Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine religieux

Questions d'héritage, ou La Desputoison de Dieu et de Sa Mère

Gérard Gros

Texte intégral

Dieu, se plaignant de sa Mère :
"Elle a le grain et moy la paille,
De ses bienz m'a parti le mains."
Desputoison, v. 30-31.

  • 1 Piaget, A., et Droz, E. Pierre de Nesson et ses œuvres. Paris, Jeanbien, 1925. In-4°, 160p. (repro (...)

1Parlerait-on de "matrimoine" peu supportable ? Il arrive qu'on attribue au Fils lui-même la responsabilité des reproches à Notre-Dame : tel est le cas au moins dans deux textes du xve siècle, La Desputoison de Dieu et de sa Mere, et le "dicté" de Pierre de Nesson, que les éditeurs ont intitulé vaguement Hommage à la Vierge1. Dans les deux œuvres, le mécontentement de Jésus envers la réussite et l'autorité de sa Mère inaugure la fiction ou l'idée d'un procès dont le poète se contente d'être le rapporteur, ou bien dans lequel, emporté, comme Pierre de Nesson, par le zèle professionnel, il organise la défense de Notre-Dame.

2Pourquoi s'attarder à ces textes courts, et de ton singulier ? Puisqu'ils furent publiés (et que l'Hommage de Nesson, comme on sait, connut le succès), il est loisible de les tenir pour les signes d'un certain état d'esprit, ou les symptômes d'un malaise qu'ils permettent de définir. En particulier, la brève Desputoison (198 octosyllabes) ouvre des perspectives intéressantes à l'étude des mentalités.

3Au vrai, pourvu que tel soit l'objet de son dessein, la critique, employée au genre du "débat" (et donc de la "disputaison") est susceptible d'une certaine richesse d'application. S'agit-il d'un débat sérieux (comme celui du "Croisé" et du "Décroisé" de Rutebeuf) ? La critique trouve à se satisfaire dès qu'elle parvient à rencontrer dans l'"anti-texte", c'est-à-dire dans les propos de l'objecteur, la légitimité d'une réaction dressée contre le pouvoir d'une mentalité, d'une idée ou d'une idéologie employant à leur service, par poète interposé, l'apparat d'une démonstration (ainsi en va-t-il des convictions du "Décroisé" de Rutebeuf). Il est même étonnant de constater combien les artistes du Moyen Âge, soutenant une cause, de leur plein gré ou par nécessité, ont accueilli avec netteté la voix de l'opposition : cette œuvre du xiiie siècle en porte témoignage. Mais révélatrice est aussi, par le luxe de l'argumentation, et, le cas échéant, la fausseté calculée des perspectives, la défense triomphante de la cause à laquelle le poète, comme un écho des voix dominantes (et dominatrices) de son époque, applique ses convictions, ses préjugés ou ses désirs.

4S'il s''agit d'une fantaisie (telle cette Desputoison de Dieu et de sa Mere), la méthode n'est guère différente, compte tenu du recul du temps, ou, si l'on veut, du cours de l'histoire. Les faits, sans doute, infirment ou confirment les idées antérieures ; les événements finissent par légitimer les débats du passé. La prise en compte de la durée permet, au-delà de l'explication, de dévoiler certaines virtualités, de révéler certaines potentialités du texte. Une œuvre peut dissimuler des arrière-pensées ; mais elle se tisse aussi pour partie à l'insu de l'auteur. Et par exemple, que signifie cette Desputoison lorsqu'on songe à la Réforme ?

  • 2 Langlois, E. "Notice du manuscrit ottobonien 2523", Mélanges d'archéologie et d'histoire (École fr (...)

5Cette œuvre curieuse se trouve dans le manuscrit de la Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique, Ottoboni 2523, dont Ernest Langlois publiait en 1885 la notice, dans les Mélanges d'archéologie et d'histoire2.

  • 3 art. c., p. 25.

6Le volume, fortement endommagé et mutilé, de 106 feuillets de papier (0,28 x 0,22), a été écrit entre 1450 et 1460, "tantôt sur deux colonnes, tantôt en grandes lignes". "Le copiste s'est nommé en plusieurs endroits ; c'est Jehan le Leu, Joannes Lupl. Les nombreuses particularités orthographiques et même le choix des pièces qu'il a copiées prouvent qu'il était Belge ; ce n'était pas un scribe de profession, il écrivait pour son propre compte, du moins semble-t-il"3.

7Il s'agit d'un recueil de trente textes, généralement courts, d'inspiration essentiellement (mais non exclusivement) religieuse et morale. La Desputoison occupe la dixième place (f. 46d-47d), après La Vie de Saint Etienne (f. 46a-46c), et avant Le Paternostre à Saint Julien (f. 48a). L'esprit général de l'anthologie ne trahit pas une intention subversive.

  • 4 id., p. 54-55.

8L'auteur de cette Desputoison ne nous a pas laissé son nom. Au moins Ernest Langlois a-t-il déduit méthodiquement du texte la date de sa composition4. En se fondant sur le fait que le procès se déroule

"Devant le pappe, en Avignon" (v. 7),

9et en s'appuyant sur l'évocation, par Notre-Dame, du moment où son Fils l'a quittée,

"Mil anz ot à l'Ascencïon,
Trois C. IIIIXX XXXVII" (v. 115-116),

10(soit 1380 et 37 années), en tenant compte enfin du fait que les auteurs du Moyen Âge considèrent quelquefois l'année de la Passion comme la première de l'ère chrétienne, l'éditeur propose pour date de rédaction de cette œuvre "l'année 1417, sous le règne de Benoît XIII".

  • 5 p. 56-61.

11On peut lire La Desputoison, intégralement et scrupuleusement transcrite, à la suite de cette notice que donnait Ernest Langlois sur l'œuvre5. Cependant, quelques menues corrections paraissent nécessaires pour l'intelligence du texte. Si, au vers 13 ("Oy le plet déterminer"), le poète déclare avoir été le spectateur de ce débat fictif, il faut placer un point après le vers 12, faire des vers 13-14 une phrase indépendante, et rétablir son sens de la manière suivante :

"Oy le plet déterminer
Et les tesmoings examiner".

12Au vers 53, les convient mieux que le ("N'est-il nombreur qui les nombrast"). Pour le vers 66, défectueux ("A nobrer ne saroie") s'impose une restauration du genre :

"Si qu'à nobrer ne les saroie".

13Le vers 79 ("Maiz je n'y may qu'elle débat"), incompréhensible tel quel, exige d'être corrigé de la manière suivante :

"Maiz je ny may qu'elle débat" ;

14"mettre en ni", "ni mettre", signifie, dans le lexique juridique, "apporter une dénégation", "s'inscrire en faux" contre quelque chose. Il faut entendre ainsi le vers : "Mais je m'inscris en faux contre sa prétention éventuelle à débattre". Le vers 109 ("Mon fils pour ce sy ne m'a mie") doit être entendu : "Mon Fils pour cela ne me tient pas pour amie", "ne m'aime guère". Au vers 135, "reparées", comme au vers 67, convient mieux que "réparées". Au vers 159, on pourra remplacer dont par tant :

"De la rente tant seullement".

15La fin du vers 175 exige une ponctuation forte, un point ou un point-virgule. Au vers 193, il faut lire :

"Les amez, ch'elle a dit ainsy".

16Enfin, au vers, 196, la paraît meilleur que le ("Que sy bien la puissonz servir").

  • 6 Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, II, p. 636-648.
  • 7 Dictionnaire des Lettres françaises - Moyen Âge. p. 103 et 371.

17Poème de controverse, c'est au "débat" que se rattache la "disputaison", sans qu'il soit possible, d'ailleurs, de distinguer entre les deux termes. Au reste, c'est au même genre que s'apparentent ces "batailles" où le style de la rivalité prend parfois, parodiquement, les grands airs de la chanson de geste : la Bataille de Caresme et de Charnage - Jean Molinet devait traiter encore le sujet dans son Debat du poisson et de la chair6 - la Bataille d'Enfer et de Paradis, et deux œuvres courtes, à la fois satiriques et humoristiques, de Henri d'Andeli (deuxième quart du xiiie siècle), la Bataille des vins et la Bataille des sept arts7. On ne saurait isoler ces genres qui s'organisent, bien que sur des modes différents, autour du schéma fondamental de l'affrontement. En ce qui concerne le mode de la discussion (et non plus de la bataille), ce sont les lois de fonctionnement du "débat" qu'on retrouvera en examinant quelques "disputaisons".

  • 8 Pour une bibliographie de départ sur la tenson et le jeu-parti, voir par exemple Bossuat, Manuel b (...)
  • 9 Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, chap. VIII, p. 47, 1. 158-163.

18Premier trait frappant, la permanence médiévale du genre du "débat". Il est juste d'en faire remonter l'origine littéraire à la "tenson" et au "jeu-parti", dont le sujet empruntait aux domaines personnel, politique, mais amoureux surtout, et dont le ton pouvait être élégant, persifleur, ordurier par moments8. Toutefois, à côté de cette mode venue des cours de langue d'oc, il faut, pour expliquer la croissance du genre, tenir compte d'une influence intellectuelle : celle de la formation à la controverse, dispensée par les Universités, dont on trouve un écho jusque dans les conseils éducatifs que donne à Pantagruel Gargantua9 - le roman de Rabelais forme, comme on sait, le dernier miroir, mais grossissant, de la civilisation médiévale. Des recherches en ce sens permettraient peut-être, au reste, de situer sociologiquement les auteurs de débats littéraires, clercs, sans doute, plutôt que jongleurs. Quoi qu'il en soit, la tradition ancienne des "tensons" et des "jeux-partis" d'une part, et d'autre part l'influence des procédés de la dialectique expliquent, réduite à sa plus simple expression, la floraison du "débat" médiéval.

  • 10 Pour une bibliographie de départ sur le débat, voir par exemple : Dictionnaire des Lettres françai (...)

19Cependant, compte tenu de la variété des sujets, le "débat", original par sa composition, échappe aux commodes classifications des bibliographies médiévales10. Il appartient à la fois à la littérature amoureuse, par le thème de l'entretien sentimental (Débat du clerc et de la demoiselle) ou par la discussion sur une typologie galante (Débat du clerc et du chevalier) ; à la poésie politique (Desputaison du Croisé et du Décroisé, de Rutebeuf), et au domaine proprement moral et didactique (Débat de l'âme et du corps). La fin du débat (et c'est une caractéristique du genre, avec la composition alternée) appelle en principe un enseignement ou une morale, soit implicite, par la prédominance, fondamentale ou progressive, de l'un des discours, soit explicite, par le recours à un arbitrage collectif (l'auditoire) ou individuel (un juge).

  • 11 Jean Froissart, "Dits" et "Débats", éd. A. Fourrier, p. 67-70 ; textes, p. 289-301, et p. 191-203.
  • 12 Éd. J. Rychner, S.A.T.F., 1951.

20Or, l''assimilation par la littérature des aspects de la procédure judiciaire, dès le commencement du xive siècle, a précipité une forme d'évolution du "débat" vers le "jugement", c'est-à-dire la discussion d'un fait ou d'une situation dans un simulacre de tribunal. Certaines caractéristiques anciennes du genre pouvaient favoriser ce changement : le recours, précédemment évoqué, à l'autorité d'une personne capable de trancher un différend ; surtout, la confrontation de deux discours où, pour une plus grande efficacité du récit (connue depuis longtemps des sermonnaires), l'abstraction se métamorphosait au besoin en allégorie, où l'argument devenait argumentateur, l'objection objecteur. L'habillage en personnage est censé donner à l'idée une éminente autorité. Cette évolution a profité, sans doute, du passage des thèmes amoureux anciens de la poésie lyrique au mode narratif. Ainsi, pour le seul domaine de la casuistique amoureuse, Guillaume de Machaut écrit-il, vers 1340, son Jugement dou Roy de Behaingne, puis, vers 1349, le Jugement dou Roy de Navarre où s'allient les dispositions de la procédure fictive et les suggestions du mécénat (en ce qui concerne le choix du juge) ; après le Dit de la Fleur de lis et de la Marguerite, du même Machaut, Froissart rédige sa Plaidoirie de la Rose et de la Violette11 ; surtout, Martial d'Auvergne, au siècle suivant, rassemble en un livre cinquante et un "Arrêts d'Amour" (en prose)12. L'intérêt de la discussion d'une cause peut dès lors se doubler, à l'intérieur de l'œuvre, d'une observation amusée, à tout le moins réaliste, de l'appareil judiciaire.

  • 13 Œuvres complètes, éd. Faral-Bastin, I, p. 260-265.

21La composition du "débat" ou de la "disputaison" se prête particulièrement à l'élaboration d'une mise en scène. Qu'il s'agisse de montrer ou de démontrer, l'affirmation de véracité, feinte (pour divertir) ou réelle (pour convaincre) requiert l'invention romanesque d'une indiscrétion (présence cachée du poète, comme dans la Disputaison du Croisé et du Décroisé, ou encore souvenir d'un débat onirique) ; ou bien elle suppose la simulation d'un témoignage personnel, la présence du narrateur au spectacle ayant été passive (Desputoison de Dieu et de sa Mere, où le poète permet en quelque sorte à son auditoire de rejoindre la foule qui assistait au procès), ou active (Disputaison de Chariot et du barbier, de Rutebeuf13 où le poète est appelé à trancher entre gens de sa connaissance).

  • 14 id., I, P. 478.

22En ce qui concerne l'issue du débat sérieux, il semble que l'individualité du poète se laisse volontiers oublier : elle permet surtout de mettre l'autorité du témoignage écrit au service d'une vérité. Dans un débat sans juge (mais orienté néanmoins vers une solution), on se contente de consigner les faits, avec esprit si possible, et de rapporter l'inéluctable victoire de l'un des interlocuteurs sur l'autre. Cette victoire peut survenir avec une étonnante et inexplicable brusquerie, comme c'est le cas pour la "conversion" du "Décroisé" de Rutebeuf14. Mais, outre qu'un pareil retournement (dont les Vies de Saints fourniraient d'autres exemples) atteste l'imprévisible influence de la grâce, le récit en sa totalité démontre que les arguments au demeurant fort défendables du "Décroisé" n'ont pu faire mieux que retarder la reconnaissance d'un idéal tenu pour fondamentalement prédominant. Ainsi, l'individualité du narrateur s'efface volontiers devant l'évolution des choses ou la décision du juge.

  • 15 Voir Dictionnaire des Lettres françaises, p. 339b (notice de P. Raoul).

23La soumission d'un débat d'essence religieuse à l'arbitrage du pape n'est pas un thème si nouveau. Gui de la Marche, un frère mineur, avait écrit, à la fin du xiiie ou au commencement du xive siècle, une Disputatli mundi et religionis de 700 vers (Paris, Bibl. nat., lat. 7906)15 : devant l'autorité suprême de l'Église, l'allégorie du monde rassemblait les critiques traditionnelles que subissaient les ordres réguliers ; appelé à trancher, le pape se prononçait naturellement en faveur des religieux.

  • 16 Paris, Bibl. nat., fr. 608, fol. 120r°a - 121r b.

24Dans la Desputoison qui nous préoccupe, le pape, de même, donne raison au protagoniste injustement calomnié, la Vierge. L'originalité d'invention porte sur cette soumission déférente de la Mère de Dieu à l'autorité du pape. En face d'un lecteur ou d'un auditeur friand d'images, le chef de la chrétienté figure évidemment la Justice. Dans la troisième partie du Livre de la Cité des Dames, de Christine de Pisan, on voit bien dame Justice accueillir Notre-Dame dans la cité féminine et la persuader d'y demeurer16. Par ailleurs, le pape peut être appelé, le cas échéant, à régler un différend d'ordre théologique. La fantaisie de l'anonyme auteur de notre Desputoison consiste à oublier aussi bien le prestige de la divinité que l'habillage allégorique, pour leur préférer, dans une sorte de restauration réaliste, la querelle d'un fils et d'une mère devant le pape, en vue de régler une épineuse question d'héritage.

25La précédente étude, en quelque sorte périphérique, montre que le genre du "débat", pratiqué durant la seconde partie du Moyen Age, se définit par une composition, ou, pour mieux dire : une structure, et non par un sujet d'élection. L'originalité du poète consiste donc dans la mise en œuvre d'un objet de rivalité. Que nous apprend, de l'intérieur, cette Desputoison ? Quel est son sujet ? Quels sont ses enjeux ?

26Son sujet, ou plutôt son prétexte, ce sont l'abondance et le luxe des cathédrales placées sous l''invocation de la Vierge Marie. Voici que s'ouvre une perspective originale sur les relations -tendues - entre la Mère et le Fils. Dieu le Fils assigne sa Mère en justice. Il estime qu'Elle l'a spolié de son héritage, retenant par devers Elle les meilleurs édifices, et ne Lui abandonnant (la formule est savoureuse) "c'un peu d'ospitaulx" (v. 72) - les fameux "Hôtels-Dieu" - lesquels n'hébergent que des malheureux, soit misérables, soit miséreux, ou encore malades, et dont l'aménagement frôle l''indigence : un Fils de famille tel que Lui ne saurait y descendre, si l'on ose dire, sans déchoir. Marie défend, contre son envieux de Fils, la légitimité de ses possessions ; finalement, c'est à Elle que le pape donne gain de cause.

27Pour point de départ, donc, pour origine à la fiction créée, l'habitude déjà ancienne de la chrétienté occidentale de dédier les sanctuaires aux saints, et spécialement à la Vierge, avant de les dédier à Dieu. La métaphore de la "demeure", de l'"ostel" de Notre-Dame, pour désigner une église placée sous son invocation, pourrait choquer aujourd'hui, comme une contamination du spirituel par le temporel, de l'Évangile par le goût des biens matériels, comme une confusion du Temple avec ses marchands. En vérité, cette image répandue depuis les recueils de Miracles avait traduit, par le langage ou l'écrit, le désir, pour toute une époque, de croire à la réalité d'un fait : l'accueil ici-bas, par un peuple de chrétiens, d'une Notre-Dame si réellement présente qu'Elle manifestait par des miracles - toujours autorisés de Dieu - sa préférence à résider dans telle ou telle cathédrale qu'on Lui construisait, la plus solide et la plus belle, avec le souci de L'honorer.

28Un exemple, emprunté aux seuls Miracles de Notre-Dame de Chartres (troisième quart du xiiie siècle). Voici en quels termes, dans le Prologue, Jean le Marchant, parlant de Notre-Dame, expose l'intention qui doit le guider dans son œuvre :

  • 17 Éd. P. Kunstmann, p. 52 ; voir aussi Miracles I, v. 218-230, p. 58-59 ; III, v. 125-138, p. 69, et (...)

" (...)
Les miracles qu'el fit jadis
- Quant l'en fist a Chartres s'église,
Ou especial chambre a prise,
Son mestre estage et son manoir
Ou il li plest plus a manoir ;
Car, si comme elle nous revela,
Dame de Chartres s'apela
La tres haute dame seintime -
Voil metre en roumans et en rime
(...)" (v. 10-18)17.

29Il n'est pas indifférent que dans ce fragment, comme en d'autres endroits du même recueil, la Mère de Dieu soit tenue pour la dame de Chartres et du pays chartrain, au sens franchement politique du terme. Ainsi s'exprime (dans la perspective, si l'on veut, de la dévotion "populaire") un rêve de suzeraineté dont la confrontation avec la réalité politique de l'époque ne serait pas dénuée d'intérêt.

30Pour en revenir à cette image de la "demeure" de Notre-Dame, illustrant la pensée pieuse et réconfortante de sa présence effective sur terre et dans nos provinces, elle était donc familière depuis un à deux siècles avant notre texte, et le souvenir même de ces collections de Miracles, dans lesquelles il convient très probablement d'en trouver l'origine, nous est, dans cette Desputoison, suggéré par le florilège que forment les noms de pays.

  • 18 "Burs" (v. 61) est évidemment Burgos. La Table des noms propres figurant dans les romans du Moyen (...)

31Le recensement des biens de sa Mère, auquel se complaît Dieu le Fils (v. 32-71), constitue en effet un véritable itinéraire des sanctuaires de Notre-Dame, dont la plupart sont des joyaux de l'art gothique. On va d'abord de la Champagne à la capitale (Reims, Chalons- sur-Marne, Paris), puis, en faisant le tour de l'Ile-de-France, on rejoint la Normandie en passant par le Beauvaisis (Chartres, Saint-Denis, Beauvais, Rouen) ; puis on s'attarde aux contrées septentrionales, en commençant le périple en Picardie, puis en traversant l'Artois, le Hainaut, en revenant ensuite au Laonnois par le Vermandois (Amiens, Boulogne-sur-Mer, Thérouanne, Arras, Cambrai, Tournai, Noyon, Laon). Puis, comme un début de pèlerinage lointain, voici Le Puy et Rocamadour ; depuis le Quercy, via le Velay, à tire-d'aile ("autant loingz que voile aronde", v. 52...), on franchit les Pyrénées, et l'on arrive à la Vieille-Castille, après deux étapes en Catalogne et en Navarre (Montserrat, Pampelune, Burgos)18. Au total, vingt sanctuaires.

  • 19 Hamon, Abbé A. J.-M. Notre-Dame de France, V, p. 442.

32Chemin faisant, l'anonyme auteur de la Desputoison donne un fragment de liste suivie des Vierges noires, avec Le Puy, Rocamadour et Montserrat ; il cite, pour la plupart, des édifices gothiques, lorsqu'il ne s'agit pas de lieux de pèlerinages très célèbres (Boulogne-sur-Mer par exemple). Mais il arrive que dans son élan procédurier, le Fils confonde merveille architecturale et sanctuaire mariai : ainsi lorsqu'il cite l'abbatiale de Saint-Denis ou le "bon ostel" de Beauvais (il ne peut s'agir que de la cathédrale aux ogives extraordinairement élancées, qui "appartient" à saint Pierre). Ce Fils n'est pas un expert en géographie mariale (confusion d'esprit ou mauvaise foi ?). Mais ce ne sont là que bavures dans un réquisitoire juste pour l''essentiel : il n'est pas normal, au regard de la hiérarchie céleste, que Notre-Dame soit plus révérée que son Fils, mais il en est ainsi. Le plaignant déclare même ne prendre, à Laon, dans le sanctuaire de sa Mère, "ne croiz ne pille" : est-ce à Notre-Dame que venaient indûment les offrandes pour le "reliquaire contenant un morceau de l'éponge de la passion, de la vraie croix, du saint suaire, (...) et quelques-uns des cheveux de la sainte Vierge" ?19. Enfin, ces "bons ostels" de Notre-Dame attirent la fine fleur des prélats :

"Et por che que sont sy honnestez
S'y vont logier les archevêquez,
Les évesquez et les légaulx" (v. 69-71).

33La remarque du demandeur est ici tout à fait exacte : les villes citées, dans leur très grande majorité, étaient épiscopales ou archiépiscopales ; à Laon encore, le palais de l'évêque jouxte la Cathédrale Notre-Dame.

34La comparaison de ces personnes prestigieuses avec la société logeant dans les Hôtels-Dieu, propriétés du Fils, est évidemment facile, et saisissant le contraste. Marie, pour sa défense, évoque plusieurs de ces hôpitaux connus, ceux de Reims, de Paris, de Tonnerre (v. 161-162), et laisse entrevoir la rentabilité potentielle ou originelle de ces établissements :

  • 20 L'Hôtel-Dieu de Pontoise, fondé par le roi Louis IX, s'élevait au bord de l'Oise, en aval du Pont (...)

"Et puiz se luy fiz machonner
Ung bon hospital à Pontoise,20
Dont il deuist vivre bien aise,
S'il se gouvernast sag[e]ment,
De la rente dont seullement. " (v. 155-159).

  • 21 Pour la situation des HStels-Dieu au xve siècle, voir par exemple : J.-L. Goglin, Les Misérables d (...)

35Les récriminations du Fils se fondent sur la grande misère des Hôtels-Dieu21 : leur population se compose de vagabonds, de mendiants, de pèlerins pauvres, et aussi, naturellement, de malades ; l'atmosphère n'est donc pas propice au luxe des soirées de fête :

"Et je n'ay c'un peu d'ospitaulx,
Où se herbegent ly coquin,
Ly truant et ly pèlerin,
Quy n'ont ne maille ne denier ;
Telle gent s'y viennent logier
Et genz enfonduz et malades
Quy n'ont soing de compter baladez... "
(v. 72-78).

36Par ailleurs, c'est le fonctionnement même de ces établissements qui stagne dans l'indigence :

"J'ose bien par devant tous dire
Que mîelz vault seullement le chire
Que ma mère art en sez maisons
Que tous lez bienz que nous avons,
Sanz l'autre argent c'on luy apporte.
Cuidiez vous que je m'en deporte ? "
(v. 85-90).

37On voit que l'auteur s'inspire de la proche réalité, non sans fantaisie, d'ailleurs, ou plutôt avec une sorte d'humour au second degré : on peut veiller longtemps, dans les hôtels de Notre-Dame, à la lumière des cierges, tandis que dans les Hôtels-Dieu, le gîte est de peu d'agrément.

38D'autres poètes contemporains ont évoqué la situation de ces hôpitaux, par exemple Pierre de Nesson, dans son Lay de Guerre (1429). C'est Guerre qui parle :

  • 22 Il s'agit de Grâce-Dieu.
  • 23 Éd. A. Piaget et E. Droz, p. 66.

"Et saiche Dieu, quant Paix estoit en France
Et qu'elle avoit a tous donné chevance,
Quelz hostes lors a l'ostel Dieu venoient ?
Povres, poulleux, qui croix ne soustenoient
Ne n'avoient ung seul traistre denier
N'une seule bribe pour la rongier.
Mais la vieillë22 ayme tel quoquinaille".23.
(v. 646-653).

39Tel est, évoqué au passé, le fonctionnement normal de ces maisons honorant le principe de l'assistance aux pauvres. Mais le bailli d'Aigueperse, rédigeant son Lay pour distraire un prince (son ami le duc Jean Ier de Bourbon, prisonnier en Angleterre) procède, en ce discours volontiers caricatural, à une analyse socio-économique lucide ; il montre l'influence des troubles et des bouleversements sur le recrutement de la population recueillie par les Hôtels-Dieu (c'est encore Guerre qui parle) :

  • 24 éd. c. p. 66 ; voir également les vers suivants.

"Et quant je vins en France, on ne trovast
Es hostelz Dieu qui logier y daingnast.
Mais maintenant ne fault pas qu'on les quiere,
Qu'ilz y viennent a leur tresgrant priere.
Et se j'eusse longuement regné là
J'eusse piz fait dix foiz que n'est cela".24.
(v. 631-636).

40L'anonyme auteur de la Desputoison constate la même chose (en 1417, sans doute), mais l'exprime tout différemment, avec légèreté, avec un enjouement propre à déjouer les préoccupations sociales trop sérieuses. Chez lui, toute la fantaisie dérive d'une comparaison : les cathédrales vouées à Notre-Dame sont autrement plus somptueuses et mieux aménagées que les Hôtels-Dieu des villes de France. La trouvaille consiste à expliquer à partir de ce fait le comportement du patron de ces édifices, et à poser comme un a priori ce comportement. Le dédicataire ou le protecteur du sanctuaire ou de la fondation charitable est devenu possesseur, propriétaire, pleinement responsable du bien. Le voilà sensible, bien humainement, au cours des valeurs mobilières et foncières.

41Plaisante est l'idée d'avoir porté un tel débat devant le pape, à l'imitation, sans doute, des différends surgis entre religieux, pour des possessions : ces différends devaient être réglés par les autorités ecclésiastiques. L'auteur a voulu tout rapporter aux proportions et à l'allure des affaires humaines. Le vent de la liberté traverse l'invention de cette œuvre, peut-être écrite par un clerc bien informé des réalités séculières, et soucieux de divertir une assemblée plus ou moins nombreuse, mais bien pensante et spécialement dévouée à Notre-Dame.

42Cet auteur n'est pas sans talent. Outre qu'il rime avec facilité, il sait esquisser une attitude (celle du pape installé pour juger, v. 7 à 11), ou suggérer par quelques traits toute une existence : celle par exemple du gagne-petit de La Rochelle - c'est Jésus - tournant les "hastierz", jouant aux dés et portant "les petiz pastez / Par les tavernez de la ville" (v. 140-150).

43Les propos des interlocuteurs ne sont dénués ni de pittoresque, ni même de truculence :

"Rongié m'a jusquez a la couenne",

44reproche Dieu à sa Mère (v. 41). Le propos est un peu vif ; sans doute faut-il y voir l'impertinence d'un jeune homme (qui doit avoir une quarantaine d'années).

45Il est vrai que ces textes narratifs du Moyen Âge n'hésitent pas à prêter à la divinité ou aux saints une liberté de langage volontairement comique ou excessive, mais moins choquante pour un auditeur du xve siècle que pour un esprit tout à fait moderne. Question de style, peut-être : en l'occurrence, nous attendrions entre ces interlocuteurs plutôt le style sublime. Mais le sujet lui-même, portant sur des intérêts matériels, est tempéré, voire bas : la convenance entre le propos et l'expression humilie le style.

46Marie Elle-même, exaspérée par les prétentions de son Fils ingrat, ne modère pas son irritation (v. 163). Enfin, la formulation de l'ordre que le pape donne à Marie de plaider, ne manque ni de fermeté, ni surtout de saveur, vu la qualité de l'interlocutrice :

"Car par le foy que je vous doy,
Se vous ne luy faitez raison
Je vous feré mestre en prison" (v. 105-107).

47Vertu par ailleurs suggestive des mots : lorsque Marie rappelle, dans sa plaidoirie, sa patience studieuse de femme "seulette", comme eût dît Christine, d'épouse et de mère abandonnée, menant " [s]a besoingnette" et filant " [s]a quenoullette" (v. 126-127), elle sait transformer son propos en confidence désenchantée ; comment, à en croire la tradition, méconnaîtrait-elle la vertu "piteuse" de son langage ?

  • 25 Voir É. Male, L'Art religieux du xiiie siècle, I, p. 30.

48Surtout, l'interprétation qu'on fait donner à Marie de l'attitude connue du Fils frappe par son audace humoristique. On sait que l'iconographie représentait Jésus pieds nus, ce qui eût été inconvenant pour la Vierge comme pour les saints25. Deux fois (v. 143 et v. 169), Marie entend cette particularité comme un signe de coupable indigence. Mais voici qui est plus étrange :

"Je l'ay maintez foiz regardé
En chez moustierz, les braz tenduz,
Povrez, nuz piéz et mal vestus ;
Bien scay que ainsy se maintenra
Tant que che siècle chy durra... "
(v. 167-171).

49Abstraction faite de la croix, cette attitude du Fils trahit la misère, le laisser-aller et la paresse. Décidément, dans ce texte léger, le personnage de Marie prend sa revanche jusque sur le Stabat Mater dolorosa...

50Le sens du trait réaliste, le pittoresque et la truculence des propos, enfin l'audace humoristique, donnent à la Desputoison ce caractère dominant d'œuvrette divertissante. La juger comme une entreprise blasphématoire serait évidemment se tromper de registre. Cependant, le fait original, dans l'histoire de ces textes à parti pris mariai, est cette idée prêtée au Fils d'intenter un procès à sa Mère à cause des biens soi-disant usurpés. C'est le développement de cette idée qui permet de suivre, comme en filigrane, certains contours des mentalités.

  • 26 Iconographie de l'art chrétien, II, 2 (Nouveau Testament). p. 67-68.

51Dès le début du texte, l'auditoire est prévenu de l'audace arrogante du Fils qui "guerroie" sa Mère (v. 2) ; c'est le scandale de ce procès intenté à Marie par Dieu (v. 4) qui forme l'aventure exploitée par la narration. La décision du juge (v. 184-190) montre que les prétentions du Fils sont injustifiées, et que le reproche publiquement adressé à Notre-Dame de se conduire en mère abusive n'est que pure calomnie. C'est donc en tout bien tout honneur qu'Elle possède tant de belles résidences que ne saurait ni conserver ni entretenir un Fils immature. Irresponsable et déclassé, ainsi nous est présenté celui-ci, non sans une complaisance amusée. À un premier stade d'explication, cette Desputoison constitue, comme en a jugé synthétiquement Louis Réau26, un document sur l'hyperdulie de la Vierge Marie au dernier siècle du Moyen Âge. Fantaisie symptomatique, puisqu'elle va jusqu'à soutenir la primauté, sinon de principe, du moins de fait, du culte de Notre-Dame sur la foi même en Dieu. Une telle composition, évacuant tout contenu doctrinal, innocente peut-être du point de vue de ses conséquences, mais non quant à son origine, permet de comprendre l'apparition, au siècle suivant, de la Réforme.

52Entre le statut ancien, à la fois iconographique et poétique, de Marie "dame du ciel", "reine" ou "régente" du monde, et la perspective théâtrale et réaliste de la Desputoison, s'intercale un goût parodique de l'explication, que met en œuvre la plaidoirie. A" la dignité correspondent, chez ce personnage, l'extérieur et la fortune, dont nous connaîtrons les tenants et aboutissants.

  • 27 Existait-il, faisant allusion à cette ville, une expression comparable à la locution hypothétiquem (...)
  • 28 chap. XLIX.

53En ce qui concerne le Fils, l'évocation biographique est, au rebours, l'histoire d'une déchéance. L'étrange fragment sur sa condition de gagne-petit errant aux rues de La Rochelle est-il une improvisation de l'auteur, cachant quelque allusion précise, ou suit--il l'aventure rapportée par un dit ou une légende antérieurs ? Il faudrait rester vigilant quant à ses sources éventuelles27. Au demeurant, cette déconfiture surprend autant dans ce texte qu'un siècle plus tard, dans Gargantua, celle, à laquelle elle fait songer, du Chevalier de la bile-amère, Picrochole, devenu, du fait de son ambition maladive, "pauvre gaignedenier à Lyon"28. Comme dans le roman de Rabelais, l'historiographie romanesque d'un grand de ce monde devient évasive : fuite au loin par nécessité, quête de l'anonymat plus ou moins clandestin dans une ville, improvisation d'expédients pour vivoter...

54Comment reconnaître et respecter Dieu sous l'apparence de ce va-nus-pieds, de ce fils prodigue (sans espoir de retour) ? Ici, la dignité originelle ne paie pas de mine, et même se dégrade progressivement. Mais l'exagération humoristique trahit un autre aspect des mentalités : l'aperçu de l'existence que mène ce "povrez méhaigniéz" rochelais indique, de manière caricaturale, l'embarras des esprits de l'époque devant le contraste, chez le Christ, entre la dignité et le comportement, entre la divinité et la simplicité. Le pauvre n'a pas le visage du Christ, mais le Christ déchoit en pauvre. Ce contraste est érigé en contradiction : l'exemple de la pauvreté rayonnante, du dénuement ascétique n'est plus compris. Ce n'est pas Dieu qui, en raison de son appartenance à un ordre transcendant, refuse le royaume de ce monde, c'est le royaume de ce monde qui se refuse à Dieu le Fils, coupable de déclassement.

55Ainsi, de l'entrelacs des motifs présents dans ce petit texte ressortent quelques informations susceptibles de répondre à l'interrogation sur les mentalités : la dignité de Notre-Dame, attestée par le nombre et l'opulence de ses possessions, est légitime et inspire un respect sans nuance ; l'incohérence de comportement du Fils, Dieu mais pauvre, et responsable de la ruine de ses biens, rehausse, par contraste, le prestige de sa Mère. Toute cette fiction n'est envisageable qu'à partir du moment où le réalisme social prend le pas sur l'idéal évangélique.

56Cette Desputoison présente en effet l'expansion de la dévotion mariale uniquement en termes de possession matérielle. La discussion sur la primauté du culte de Notre-Dame s'est métamorphosée en un procès concernant un héritage. L'attrait de l'argent, ou de sa traduction sociale, que représentent les biens, imprègne le texte entier. Dans ces 198 vers, la locution imagée "sans croiz ne pille" revient trois fois (v. 48, 119, 149), à quoi s'ajoute l'équivalent "ne maille ne denier" (v. 75). Le terme de "biens" apparaît cinq fois (v. 3, 23, 31, 88 et 165), relayé par les notions d'"argent" (v. 89), de "richesse" (v. 134) et de "rente" (v. 159).

57Pour parler plus techniquement, le demandeur s'en prend d''abord aux biens immeubles de sa Mère ; ce sont des constructions d'une grande qualité architecturale, parfois des églises fortifiées ("forte maison", v. 56 ; " (...) sez maisons closez de murz / A' haultez tourz et a créneaux", v. 62-63) et des résidences agréables ("bel demourer", v. 40 ; "le pluz biau lieu de la ville", v. 47 ; des maisons "honnestez", v. 69) ; en résumé, de "bons hôtels" (v. 32, 38, 42, 60-61), des "maisonz de grant valour" (v. 50). Il évoque ensuite l'abondance et la somptuosité des biens meubles que contiennent ses résidences en Espagne : ce sont des objets du culte et des joyaux (les "VIXXlanpez d'argent" de Montserrat, v. 57 ; les reliquaires, les "fiertrez", "calicez et joyauz", v. 64) et des parements (les "drapz de fin or et de soie" pour les "haultez jornéez", v. 65-68). Enfin le Fils évalue les proportions du revenu et de la dépense : par exemple, le budget de fonctionnement engagé dans les résidences de Notre-Dame dépasse le capital immobilier et mobilier que lui-même détient (voir l'exemple de l'éclairage, v. 85-90).

58Ainsi, l'auteur paraît s'appuyer sur la conviction qu'il n'est pas d'honneur sans argent, et que l'argent, bien employé, bien défendu, rend honorable. Le schéma de l'ancien débat et les cadres plus récents de la littérature juridique s'appliquent en faveur du protagoniste, et, à travers lui, de tout un groupe social qui, loin de se défier de la notion de richesse, connaît la valeur des ressources venues du travail, et entend conserver et entretenir au mieux son bien. On ne peut manquer d'être frappé, en même temps, de l'absence dans le texte de tout titre nobiliaire. Marie, autrefois, ou ailleurs, reine du monde, n'est ici qu'une dame honorée, devenue riche, et une sage et honorable administratrice. L'aristocratie qu'on devine dans le texte est une aristocratie perdue. Au rebours du Fils qui s'est laissé aller, non sans veulerie, au découragement, Marie a lutté avec persévérance et humilité. Cette Desputoison traite avec enjouement de la préséance de Notre-Dame sur Dieu le Fils, en la mesurant à l'aune des valeurs reconnues par la bourgeoisie : l'aisance ou l'enrichissement obtenus à la faveur du travail de l'artisanat.

  • 29 Une béguine : voilà qui devait plaire au copiste, ou au compilateur du recueil, vu sa patrie ! Voi (...)
  • 30 sur le thème de la Vierge tisserande, voir la légende de saint Hubert (par exemple dans l'Iconogra (...)

59"Femme desconfortée" (v. 125), brusquement abandonnée de son Fils et du Père de celui-ci - il n'est évidemment pas question de l'époux Joseph qui n'a rien à voir avec cette affaire de famille, et que l''on ne rencontre guère, d'ailleurs, que lors de l'idylle sacrée de Noël - Marie s'est mise, ou remise, au travail, à " [s]a besoingnette"/ Et à filler [s]a quenoullette" (v. 126-127). L'auteur donne à Marie âgée l'emploi du temps d'une béguine29, comme certains peintres flamands contemporains lui en donnent l'habit. Cette heureuse improvisation concernant la vie quotidienne de la Vierge après l'Ascension30 se fonde, comme on nous le rappelle habilement, sur le travail qu'elle effectuait avant la naissance du Christ :

"Mon filz scet bien que je savoie
Bien ouvrer avant qu'il fust né... "
(v. 131-132).

  • 31 Voir Daniel-Rops, Les Évangiles de la Vierge, p. 151.
  • 32 id., P. 140.

60Si l'on en croit les Évangiles apocryphes, en effet, Marie apprit, tout enfant, au Temple, le travail de la laine (Évangile du Pseudo-Matthieu, chap. VI)31 ; avant la Visitation, elle travaillait encore la pourpre et l'écarlate (Protévangile de Jacques, chap. XII)32.

61L'occupation manuelle de la Vierge âgée pourrait n'être que l'image de la résignation à la solitude et de la nécessité d'assurer sa subsistance : filer le temps, en somme, et gagner son pain ; cependant, plus que le fait lui-même, importent ses conséquences, un peu lestement présentées comme vraisemblables. En travaillant la laine et en confectionnant des "chainturez de soie" (v. 130), dit Marie,

"Ensement ay en vérité
Les granz richesses acquestéez
Dont mez maisons sont réparéez
Où je fay faire mon serviche. "
(v. 133-136).

62Pour que l'idée ait paru recevable à l'auteur, de la possibilité d'enrichir un vaste patrimoine à partir des ressources d'un travail individuel de confection, il faut admettre que cette première moitié du xve siècle dut connaître, entre autres dans le secteur de l'artisanat de luxe, des exemples de réussite financière rapide et importante. À l'opposé, d'ailleurs, l'errance désabusée du Pils atteste que des faillites tout aussi spectaculaires durent se produire à la même époque. Ce dernier fait est confirmé par Pierre de Nesson, lorsqu'il évoque justement, dans son Lay de Guerre, le recrutement des Hôtels-Dieu (c'est Guerre qui se glorifie de ses propres faits et gestes) :

  • 33 Il s'agit, bien entendu, de Grâce-Dieu.
  • 34 éd. c., p. 66.

"Elle m'a fait bien mal ce qu'elle doit,
L'orde vieille33, car, se l'en ne l'ardoit, Je luy remplis, dés si tost que je vins,
Tous ses hostelz d'honorables quoquins.
Et si garday son Dieu bien d'avoir fain
Qu'a tous je fiz pour lui querir le pain,
Voire mesmes a gens de bien grant lieu,
Celeement, fiz je querir pour Dieu,
Et a enfans de barons et de contes
En ay je fait recevoir de grans hontes. "
(v. 621-630)34.

63La Desputoison présente d'un côté les vertus du métier, du travail engendrant le profit, permettant l'acquisition des richesses et préparant à la gestion attentive des biens ; de l'autre, l'incurie et les libertés du prince prodigue. Elle anime l'éternel débat symbolique entre le labeur persévérant et la fantaisie insouciante, la querelle immuable de la cigale et de la fourmi. C'est ainsi qu'elle contient un argument de fable, comme, dans l'allure, quelques qualités du fabliau. La conclusion, c'est-à-dire l'arrêt rendu par le pape, prouve la revanche du travail manuel sur la négligence du fils de famille. C'est à cause de sa conduite, donc par sa faute, que Dieu le Pils est déchu, et non à cause de l'inconstance de la Fortune. L''allusion résignée à la déesse aveugle serait-elle surtout, à l'époque, un alibi facile ? Toujours est-il que la patience, la stabilité, l'attention au travail sont présentées comme des qualités qui transforment la vie et le monde. Il est loisible d'y voir l'esquisse d'un idéal en fonction duquel, dès le commencement du xve siècle, la bourgeoisie était en mesure d'envisager pour elle-même un avenir faste.

  • 35 voir Senefiance, 6 (1979), p. 238-258.

64Dans L'Advocacie Nostre Dame35, le pouvoir de Marie apparaissait dans sa mission de protectrice infaillible des hommes, dans son efficacité à convaincre un Juge plein de majesté, son Fils. Tous les arguments, et singulièrement l'argument maternel, lui étaient bons pour parvenir à ses fins. C'était le diable, l'accusateur, Satan, qui lui reprochait son ascendant sur Dieu le Fils : on connaît trop bien le personnage pour lui accorder la moindre bonne foi, la moindre honnêteté. Dans les Miracles par personnages, c'est encore lui qui critique, en termes vifs, parfois ignobles, cette influence de la Hère sur le Fils : on ne saurait le croire ; il n'est que pitoyablement comique. Il n''y a pas lieu en effet d'estimer qu'il dit tout haut ce que chacun penserait tout bas ; l'inconscient collectif se persuade à coup sûr que la bonté maternelle est opportune, dût-elle porter ombrage à la dignité peut-être plus réservée du Fils, et reléguer Dieu le Père dans un arrière-plan excessivement flou. Mais les récriminations diaboliques sont intéressantes, dans la mesure où elles montrent que le développement de la miséricorde mariale attire une hantise contiguë : celle du pouvoir excessif, voire abusif, de la Mère.

65Quelque légère et spirituelle qu'elle soit, fantaisie apparemment sans conséquence, la Desputoison du manuscrit ottobonien met au grand jour le conflit en le mesurant au patron des comportements familiaux. Ce conflit, latent, est parvenu à un état de crise, et ne peut se résoudre que par une querelle, ou, mieux : un procès. De trop nombreuses précautions sont prises, et des torts trop importants incombent au Fils, pour que la sentence, même en resituant rapidement les droits et devoirs respectifs, ne confirme pas la primauté de la Mère. L''audace de l'invention, déjà désamorcée par la fantaisie, trouve sa justification dans une mentalité commune où la déférence envers la Mère a fini par susciter la préférence de Notre-Dame au Christ. C'est pourquoi l'on ne s'interrogera guère sur l'anonymat de ce texte, ni sur l'unicité de la copie ; il n'y a pas lieu d'en déduire l'expression d'un désaccord ou d'une révolte ouverte contre la doctrine dominante ; ces deux faits cachent plutôt la modestie de l'auteur et de l'œuvre. Probablement destinée d'abord à un public restreint par un écrivain amateur, cette Desputoison aura été conservée, sans doute, grâce aux soins d'un collectionneur de textes et de fantaisies religieux qui l'aura trouvée plus ou moins par hasard.

66Ainsi, l'application des formes de la littérature juridique permet-elle de confirmer la prééminence de Notre-Dame. L'auteur anonyme rend justice à la Mère ; ou plutôt, c'est Marie elle-même, dont on connaît la longue habitude de la plaidoirie désintéressée, qui se défend efficacement. Une telle Desputoison apparemment sans conséquence est en définitive très éloquente. Cette audacieuse idée d'un procès dont Dieu le Fils et Marie sont les acteurs, le singulier Pierre de Nesson, dans son Hommage à la Vierge, va l'envisager, mais en évitant de la développer. Convaincu encore de la prééminence maternelle, il se voudra simplement, mais avec beaucoup de conscience professionnelle, l''avocat de Notre-Dame, pour réfuter les griefs éventuels du Fils : il ne jouera plus le chroniqueur d'une triste affaire de famille portée sur la place publique.

Notes

1 Piaget, A., et Droz, E. Pierre de Nesson et ses œuvres. Paris, Jeanbien, 1925. In-4°, 160p. (reprod. Slatkine).

2 Langlois, E. "Notice du manuscrit ottobonien 2523", Mélanges d'archéologie et d'histoire (École française de Rome). Ve année, 1885 ; In-88 ; p. 25-80. C.r. par P. Meyer dans Romania, XV, 1885, p. 153. Dans son mémoire : "Notices des manuscrits français et provençaux de Rome antérieurs au xvie siècle", qui occupe entièrement la seconde partie du tome XXXIII (1889) des Notices et extraits des manuscrits, E. Langlois a donné (p. 288-289) l'énumération des pièces de ce même manuscrit (C.r. par P. Meyer, dans Romania, XIX, 1890, p. 309-313 ; compléments de É. Picot, p. 313-314 et suppléments de A. Thomas, p. 599-608).

3 art. c., p. 25.

4 id., p. 54-55.

5 p. 56-61.

6 Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, II, p. 636-648.

7 Dictionnaire des Lettres françaises - Moyen Âge. p. 103 et 371.

8 Pour une bibliographie de départ sur la tenson et le jeu-parti, voir par exemple Bossuat, Manuel bibliographique, n° 2243-2254, à compléter avec le Dictionnaire des Lettres françaises, p. 460b, p. 704b ; Encomia, II, 1, 690.

9 Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, chap. VIII, p. 47, 1. 158-163.

10 Pour une bibliographie de départ sur le débat, voir par exemple : Dictionnaire des Lettres françaises, p. 240b - 242a ; Encomia, II, 1, 32, 123, 969 ; Perspectives médiévales, 4, n° 169.

11 Jean Froissart, "Dits" et "Débats", éd. A. Fourrier, p. 67-70 ; textes, p. 289-301, et p. 191-203.

12 Éd. J. Rychner, S.A.T.F., 1951.

13 Œuvres complètes, éd. Faral-Bastin, I, p. 260-265.

14 id., I, P. 478.

15 Voir Dictionnaire des Lettres françaises, p. 339b (notice de P. Raoul).

16 Paris, Bibl. nat., fr. 608, fol. 120r°a - 121r b.

17 Éd. P. Kunstmann, p. 52 ; voir aussi Miracles I, v. 218-230, p. 58-59 ; III, v. 125-138, p. 69, et v. 298-300, p. 73.

18 "Burs" (v. 61) est évidemment Burgos. La Table des noms propres figurant dans les romans du Moyen Âge de L.-F. Flutre ne mentionne (p. 213) que les formes "Burges", "Burgues". La forme "Burc" est attestée dans Galïens li Restorés, suivant la Table des noms propres (...) compris dans les chansons de geste imprimées, de E. Langlois (p. 124). Mais on trouve "Bors d'Espagne" pour "Burgos" dans L'Entrée d'Espagne (éd. A. Thomas, v. 8657). Voir aussi A. Moisan, Répertoire, tome II, vol. 4, p. 538.

19 Hamon, Abbé A. J.-M. Notre-Dame de France, V, p. 442.

20 L'Hôtel-Dieu de Pontoise, fondé par le roi Louis IX, s'élevait au bord de l'Oise, en aval du Pont de l'Aumône. Reconstruit entre 1823 et 1827, il fut incendié par les bombardements de juin 1940. Sur son emplacement se trouvent aujourd'hui une piscine et un jardin public.

21 Pour la situation des HStels-Dieu au xve siècle, voir par exemple : J.-L. Goglin, Les Misérables dans l'Occident médiéval, Le Seuil, 1976, p. 147-189, et p. 241-242 ("Orientation bibliographique").

22 Il s'agit de Grâce-Dieu.

23 Éd. A. Piaget et E. Droz, p. 66.

24 éd. c. p. 66 ; voir également les vers suivants.

25 Voir É. Male, L'Art religieux du xiiie siècle, I, p. 30.

26 Iconographie de l'art chrétien, II, 2 (Nouveau Testament). p. 67-68.

27 Existait-il, faisant allusion à cette ville, une expression comparable à la locution hypothétiquement proverbiale "povre mercerot de Rennes" (voir Villon, Testament, v. 417, et J. Dufournet, Recherches, I, chap. V, p. 195-211) ou bien La Rochelle apparaissait-elle, pour ainsi dire, comme une cité du bout du monde ? Cf. cette ballade (proche, par l'inspiration, de la sotte a-moureuse), publiée par M. Schwob :
"J'aymeroye mieulx estre borgne ou boiteux
Que à jamais retournasse vers elle :
Car la retraire ne pourroient tous ceulx
Qui sont d'icy jusques à la Rochelle..."
Le Parnasse satyrique du xve siècle, anthologie de pièces libres publiée par M. Marcel Schwob. Paris, 1905, pièce LX, p. 120, v. 21-24 (reprod. Slatkine, Genève, 1969).

28 chap. XLIX.

29 Une béguine : voilà qui devait plaire au copiste, ou au compilateur du recueil, vu sa patrie ! Voir en outre J.-L. Goglin, o.c., p. 171 (avec note bibliographique).

30 sur le thème de la Vierge tisserande, voir la légende de saint Hubert (par exemple dans l'Iconographie de L. Réau).

31 Voir Daniel-Rops, Les Évangiles de la Vierge, p. 151.

32 id., P. 140.

33 Il s'agit, bien entendu, de Grâce-Dieu.

34 éd. c., p. 66.

35 voir Senefiance, 6 (1979), p. 238-258.

Auteur

Université de Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter