Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine religieux

Les descendants d'Adam et Eve dans trois Mystères du xve siècle

Jean-Claude Bibolet

Texte intégral

1222 Nous avons plusieurs enfans eu,
1223 filz et filles en multitude.

1Voilà les propos qu'Adam tient à Eve dans le prologue du Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban. Si nous entreprenions, en nous fondant sur ces paroles, une étude portant sur tous les descendants d'Adam et Eve, nous nous livrerions à une tâche démesurée ...et interminable. On peut se rassurer, notre exposé va se limiter aux seuls descendants qui sont des personnages dans trois Mystères, et même dans une partie de ces Mystères :

Le Mystère de la Passion de Gréban, du v. 1 au v. 1475
Le Mystère du Viel Testament, du v. 1883 au v. 4969
Le Mystère de la Passion de Troyes, du v. 1999 au v. 3210

2Nous nous sommes arrête après les dernières paroles prononcées par Lameth.

Pourquoi choisir ces trois Mystères ?

3Outre le fait qu'ils s'inspirent d'un même épisode de l'Ancien Testament, tiré du livre de la Genèse, d'autres éléments les rapprochent.

4Tout d'abord ces trois Mystères datent à peu près de la même époque :

5Le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban, le plus célèbre, a été écrit, d'après Orner Jodogne, vers 1450.

6Le Mistere du Viel Testament, note le baron James de Rothschild, "a dû suivre, de près, probablement, l'apparition des grandes œuvres dramatiques des frères Gréban", sans doute vers 1458.

7Quant au Mystère de la Passion de Troyes, il a été joué en 1482 pour la première fois.

8Ensuite un lien existe entre les trois œuvres Arnoul Gréban, on le sait, s'est beaucoup inspiré de son prédécesseur immédiat, Eusta-che Mercadé ; mais surtout, du v. 1 au v. 1334, le texte de Troyes suit de très près le texte du Viel Testament. En outre le même ouvrage présente, dans certaines de ses parties, une copie, un remaniement, une restructuration du Mystère de Gréban. Doit-on s'en étonner ? Non, si on se refère à ce qu'écrivent Micheline de Combarieu et Jean Subrenat dans l'introduction de leur traduction du Mystère de la Passion de Gréban à propos des auteurs que Gréban a suivis : "Bel exemple de la liberté que le Moyen-Age reconnaissait aux auteurs dans l'utilisation des œuvres préexistantes. Elles n'étaient pas considérées le moins du monde comme étant la propriété de qui les avait produites. Dès le début de leur diffusion, elles tombaient en quelque sorte dans le domaine public, et devenaient un bien commun où chacun pouvait puiser à son gré en vue d'une production différente".

9C'est ce qu'ont fait souvent les auteurs troyens. Mais pour la partie qui nous intéresse, elle est originale ; peut-être d'ailleurs vient-elle d'un Mystère aujourd'hui disparu.

10Nos diverses citations renvoient à l'édition Jodogne pour le texte de Gréban (1965), à l'édition Rothschild pour le Viel Testament (1878-1891), et à celle de Jean-Claude Bibolet pour le Mystère de Troyes (1987).

11Qui dit descendants dit lignage, aussi bien au sens de "l'ensemble de personnes qui appartiennent à la même lignée, à la même famille, qu'au sens de "parenté".

12Assez curieusement le mot "lignage" n'est jamais prononcé par Adam dans le Mystère de Gréban.

13Dans le Mystère de Troyes, c'est à l'instigation de Dieu (v. 1783 "pour augmenter l'humain lignage") que Raphaël porte le message à Adam pour qu'il augmente l'espèce humaine :

1797 Dieu veult que ton sang multiplie
pour augmenter l'humain lignage,
tant que la terre en soit remplye
partout pour avoir labourage.

14Concernant son lignage, Adam manifeste longuement, dans le Mistere du Viel Testament, une grande inquiétude : en tout temps, tous ses descendants seront victimes de la faute qu'il a commise. En voici un extrait :

Adam
1927 O doulx Dieu, quant je voy
et des yeulx apperçoy
mon lignage, je doy
1930 bien estre douloureux
et vivre en grant esmoy,
qu'i sont par mon desroy
tous subgectz a la loy
1934 des pescheurs maleureux.

15Mais Adam s'inquiète également des conséquences que peut avoir l'accroissement de sa famille, et des rivalités que cela peut créer entre ses deux fils Abel et Caïn. Voici ce qu'il déclare à ce sujet :

2097 et vouldra peult estre le fort
au faible et petit faire tort,
qui ne seroit pas chose bonne ;
2100 et pourtant, je vueil et ordonne
...
2102 c'est que vous ne entremeslez point
voz lignagez assemblément,
2104 car, par le grant accroissement
...
2106 entre vous pourroit sourdre noyse.

16Cette crainte semble partagée, du moins au début, par Caïn :

2196 Or crains je qu'il n'y ait discort
s'il faut qu'Abel croisse en lignage
comme moy, et que par trait d'aage
ses enfans veullent surmonter
2200 nous autres...

17Mais plus tard, Caïn est loin des recommandations de son père quand il conseille à ses propres enfants :

3369 Entremeslez tout vostre sang
3370 pour l'humain lignage augmenter.

18Le problème du mélange de sang rebondit encore, au cours d'une violente discussion entre les deux frères, d'âge fort différent, Caïn et Seth, qui s'oppose vivement à son aîné :

4446 et bref tu ne mesleras point
4447 ton lignage avec le mien.

19Se montrant par là partisan de l'endogamie, il en vient à cette conclusion :

4473 Que toy et ton lignage habite
4474 au lieu ou tu commis le vice.

20Les deux frères sont, enfin, d'accord sur ce partage du territoire. Mais la question du lignage, fondamentale, se reposera à nouveau.

21Nous parlerons peu de Caïn et d'Abel, car les rapports qu'ils ont avec leurs parents sont à peu près les mêmes dans les trois Mystères.

22Toutefois nous remarquerons, avec étonnement, que chez Gréban, c'est Abel qui prend la parole le premier ("mon chier pere" v. 781) et qu'il parle plus longuement que Caïn, ce qui paraît lui donner une certaine préséance. Or, c'est une certitude, dans l'Ancien Testament Caïn est l'aîné.

23Et ce problème de droit d'aînesse est important, comme le prouvent les nombreuses interventions de Caïn à ce sujet dans le Viel Testament.

24Il est le premier de la lignée, il l'affirme hautement, tenant à faire valoir ses droits :

2059 Au droit de primogeniture
2060 qui me doit venir par nature ;

25Il invoquera le même droit, après son sacrifice manqué, et laissera éclater son indignation :

2496 Quoy seray je indigne
qui suis de la ligne
chief et principal.

26Il l'affirmera encore plus, après la mort de son père, dans un long monologue composé de strophes :

4299 Mais, en tant que premier issi
de sa naturelle semence,
je doy avoir la preminence.

27Quatre fois, ce dernier vers revient en refrain.

28Enfin, dans un dialogue qu'il aura avec son jeune frère Seth, il tiendra les mêmes propos :

4450 Le droit primicial est mien,
4451 car je suis aisné du lignage.

29Autre surprise, mais dans un domaine différent, Caïn dans le Mystère de Troyes montre, lors de ses premiers propos, un respect et une docilité a l'égard d'Adam, que l'on retrouvera plus tard chez son frère Seth :

2043 Pere de franc cueur pur et munde,
2044 ferons tout a vostre plaisir.

Quelle est l'attitude de Caïn, après qu'il a tué son frère Abel ?

30Chez Gréban, il évoque avec un certain cynisme quelle sera la réaction d'Adam :

942 Mon pere en aura grant tristesse,
943 mais de son courroulx ne me chault.

31Dans le texte de Troyes, Caïn pense également à son père, mais il manifeste un sentiment plus filial, plus humain si l'on ose dire :

2581 mon pere ara dueil lamentable
2582 quant il sçara cest appareil.

32Toutefois la grande différence entre les trois Mystères réside dans le destin de Caïn. Chez Gréban, il disparaît du drame sans qu'on sache ce qu'il est devenu. Mais dans le V.T et dans le texte de Troyes, il sera tué par Lameth, un de ses descendants. Nous y reviendrons.

33"Il a desja cent et trente ans" qu'Adam a offensé Dieu. Alors qu'il se plaint de la mort d'Abel, et de la "fuite" de Caïn, Eve essaie de le consoler en lui parlant de leur nouveau fils, issu de la deuxième génération. Elle déclare ainsi dans le texte de Gréban :

1152 Dieu nous a ung beau filz donné
1153 nommé Seth comme vous sçavez.

34Adam va alors dresser son portrait, avant que celui-ci ne prenne la parole pour la première fois :

1156 Seth est beau filz, membru et fort,
bien moriginé et bien duyt et,
briefment, c'est tout mon deduit
1159 et mon plaisir quant le regarde.

35Dès qu'il ouvre la bouche, Seth montre la plus grande disponibilité :

1163 Mon pere, je suis apresté
1164 a faire vostre voulenté.

36Amour et respect pour les parents, docilité, Seth apparaît déjà comme le type du bon fils dans ses premières répliques.

37Dans le Viel Testament, Adam va accueillir Seth de manière encore plus affectueuse ; il croit en effet retrouver en lui son fils Abel :

3373 Or avant, mon chier enfant Seth,
singulier espoir de ma vie,
3375 je regarde nostre lignye
fort creue, se me semble bel.
Tu me representes Abel,
mon chier filz, quant je te apparçoy,
il m'est advis que je le voy.
3380 Mon doulx enfant, monstre toy sage
et instruy ceulx de ton lignage
mieux que ne fait Cayn, ton frere.

38On va découvrir dans le Mystère de Troyes un Seth semblable au personnage de Gréban.

39Ici aussi Adam le présente en termes chaleureux :

2795 Louange au hault Dieu souverain
2796 qui m'a envoyé ung biau filz...

40Seth va montrer les mêmes qualités que précédemment : respect, docilité, affection :

2807 Mes pere et mere, reverence
vous rens icy tres humblement,
pour vous servir de ma puissance
2810 en tout lieu honorablement ;
obeïr veulx entierement...

41et encore,

2813 faisant mon devoir plainement.

42cela, il va le répéter plusieurs fois, de façon quelque peu lassante d'ailleurs, mais il manifeste par là les plus grandes vertus. Cette affection qu'il a pour son père, celui-ci la lui rend bien.

43Chez Gréban, avant que son fils n'aille chercher l'huile de miséricorde au Paradis, Adam lui fait des recommandations émouvantes au sujet de ses autres enfants, faisant en quelque sorte de Seth leur protecteur :

1326 Tous tes frères te recommande,
soyez leur vray amy et frere,
1328 leur fragilité considere
1329 et les entretiens en amour.

44Seth ne reverra pas son père vivant. (D'autres enfants doivent assister à la scène, puisqu'Adam s'adresse à eux au vers 1340 :

Mes enfans, soyez ententiz

45mais ils restent muets).

46A son retour, Seth manifeste un réel chagrin :

1412 Helas, mon chier et amé pere,
or ne sçay je que je feray
quant maintenant perdu vous ay,
1415 si tost, sans jamais recouvrer.

47Dans le Viel Testament Seth est envoyé, évidemment, aussi par son père au Paradis, mais différence avec le texte de Gréban, il retrouve son père encore vivant et il va entendre ses dernières paroles ; d'autres enfants sont présents, comme l'indique l'apostrophe v. 4197 "or, mes enfans, je vous dire"...

48Avant de mourir, Adam ajoute les recommandations suivantes à propos du lignage :

4213 N'entremeslez vostre lignage
avec Cayn, car vous sçavez
que luy et les siens sont trouvés
4216 remplis de toute ville oultrage.

49Comme on peut le constater, le problème du lignage est un des thèmes constants du V.T, puisqu'il est abordé par Adam, Seth, et dans le camp adverse, par Caïn. Il le sera aussi, comme on le verra plus loin, par Lameth.

50Si l'on peut dire d'ailleurs que Seth est un partisan farouche de l'endogamie, peut-on affirmer en revanche que Caïn prône l'exogamie, au sens exact du terme ?

51Originalité par rapport aux deux autres Mystères, Seth, dans le texte de Troyes, va, quand il revient du Paradis, exprimer dans un monologue ses sentiments d'affection et de commisération vis à vis de ses deux parents :

3049 Penser me fault de retorner
pour consoler mon povre pere.
Helas ! il a douleur amere
de son forfait entierement,
ma mere aussy pareillement,
dont j'ay griefve douleur au cueur.

52Dans ses dernières paroles, Adam ne va cesser de recommander à "son cher enfant" (v. 3133) de servir Dieu.

53C'est sur le même ton que Seth parlera après la mort de son père. Pitié certes, mais surtout piété. Dans ces derniers rapports entre le fils et le père, apparaissent encore des marques d'affection ; toutefois c'est l'esprit religieux qui domine cette scène.

54Comme on a pu le voir, dans les trois textes, le même Seth apparaît, à quelques variantes près, avec de très grandes qualités : il se montre toujours affectueux, docile, respectueux, prêt à assurer son lignage, à servir son père et Dieu : en un mot, il s'avère parfait.

55Cette image de fils vertueux, c'est déjà celle qu'avait de lui l'historien Flavius Josèphe, né à Jérusalem, et qui vécut au 1er siècle après Jésus Christ. Dans son Histoire ancienne des Juifs (appelée aussi les Antiquités Judaïques), il écrit ceci à son sujet dans le chapitre II : "Adam mourut âgé de 930 ans... Il eut plusieurs enfants... L'un d'eux fut nommé Seth, il fut élevé auprès de son père, et se porta avec affection à la vertu. Il laissa des enfants semblables à lui, qui demeurèrent dans les pays, où ils vécurent très heureusement dans une parfaite union".

Pour terminer, nous allons parler de Lameth.

56Curieux personnage ! Il apparaît dans les trois Mystères, mais de façon bien différente.

57Dans Gréban, il ne prononce que...8 vers ; et encore, sont-ils parfaitement insignifiants. Qui est-il ? Que fait-il ? D'où vient-il ? On l'ignore. A vrai dire, il sert seulement de faire-valoir à Seth et c'est dans les propos de celui-ci que l'on trouve des éléments nous renseignant sur Lameth.

58Immédiatement après la mort d'Eve, Seth lui dit en effet ceci :

1460 Nostre mere est huy trespassee,
1461 frere, vous le pouez bien voir.

59Et quelques intants plus tard :

1472 En son sercus l'adjousterons
1473 au plus près d'Adam, nostre pere.

60"Nostre mere", "nostre pere", "frère" : à prendre Seth au mot, Lameth serait son frère ! Ce n'est pas possible. Il faut donner aux premiers termes le sens d'"ascendant", et à "frère" le sens de "parent", fréquent dans les textes. On n'en saura pas plus. Le rôle de Lameth est terminé, et celui de Seth également.

61Le Mistere du Viel Testament est plus explicite. Enoch, fils de Caïn d'après le v. 2172 ("Bien, mon père") interpelle Lameth en ces termes au v. 3312 :

Lameth, mon filz, sans vitupere.

62En outre, son rôle est très important (271 vers en tout). Après avoir commencé deux de ses répliques par "taysez-vous", ce qui indique qu'il n'est pas commode, Lameth révèle ses intentions :

3351 introduyre vueil bigamye
...
3353 deux femmes je veulx acoller

63Quelques scènes plus loin, il proclame l'avantage de la bigamie quand il s'agit d'accroître une famille :

4487 Je prens plaisir a regarder
les enfans que j'ay de mes femmes,
et repute ceulx pour infames
4490 qui, pour augmenter le lignage
ont en eulx si lasche courage
4492 qu'il ne veullent faire devoir.

64Devenu aveugle, il part à la chasse conduit par son fils Tubal Cayn. Guidé par ce dernier "il tire et frappe Cayn", nous signale la didascalie après le v. 4762. Informé par son fils ("Pere Lameth, que avons nous fait ?"), hors de lui, il le tue et fait son bilan :

4790 Mon filz est mort sans contredit.
4791 Or suis je bien de Dieu maudit
et dois en cueur avoir grant dueil,
quant j'ay mis a mort mon ayeul,
4794 dont j'auré la pugnicion
4795 en septuple augmentacion ;
jamais pire fait je ne fis.
Puis après, j'ay tué mon filz,
4798 qui du cas estoit innocent.

65Mis au courant, son autre filz Tubal ne prend pas les événements au tragique :

4882 N'y pensez plus ; ilz sont mors.
…..
4890 Réconfortez vous, je vous prie, Pere, ce qui est fait est fait.

66Après avoir présenté un récit quelque peu arrangé à ses deux femmes et avoir été maudit par elles, Lameth constate tristement :

4962 Ces deulx femmes a tout propos
me feront du mal infiny,
et seray pirement pugny
4965 que Cayn pour fratricide.

67D'après ses dernières paroles, il n'a pas l'air bien affligé.

68Les mêmes événements vont suivre un cours identique dans le Mystère de Troyes, mais, curieusement, certains éléments capitaux, deviennent vagues, voire incompréhensibles, et le rôle de Lameth est tout à fait court, puisgu'il compte en tout 65 vers.

69La façon dont il parle de lui au début est étrange, et prête à sourire :

2759 car j'ay eü ung grant traveil
a entretenir mes deux femmes.
Je suis le premier des bigames
qui suis pugny selon mes jeulx :
j'en ay quasy perdu les yeulx,
2764 tant m’onlt donné douleur et peine.

70Le châtiment est donc physique : ces deux femmes l'ont tellement épuisé qu'il est devenu aveugle...

71Il part à la chasse, accompagné de son "serviteur" qu'il appelle "qar-son", (v. 2767), puis plus loin "varlet" (v. 2841). Comme on peut le constater, il ne s'agit plus, dans ce Mystère, de son fils. Après le v. 2852, la didascalie indique : "Cy tire contre Cayn". Après le mort de Caïn, Lameth s'en prend au "traistre garson" (v. 2873) et ajoute :

2876 Or me sera ce cas bien trouble
pugny en seray a sept double,
2878 dont je suis bien homme deffait.

72Après avoir frappé à mort son serviteur ("Alarme ! au meurtre ! je suis mort", s'écrie-t-il v. 2898), Lameth exprime, dans un monologue, sa douleur en termes bien généraux et vagues :

2894 Homme mauldit, homme haÿ
...
2897 Fauldra il que je soye pugny
pour le meffait et vituppere
de Caÿn, qui avoit trahi
2901 et mis a mort son propre frere ?
2902 Fault il qu'en douleur et misere
2903 je porte le péché d'autruy ?

73Ces propos nous rendent perplexe. En effet, Lameth ne parle absolument pas de ses liens de parenté avec Caïn, qui devient simplement "autruy".

74On comprend mal les intentions du rédacteur troyen qui nous présente un Lameth presque innocent, la bigamie exceptée.

75Reste évidemment l'allusion à l'Ancien Testament, "pugny en serav a sept double", qui rappelle "en septuple augmentacion" du V.T. Les spectateurs étaient-ils suffisamment instruits pour tout comprendre grâce à cet élément ? Ils ne devaient retenir qu'un seul fait : la mort de Caïn.

76Il convient maintenant d'en venir au texte même de La Genèse I I, 4 La descendance de Caïn : Caïn connut sa femme, qui conçut et enfanta Hénock. Il devint un constructeur de ville et il donna à la ville le nom de son fils Hénock à Hénock, fils de Caïn naquit Irad, et Irad engendra Mehuyaël, et Mehuyaël engendra Metushaël, et Metushaël engendra Lamek. Lamek prit deux femmes : le nom de la première était Ada et le nom de la seconde Çilla....

77Lamek dit à ses femmes :

"Ada et Çilla, entendez ma voix
femmes de Lamek, écoutez ma parole :
J'ai tué un homme pour une blessure,
un enfant pour une meurtrissure.
C'est que Caïn est vengé sept fois,
mais Lamek, septante-sept fois !"

78Ces versets sont connus sous le nom de "chant de l'épée" et ont donné lieu à de multiples exégèses.

79Pour la Genèse donc, le fils de Caïn se nomme Henok (comme dans le V.T). Lamek (ou Lamec) n'est qu'un petit-fils bien lointain de Caïn, puisqu'il ne descend de lui qu'à la quatrième génération. Caïn est donc l'arrière-arrière grand père de Lamek (ce qui rend très aléatoire la mort de Caïn, tué par Lamek).

80D'ailleurs la Bible est muette concernant cette mort. Mais on lit : "C'est que Caïn est vengé sept fois", expression qui est certainement à l'origine de "en septuple augmentacion" du V.T, et "pugny en seray a sept double" du texte de Troyes.

D'où peut venir la version des faits tels qu'ils se présentent dans les deux Mystères, et ailleurs ?

81Flavius Josèphe, déjà nommé, après avoir décrit la descendance d'Adam, écrit cette phrase sibylline : "Lamech jugea aisément qu'il porterait la peine du meurtre commis par Caïn en la personne d'Abel, et le dit à ses deux femmes".

82Saint Jerôme (345-419) dans ses Lettres tome II XXXVI, à Damase, apporte un élément capital : "Lamech, le septième après Adam, par mégar-de - comme il est écrit dans certain volume hébreu - tua Caïn. Lui-même plus tard avoue : "J'ai tué un homme par une blessure que je lui ai faite, et un jeune homme par méchanceté, aussi tirera-t-on sept vengeances de Caïn, mais de Lamech 77 fois".

83Mais Salomon Rachi, le Troyen du xième siècle (1040-1105) a écrit ceci dans son Commentaire sur le Pentateuque : "C'est Lamec qui ...a tué Caïn. C'est ce qu'il dit lui-même : car j'ai tué un homme par ma blessure... Lamec était aveugle. Tubal Caïn lui servait de guide. Celui-ci voit un jour Caïn et croit que c'est une bête sauvage, il le dit à son père. Et ainsi Lamec tua Caïn... Lamec, de désespoir, frappa les deux mains l'une contre l'autre et écrasa son propre fils". Cette source n'a pas échappé à James de Rothschild qui note dans son introduction : "Cette partie, développement légendaire, dérive d'une aggada juive (c'est-à-dire légende), qui se trouve dans le yalkout (I, 38).

84Nicolas de Lyre, écrivain au xivème siècle (mort en 1340) cite cette légende en même temps gu'une explication différente du même texte donnée par Rachi. Les Troyens ont peut-être connu cette légende par l'intermédiaire de Pierre Desrey, le Troyen qui a traduit Nicolas de Lyre au xvème siècle.

85Pour clore momentanément ce problème, nous citerons ce qu'en dit F. Vigouroux dans son Dictionnaire de la Bible : "Plusieurs ont pensé que Caïn fut tué par Lameth, un de ses arrière-petits-fils ; mais c'est une interprétation tout à fait arbitraire de ce texte et Théodoret la traite de futile : Inter. 44. Quosnam interfecit Lamech ? "Non duos, ut quidam putaverunt, (Genèse 4, 23) neque ipsum Cain, ut alii fabulati sunt : sed unum, et hunc juvenem". (Le texte est en grec ; en regard se trouve la traduction latine). (Quaest. XLIV in Gen, t. LXXX col. 146).

86Il a été seulement question des personnages présents dans les trois Mystères. Mais existent aussi Noë (fils de Lameth), Caynam (fils de Seth), Ada, Sella, les filles, qui participent les unes et les autres au V.T.

87Caynam ne déclare-t-il pas :

4998 Et de fait résolu je suys
d'aymer les filles du lignage
Caÿn, tant belles que c'est rage.

88L'avenir des descendants d'Adam et Eve semble assuré.

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter