Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine religieux

Les saints et leurs familles dans les vies de saints occitanes

Gérard Gouiran

Texte intégral

1Le Christianisme pose une grave question au monde médiéval si fondamentalement attaché à la valeur du lignage et, par là, à une certaine conception de la famille. Comment en effet la concilier avec un Christ qui proclame : "Je suis venu mettre la division entre le fils et le père, entre la fille et la mère, entre la belle-fille et la belle-mère", puis : "Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi ; et celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n'est pas digne de moi (Matthieu X, 35-37-38), avant de mettre en pratique ces principes en répondant à celui qui lui annonce : "Ta mère et tes frères sont là dehors, qui demandent à te parler" : "Qui est ma mère et qui sont mes frères ? " (Ibid. XII. 47-48) ?

2Voilà qui ne pose guère problème dans cette sorte de schizophrénie tranquille qu'est la vie de l'homme ordinaire, ce permanent compromis entre l'Idéal et les nécessités journalières qui conduit à l'élaboration d'un christianisme pratique, mais il en va tout différemment à propos des saints, gens qui se distinguent précisément par le refus de la tiédeur des compromissions douillettes.

  • 1 E. Höpffner et P. Alfaric, La Chanson de Sainte Foy. Paris 1926.

3Dans le petit nombre de vies de saints qui illustrent la littérature occitane médiévale, je me référerai, sans même puiser dans la Chanson de sainte Foy1, peu prolixe sur notre sujet, aux oeuvres suivantes, citées dans l'ordre chronologique de leur composition :

  • la Vida de santa Enimia (début du xiiième siècle)2,
  • la Vida de sant Honorat de Raimon Feraut (fin du xiiième s.)3.
  • la Vida de la benaurada sancta Doucelina (début du xivème s.)4.
  • la Vida del glorios sant Francés, adaptation de la Legenda Major de saint Bonaventure (première moitié du xivème s.)5.

4Ces quatre textes décrivent des périodes très diverses et, on le comprend bien, il y aura une différence fondamentale entre les deux plus anciennes, qui renvoient à la légende des temps héroïques d'un christianisme conquérant, et les deux autres, où l'oeuvre littéraire ne sert pas a glorifier un lieu de pèlerinage, mais se veut d'abord témoignage sur la vie de saints contemporains ; toutefois ce corpus présente une certaine unité pour avoir été écrit entre le début du xiiième et celui du xivème siècles.

  • 6 Loc. cit. vv. 65-75.

5Heureux ceux qui trouvent dans leur famille un marchepied vers la sainteté comme c'était le cas dans l'oeuvre fondatrice de la littérature occitane où les mérites du père de sainte Foy lui valaient en récompense une fille aussi sainte : Audirez qo-ll a Deus honrad E quan car aver l'a donad : Filla-l doned de tan bon grad, FIDES a nom per Deu mandad6.

6En fait, il n'est pas si fréquent qu'un père joue un tel rôle ; il entrave plus souvent son enfant, nous le verrons, qu'il ne l'entourage et seul le père de Douceline la guidera vers les pratiques de la charité. De fait, ce Berenguier, marié à Huga, ques era de Barjols, femena de vertat, mène avec elle une sainte vie : am gran pietat e am misericordia, los paures acullian, e-ls malautes e-ls dezai-zatz Servian en lur hostal, e lur aministravan de lurs causas largamens, am gran compassion, e en las sanctas obras de pietat despendian so que Dieus lur donava (pp. 41-42). Le père de Douceline va même jusqu'à la fournir en "pratiques" : Le paires volia qu'illi servis los paures qu'el costumava, per amor de Dieu, tenir en son hostal ; e-ls malautes e-ls dezaizatz que trobava per las carrieras ho vias, aduzia le bons homs, dizent "Filla, ieu t'aduc e t'aporti gazinh" (p. 45).

7Il n'empêche toutefois que ce ne sera qu'à la mort du pauvre saint homme, expédiée en cinq mots, que Douceline pourra quitter l'abiti seglar, comme si, tout saint qu'il était, l'existence de ce père était une entrave liant Douceline au monde. Cette impression est confirmée par le sort des nièces de la future sainte : quand elle ouvre la maison de Roubaud, li sancta maire doas nessas sieuas volc que fossan premieras, quez era mortz lur paires, e tiret las a Dieu, ajustet las am si, va las enbeguinir (p. 59).

8Pour la pauvre Huguette de Barjols, inutile de nous en préoccuper plus que Philippine de Porcelet, l'auteur probable de cette vida ; après sa rapide apparition dans les lignes citées, on ne la mentionne plus ; on verra que dans les vies de saints, le rôle des mères manque de relief ou s'achève rapidement (il n'en est même pas question pour sainte Foy !).

9L'action des frères est plus fréquemment positive (après ce que nous avons vu des mères, on ne s'étonnera pas que les soeurs interviennent assez peu ; seul saint Honorat en est pourvu et encore n'intervient-elle que pour offrir au diable une prise pour tenter le saint !).

  • 7 Histoire de Saint Louis, éd. A. Pauphilet, in Historiens et Chroniqueurs du Moyen Age, Paris 1952, (...)

10On trouvera normal que le frère de Douceline joue un rôle important dans son histoire si l'on se souvient de l'extraordinaire personnalité de ce frère Hugues de Digne, l'un des premiers franciscains de Provence, dont il fut un temps provincial avant de renoncer à sa charge pour redevenir un simple frère. A son retour d'Orient, saint Louis le fit mander à Hyères et en reçut le prêche vigoureux dont parle Joinville7 : Li roys oï parier d'un cordelier qui avoit nom frere Hugue, et pour la grand renommée dont il estoit li roys envoia querre celi cordelier pour li veoir et oïr parler ... Li commencement du sermon fu sur les gens de religion, et dist ainsi : "Seigneur, fist-il, je vois trop plus de gent de religion en la court le roy, en sa compagnie, qui n'y devroient estre." Sur ces paroles : "Je touz premiers", fist-il. Comme sa sœur, il a d'ailleurs été élevé au rang des bienheureux et a reçu un culte public.

11Ce serait peu de dire que frère Hugues accompagnera sa sœur toute sa vie de son affectueuse autorité puisque, après la mort de Douceline, mot devotamens pauzeron la en aquel luoc on le santz paires, fraire Hugo, permieramens era agutz pauzatz (p. 222).

12On peut s'interroger sur la nature du pouvoir qu'il exerce sur la sainte : s'agit-il d'une autorité religieuse ou de celle d'un frère dont la mort du père fait le chef du lignage, puisqu'il n'est guère question de l'autre frère qui vécut dans le siècle et mourut assez tôt comme on l'a vu ? Il s'agit sans doute bien de celle-ci lorsque frayre Hugo de Dinha fon annatz a Paris, e fes la recebre a las sorres Menors de Jenoa (pp. 54-55), ce qui est bien légitime de la part d'un franciscain. On remarquera tout de même que l'auteur prend bien soin de noter qu'elle s'y rendit jassiaisso qu'illi fos receupuda en Prohensa en motas autras partz, en monestiers de monegas, ce qui suggère qu'elle trouve quelque peu étrange qu'on l'ait envoyée si loin de Digne.

13On est donc surpris que cette autorité ne se manifeste pas lorsqu'il s'agit pour la sainte de choisir une règle. Lorsque Douceline raconte à son frère la vision qu'elle a eue à Hyères où lui apparurent doas humils donnas, ques eran d'un semblant, las quais anavan mot honestamens am vels clars blancs de tela cubrent lurs caras, ab mot gran honestetat, e li vestir eran tug negres (p. 53), qui lui déclarèrent : Nos, feron cellas, em d'aquest orde que plas a Dieu. Bien au contraire, selon le texte, cant le sans traite Huguo ac auzit d'ela e entendut diligentmentz, sauput quez ac tot son entendement, non vole prezes autre orde, mais vole qu'illi prezes en si aquella forma e maniera de vieure, davant totz estamens, am la vida que tenc (p. 55).

14Laissons de côté le fait que la formulation laisse entendre que frère Hugues aurait pu vouloir qu'elle adoptât une autre règle ; il est plus intéressant de nous interroger sur les relations qui lient en Provence les franciscains et les Béguines en Provence.

  • 8 Loc. cit. vv. 65-75.
  • 9 Histoire de Saint Louis, éd. A. Pauphilet, in Historiens et Chroniqueurs du Moyen Age, Paris 1952, (...)

15De fait, dans la Complainte sur la mort de Robert d'Anjou8, l'auteur envoie sa complancha à Aix y prier devotament santa Clara afin qu'en Paradis avocada li sia9. Jeanroy nous apprend dans sa note (3) que "Un couvent de Clarisses avait été fondé dans cette ville par la reine Sancha quelques années plus tôt (1337) ". Si la fondation de ce couvent en 1337 revêt une telle importance, on admettra qu'il est bien improbable qu'il ait existé des couvents de Clarisses vers 1240, quand Douceline entra en religion. Les Béguines semblent, alors prendre en Provence la place normalement dévlue aux Clarisses. Elles se situaient sûrement dans cette région dans l'orbite du mouvement franciscain, puisque, dans le songe d'une dame de Roubaud, les saints s'étonnent ; Sotz la man de sant Frances ti est regida ! e tu con non portas lo sieu abiti, ni l'abiti de santta Clara, ni de las autras relegions ? (p. 239) et Dieu vient au secours de l'âme en ces termes : Ilh es, so dis, d'un estament qu'ieu ami, lo qual ai en ma garda e le quais si regihis desotz la man de sant Frances (p. 240).

16En tout cas, Douceline sera toute sa vie une fervente de saint François pour qui avia sobeirana amor (p. 127) au point que tostemps mon senher sant Frances avia en la boqua (p. 131). Elle lui ressemble d'ailleurs sur bien des points et la seule mention de son nom suffit à la jeter en extase : Non podia auzir parlar de Dieu, ni de Nostra Donna, ni neis de sant Frances, ni de sans ni de sanctas qu'illi non fos moguda az alcun tirament (p. 108).

17Ainsi donc, en choisissant les Béguines plutôt que les sœurs Mineures, il est tout à fait certain que Douceline ne s'opposait en rien à la volonté du chef de son lignage.

18Il existe dans ces Vidas un autre frère qui accompagnera, précèdera même le saint en titre au paradis, mais on doit reconnaître que le frère de saint Honorat, ce Girman que le baptême transformera en Venanz, est loin de jouir, en tant que personnage littéraire, de l'autonomie du très rugueux frère Hugues.

19Il sera question de lui pour la première fois lorsque le roi de Hongrie, Andrioc, ne sachant plus comment ramener à l'hérésie son fils aîné Andronic (le futur saint Honorat), s'adresse au cadet Girman qu'era guays e leugiers El ma(n)dament son payre fasïa volenties (vv. 877-878) pour lui demander d'intervenir.

20Mais une voix divine ne laissera guère à celui-ci le loisir d'exposer ses arguments et, comme on pouvait s'y attendre, c'est lui qui se convertira : "Frayre", zo diys Girmans, "sapchas ma volontatz Es qu'ieu sia crestïans e que iamays nuyll dia Non cresa Bafumet ni la sia heregia" (vv. 950-952). Désormais une fraternité nouvelle vient doubler le lien du sang ; mais pour autant, le lien créé par le partage des aventures et des tribulations n'efface jamais la communauté première du lignage, même si elle la rend plus profonde.

21De fait, les futurs saints deviennent inséparables et lorsque Honorat, sur l'ordre de saint Jacques, décide de faire route vers Compostelle avant d'aller délivrer Charlemagne, prisonnier d'Aygolant à Tolède, son frère se désole de n'être pas du voyage : Was sons frayres Venanz gran dolor en menava, Car en la conppaynia d'Onhorat non annava (vv. 1397-1399). Ce chagrin est si profond que l'absence prolongée de son frère le conduira aux portes de la mort : Cascun iorn s'enanava al som de la montayna E reguardava lueyn, si vira sa conpayna. fiant freyt e moant engoyssa Venanzis i suffria E de fam e de sset e, cant plus non podia, Tornava s'en al(s) sanz ; mas non pot plus tenir De venir en l'angarda ni los tre-ballz suffrir. Ar estay malanantz de sanglut e de tos ; De la vista son frayre tant era volontos. Cant venc el centen iorn per terme vertadier, El non pot plus annar per via ni per cendier. En la cella son frayre abausaz si iacia. Caprasi e Llïontz li fasian compaynia E lo reconfortavan, mas fort avia perdut De maniar e de beure gran part de sa vertut (vv. 1563-1576). On reconnaîtra que c'est un véritable amour qui est dépeint ici et l'affection de Girman-Venanzi pour son frère paraît bien dépasser la simple caritas, comme le confirmera d'ailleurs l'extrême chaleur des retrouvailles auxquelles donnera lieu le retour d'Honorat.

22En revanche, on est un peu surpris de la réaction d'Honorat à la mort de son frère, non qu'il n'en éprouve pas de peine, mais son chagrin paraît un peu trop général : "Las ! Caytiu ! Que faras ? Que perdut as ton payre, Sant Caprasi, lo don, e Venazi, ton frayre ; Que plus bellz iovenzellz en lo regne d'Ongria Non cre que fos restatz tro intz en Romania" (vv. 2034-2037). Non seulement, avant même la mort de son frère. Honorat déplore la mort d'un autre saint, le vieux Caprasi qui les avait tous deux mais on a l'impression qu'il pleure moins son frère que sa propre solitude.

23En cela, il a tort, car, même mort, son frère ne l'abandonne pas : il en recevra au moins deux mémorables mercuriales ; la première pour s'être laissé aller à adresser des reproches à Dieu dans sa crainte d'être dévoré par les serpents de l'île de Lérins : "Frayre, per cal parvenza Los fatz de Lhesu Crist non as en pacïenza ? Que deves eysauzar sancta crestïandat E cazar la heregia e tota malvestat. E reptas Dieu lo pagre" (2144-2148) ; la seconde pour avoir refusé le siège épiscopal d'Arles : Et an lo fort repres e duramenz reptat. Car pres e receuput non a l'arcivescat" (3236-37).

24Ainsi donc, le frère d'Honorat l'accompagne sans cesse d'une sollicitude, parfois vigoureuse et. lorsque le Christ apparaît à l'évêque d'Arles pour lui annoncer qu'il va entrer au paradis, il précise : "Et aqui trobaras Caprasi e Venanz" (3881) ; Honorat et son frère sont donc indissolublement liés, âmes et corps, puisque la dépouille du fondateur de Lérins y sera rapportée et placée Am sons cars compaynons Caprasi e Venantz", comme si le cadet qui, dans un premier temps avait été entraîné au christianisme par son frère, entraînait à son tour, une fois mort et saint, son frère Honorat vers une sainteté, au demeurant acquise dès le départ, car même si les saints connaissent la tentation, ils n'en sont pas moins donnés d'emblée comme saints.

25Il ne faudrait pas croire que toutes les familles de saints jouent ce rôle. Pour une Douceline qui ne voit aucun obstacle familial venir s'interposer entre le ciel et elle, dans les trois autres vies la famille tente d'empêcher par tous les moyens ce qu'elle ressent comme une perte, une amputation du lignage. Tout se passe comme si le saint ou la sainte, agissant comme un mineur dans une famille où il est dominé par le pouvoir paternel, devait passer à une famille d'un autre ordre, de la chair à l'esprit. Notons toutefois que, dans la famille spirituelle, le saint ou la sainte est désormais revêtu d'un pouvoir qui, pour trouver sa justification en Dieu, ne s'exerce pas moins fermement que celui qu'il avait dû lui-même subir.

26C'est peut-être Enimie qui pose le mieux le problème de l'écartèlement du Chrétien entre deux ordres de justice. Comment obéir à ses parents en même temps qu'à Dieu, s'ils entrent en conflit ? Cette princesse française de sang royal, descendante de Clovis Ier, fille d'un roi Clovis et soeur d'un roi Dagobert, appartient donc à un lignage chrétien depuis longtemps déjà : Et en aysi com syeu payro foron vas Dieu fizel e bo ; aquest Clodoveus atrestal ac vas Dyeu bon cor e leal (vv. 45-48). Toutefois, la fillette va aller beaucoup plus loin que ses parents sur ce chemin, et en Dyeu avia son cor et en luy servir son demor (vv. 61-62), ce qui se manifeste par un goût extrême pour la charité : avia els paures sa gran cura (v. 112). Malheureusement pour Enimie, tout en croissant en vertu, elle grandit aussi en beauté et les barons français font le siège de ses parents pour obtenir sa main. Et, car ben era hueymais sazos (v. 134), son père, que la mère suit toujours modestement un peu en arrière, vient lui proposer le mariage en termes assez libéraux : "Bela filha, so dis lo payre, aysi em yeu e vostra mayre, e volem que-ns digatz lo ver ; qal voletz per marit aver de Fransa dels onratz baros ? Car un avem elescut nos, ric e onrat, bel chavalier, que vos demanda per molher" (vv. 141-148). Mais quand Enimie répond : "Payre senher, per re del mon non auray atarit ni espos, mas Jhesu Crist lo glorios al cal ay promes castetat tener e ma virginitat (vv. 150-154), son père ne s'embarrasse guère de circonlocutions : "Filha, tot vos venra a fayre" (v. 156) et va tout organiser afin d'ordonner la noce pour le lendemain.

27Que peut donc faire Enimie ? De quel droit s'opposer aux volontés de son père ? Bertran de Marseille voit bien l'aporie où elle se trouve : elle ne dit donc rien et La pieusela-s pres a plorar, car no lur poc ges contrastar (vv. 157-158). Pour contenter Dieu et son père, Enimie va prier le premier, qui trouve dans sa sagesse une solution efficace, pour surprenante qu'elle soit : puisque la beauté d'Enimie fait briguer sa main par tous les barons, Aqui eus us miracles venc que tota la donzela tenc, car per la cara e pel cors perdet la gran beltat defors, que tota fo aysi tacada que pueys no fo sol demandada per baro ni per chavalier ad esposa ni a molhyer ; car ilh ac una malautia que hom apela lebrosia, que-lh tolc tota sa gran beltat, lo quai mal Dyeus l'avia dat en aquel loc, per so que ilh fos estorta d'aquel perilh (vv. 191-204). C'est assurément employer la manière forte, mais elle fait ses preuves et plus personne ne songe à enlever la princesse à l'époux qu'elle s'est choisi, le seul capable de ne l'aimer que pour ses qualités morales. Mais comment guérir Enimie sans que ne se pose de nouveau l'épineux problème ?

28Un ange lui annonce qu'elle doit pour guérir se baigner à la source de Burla, qu'elle découvrira en Gévaudan après un long voyage. La prophétie se réalise : sa chair purifiée, Enimie prend la route du retour avec son escorte, mais à peine s'est-elle éloignée de la source miraculeuse qu'elle rechute. Enimie fera deux fois cette expérience avant de comprendre que Dieu lui interdit de quitter ce lieu où elle établira donc son hermitage.

29Elle renonce sans trop de mal à sa famille : "Pero a me fora talens, si pogues, que vis mos parens ; mas pos Dieus mi vol retener, ops a qu'ieu segua son voler (vv. 759-762) et se contente de la rassurer sur son sort : "Baro, en Fransa vos n'iretz e las novelas comtaretz, cogssi m'es pres ni en cal guia, en aquest loc ni en la via, e pregaret lo rey mon payre, cant seretz venguts, e ma mayre e-l myeu car frayre atressi, que non syon iratz de mi ni-n fasson laich captenemen, aysso lur prec yeu caramen, car tos temps lor profeitaray ab los precs que per els faray" (vv. 791-802). Même si Enimie n'oublie pas ensuite de recommander qu'on donne aux pauvres sa part d'héritage, les derniers vers de la citation représentent une sorte de réparation qui montre bien que la princesse a conscience d'enlever à son lignage quelque chose que seules ses prières pourront lui rendre.

30La nouvelle emplit le roi de stupéfaction, si que-l reys n'ac miravilhansa (v. 815) et la reine de tristesse. De la mayre podes ben dire qu'il no-s poc donar gauch ni rire (vv. 817-818), puis, par la suite, informé de la renommée de sa fille, Clovis dotera richement l'abbaye, comme si, lorsque la voix de Dieu se faisait entendre sans doute possible, la famille de la sainte cessait de faire obstacle à sa vocation.

31En fait, il n'en est rien : en la personne du frère d'Enimie, la famille tentera encore de s'opposer au dessein de Dieu. Selon Bertran de Marseille, ce Dagobert favorisait de sa vénération l'abbaye de Saint-Denis, car dels santz de quela proensa e de las autras loinh e pres, en qualque loc los atrobes, prendia lo cors e la ossa, so que trobava en la fossa, e portava n'o tot en Fransa, a Saint Danis, ab grant onransa (vv. 1490-1496). Tout naturellement, lorsque la renommée lui apprend les miracles que Dieu accomplit en Gévaudan par l'intercession de sa sœur, ce collectionneur n'hésite pas à se rendre dans cette lointaine province pour revendiquer de l'abbesse qui a succédé à Enimie la sainte dépouille : "Dompnas, fay cel, ayci suy yeu, filhs que fuy del rey Clodoveu, frayres de la vostra pieusela, a cui Dyeus det honor tan bela, e suy vengutz plan per amor que-m detz lo cors de ma soror, car portar l'ay en mon païs, al ric mostier de Saint Denis on sera en caissa d'aur messa" (vv. 1515-1523). Comme l'abbesse et les religieuses ne veulent rien entendre et refusent même de lui montrer le tombeau de la sainte, il entre de force dans la basilique et, voyant le nom d'Enimie gravé sur une pierre, il se jette sur le tombeau, l'arrose de ses larmes, Pueys cant si fo del vas levat, et ac assas planh e plorat, comandet que tot belamen ubriguesson lo monumen (vv. 1657-1660). Après avoir promis, en guise de consolation, à l'abbesse d'honorer son monastère de grandes faveurs, Dagobert s'empresse de gagner Saint-Denis : Cant lo reis e li chavalier agron pausat sus un saumier lo cors, an essemps saludat tot lo mostier e-l coventat ; pueys son tornat en lor païs, dreit al mostier de Saint Danis, on lo reis mes onradamen lo cors en un vaycel d'argen (vv. 1705-1712).

32Mais à peine est-il parti que les religieuses essuient leurs feintes larmes : dans sa prescience, Enimie avait prévu cet événement, car de son fraire ben sabia qu'en Gavalda venir devia pel syeu cors en Fransa portar si ja-l podia atrobar (vv. 1465-1468). Elle avait donc tout disposé de façon à tromper l'importun en demandant qu'on place dans un sépulcre élevé le cadavre de sa filleule, qui portait le même prénom qu'elle, tandis que son propre corps serait enseveli plus bas dans un tombeau modestement anonyme. Voilà à quelles ruses en est réduite une pauvre sainte pour échapper aux fâcheuses assiduités d'une famille obstinée ! Il a même fallu que l'abbesse et les religieuses se fassent quelque peu comédiennes. C'en est au point que Bertran de Marseille juge bon de préciser E ges en aysso non pechet, si tot enayssi ho mandet, car atressi nomnava hom la filhola per lo syeu nom (vv. 1625-1628).

33Il va de soi que l'attitude des parents d'Enimie, sinon celle de son frère, est dictée par leur souci de faire le bonheur de leur fille, du moins la seule forme de bonheur qu'ils puissent concevoir. On retrouve la même attitude chez les parents charnels du futur saint Honorat.

34Celui-ci, par sa mère, la princesse sarrasine Helenborc, est neps de Marsili et del rey Agolant (v. 6), donc d'un lignage ennemi de la foi chrétienne. La reine de Hongrie est même si attachée au paganisme qu'elle est parvenue à convertir Andrïoc, son mari, et son beau-frère l'empereur d'Orient. Or, dans le temps où elle est enceinte, une même vision apparaît séparément aux deux époux : du corps d'Helenborc jaillit une flamme qui chasse la loi de Mahom hors d'Espagne. Dès lors, loin de se confier, tous deux vont cacher cette vision de peur que l'autre n'exige la mort de l'enfant (vv. 189-200). Cette crainte pour le salut d'Andronic devient le constant souci du couple qui fera persécuter les Chrétiens afin qu'il n'ait pas l'occasion de les rencontrer. Bien entendu, la précaution s'avère inutile et le dessein de Dieu se réalise : à la chasse, Andronic rencontre saint Caprasi qui fait son éducation religieuse et le jeune homme n'a rien de plus pressé que d'aller crier sa joie à son père.

35L'amour du couple royal pour son aîné va alors se manifester par de terribles conséquences : le roi qui avia paor Que la donna non en fos irada (vv. 482-483) s'emporte contre son fils et ses cris attirent Helenborc, qui, saisie de peur pour son fils devant la colère de son mari, tombe morte à ses pieds (vv. 503-518).

36Cet épouvantable gâchis n'a pour cause que l'excès de l'amour porté par ces parents à leur fils et l'image terrifiante qu'ils se sont faite de la réaction de l'autre s'il venait à apprendre la conversion d'Andronic.

37Malgré la mort même de sa femme, il ne sera jamais question pour le roi d'exercer la moindre violence contre lui : une fois encore les Chrétiens feront les frais de sa colère, mais Andronic n'en recevra qu'une longue prédication (vv. 573-856), puis lorsque le roi constatera son échec, il appellera à la rescousse son fils cadet Girman ; quand l'échec est de nouveau patent, Andrïoc forme le projet d'envoyer ses fils auprès de l'empereur d'Orient, leur oncle, Car en negun palays Non si trobarian mays Tantz delietz, tanz baudors E vanetatz d'amors (vv. 971-974) et ainsi Non auran volontat Que sian mays batïat Ni volran conpaynia De Crestian que sia (vv. 979-982). Enfin, lorsque saint Caprasi enlèvera, avec leur consentement, les deux enfants, la réaction d'Andrïoc ne sera pas celle d'un sectateur furieux de son échec, mais bien celle d'un père à qui l'on arrache ses deux fils ; il s'en prendra même violemment, suivant un cliché épique, à l'incapacité de ses faux dieux.

38Ainsi donc, s'il y a bien une opposition religieuse entre les enfants et leur lignage qui a choisi la loi ennemie, cette contradiction n'entraînera jamais de haine personnelle entre eux ; c'est bien au contraire le plus souvent un regret lancinant que cette déchirure inspire à ceux que séparent leurs croyances. Lorsque Honorat se trouvera à Tolède, le roi Aygolant ressentira une émotion en voyant le jeune homme déguisé : "Si non fos Arabes Aquest bellz iovencellz, per cert fora ma fes Ques ell fora mos neps, fiyllz de Helenborc d'Ongria" (vv. 1455-1457). Après avoir fait s'exprimer ainsi la voix du sang, n'est-ce pas une sorte de tentation du lignage qu'évoque Feraut, soulignant le mérite du saint qui En la cort de son oncle es, del rey Aygolant C'avia tant nobla terra e riquesa tant grant ; Mas anc de son liynaie non fetz nuylla parvenza Ni diys a sons parentz neguna conoyssenza. Mays desira tornar el bosc en l'ermitaie Per servir Ihesu Crist qu'estar am son liynaie (vv. 1469-1474) ?

39Et, de fait, ce sera longtemps en ces termes que se posera le problème que doit affronter le jeune homme, avant qu'Andronic ait totalement disparu sous Honorat : Ar s'en van mot tement et an desanparat per Ihesu Crist lo rey enperi e regnat Et amicx e parentz. - Qu'en tant con terra font Un plus noble liynaie non(-s) trobera el mont (1071-1074).

40Il ne suffit donc pas à Honorat que le christianisme lui offre sa vérité, il faut encore qu'il lui accorde une garantie qui puisse compenser ce qu'il a perdu en renonçant à son lignage. Ce n'est pas parce qu'Andronic prie Dieu de le délivrer de son père : Car Seyner, tu mi tray del poder de mon payre ! " (v. 898). que le souci de son lignage l'abandonne si facilement ; ainsi, lorsque le diable tente les deux frères, il se pare des vertus du lignage et de ses devoirs : Mas le dïables fais, plens de gran malvestat, Una nuech en pantays als donzels a mos-trat Que lurs payres, le reys, era mortz en Ongria, e li Turc avian ia del tot la seynoria. Que a fuec et a flama avian messa lur terra. Car non y a heret ni cui lur fezes guerra. E lur sorre Costanza n'avïan ia menada ; C'a mot gran deyshonor l'avian vituperada (vv. 1195-1202).

41D'ailleurs, chaque fois que l'un des frères se sentira seul, abandonné d'un Dieu qui, très momentanément, ne respecte pas leur marché, le thème du lignage revient : c'est Venanz pendant l'absence de son frère, "Seyner, ieu suy restatz en aquest hermitaie à trebayll, a dolor, fora de mon liynaie" (1549-1550) ; c'est Honorat à la mort de ses compagnons, "Ar suy restatz aysi con fay bestia salvaia, Totz sols sens conpeynon en una fer'estaia. Que pogra aver agut lo segle a gran honor El regne de mon payre o am l'enperador, D'Arnols de Lombardia o d'un autre persant E de Marsilïon o del rey Aygolant. Miey oncie son aquist el regne de Castella. Agut suy en lur cort ; anc non la vi plus bella. Si fossan Crestïan ! En trastot l'autre mon Non a plus gran paraie de totz aquellz que son. Trenta e dos antz a huey que suy en hermitaie Et ay layssat per Dieu la ley de mon liynaie" (2040-2051 ; et encore Honorat devant la menace des serpents de Lérins : "Alcun temps pensar non mi podia Fos donatz a serpentz le fiyll del rey d'Ongria" (vv. 2122-2124).

42En fait, le thème du père ne cesse d'habiter le texte, même s'il y a une différence avec toutes les autres vidas où les saints, dès leur installation, Enimie dans sa grotte, Douceline à Roubaud, François à Assise, deviennent la mère ou le père de leurs compagnons, en un intéressant mouvement dialectique qui fait que, dans le temps même où ils échappent à l'autorité de leur père dans l'ordre de la chair pour mieux se soumettre à celle de leur père céleste, ils sont eux-mêmes investis en retour de la puissance paternelle face à laquelle ils faisaient figure d'insoumis. Il faut croire qu'Honorat et Venanz sont trop jeunes pour exercer un tel pouvoir et la véritable installation d'Honorat à Lérins sera postérieure à la mort de Caprasi.

43Pendant un long intervalle, ce dernier va donc servir de substitut au père. Les parallélismes seraient nombreux : il enseigne la religion au jeune Andronic exactement comme Andrïoc essaiera ensuite de persuader son fils des vérités de sa foi. Il assume d'ailleurs cette responsabilité : "Tratz los ay de lur terra et emblatz a lur payre. Et an layssat lur regne e-ls amix de lur mayre" (vv. 1181-1182). Cette paternité est admise par les jeunes gens : lorsque saint Jacques convoque Honorat, celui-ci doit encore obtenir la permission du vieillard, "Doutz car fiyll, ar fases son plaser De l'apostol de Dieu et annas lo vezer ! " (vv. 1393-1394). Le mot père s'imposera d'ailleurs peu à peu pour le désigner, tant dans la bouche de Venanz (v. 1560) que dans celle d'Honorat (vv. 2034-2035). Ces sentiments paternels se donneront libre cours à la mort de Venanz, nous surprenant même par leur violence (vv. 1971-1989) ; on pensera bien sûr, et avec raison, que le genre du planh exerce ses droits ; il n'empêche que Caprasi ne survit pas trois jours à Venanz, comme si Dieu avait eu l'obligation de rendre au jeune homme le père dont il l'avait privé.

  • 10 Peire Cardenal, éd. R. Lavaud, n° LXXX, Toulouse 1957, p. 530.

44Le rôle de la famille n'est pas mince dans la Vida del glorios sant Frances. Le père de celui-ci espérait sans doute voir son lignage, même s'il ne s'agit ici que de marchands, se continuer à travers son fils : apres alcuna conexensa de letras, fo pausat per son payre als gazans et als negocis de las mercadarias (I.1.2), mais l'appel de Dieu va contrecarrer ses plans. Cette vocation est si urgente qu'on est tenté de dire que François suit d'emblée des règles qui ne sont pas celles des autres hommes. Ainsi, voyant le chapelain de l'église de Saint-Damien travailler à la remettre en état, le jeune homme lui propose son aide, mais aussi, ce qui est plus surprenant, l'argent qu'il a reçu en échange des draps qu'il a vendus pour son père, al quai lo capela va be cossentir de la estatia, mais no volc ges recebre de la pecunia per la temor dels parens (II. 1.9), ce qui montre que le prêtre, lui, connaît le monde. Cet argent va être la cause de la rupture de François avec sa famille ; en effet, celui-ci pose la bourse sur le rebord d'une fenêtre et va coma pols menesprezar, de ssi ostada e partida (ibid.). Le père, inquiet du retard de son fils, part à sa recherche et la rencontre est si violente que le jeune homme doit se cacher pour échapper à son poursuivant. Lorsqu'il décide de rentrer à Assise, son visage est si décomposé qu'on le prend pour un fou, tant il est vrai que l'extrémisme du saint fait peut-être bien de lui un fou de Dieu, mais, pour ses familiers incapables de s'élever à sa hauteur, un simple fou. Il lui arrive alors ce que Peire Cardenal décrit ailleurs pour un autre homme sensé du sen de Dieu, pris pour un aliéné10 : tout un chacun se précipite pour le frapper. Alors, quant lo paire aquel crit auzic, va tantost corre la, non ges per luy deliurar, ans o fe cert per luy greuiar et afolar ; don va lo ses tota misericordia tirar a ssa maiso, e primierament ab paraulas, et enapres ab batemens et ab liams el lo va costrenher (p. 150). En fait, je ne suis pas certain que ces mauvais traitements prouvent la cruauté du père de François, peut-être indiquent-ils que, comme les autres, il prenait son fils pour un fou.

45La mère du jeune homme ne partageait sans doute pas cette opinion, puisque apres un pauc de temps, lo paire anans fora de la terra, la maire lo fait del marit non ges tenent per ben fayt, e la nontrencabla fermetat del filh non esperans poder esser amolegada, va-l desliar dels liams e laysset le-n anar (II.3.1). Pour autant, François n'était pas tiré d'affaire, car retornan lo payre e no troban el en la maiso, faitas vilanias a la molher, frement correc al loc, per tal que sivals de la provincia lo encausses, si no-l pogues revocar d'aquel prepausament. Mais verament Sant Frances, confortat per Nostre Senhor, va venir al denant a son paire venent contra luy furiosa-ment et iradament, ab liberal votz disen a luy que el avia per non re los liams e las paraulas de lu, e que aparelhatz era si sosmetre a totz trebals per lo nom de Nostre Senhor Ihesu Christ alegramens (II.3.3 et 4). Il est inutile de souligner la violence et l'effet traumatisant de telles scènes ; cette biographie qui recherche le plus la forme du témoignage est celle qui présente le caractère le plus atroce : manière de mieux souligner la grandeur du saint ? Peut-être, mais le souci de la précision et la justesse psychologique du portrait de ce père dénaturé parce que précisément il ne peut comprendre que son fils sorte de ce qui est pour lui l'ordre naturel, me persuade de la véracité de la biographie. Après tout, dans des ordres différents, ce père et ce fils se ressemblent par leur entêtement : tous deux sont fait d'une pièce.

46On peut d'ailleurs se demander si ce n'est pas là l'explication de l'opiniâtreté du père qui traîne son fils devant l'évêque pour en obtenir une renonciation en forme aux biens familiaux : s'agit-il simplement de l'avarice dont parle saint Bonaventure, de l'acharnement d'un père qui voit ses droits battus en brèche ou de la saine volonté de préserver le patrimoine contre un aliéné ?

47Quoi qu'il en soit, on ne saurait trop souligner la violence par laquelle le saint répond à celle de son père, violence muette d'abord : venens denant l'avesque, pus de paraulas no esperec ni parlec, mais aitantost, des-pulhadas totas sas vestiduras, davant totz va las redre a son paire (II.4.2) ; violence des paroles ensuite : Entro ara en terra te hay apelat paire, mais d'ayssi enant segu-rament puesc dir : Paire Nostre, qui es els cels, al qual tot mon thesaur hay repausat et alogada tota la confizansa de ma esperansa (II.4.4). Par cette phrase, François renie son père, comme l'indique clairement le entro ara : désormais, il ne le tiendra plus pour son père et le lien du lignage est rompu. Comment François peut-il penser s'être acquitté envers son père en lui rendant ses vêtements ? Comment concilier ce violent rejet avec les paroles qu'il adressera plus tard à l'évêque d'Imola : comme ce prélat lui avait une fois refusé la permission de précher devant ses ouailles, François revint à la charge, justifiant ainsi son insistance : "Senher, si-l paire dieta lo filh per la una porta, el deu intrar per l'autra (VI. 8.4) ; ne semble-t-il pas qu'une grande distance sépare la notion générale de père et celui dont la nature l'avait affligé ?

48En fait, la brûlure de ce douloureux échec familial semble continuer à tourmenter François. Voici un passage dont les implications offrent beaucoup à la psychanalyse : par désir de mortification, par modestie, François force un frère à l'insulter, puis le remercie de ses injures : Filh mieu sobre car, benediga te Nostre Senhor, car tu dizes sobreveras cauzas, et aytals cauzas se pertayn auzir al filh d'en Peire Bernado (VI.1.11). Cette phrase plonge dans la stupéfaction : qui était donc mortifié par ces insultes méritées par le fils de Pietro Bernadone ? N'était-ce pas dire que l'insulte allait directement à ce père dont il avait en principe pris un définitif congé devant l'évêque ?

49Le thème de la famille en esprit s'impose encore plus fortement dans cette vida que dans les autres. Une autre anecdote est explicite : pour l'admettre dans l'ordre, François demande à un habitant d'Ancône de distribuer ses biens aux pauvres, la qual cauza auzida aquel anet se-n, e, menat per amor carnal, las cauzas laysset e donec als sieus e no res als paubres. Mays veraiament quant lo baron sant o auzic, el meteys recontant, firent luy de grant blasmament, diys : "Vay te-n, fraire mosca, car encara no iest exitz de la tua maiso e de tos parens. A tos cozis as donadas las tuas cauzas, et has defraudatz los paubres ; tu no iest pas dignes d'estar ab los santz paubres. De carn es ton comensament, ruynos fondament as pausat a l'obra espiritual. " Retornet adoncas lo bestial home als sieus (VII.3.3 à 7). Les termes sont forts, l'homme attaché à son lignage est menat per amor carnal et ne saurait bâtir l'obra espiritual sur ce ruynos fondament ; en un mot, il est bestial. La famille selon la chair n'est qu'entrave et ce n'est pas en vain qu'est si souvent rappelée la phrase de saint Matthieu (16.24) : si vols venir apres mi, renega tu meteys, e pren la tua crotz e siec me !".

  • 11 in Les Troubadours, t. I, deuxième édition de R. Nelli et R. Lavaud, Bruges 1960.

50Dans l'ordre de l'esprit, le saint a retrouvé une autre famille qu'il crée lui-même et il y exerce donc le rôle du père : Adonx lo Paire piatos totz sos fils a ssi va apelar (III.7.2). Le vocabulaire se complaît dans ce type de métaphore : Ia la frevol e paubreta simplicitat del sant Paire ne avia VII enfantatz, e dezirava la univer-sitat dels fizels, a plors de penitentia apelan, a Nostre Senhor Dieus, Ihesu Christ, enfantar (III.7.3), mais cela correspond bien aux sentiments du saint, qui est incapable de vivre séparé de cette famille qu'il s'est choisie et créée, lo benigne paire, dezirans la presencia de la sua cara engenradura (III. 7.9), comme si la rivalité entre saint François et son père ne s'était en réalité jamais totalement effacée de son esprit, du moins de son subconscient et qu'il eût voulu réparer dans sa famille spirituelle l'échec violent et traumatisant qu'avait essuyé sa famille charnelle. Peut-être trouverait-on dans Barlaam et Josaphat11 une phrase qui nous explique pourquoi le saint éprouve de telles difficultés vis à vis de ses parents : Que volrias tu dir si ton payre fazias salvar ? Doncas non seria meravillas, si tu eras enjenrayres d'aquel que t'enjenret ? (p. 1120).

51En conclusion, l'étude de ce thème de la famille dans les vidas de saints permet, si j'ose dire, de débrider une plaie mal guérie. Pour une bienheureuse Douceline que sa famille accompagne dans son ascension vers la sainteté, les autres saints ont mal a leur famille, car ils gardent la conscience, mauvaise ou malheureuse, de s'être rebellés contre la loi du lignage. Honorat porte continuellement l'écharde de cette famille qu'il aurait voulu sauver, mais dont il cause en réalité le malheur ; Enimie a tenté deux fois Dieu avant de renoncer à partir du lieu qu'il lui assignait et elle passe sa vie et sa mort à ruser avec les siens pour leur échapper ; François a vécu une épouvantable quête du père et n'arrive finalement à oblitérer ce dont il souffre comme d'un membre amputé par lui-même qu'en devenant à son tour le père des frères Mineurs.

52Non, décidément, en entrant en complète contradiction avec la notion de lignage, l'Évangile de Matthieu ne favorisait pas la paix des familles.

Notes

1 E. Höpffner et P. Alfaric, La Chanson de Sainte Foy. Paris 1926.

2 Bertran de Marseille, La Vie de sainte Enimie, éd. Clovis Brunel, Paris 1916.

3 La Vida de sant Honorat, poème provençal de Raimond Feraud, éd. Ingegard Suwe, Uppsala 1943.

4 Texte provençal du xive siècle, traduction et notes par R. Gout, Paris 1927.

5 La Vida del glorios sant Frances, version provençale de la Legenda Maior sancti Franc isci de saint Bona-venture, éd. Ingrid Arthur, Uppsala 1955.

6 Loc. cit. vv. 65-75.

7 Histoire de Saint Louis, éd. A. Pauphilet, in Historiens et Chroniqueurs du Moyen Age, Paris 1952, CXXXII, et encore "Nous venimes a li, et je li dis : "Sire, faites ce que mes sires vous proie, de demeurer avec li tant comme il ert en Provence.” Et il me respondi mout iréement : "Certes, sire, non ferai ; ains irai en tel lieu là où Dieus m’amera mieus que il ne feroit en la compagnie le roy.”"

8 Loc. cit. vv. 65-75.

9 Histoire de Saint Louis, éd. A. Pauphilet, in Historiens et Chroniqueurs du Moyen Age, Paris 1952, CXXXII, et encore "Nous venimes a li, et je li dis : "Sire, faites ce que mes sires vous proie, de demeurer avec li tant comme il ert en Provence.” Et il me respondi mout iréement : "Certes, sire, non ferai ; ains irai en tel lieu là où Dieus m’amera mieus que il ne feroit en la compagnie le roy.”"

10 Peire Cardenal, éd. R. Lavaud, n° LXXX, Toulouse 1957, p. 530.

11 in Les Troubadours, t. I, deuxième édition de R. Nelli et R. Lavaud, Bruges 1960.

Auteur

Université Paul Valery Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter