Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine religieux

Dieu le père, Dieu le Fils dans le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban

Micheline de Combarieu du Grès

Texte intégral

1Le texte de Gréban déborde largement les limites impliquées par le titre de son œuvre : c'est en fait une vie de Jésus par personnages à laquelle s'ajoute un prologue qui "contient... la creacion du monde"., sans omettre le péché originel et la fin de la vie d'Adam et Eve ; celle-ci est encadrée par les deux séquences du Procès de Paradis : dans la première, les quatre Puissances (ou Vertus), Justice, Miséricorde, Paix et vérité décident que le péché de l'homme pourra être racheté et de quelle façon ; dans la deuxième, elles déclarent avoir obtenu satisfaction : le salut est redevenu possible pour les hommes. Ce procès se plaide devant Dieu le Père, et, dans sa deuxième partie, devant Jésus remonté dans la gloire après l'Ascension.

2Le mystère de Gréban nous introduit non seulement aux relations du Père avec le Verbe incarné (les récits évangéliques lui servant alors de source "authentique"), mais aussi à celles du Père avec le Verbe incréé (dans le temps d'avant l'Incarnation) et à celles du Père avec le Fils revêtu de son corps glorieux.

3Là où la Vulgate écrit : "In principio creavit Deus"... Gréban fait figurer Dieu le Père, et lui seul. N'est-il pas, selon la définition du Credo, le "factorcoeli et terrae, omnium visibllium et Invisibilium" ? C'est bien lui, sous l'apparence d'une sorte d'"Ancien des jours", barbe fleurie et visage marqué par la majesté de l'âge, que nous montrent dans l'accomplissement de cette fonction, les enluminures des frères Limbourg ou de l'anonyme des Heures de Rohan. Mais cette représentation est évidemment réductrice et le bachelier en théologie qu'est Gréban en est conscient : le Fils aussi -"per quem omnia facta sunt"- est créateur, comme, â soi seul, l'indique son titre de Verbe dans une création fruit de la parole ; l'est, enfin l'Esprit -"vivificans"-. Aussi, tout le temps de la création, fait-il s'exprimer Dieu le Père à la première personne d'un pluriel explicitement trinitaire :

".. nous, ungen vraye trinité, / trin en equal te eternité, /
Dieu regnant sans fin, sans mesure,... / esmeu d'un vouloir desireux, /
volons faire creacíon.. vv. 255-263

".. Et pour romancer nostre ouvrage, / creons le ciel".. vv. 273-74

4La première personne du singulier n'est employée gue dans les dialogues avec les créatures (les anges, le couple humain) qui, à leur tour, l'appellent du terme le plus général, "Dieu", parfois précisé par : acteur, plasmateur, créateur. Lorsque "père" le désigne (rarement au demeurant : Raphaël, v. 359 ; Michel, v. 451 ; Adam, v. 813 ; Eve, jamais), c'est en tant qu'il est l'auteur de leur être, non en tant qu'il serait le Père par différenciation du Fils. Lui-même les appelle "anges", ou par leur nom ("Michel", "Adam"), mais jamais "enfants" ou "fils, fille". A partir du moment où vient au monde la deuxième génération d'hommes (Cain, Abel, Seth), celle-ci réserve le terme de "père" au géniteur humain (et Adam leur répond par "enfants" ou "fils"), Dieu étant appelé "créateur". La distinction apparaît à l'évidence dans cette phrase d'Abel :

  • 1 Cf. cependant l'expression "vray chief et pere de justice", v. 1061.

".. je suis appresté, mon cher pere,... / de rendre sacrifice a Dieu /
au mieulx que je le pourray faire". vv. 1001 -051

5et dans celle de Caïn :

"Il est mort, a Dieu le commande ; / je m'en vois a tant.... /
Mon pere en ara grant tristesse / mes de son courroux ne me chault"..
vv. 1061-65

6Dans le seul bref dialogue entre Caïn et Dieu (dit te Père), Caïn appelle Dieu "sire" et Dieu l'interpelle "méchant homme".

  • 2 La question de la pré-science des anges n'est pas évoquée.
  • 3 Mais rappelons le pluriel de Gn, III, 22.

7A ce stade du mystère, l'intitulé Dieu le Père est donc à l'usage du régisseur organisant la représentation (le manuscrit Indique ainsi à quel acteur doit être confié le rôle) et du public (il y a une apparence convenue de Sa personne, une tradition qui le figure) mais pour Adam et Eve et leurs descendants, il est simplement Dieu2 ; d'autre part, si Gréban doue Adam et Eve d'une certaine prescience du Sauveur a venir, ils n'ont pas la connaissance de son identité. L'auteur concilie ainsi la fidélité au texte de la Genèse3 et, au credo trinitaire chrétien, le mystère du Dieu unique en trois personnes et la distinction de celles-ci.

85000 ans plus tard, se tient le Procès de Paradis : Justice, Miséricorde. Vérité et Paix plaident pro et contra le salut de l'homme. Depuis le pèche originel, les prophètes ont annoncé la venue d'un sauveur qui aurait pour tâche de réconcilier l'homme avec Dieu en satisfaisant à la divinité offensée. Disons plutôt que c'est ce que Gréban leur fait dire depuis un xve siècle persuadé qu'il en est ainsi advenu entre temps. Dans les Limbes où ils attendent tous sa venue, ils évoquent sa filiation divine :

"J'ay moult chanté d'une pucelle / qu'a Dieu sera si vraye ancelle /
que son digne corps sera lieu / et temple du vray fils de Dieu".
vv. 1879-882
cf. aussi vv. 1850 sq.

9Mais si les prophètes attendent comme sauveur un fils de Dieu, le fait qu'il soit Dieu le Fils n'apparaît pas dans leur discours.

10C'est au contraire cette relation entre le Verbe Incréé et le Verbe incarné qui est au cœur du Procès de Paradis. C'est toujours Dieu le Père (seul) qui y est présent. Une fols admise la redemption de l'homme par Dieu lui-même, reste à déterminer quelle est la personne de la Trinité qui va s'en charger :

"en ceste pure deité, / en ceste parfaicte unité /
et très puissant magnificence, / est une singulière essence, /
ou trois personnes sont unies, / en noblesse et vertu onnyes, /
Le Pere, le Fils qu'il cherist, et le benoit saint Esperist, / tous trois ung"...
vv. 3062-070

  • 4 Ce pourrait aussi être la Trinité tout entière, mais cette possibilité est récusée (vv. 3106-126)  (...)

11et, plus précisément, laquelle va s'incarner pour assumer cette tâche4. En fait, la possibilité d'une incarnation de l'Esprit ne sera pas envisagée et le discours de Sapience (le nom qu'elle porte justifie que son exposé des motifs ne soit pas contesté) expliquera pourquoi ce doit être le Fils et non le Père. La première raison tient précisément à ce qu'implique, entre deux êtres, la relation Père-Fils :

"La première dont declaree / de tant qu'il est filz naturel /
De Dieu, son vray pere eternel, / le preuve estre tres necessaire /
a ceste redempcion faire ; / car filz denote obedience, /
humilité et patience, / comme filz plain de charité, /
et en son pere auctorité ; / par quoy quand incarné vendra /
prier tres bien luy convendra / son pere et satisffaire aussy, /
qui l'exsaucera, et ainsy / l'ordre en sera mieulx ordonnee /
que s'au contraire estoit tournee". vv. 3157-3171

  • 5 Les deux dernières raisons ne touchent pas directement aux rapports Père-Fils. L'une consiste en c (...)

12Cette relation, Gréban en a une représentation tout humaine, et historiquement située : le Père commande, le Fils obéit. L'incarnation du Fils est donc la solution la plus satisfaisante car ainsi, ajoute Sapience, il n'y aura qu'un Fil "en trinité", celui qui "en eternité est filz de Dieu sanctisme et digne par generacion divine" et qui sera aussi "filz secondement au monde d'une vierge tres pure et monde" (vv. 3173-76). ce qui évite la situation où le Père dans l'éternité serait le Fils dans le temps et vice-versa. La deuxième raison est que, le Fils étant "ymage (incréée) de Dieu le pere noble et sage" (v. 3151), alors que l'Homme est "ymage cree., comme Genese maintient" (v. 3190), l'"ymage qui tout compasse" voulant "prendre en soy l'ymage basse" (v. 3194-95), l'élèvera, ou relèvera, par cette union5. La relation définie comme d'autorité et d'obéissance trouve ainsi une application facile dans la démarche demandée par le Procès de Paradis, présentée comme un "voiage" dont le Fils "sera commis d'avoir la charge" (v. 3072) ou encore :

"Aussi ceste incarnacion / presuppose en soy mission, /
et fault que celluy soit transmis / qui a ce fait sera commis".
vv. 3116-19

13Le Père est donc tout désigné pour commettre le Fils à cette tâche et le Fils sera son envoyé en mission. Glose avant la lettre de tous les passages des Évangiles que Gréban reprendra dans la deuxième Journée et où Jésus se donne comme envoyé par le Père.

14Après cela, on ne peut être surpris de l'absence de Dieu le Fils au Procès de Paradis. C'est au Père qu'il incombe d'accepter ou non l'Incarnation et de pourvoir à ses modalités, comme le lui rappelle, encore elle, Sapience. C'est lui qui désigne celle qu'il a choisie pour être la mère humaine de son fils :

"une noble vierge ay eslue / du sang et gendre de David... /
Si vueil que briefment soit ensainte / de mon cher filz divinement, /
sans quelque humain attouchement"... vv. 3333-39

15A-t-on jamais vu un enfant choisir ses parents ?

16Bien sûr, la relation Père/Fils est en même temps une relation d'amour : "Le Filz qu'il (il = le Père) cherist" c'est le vers qui introduit dans le mystère la seconde personne de la Trinité. Le Père est donc tout naturellement celui qui s'attriste de ce qui arrive de douloureux à son enfant (vv. 3092-94). Il montre toute la compassion qu'il éprouve devant la perspective de cet abaissement du Fils qu'est l'Incarnation et de cette souffrance que sera la Passion, à tel point qu'il demande à Justice (sa seule intervention dans le Procès) s'il ne serait pas possible de procéder autrement :

"O mauvais vice obligatoire, / en male heure fus estauré ! /
faut-il que mon filz beneuré / pour toy repparer tant endure /
et deité qui toujours dure / soit jointe a mortelle substance /
pour trouver ceste délivrance ! / Justice estes vous si estroite, /
tenez vous la glave si droite, / que pour racheter l'umain genre, /
ne prendrez point de gage mendre / que mon filz ? Faisons aultrement /
avec vous et plus doucement ; / vous me demandez trop hault pris".
vv. 3261-274

17et devant sa dénégation, il dit à la fois son amour pour les hommes et pour son fils :

"O beneuree creature, / o chere et amee facture, /
quand tu verras tel couverture, / prends y chatoy, /
et voy que j'aray fait pour toy... / Encore quand tout sera fait, /
ton mal pardonné et rebfait, / mon filz pour toy mort et deffait, /
pour ton offrande, / Pour ceste grace large et grande riens que ton amour ne demande".. vv. 3311-324

18S'il apparaissait d'abord par rapport à Adam et Eve comme créateur, Dieu le Pere trouve ici la raison de son titre, et l'usage de l'article défini (le Père / le Fils) en souligne l'importance.

19Cependant, dans tout cela, le Fils lui-même, le Verbe incréé, est absent en tant que personnage du mystère ; il ne passera à ce statut qu'en tant que Verbe incarné, devenu de Dieu le Fils qu'il avait été jusqu'alors, fils de Dieu et de Marie, laquelle, explique l'ange Gabriel, "a voue sa virginité à Dieu le Père" (vv. 3534-35). Le Père, seul géniteur du Fils avant le temps, partage sa "parenté" avec Marie et, d'une certaine façon aussi, sa paternité avec Joseph.

  • 6 Ce serait un autre sujet d'étudier à quelle(s) motivation(s) répond l'usage du "ton" / "votre" et (...)
  • 7 La seule fois où il emploie l'adjectif (v. 7997), il s'agit d'un pluriel de majesté.

20Le jeu des appellations et des adjectifs possessifs utilisés pour traduire ces relations vaut la peine d'être noté. Pour Marie, l'enfant à naître est le "filz de haute deité", "le precieuz filz de Dieu" (v. 4125) ; et même si elle ajoute qu'il "gît en mon ventre", il est "ton filz", dit-elle, s'adressant à Dieu. L'enfant venu au monde, elle l'appellera "mon filz" ("mon filz Jesus", v. 6710), tout en continuant de dire "ton" ou "votre" fils6, - mais elle ne dira jamais "notre" fils, ce qui la mettrait sur le même plan que Dieu lui-même. De façon symétrique, Dieu le Père parlera constamment de "mon filz Jesus" (lui donnant son nom de Dieu incarné), ou, plus simplement, de "mon fils", mais il ne dira jamais "notre" fils, en s'associant Marie7. Dans le même ordre d'idées, signalons pour mémoire que si l'expression des relations de l'âme à souvent eu recours aux métaphores conjugales (l'époux et l'épouse du Cantique) celles-ci ne sont jamais de mise entre Dieu et Marie.

  • 8 Voir la communication de J. Subrenat

21Quant à Joseph8, il ne parlera jamais à Dieu de l'enfant, - Marie sa mère en aura le privilège ; c'est seulement dans la dernière scène où il joue un rôle, la séquence de "Jésus devant les docteurs", qu'il désignera Jesus comme "mon fils", et, il sera même le seul à parler de cet enfant singulièrement pourvu de trois parents comme de "notre enfant" (v. 9865).

22L'enfant, lui, fait parfois la différence entre Joseph qu'il appelle "mon pere" et Dieu qu'il désigne comme "mon pere divin" (v. 8047 et 8117)., mais parfois seulement : c'est ainsi que, parlant à Jésus, Marie dit "ton pere" (v. 9881) en désignant Joseph, alors que lui répond en désignant Dieu par la même appellation (v. 9885).. tout en continuant d'appeler Joseph aussi de la même manière (v. 9910). La disparition de Joseph empêchera ce qui aurait pu être à la source de certaines équivoques. Lorsqu'au cours de sa vie publique Jésus parlera de son père, c'est de Dieu le Pere qu'il s'agira ; il lui arrivera cependant encore de dire "mon pere divin" ou "mon pere de lasus, mais ce sera alors pour proclamer sa filiation divine devant les hommes qui l'ignorent encore, et non pour différencier le père-géniteur du père-nourricier.

23Le temps de son enfance, Jésus a donc deux pères. Ils vont tous les deux s'acquitter, chacun dans son registre, des devoirs qui leur incombent en tant que tels. La communication de J. Subrenat a montré la part que Joseph prenait dans la "norreture" de Jésus. On peut, en parallèle, dresser la liste des interventions du Père céleste. C'est lui qui donne le nom d'abord -"tu enffanteras ung beau filz lequel Jesus appelleras" dit Gabriel à Marie (vv. 3404-05). Au moment de sa naissance, il reconnaît son fils pour tel, devant les anges qu'il appelle à chanter "ung beau silete" car :

"Le temps est que ma providence / ha disposé et ordonné que mon cher filz
Jhesus soit né / de la noble vierge sacrée".. vv. 40 905-08

24et devant les hommes :

"Pour monstrer noblesse et haulteur / a ceste benoite journee, /
je veil qu'en terre soit donnee / grace de quoy puissent jouir /
les humains pour eulx resjouir".. v. 4927-931

25ce sera, plus précisément, le sens de l'annonce aux bergers :

".. si tost que l'enffant dessus dit / sera né par joyeuix edit, /
la nouvelle soit demonstree / aux pastoureaux de la contrée/"
vv. 4956-59

26et celui de l'étoile guidant les mages jusqu'à l'appentis de Bethléem.

27Protéger la vie de l'enfant contre les dangers qui le menacent, c'est la première tâche des parents. Mais en tant qui ! est Dieu, en tant qu'il est soupçonné par certains de ne pas être l'enfant de modestes parents qu'il semble être, Jésus enfant rencontre sur son chemin, dès son plus jeune âge, des obstacles qu'un père humain est incapable de prévoir. Le Père céleste va donc pallier, par ses interventions, les manques du père nourricier. Afin d'éviter à Jésus d'être pris dans la rafle meurtrière ordonnée par Hérode, il fera dire aux mages de ne pas repasser par Jérusalem comme ils l'avalent promis au roi, et à Joseph de partir pour l'Égypte avec Marie et l'enfant ; Joseph étant aussi incapable, une fois là-bas, de savoir quand le danger sera écarté, c'est encore Dieu le Père qui lui fera dire quand le moment du retour sera venu. Dans ces interventions, Dieu le Père s'adresse à Joseph, non à Marie, - même en ce qui concerne le nom à donner à l'enfant, l'annonce est double, à Marie mais aussi à Joseph (vv. 4219-220). Le Père s'adresse au père et inscrit ses interventions dans le cadre de la "loi de mariage" où l'homme commande et la femme obéit que Marie et Joseph respectent scrupuleusement. On comparera l'efficacité immédiate de la toute-science divine qui préserve sans difficulté l'enfant de la mort, et l'agitation affolée de Joseph (et Marie) quand ils "perdent" Jésus âgé de 12 ans lors d'une fête à Jérusalem : chacun d'eux croit d'abord qu'il est avec l'autre, puis c'est la course vaine de voisin en voisin, avant qu'ils ne le retrouvent, - si l'on peut dire puisqu'il n'était perdu que pour eux et discutait tranquillement avec les prêtres et docteurs de la loi.

28Pendant toute cette séquence, Jésus est essentiellement considéré comme un enfant humain, par les docteurs bien sûr, qui ignorent à qui ils ont affaire, et dont certains lui démontrent qu'il - le Messie - n'est pas encore né, parce que ça se saurait, - mais aussi par ses parents humains : ce n'est que très tardivement que Marie pensera à se tourner vers le père divin de l'enfant pour le prier :

"o hault pere du firmament, / qui me donas /
ton cher filz et le m'ordonnas / quand en mon ventre l'incarnas, /
se de moy souvenance n'as, / il m'est ravy. /
.. Mes j'ay parfaicte confidence / que ta benigne providence /
le me restitue en presence /quand te plaira". vv. 9495-9508

29C'est à peu près l'inverse de la séquence de la Nativité où tous ceux qui l'entourent (Marie et Joseph, les anges, les bergers, les mages, puis Siméon et Anne) le vénèrent avant tout comme (fils de) Dieu. C'est-à-dire d'abord comme Dieu : Gréban l'a déjà écrit dans le Procès de Paradis, chaque personne de la Trinité est, a soi seule, Dieu. C'est pourquoi Marie salue l'enfant comme "mon enfant, mon Dieu et mon pere", et Joseph, la Trinité en le découvrant (v. 5048).

30Les deux ensembles s'équilibrent en deux accentuations différentes mais qui ne s'excluent pas l'une l'autre évidemment. Dans la séquence de la Nativité, Jésus est proclamé "Dieu et mortel homme", et dans celle des docteurs, c'est lui-même qui rappelle à plusieurs reprises son ascendance divine comme nous l'avons vu. A bien des égards, cette séquence est critique. C'est la première fois que le fils du Père parle et que, d'objet du discours qu'il était depuis sa naissance terrestre, il redevient le Verbe. Au propos encore feutré de la montée à Jérusalem :

".. au vouloir mon pere divin, / j'accompliray bien le chemin /
selonc ma possibilité"... vv. 8047-49

31succède l'affirmation sans détour et comme étonnée de n'avoir pas été compris :

"Et qu'est-ce que vous me querez / si fort ? ne sçavez vous pas, mere, /
qu'es choses qui sont a mon pere, / et touchent a sa magnificence /
il me convient estre en presence ? / n'en ayez la chere assimplye".
vv. 9883-88

32Ce thème de l'envoi en mission fait l'unité de la première Journée du mystère. Au cours du Procès de Paradis, Dieu le Père apparaît comme chargeant le fils d'une mission ; au moment de la Nativité, les bergers disent :

"Il faut donc dire que c'est Crist, / promis des prophetes ?../
- C'est il, nous sommes certains, / que Dieu le Pere a envoyé"..
vv. 5708-011

33Enfin, dans la séquence des "docteurs", Jésus se présente lui-même, conformément à l'évangile de Luc, comme envoyé du Père. Cependant, 12 ans, ce n'est pas un âge humain normal pour considérer comme achevée une "norreture" ; or, selon la demande des Puissances, Dieu le Père a prévu que son fils serait pleinement homme. C'est pourquoi, même si, à Marie se plaignant :

"Dieus scet comment je et ton pere / t'avons quisdollans et irés"
vv. 9881-882

34où "ton pere" désigne Joseph, l'enfant répond en parlant des "choses qui sont a mon pere" (v. 9885) ou "mon pere" désigne Dieu, lorsque Joseph prend la parole pour dire :

"Mon filz, vous n'y demourrez mye, / avec nous vous en revendrez".
vv. 9907-08

35Jésus s'incline :

".. Comme vous vouldrez, / mon pere : je veil obéir /
a vous du tout sans defaillir / comme je suis tenu de faire".
vv. 9909-912

36aucun signe divin n'étant venu le confirmer dans son projet prématuré.

37Avec la disparition de Joseph et l'arrivée de Jésus à l'âge d'homme, les rapports Père-Fils changent nécessairement. D'une part (mais c'est le moins important), il n'y a plus de discernement à faire entre ce qui est dû au père nourricier et ce qui est dû au Père céleste. D'autre part (et surtout), "Jésus enfant" est devenu "Jésus homme" : cette indication, qui note le changement d'acteur, signale aussi que le temps est arrivé pour l'accomplissement de la mission. Il n'inclura pas de dialogue direct, de personne à personne, entre le Père et le Fils. La "deité pure" communique avec l'humanité par l'entremise de messagers : de même que Dieu, lorsqu'il veut s'adresser a Marie ou Joseph, confie son message à l'ange Gabriel, de même c'est à Michel qu'il aura recours pour Jésus.

38Tout le temps de la prédication de Jésus, les interventions de Dieu le Père seront très peu nombreuses : la "mission" a été confiée au Fils, c'est lui qui doit agir. Gréban a seulement repris les deux scènes des Évangiles (baptême par Jean-Baptiste, Transfiguration au Thabor) où une voix venue du ciel - formellement celle de Dieu le Père dans le mystère - proclame Sa paternité, et la filiation divine de Jésus. Gréban leur a conservé leur place significative : l'une au tout début de la vie publique renouvelle la reconnaissance de paternité affirmée au moment de la Nativité ; elle s'adresse maintenant aux hommes rassemblés autour du Baptiste, ceux à qui l'envoyé du Père va prêcher " (sa) neuve doctrine" ; la deuxième (vv. 13320 sq.) la reformule devant les seuls Pierre et Jean (l'évangéliste) qui pourront en témoigner Sa formulation - celle, d'ailleurs, des Ecritures -, "Hic est filius meus".. indique bien qu'elle s'adresse non au Fils lui-même (qui n'est donc pas supposé en avoir besoin), mais aux tiers. La première fois, la portée de la scène est dégagée par Dieu le Père lui-même :

"En l'honneur et la reverence / de Jhesus, mon fils vertueux, /
a son batesme precieux / qui se fait au fleuve Jourdain /
nous vendrons au regne mondain / demonstrer par une puissance /
vraye lumiere et congnoissance / de nostre unie trinité /
et de nostre trine unité, / et apparoir sensiblement /
a ce tres saint baptisement, / affin qu'il soit plus hault prissé"
vv. 10 399-10 410

39et de nouveau, mais a posteriori, par le Baptiste ;

"Tu es mon Dieu, jamès n'y mes doubtance, /
tu es Cristus, né de la vierge franche ; / et qu'il soit voir, /
la voix du pere en fait signifiance" ?... vv. 10 425-28

40Et ce sera là tout.

  • 9 Un exemple d'anticipation à propos de l'apôtre Pierre fera bien comprendre le mécanisme : dès le p (...)

41En revanche, dans ce long ensemble de 8000 vers (jusqu'à la Cène), l'histoire est plutôt représentée, comme il est normal, du point de vue de Jésus. Et c'est son discours sur le Père et sa relation avec lui qui nous retiendra surtout. Sur ce point, il faut insister à nouveau sur la fidélité de Gréban aux textes scripturaires : il n'est pas une parole de son personnage qui n'ait sa source dans les Évangiles, tout ce qu'il se permet, ce sera d'insister sur des éléments considérés par lui comme importants, en répétant ou anticipant par rapport à sa source. En particulier, l'affirmation par Jésus de sa filiation divine et la reconnaissance de cette filiation par ceux qu'il touche de sa prédication et surtout de ses miracles sont dites en termes très nets ("De Dieu suis issus", v. 11494 affirme-t-il et "je suis fils de Dieu" ou "de Dieu le Pere") plus souvent réitérées que dans les Évangiles : presque toutes ses Interventions débouchent sur des affirmations de ce type9. Mais cela est énoncer un fait, non analyser une relation.

42Pendant le temps de sa vie publique, Jésus se présente, conformément à la vision du Procès de Paradis, comme l'envoyé du Père. A plusieurs reprises, il affirme sa communauté de volonté avec le Père, mais, en même temps, il Le présente comme celui qui lui a confié une tâche, celui qui a décidé des modalités de l'action à mener, et même celui qui lui a donne tel ou tel pouvoir. On a bien le même rapport d'autorité et d'obéissance qui exclut certes arbitraire, contrainte ou servilité, mais inclut commandement et soumission, sans discussion. Et liberté : Jésus est celui qui veut accomplir la volonté du Père. On voit cependant bien les deux niveaux : l'un décide, l'autre accepte.

43Pour quitter sa mère et commencer son activité de prédication, c'est à cette volonté du Père qu'il se réfère :

"Il fault que me gouverne ainsi / que Dieu mon pere le m'ordonne"
vv. 10 727-28

44A ses disciples qui, l'ayant vu fatigué de marcher et de prêcher, sont allés lui chercher à manger et s'inquiètent d'avoir tardé, craignant qu'il ait eu faim en les attendant, il dit :

".. ma viande espirituelle / est que la volenté parfaicte /
de mon pere soit partout faicte / et qu'a ses œvres je m'employe".
vv. 11659-662

"Je m'esjouys et me deporte / d'ouvrer tout œuvre vertuable /
qu'a mon pere sens agréable : / c'est la parole et le doulx vivre /
de quoy j'appete plus a vivre".
vv. 11669-673
cf. aussi la suite de la tirade : vv. 11679-683

45Aux Juifs qui lui reprochent d'avoir opéré des guérisons le jour du sabbat, Il répond en s'autorisant de la mission a lui confiée :

"Mon pere jusqu'à ores œuvre, / et j'œuvre a l'instance de luy /
et ensuys l'œuvre de celluy / qui au monde m'a envoyé".
vv. 12533-36

46précisant :

"En ceste œuvre riens me meffis, / car vrayement je vous declaire /
que le filz ne peut de soy faire, / se n'est chose qui bonne appere /
et qu'il a veu faire a son pere : / en ce que le pere fera /
le filz ensuyvant le sera ; / le pere ayme son filz tout oultre, /
et tout tant qu'il fait il ly moustre.. " vv. 12543-551

47Il dira encore :

"A l'œuvre me fault estre mis / de mon pere qui m'a transmis /
tandis que la journée dure".. vv. 14119-121

48ou "Dieu mon père m'a donné un grand don"... Cette mission confiée par le Père inclut la mort, à laquelle il n'est pas alors question pour lui de penser se soustraire, ce qu'il répond à Marie troublée par l'annonce de la proche Passion de son fils :

".. car le voyage me fault faire / pour lequel je suis envoyé, / et que par moy soit ravoyé / le peuple forclos des jadis"..
vv. 15430-33

49mais l'heure même de cette mort est entre les seules mains du Père :

"Or n'est pas ceste heure venue / que Dieu, mon pere, a retenue /
en sa prescience divine".. vv. 15443-45

50Cette appréhension hiérarchisée de la relation se traduit très bien dans les prières que Jésus adresse à son Père au moment de la Cène. Elle rééquilibre la proclamation de la divinité par une insistance sur l'humanité. Fils de Dieu le Père, Jésus est en même temps frère des hommes, - et c'est dans la même séquence l'appellation dont il usera avec les apôtres (vv. 17947 et 18378 par exemple). Disant le "Benedicite" dans les termes même dont useront des générations d'hommes :

Jésus : Benedicite. Tous respondent : Dominus.
Jésus : Posita et apponenda / benedicat Dei dextra. " vv. 17909-911

51mentionnant Dieu non plus comme "mon père" mais comme "notre père " :

"Loué soit le pere divin, qui de tant de biens nous pourvoit !v
vv. 17905-06

52priant le Père pour que les apôtres persévèrent dans la foi en ayant recours à une attitude et à des mots qui soulignent l'écart entre eux deux :

"si me veil mettre a deux genoux / et faire a mon pere priere /
humblement en ceste maniere : / Pere puissant, d'ou puissance procede, /
ou tout bien tend et ou tout bien precede, / roy éternel sans jamès prendre fin, /
Grace et salut a mes amis concede, /... vv. 18379-385

53il se réinscrit ainsi sous le signe de la kénôse qui définit l'Incarnation. A Notre-Dame à qui il a annoncé sa mort maintenant imminente et qui s'obstine à prier : "

"Je requier a Dieu vostre pere / qu'il vous conserve et vous convoyé /
si bien que briefment vous renvoyé / a la joye de mon désir"
vv. 17855-58

54il répond :

(Attendez)., "que la volonté Dieu se face". v. 17864

55comme si Lui-même n'était pas Dieu.

56Mais on ne peut pas non plus s'en tenir là. Ces formules sont entretissées d'autres qui rappellent l'unité du Père et du Fils.

57Il s'agit d'abord d'une unité de volonté : l'indiquent déjà plusieurs des phrases précédemment citées. Parler de l'obéissance du Fils au Père est donc à la limite de l'inexactitude, dans la mesure où cela laisserait une place possible pour une divergence de vues. Lorsque Jésus prie son père avant la résurrection de Lazare, il le fait non au futur mais au passé ; et en rendant grâce au lieu de demander :

"Pere du ciel, par vray desir / vous rens grace com vous sçavez /
que ma voix exaucée avez".. vv. 15062-64

58et il commente ses paroles en disant qu'elles n'ont pas tant pour but en effet de présenter une demande qui pourrait être ou accordée ou refusée à la (seule) volonté de celui à qui elle est adressée, que de faire clairement apparaître pour ceux qui l'écoutent et vont le voir agir, que c'est bien Dieu qui l'a envoyé :

"mes la priere vous veil faire / pour les assistants qui me voient,
/ affin que fermement ilz croient / qu'en ce monde m'avez transmis".
vv. 15068-071

59Aussi est-ce en son nom propre qu'il ordonne :

"Lazaron, vien hors, beaux amis, (à haulte voix) :
je le veil et te le commande". vv. 15072-73

60Car cette unité de volonté a pour base une unité d'être. Envoyé du Père, Jésus constitue aussi avec lui une unité indissociable. "Mon pere et moy sommes ung" (v. 14621) dit-il. Et il commente ainsi cette affirmation :

"or ne peut faillir l'escripture / qui assigne deité pure /
a celluy qu'a sanctifié / mon pere et au monde envoyé, /
qui le nomme Dieu par essence. / Vous dites que je fais offence, /
et pourtant ay Dieu blasphemé / que filz de Dieu me suis nommé. /
Se l'œuvre mon pere ne fais, / ne croyez n'en moy n'en mes fais ; /
et s'en moy ses œuvres voyez / et en moy croire ne daignez, /
ayez en mes œuvres creance, / si que vous ayez congnoissance /
que dedans moy Dieu, mon pere, est / et moy en luy".
vv. 14651-666

61Le texte montre bien comment l'unité de volonté s'articule sur une unité d'être que l'incarnation n'a point altérée.

62C'est pourquoi, au cours de sa prédication, Jésus parle alternativement du Père et de lui-même comme désignant, - disons le même "être", puisque la définition de la Trinité comme Dieu en trois personnes interdit l'emploi de ce dernier terme ; et il parle alternativement, quand il agit, en disant "je" ou "mon pere". Par exemple, à Cana, il dira :

"Mon heure n'est mye venue / de monstrer mes fais vertueux".
vv. 11254-55

63et quand il aura rassemblé ses disciples :

".. j'ay le nombre total / des apostres que je vouloie"...
vv. 11116-7

64mais, lorsqu'il se décide, à la demande de sa mère, à changer l'eau en vin, il référera cette action à son Père :

"Pour louer les fais vertueulx /
de mon pere le roi divin, /
ceste eaue icy deviengne vin". vv. 11284-86

  • 10 Voir aussi vv. 11980 sq.

65et lorsqu'il entame sa prédication après l'appel des douze, il dira qu'il part prêcher "ainsi que mon pere me l'ordonne" (v. 10 728). Il dira aussi bien qu'il prêche "le regne de Dieu" (v. 10 854), "la parole de Dieu mon pere / car pour ce suis-je né au monde" (vv. 11354-55)10, et "ma neuve doctrine" (v. 10 862, - parfois dans le même discours) ; et quand il enverra les apôtres en mission, il leur dira :

"Et ainsi vous serez hays / de tous les hommes pour mon nom"..
vv. 11873-74

66Lors de l'épisode des vendeurs chassés du Temple, il déclare vouloir nettoyer ainsi "la maison de mon pere", mais aussi "ma maison" (v. 11400 et 11403). Quand il effectue un miracle, il se réfère à Dieu, d'une façon au demeurant ambigüe :

"Or regarde, mon amy cher, / la grace que Dieu t'a donnee"..
vv. 12491-92

67dit-Il au paralytique guéri, ou, plus précisément après la multiplication des pains :

"Louee en soit la majesté / de Dieu, mon pere de lassus ! "
vv. 13015-16

  • 11 Mais voir ci-dessous, à propos de Lazare, comment il faut l'entendre.

68et le prie, parfois avant d'opérer la guérison11, mais le miracle est toujours opéré en son nom propre, de par sa propre autorité : nous l'avons déjà vu dans le cas de Lazare, et on peut multiplier les exemples :

"Je veil que mon vouloir achieves" vv. 11740-42
(lors d'un miracle de résurrection)

"Pitié m'esmeut quand je remire / cestuy povre homme mat et fade, /
qui cy gist en son lit malade ; / ame de luy ne se recorde ; /
si luy feray misericorde / maintenant, mon veil s'y consonne".
vv. 12399-12404

"Amy, leve toy / et te dresse dessus tes piez",... vv. 12436-37,
à un paralytique.

"Adolescent, entends ma voix, / affin que mon command acheves ; /
je te command que tu te leves".. vv. 11946-48
(résurrection)

69Mais le meilleur est encore celui de l'Enfer qui reconnaît en Jésus (le fils de) Dieu à ce qu'il effectue ses miracles en son propre nom : il ressuscite les morts et chasse les démons de sa propre autorité et de par un pouvoir qu'il détient en propre, dit Satan :

"On congnoist l'ouvrier a l'ouvrage. / Vous voyez comment il exite /
les mors et qu'il les ressuscite / tout par aultres moyens et ditz /
que n'ont fait ceulx du temps jadis. / .. nous dechasse et boute au derrière /
non pas par requeste ou priere / mes nous banist hastivement /
de sa puissance proprement / et de sa propre autorité".
vv. 15130-143

70Quant à la prière de la Cène pour les apôtres où Jésus parle en suppliant, elle se termine aussi sur l'affirmation de son union intime avec le Père :

"Abba pater, mon hault pere divin,
le monde laisse et dresse mon chemin
par devers toy que sans fin je possede".. vv. 18388-390

71Dans tout cela, nous avons surtout la parole du Fils sur la relation dans laquelle il est avec le Père. Dans laquelle il est plus que celle qu'il a. Il s'agit d'un état des personnes plus que d'une histoire. Or, cependant, le Fils, lui, a une histoire. Peut-être cet écart marque-t-il bien la différence qui s'instaure malgré tout entre le Père et le Fils du moment que celui-ci est, en plus, homme, et s'exprime-t-il aussi dans cette troisième personne qui passe au dessus de la tête du Fils au moment pourtant où elle le reconnaît pour tel : "Hic est" et non "Tu es filius meus".

72Le temps de la Passion va, parmi d'autres déchirures, inclure, pour le Fils, la perte de ce sentiment d'unité, de transparence et d'évidence ; pour le Père, l'impassibilité "quand a la deité" le dispensera peut-être de pâtir mais pas de compatir.

73Gréban a privilégié ce moment. - le sujet du mystère tel que l'annonce le titre l'implique et le justifie : il se propose de représenter la rédemption de l'Homme par Notre Sauveur Jésus-Christ ; il est donc normal que l'acte central de cette opération soit longuement développé. Une séquence de 8000 vers lui est consacrée répartie entre deuxième et troisième Journée, - ce qui est aussi long que la totalité de la vie publique (12). Les Évangiles qui privilégient aussi ce moment sont loin d'atteindre une proportion semblable. Ils continueront cependant de servir de base à Gréban qui, plus qu'ailleurs, les utilisera tous les quatre, tirant parti des données complémentaires que lui fournissent les quatre récits.

74Pour le problème qui nous occupe, les récits évangéliques comprennent deux moments importants parce qu'ils montrent sous un jour très différent par rapport au temps antérieur les relations du Père et du Fils. Le premier - la veillée au Jardin des Oliviers avant l'arrestation - met en cause l'unité de volonté. Jésus y prie le Père non plus pour les autres, non plus pour rendre grâce, mais pour lui-même et pour demander que la mort lui soit épargnée. Certes, sa demande, réitérée, est accompagnée, chaque fois, d'une affirmation de soumission mais qui explicite en même temps la dualité de volonté : "verumtamen non sicut ego volo, sed sicut tu" (Mtt, XVI, 39). Le deuxième, peu avant la mort en croix, réunit les trois "paroles" dans lesquelles Jésus s'adresse au Père :

"Pater, dimitte illis, non enim sciunt quid faciunt". Lc, XXIII, 34
"Eli, Eli, lema sabachtani ? ", hoc est : "Deus meus, deus meus, ut quid derele-quisti me ? " Mtt, XXVII, 46

"Pater, in manus tuas commendo spiritum meum" Lc, XXIII, 46

75et on y ajoutera la notation de Matthieu (et de Marc) :

".. emissa voce magna, exspiravit". Mc, XV, 36

76C'est l'unité d'être qui est mise en cause dans la seconde de ces paroles, par le sentiment de déréliction qu'elle exprime.

77Tout cet espace de temps, il n'y a aucune manifestation sensible du Père (plus de voix dans le ciel), sauf, mentionnée par Luc (XXII, 43) la présence messagère d'un ange auprès de Jésus à Gethsémani au moment où il sue le sang.

78En ce qui concerne Jésus, Gréban va très fidèlement suivre les données évangéliques, mais en les glosant. Il nourrit en quelque sorte les paroles des textes scripturaires afin de les préparer et expliquer, - tout cela devant passer par le discours seul du personnage.

79A Gethsémani, la relation Père-Fils est loin de ce qu'elle était au moment de la résurrection de Lazare, où le Fils disait ne pas avoir besoin de prier le Père puisqu'ils avaient une seule et même volonté. Le discours que Gréban lui prête tend à montrer pourquoi, maintenant, il y a cet écart de volonté.

80Gréban fait parler Jésus en tant qu'homme : il se désigne lui-même comme "ton, filz doux et humain" (v. 18708). C'est cette humanité même qui lui fait craindre la mort, ou plutôt la souffrance charnelle avant de mourir. Par rapport à la sobriété des Évangiles, le texte de Gréban - nous sommes au xve siècle ! - évoque plus longuement le supplice à venir du corps torturé, équivalent verbal adressé à l'imagination de ce que la suite de la représentation mimera en acte. Façon aussi sans doute de montrer l'écart entre le Dieu impassible "quand a sa deité" qui a ordonnancé au Procès de Paradis le déroulement de la Passion, et le Dieu-et-Homme qui doit en faire l'expérience, - mais la prescience qu'il en a en tant que Dieu ne fait qu'en accroître le poids :

"Terrible m'est et la mort plus cruelle
qu'oncques portast creature mortelle ;
je la congnois, je la sens, je la vois,
La deité me la présente telle,
la fresle char la redoubte et sautelle
et tant la craint que n'a mes que la voix" vv. 18718-723

81et entamer l'âme ; c'est une sorte d'incarnation à l'envers qui va se faire, et si la première fut douloureuse par l'abaissement, la deuxième l'est encore plus par le déchirement de l'Homme et du Dieu qu'elle implique :

"l'ame qui mon corps amé a / sur toutes les formes du monde /
sent en soy douleur si parfonde / qu'au siècle n'est point de pareille". /
vv. 18693-96

82En fait, c'est un être partagé en lui-même que Gréban nous montre, et qui a deux volontés. Il continue de vouloir mourir pour les hommes comme il a dit plusieurs fois jusqu'ici vouloir le faire. Si décidé à cela qu'il se déclarait scandalisé par la suggestion de Pierre d'éviter une issue douloureuse :

".. Va, Sathanas, / après moy, tu es mon esclandre : /
ton entendement ne demande / que les terriennes doctrines /
et veult ignorer les divines". vv. 13108-111

83Et qu'aux prières réitérées de Marie allant dans le même sens, il opposait autant de fins de non-recevoir, sans manifester quant à lui la moindre hésitation, ni mouvement de recul. Il persiste à affirmer ce qu'il disait précisément à sa mère pour lui faire admettre le caractère nécessaire de sa mort :

"Mes moy voyant toute nature humaine
tant obligee a dommageable paine,
qui sans cecy ne peust avoir mercy,
je suis tout prest"., vv. 18734-37

84Toutefois, ce rappel ne suffit pas à emporter son adhésion totale :

"En moy sens le plus fort debat / qu'oncques endurast creature /
pour le fait d'humaine nature, / qui ceste passion piteuse /
attent tant triste et douloureuse / qu'a peu que raison luy scet mettre /
moyen que s'y veille submettre, / tant craint la sensualité".
vv. 18780-87

85.. et il veut aussi sauver sa vie. Mais à aucun moment il n'envisage qu'il pourrait en décider lui-même. Cela est et demeure du ressort du Père : c'est lui qui a ordonné ce qui devait avoir lieu :

"regarde la forte agonie / en quoy tu m'as constitué"..
vv. 18800-01

86c'est lui seul qui peut décider qu'il en soit autrement :

"pere piteux, s'il te samble possible,
oste le moy qui tant me veulx amer,
car le goûter me samble moult terrible". vv. 18715-17

87En définitive donc, on retrouve bien la relation Père-Fils de commandement à obéissance :

"Je suis tout prest et a toy me submès ;..
L'esprit est prompt, non obstant la char frelle,
et se submet a ta benignité,
ja mon vouloir sensuel ne s'en mesle :
soit faicte donc ta haulte volenté". vv. 18737-743

"O pere, a toy me viens offrir, / o pere, a toy me recommans ; /
obeir veil a tes commands".. vv. 18806-08

88Mais ici présentée dans une situation critique, puisque la volonté partagée de l'un ne peut amener de sa part une adhésion qui n'Implique pas le renoncement de son désir D'une certaine manière, si, dans le Procès de Paradis, le Père accepte l'incarnation et la passion du Fils, mais non sans douleur et, pourrait-on dire, à son esprit défendant, puisqu'il demande à Justice de se contenter de moins, - à Gethsémani, c'est le Fils qui passe par le même sentiment : acceptant - non voulant - sa mort et demandant à en être dispensé. Et le demandant, quant à lui, à celui qui l'a "constitué.. dans cette agonie".

89C'est à partir de là que le texte de Gréban prend certaines libertés avec les Évangiles ; elles concernent surtout le personnage de Dieu le Père.

90Contrairement à Mercadé, qui l'ignore, Gréban va développer l'épisode de l'ange mentionné par Luc. Cet ange ne peut évidemment être qu'un messager de Dieu (le Père), - Gréban va alors "reconstituer" ce qui s'est passé - dans le ciel -. Dans l'Évangile, la prière de Jésus au Père se clot sur l'affirmation de sa soumission. A la troisième itération, Gréban, lui, inverse les termes :

"obeir veil a tes commandz, / mes ceste passion me meult ; /
mon pere, se faire se peust, / allegez moi ceste sentence".
vv. 18808-8111

91A ce moment, qui est celui de la sueur de sang, Jésus est toujours seul.

92La scène se transporte alors dans le ciel : Dieu le Père a entendu "la piteuse eloquence / de mon filz, le benoit Jhesus, / qui ses plainctz a vers moy promus / soy recommandant a ma grace" .. (vv. 18812-15). Il réaffirme le lien d'amour qui les unit : Jésus est son "filz amé" et s'adresse à lui "tendrement". Et en effet, la prière du Fils était adressée à un Père perçu comme bon et aimant ("piteux", "bénin"). Il présente aussi comme tout à fait justifiée l'intervention en faveur de ce fils qu'il va tenter :

"c'est bien raison que je luy face / comme pere a son filz aimé /
quant tendrement est reclamé".. vv. 18816-818

93%ais si le Fils en a appelé au Père qui l'a envoyé en mission, celui-ci ne peut modifier la sentence qu'en réouvrant le Procès de Paradis. C'est ce qu'il va faire ; d'arbitre qu'il était, il devient partie, plaidant la cause du Fils devant Justice ; insistant, quand elle lui rappelle Sa promesse, sur tout ce qu'elle a déjà obtenu, et traçant, pour mieux convaincre et émouvoir, une image de la vie de Jésus dont on peut même trouver qu'elle présente sous un jour volontairement sinistre des années dont le mystère nous a donné une vue sensiblement différente : '

"volez la grant perplexité / que son digne corps a porté /
puis sa haulte incarnacion, / l'envye et persecucion /
dont oncques ne fut exempté, / mes persecuté et tempté /
a esté tousjours jusqu'a cy / puis l'eure qu'en terre nasqui". /
oncques jour n'ot joie mondaine, / oncques n'ot que travail et paine, /
oncques des siens ne fut prisé, / mes despité et deprisé/
a esté tousjours".." vv. 18839-855

94Miséricorde se joint au Père, mais en vain. Il doit s'incliner. Cependant, il ne laissera pas exactement la dernière prière de Jésus sans réponse. Passant outre à toute consultation des Puissances, Dieu le Père décide d'envoyer Michel réconforter son Fils :

".. mes pour le deffendre et garder / en ses tres ameres douleurs, /
je luy veil envoyer secours, / Michel, illec vous transportez /
et Jhesus, mon filz, conffortez, / comme il luy sera bien mestier".
vv. 18910-15

95Voilà donc l'ange de Luc introduit par Gréban. Par sa présence et son message, il témoigne au Fils le souvenir et la sollicitude du Père :

"Jhesus, mon maistre et mon vray sire,
homme de tres haulte vallue,
Dieu, vostre pere, vous salue
et me fait icy transporter
pour vous ung petit confforter". vv. 18946-850

96et c'est bien ainsi que l'entend le Fils :

"O pere de magnificence, / bien voy que vers moy t'humilies /
et qu'au besoing pas ne m'oublies, / qui ce conffort m'as envoyé ; /
ja ne me tiens pas oublié ; / ton benoit message m'efforce /
et me donne vigueur et force / de paier ce dangereux pris. /
qui pour les humains ay empris". vv. 18991 -19000

97La fin de la scène, tout en reprenant la formule d'obéissance, ne fait plus état des deux volontés :

"pere, a ton vouloir me conforme, / selon la matiere et la forme /
que tu le m'as constitué". vv. 19001-03

98Un incident de l'arrestation est l'occasion, pour Jésus, de faire état de l'harmonie retrouvée : demandant à Pierre de remettre au fourreau l'épée avec laquelle il a blessé Malchus, il ajoute :

"Penses tu que tant m'esbaysse / que mon pere prier ne puisse, /
et a mon veil transmettera / nombre d'anges qui montera /
a plus de douze legions ?" vv. 1969-173

99L'emploi du futur ("transmettera") exprime l'assurance. C'est le vocabulaire opposé à Satan après la tentation au désert, et la même attitude d'esprit que lors de la résurrection de Lazare.

100Mais Gréban ne s'en tient pas là. Si, jusqu'au Calvaire, il n'y a plus d'adresse de Jésus à son Père, conformément à la lettre des Écritures, le Père, lui, intervient à nouveau, - et l'auteur y a préparé son public :

".. mon filz conffortez, / comme il luy sera bien mestier".
vv. 18914-5

101- cela implique que le réconfort pourra être renouvelé en cas de besoin. D'autre part, Gréban veut clairement faire apparaître que la rédemption des hommes est l'affaire de Dieu, pas seulement du Fils. Il va donc redonner la parole au Père avant que soit prononcée la sentence de condamnation à mort, mais après la flagellation et le couronnement d'épines. Significativement salué en tant que "très souveraine Trinité" (v. 23221) par Michel, le Père parle cependant de "mon filz Jhesus". Il prend acte de la Passion libératrice en train de s'accomplir ("mon filz Jhesus. m'en fait offre comme pris de redempcion", vv. 23210-11). Mais ce n'est pas une scène de tristesse et le message dont Michel est, à nouveau, chargé s'adresse aux générations humaines dans les Limbes et en particulier à Adam et Eve. Ici, Dieu ne tient plus le langage douloureux du Père, mais le langage du créateur heureux de parvenir, fut-ce à ce prix, à sauver ses créatures. On a, de ce fait, une série de scènes dans lesquelles les hommes (et Dieu) se réjouissent d'une mort (présentée comme une "bonne aventure") que, paradoxalement, l'Enfer seul redoute, car ce qu'on y considère est non pas la mort en elle-même mais son sens.

102Si cette scène sert plutôt à montrer Dieu le Père intéressé à la libération des hommes par son Fils, une autre le fait réapparaître sous la figure de la compassion pour le Fils. Pendant la montée au calvaire, alors que se multiplient autour du Fils les gestes et paroles de pitié humaine (celles de la Vierge, de Madeleine, de Véronique), serait-il compréhensible que le Père ne se manifestât point ? Si c'est pourtant là l'Évangile, on voit bien pourquoi Gréban s'en écarte quelque peu. Il joue sur la possibilité qu'il s'est donnée d'emblée d'introduire des "scènes dans le ciel" (ou "infernales") entre les scènes terrestres. Lorsque, avant la mise en croix, éclate la douleur du Père, personne sur la terre, à commencer et à terminer par le Fils, n'en a conscience : Gréban s'autorise à pénétrer au conseil de Dieu, ce que Matthieu et les autres se sont refusé, - mais il y introduit son public, plus que ses personnages. On a, placée au cœur dramatique de la troisième Journée, une lamentation sur le Fils en train de mourir dite par un père aimant ("mon cher filz", v. 24452, "mon filz plain de dilection, mon enflant, mon très amé gendre", vv. 24471-72) :

"Pitié doit tout cueur esmouvoir / a lamenter piteusement /
le martire et le grief torment / que Jhesus, mon cher filz, endure".
vv. 24450-53

103insistant sur le caractère douloureux de cette mort charnelle :

"il porte destresse tant dure / oncques homme tant n'enduras /
laquelle ne peut mes durer / sans la mort honteuse endurer, /
et n'ara son saint corps duree / jusqu'à ce qu'il l'ait endurée : /
il appert, car plus va durant, / et plus va tousjours endurant /
sans quelque conffort qui l'allege". vv. 24454-562

  • 12 Peut-être même abrège-t-il le supplice en hâtant la mise en croix qui entraînera la mort : on peut (...)

104elle est un écho direct de la plainte du Fils à Gethsémani (vv. 18708 sq.). Le Père se fait ici Verbe (du silence) du Fils. Disant comme de l'intérieur la Passion du Fils, non plus seulement "souffrant pour", mais "souffrant avec". Le Père ne se contente pas de compatir, il va aider. Il renouvelle l'envoi de Michel auprès de Jésus, bien que n'en n'ayant pas été prié, au moment particulièrement douloureux de la mise en croix12 (vv. 24470 sq.). Le reconfort est d'ailleurs plutôt un encouragement à achever ce qui a été commencé :

"achevé et parfais ton devoir / et fais que ton vouloir appere /
obeyssant a Dieu, ton pere".. vv. 24541-43

105dit Michel., reprenant à peu de chose près ce qu'il avait déjà dit à Gethsemani.. mais, cette fois, Jésus ne répond pas. Épuisement physique ? Ou, maigre le message de l'ange - une didascalie indique, de surcroît, que Michel et d'autres anges restent auprès de Jésus -, sentiment naissant de l'abandon ? Car il faut bien en arriver à la mort.

106Gréban a repris aux Évangiles toutes les paroles de Jésus en croix qu'ils nous ont rapportées, et en particulier les trois où il s'adresse à son père. Il se contente de les gloser, parfois longuement, parfois brièvement. La première, par laquelle Jésus demande à son père de pardonner à ses bourreaux ignorants est ainsi commentée :

"pere qui tes servans eslis, / en qui mains toutes choses sont, /
tu vois de quelz gens je suis pris / qui piteusement me deffont. /
Pardonne leur".. vv. 25106-110

107Ce qui en ressort est la confiance de Jésus en l'amour que le Père lui porte puisque, ce qu'il craint, c'est que cet amour même entraîne son Père à faire justice et non miséricorde aux bourreaux de son fils.

108Le contenu et le ton sont tout autres dans les deux dernières "paroles". L'une exprime le sentiment de l'abandon et du scandale, - seulement, l'"esclandre" ce n'est plus de na pas avoir "les pensees divines", comme Pierre se l'entendait dire, il est au contraire dans cette mort ordonnée par le père :

  • 13 Il est à noter que là où l'Évangile écrit "Deus meus", Gréban glose "mon Dieu et mon pere".

"mon Dieu, mon pere de lasus13, / qui vois quanques tu as formé, /
Regarde ton fils trop pugny / qui n'a meffait ne folié ; Dieu, comment m'as tu oublié ? " vv. 25898-903

109L'autre qui aurait pu être tirée du côté de la confiance malgré tout affirmée ("O pater, in manus tuas, commendo spiritum meum", - la prière des agonisants ne sera-t-elle pas la "commendacio animae" ?), est au contraire mise en rapport avec le cri inarticulé du mourant rapporté par Marc et Matthieu, accentuée du côté de l'incertitude et de l'angoisse :

"par la puissance que tu as, / mon pere, et par ton digne nom, /
Je n'ay mes jour se cestuy non, / je me pars du regne mondain, /
et au partir, par piteux son, / mon esperit rendz en ta main".
vv. 26000-05

110On est loin de la prière de la Cène :

"mon hault pere divin, / le monde laisse et dresse mon chemin /
par devers toy que sans fin je possède", vv. 18388-390

111Immédiatement après la mort, Gréban redonne la parole au Père, comme si, à nouveau, il voulait "rassurer" les spectateurs et les assurer de l'amour qu'il porte cependant au Fils. Les manifestations cosmiques (ténèbres, tremblement de terre) que rapporte l'Évangile et qui accompagnent la mort du Christ sont, dans le mystère, un deuil que Dieu fait porter au monde pour la mort de son fils, - deuil auquel les anges aussi sont invités à s'associer :

"Or est mon cher filz venerable / passé le pas tres destresseux /
de la mort, las et angoisseux / par piteuse execusion ; /
demenez lamentacion, / anges, en tres piteux arroy /
pour la mort de vostre bon roy / qui a a ceste heure souffert et son precieux
corps offert / a la passion douloureuse ; /
lamentez sa mort rigoureuse, / le doulouzer ne cessez mie"..
vv. 26140-151

112La fin de la troisième Journée et la quatrième - c'est-à-dire le temps qui s'écoule entre mort et Pentecôte - modifie nécessairement à nouveau les rapports du Père et du Fils. On peut donc, à ce titre, considérer cet ensemble comme constituant une unité. Ces rapports sont en quelque sorte libérés par l'accomplissement de la mission achevée avec la mort. Ils perdent, des deux côtés, leur caractère de peine, et on peut écrire, à leur propos, la phrase de Jean que Gréban utilise en leit-motiv "votre tristesse sera changée en joie". D'autre part, Jésus descendu en esprit aux enfers, ressuscite, puis retourné dans la gloire, le poids de l'Incarnation disparaissant, supprime l'écart Père-Fils qu'elle avait introduite.

113A la douleur et l'accablement du Père au moment de la mort du Fils, succèdent sa joie, son triomphe la nuit de la résurrection.

114Celle-ci doit présenter un caractère de grandeur à certains égards im-presssionnant (le tremblement de terre, la présence des anges auprès du tombeau) :

"Pour monstrer la grant majesté, / la dignité, la grant puissance /
que nostre divine ordonnance / monstrera ceste nuit en terre, /
je veil que vous allez grant erre / au monument ou il est mis /
pour exterrir ses ennemis".. vv 29034-040

"la terre briefment tremblera / quand ressuscitera mon filz"..
vv. 29052-53

115Le père organise aussi, parallèlement à celle, autrefois, de la Nativité, la fête dans le ciel ;

"Or est la nuit tres desiree, / tres haultaine et tres bien euree, /
pleine d'honneur et de vertus, / que mon filz le benoit Jhesus /
doit retourner de mort a vie, / et par sa puissance infinie, /
puissamment doit ressusciter.. / la nuit qui n'a point d'obscurité, /
la nuit qui plaisant regarta,... / ceste nuit de joie plaine /
comme ung beau jour enluminee : / or la vouldray je enluminer /
et a mon filz determiner / d'anges par exaltacion /
tout pour sa resurrection / qui en elle sera parfaicte".. /
Mes angles, il vous convendra / a ceste nuytee présente /
faire teste tres excellente / de vostre vray roy et seigneur, /
affin que la dure douleur / que pour sa mort avez sortie /
soit en plaisance convertye / quand ressusciter le verrez".
vv. 28987-9023

116Parlant du Christ, il continue de dire "mon filz Jhesus", - le nom de l'Incarnation lui restera, avec ce qu'il implique de filiation non seulement paternelle divine, mais aussi maternelle humaine : le ressuscité apparaissant à Joseph d'Arimathie, dira lui-même : " (Je suis) Jhesus, propre filz de Marie" (v. 29882). Il présente la résurrection du Fils comme le fait de sa propre action : "Jhesus... par sa puissance infinie doit ressusciter" (vv. 28992-93), formule qui trouvera son équivalent dans celle d'un soldat auprès du tombeau vide : "Jésus est ressuscité comme Dieu puissant et fort", et surtout dans celle de Jésus lui-même :

"saches que ressuscité suis / haultement comme je le puis /
par ma divine prepotance". vv. 29630-32

117et de Thomas, l'ex-incrédule, expliquant à plus sceptique que lui, un certain Abacut qui, littéralement, n'en croit pas ses yeux :

"ja soit que nature humaine / ne puist a cecy parvenir, /
touteffois nous devons tenir / que cil est Dieu, qui peust tout faire".
vv. 32157-160

118Résurrection active donc et non passive qui fait bien apparaître que si le Père a commandé et le Fils a obéi, cela n'implique nullement une différence de nature et de puissance entre eux. Rapport de hiérarchie et d'égalité, loin de s'opposer, sont au contraire complémentaires. Cela implique que la Passion et la mort aient été ordonnées par le Père, mais aussi non pas certes désirées mais consenties par le Fils, victime volontaire :

"il a voulu porter / de mort la terrible pointure /
pour le bien d'humaine nature / qu'il a remise en liberté".
vv. 28994-97

119Si, le temps de la Passion, la venue de la mort agrandissait l'écart entre le Père et le Fils, celui de l'après-mort, où le Fils est re-vivant, l'exténue. Si, le temps de la Passion, le Fils était surtout perçu comme le "fils humain", il l'est plutôt maintenant comme Dieu égal au Père. Certes, il est toujours le "doux Jésus", - c'est même de ce titre qu'il est salué dans les Limbes par Jérémie, puis par l'ange Michel (v. 26610) lorsque, descendu aux enfers, il en fait sortir les générations d'hommes qu'il vient de libérer. "Il" ou plutôt son Esprit, puisque son corps est dans le tombeau, - il est d'autant plus remarquable qu'étant désigné par le texte comme "Esprit de Jésus", le nom de la terre lui soit gardé ; mais en même temps, il est salué comme "rex gloriae", "dominus fortis et potens", "deus virtutum ipse", "divine essence", 'deité pure" etc.. tous termes employés dans le Procès de Paradis pour désigner Dieu le Père.

120Entre Résurrection et Ascension, le temps des apparitions renoue avec celui, serein, de la prédication. Dieu le Père en est, sur terre, absent, mais parce qu'il n'a plus à remplir ses fonctions antécédentes par rapport au Fils : reconnaissance (et proclamation) de sa paternité qui fonde la divinité du Fils, - la résurrection joue ce rôle ; compassion pour le Fils puisque l'épreuve du "voiage", est terminée. Ainsi, cette absence n'a rien de douloureux, ni d'angoissant.

121Jésus y reprend, cependant, le thème de la mission, mais dans une relation au temps qui entraîne de profondes modifications. Envoyé jadis en mission, il est celui qui a accompli la tâche confiée et qui, maintenant, à son tour, effectue le même geste que le Père. Apprenti passé maître (voir texte cité p.), il est celui qui envoie en mission en son nom propre d'autres "missionnaires" :

  • 14 Voir aussi 32140 sq.

"et comme mon pere haultain / m'envoya au regne mondain, /
finalement je vous transmés / par tout le monde desormès /
pour prescher mon nom a voix haulte". vv. 31462-6614

122D'autre part, le thème de l'envoi en mission par le Père est relayé par celui, jusqu'alors seuleument esquissé, du retour au Père. Apparaissant à Madeleine, Jésus déclare :

".. encore n'ay pas monté / a la haultaine majesté /
de la dextre de Dieu, mon pere".. vv. 29510-12

123et ailleurs :

"Freres, comme je vous ay dit, / de mon pere jadis yssi /
et m'en vins en ce monde cy : / maintenant le monde delesse /
et a mon pere me radresse". vv. 32970- 74

"et maintenant suis avoyé / a celluy qui m'a envoyé ; /
c'est mon pere en majesté grande".. vv. 33011-13
voir aussi, vv. 32965-974, 33106-09, 33116-17

124Mais retourner auprès du Père, c'est aussi retourner dans "mon regne" (v. 33023) (15), - la maison du Père n'est-elle pas aussi sa maison (voir texte cité p.) ? Aussi s'unit-il au Père comme objet commun de foi lorsqu'il désigne ceux qui refuseront de croire comme ceux qui "de moy n'ont compte tenu / ne mon pere ne moy congnu" (vv. 33003-04). Ressuscité "en sa douce chair humaine", "Jhesus, propre filz de Marie", s'affirme en même temps comme Dieu le fils coéternel au Père, lui qui s'est ressuscité "par sa divine toute-puissance" : il est le "Crist" (v. 31455), il est "Jhesu Crist, nostre seigneur" (v. 31492).

125Cependant, de même que la mort a été fixée dans le temps par le Père, de même c'est lui qui décide du temps de retour : Jésus est "en attente" de ce moment ("le haultain jour est adjourné / que Dieu, mon pere, a ordonné / qu'en joie et exultacion / je face es cieulx ascension / et qu'en ma propre forme humaine / je voise sortir la demaine / de gloire haulte et beneuree / que mon pere m'a preparee / sans temps mes en eternité / et pour ceste mondanité / qui est caduque et transmuable / aray le regne pardurable / ou il n'a plaintes ni doulours", vv. 32729-42) où le Père et le Fils séparés dans le temps vont s'y rejoindre. Pour que le Père et le Fils puissent se retrouver face à face, - la première fois depuis le début du mystère -, il faudra que le Fils soit revêtu d'un nouveau corps, non plus le corps humain qui boit, mange, se touche, mais un "corps de gloire" ("il a corps materiel / comme nous et de tel figure... (mais) son corps est glorifié", VV. 31475-478). "Il est fils de Dieu le Père", proclame l'ancien sceptique Abacut, présent lors de l'Ascension (v. 33157).

126S'ajoute alors une perspective trinitaire qui va aller s'accentuant jusqu'à la fin du mystère. La relation Père-Fils, jusque là privilégiée par le cadre de l'envoi en mission du Père par le Fils, avait quasi occulté la troisième personne de la Trinité, sauf quelques mentions pour mémoire. L'esprit ("qui patre filioque procedit") est en quelque sorte lui-même re-né par leurs retrouvailles. Jésus promet l'envoi de l'"Esprit qui procède du Père" (v. 32982) dont la lumière permettra aux intelligences de comprendre les vérités de foi que la parole du Fils, seule, ne peut faire entendre. Mais cet envoi de l'Esprit - par le Père et par le Fils - ne pourra s'effectuer qu'après le retour du Fils auprès du Père.

127Le mystère s'achève sur une longue séquence "dans le ciel". Le Père et le fils se retrouvent, à moins qu'ils ne se trouvent. Et pas seulement parce que le Verbe ne figurait pas au Procès de Paradis. Aussi parce que c'est la première fois qu'il y a un face à face direct entre le Père et son Fils incarné : Jésus y a un corps - "glorifié" -, mais un corps. Il garde le nom qu'il a porté en tant que fils de Dieu et de Marie, et Dieu le Pere le lui donne, au moins une fois. La séquence esquisse, de fait, une représentation qui tend à répartir les rôles entre eux deux : le Père est salué par son Fils en tant que créateur :

"Salut, reverance et honneur, / victoire, eternelle puissance, /
hommage et vraye obéissance / de quanque vous avez créé /
soit à vous, mon pere honoré ! " vv. 33182-86
cf. aussi v. 33224

128Le Fils, dans la mesure où il va rendre compte de sa mission au Père, apparaîtra de facto essentiellement comme Sauveur :

"Mon pere tout bon et tout sage, / or ay je acomply le voiage /
dont vous me chargeastes jadis / quand de ce haultain paradis /
m'envoyastes la bas au monde / pour relever la coupe immonde /
qui obligeoit lignage humain / en ung'lieu de tenebres plain"/
vv. 33252-59

129Dieu le Père a préparé l'accueil réservé à son fils, comme le texte l'avait déjà annoncé :

"Lors quand Jhesus s'eslievera / par dessus les cieulx tout en voie, /
Dieu scet par quel esquise voie / son pere le recevra".
vv. 32870-73

130Dans cette scène on voit articulés les mêmes éléments de hiérarchie et d'égalité déjà rencontrés. L'égalité se manifeste dans le vocabulaire même : l'un et l'autre se vouvoient ; dans leur position respective : Jésus est assis à la droite du Père ; dans le salut des anges à Jésus comme leur "roy" (v. 33203).

"Haulte prefference / et magnificence /
soit au bon seigneur / qui a tel honneur /
vient cy en presence ! " vv. 33210-14

  • 15 C'est le terme par lequel Jésus désignera la troisième personne de la Trinité : voir ci-dessous.

131"Mon hoir parfait et naturel" dit encore Dieu le Père à son Fils, "ma sapience" (vv. 33231-32), - mais cela ne peut s'entendre dans le sens d'une succession chronologique. Le Fils apparaît donc plutôt comme image parfaite du Père. Accueil royal d'un roi céleste à un autre roi céleste, son "pareil"15, mais non pas couronnement d'un dauphin. On notera la différence avec la scène précisément dite du "couronnement" de la Vierge à laquelle, à cette différence capitale près, celle-ci fait penser. Car il s'agit d'une royauté de toute éternité, non conférée à ce moment. "Mon roi" disait déjà Marie à son fils nouveau-né.

132En même temps, la hiérarchie subsiste : ce n'est pas de lui-même que Jésus s'assied à la droite du Père : il faut que celui-ci l'y invite (vv. 33198-99), ce n'est pas d'eux-mêmes que les anges saluent Jésus comme roi, mais sur l'ordre du Père (vv. 33202-07).

133Après cet accueil royal, Jésus s'acquitte auprès de son Père de son compte-rendu de mission ("J'ay acomply le voiage"..), insistant sur le fait qu'il l'a intégralement accomplie. Dieu le Père lui en donne acte ("Il suffit, le devoir est fait", v. 33275). Si la démarche du premier implique qu'il se présente en exécutant d'ordres à lui donnés et de l'exécution desquels il est comptable, le discours du Père, en revanche, met l'accent sur la responsabilité personnelle de Jésus dans la mission : c'est à lui, dit-il, que les hommes sont redevables de leur salut (vv. 33266-274).

134La suite nous montre comment, dans les faits, le Père et le Fils mettent en pratique ce mélange d'égalité et de hiérarchie. Ils passent du "nous" qui les unit ("nostre haultain don de grace", v. 33281, dit Jésus en parlant de l'envoi de l'Esprit aux apôtres ; et aussi "nostre pareil", v. 33781) au "vous" / "moi" qui les distingue mais pour mieux reconnaître au Fils son égale dignité ("vos apostres", v. 33279, dit le Père, "mes freres et mes amis", v. 33285, reprend Jésus). La façon dont est préparé l'envoi de l'Esprit aux disciples souligne comment l'unité de volonté associe les deux personnes dans la même action. Jésus attribue une décision à son Père : l'envoi de l'Esprit aux disciples appelés à prêcher l'Évangile :

"Mon pere.. le terme est ja comme deduit / .. que vostre bonté a volu /
former une conclusion / au fait de la provision /
de mes disciples bien aimés / affin qu'ils feussent confermés /
du Saint Esperit nostre pareil / lequel leur donra vray conseil, /
.. de foy.. pour resister aux ennemis"../ vv. 33770-785

135Il ajoute une demande ("je vous requier et prie", v. 33787) qui ne fait que confirmer l'ordonnance paternelle pour qu'ils reçoivnt sans délai ce don qui doit les en rendre capables. Le père acquiesce en précisant bien qu'il est inconcevable qu'il soit en désaccord avec son fils :

"Jhesus, mon très beneuré filz, / nous sommes ung pouoir, ung vil, /
et ce que vous voulez je veil / ne jamè n'y puis dissentir /
mes me veil du tout consentir / que vos bons amis".. vv. 33790-95

136Mais si cet échange maintient tout au long la notion d'un rapport Père-Fils dans lequel le Père a l'autorité (il décide..de tout) et le fils est en position de demandeur, la formule du Père souligne que son acceptation n'a rien de circonstanciel. Comme Jésus disait, avant de ressusciter Lazare, que sa prière n'était pas tant manière de demander quelque chose au Père que de faire apparaître leur volonté commune, le Père affirme à son tour cette communauté ou, mieux, cette unité de volonté, qui est aussi unité de puissance efficace (v. 33790). Un autre élément qui fait apparaître cette égalité - réciproque - du Père et du Fils réside dans la double finalité à laquelle tend l'envoi de l'Esprit : il touche à l'action à venir des disciples ("lequel leur donrra vray conseil", v. 33782), - et on a vu que sur ce point C'est le Père qui en décide ; il touche aussi à l'action passée des disciples (il est "consolacion", v. 33798 pour les peines endurées à suivre Jésus du temps de sa vie terrestre et pour la douleur que la séparation d'avec lui leur cause) : là c'est Jésus qui en décide ("vueil qu'il leur soit envoyé", v. 33802). Et, symétriquement (presque), Jésus demande l'envoi de l'Esprit conformément à la volonté du Père, le Père approuve la volonté de Jésus. Dans le discours des disciples qui le commentent, se retrouvent Jésus :

"si voiez nostre logis plain / de langues et de feu ensemble, /
qui est ung signe, ce me samble, / que de Jhesus sommes amés, /
quand il nous a tous enflammés / de son amour divinement".
vv. 33848-853

137et Dieu (le Père) :

"Les langues font signifment / que Dieu.. /
nous a huy donné sens et force / de divers languages entendre".
vv. 33854-57

138mais plutôt pour être associés que distingués puisque, comme le dit Jude :

"ne cesseray de proférer / le nom de Jhesus par devant /
toute creature vivant".. vv. 33886-88

139ou Barthélémy :

"au cueur n'aroye ja remort / de leur prescher et tesmongner la foy Jhesus sans ressongner / leurs menaces"..
vv. 33874-77

140De même, si l'un prie :

"O pere divin / qui regnes sans fin /
en gloire eternelle, / Bien a la parfin /
te monstres affin / a nostre querelle". vv. 33944-49

141l'autre proclame :

"Gloire perhenennelle / honneur supernelle /
soit a toy, Jhesus, / Qui liesse telle/
nous rens et si belle / pour nous mettre sus ! " vv. 33950-55

142La distinction des personnes est manifeste par cette alternance de demande/acceptation de l'un à l'autre ; l'unité par la réaffirmation que la volonté est commune et ne peut que l'être. Sans doute est-ce elle qui l'emporte de plus en plus, avec l'usage réitéré, par le Père et le Fils, du "nous" qui efface tout écart entre l'un et lvautre : Jésus parle de "nostre nom manifester" (v. 33819), et le Père énonce :

"cy lo que nous nous advenson". v. 33825

143L'unité d'une certaine façon distordue par l'incarnation du Fils se reconstitue et se (re)complète en Trinité.

  • 16 Au xve siècle en particulier, il faut beaucoup chercher pour trouver une représentation de la Pent (...)

144Lors de l'envoi de l'Esprit, Notre-Dame présente - sans l'aveu de l'Évangile, mais avec toute la tradition médiévale16 - et présentée par Gréban comme celle dont la foi est la plus vive et la plus sûre dans ces premiers jours encore bien hésitants de la communauté, salue la trinité : '

"Haulte trinité, / parfaicte unité, /
singuliere essence, / A ta majesté /
soit huy potesté, / los et prefference". vv. 33902-07

145Après qu'elle a donné le branle, il est bien difficile de dire à qui précisément, dans la fin de la scène, s'adressent les prières de louange, adoration, action de grâce des participants. La "deité pure" que mentionne Celius (v. 34035) ne peut guère être autre que la Trinité, et le "Dieu" auquel se réfèrent Pierre (v. 34075) et Matthias (v. 34084), ce n'est plus le Père distinct du Fils, c'est l'unité du Père et du Fils confirmée par l'Esprit (vv. 34070-083).

146L'envoi de l'Esprit anticipe d'une certaine façon sur la cloture du Procès de Paradis qui n'a pas encore eu lieu : il n'a en effet de sens, originant la prédication du nom (commun) de Jésus et du Père, que si les Puissances reconnaissent la validité de la rédemption accomplie par le Fils. Qui en douterait ? Ni le Fils (vv. 34140 sq), ni le Père certainement. Cependant ces formes doivent être respectées. Voici le schéma de la mission réintroduit., et Dieu le Père y a donc l'initiative : c'est lui qui parle de convoquer la "cour céleste", lui qui la convoque effectivement (vv. 34160 sq.) et interroge(ra) les Puissances. Chose bizarre, le Père et le Fils ne sont pas loin d'être en désaccord à ce sujet ! Si le Père pense la consultation de la cour comme une nécessité (v. 34032), Jésus affirme qu'il y a là matière à choix (vv. 34094 sq.), déclarant toutefois qu'il n'y aura pas d'opposition de sa part (vv. 34096-97). La réponse du Père maintient qu'il y a nécessité de constater si, maintenant qu'elle a obtenu ce qu'elle avait demandé, Justice s'estime ou non satisfaite (vv. 34134 sq.). Cette façon (juridique ? scrupuleuse ?) de voir les choses est perçue comme plutôt superfétatoire par Jésus (et par le Public ? C'est moins sûr), puisque, le rappelle-t-il, il a fait tout ce qui avait été exigé (vv. 34140 sq.). Il convient cependant en effet du bien-fondé de l'idée :

"Et je n'y veil pas contredire : / volentiers en verray l'arroy".
vv. 34156-57

147Il était temps !

148En fait, cette discussion a surtout pour fonction (dramatique) d'animer la scène et (pédagogique) de rappeler, une fois de plus et pour finir, en quoi exactement a consisté la mission de Jésus en faisant le lien avec la (lointaine) première Journée et en récapitulant les articulations essentielles de la démarche salvatrice entreprise par la divinité. Une autre tirade de Dieu le Père (vv. 34100 sq.) dégageant, d'après les prophéties qu'elle accomplit, le sens de la récente Pentecôte, remplit la même fonction. Sur le plan théologique, l'accent y est mis sur l'union du Père et du Fils par l'Esprit Saint : la Pentecôte, c est "la mission haultaine / du saint Esprit digne d'honour / qui est nette et parfaicte amour / de nous deux et vraye union" (vv. 34089-93 ; on y insiste sur la notion de Trinité ("le saint Esprit, nostre per", v. 34121). Enfin, on y rappelle la divinité d'un Jésus égal au Père et de même substance que lui : certes, le Fils a été envoyé sur terre par le Père et en ce sens il y a eu séparation du Père (céleste, spirituel) et du Fils (terrestre, incarné), puis, ce qui a été accompli par l'Ascension, retour du Fils au Pere (v. 34128) ; cependant, le Verbe incréé, Lui, n'a jamais quitté le Père :

".. a triomphe et grant honneur / estes devers nous reverty, /
posé que ne soiez party / de nous quant a divine essence"..
vv. 34130-33

149Si, à la première partie du Procès de Paradis, le Fils ne figurait pas, il participe à son issue. La discussion avec les Puissances ne se fait pas seulement avec l'envoyeur" en mission mais aussi avec Son envoyé. Allons plus loin : même si Dieu le Père y parle beaucoup, cette parole est "non active" (il résume tout ce qui avait été dit et décidé lors de l'ouverture du Procès), le premier rôle revient au Fils qui, à son tour, résume l'histoire de l'Homme, mais y ajoute la sienne propre : il apparaît en définitive comme celui qui "a fait avancer l'histoire" et c'est à lui que toutes les Puissances rendent finalement hommage comme au "sauveur de tout le monde" (v. 34835). Manière, en définitive, de rééquilibrer les rôles. Dira-t-on que si Dieu le Père a décidé, le Fils a agi, c'est Dieu qui a voulu ?

150L'étude des relations entre Dieu le Père et Dieu le Fils dans le mystère de Gréban s'avère donc riche d'enseignements quant aux idées et mentalités religieuses du 15e siècle. L'appartenance de son auteur (bachelier en théologie, chanoine) à la hiérarchie ecclésiastique et la destination de l'œuvre à un large public l'inscrivent à la charnière entre église enseignante et peuple enseigné.

  • 17 Rappelons aussi l'enluminure des Heures de Rohan où Jean soutient à bras le corps Marie s'effondra (...)

151La compassion du Père pour le Fils, telle qu'elle s'y exprime, s'inscrit bien dans la tradition iconographique du temps qui représente parfois, à l'instar de la Vierge de Pitié, le "Père de Pitié", portant son fils mort sur ses genoux, ou qui associe la mère et le Père pour soutenir le fils après la descente de croix17. Cependant, cette tendresse ne s'affadit jamais dans l'attendrissement.

152De même que l'anthropocentrisme qui inspire la représentation de la relation Père-Fils (au demeurant, le dramaturge pouvait-il l'éviter et ne se basait-il pas là sur l'article de sa foi selon lequel Dieu a fait l'homme à son image et à sa ressemblance ?) n'omet pas ce qui la différencie cependant d'une relation purement humaine : l'appartenance à un être commun (d'où, au delà du schéma autorité/obéissance, une façon très spécifique d'appréhender les rapports de volonté et de liberté) et l'existence d'une troisième personne qui, seule, complète l'"unité trine".

153Une pensée très ferme et très orthodoxe préside à cette présentation : ce 15e siècle là est le fidèlee héritier des 12e et 13e siècles. On voit aussi combien le "savant" qu'est A. Gréban, lors même qu'il utilise avec la mise en scènes et en personnages, un langage à l'usage du plus grand nombre, le met au service des thèmes et réflexions d'une théologie qui, sur le mode d'une autre rhétorique, est celle-là même des clercs.

154Toutes les références au texte d'A. Gréban sont empruntées à l'édition suivante : Arnould Gréban. Le mystère de la Passion, édité par G. Paris et G. Raynaud, Slatkine Reprints, Genève, 1970.

Notes

1 Cf. cependant l'expression "vray chief et pere de justice", v. 1061.

2 La question de la pré-science des anges n'est pas évoquée.

3 Mais rappelons le pluriel de Gn, III, 22.

4 Ce pourrait aussi être la Trinité tout entière, mais cette possibilité est récusée (vv. 3106-126) : cela est inutile (chaque personne est Dieu) et contradictoire avec le schéma de l'envoi en mission (qui suppose un "envoyeur" et un "envoyé").

5 Les deux dernières raisons ne touchent pas directement aux rapports Père-Fils. L'une consiste en ce que la deuxième personne de la Trinité est "parole et Verbe de Dieu" et, de ce fait, toute désignée pour "donner bonne doctrine aux humains" par sa "noble predicacion" (vv. 3205-08) ; l'autre en ce que, "moyenne parsonne en la Trinité" (vv. 3155-56), elle sera un "souffisant mediateur / de creature a createur" (vv. 3216-17).

6 Ce serait un autre sujet d'étudier à quelle(s) motivation(s) répond l'usage du "ton" / "votre" et du "mon".

7 La seule fois où il emploie l'adjectif (v. 7997), il s'agit d'un pluriel de majesté.

8 Voir la communication de J. Subrenat

9 Un exemple d'anticipation à propos de l'apôtre Pierre fera bien comprendre le mécanisme : dès le premier miracle accompli par Jésus (noces de Cana), le Pierre de Gréban salue celui-ci comme "fils de Dieu" (v. 11336). Or, dans les récits évangéliques, cette affirmation n'intervient qu'à l'issue du Sermon sur la montagne, - Gréban a également repris la scène et y fait répéter à Pierre la même formule (vv. 13060 sq.).

10 Voir aussi vv. 11980 sq.

11 Mais voir ci-dessous, à propos de Lazare, comment il faut l'entendre.

12 Peut-être même abrège-t-il le supplice en hâtant la mise en croix qui entraînera la mort : on peut discuter le sens de "convient" (v. 24464) : "il est inévitable" ou "il est bon"?

13 Il est à noter que là où l'Évangile écrit "Deus meus", Gréban glose "mon Dieu et mon pere".

14 Voir aussi 32140 sq.

15 C'est le terme par lequel Jésus désignera la troisième personne de la Trinité : voir ci-dessous.

16 Au xve siècle en particulier, il faut beaucoup chercher pour trouver une représentation de la Pentecôte où elle ne figure pas. Pour un maître des Heures de Rohan, combien de Fouquet (Heures d'Etienne Chevalier) ?

17 Rappelons aussi l'enluminure des Heures de Rohan où Jean soutient à bras le corps Marie s'effondrant sur le corps de son fils décloué de la croix, tout en se retournant pour jeter un regard d'"esclandre" au Père dont le visage douloureux déchire le ciel.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter