Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine religieux

Cercles de famille

Jean Arrouye

Texte intégral

  • 1 Charles Sterling - Le couronnement de la Vierge par Enguerrand Quarton - Paris 1939.
  • 2 Le prix-fait a été publié pour la première fois par le chanoine Requin - Documents inédits sur les (...)
  • 3 Charles Sterling - Enguerrand Quarton - Le peintre de la Pietà d'Avignon - Paris 1983.
  • 4 Don Eddy - The trinity in Enguerrand Quarton's Coronation of the Virgin - The art bulletin - Mars (...)
  • 5 François Boefpflug - Communication au colloque d'histoire et de spiritualité cartusiennes - Villen (...)
  • 6 Michel Laclotte et Dominique Thiébaut - L'école d'Avignon - Paris 1983.

1Dans Le couronnement de la Vierge d'Enguerrand Quarton, qui est a Villeneuve-lès-Avignon, deux aspects opposés retiennent d'ordinaire l'attention : l'un est le programme général qui, représentant le ciel, la terre, le purgatoire et l'enfer, est "une somme théologique qui expose la sublime structure du monde"1 ; l'autre est le détail singulier de "l'identité absolue entre le Père et le fils", prévue dans le prix-fait établi entre le commanditaire, le "chappelain" Pierre de Montagnac, et le peintre2. "Une identité aussi rigoureuse entre les deux premières personnes est d'une rareté insigne", écrit le meilleur connaisseur de la peinture française du xve siècle, Charles Sterling3, faisant siennes les conclusions de Don Eddy qui y voit un effet du concile de Ferrare qui avait abouti en 1438 à l'union, provisoire, des églises latines et grecques4. Celles-ci s'opposaient sur la question de savoir si le Saint Esprit procédait du Père seul ou à la fois du Père et du Fils. Le décret d'union décidait que bien que l'Esprit Saint tirât son essence et sa subsistance du Père et du Fils à la fois, cependant, puisque ceux-ci ne font qu'un, il n'avait qu'une cause, ne procédait que d'un seul principe et d'une seule spiration. C'est donc cette unicité de l'origine de l'Esprit Saint et l'unité des Eglises d'Occident et d'Orient que l'identité des personnes du Père et du Fils était censée représenter. Or récemment François Boefpflug a établi que cet air de famille des deux premières personnes divines, voire des trois dans certaines œuvres, n'avait rien d'exceptionnel5. Sur ce point particulier il en va donc comme pour le thème général : "Le Couronnement de la Vierge ne se distingue pas vraiment par son originalité iconographique"6, et le retable ne témoigne pas de la bonne fin d'une affaire d'état, mais - ce qui n'enlève rien à la grandeur de son sujet ni à la beauté de son traitement - de celle d'une affaire de famille.

  • 7 Jean V, 19.
  • 8 Sermon vingt-deuxième sur le Cantique des Cantiques in Œuvres mystiques de saint Bernard - Préface (...)
  • 9 Id.

2En effet si la Vierge est épouse du Père et mère du Fils, en vertu de l'unité de Dieu, et du fait que, comme le dit Jean, "tout ce que fait le Père, le Fils aussi le fait pareillement"7, elle est aussi l'épouse du Fils. C'est là un thème banal de la glose mariale et, par exemple, ce qu'implique l'exégèse traditionnelle du Cantique des cantiques comme ëpithalame des noces mystiques de la Vierge avec Dieu, indistinctement des personnes. La richesse symbolique de ce texte sublime est telle que, bien qu'il ait inspiré à Bernard quatre-vingt six sermons qui constituent un commentaire de référence sur tout ce qui touche à Marie, le saint moine garde le regret de n'avoir pas eu "tout loisir de méditer et de bien comprendre comment Dieu est l'époux" de "celle qui s'avance comme le jour levant, belle comme la lune et lumineuse comme le soleil"8. Le retable d'Enguer-rand Quarton est une heureuse illustration de cette parenté mystique. Chacune des deux premières personnes divines y est inscrite dans un cercle, symbole de sa perfection infinie, dont la courbure est clairement dessinée par la couche de nuages blancs piqués des têtes bleues de chérubins sur laquelle elle trône. Le centre du cercle qui circonscrit le Père se situe un peu à droite de la bordure dorée de son manteau, à hauteur de la gemme la plus proche de la pliure de cette bordure, celui du cercle du Fils au point où la bordure d'or de son manteau replié sur les genoux touche la manche blanche du bras bénissant. Les deux cercles sont de même rayon, et déterminent de part et d'autre du groupe divin l'emplacement des archanges Michel et Gabriel et l'inclinaison symétrique de leur tête. Ils se recoupent, d'une part au centre exact du nimbe crucifère qui est au-dessus de la colombe du Saint Esprit, d'autre part entre les deux plis longitudinaux de la robe de la Vierge, un peu au-dessous du point extrême où l'aube blanche du père mord sur elle. La Vierge est ainsi, à partir des genoux, contenue dans une mandorle, lieu commun au Père et au Fils où elle est enveloppée simultanément dans l'orbe de la sollicitude de chacun, espace symbolique où l'éclat de sa robe de soleil et de vermeil se marie à la splendeur du manteau de pourpre de ce "Roi, que saint Bernard décrit en des termes qui semblent préfigurer l'œuvre d'Enguerrand Quarton, assis dans sa gloire sur les Chérubins, sur un trône admirable, sous cet aspect où il fut engendré l'égal du Père parmi la rutilence des saints et des esprits de lumière"9.

  • 10 Cette bordure est l'arc d'un cercle identique en taille à ceux des nimbes des trois personnes divi (...)
  • 11 En fait une valeur approchée, correspondant au rapport 5/3, qui fait partie de la suite émerveilla (...)

3En cet instant où elle est magnifiquement accueillie au ciel la Vierge en est faite reine ; le Père et le Fils la couronnant, synthronoi, acquiescent à son règne ; désormais le royaume des cieux s'organise autour de sa radieuse présence et se soumet à son ordre. De fait le grand cercle dont la circonférence est marquée par l'arrondi du socle de nuages sur lequel se tient Marie contient les deux cercles dans lesquels sont inscrits le Père et le Fils. Il leur est tangent à la hauteur du diamètre horizontal de sorte que les centres des trois cercles sont alignés. Celui du cercle de la Vierge est le centre de la mandorle créée par l'intersection des deux autres ; il est au coeur de la pierre précieuse placée au milieu de la bordure supérieure de la robe de la Vierge10. Le rayon du cercle mariai est avec celui des cercles divins dans un rapport égal au nombre d'or11, confirmation que cette interdépendance des cercles de famille est la figure d'une harmonie transcendante.

  • 12 Premier sermon pour l'assomption in Œuvres mystiques de saint Bernard - op. cit.
  • 13 Sermon vingt-troisième sur le Cantique des Cantiques in Œuvres mystiques de saint Bernard - op. ci (...)
  • 14 Aujourd'hui le bleu d'Allemagne s'est oxydé et obscurci, et du coup la bordure blanche du socle de (...)

4Cependant le retable n'est pas seulement tableau de famille divine et illustration de l'intégration à celle-ci de la Vierge ; il est aussi tableau d'histoire terrestre, de celle de Marie, mère de Jésus. Sur la gauche du panneau le buisson ardent, préfigure de l'annonciation, rappelle l'épisode initial de l'aventure du rachat de l'humanité, tandis qu'à droite, en pendant, le tombeau de la Vierge en marque le terme historique ; au-dessus du tombeau se dresse le saint sépulcre, mémorial du sacrifice du Christ, tandis qu'auprès du buisson s'élève l'église où il vint par sa miraculeuse apparition confirmer au pape Grégoire l'efficace de la commémoration eucharistique de son sacrifice, dont le sens est figuré par le crucifix démesuré dressé au centre du monde, qui, s'élevant vers le ciel paradisiaque, mène à la Vierge, radieuse médiatrice. Le couronnement de la Vierge est à la fois le couronnement - au sens d'événement final - de la vie méritoire de Marie, et le couronnement - au sens d'événement le plus important - de l'histoire du rachat. Car la Vierge, simple femme qui défaillit au pied de la croix où son fils douta et mourut pour que soit pardonnée l'humanité, ne peut qu'être le plus compréhensif et le plus efficace des intercesseurs auprès de Dieu pour que soient pardonnées les défaillances des faibles mortels. La Vierge montée au ciel y institue la loi de charité et déverse ses grâces sur les hommes, comme l'explique saint Bernard dans son premier sermon pour l'assumption : "Aujourd'hui notre terre a adressé au ciel un cadeau de grand prix, afin de sceller par cet échange une heureuse alliance entre le monde humain et le monde divin, la terre et le ciel, l'ici-bas et l'altitude /.../ Etablie dans les hauteurs, la Vierge bienheureuse à son tour dispensera des présents aux humains ; elle en a la puissance et la volonté, car elle est la Reine des cieux, elle est compatissante"12. Cela aussi l'organisation du tableau le montre, car quoique établie en plein ciel la Vierge reste en contact avec la terre : elle se tient debout sur le globe terrestre. "Il faut bien, précise saint Bernard, qu'elle imite son Epoux qui, remontant au ciel n'en promit pas moins aux siens de rester avec eux sur la terre jusqu'à la consommation des siècles. Ainsi, quelque progrès qu'elle fasse, quelque perfection qu'elle atteigne, l'Epouse ne détourne jamais son attention et son affectueuse prévoyance des âmes qu'elle a fait naître à l'Evangile ; elle ne saurait oublier ses propres entrailles"13. De fait, le visage doucement incliné dans une attitude d'attention compatissante, elle accueille les âmes qui montent vers elle - dont Enguerrand Quarton a signifié la pureté en les représentant sous forme d'êtres translucides - et son manteau s'éploie symboliquement sur l'espace terrestre, de sorte que Vierge du couronnement elle est aussi Vierge de miséricorde, sous le manteau de laquelle l'humanité trouve protection, comme la peignit d'ailleurs Enguerrand Quarton lui-même sur le retable qui est au musée Condé de Chantilly. Le mouvement descendant de la charité mariale est traduit non seulement par l'élargissement du manteau qui substitue, au zénith du monde terrestre, le bleu d'éternité du lapis-lazuli dont il est peint au bleu ordinaire d'Allemagne dont est fait le firmament terrestre14, mais également par l'intersection de l'horizon courbe du globe terrestre par le grand cercle contenant Marie et les personnages divins, figure sensible de la solidarité du ciel et de la terre, que, plus subtilement, établit aussi le fait que le rayon du globe terrestre est égal à la distance du centre de la croix où est attaché le Fils au centre du chrisme qui somme le Saint-Esprit. A nouveau la relation harmonique confirme la relation géométrique.

  • 15 Charles Sterling - Le couronnement de la Vierge d'Enguerrand Quarton - op. cit.
  • 16 Traité de l'amour de Dieu, cité dans la préface des Œuvres mystiques de saint Bernard - op. cit. O (...)

5Si, comme l'écrit Charles Sterling "le véritable sujet /du mirifique tableau/ est l'ordre chrétien de l'univers et la place glorieuse que la Vierge y occupe"15 en tant que mère de Dieu puisque Jésus est le fruit de ses entrailles - et mère des hommes - puisque son fils est le nouvel Adam -, son véritable enjeu, tel que le montrent sa structuration symbolique et son organisation visuelle, est le fonctionnement de cette forme chrétienne de l'esprit de famille qui se nomme charité. "La charité, déclare saint Bernard, est la loi éternelle qui crée l'univers et le gouverne. C'est elle qui a constitué toutes choses en poids, en mesure et en nombre. Rien n'est soustrait à sa loi, puisqu'elle-même, loi de l'univers, n'est pas sans loi, mais a une loi qui n'est autre qu'elle-même et par laquelle, si elle ne s'est pas créée, elle se gouverne toutefois"16. C'est bien ce qui se voit au retable d'Enguerrand Quarton.

6Je remercie Jean-Baptiste Hémery de ses schémas si démonstratifs qui valent un long discours, et beaucoup davantage.

Notes

1 Charles Sterling - Le couronnement de la Vierge par Enguerrand Quarton - Paris 1939.

2 Le prix-fait a été publié pour la première fois par le chanoine Requin - Documents inédits sur les peintres-verriers et enlumineurs d'Avignon au xvè siècle - Réunion des sociétés des beaux-arts des départements - 1889.

3 Charles Sterling - Enguerrand Quarton - Le peintre de la Pietà d'Avignon - Paris 1983.

4 Don Eddy - The trinity in Enguerrand Quarton's Coronation of the Virgin - The art bulletin - Mars 1963 vol. XLV n° 1.

5 François Boefpflug - Communication au colloque d'histoire et de spiritualité cartusiennes - Villeneuve-les-Avignon, sept. 1988.

6 Michel Laclotte et Dominique Thiébaut - L'école d'Avignon - Paris 1983.

7 Jean V, 19.

8 Sermon vingt-deuxième sur le Cantique des Cantiques in Œuvres mystiques de saint Bernard - Préface et traducti on d'Albert Béguin - Paris 1953 - Parlant de la Vierge saint Bernard cite le Cantique des cantiques, VI, 9.

9 Id.

10 Cette bordure est l'arc d'un cercle identique en taille à ceux des nimbes des trois personnes divines.

11 En fait une valeur approchée, correspondant au rapport 5/3, qui fait partie de la suite émerveillante de nombres énoncée dans le Timée de Platon, dans laquelle le rapport de chaque paire de nombres successifs correspond à une valeur plus approchée du nombre d'or, et que de nos jours on appelle suite de Fibonacci.

12 Premier sermon pour l'assomption in Œuvres mystiques de saint Bernard - op. cit.

13 Sermon vingt-troisième sur le Cantique des Cantiques in Œuvres mystiques de saint Bernard - op. cit.

14 Aujourd'hui le bleu d'Allemagne s'est oxydé et obscurci, et du coup la bordure blanche du socle de nuages sur lequel se tient la Vierge parait plus massive. A l'origine l'azur atmosphérique et l'azur du manteau virginal, quoi que marquant par leur différence de nature la différence d'essence des univers dont ils participent, étaient de teinte analogue, de sorte que le regard, parti du Purgatoire d'où sort une âme libérée, conduit vers le haut par l'élan du Crucifix, trouvait dans le manteau de couleur identique au firmament terrestre qu'il venait de parcourir une zone de transition, conduisant, par sa forme même, vers la colonne de lumière de la Vierge accueillante. A la structuration géométrique manifestant par l'interrelation des cercles les rapports de famille et l'active charité de la Vierge orientée vers le bas, et à la stratification horizontale des univers, paradis, terre, purgatoire et enfer, se surimpose donc, sur l'axe médian, le tracé d'un cheminement vers le haut, qui est la figure de l'espérance comblée.

15 Charles Sterling - Le couronnement de la Vierge d'Enguerrand Quarton - op. cit.

16 Traité de l'amour de Dieu, cité dans la préface des Œuvres mystiques de saint Bernard - op. cit. On remarquera que saint Bernard inscrit au crédit de la charité la législation numérique et harmonique de l'univers, que le retable d'Enguerrand Quarton met en effet en application en faveur de la charité, mais qui dans la Bible est l'apanage de la sagesse (Sagesse XI, 20).

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter