus me volt consentir,
Onques del mal ne fus si lez
Cum tu del bien seras irez
Que je ferai, se Deus m'otroie
Que un sol petit de tens aie. "
(v. 1907-1922/A1)

58Et il décide de se séparer à jamais de celle qui est tout à la fois sa mère et sa femme :

"Dame, dist il, or desevrons !
Ja mais, je quit, ne nos verrons
Deci qu'al jor de jugement
Que Deus jugera tote gent.
Iluec nos covendra estre
Devant la face al rei celestre ;
E donc nos iert grievement retrait,
Si cum je cuit, nostre mesfait. "
En la balance iert pesé
Tot quant nos averons ovré,
E bien e mal ; puis recevron
Selonc le fait le gueredon.
(v. 1931-1942/A1)

59Il recommande à sa mère de vivre dans la pénitence :

"—Ma bele mere, en ta maison
Fai de ton cors afliccion
De jeüner, de Deu prier
E de tes saumes versilier ;
E si te tien en chasteé
Trestoz les jors de ton haé.
La haire vest enpres ton corz,
E les beles pailes dedehors.
Les fameilous fai saoler,
Les nuz vestir e conreer,
Morz seveilir e enterrer,
E les nuz vestir e chaucier ;
Moines, hermites visitez
E eiglises faites fonder. "
(v. 1973-1986/A1)

60alors que lui-même part, déguisé en mendiant.

61Ainsi l'Aquitaine, terre des parentés naturelles et de l'hyper-endogamie est à nouveau privée de seigneur puisque Grégoire n'a pas eu d'héritier. Cette condamnation se concrétise dans la narration par la disparition pure et simple de cette contrée dont nous n'entendons plus parler.

62En fait, l'Aquitaine sert de contrepoint aux terres d'église où se créent et se développent les parentés spirituelles dont le conte fait l'apologie.

63La barque confiée à la grâce de Dieu est trouvée par des pêcheurs dépendant d'une abbaye. A leur retour, en présence de l'abbé, ils découvrent l'enfant qui est confié à l'un d'eux. Les pêcheurs sont chargés de sa "norreture" et ainsi se crée une parenté adoptive qui se substitue à une parenté pécheresse.

64L'abbé baptise l'enfant et lui donne son nom :

Li abes en vait a l'iglise
E si comensse le servise.
A l'enfant fait crestiënté
E son non li a enposé :
Gregoire apeleent l'abé,
E s'il fu Gregoire apelé.
(v. 939-944/A1)

  • 16 A. GUERREAU-JALABERT, art. Cit. pp. 1035-1036.

65En donnant son nom à l'enfant et en devenant son parrain, l'abbé devient, en quelque sorte, doublement le "père" de Grégoire. Il l'est en tant qu'abbé et par le fait qu'il lui donne son nom ; en effet, "le choix du nom porté par le parrain manifestait (...) symboliquement la constitution d'une "lignée spirituelle". Ainsi l'individu se trouvait engagé dans un réseau de consanguinité artificielle enserrant les autres liens"16.

  • 17 Sur le parrainage, voir le Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, t. 13, 2 s.v., "P (...)

66Le parrainage fut instauré par l'Église vers le vie siècle sans qu'il n'y ait aucun répondant scripturaire. Par le baptème, l'enfant entre dans une communauté sociale définie et l'institution du parrainage donne "corps" à cette entrée dans un groupe socio-religieux. L'adoption d'un même nom symbolise l'introduction dans un nouveau groupe. Ainsi l'abbé en donnant son nom à l'enfant l'introduit dans le groupe des clercs et cette forme de parenté spirituelle tend à prendre le pas sur la parenté définie par les règles de la consanguinité et de l'alliance17. Or n'oublions pas que Grégoire, l'abbé, a pris connaissance du message que la mère de l'enfant avait gravé sur les tablettes d'ivoire. Par ce parrainage il tente de soustraire Grégoire aux lois de son lignage qui, cependant, seront, pour un temps, les plus fortes.

67Lorsque l'enfant grandit, l'abbé veille à son éducation et le jeune Grégoire reçoit une éducation savante et cléricale :

Il ne fu fels ni estous,
Eins fu umils e pius e dous.
Amer se fist a tote rien,
E des letres aprist si bien
Que a douse ans sot bien ses pars,
(v. 961-965/A1)

68Cependant, alors que l'abbé avait interdit aux pêcheurs de lui révéler ses origines, la femme du pêcheur, par dépit et par colère, révèle à Grégoire qu'il est un enfant trouvé, obligeant l'abbé à lui dire ce qu'il sait de son lignage. L'abbé, qui redoute le départ de Grégoire, lui dit qu'il sera un jour abbé du monastère. Curieusement, le parrain de Grégoire introduit dans cette communauté religieuse l'idée d'un droit de succession qui ressemble fort à celui qui régit le monde féodal :

"E as moines d'icest mostier
Ferai je a toz otreier,
Se Des te lait vivre avant mei
Que il feront abé de tei. "
(v. 1107-1110/A1)

69C'est alors que réapparaît ce que A. GUERREAU-JALABERT appelait "un réseau de consanguinité artificielle".

70Grégoire refuse cette solution et veut être fait chevalier ; son parrain accepte ; il l'adoube et lui promet terre et mariage :

Doner li a fait garnimenz,
E neporquant molt fu dolenz.
Quant Gregoires fu chevaliers,
Granz fu, e larges e pleniers.
Son bon parein en mercia
E le congié li demanda.
Plore li abes en son cuer,
Quar il ne vosist a nuil fuer
Que cil partist de lui ensi.
Por ce que tant l'aveit norri,
Pria le qu'encor remansist ;
Aveir e terre li pramist,
Ensemble o ce, mariage
Aquerre li de grant parage.
(v. 1137-1150/A1)

  • 18 J. LEGOFF, "le rituel symbolique de la vassalité", in Pour un Autre Moyen-Age, Paris, 1977, pp. 34 (...)

71Or l'adoubement participe également des formes symboliques des parentés artificielles18. Ainsi l'abbé tente désespérément de préserver le lien qu'il a créé entre lui et cet enfant trouvé, mais les liens du sang seront les plus forts ; si puissants qu'ils le conduiront à l'union charnelle avec sa mère.

  • 19 Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, t. 1, "anneaux". Voir également J.B. MOLIN e (...)

72Mais Grégoire est prédestiné à d'autres liens et sa vraie famille est celle de l'Église. Après sept ans de pénitence, il est nommé pape. Or certains des rites de l'ordination comportent des aspects similaires à ceux des rites nuptiaux. En particulier en ce qui concerne l'anneau et la récitation commune de l'oraison Creator et conservator19. Le pape contracte avec l'Église un mariage spirituel qui fait de lui le père de tous les chrétiens.

73Ainsi lorsque Grégoire retrouve sa mère qui fut aussi son épouse, il est devenu son père spirituel et elle est devenue sa fille en Dieu. Le narrateur résoud une telle situation - on ne peut plus complexe - en faisant dire à Grégoire :

"Vostre fiz sui, e vos me mere.
Bien sai que Des, li nostre pere,
Nos volst a bone fin mener,
Que nos a fait entretrover. "
(v. 2631-2634/A1)

74La première réaction de la mère de Grégoire est de vouloir l'embrasser ("Leverai sus, sil baiserai. " - v. 2645), mais Grégoire le lui interdit et elle ne peut que lui baiser le pied dans un geste de soumission. Alors, elle s'adresse non plus à son fils, mais au pape :

"Sire, frans hom, sers Deu verai,
Conseile mei que je ferai :
Ja mais d'ici ne partirai
Ne de tei ne m'eslongnerai. "
Quaint li apostoiles l'entent,
Si la conforte saintement ;
(v. 2665-2670/A1)

75La rupture des liens consanguins et des liens charnels est consommée. Ils ne seront plus unis que par une parenté en Dieu.

  • 20 A. GUERREAU-JALABERT, art. cit., "Quant au mariage des moniales avec le Christ, il est clairement (...)

76Et, de fait, Grégoire conseille à sa mère (sa fille ?) d'entrer en religion : "Les draps de religion prist/ En la maison o il la mist." Or, en tant que moniale, c'est un nouveau mariage qu'elle contracte : elle s'unit au Christ et devient son épouse20. Cette union spirituelle efface l'union charnelle qu'elle avait consommée avec son fils même si cette nouvelle union avec le Christ reproduit le schéma d'une union incestueuse puisque tous les chrétiens sont fils de Dieu. Mais cet inceste est rituel et sacralisé, aussi ce substitut mystique au mariage charnel est-il fondamentalement supérieur à l'autre.

  • 21 A. GUERREAU-JALABERT, art. cit. p. 1037.

77Ce renversement complet de l'organisation et de la représentation des rapports de parenté entraîne donc la suprématie de la parenté spirituelle sur la consanguinité et l'alliance. Il n'en reste pas moins vrai que les liens de parenté sont toujours aussi complexes et que "du point de vue de la parenté symbolique, l'intégration au clergé est, fondamentalement, un inceste rituel"21. Mais c'est aussi un moyen d'affirmer le caractère sacré de tels liens et de les distinguer, absolument, des liens laïcs.

78Il est clair que La Vie de Saint Grégoire se veut l'apologie de cette forme de parenté.

79Cependant, ces parentés spirituelles se retrouvent à un degré moindre dans les deux autres textes.

80Dans La Belle Hélène de Constantinople les parentés naturelles se mêlent aux parentes artificielles. La mère d'Hélène est la nièce du pape. C'est donc sa petite nièce qui est concernée lorsque Clément autorise la mariage incestueux d'Hélène avec son père.

81A la fin du roman, l'un des fils d'Hélène devient ermite, puis archevêque de Tours, alors qu'elle a pour petit-fils, un saint, saint Brice. Ainsi la jeune femme se trouve au centre d'un réseau complexe de relations consanguines, d'alliances et de parentés spirituelles. Cependant le triomphe des liens spirituels, d'abord pensés comme une menace pour la jeune fille, se fait par la descendance née de son mariage exogamique. De son petit-fils, saint Brice, nous ne saurons rien, mais Martin devient archevêque de la ville où Dieu accomplit le miracle de la main recollée, or Tours est aussi la ville de la reconnaissance et de la réconciliation. Et si c'est bien à Rome que le roman s'achève, les deux villes, Tours et Rome, sont les lieux du triomphe de la foi et des liens spirituels.

82Enfin, si les liens de parenté spirituelle sont accomplis par les enfants d'Hélène, ceux-ci furent élevés par deux hommes qui appartenaient à l'Église. C'est un ermite qui élève les enfants après les avoir enlevés à un loup et à un lion. Puis, ils vont trouver refuge auprès de Saint Martin de Tours qui les baptise et, comme dans le cas de Grégoire, le saint donne son nom à l'un des enfants, celui qui se nommait Lion. En changeant de nom, il change de comportement et de statut.

83On se souvient que Lion ne mangeait que du gibier, alimentation spécifique des chevaliers, or par son baptème, il va être destiné à quitter le statut de chevalier pour celui de clerc. Quant à Brice qui, comme nous l'avons dit, réunit Orient et Occident, terre d'endogamie et terre d'exogamie, il résoud une autre opposition en engendrant un fils destiné à la plus grande gloire de l'Église et de Dieu.

84Pouvoir royal laïc et pouvoir spirituel sont ainsi réconciliés dans le lignage né d'Hélène dont la constance fut récompensée par le miracle divin.

85Dans La Manekine, le personnage du vavasseur a une fonction particulièrement intéressante.

86Grâce à une substitution de lettres, la belle-mère de Joïe a fait croire au sénéchal que son fils souhaitait la mort de sa femme et de son enfant ; le sénéchal s'étonne de recevoir un tel ordre et décide de brûler des statues à la place de la jeune femme et de l'enfant et de les confier à la grâce de Dieu en les mettant à la mer sur la barque qui a naguère amené Joïe en Écosse.

87Grâce à l'intercession de la Vierge Marie, la barque arrive à Rome. Elle est trouvée par des pêcheurs qui acceptent de secourir la jeune femme, mais Dieu en a décidé autrement et provoque la rencontre de Joïe et du sénateur. Cet homme est présenté comme un sage, respectueux des valeurs chrétiennes :

En Romme avoit un sinator,
Rices ert et de grant atour.
En Romme si rice n'avoit,
Ne plus large nus n'i savoit ;
On le tenoit au plus preudomme
Qui fust en la vile de Romme.
Larges, deboinaires et frans,
Piteus et courtois et donans,
Plains d'aumone et de carité,
Grans sires ert en la cité.
Vieus hom ert et auques d'eage,
En lui ot vaillant omme et sage,
Amés ert de Dieu et du siecle,
En boine vie usoit son siecle.
(v. 4961-4974)

88Ses filles sont dotées, elles aussi, de qualités morales exceptionnelles et la Manekine trouve auprès du sénateur et de ses filles une véritable famille d'adoption. Des liens affectifs se créent entre le sénateur et Joïe et entre les trois femmes, sans oublier le fils de Joïe, Jehan.

89Lorsque Joïe retrouve son époux, elle ne peut qu'exprimer sa reconnaissance pour ses hôtes :

"Sire, " dist ele, "che soit mon !
"Beneois soit il de son non,
"Et beneois li senateurs
"Qui m'a faites tantes honneurs,
"Qui en sa maison m'a gardee
"Et de vilenie sauvee ;
"Et ses deus filles qui ci sont,
"Qui set ans acompaignié m'ont
"Et vostre fil que veés chi
"Si deboinairement nouri,
"Que onques ne li fali riens.
"Moi et lui ont fait tant de biens,
"Que je conter ne le poroie,
"Quant lonc tans pensé i aroie.
"Se m'amés, merciiés les ent ! "
(v. 6527-6541)

90Quant aux filles du sénateur, elles accompagneront la jeune femme lors de son départ pour la Hongrie :

Les deus filles au senatour,
Qui moustree eurent tante amor
La bone roïne Joïe,
Ainques puis nul jor de lor vie
Ne se volrent partir de li :
Tousjors furent puis avoec li.
(v. 7859-7864)
----------------------------
Quant a leur pere congié prirent,
A grant pitié s'en departirent ;
Convoia les dusk'a la mer.
Joïe, ki le dut amer,
Prist a lui congié en plourant,
De la grant bonté merciant
Que il li ot faite et moustree
Tant comme ele fu esgaree.
(v. 7871-7878)

91Or, le vavasseur participe, par rapport à la Manekine, d'une double parenté spirituelle. D'une part, parce qu'il est présenté comme un chrétien modèle et qu'il fait partie de cette société chrétienne qui réunit tous les chrétiens à l'Église par le lien de filiation inauguré par le baptème, l'Église étant définie comme la "mater Ecclesia". Les chrétiens sont donc tous frères en Dieu. D'autre part, il se crée un lien de parenté artificielle entre la jeune femme et le vavasseur. On lit aux vers 6145-6146 une remarque qui peut étonner :

Pour femme et pour fils les tenoit
Pour chou c'achetés les avoit.

92Le narrateur justifie ainsi le mensonge que vient de dire le vavasseur qui veut protéger la jeune femme car il la croit menacée par la présence chez lui du roi d'Ecosse. En fait, l'achat fonctionne comme une procédure d'adoption, en même temps que le sénateur, veuf lui aussi, devient l'image positive du père puisqu'il a respecté l'honneur de la jeune femme et l'image positive du mari puisqu'il l'a protégée alors que son époux, par souci de vaine gloire, l'a abandonnée au courroux et aux manigances de sa mère. Autrement dit, le vavasseur incarne, dans une fraternité toute chrétienne, les fonctions paternelles et maritales. Substitut de l'un et de l'autre, il représente sur le plan de cette parenté spirituelle et idéale, la synthèse de ces deux hommes qui, dans la parenté "réelle", sont deux figures dont les rôles doivent être strictement différenciés.

93La fonction narrative du sénateur se fait plus riche de sens si on le place, de fait, au point de rencontre des parentés naturelles et des parentés spirituelles.

94De l'inceste aux parentés spirituelles, voire de l'inceste à la sainteté : comment nos textes mettent-ils au service du christianisme des motifs folkloriques ou mythiques ?

  • 22 Postface à la traduction de La Manekine, Stock. Plus Moyen-Age, 1980, pp. 268 sq.

95L'intrigue de La Belle Hélène de Constantinople comme celle de La Manekine reposent sur des motifs traditionnels ; on peut également y lire un thème œdipien, mais Christiane MARCHELLO-NIZIA montre combien cette interprétation est sujette à caution et discutable22. En fait, les auteurs ré-emploient des structures, des thèmes, des motifs pour les mettre au service d'une signification immédiatement compréhensible de leur public et les plient à ce que l'on pourrait appeler les "idéologies" du moment : angoisse lignagère et édification chrétienne.

96Et, de fait, la faute initiale, le péché se résoud grâce aux interventions de Dieu et par le dépassement suprême : la sainteté.

97Dans La Belle Hélène de Constantinople, comme nous l'avons dit, Dieu intervient dès le départ : une voix céleste ordonne à Clément d'exécuter sa promesse en lui assurant que le mariage ne pourrait avoir lieu. C'est concilier la sauvegarde de Rome et les préceptes chrétiens du mariage. Cependant, comme Hélène ignore cette prédiction divine, elle s'enfuit et Dieu intervient à plusieurs reprises pour la sauver de divers dangers. Il est, toutefois, à noter que la protection divine n'agit pas lorsque les enjeux sont liés à un motif folklorique : la haine de la belle-mère par exemple. Toutefois, le sénéchal protège la jeune femme en ne la livrant pas aux flammes.

98Reste que le roman est tout imprégné de christianisme, que ce soit à travers les parentés spirituelles qui se nouent, que ce soit par les multiples récits du triomphe de la chrétienté sur les païens, que ce soit encore par le destin des fils d'Hélène. Celui qui assure la pérennité du lignage engendre un enfant qui deviendra saint Brice. Autrement dit, le souci du lignage est résolu et de surcroît la conséquence ultime de l'union exogamique contractée par Hélène est la naissance d'un saint.

99La part de la religion est plus importante encore dans La Manekine, ou du moins elle est plus visible parce que soulignée dans la structure et dans l'écriture même du roman. A deux reprises, Joïe est confiée aux flots et à la garde de Dieu :

"N'a pas dusqu'a la mer granment :
"La le menrai a mie nuit,
"Qui qu'il soit bel ne qu'il anuit.
"En un batel le meterai,
"Et a uit jors li liverrai
"Vin et viandes a fuison ;
"Mais od li n'avra compaignon,
"Aviron, mast ne gouvernai.
"S'il plaist a Dieu l'esperital
"Que ele voist a sauvement,
"Ce sera bien a mon talent ;
"Et s'ele i moert, n'en verrai mie.
"Si en soit en la Dieu baillie !
(v. 914-926)
----------------------------
Quant ele eut dit tout son voloir,
A la vierge l'ont commandee,
Puis l'ont en la mer esquipee,
O lui son enfant que ele aime.
(v. 3880-3883)

100Le sénéchal de son père, comme celui du roi d'Écosse insistent sur le fait qu'ils remettent son sort entre les mains de Dieu et de la Vierge et lors de sa première navigation la guérison rapide de sa blessure apparaît comme une sorte de jugement de Dieu en sa faveur :

D'une rien mout bien li avint :
Qu'en son moignon li cuirs revint,
Et mout belement en gari.
(v. 1075-1077)

  • 23 Dans son étude Du Conte populaire à l'"exemplum" : La Manekine de Philippe de Beaumanoir, publiée (...)

101Lors des deux navigations, Joïe prononce une prière du plus grand péril ; la première est adressée à Dieu, la seconde à la Vierge et c'est aussi Marie que le roi d'Écosse, parti à la recherche de sa femme, va implorer. Nous n'étudierons pas ces prières pour elles-mêmes, ce qui intéresse notre propos, c'est leur efficacité23. Dieu aide Joïe et son mari :

Diex, qui sa proiere entendi,
Ne la vaut pas mettre en obli,
Ains a sa nef si avoïe
C'une saiete descocie,
Qui fust traite d'un arc d'aubour,
N'alast mie de tel vigour
Comme sa nef fist jour et nuit.
(v. 1161-1167)
---------------------------
Assés a de raisons pour coi.
Se Dix ne fust avoeques soi,
Qui le tient et ki le conforte,
En la mer fust de courous morte.
Mais Dieus le soustient, si le garde,
Si k'ele n'a de la mer garde.
(v. 4745-4750)
-------------------------------
S'orison a a tant finee.
Et cele qui est afinee
De si grant bonté, de si fine,
Qu'ele est de paradis roïne
Sa requeste n'oublia mie
Ne cele qui tant l'a servie.
Son douch fil pour le roi pria,
Et il errant li otria
A poursieuir sa volenté
De chiaus qui estoient tenté
Et que il vit bons et loiaus.
Vers Romme est tornés lor vaissiaus,
Ne des ore mais n'aient garde,
Puis ke la mere Diu les garde.
(v. 5773-5786)

102Ainsi, continuellement, ceux qui sont purs de tout péché et qui se remettent à Dieu sans connaître la désespérance sont sauvés.

103Mais Dieu sauve aussi les pécheurs qui savent se repentir- ; sept ans après son forfait, le père de Joïe est touché par le remords :

La verités si me retrait
Que, quant si grant honte et tel lait
Ot fait li rois sa fille faire,
Que par tourment le vaut desfaire
Et en fist le commandement,
Si comme avés oï devant,
De l'ire fu en tele errance,
Que il ne vint a repentance,
Se furent li set an passés.
(v. 6697-6705)

104Le repentir ne viendra qu'ensuite :

Tante fois li ot remembree,
Que li rois si se repenti.
(v. 6726-6727)

105Il décide alors d'aller à Rome pour se confesser au pape. La confession est publique et le père de Joïe fait preuve d'une réelle contrition. Suit la scène de reconnaissance entre Joïe et son père, la présentation du mari de la jeune femme, de son fils, du sénateur au vieil homme. Tous se réjouissent de cette réunion ; quant au pape, il conclut à un miracle :

Meïsmement li apostoles,
Qui a oïes ces paroles
Et vit l'acointance les soy
De ces deus ki sont si grant roi,
Et oï comment ce puet estre,
Dont se segna de sa main destre.
Car a miracle le tenoit,
Et durement s'esmervilloit
Comment luec furent acevé
Tant mal et a bien ramené.
(v. 7357-7366)

106Et, de fait, la scène de reconnaissance échappe à l'arbitraire littéraire dans la mesure où elle est le résultat de la volonté de Dieu qui a réuni les époux et de la contrition du père de Joïe. Le pardon de la jeune femme est un témoignage de la toute puissance divine et de l'infini amour de Dieu pour les hommes, malgré leurs fautes :

Tuit cil qui sont vrai repentant
Et de leur pechiés jehissant.
(v. 6649-6650)

  • 24 Ibid. pp. 220-222.

107Dieu accomplira un ultime miracle, celui de la main retrouvée et de la guérison de Joïe24. C'est que la jeune femme apparaît comme un modèle.

108D'une part, elle fait preuve d'une totale confiance en Dieu, d'autre part, elle est pleine de charité à l'égard de son père et de son mari. Alors que l'un l'a, de fait, condamnée et qu'elle croit encore que l'autre veut sa mort, elle leur pardonne :

"Et si pri de cuer Dieu le voir
"Que il a mon pere pardoinst
"Le pecié de mi, et li doinst
"Joie plus qu'il ne m'en demeure. "
(v. 1010-1013)
----------------------------
"Que Dix le pechié l'en pardoinst
"Et honeur et santé li doinst ! "
(v. 3863-3864)

109De plus, elle se montre continuellement vertueuse : en s'enfuyant, préférant la loi de Dieu à celle du royaume ; en affirmant sa volonté de rester fidèle à ses engagements :

Ains li dist : "Sire, li vrais Diex,
"Qui sa volenté fait es ciex
"Et en tere a sa volenté,
"Vous doinst u cuer la volenté
"Que me jetés de cest essil
"Ou j'ai esté en tel peril !
"Dont tout vostre plaisir voel faire,
"Fors tant, ce vous voel je retraire,
"Que du cors honnie ne soie.
"Car du tout ne sui mie moie,
"Ains ai signeur qui je pramis
"A tenir loiaté toudis,
"Se li terrai, que ja pour tort,
"Pour paine, pour peril de mort,
"Ne li mentirai ma fiance.
"De chou soiiés bien a fiance,
"Ne ja mon anui ne mon grief
"Ne gehirai pour nul meschief.
(v. 5155-5172)

110en vivant modestement chez le sénateur :

Quant ele se fu respassee
De la mer, qui l'avoit lassee,
Mout bel commencha a servir
Et tout l'ostel a maintenir.
Les cles au sanateur porta,
Et si simplement se porta,
En set ans qu'ele laiens fu,
Ne vesti (car biau ne li fu)
Dras de couleur, ne vair ne gris ;
Ses robes estoient de gris.
(v. 5323-5332)
--------------------------------
Mais il ne li pleut ne ne sist.
Ne onques en set ans ne rist,
Ne ne dist un mot de canchon ;
(v. 5335-5337)

111Enfin, comme nous l'avons vu, en se pliant aux exigences chrétiennes du mariage.

  • 25 André VAUCHEZ, Les Laïcs au Moyen-Age, Cerf, 1987, ch. XVII, p. 203.
  • 26 Ibid., p. 207.
  • 27 Georges DUBY, op. cit.
  • 28 André VAUCHEZ, op. cit. p. 209.

112La vie de Joïe est un modèle de sainteté laïque. On le sait "au cours du xiiie siècle - ou plus exactement entre 1199 et 1297 - la papauté a canonisé quatre saints et saintes laïcs ayant vécu dans les liens du mariage"25. Le mariage est justifié par le devoir de procréation et la femme peut mener une vie exemplaire si elle concilie cet impératif et le refus du plaisir tout en observant les lois et les droits du mariage. A partir du xiiie siècle, les laici religiosi cherchent à parvenir à une certaine forme de perfection chrétienne tout en vivant dans le monde et en en supportant les contraintes spécifiques. Le mariage peut alors se vivre dans l'ascèse et devenir un idéal spirituel dont l'Église devait reconnaître la validité : celui de la castitas conjugalis26. En fait, c'est la mise en pratique des conseils de canonistes tels que les ont définis Yves de Chartres et Gratien27. Être Une femme et une mère exemplaire devient un modèle proposé aux femmes mariées, une possibilité d'accès à la perfection même si le mariage reste un moindre état dans la hiérarchie des états de perfection28.

113Cependant dans La Manekine se trouvent réconciliés les idéaux féodaux et cléricaux du mariage, comme se trouvent à la fin du roman, rattachées aux lois de Rome, les terres orientales et les terres occidentales. C'est dire l'hégémonie papale. En fait, l'Église a progressivement imposé sa compétence et son contrôle sur un domaine qui, au début du Moyen-Age, apparaissait comme strictement privé et laïc. L'Église a doublement assimilé l'institution féodale du mariage : en légiférant et en en faisant un sacrement d'une part et, d'autre part, en lui faisant une place dans les moyens d'accession à la perfection, voire à la sainteté.

  • 29 J. Ch, PAYEN, Le motif du repentir dans la littérature française médiévale, Droz, 1967, pp. 519 sq

114La Vie de Saint Grégoire rejoint le schéma des contes pieux qui mettent en récit des crimes horribles, sanglants ou contre nature, apparemment impardonnables, pour mettre en exergue L'infinie clémence de Dieu et la place fondamentale de l'Espérance dans les vertus chrétiennes29.

115Nous l'avons dit, Grégoire, né de l'inceste, assumera le poids de ce péché comme celui d'une faute originelle. Et, alors qu'il commet lui-même, sans le savoir, l'inceste avec sa mère, il en est à faire acte de contrition pour cette faute dont il n'est pas immédiatement responsable. Cependant, jamais il ne désespère de la clémence divine et lorsque sa mère lui révèle l'horreur de leur union, il s'en remet au jugement de Dieu et croit au pardon s'ils savent se repentir :

A la dame dist : "Ne tamez !
Or pri que vos reconfortez.
Selonc ce que avons de tens
Se nos demenons par grant sens.
Puis que la chose est coneüe
Qui de nos deus est avenue,
Gart bien chascuns e prende en sei
D'amandement aucun conrei.
Mal avons fait, ce nos est vis :
Garderons nos de faire pis.
Pensons huimais de faire bien,
Quar desconforz ne nos vaut rien.
Vers Deu somes nos molt colpable,
Mais il nos sera merciable
S'il veit que aions repentance
E cuer de faire penitence
Selonc la colpe e le peché
Dunt nos avons le col chargé.
(v. 1889-1906/A1)
---------------------------
Mais si Deus me volt consentir,
Onques del mal ne fus si lez
Cum tu del bien seras irez
Que je ferai, se Deus m'otroie
Que un sol petit de tens aie. "
(v. 1918-1922/A1)

116A ce moment, il devient le guide spirituel de celle qui est tout à la fois sa mère et sa femme :

— Ma bele mere, en ta maison
Fai de ton cors afliccion
De jeüner, de Deu prier
E de tes saumes versilier ;
E si te tien en chasteé
Trestoz les jors de ton haé.
La haire vest enpres ton corz,
E les beles pailes dedehors.
Les fameilous fai saoler,
Les nuz vestir e conreer,
Morz seveilir e enterrer,
E les nuz vestir e chaucier ;
Moines, hermites visitez
E eiglises faites fonder.
(v. 1973-1986/A1)

  • 30 Cf. éd. H.B. SOL.

117Lui-même décide de partir et au terme d'une nouvelle navigation, il est recueilli par un couple de pêcheurs. Il se retire sur un rocher que lui indique son hôte car, dit-il, "Ne ne queïsse compaignon/ Se Deu solement e jei non" (v. 2203-2204/A1). Grégoire se fait enchaîner au rocher par le pêcheur qui ensuite jette la clef à la mer. Commence alors pour Grégoire une longue période de jeûne et de pénitence30.

118Cependant, alors que depuis sept ans il est attaché à son rocher, le pape meurt. Un collège se réunit pour élire le nouveau pape et, alors qu'ils sont en prière, Dieu leur envoie un ange porteur d'un étrange message :

Un angele Deus lur enveia
Qui joie lur dist e nonça,
E dist : "Dés vos mande par mei
Veü a vostre bone fei.
Quar enveés tost querre,
U seit par mer, o seit par terre,
Un peneant, sans demorer,
Qui gist en un rocher de mer,
E cil apele om Gregoire.
Deus volt que cil seit apostoile ;
Dis e set ans i a esté. "
(v. 2381-2391/A1)

  • 31 Dictionnaire de Théologie catholique, t. VII, article "illégitime".

119Ce miracle était nécessaire pour que Grégoire fut nommé pape ; en effet, la naissance illégitime ne permet pas l'ordination et les enfants nefarii sont exclus de toutes les charges ecclésiastiques ex defectu natalium31. En aucun cas donc Grégoire ne pouvait accéder au trône de Saint Pierre sans l'intervention de Dieu ce qui signifie que Dieu a non seulement pardonné à Grégoire l'inceste qu'il a commis avec sa mère, mais qu'il a aussi effacé le caractère illégitime de sa naissance et donc absout la mère de Grégoire.

  • 32 Il est intéressant de retrouver le même schéma narratif dans ce conte et dans La Manekine ; le poi (...)

120Les prélats partent alors à la recherche de Grégoire et une nuit ils sont logés chez le pêcheur qui l'enchaîna. Alors que celui-ci prépare pour eux les plus beaux poissons qu'il a pêchés ce jour là, il trouve la clef des chaînes de Grégoire dans l'un d'eux32 :

Le peisson ovre, puis a gardé :
Dedenz l'entraille a trové
La clef des ferges qu'il geta
El fonz de mer, la o laissa
Gregoire enfergié el rocher.
Dons se comence a merveiller.
(v. 2425-2430/ A1)

121Aussi, lorsque ses hôtes lui raconte l'objet de leur quête, il peut leur répondre :

"Seignors, bien estes avenu.
Ne quit que ait ci en viron
Que veir en sache, se je non.
Je sols la verté en sai,
Quar je meïsmes l'i menai
E deci qu'ai rocher le mis.
Mais ne quit pas qui il or seit vis,
Quar plus de dis e set anz a
Que onques puis home n'i ala ;
Nes je, qui idons l'i laissai,
Cele part puis ne retornai.
Il i remist toz enfergez,
Estreitement par les deus piez.
La clef des ferges fu getee,
Onques puis ne fu trovee,
Veüe onques puis ne fu,
Fors que anuit est avenu
Quant vostre peisson conreai,£
La clef en l'entraile trovai. "
(v. 2458-2476/A1)

  • 33 C'est là encore un motif fréquent dans les contes pieux du xiiie siècle : le pénitent ou l'ermite (...)

122Ils retrouvent Grégoire, méconnaissable33, et lui font part de la volonté de Dieu. Grégoire comprend que ses fautes lui sont pardonnées et accepte de s'asseoir sur le siège de Saint Pierre. Cependant la mère de Grégoire ignorant que son fils est devenu pape décide de quitter sa retraite et d'aller à Rome demander au Saint Père la rémission de ses péchés. Ainsi Rome devient la ville de la reconnaissance, des retrouvailles, et du pardon. L'histoire se clôt sur l'accueil de Grégoire en Paradis :

Seignors, a itiel fin parvienent
Cil qui a Damedeu se tienent.
Oï avez de cest seint home
Qui fu apostoiles de Rome,
Cum il demena seinte vie,
E cum Deus li fist aïe.
De molt aspre comencement
Avez oï bon finement.
Quant fu en terre, molt l'ama
Dés, e puis forment l'enora.
Quant enprés fu fini de sa vie,
L'en mena en sa conpaignie,
E est el ciel molt hautement
Coronez pardurablement.
Entre les seinz, a grant enor,
E les confés est confessor.
En rome ne furent apostoile
Plus beneüré de Gregoire
Que por les granz biens que il firent
Al ciel corone deservirent
E qui furent seint apelé.
Gregoire est de grant bonté :
C'est uns de ceauz qui chant trova ;
Seinte Église molt onora.
Il sot forment de l'Escripture,
S'i mist s'entente e sa cure.
Ensement furent apelé
Autre plusor boneüré
Qui furent en Rome apostoile :
Seint sont e vivent en memoire.
(v. 2669-2728/A1)

123Et la sainteté récompense le pécheur repenti et confiant dans la justice divine.

124Au terme de cette étude trop rapide dans la mesure où il manque les commentaires stylistiques qui auraient conforté nos remarques, quelques conclusions s'imposent. Elles intéressent la valeur symbolique des indications spaciales et les sous-entendus idéologiques mis en place dans ces œuvres.

  • 34 Ces points sont bien mis en évidence dans un article de Gilbert DAGRON, "Byzance et l'union", Coll (...)

125Comme nous l'avons vu, la version du xiiie siècle de La Belle Hélène de Constantinople a pour point de départ la défense de Rome et la contrepartie exigée par l'Empereur de Constantinople. Le roman se clôt sur le destin des fils d'Hélène : l'un est archevêque de la ville où a eu lieu la réunion des protagonistes et le miracle de la main recollée, l'autre est roi d'Angleterre et de Constantinople et le dénouement se situe à Rome. Or, de 1204 à 1274, l'église romaine tente de convaincre l'église de Constantinople de la primauté papale. On sait ce que furent les tractations, le plus souvent difficiles, qui eurent lieu, alors, entre Rome et Constantinople ; les problèmes soulevés n'étaient pas seulement d'ordre théologique, ils touchaient aussi, profondément, à des questions de mentalités et mettaient en cause des conceptions différentes du pouvoir temporel34.

126Or dans notre roman, le pape seul a la révélation des desseins divins et ses lois s'imposent à l'Orient comme à l'Occident : c'est affirmer la primauté de ses décisions inspirées et soutenues par Dieu.

  • 35 La Bavière est chrétienne, bien sûr, et d'obédience romaine. Elle appartient au xiie siècle à la m (...)

127Pour ce qui est du rôle de Tours, seuls les récits du groupe γ placent le miracle et la réunion des protagonistes dans cette ville, est-ce innocent si l'on songe au rôle joué, alors, par Charles d'Anjou ? On peut en douter. Quant aux royaumes d'Europe Centrale, ils gagnent de l'importance à mesure que s'affaiblit l'Empire byzantin or, comme toutes les autres terres infidèles, la Bavière, image de marche de ces terres35, se soumet à l'autorité romaine.

128Enfin, la réunion finale de l'Angleterre et de Constantinople ressemble fort à une réunification de l'Orient et de l'Occident, à la réalisation du grand rêve de retour à l'unité de la chrétienté.

  • 36 On l'a dit la Hongrie apparaît tout à la fois comme une terre d'extrême richesses, elle est souven (...)
  • 37 G. DAGRON, art. cit. p. 197.

129Dans La Manekine, les lieux sont moins fortement connotes et relèvent davantage de la tradition narrative. Toutefois, il est intéressant de noter que les royaumes sujets à caution et dont le clergé désobéit aux règles de la chrétienté romaine sont la Hongrie et à un moindre degré l'Arménie36. Or, la Hongrie fait partie de ces royaumes dont nous venons de parler alors que l'Arménie est pour l'Orient comme pour l'Occident une terre en marge, ni tout à fait inclue dans la romanité, ni tout à fait exclue d'elle37. Rome, à l'opposé, est la ville de la réconciliation, du pardon et du miracle, autant de signes de son élection divine. Et tout oppose ces lieux jusqu'à ce que les royaumes de Hongrie et d'Arménie entrent dans le giron de la chrétienté romaine en prêtant hommage au mari de Joïe, le roi d'Écosse.

130Ainsi, il semble bien, même si cette interprétation est peut-être téméraire, que les indications géographiques données par les auteurs de nos romans aient une valeur symbolique et entrent dans un imaginaire relevant des mentalités et de l'Histoire.

131En outre, les deux romans considérés mettent en scène les problèmes soulevés par l'organisation des structures de parenté à une époque où les tensions entre l'idéologie cléricale et l'idéologie féodale tendent à se résoudre, mais où de nouvelles exigences apparaissent au sein d'une féodalité en train de se constituer en classe, la noblesse.

132En ce qui concerne le mariage, nos deux romans montrent que le contrôle de l'Église s'affermit ; l'un et l'autre font la part belle à la reconnaissance par les grands féodaux des prescriptions érigées en lois par l'Église.

133Cependant, l'exigence de la préservation de la pureté du sang du lignage qui conduisait à des alliances endogamiques voire incestueuses, au sens que le droit canon donne à ce terme, n'est pas abandonnée. Elle se retrouve dans une exigence plus grande quant au contrôle de la qualité des alliances, dans un souci plus pointilleux de préserver l'homogamie d'une classe sociale. Ce souci transparaît au xiiie siècle dans l'efflorescence de toute une littérature lignagère qui relève tantôt de l'historiographie, tantôt de narrations fictives ayant pour objet le récit de la vie d'un ancêtre mythique n'appartenant pas à ce monde.

134L'influence de l'Église se discerne également dans la part importante réservée aux parentés spirituelles. Instituées par l'Église, elles fonctionnent comme une articulation entre l'institution ecclésiastique et les pouvoirs laïcs. En fait, elles signifient la concrétisation de la main mise de l'Église sur l'organisation des liens de parenté et la tentative d'effacement de la primauté du système de parentés féodal au profit d'une organisation plus complexe : les liens de pseudo-parenté sont régis par l'Église en même temps que l'institution ecclésiastique tout entière repose sur le vaste système de la parenté spirituelle.

135Parce que les liens charnels et plus précisément le mariage sont toujours considérés comme imparfaits ou suspects aux yeux de l'Église, alors même qu'ils sont nécessaires à la pérennité de la société chrétienne, on comprend mieux que les seules solutions proposées à cette contradiction soit ou un mariage faisant une large place à l'aspect spirituel de l'union au détriment de son aspect charnel, ou le modèle idéal de l'intégration au clergé.

  • 38 J. L. FLANDRIN, Le sexe et l'Occident, Paris, 1981.
  • 39 Je pense en particulier à Sainte Hedwige dont les mérites nous sont relatés dans la Vita maior com (...)

136La Manekine offre à un public aristocratique le modèle d'une union respectueuse des devoirs imposés à des époux chrétiens38 ; mieux, le roman fait l'apologie d'une sainteté laïque et devient grâce aux vertus de son personnage féminin un véritable exemplum, rejoignant par là une littérature hagiographique qui raconte la vie de sainte femme, épouse et mère exemplaires39.

137La Vie de Saint Grégoire quant à elle propose comme seul modèle permettant d'atteindre à la perfection, la vie cléricale qui se prépare au fil des liens tissés par des parentés spirituelles toujours présentées comme exemplaires, en contraste avec les liens consanguins ou issus d'alliance qui sont eux entâchés par le péché.

138L'abbé qui recueille Grégoire, qui le baptise et qui fait de lui un clerc le fait entrer dans un réseau de consanguinité artificielle et le prépare à son futur destin. Il joue un rôle fondamental dans le dessein de Dieu, même si Grégoire atteind au pardon et devient pape par la vertu de sa contrition. La sainteté apparaît comme la récompense du dépassement de soi et des liens charnels qui entravent la part spirituelle de nos affections. Grégoire doit, pour atteindre à la perfection, échapper au poids d'une parenté pourtant réduite à des relations de consanguinité ou d'alliance directes : frère/sœur, ses parents, mère/fils, son épouse. En fait, l'exclusion de parentés plus larges et le resserrement à leur expression extrême des liens nés de la parenté naturelle et d'une alliance matrimoniale relève certes du motif du "péché monstrueux", mais signifie aussi que nous ne sommes pas ici en présence de la représentation d'un système de parenté "réel", mais que ce récit nous propose fondamentalement l'image des structures de parentés artificielles propres à l'Église : nous avons vu comment se résolvait le mariage incestueux en un mariage et une fraternité spirituels.

139Il ressort de ces remarques que nos textes transposent sur le plan littéraire, dans une fiction relevant du narratif, de l'imaginaire et du jeu rhétorique, des situations qui ont valeur d'exemple et qui révèlent l'extrême complexité de l'organisation des diverses structures de parenté dans cette société médiévale du xiiie siècle.

Notes

1 Nous pouvons citer à titre d'exemple le lai de Guigemar de Marie de France ou Le Vair palefroi de Huon le Roi, La Mort le Roi Arthur, Le Merlin ou encore le début du Tristan en Prose. Mais ce ne sont que quelques titres qui ont seulement l'avantage de présenter des exemples très différents de ceux qui vont nous intéresser.

2 Cf. l'article de Claude ROUSSEL, "Aspects du père incestueux dans la littérature médiévale" in Actes du colloque d'Amiens, Amour, Mariage et transgressions au Moyen-Age, Kümmerle Verlag, Göppingen, 1984, pp. 47-62.

3 Il n'y a pas d'édition de La Belle Hélène de Constantinople, il faut donc se reporter aux manuscrits ou au résumé qu'en donne A. KRAPPE dans un article paru dans la Romania, t. LXIII, pp. 324-329. Les citations qui suivront seront pour La Manekine extraites de l'édition H. SUCHIER, t. 1, Paris, Didot, 1884, pour La Vie de Saint Grégoire, extraites de l'édition H.B. SOL, Rodopi, 1977.

4 Cf. Contre Jovinien, II, 7.

5 Cf. A. KRAPPE, art. cit., p. 343.

6 Jean FLEURY, Recherches historiques sur les empêchements de parenté dans le mariage canonique, des origines aux fausses décrétales, Paris, Sirey, 1933.

7 Georges DUBY, Le Chevalier, la femme et le prêtre, Paris, Hachette, 1981. Voir plus particulièrement sur ce point le ch. II, pp. 42 sq. p. 54.

8 Il traite encore de ce thème dans Jehan et Blonde : le jeune homme est vaillant et plein de qualités, mais il est issu d'un milieu modeste or il tombe amoureux et épouse la fille du Comte d'Oxford. Cette mésalliance sera à l'origine de toutes sortes de péripéties. Cependant, dans Jehan et Blonde, c'est l'amour qui triomphe.

9 Sur cette vaste question, je renvoie à l'ouvrage de G. DUBY, précédemment cité et à un article de A. GUERREAU-JALABERT, "Sur les structures de parenté dans l'Europe médiévale", Annales E.S.C., nov. déc. 1981, pp. 1028-1049 dont la bibliographie est importante. Cf. également J. FLEURY, op. cit. et les Actes du colloque Famille et Parenté dans l'Occident médiéval, Ecole française de Rome, 1977. (En particulier pour ce qui intéresse ce travail l'article de Raoul MANSELLI, "Vie familiale et éthique sexuelle dans les Pénitentiels", p. 363-378.)

10 Quoique la réalité offrait des cas guère moins étonnants : cf. les exemples donnés par G. DUBY, op. cit.

11 Cf. Notre Histoire, n° 1, dossier : "les origines du mariage à l'Église", articles de J. Ch. PAYEN, F. CHIOVARO, J.B. MOLIN.

12 J'emploie ce terme dans la mesure où l'inceste, tel qu'on le rencontre dans nos textes, est un cas extrême et limite de l'endogamie. Notons toutefois que le terme recouvrait en droit canonique des alliances prohibées même si elles sont à des degrés de parenté relativement éloignés : cf. G. DUBY, op. cit. et J. FLEURY, op. cit.

13 Dans la littérature de la fin du xiie et du xiiie siècles, ces régions reviennent souvent. Elles sont présentées comme des terres lointaines, un peu inquiétantes ou comme des terres à christianiser.

14 Cf. op. cit. J. FLEURY, plus particulièrement le livre II.

15 A. KRAPPE, art. cit.

16 A. GUERREAU-JALABERT, art. Cit. pp. 1035-1036.

17 Sur le parrainage, voir le Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, t. 13, 2 s.v., "Parrain et marraine".

18 J. LEGOFF, "le rituel symbolique de la vassalité", in Pour un Autre Moyen-Age, Paris, 1977, pp. 349-420.

19 Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, t. 1, "anneaux". Voir également J.B. MOLIN et P. MUTEMBE, Le rituel du mariage en France du xiie au xvie siècle, Paris, 1974.

20 A. GUERREAU-JALABERT, art. cit., "Quant au mariage des moniales avec le Christ, il est clairement exprimé et reconnu, à date ancienne, dans l'anneau et le voile qui leur sont remis lors de leur consécration..." p. 1037. Pour le voile, voir le Dictionnaire d'Archéologie chrétienne et de liturgie, t. 15.

21 A. GUERREAU-JALABERT, art. cit. p. 1037.

22 Postface à la traduction de La Manekine, Stock. Plus Moyen-Age, 1980, pp. 268 sq.

23 Dans son étude Du Conte populaire à l'"exemplum" : La Manekine de Philippe de Beaumanoir, publiée par le Centre d'Études Médiévales et Dialectales de l'Université de Lille III, Marie-Madeleine CASTELLANI etudie ces prières, pp. 213 à 258.

24 Ibid. pp. 220-222.

25 André VAUCHEZ, Les Laïcs au Moyen-Age, Cerf, 1987, ch. XVII, p. 203.

26 Ibid., p. 207.

27 Georges DUBY, op. cit.

28 André VAUCHEZ, op. cit. p. 209.

29 J. Ch, PAYEN, Le motif du repentir dans la littérature française médiévale, Droz, 1967, pp. 519 sq.

30 Cf. éd. H.B. SOL.

31 Dictionnaire de Théologie catholique, t. VII, article "illégitime".

32 Il est intéressant de retrouver le même schéma narratif dans ce conte et dans La Manekine ; le poisson reliquaire est manifestement un motif répandu à cette époque dans la littérature.

33 C'est là encore un motif fréquent dans les contes pieux du xiiie siècle : le pénitent ou l'ermite se transforme en une sorte d'homme sauvage rejeté par tous mais, fou aux yeux des hommes, il est sage aux yeux de Dieu.

34 Ces points sont bien mis en évidence dans un article de Gilbert DAGRON, "Byzance et l'union", Colloque international du CNRS, 1274 Année charnière, 1977, p. 191-202, et plus particulièrement p. 196 et p. 197-198.

35 La Bavière est chrétienne, bien sûr, et d'obédience romaine. Elle appartient au xiie siècle à la maison des Guelfes puis passe en 1180 à la famille du comte palatin Otton de Wittelsbach, famille qui régnera sur la Bavière jusqu'en 1918. Mais il n'est pas rare dans nos textes que les noms de ces contrées lointaines soient approximatifs : elles représentent toutes une Europe orientale dont on a une image plus ou moins mythique ou imaginaire.

36 On l'a dit la Hongrie apparaît tout à la fois comme une terre d'extrême richesses, elle est souvent comparée à Byzance et en même temps, elle est associée à une image de barbarie. Quant à l'Arménie, quoique christianisée depuis le ive siècle, elle apparaît comme une de ces terres de marche plus orientale et donc plus arabe que chrétienne. Il est vrai qu'elle est sans cesse au cœur des rivalités turques et byzantines.

37 G. DAGRON, art. cit. p. 197.

38 J. L. FLANDRIN, Le sexe et l'Occident, Paris, 1981.

39 Je pense en particulier à Sainte Hedwige dont les mérites nous sont relatés dans la Vita maior composée vers 1300, mais s'inspirant d'une vita antérieure. Cf. A. VAUCHEZ, op. cit. pp. 204-209.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter