Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Realia - Moralia

La mère et l’enfant dans les Chroniques de Jean Froissart

Geneviève Costes-Sodigné et Bernard Ribemont

Texte intégral

  • 1 J. KRYNEN, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Age, Paris, 1981 p. 140
  • 2 voir B. Ribémont, "L’entrée d’Isabeau de Baviere a Paris : une fête textuelle pour Froissart", à p (...)

1Il est assez banal de constater que dans grand nombre d’œuvres historiques du Moyen Age la place donnée aux enfants et aux femmes est assez restreinte. Les chroniqueurs en effet ont pour objet principal de décrire les événements importants, guerres, croisades, querelles et alliances entre grands du royaume ; leur propos concerne donc essentiellement le domaine socio-politique, domaine réservé aux hommes. Si la dame des romans et de la poésie lyrique occupe une place de premier rang dans une thématique courtoise, son rôle dans la vie réelle semble bien différent. A la lecture de diverses chroniques, il apparaît clairement qu’elle n’est dévolue qu’à des tâches subalternes ou symboliques. Tel est le cas, en particulier, de l’épouse du roi. Comme le note Jacques Krynen pour la France, "à partir de 1328, peut-être du fait de l’exclusion des femmes de la succession de la couronne de France, elle ne joue plus qu’un rôle officiel de représentation"1. On peut citer pour exemple le cas d’Isabeau de Bavière dans les Chroniques de Froissart ou bien chez le religieux de Saint-Denis. Isabeau en effet est au centre d’une politique d’alliance ; A la demande de feu le roi Charles V, le jeune roi Charles VI doit se marier avec la fille d’Etienne de Bavière. La jeune fille apparaît donc comme l’élément principal des comptes rendus se rapportant à la preparation du mariage, à la cérémonie elle-même, puis à l’entrée de la reine dans Paris en 1389. Or, à la lecture des textes concernant ces événements, l’on s’aperçoit qu’Isabeau n’a de fonction que représentative, les rôles fondamentaux étant joués par les oncles du roi. Si de nombreuses dames du royaume entrent en scène à cette occasion, - ce qui est logique car il s’agit ici de fête et de cérémonie -, elles n’interviennent que dans la mise en œuvre d’une esthétique : les duchesses de Touraine et de Brabant président à l’habillement d’Isabeau, la reine Blanche, sur les ordres du roi, règle l’ordonnance de l’entrée parisienne de la jeune reine. Mais l’identité de cette dernière n’apparaît jamais réellement ; elle s’est dissoute dans les signes de la parade2.

  • 3 Ph. ARIES, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, 1960
  • 4 G. DUBY, "Au xiième siècle : "jeunes" dans la société aristocratique", Annales E.S.C., 19(5), 1964 (...)

2En ce qui concerne l’enfant, on sait que le terme d’"enfant" lui-même possède un champ sémantique flou. Dans les textes du Moyen Age, ce terme désigne une période de la vie assez étendue et variable suivant les circonstances. Philippe Ariès3 a par exemple relevé des signifiants multiples tels que "valet", "valeton", "garçon, " "fils", "beau fils" pouvant désigner des jeunes en âge d’être mariés. L’enfant de l’Espinette amoureuse a douze ans et le fils de Gaston de Foix, marié, est qualifié d’enfant par Froissart. Beorges Duby4 a pu constater le même flou dans la société aristocratique ; il semblerait pour lui que le jeune homme reste dans l’enfance tant qu’il n’assume pas de rôle social. Si l’on suit Georges Duby, il est logique que l’enfant n’apparaisse guère dans les Chroniques de Froissart. Même si ce dernier s’adresse souvent aux "bacheliers", avec ici encore tous les recouvrements signifiants qu’implique ce terme, c’est dans un souci affirmé d’éducation : ils devront acquérir les qualités de leurs aînés, prouesse et largesse par exemple. Mais dans tous les cas de figure, le rôle prépondérant est réservé aux adultes.

3De manière générale donc, le chroniqueur s’intéresse peu à l’enfant et, en conséquence, à ses rapports avec le reste de sa famille. Si à notre époque, les relations familiales unissant l’enfant au père et à la mère sont fondamentales, il semble qu’il en va autrement au Moyen Age, tout au moins au travers des textes. A fortiori, les rapports pouvant exister entre la mère et l’enfant, c’est-à-dire en dernier lieu entre deux personnages de second plan, sont gommés de la plupart des textes historiques.

4Il y a toutefois des exceptions notables dans les Chroniques de Froissart. Ce dernier en effet s’est intéressé incidemment aux relations unissant une mère et son fils ; nous avons relevé trois circonstances se révélant significatives de la démarche de l’auteur. Dans le premier cas, Froissart est confronté au problème de la minorité du futur roi Edouard III d’Angleterre, dans les événements troublés de l’Angleterre du début du xivème siècle, événements dans lesquels la reine Isabelle est amenée a jouer un rôle important. Le deuxième cas concerne les relations qui se nouent entre le jeune roi Richard et sa mère au moment des émeutes de Londres en 1381. Enfin, le compte rendu froissardien de la mort du fils de Gaston Phébus, prince à qui il porte une vénération bien connue, offre un exemple particulièrement intéressant de la façon dont Froissart envisage les relations de parenté dans un milieu aristocratique.

  • 5 Chroniques, Livre I, éd. S. Luce, Paris, S.H.F., 1869, t. I, p. 9. Dans la suite les références a (...)

5Le compte rendu de Froissart, au livre I des Chroniques, commence sur une fracture au sein des liens de parenté. Le roi d’Angleterre Edouard II, mal conseillé par son favori, se sépare de la reine Isabelle, fille du roi de France Philippe IV. D’entrée de jeu, le personnage de la reine d’Angleterre est investi d’une polarité doublement positive : elle est d’une part fille de France ; d’autre part, elle apparaît en contraste d’un roi qui lui, est vu comme négatif par Froissart. Le souverain en effet "ne fu mies de si grant sens ne de si grant proèce plains comme avoit esté li bons rois Edouwars ses pères"5. De plus, ce roi est entouré de mauvais conseillers et c’est justement l’avis de ces derniers qui, pour Froissart, provoque la rupture qui, de fait, sera à l’origine de la perte du roi.

Encores ne se cessa pas li dis messires Hues de enhorter le roi mal à faire. Car, quant il perchut qu’il estoit mal de le royne et dou conte de Kent, il list si grant descort entre le roy et le royne, par son malisce, que li rois ne voloit point venir en lieu où elle fust, et dura cilz descors assés longement. (I, 14)

6La reine, avertie secrètement des mauvaises intentions du roi, quitte alors l’Angleterre en compagnie de son fils aîné pour aller se réfugier auprès de son frère Charles IV. Nous sommes donc ici dans une atmosphère de complot, que Froissart sait particulièrement bien exploiter. Le chroniqueur en effet insiste à plusieurs reprises sur le secret entourant l’entreprise de la reine. L’événement contribue donc, au niveau de l’écriture, à distiller dans le récit une forme de romanesque que Froissart met à profit pour souligner les rapports existant entre les personnages. La reine est hissée au rang le plus important ; elle est l’élément focalisateur dans la succession des événements. C’est elle qui s’allie le comte de Kent, c’est elle qui recherche le soutien de son frère, c’est elle encore qui, toujours en secret, rejoint le Hainaut pour convaincre le comte Jean de défendre sa cause et celle de son fils Edouard. Ce dernier est vu par le chroniqueur comme totalement dépendant de la volonté de sa mère ; l’éclairage que Froissart donne à la reine occulte en quelque sorte le personnage d’Edouard. L’identité de ce dernier en effet n’apparaît jamais en tant que telle dans le texte ; Edouard n’est que le fils d’Isabelle. Il est mentionné uniquement par des expressions telles "son fils", "la reine et son fils". Il est significatif de constater qu’Edouard n’apparaît jamais en tant qu’actant. L’accueil de Charles IV par exemple se traduit par les termes "A bien vigne ma belle suer et mes biaus niés ! " (I-16). Lorsque la décision de se rendre en Hainaut est prise, Froissart insiste sur la seule action de la reine ; ici encore, Edouart ne fait que suivre sans mot dire :

Adonc, se parti au plus tost et au plus coiement que elle peut de son hostel, avoech li ses filz en l’eage de quinze ans ou environ (I-20)

7L’intention d’Isabelle est de demander secours à Jean de Hainaut. Il y a alors basculement dans le texte de Froissart. Si les rapports mère/enfant révélaient une femme énergique, détenant tout pouvoir d’action et de décision, après que le roi de France a refusé son aide, Froissart dessine le contour d’une femme plus traditionnelle dans ses rapports avec le seigneur de Beaumont. Isabelle en effet redevient, l’instant de la demande, une "dame", au sens courtois du terme. Elle vient, à l’instar des pucelles éplorées des romans de chevalerie, demander "aide et réconfort" auprès d’un chevalier.

La dame, qui estoit soult triste et esgarée, et en sus de tous consaulz, fors de Dieu et de lui, commença a complaindre au dit signeur de Byamont, en plorant toult piteusement, ses besongnes, et recorder ses dures avenues, de cief en cor, tout ensi que avenu li estoit jusques a ores (I-21)

8S’établit alors un dialogue entre Jean et Isabelle dans la plus pure tradition courtoise. Les réponses faites par Jean de Hainaut mettent en lumière un chevalier digne de Méliador, - Froissart désigne d’ailleurs Jean par le terme "gentils chevaliers". Froissart, selon un procédé d’enchâssement qui lui est coutumier, met en scène une suite d’actions, un jeu de réponses, inscrivant ainsi un véritable acte théâtral au sein de la chronique.

Et quant li gentils chevaliers lessires Jehans de Haynau eut oy la date complaindre (...) si en eut grant pitié et li dist, pour li reconforter, soult doucement : "Certes, dame, veés ci vostre chevalier qui ne vous faurront pour morir, se tous li mondes vous falloit. Ains, ferai tout ton pooir de vous et de vostre fil conduire, et de vous et de lui remettre en vostre estat en Engleterre". (...)
Et quant la date l’eut oy parler une si haute et si noble parolle, et si reconfortans ses besongnes, elle qui seoit, et messires Jehans de Haynau devant lui, se dreça en estant et se volt engenoullier, de le grant joie et de le grasce qu’il li offroit ; mes li gentilz chevaliers ne l’euist jamais souffert ; ains se leva soult apertetent, et prist la dame entre ses bras et dist : "Ne place jà a Dieu que la royne d’Engleterre face ce, ne ait empenset a faire, que li engenillier devant son chevalier" (...)
Et la date li ottrie et dist : "Certes, sire, je trueve en vous plus de confort et S’amour que en tout le tonde. Et, de ce que vous me dittes et offres, cinq cens mille mercis. (I 22-23)

9Froissart profite de ce dialogue pour conclure, une fois encore, sur les mérites des valeurs chevaleresques. Il s’adresse à son lecteur pour lui proposer la leçon de l’exemplum qu’il vient de mettre en place :

Car tout chevalier doient aidier a leur loyal pooir toutes dames et pucelles a leur besoing, especialement quant il en sont requis (I-25)

10Dans l’échange entre Isabelle et Jean de Hainaut, le jeune Edouard n’a pas plus de consistance qu’auparavant. Si sa mère, au devant de Jean, apparaît comme une dame éplorée, elle n’en demeure pas moins le pivot de la reconquête de son pays. Edouard n’est finalement que le prétexte à l’action de sa mère. Dans cette action, celle-ci redevient l’élément central, Jean se contentant de l’aider dans l’entreprise.

Ensi reconquist la ditte royne tout le royaume d’Engleterre pour son aisné fil, sour le confort et conduit de monseigneur Jehan de Haynau (I-32)

11Après le couronnement d’Edouard, celui-ci regagne une identité pour Froissart. Il est le jeune roi Edouard. Toutefois, parce qu’il est dans sa jeunesse, les liens avec sa mère demeurent encore très étroits. Froissart note à plusieurs reprise la présence de la reine auprès du roi dont elle demeure une conseillère. Elle peut d’ailleurs donner de mauvais conseils, comme dans le cas de l’assassinat du duc de Kent. On connaît le thème, classique au Moyen Age, du mauvais conseiller. Le roi n’est jamais véritablement responsable d’une action coupable ; s’il en commet une, c’est à cause de son entourage. C’est pourquoi la plupart des enseignements des princes insistent sur l’art de choisir ses conseillers. "Roy sans la prudent conseil est comme le chief en ung corps sans yeulz, sans oreillez et sans nez", peut-on lire dans le Vivat Rex de Jean Gerson. Les rapports étroits unissant la reine d’Angleterre à son fils vont permettre à Froissart de justifier les premières erreurs d’Edouard. La reine assume la responsabilité des fautes politiques de son jeune fils. Le texte de Froissart évolue sous une double influence : son opinion sur Isabelle devient peu à peu négative, sous la pression des événements survenus a la cour. En trahissant une morale à laquelle Froissart est attaché, Isabelle conduit le roi à des fautes politiques. D’autre part, le personnage du roi est lesté d’un poids progressivement plus fort et se détache ainsi de sa mère. Le récit de Froissart commence en effet à rendre compte de décisions qui appartiennent en propre à Edouard, en tant que roi d’Angleterre. Il se doit alors d’agir envers sa mère. Celle-ci perd complètement son statut ; c est à présent Edouard qui a le pouvoir de décision. Froissart note qu’il "fu tristes et courouciés", rappel dans le texte des rapports privilégiés qui unissaient le roi à sa mère, mais le lecteur doit assister à l’effacement de la mère au profit du fils. La conclusion de Froissart exprime le renversement définitif des rapports entre Isabelle et Edouard :

Nous nous soufrerons à parler de la date, et parlerons dou dit roy son fil, et trouent il persevera en signourie. (I-90)

  • 6 G.T. SILLER, éd. du Livre I des Chroniques, san. de Rome, Genève, Droz, Paris, Mignard, 1972

12Isabelle tombe à présent dans l’anonymat, elle est devenue une "dame", alors que son fils est maintenant le "roy". Si l’on compare ce récit avec celui du manuscrit de Rome, on constate que Froissart a élaboré ici des rapports privilégiés entre Isabelle et Edouard. En effet, dans le texte de Rome, la fin de la puissance d’Isabelle est annoncée de manière laconique. "Tantost apriés celle justiche faite, li rois d’Engleterre, (...) fist madame sa mère envoiier en un castiel et la tenir sans point issir de sa pourprise. "6 Aucune mention n’est faite à un quelconque sentiment du roi envers sa mère. Froissart, remaniant ses Chroniques, a tendance à accorder une place plus importante à Edouard. Par exemple son mariage avec Philippa, qui, ne l’oublions pas, fut la protectrice de Froissart, est beaucoup plus détaillé dans le manuscrit de Rome. Edouard apparaît ainsi plus vite indépendant de sa mère. Il semble donc que les rapports Isabelle/Edouard ont servi à Froissart de support à une explication des phénomènes politiques de l’Angleterre, offrant entre autre des éléments de justification de la déposition et de la mort d’Edouard II. Le couple mère/enfant constitué par la reine d’Angleterre et son fils autorise de plus un discours privilégié sur les devoirs de la chevalerie, et ce a plusieurs niveaux. D’une part, Isabelle représente la dame luttant pour reconquérir l’héritage de son fils aîné, avec le secours d’un chevalier. D’autre part, elle est une représentation de la dame faible et éplorée accompagnée de son enfant qui, à ce titre mérite aussi le secours. On a donc un double rapport dialectique, s’articulant sur une appréciation duale des forces. A l’image de Frédégonde, qui figure dans la Cité des Dames de Christine de Pizan, elle défend les intérêts du lignage avec une force et une vertu toutes à la gloire de la maison de France. Mais elle n’en demeure pas moins une dame courtoise qui sait reconnaître la faiblesse inhérente à son sexe. Froissart peut ainsi naviguer entre le romanesque, le compte rendu historique et une appréciation idéologique.

13Dans le cas de Richard II, Froissart va présenter a son lecteur des rapports mère/enfant inversés ; cette fois-ci, c’est l’image du roi qui domine dans la relation : Richard sera le protecteur de sa mère. Froissart en effet, au début du règne de Richard, montre un jeune roi sous un angle particulièrement positif. Si par la suite cette polarité s’inversera, - le roi s’entourant de mauvais conseillers et gérant mal son royaume -, la jeunesse royale apparaît à Froissart comme porteuse d’espoir.

  • 7 voir l’ouvrage de Marie Thérèse de Médeiros, Jacques et les Chroniqueurs : une étude comparée de r (...)

14Le jeune roi d’Angleterre est confronté dès le début de son règne à des troubles à l’intérieur de son royaume : en 1381, le peuple du sud de l’Angleterre se révolte contre la lourdeur des impôts et des éléments rebelles se rendent à Londres pour voir le roi. Froissart, d’entrée de jeu, révèle son horreur des mouvements populaires et compare les événements anglais aux jacqueries dont on sait qu’il fit un compte rendu particulièrement négatif7.

En ces tretiés durans et parlemens faissans, avinrent en Engletière très grans meschiés de rebellions et de esmouvement de menu peuple, par lequel fait Engleterre en fu sus le point que de estre toute perdue (...) et, pour la grant aisse et craisse où li menus peuples d’Engletière gratoit et vivoit, s’esmut et esleva ceste rebellion, enssi que jadis s’esmurent et esleverent en France li jaque Bonhomme, qui i fissent moult de maulx (X-94)

15Face à ce peuple agité, mettant en cause, d’après Froissart, les fondements de tout ordre respectable, il est nécessaire pour la sauvegarde des vraies valeurs de montrer un roi courageux, ferme, représentant contre la vile populace cet idéal chevaleresque si cher au chroniqueur. La mère de Richard offre à Froissart une représentation idéale de la faiblesse, mais d’une fragilité noble et courtoise qui va lui servir à la fois de repoussoir face aux émeutiers et de faire-valoir du courage de son fils. L’apparition de la princesse de Galles dans l’épisode de la rebellion est significatif :

En che jour que ces meschans gens de la conté de Kemt venoient a Londres, retournoit de Cantorbie la mère du roy d’Engletière, la princesse de Balles, et venoit de pelerinage. Si en fu en trop grant aventure dek estre perdue par eux, car ces meschans gens saloient son char en venant et li faissoient moult de desrois, de quoi la bonne dame fu en grant esmai de li meismes que par aucune cose il ne li fesissent violensse (X-99)

16On peut remarquer dans ce passage la désignation de la princesse de Galles comme étant la mère du roi. C’est toujours ainsi qu’elle apparaîtra dans le récit de Froissart. Contrairement au cas d’Isabelle et d’Edouard, la mère du jeune roi n’a d’identité que par rapport à son fils. De plus, Froissart joue sur l’opposition "bonne dame"/"méchans gens", la dame revenant de plus d’un pélerinage, afin de noircir davantage la situation.

17Cette mère sera, dans le récit de Froissart, toujours dans une situation critique qui la remplit d’effroi ; en particulier, l’idée du viol est sous-jacente à maintes reprises. La consolation et le secours du roi se révéleront d’autant plus importants. L’épisode de l’agression de la princesse dans ses appartements est révélatrice de la façon dont Froissart procède :

Encores entrèrent cil glouton en la cambre le princesse et despecièrent tout son lit, dont elle fu si eshidée que elle s’en pasma, et fu de ses varlès prise entre leurs bras et aportée bas en une posterne sous le rivage et lisse en un batiel (...) et puis senée en un hostel (...) et la se tint tout le jour et toute la nuit, enssi que une feue demi morte, tant que elle fu reconfortée dou roi, son fil (X-111)

18Chaque péripétie de la révolte est marquée par une scène mère/enfant. Le schéma narratif se structure de façon répétitive sur un modèle fixe : scène de la révolte, pause marquée par la rencontre du roi et de sa mère. L’arrivée des révoltés dans la capitale est souligné par l’épisode de l’attaque de la litière de la reine, suivie de la rencontre de la princesse de Galles et du roi en la Tour de Londres. Puis les rebelles se postent en regard de la Tour, de l’autre côté de la Tamise, afin d’avoir une entrevue avec le roi. Froissart note alors que ce dernier est avec sa mère. Vient ensuite l’épisode de l’entrevue manquée et du pillage de Londres. Celui-ci se termine avec l’envahissement de la chambre de la mère du roi, puis de son réconfort par son fils, qui peut se rendre auprès d’elle à la suite d’un apaisement. Le roi va ensuite faire ses dévotions et Froissart précise qu’il s’agit de prières à Notre Dame, en revenant de chez sa mère. On peut s’interroger ici sur cette précision donnée par le chroniqueur. Elle n’ajoute en effet rien quant au déroulement de l’action. Toutefois l’allusion à la Vierge pourrait être vue dans la perspective des rapports mère/enfant qui sont prégnants dans ce récit. En bon chevalier, Richard va à l’église au cœur des événements. Mais il s’adresse ici à la mère du Christ, se mettant ainsi sous sa protection. La Vierge serait alors vue par Froissart comme une mère céleste, au-dessus du jeune roi, protectrice et non protégée comme l’est la mère terrestre. On se souvient en particulier de la dévotion que Froissart porte à Marie célébrée dans le lai final du Joli Buisson de Jonèce. La statue miraculeuse de la Vierge de Westminster va d’ailleurs être favorable à Richard qui, sur le chemin de retour, rencontre le chef des pillards Wat Tiler qui est finalement tué. Cette mort clôt la révolte et Richard peut retourner auprès de sa mère pour lui annoncer la fin de leurs soucis. Cet épisode est l’occasion pour Froissart d’écrire un dialogue en des termes de courtoisie traditionnelle :

Et le pretier cemin que li rois fist, il vint devers sa dame de mère, la princesse, qui estoit en un hosteil en la Riolle (...) et la s’estoit tenue deus jours et deus nuis moult esbahie (...). Quant elle vei le roi son fil, si fu toute resjoie : "Ha ! biaux fils, cos jou ai hui eu en coer grant paine et grant angousse pour vous ! " Dont respondi li rois et dist : "Certes, u dame, je le sai bien. Or vous resjoïssiés, car il est heure, et loés Dieu, car je ai hui recouvré on hiretage et le roiaulie d’Engletière que je avoie perdu". (X-123-24)

19On peut mesurer à quel point ce dialogue est fabriqué. On y retrouve le topos du réconfort : la mère du roi, ici annoncée comme une dame, est le support de la peur et de la tristesse. Enfermée seule dans sa chambre, elle se laisse aller à sa mélancolie qu’elle exprime devant son fils en des termes conventionnels. Richard apporte alors le réconfort en s’adressant à elle en des termes qui marquent bien son rôle. C’est le royaume qui est sauvé. Le fils, avant tout, est le roi.

20Durant ces événements, la famille royale est réduite aux seules personnes de la princesse de Balles, de Richard et de ses frères. Ces derniers jouent un rôle mineur et quittent, effrayés, rapidement la scène. Les conseillers et le soutien traditionnels du roi, en la personne de ses oncles, sont absents. Dès lors, le jeune Richard doit seul assumer les responsabilités. Froissart va donc révéler un jeune chevalier déjà formé. Les rapports avec sa mère permettent d’insister sur cette jeunesse, le roi revenant toujours auprès de la princesse de Galles. Mais celle-ci ne montrant pas de force de caractère en la circonstance, elle sert aussi de mise en valeur de la maturité et du courage de son fils. De plus, en incarnant la maternité, qui plus est royale, la malheureuse princesse permet, par effet de contraste, de noircir encore davantage le peuple révolté. L’image est d’autant plus contrastée qu’elle a pour Froissart une valeur didactique. Le chroniqueur le dit lui-même en préambule de son récit :

et, afin que tout signeur et bonnes gens qui ne voellent que bien i prendent exemple pour corigier les mauvais et les rebelles, je vous esclarcirai che fait tout plainement (X-99)

21Ici encore, la relation mère/enfant est au centre d’un exemplum. Froissart construit donc une image très forte, bien que quelque peu artificielle : celle d’une mère et de son fils, isolés dans la tourmente, et surmontant finalement leurs malheurs grâce à la fermeté du jeune roi qui, en retour, ressort grandi de l’épreuve.

22C’est incidemment que Froissart est amené à considérer les rapports unissant la comtesse de Foix à son fils Gaston. Dans le Livre III des Chroniques, Froissart relate son fameux voyage en Béarn et sa rencontre avec Gaston Phébus. On sait qu’il dressera de ce dernier un portrait idéal. Gaston devenant le modèle du prince chevaleresque. On se souvient de plus de l’accueil chaleureux fait à Froissart et de l’intérêt porté par le comte de Foix au Méliador, ouvrage dont le poète-chroniqueur faisait une lecture quotidienne au prince. Ces éléments conduisent donc à une idéalisation, dans le sens positif, des phénomènes enregistrés par Froissart à la cour d’Orthez. Or il est de notoriété que ce prince idéal a tué son propre fils, dénommé Gaston lui aussi. Froissart ne peut donc raisonnablement taire l’événement. Comme dans le cas célèbre du viol de la comtesse de Salisbury par Edouard III, viol transformé par Froissart en aventure galante, le meurtre du jeune Gaston est relaté par le chroniqueur comme un simple accident : le jeune prince, emprisonné par son père, refuse toute nourriture. Gaston Phébus, dont le désir implicite est seulement de donner une leçon à son fils, s’inquiète de son état, puis se met en colère. C’est sous l’emprise de celle-ci qu’il menace son fils et par "simple maladresse", le tue.

le conte (...) s’en vint vers la prison ou son filz estoit, et tenoit a la male heure ung petit long coutelet, dont il appareillait ses ongles et nettioit. Il fist ouvrir l’uis de la prison et vint a son filz, et tenoit la lemelle de son coutel par sa pointe, que il n’en y avoit pas hors de ses dois la longueur de l’apesseur d’un gros tournois. Par Mutaient, en boutant ce tant de pointe en la gorge de son filz, il l’asena, ne sçay en quelle vaine, et li dist : "Ah ! traître pour quoy ne lenges-tu ? " (...). L’enfant fut effréé de la venue de son pere, avec ce que il estoit foible de jeuner, et que il vey ou senti la pointe du coutel qui l’atoucha en la gorge, com petit que ce fust, mais ce fust en une vaine ; il se tourna d’autre part et là mourut. (XII, 88

23L’égorgement est réduit à l’égratignure. Le jeune Gaston meurt de peur et de faiblesse.

24Le fils de Gaston F’hébus est conduit à la mort à la suite d’une querelle familiale dont il est la victime. Pour Froissart, il s’agit surtout d’un concours de circonstances dont le jeune prince n’est pas vraiment responsable. Ce dernier d’ailleurs n’a jamais de réelle épaisseur dans le texte. A l’instar du jeune Edouard III, le prince de Foix apparaît toujours comme un enfant, "filz de... ". Par exemple, marié, il demeure dans cet état, donc sans réelle consistance.

25Il va devenir le jouet d’une machination ourdie contre son père par le roi de Navarre, frère de la comtesse de Foix. A la suite d’un désaccord financier à propos d’une rançon, la femme de Gaston prend position en faveur de son frère puis quitte son mari et va se réfugier à Pampelune. Froissart note bien la mésentente entre les époux : "Voir est que le conte de Foies et madame de Foies, sa femme, ne sont pas bien d’acord" (XII-79). Ce conflit a pour conséquence de révéler l’attachement du prince de Foix à sa mère. Froissart rend compte de la visite du jeune Gaston à la cour de Navarre. Le texte met alors en lumière, de façon très condensée et de manière répétitive, les liens de parenté mère/fils/ oncle. Dans le compte rendu du séjour à Pampelune les personnages n’apparaissent quasiment jamais avec leur titre : ils ne sont désignés que par leur position dans la famille. C’est au coeur de ce réseau que se tisse le complot visant à empoisonner Gaston Phébus. Le prince de Foix est montré par Froissart comme totalement manipulé à cause de son attachement à l’union familiale. C’est par son désir de voir sa mère revenir à Orthez que le jeune Gaston accepte aisément de donner à son père une poudre que son oncle lui a présenté comme un philtre d’amour.

26Si Froissart relate l’événement avec tant de détails, c’est qu’il lui fournit d’une part l’occasion d’atténuer la responsabilité de Gaston de Foix dans la mort de son fils, sans pour cela mettre en cause des membres de la lignée béarnaise : le grand ordonnateur est en fait le roi de Navarre. Bien plus, l’événement porte en creux un souci d’union familiale. Le fils, attaché à sa mère, aimant son père, ne désire qu’une chose : la réconciliation. D’autre part, un épisode romanesque est offert à Froissart. Une sombre affaire de famille est transformée en épisode de roman chevaleresque, conçu avec des attributs traditionnels : la dame réfugiée, le voyage du jeune prince, le traître, le philtre d’amour détourné. L’atmosphère de complot que l’on retrouve une fois encore sous la plume du chroniqueur, ajoute une dimension dramatique que Froissart se plaît particulièrement à exploiter chaque fois qu’il en a l’occasion.

27Dans les situations que nous avons relevées, situations a priori très différentes, on peut toutefois relever des point communs. Dans les trois cas en effet, outre le fait que les rapports mère/enfant apparaissent clairement dans le récit, la mère est dans une position difficile. Pour faire face à des événements extérieurs dramatiques, la dame en effet est seule, séparée de son époux à cause d’une mésentente ou de la mort. Froissart dessine à ce propos trois portraits de femme. Dans un cas, la femme énergique et volontaire : Isabelle reconquiert son royaume pour son fils. Ensuite, la femme fragile, dont le fils est le soutien permanent. Dans le troisième cas enfin une femme plus ambiguë dont le contour est tracé avec moins de précision : elle est à la fois capable de décision (elle quitte son mari), mais elle n’est pas partie prenante des événements qu’elle a provoqués. La figure du fils est en rapport direct à celle de la mère. Dans le premier cas, il y a occultation de la personnalité du jeune roi Edouard. Dans le deuxième au contraire Richard domine les événements par son audace et son courage. Quant au fils de Gaston Phébus, il est lui aussi présenté de manière ambiguë, mais positive : son attachement à sa mère lui impose des décisions, mais il n’est pas suffisamment lucide et mûr pour comprendre le rôle que son oncle lui fait jouer.

28Dans les trois cas, une situation romanesque est mise en écriture par Froissart. Les événements ont en effet contribué à faire porter le regard du chroniqueur sur des phénomènes dans lesquels les liens entre une mère et son fils étaient marquants, phénomènes immergés dans une atmosphère dramatique : guerre, émeutes, complots, assassinats. On voit donc se constituer une intersection entre deux types de situations. D’une part, des événements réels en accord avec un projet de chronique, au sens strict du terme. D’autre part l’apparition de nombreux ingrédients autorisant une écriture romanesque. Sur la base des faits, il est alors possible de bâtir un treillis de relations figurées. Froissart peut puiser dans un réservoir d’images et de références littéraires. Les relations mère/enfant permettent des justifications idéologiques ainsi que l’émergence d’une prise de position personnelle à l’auteur, et sont aussi le support d’un imaginaire inscrit dans la chronique. En particulier les jeux sur les concepts mère/dame, fils/enfant/ chevalier, absents des événements habituels des chroniques (les "biaus fais d’armes"), offrent à Froissart la possibilité de construire une écriture duale. Le choix que Froissart a fait de rendre compte de ces situations révèle en dernier lieu la double nature du chroniqueur-romancier.

Notes

1 J. KRYNEN, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Age, Paris, 1981 p. 140

2 voir B. Ribémont, "L’entrée d’Isabeau de Baviere a Paris : une fête textuelle pour Froissart", à paraître dans les actes du colloque du Medievistenverband, Paderborn, 1989

3 Ph. ARIES, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, 1960

4 G. DUBY, "Au xiième siècle : "jeunes" dans la société aristocratique", Annales E.S.C., 19(5), 1964, pp. 835-46

5 Chroniques, Livre I, éd. S. Luce, Paris, S.H.F., 1869, t. I, p. 9. Dans la suite les références a l’édition de la S.H.F. seront notées dans le texte, (tome, page).

6 G.T. SILLER, éd. du Livre I des Chroniques, san. de Rome, Genève, Droz, Paris, Mignard, 1972

7 voir l’ouvrage de Marie Thérèse de Médeiros, Jacques et les Chroniqueurs : une étude comparée de récits contemporains relatant la Jacquerie de 1358, Paris, Champion, 1979

Auteurs

Université d’Orléans

Université d’Orléans

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter