Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

Relations familiales et autorité royale : de l’Historia regum Britanniae au Brut de Layamon

Françoise Le Saux

Texte intégral

1Le Brut du poète anglais Layamon commence avec un Prologue fort prometteur, pour quiconque s’intéresse à la perception des liens familiaux dans les œuvres littéraires médiévales. Nous y lisons :

  • 1 Brut 29-35. "Maintenant, Layamon demande à chaque noble homme, pour l’amour de Dieu tout puissant, (...)

Nu bidde[đ] La3amon alcne aeđele
mon
for Þene almiten Godd
Þet beos boc rede & leornia Þeos runan
Þat ne peos sođfeste word segge to-sumne
for his fader saule pa hine for[đ] brouhte
& for his moder saule ba hine to monne iber
& for his awene saule pat hire pe selre beo. Amen.1

2L’acte de lecture et de dissémination du poème est assimilé à une prière, dont les vertus rédemptrices transcendent les générations. L’œuvre trouve ainsi sa genèse et sa justification dans le désir de secours spirituel du poète (ou du lecteur), mais aussi dans sa perception du besoin de ses proches, à l’égard desquels il se sent l’obligé : son père, qui, littéralement, l’a "fait venir", et sa mère, qui lui donna sa substance d’homme. Ce sens des responsabilités imposées par les liens du sang se retrouve-t-il dans la représentation des relations familiales au sein du poème ? Pouvons-nous distinguer en ce domaine une empreinte idéologique ou morale plus marquée dans le Brut de Layamon que dans ses sources principale ? Tel sera le propos des pages qui suivent.

  • 2 Ceci a longtemps été sujet à controverse ; cf F. Le Saux, La3amon’s Brut : The Poem and its Source (...)

3Dégager dans le Brut anglais une voix propre implique une connaissance approfondie des sources utilisées par Layamon. Tout en restant très fidèle au récit de sa source principale, le Roman de Brut de Wace, le poète anglais n’hésite pas à remodeler certains épisodes, soit en déplaçant l’accent d’un aspect donné à un autre, soit par les commentaires du narrateur, soit encore en modifiant les données narratives par des expansions propres. On constate ainsi que le Brut peut par endroits fortement diverger du Roman ; de plus, il est frappant que dans nombre de ces cas, le Brut rejoint l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, source du Roman de Wace, et que Layamon avait de toute évidence lue2. Toute analyse du Brut anglais devra donc tenir compte des trois œuvres.

  • 3 Voir à ce propos Stuart Piggott, "The Sources of Geoffrey of Monmouth", Antiquity 15 (1941), 269-8 (...)

4Or, dès l’Historia, la famille est une présence incontournable, puisque l’œuvre, basée en partie sur des généalogies et des listes de rois, tire sa matière narrative de la succession des dynasties et de la transmission d’un pouvoir décrit comme héréditaire3. A un certain niveau, l’Historia est donc une vaste chronique familiale ; ainsi que le souligne R.W. Hanning :

  • 4 R.W. Hanning, The Vision of History in Early Britain, (New York, 1966), p. 143.

In many cases where tension exists in the Historia regum Britanniae between personal needs or desires and national stability, the crux of the situation is a special relationship of some kind, i.e., between two brothers, or cousins, or even between father and daughter.4

  • 5 Voir par exemple H. Pähler, Strukturuntersuchungen zur Historia Regum Britanniae des Geoffrey of M (...)
  • 6 Cf. Neil Wright, "A "Kingdom Divided" : the Moral of Geoffrey of Monmouth’s Historia Regum Britann (...)

5Nombre de critiques ont souligné les similitudes entre les configurations dynastiques décrites dans l’Historia et la situation du royaume anglo-normand du xiie siècle5 : il faut toutefois souligner que l’œuvre de Geoffroy se place à un niveau d’abstraction plus élévé que le simple pamphlet politique. La famille royale, emblème du pays dans son ensemble, constitue l’élément structurant de l’Historia6. De ce fait, les grandes lignes des relations intra-familiales se trouvent conservées dans le Roman, puis le Brut anglais ; toute modification majeure en ce domaine aurait amené à la fois un déséquilibre de l’œuvre, et son discrédit en tant que chronique véridique.

6La narration est ainsi dominée par la figure du père-roi. Détenteur du pouvoir, il est symboliquement le père des sujets dont il est responsable. Cette importance du père s’accompagne d’un effacement du fils, jusqu’à ce que la mort du roi en fasse à son tour le détenteur du pouvoir royal, et donc paternel. La répercussion la plus frappante d’une symbolique qui abolit l’identité du fils pour l’assimiler au père dès qu’il reçoit la couronne, est la quasi-absence de toute interaction au niveau narratif entre père et fils au sein de la famille royale. Jamais nous ne trouvons dans l’Historia d’expression de fierté ou d’affection paternelle à l’égard de la progéniture masculine. Tout se passe comme si le fils, futur roi, ne prenait existence que du moment où la mort du père abolit définitivement toute possibilité de contact verbal ou physique. Là où contact il y a, il est source de menace et et de destruction : Brutus cause la mort de son père, Vortimer assume la charge royale à la place de son indigne père Vortimer.

  • 7 Cf. Madeleine Blaess, "Arthur’s Sisters", BBIAS 8 (1956) : 69-77.

7Le vide affectif entre le roi et son fils est compensé par l’importance accordée dès Geoffroy aux relations entre le roi et ses neveux7. Les neveux royaux sont liés à leur oncle par une affection quasi-filiale, et par un sens très poussé de la loyauté. Gauvain, fils de la sœur d’Arthur, est aussi son plus fidèle soutien ; la vengeance désespérée de Ridwathlan/Hirelgas, neveu de Beduer, offre l’un des passages les plus mémorables de la bataille de Saussy ; Brian va jusqu’à s’automutiler pour son oncle Cadwallan. Cet idéal de fidélité et d’affection ne connait qu’un seul manquement, la trahison de Modred, laquelle est dépeinte dans les trois œuvres avec une profonde horreur.

  • 8 Brut 9948-9. "Il était pour les jeunes un père, pour ceux qui étaient âgés un réconfort".
  • 9 Brut 2513.

8Le Brut anglais se distingue toutefois de ses sources par une tendance à exprimer de manière littérale ce qui, dans l’Historia ou le Roman, relève de la symbolique. Le jeune roi Arthur est ainsi décrit dans des termes ouvertement paternalistes : "he wes ban 3ungen for fader, ban alden for frouer"8. Plus révélateur encore, le frère rebelle du roi Belinus s’entend dire dans le poème anglais que celui-ci l’aimait "comme son fils", "also his sone"9. L’accession au trône qui, à un niveau emblématique, a fait du nouveau roi le père de son propre frère, est exprimée par Layamon en des termes de modification des rapports affectifs, situation impliquant des tensions intra-familiales peu communes, puisque la charge symbolique de la fonction royale va explicitement à l’encontre des relations naturelles de filiation ou de confraternité.

  • 10 Brut 11167 ; 11224 ; 11277 ; 11310. Les termes utilisés sont : "mine sunen deore" ; "minne leofue (...)
  • 11 Cf. Brut 5922-7. Dans les récits de Geoffroy et de Wace, les deux personnages disparaissent sans c (...)

9La tension implicite entre père et fils constatée plus haut connaît un certain nombre d’exceptions chez Layamon ; mais il est à noter que les rois concernés sont des personnages mineurs, et tous sujets du roi de Grande Bretagne. Les monarques vaincus par Arthur lors de son expédition irlandaise - c’est-à-dire Gillomar d’Irlande, Aelcus d’Islande, Doldanim de Gutlond et Rumared de Winetlond - expriment certes leur affection pour leurs fils10 ; mais il s’agit d’un vulgaire marchandage, dans un contexte de remise d’otages. Dans deux des cas, la valeur du gage donné au vainqueur est exprimé non seulement en termes affectifs, mais également qualitatifs, par la mention de la haute naissance de la mère des jeunes princes. Layamon crée également un couple père-fils liés par une affection peu habituelle, celui de Cradoc et Mauric. Mais Cradoc n’est pas le souverain de la Grande Bretagne ; de plus, cette relation se révèle mortifère, puisqu’à la mort de son père, Mauric meurt de chagrin, faisant ainsi passer la Cornouaille entre les mains d’Athionard, frère de Cradoc11.

  • 12 Cf. Brut 7546 : Hengist "seide bat he was icumen swa fader sculde to his sune" : il dit "qu’il éta (...)

10Le schéma implicite dès l’Historia, où Brutus n’acquiert son identité que grâce à la mort du père, se trouve développé dans le poème anglais de manière à souligner le caractère réciproque du danger encouru par des relations étroites entre père et fils au sein de la famille royale. Un Hengist exploite son lien de parenté avec Vortigern, soulignant ses prérogatives paternelles pour mieux le trahir dans la mémorable tuerie de Stonehenge12. Quant aux relations de Leir avec ses gendres, elles illustrent particulièrement bien le choix implicite entre l’autorité paternelle et son pouvoir propre.

  • 13 Brut 1694 : "Þa seide Hemeri be duc be his alde fader bi-swake", "Alors le duc Hemeri, qui trahit (...)

11Cet état de faits n’éxonère toutefois pas les fils de leurs devoirs filiaux : un certain idéal de piété filiale se voit affirmée à plusieurs reprises dans le Brut. Hemeri, le gendre de Leir est ainsi condamné par le narrateur pour avoir trahi son vieux père13 : passage par ailleurs révélateur, puisque nous y voyons que les relations familiales, et les responsabilités qui en découlent, ne sont pas déterminées au premier chef par les liens du sang, dans le poème anglais. Layamon a introduit un double système de références dans son œuvre : au principe lignagier établi par Geoffroy s’ajoute un principe moral.

  • 14 Brut 13776 : "he of alle monnen masst hine lufede".
  • 15 Cf. Brut 12710-3 ; "Jamais il ne fut loyal envers quelque homme que ce soit".
  • 16 Cf. Brut 11084 et 12728-34.

12La notion de devoir revient avec force dans le traitement de la relation roi/neveu. Ce lien de parenté prend dans le Brut une charge affective prononcée. Le terme, fort vague, de "nepos" utilisé par l’Historia et rendu par "neveu" dans le Roman, devient régulièrement dans le poème anglais "susteres sune", le fils de la sœur, lien particulièrement puissant dans la tradition anglo-saxonne. Ainsi que l’exprime Cadwallan à propos de son neveu Brian - "min ibore mon", "mon vassal né" (Brut 15460), le fils de la sœur du roi lui est né loyal. Beduer, l’oncle maternel de Ridwathlan, était l’être que celui-ci aimait le plus au monde, nous dit Layamon14 : et c’est dans l’ordre des choses. Quant à Modred, le neveu qui trahit son oncle maternel Arthur, sa faute fait de lui le pire des hommes, "forcudest alle monnen", et sa trahison à est une perversion grave, signe d’un caractère incapable de loyauté envers quiconque : "treoude nefde he nane to nauer nane monne"15. C’est un être contre-nature qui n’aurait jamais dû naître, affirme le narrateur anglais : un maudit pour l’âme duquel nul n’offrira jamais de prières16.

13La relation roi/neveu est l’objet d’une attention particulière lors du début du règne de Cadwallan. Brian, neveu de Cadwallan, incarne les liens du sang, au sens le plus large ; et Layamon a retravaillé cet aspect (quelque peu estompé chez Wace, qui suit ici la Variante de l’Historia) de manière à renforcer encore la symbolique contenue dans la Vulgate galfridienne. Lorsque Cadwallan sent les larmes de Brian lui couler sur le visage, à la veille de la décision d’accorder à un roi ami, mais anglais, le droit de porter couronne, ce n’est pas à de la pluie qu’il pense, comme dans l’Historia, mais à du sang : au sien :

  • 17 Brut, 15104-7 ; "Le roi s’endormit, et Brien se mit à pleurer. Les larmes coulèrent sur les traits (...)

Þe king gon to slaepen and Brien gon to wepen
urnen Þa teres uppen pes kinges leores
and be king awoc of slepen wte weoren his wongen
he g <r> apede an his nebbe he wende bat hit bledde.17

  • 18 Dès l’Historia, le personnage de Brian s’attache d’un symbolisme nettement phallique (cf. Neil Wri (...)
  • 19 Cf. Brut 15271-3 :
    Þe king sæt on his bedde his beornes hine biheolde
    of Þere brede he æt sone ber-a (...)

14Le thème de la priorité à accorder à la grandeur et la sécurité des siens, les Celtes insulaires, contre les étrangers anglais, est exprimé par le symbole le plus puissant de la famille : le sang partagé. Les principes de génération et de vie attachés au personnage de Brian dans l’œuvre de Geoffroy (mais estompées, voire éliminées de celle de Wace) reparaissent dans le Brut lors de la maladie de Cadwallan exilé. Comme dans l’Historia, le fils de la sœur y rend la santé au roi par le don d’une tranche de sa cuisse, avec toutes les connotations que cette partie de l’anatomie implique18. De même, la relation étroite entre l’ingestion de la cuisse de Brian et l’habilité renouvelée de Cadwallan à vivre et à régner est soulignée, tant par la séquence des évènements que, dans le poème anglais, par les paroles de Brian qui affirme, en apportant sa chair rôtie : "bin hele heo scal iwurden" (Brut 15270), "Ceci te guérira"19. La substance de Brian est ainsi dépeinte comme étant également celle du roi : symboliquement, dans le cas des larmes, que Cadwallan ne sait pas distinguer de son propre sang, et littéralement, dans ce qui ne peut guère se décrire que comme une scène de magie sympathique. Le poète anglais a en l’occurence choisi Geoffroy contre Wace, et rendu le symbolisme de la relation plus immédiat.

  • 20 Cf. Roman de Brut 4351 et 4353.

15Parallèlement à l’importance accordée au fils de la sœur, objet d’une affection déclarée et perçu comme un soutien, nous constatons dans le poème anglais une coloration négative au fils du frère, lequel paraît comme une menace. Le conflit opposant Cassibelaune à Androgeus, qui aboutira à l’invasion victorieuse de la Grande Bretagne par César, se révèle particulièrement instructif à cet égard. Androgeus est le fils de Lud, roi de Grande Bretagne et frère de Cassibelaune. A la mort de Lud, Cassibelaune devient le tuteur de ses jeunes neveux, puis est nommé roi. Le conflit oppose donc un oncle royal à un neveu issu du frère. L’incident fatal qui causera leur affrontement implique également des neveux, de part et d’autre : Herigal, nous dit Layamon, est le fils de la demi-sœur de Cassibelaune ; Evelin est le fils de la sœur d’Androgeus - autant d’élaborations sur le "niés", moins spécifique, qu’emploie Wace pour décrire les relations des protagonistes20. La grave dissension au sein de la famille royale qui suit la mort de Herigal aux mains d’Evelin est ainsi motivée, ironiquement, par la solidarité familiale : Androgeus et Cassibelaune attachent plus d’importance aux liens qui les attachent aux fils de leurs sœurs qu’à leurs liens propres, lesquels en termes de filiation sont pourtant tout aussi proches. La menace potentielle de la parenté issue des lignées masculines explique sans doute également que, bien plus tard dans le récit, c’est aussi spécifiquement à l’hostilité des fils de son oncle que se heurtera le roi anglais Oswi (Brut 15705 ; Roman 14517 : de ses "parenz e nevuz"). Chose curieuse, le narrateur anglais n’exprime guère de désapprobation à l’égard de cette parenté rebelle ; quant à Androgeus, il semble être perçu comme un personnage positif, et son conflit avec son oncle est relaté avec impartialité. Une fois de plus, nous avons la suggestion que les lois régissant l’éthique familiale dans le monde du Brut ne sont pas nécessairement d’ordre lignagier.

16Pourquoi cette différence entre fils du frère et fils de la sœur ? Dans une certaine mesure, elle peut être attribuée au fait que le fils du frère est un rival potentiel pour le trône, surtout si le frère en question a également porté la couronne ; mais il faut souligner que le fils de la sœur peut également succéder à son oncle. Loth, par exemple, dérive ses prétentions au trône de Norvège du fait qu’il est le fils de la sœur du roi défunt. La coloration négative de la relation du roi avec le fils de son frère doit donc trouver son explication davantage dans les relations entre le roi et ses frères que dans le statut propre de neveu.

17Or, dans les relations entre frères au sein de la famille royale, nous pouvons distinguer deux sortes de configurations. D’un côté, nous avons l’idéal, exprimé en tant que tel par Geoffroy, Wace, puis Layamon : le dévouement total d’un Elidur qui rend le trône à son frère aîné Argal contre la volonté des grands du royaume. De l’autre, nous avons les nombreux cas de fratricide qui émaillent l’histoire des différentes dynasties britanniques.

18Le fratricide est bien sûr réprouvé par le narrateur anglais. La plus cinglante condamnation des dissensions intra-familiales est mise dans la bouche d’un des conseillers de Cadwallan :

  • 21 Brut 15812-3 : "Laisse les chiens périr ensemble et se dévorer l’un l’autre, comme il est dans la (...)

Let Þu Þa hundes hannen to-gadered
eider freten oder swa hund ded his broder21.

  • 22 Dans l’Historia et dans le Brut. Le Roman omet ce détail.

19Layamon fait preuve ici d’une grincante ironie ; car cette tendance bestiale n’a pas été le fait des Anglais, comme semblerait le suggérer les paroles du mauvais conseiller Margadud, mais bien des différentes familles régnantes britanniques. Dès la troisième génération après Brutus, Membriz assassine son frère Malin, puis Fereus et Poreus s’entredéchirent en un conflit qui aboutira à la guerre civile et à la fin de la dynastie, faute de survivants. Les frères Belin et Brennes s’affrontent dès avant la division du royaume, laquelle ne suffira pas pour éviter un conflit majeur quelque temps plus tard22. Même le bon Elidur sera fait prisonnier et déposé par ses deux frères cadets.

  • 23 Cf. Brut 1266 : "beine heo weoren unseli", "tous deux étaient mauvais" et 1273 : massacres et malh (...)
  • 24 Brut 1274 : "he wes swike mid ban meste", "il était traître parmi les plus grands traîtres".
  • 25 Brut 1283 : "Þa riche he makede wrecchas ; Þa haene hine awarieden", "les puissants il rendit pauv (...)

20Les conflits ont tous la même origine : la soif de pouvoir, et le refus du statut de subordination sous un roi ressenti comme un égal. Selon les circonstances et les personnalités en jeu, la situation connaît toutefois des dénouements différents. C’est ainsi que Membriz et Malin sont dépeints par Layamon comme étant foncièrement mauvais23. Ils s’affrontent sans raison apparente, et l’aîné finit par rassembler toute l’île sous sa seule autorité en assassinant son cadet après avoir conclu avec lui la paix : acte qualifié de bassesse, et qui lui vaut d’être traité par le poète anglais de traître parmi les traîtres24. De plus, son règne se révèle être un désastre ; sa haine à l’égard de sa famille et des grands de son royaume - c’est-à-dire, des rivaux potentiels - est élargie dans le Brut à une hostilité à l’égard de tous ses sujets, à tel point que pauvres comme riches le maudissent25.

21Chez Fereus et Poreus, la perversion des relations entre les deux frères n’est que l’expression d’une gangrène généralisée à la famille royale dans son ensemble. Leur père, quoique roi, n’a sur ses fils aucune autorité : il a peur de la violence de leurs éclats, que même sa présence ne peut contrôler. La situation est en apparence la même que celle de Membriz et Malin ; tous deux sont également "unisele", mauvais, et leur inimitié est explicitement condamnée par le poète anglais comme étant contre nature :

  • 26 Brut 1960-2 : "Ces frères étaient si furieux et si hostiles qu’ils étaient en conflit total et en (...)

Þas brebren weren swa wode and swa wiÞer-warde
Þat al heo weren vn-sahte & a[l] heo weren vn-some
& eiÞer hateden ober swa ne sulde na-wiht breoÞer26.

22Toutefois, le complot de Poreus visant à faire assassiner son frère est découvert - au contraire du coup réussi de Membriz - et Fereus s’enfuit en France. Après quelques années, il retourne en Grande Bretagne à la tête d’une puissante armée ; mais il trouvera la mort au champ d’honneur, tandis que son frère victorieux se fera égorger, puis démembrer par sa propre mère, Judon, folle de douleur à la perte de son fils préféré : geste menant à une anarchie généralisée, jusqu’à ce que les grands du royaume s’entendent pour rétablir sur l’île un semblant d’autorité.

23Le conflit entre Belin et Brennes ne manque pas de rappeler l’épisode de Fereus et Poreus par certains aspects. Nous avons dans les deux cas - du moins dans l’Historia et le Brut - mention de querelles de succession ; dans les deux cas, un des frères s’exile en France ; enfin tant Brennes que Fereus profite de son expérience française pour revenir en Grande Bretagne à la tête d’une armée, bien décidé à regagner par les armes ce dont il estime avoir été spolié.

  • 27 Ceci est également le cas dans les récits de l’Historia et du Roman
  • 28 Historia, 41. Wace atténue l’impact de ce passage en faisant se référer Tonuenna à Dieu comme orig (...)

24Pourtant, cet épisode connaît un dénouement heureux. Ceci est dû en partie au caractère des frères, que Layamon qualifie de "sele", "bons" ; la rébellion initiale de Brennes s’explique par le fait qu’il est entouré de mauvais conseillers, plutôt que par son ambition propre27. Mais l’élément déterminant, dès l’Historia, est la présence de la vieille reine-mère, Tonuenna, laquelle paraît comme une anti-Judon, puisqu’elle fera se résorber le conflit en faisant effectuer à ses fils une sorte de "regressus ad uterum" abolissant entre eux le rapport hiérarchique lié à l’autorité royale. Mettant en avant l’unité de substance les liant tous trois, elle affirme leur devoir à son égard dans des termes qui rappellent fortement le prologue du Brut anglais : "Memento (...) matris tue uteri quo te opifex rerum in hominem ex non homine creauit"28.

25Le discours de Tonuenna dans le Brut suggère que le poète anglais a été très sensible à cet aspect du personnage dans ses sources. Dès ses premières paroles, la vieille mère exerce un chantage sur son fils cadet, menaçant de se donner la mort s’il devait apporter le déshonneur à la fois sur lui-même et sur celle qui l’a porté :

  • 29 Brut 2507-10 : "Vois ici la femme qui t’a mis au monde ; vois ici le ventre dans lequel tu es si l (...)

Lou war hire Þa wifmon Þa Þe a das weoreld i-bær
Leo waær here ba wombe Þe Þu læie inne swa longe
Leo war here Þa ilke likame Ne do Þu me neuere Þane scome
Þat ich for bine binge mid sæxe me of-stinge29

26Puis la perversion de son agression à l’encontre de Belin est exprimée de façon à la mettre en équation avec un manque de respect filial : "Il t’aimait comme son fils" (Brut 2513). Tonuenna dépeint donc Brennes comme étant sur le point de commettre à la fois un parricide, puisque son frère prend statut paternel, et un matricide, puisque toute continuation des hostilités aboutira au suicide de Tonuenna.

27Toutefois, avec la constatation que Brennes est maintenant un grand roi, comme son frère, vient la suggestion de la possibilité d’une coexistence d’égal à égal ; et le poète anglais fait clore le discours de Tonuenna par ces mots : "Crois ta mère et aime ton frère", (Brut 2530 : "ilef bire moder & leoue pinne broder"), oblitérant ainsi la relation hiérarchique entre ses deux fils. Le rétablissement de rapports horizontaux entre les deux hommes est souligné à nouveau par Tonuenna dans une scène de réconciliation propre au poème anglais :

  • 30 Brut 2540-4 : "Que maintenant mes chers fils soient ensemble en harmonie, et que vienne la paix et (...)

3it buđ mine leoue sunen liđeđ to-somne
& iwurđeđ sæhte and euer on blisse
Cusse[đ] and cluppe[đ] cuđie meies
Cnihtes 3it beođ bođe kene while ich wes quene
Nis noht un-huhtlic incker moder inc hateđ30

28Il est significatif que l’une des premières décisions prises après la réconciliation est un acte d’agression concertée - la conquête de la France, puis de Rome. Belin et Brennes apparaissent ainsi comme compagnons d’armes, situation minimisant les risques de tension ou les conflits d’autorité. Subtile ironie de la part de Layamon, la décision de marcher sur Rome est justifiée par le désir de venger le meurtre de Rémus par Romulus : l’harmonie fraternelle de Belin et Brennes se trouve affermie grâce à un fratricide.

29Au terme de leurs aventures, Belin retourne en Grande Bretagne, où il règne avec prospérité et sagesse, laissant Brennes à Rome, qu’il gouvernera pendant 15 ans, nous dit Layamon. En définitive, le conflit initial n’est désamorcé qu’en déplaçant le problème, et en éloignant un des deux frères.

30Il apparaît donc que la famille royale est soumise à un double impératif de cohésion, puisque de cela dépend la force du pays, et de dispersion, puisque la seule manière d’éviter les conflits d’ambitions consiste à offrir aux autres prétendants à la royauté un champ d’action suffisamment éloigné. Il est d’ailleurs frappant de noter que le discours le plus positif fait par un roi au sujet de son frère - celui d’Aldroien de (petite) Bretagne à propos de Constantin - se fait au moment de l’envoyer à l’étranger se conquérir un royaume.

31Dans ce contexte difficile, il n’est pas étonnant si la tentative de création de rapports "fraternels" sans lien du sang aboutisse à un échec dans le cas d’Edwin et de Cadwallan. Le désir d’Edwin de porter couronne - et donc, d’assumer un statut d’égalité avec son frère nourricier Cadwallan - mène inéluctablement au conflit, malgré la fraternité ("leofe broder", 15070) invoquée par Edwin. L’amitié de leurs pères et leur éducation commune ne peut résister à l’appel du sang, symbolisé par les larmes de Brian. Le narrateur anglais condamne sévèrement le choix fait par Cadwallan, considérant qu’il y a là eu traîtrise à l’encontre d’Edwin :

  • 31 Brut 15234-6 : ", "Cadwallan regrettait d’être en vie ; car c’est lui qui avait le premier trahi s (...)

Wa wes Cadwalan Þat he wes on liuen
for he bigon bene swike-dom uppen his sweord-brođe[r]en
and Þer-uore him-self hafde hærm bene meste31.

32Ceci confirme une fois encore la constatation faite plus haut : la notion de famille et les responsabilités qui en découlent transcendent pour le poète anglais les liens du sang. En l’occurence, toutefois, la situation dépasse les cas précédents, dans la mesure où Cadwallan et Edwin ne sont liés ni par le sang, ni par mariage, mais seulement par l’éducation. La parole donnée crée des obligations plus fortes que le lignage ; et c’est ce qui explique la véhémence du narrateur anglais à rencontre de Membriz, qui ne respecte ni sa parole ni son sang en tuant Malin.

33Le monde de l’Historia, et, à sa suite, du Roman puis du Brut, se préoccupe surtout des hommes, détenteurs du pouvoir politique. Les femmes de la famille royale ne prennent d’importance que dans la mesure où elles ont un impact direct sur le domaine, masculin, de l’autorité suprême : c’est-à-dire principalement en tant que détentrices des clés de la légitimité lignagère (par exemple, reine-mère, ou princesse royale en l’absence d’héritier mâle). Il s’ensuit que les personnages féminins sont fortement teintés du symbolisme inhérent à l’autorité dont ils sont le prolongement.

  • 32 Historia, para. 31, p. 19.
  • 33 Roman 2175 : "Deus ! ki vit mais si fait pecchié ! " ; Brut 2003.

34Au vu du conflit relevé plus haut entre vécu affectif et symbolique du pouvoir dans les relations fraternelles, c’est sans surprise que nous constatons que les relations des mères, filles ou sœurs princières avec leurs pères, fils ou frères - leurs relations entre elles semblent inexistantes - sont teintées dès l’Historia d’une ambiguïté certaine. L’épisode du roi Leir tire ainsi son origine de l’affection désordonnée du vieillard pour ses filles ; et il n’est pas innocent si la réponse qui vaut à Cordoille la disgrâce souligne précisément la relation de filiation, et donc l’interdiction que cela implique : "Est uspiam, pater mi, filia que patrem suum plusquam patrem presumat diligere ? [...] Nempe ego dilexi te semper ut patrem"32. Le soupçon d’inceste plane sur tout l’épisode, et le fait qu’à son retour en Grande Bretagne, Leir emmène sa fille, l’enlevant ainsi à son mari, accentue encore le côté trouble de leurs relations. De même, la réaction d’une Judon, massacrant son fils cadet pour venger la mort de l’aîné, ressemble davantage à celle d’une amante que d’une mère ; et là où Geoffroy suggère pudiquement une crise passagère, Wace s’exclame ouvertement sur l’horreur du péché de cette mère contre nature, que Layamon qualifie également de "unisele"33.

  • 34 Le mariage consanguin apparaît également dans le sous-texte de l’épisode de Conan et Maximien tel (...)

35L’inceste - pris dans le sens le plus large - est en effet une virtualité inhérente à la symbolique imposée par la royauté aux membres de la famille régnante. Le roi, père de ses sujets, mais aussi, nous l’avons vu, de ses proches, se retrouve dans une situation de conflit entre relations naturelles et relation symbolique, qui peut mener à une image pervertie de ses rapports avec sa parenté féminine. De par les modalités de transmission du pouvoir, le mariage endogamique est une tentation certaine : c’est à cette tentation que succombe un Modred, dans l’Historia, puisque la possession de la reine lui sert de légitimation sur le trône qu’il vient d’usurper34.

  • 35 Brut 1826 : "Aganippus ure king s[c]al beon is vnder-ling", "Aganippus notre roi sera son vassal".

36Il convient de remarquer que l’inceste, ou le mariage consanguin, reste au niveau du non-dit dans l’Historia et le Roman, avec l’exception de Modred, qui consomme ouvertement sa relation avec la reine, sa tante. Cette réticence disparaît dans le Brut ; les virtualités inscrites dans l’Historia sont développées, voire même incorporées au récit de manière explicite, par des additions propres à l’auteur. C’est ainsi que ces rois qui semblent ignorer leur progéniture masculine ne mentionnent jamais leurs filles sans exprimer leur grande affection à leur égard, ou, à défaut, sans que le narrateur le fasse. Le cas le plus frappant de relations père-fille dans la matière de Geoffroy se trouve bien sûr dans l’épisode du roi Leir. Wace, suivi en cela par Layamon, souligne le caractère trouble des liens de Leir avec Cordoille par la suppression de toute mention d’une affection particulière du roi pour ses deux filles aînées, dans l’exposé initial du narrateur : ce qui a pour effet de souligner le contraste d’avec ses sentiments pour la cadette. A travers les réponses du roi à ses filles, accordant "le plus preised barun" (Roman, 1698) du pays à l’aînée, plutôt que simplement celui de son choix, comme c’est le cas dans l’Historia, se profile également le soupçon que la récompense réservée par Leir à sa favorite ne sera pas un mari de troisième choix, mais bien "le plus preised barun" de tous - lui-même. Le poète anglais fait écho à ces sous-entendus à un stade ultérieur du récit par la mention qu’Aganippus, roi de France et mari de Cordoille, ne partage pas simplement les pouvoirs avec son beau-père, mais fait de Leir le roi de France35. Leir devient ainsi le roi du pays dont sa fille est reine ; l’abdication d’Aganippus dans le domaine politique suggère fort l’abdication, plus intime, du mari. Wace nous dit d’ailleurs qu’Aganippus "livra" son épouse à Leir pour sa campagne de reconquête (Roman 2034-5) ; inversion du rapport beau-père/gendre, et geste souligné dans le poème anglais par l’insertion d’un discours d’Aganippus à Leir. Il faut que l’un s’efface devant l’autre : la relation entre Aganippus et son beau-père jette une certaine lumière sur l’incapacité du vieillard à s’adapter aux foyers de ses deux filles aînées, qui ne permettent justement pas que le pouvoir de leurs maris passe entre les mains de leur père.

37Le statut de reine rend également la relation de mère à fils sujette à caution. La vertueuse Tonuenna prend ainsi le parti de son roi autant que de son fils en faisant ses remontrances à Brennes. Ceci s’explique sans doute par le fait que Brennes est effectivement dans son tort ; mais la remarque faite par la vieille reine, dans le poème anglais, que Belin aimait son frère comme un fils, la place elle-même dans une relation quelque peu ambigüe par rapport à son royal enfant. Mais surtout, la ruse employée par Rouwenne pour empoisonner son beau-fils Vortimer, dans le Brut, rappelle fortement la scène où elle séduit l’indigne roi Vortigern : il s’agit dans les deux cas d’un "wassail", où la reine saxonne désarçonne et charme par l’étrangeté de sa langue et ses coutumes. Dans un cas elle épouse sa victime, dans l’autre elle l’empoisonne : mais la tactique est étrangement semblable. Père et fils semblent interchangeables pour cette reine ; seule les distingue l’opportunité du moment.

38La trahison de Modred est un point-charnière dans le Brut : le premier roi à succomber ouvertement à la tentation de l’inceste avec sa tante - même s’il ne s’agit en l’occurrence que de l’épouse de son oncle - ouvre la voie à d’autres perversions déclarées au sein de la famille régnante. Il est un type de relations que n’envisagent ni l’Historia ni le Roman de Brut : l’inceste entre frère et sœur. Dans le Brut toutefois, après le crime de Modred, nous le trouvons au premier plan. La relation entre Brian et sa sœur Galarne devient ainsi fort suspecte dans le poème anglais. La touchante mais peu convaincante scène de retrouvailles décrite par Wace est l’objet d’un remaniement total, et porte désormais tous les éléments généralement associés à une rencontre entre amants. Nous y trouvons l’échange de l’anneau, les larmes, le secret, et le sentiment de menace pesant sur les protagonistes :

  • 36 Brut 15390-3 : "Quand ils eurent parlé ensemble, immédiatement ils se séparèrent ; car aucun des d (...)

Þa heo to-gadere hafden ispeken sone heo gunen to-delen
for nauer neoder nalde for his æfne wiht of golde
Þat Þe king hit wusten Þat heo to-gaderen weoren
for sone heo weoren for-don ba oder of-sla3en oder an-hon36.

  • 37 Cf. Brut 15215-6 : "to bure me ladde, to bas kinges bedde. be king dude vnwisdom, bat he bat ilke (...)
  • 38 Voir à ce propos op. cit. note 7 ci-dessus, chapitre 4.

39Dans le Roman de Brut seul Brian semble être en danger ; mais ici nous avons le sentiment d’un amour coupable. De fait, là où Wace se contente d’introduire une touche de courtoisie de bon aloi, Layamon met en parallèle la relation de Brian et Galarne avec celle de Tristan et Yseut, par un emprunt à peine voilé à l’épisode du lépreux du Tristan de Thomas37. De plus, le poète anglais renforce cette similitude en faisant de Galarne non seulement la captive d’Edwin, mais également sa compagne involontaire, puisqu’il la viole38.

  • 39 Brut 14363 : "Il "rechercha" ses deux soeurs". Le sens de l’euphémisme est clair.
  • 40 Roman 10176-85 ; Brut 12084-6.

40Le fait que Brian, personnage pourtant plutôt positif, est ainsi taché de connotations incestueuses, renforce l’image donnée par le Brut d’une profonde perversion des relations au sein des familles royales de Grande Bretagne. Cette perversion devient explicite dans le portrait de Conan, fils de Constantin, le successeur d’Arthur : qualifié du même épithète de "for-cuđ" que le honni Modred, il trahit son oncle pour accéder au trône, et assassine l’héritier légitime. Ce mépris total des liens du sang se double de surcroît d’un inceste déclaré : "He gon sechien to his twam susteren"39. Le contraste avec le portrait fait par Geoffroy d’un Conan certes factieux, mais doué de réelles qualités qui l’auraient rendu digne de la couronne, ne peut manquer de frapper. Cette situation semble par ailleurs être restreinte à la famille royale dans le Brut. Le fameux passage où, au retour d’Arthur victorieux, les dames embrassent leur mari, fils et filles leur père, les cousines leurs cousins, les voisines leurs voisins, les amies leur ami et les tantes leurs neveux, se trouve modifié dans le poème anglais pour n’admettre que les effusions entre parents du même sexe : père/fils, mère/fille, frère/frère, sœur/sœur40. Aucun relent d’inceste donc à ce niveau. De plus, les relations au sein des familles non-royales sont généralement décrites de manière positive, que ce soit dans l’Historia, le Roman ou le Brut. Ceci est surtout vrai des Saxons, qui fournissent de nombreux exemples de solidarité familiale ; on pensera à la hâte d’un Hengist à faire profiter les siens de l’aubaine offerte par Vortigern, ou de l’amour fraternel liant Colgrim et Baldulf.

41De là à conclure que la dégénérescence morale de la famille au pouvoir est la conséquence directe de l’usage de ce pouvoir, le pas est vite franchi -trop vite, puisqu’il faut noter que seules ont été relatées les péripéties des dynasties celtiques précédant l’hégémonie anglaise. Layamon évite soigneusement d’attribuer aux rois anglais qu’il mentionne (Oswald, Alfred, Athelstan, etc..) pareil mépris du lignage et de la parole donnée. Il semble donc bien que ces vices doivent être compris, dans le poème anglais, comme relevant d’une faiblesse inhérente aux Celtes insulaires ; ce qui suggère une certaine influence de l’Histoire Ecclésiastique de Bède, qui justifie l’ascension des Anglo-Saxons par leur vertu supérieure.

42En résumé, le Brut anglais témoigne d’une double démarche de radicalisation des principes moraux, et d’un noircissement proportionnel des personnages qui violent cette éthique de la famille. Les devoirs liés à la piété filiale ou la solidarité fraternelle sont ainsi affirmés avec force, tandis que la notion de famille se voit redéfinie pour englober les relations par alliance, voire même simplement d’amitié. En faisant éclater la famille basée sur les liens du sang, Layamon donne ainsi une qualité absolue au réseau de relations qu’il dépeint.

43Dans son travail de réécriture, le poète anglais a clairement opté pour celle de ses sources qui permettait de davantage souligner le thème familial, tout en offrant un plus grand potentiel d’interprétation négative des agissements au sein de la famille royale. De manière générale, toutefois, on peut affirmer que c’est l’Historia qui a le plus marqué le traitement des relations intra-familiales dans le Brut. La réflexion abstraite de Geoffroy sur l’incidence des schémas familiaux sur les schémas politiques s’y trouve réinterprétée de manière concrète et moralisante, suivant en cela une tendance déjà esquissée dans le Roman. Ni Wace ni Layamon ne peuvent admettre, par exemple, que l’usurpateur Peredur puisse avoir été un bon roi. Toutefois, alors que l’intérêt principal de Wace est le potentiel artistique d’un épisode donné, chez Layamon, comme chez Geoffroy, les dynasties dont il relate les péripéties sont prétextes à autre chose. C’est ainsi que nous nous trouvons face à des familles dont les liens réels, suggère le narrateur, sont d’ordre contractuel autant que génétique ; la parenté par alliance crée autant de devoirs que la filiation, ta fraternité jurée doit avoir plus de force que la fraternité naturelle. Les trahisons intra-familiales se muent ainsi dans le Brut en des ruptures de contrat qui déstabilisent une société ; le domaine affectif devient image du domaine public.

44Morale et politique sont étroitement liées dans pareille réflection. Le poids accordé à l’un et l’autre aspect par le moraliste historien Layamon ne coïncide pas avec celui du théoricien Geoffroy ; mais il a clairement effectué un retour à l’Historia Regum Britanniae, en a reconnu les principes artistiques et idéologiques, et les a réintégrés dans son œuvre.

Notes

1 Brut 29-35. "Maintenant, Layamon demande à chaque noble homme, pour l’amour de Dieu tout puissant, que lorsqu’il lira ce livre et apprendra ces lettres, qu’il répète cette parole véridique, pour l’âme de son père qui l’a engendre, et pour l’âme de sa mère, qui l’a porté à l’état d’homme, et pour sa propre âme, afin qu’elle en soit meilleure. Amen. " Les citations du Brut sont tirées de l’édition de G.L. Brook et R.F. Leslie, La3amon : Brut, EETS 250 et 277 (Londres/New York/Toronto, 1963 et 1978), MS. Cotton Caligula A ix. Il est généralement admis que le poète demande ici des prières pour lui-même et ses parents ; toutefois, l’ambiguïté de la syntaxe de ce passage permet de comprendre qu’il s’agit du lecteur et de ses proches qui bénéficieront du secours spirituel de ces "paroles véridiques".
Les autres textes utilisés et cités ici sont, pour le Roman, Ivor Arnold ed., Le Roman de Brut de Wace (Paris, 1938 et 1940) ; et pour l’Historia, Neil Wright ed., The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth I, Bern Burgerbibliothek, MS. 568 (Cambridge, 1985).

2 Ceci a longtemps été sujet à controverse ; cf F. Le Saux, La3amon’s Brut : The Poem and its Sources (Cambridge, 1989), chapitre 5.

3 Voir à ce propos Stuart Piggott, "The Sources of Geoffrey of Monmouth", Antiquity 15 (1941), 269-86.

4 R.W. Hanning, The Vision of History in Early Britain, (New York, 1966), p. 143.

5 Voir par exemple H. Pähler, Strukturuntersuchungen zur Historia Regum Britanniae des Geoffrey of Monmouth (Bonn, 1958), p. 89 ; W.F. Schirmer, Die fruhen Darstellungen des Arthurstoffes (Köln und Opladen, 1958), pp. 23-28 ; J.S.P. Tatlock, The Legendary History of Britain (New York, 1950 ; réed. 1974), p. 288.

6 Cf. Neil Wright, "A "Kingdom Divided" : the Moral of Geoffrey of Monmouth’s Historia Regum Britanniae" (à paraître). Je remercie M. Wright d’avoir bien voulu me communiquer le manuscrit de cet article, et d’avoir attiré mon attention sur divers aspects de la question dans l’Historia Regum Britanniae.

7 Cf. Madeleine Blaess, "Arthur’s Sisters", BBIAS 8 (1956) : 69-77.

8 Brut 9948-9. "Il était pour les jeunes un père, pour ceux qui étaient âgés un réconfort".

9 Brut 2513.

10 Brut 11167 ; 11224 ; 11277 ; 11310. Les termes utilisés sont : "mine sunen deore" ; "minne leofue sune" ; "mine leofen sunen" ; "minne sune leofe" : "mon/mes fils bien-aimés".

11 Cf. Brut 5922-7. Dans les récits de Geoffroy et de Wace, les deux personnages disparaissent sans commentaire.

12 Cf. Brut 7546 : Hengist "seide bat he was icumen swa fader sculde to his sune" : il dit "qu’il était venu comme un père doit le faire auprès de son fils". Ce détail est propre au poète anglais, à ce point du récit ; Hengist affirme toutefois son statut de père/conseiller après le mariage de Vortigern avec Rouwenne dans les trois oeuvres (HRB, para. 101 ; Roman 7034 et Brut 7213).

13 Brut 1694 : "Þa seide Hemeri be duc be his alde fader bi-swake", "Alors le duc Hemeri, qui trahit son vieux père, dit... ".

14 Brut 13776 : "he of alle monnen masst hine lufede".

15 Cf. Brut 12710-3 ; "Jamais il ne fut loyal envers quelque homme que ce soit".

16 Cf. Brut 11084 et 12728-34.

17 Brut, 15104-7 ; "Le roi s’endormit, et Brien se mit à pleurer. Les larmes coulèrent sur les traits du roi, et le roi s’éveilla de son sommeil : ses joues étaient mouillées. Il porta la main à son visage ; il croyait saigner".

18 Dès l’Historia, le personnage de Brian s’attache d’un symbolisme nettement phallique (cf. Neil Wright) ; cet aspect est atténué chez Wace.

19 Cf. Brut 15271-3 :
Þe king sæt on his bedde his beornes hine biheolde
of Þere brede he æt sone ber-after him wes Þæ bet.
Þe king him gon to sweten Þat ufel hine gon for-leten.
"Le roi s’assit sur son lit ; ses chevaliers le regardèrent. Il mangea de cette viande ; peu après il s’en sentit mieux : le roi se mit à transpirer, le mal le quitta". Le passage correspondant dans le Roman (1.14221) ne dit que "Ne sai se li reis en gusta".

20 Cf. Roman de Brut 4351 et 4353.

21 Brut 15812-3 : "Laisse les chiens périr ensemble et se dévorer l’un l’autre, comme il est dans la nature du chien de le faire à son frère".

22 Dans l’Historia et dans le Brut. Le Roman omet ce détail.

23 Cf. Brut 1266 : "beine heo weoren unseli", "tous deux étaient mauvais" et 1273 : massacres et malheurs eurent lieu "al for heora uniselde", "uniquement à cause de leur méchanceté".

24 Brut 1274 : "he wes swike mid ban meste", "il était traître parmi les plus grands traîtres".

25 Brut 1283 : "Þa riche he makede wrecchas ; Þa haene hine awarieden", "les puissants il rendit pauvres ; les humbles le maudissaient".

26 Brut 1960-2 : "Ces frères étaient si furieux et si hostiles qu’ils étaient en conflit total et en complet désaccord ; et ils se détestaient l’un l’autre comme jamais des frères ne devraient le faire".

27 Ceci est également le cas dans les récits de l’Historia et du Roman

28 Historia, 41. Wace atténue l’impact de ce passage en faisant se référer Tonuenna à Dieu comme origine de ses fils, plutôt que son corps propre (Roman 2737-9).

29 Brut 2507-10 : "Vois ici la femme qui t’a mis au monde ; vois ici le ventre dans lequel tu es si longtemps resté ; vois ce même corps ici. Ne me fais jamais une telle honte qu’à cause de tes agissements je me poignarde avec un couteau".

30 Brut 2540-4 : "Que maintenant mes chers fils soient ensemble en harmonie, et que vienne la paix et pour toujours le bonheur. Embrassez et accolez-vous en dignes parents ; vous êtes tous deux de vaillants chevaliers. Il fut un temps où j’étais reine : il n’y a aucune inconvenance à ce que votre mère vous enjoint de faire".

31 Brut 15234-6 : ", "Cadwallan regrettait d’être en vie ; car c’est lui qui avait le premier trahi son frère juré, et c’est pourquoi il en tira lui-même le plus grand tort".

32 Historia, para. 31, p. 19.

33 Roman 2175 : "Deus ! ki vit mais si fait pecchié ! " ; Brut 2003.

34 Le mariage consanguin apparaît également dans le sous-texte de l’épisode de Conan et Maximien tel que nous le trouvons dans le récit anglais. Alors que chez Geoffroy et Wace, Conan est le neveu d’Octave, et que le choix se porte entre le neveu du roi, héritier logique, et le mari (non encore choisi) de la fille du roi, dans le Brut la relation de parenté entre Octave et Conan est passée sous silence, tandis que les prétentions de Conan au trône sont explicitement liées à son union possible avec la princesse royale. Ceci permet au poète anglais de présenter l’avènement de Maximien sous un jour plus favorable : Conan ne paraît pas spolié, comme c’est le cas dans l’Historia. De plus, la situation est présentée de manière plus tranchée avec le discours de Mauric, l’envoyé britannique auprès de Maximien : Conan ne doit sa position qu’à un assassinat politique perpétré par son père contre Trahern, l’oncle de Maximien (un détail propre au Brut) ; tandis que Maximien, l’héritier légitime du trône, est soutenu par les nobles de son sang (Cf. Brut 5755-95). Le couronnement de Maximien paraît ainsi de surcroît comme le triomphe de la cohésion familiale.

35 Brut 1826 : "Aganippus ure king s[c]al beon is vnder-ling", "Aganippus notre roi sera son vassal".

36 Brut 15390-3 : "Quand ils eurent parlé ensemble, immédiatement ils se séparèrent ; car aucun des deux n’aurait voulu, pour son propre poids en or, que le roi sache qu’ils avaient été ensemble. Car ils auraient vite été tous deux perdus, ou tués ou pendus".

37 Cf. Brut 15215-6 : "to bure me ladde, to bas kinges bedde. be king dude vnwisdom, bat he bat ilke maide nom. ", "Elle fut menée en la chambre, au lit du roi. Le roi fit une imprudence en prenant cette jeune fille".

38 Voir à ce propos op. cit. note 7 ci-dessus, chapitre 4.

39 Brut 14363 : "Il "rechercha" ses deux soeurs". Le sens de l’euphémisme est clair.

40 Roman 10176-85 ; Brut 12084-6.

Auteur

Université de Lausanne

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter