Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

Structure narrative et structure sociale : notes sur la Manekine

Jean-Guy Gouttebroze

Texte intégral

1Mélodramatique, invraisemblable, répétitif, sans profondeur humaine, le roman de la Manekine a bien peu d’attraits, et nous pouvons nous demander comment un esprit aussi distingué par ailleurs que Philippe de Rémi, seigneur de Beaumanoir, a pu condescendre à traiter un tel sujet.

2Cette interrogation en appelle une autre, plus générale.

  • 1 Nous renvoyons à l’édition de Hermann Suchier : Philippe de Rémi, sire de Beaumanoir, Oeuvres poét (...)

3Dès l’instant où nous mettons à profit la riche introduction que H. Suchier a consacrée à l’ouvrage1, nous constatons que l’intrigue de la Manekine se retrouve, toujours nantie de ses principales caractéristiques, dans un nombre considérable d’ouvrages, essentiellement romanesques, qui appartiennent non seulement au domaine linguistique d’Oïl, mais à d’autres domaines linguistiques de l’Occident médiéval - anglais, allemand, catalan, italien -, sans compter les versions écrites en langue latine.

4Cette fidélité, que nous constatons, à un schéma narratif qui est loin d’être simple nous amène à nous interroger sur l’application scrupuleuse des différents auteurs qui ont repris, sans profondément le modifier, un scénario qui relevait vraisemblablement, à l’origine, de la tradition légendaire orale.

5A quoi tiennent cette continuité et cet intérêt sans cesse portés au sujet ?

6Les grandes oeuvres romanesques des xiie et xiiie siècles nous montrent que le public médiéval, même s’il est amateur d’évocations merveilleuses, n’est pas indifférent au réalisme et à la cohérence d’une intrigue - à un ensemble de traits que nous pouvons appeler les “effets de réel”. Comparé à ces textes, le roman de la Manekine présente tant d’invraisemblances, d’exagérations et d’événements prodigieux qu’il est difficile d’admettre que ce sont ces caractéristiques, en elles-mêmes, qui ont suffi à assurer, à l’origine, le succès de l’ouvrage.

7En fait, comme nous allons essayer de le montrer, ce qui forme le tissu romanesque de la Manekine et qui établit sa finalité, ce n’est pas une tentative de reproduction du réel mais l’illustration, sous une forme métaphorique, par accentuation, d’un phénomène social : l’opposition de deux stratégies matrimoniales irréductibles l’une à l’autre - l’une relevant de l’endogamie, l’autre de l’exogamie.

  • 2 Il apparaît bien que c’est le Moyen Age et, en particulier, le Moyen Age français qui crée la lége (...)

8Si cette piste est bonne, nous pouvons dès maintenant avancer qu’une tradition qui se réfère à des structures sociales permanentes ne peut manquer de bénéficier, compte tenu du sujet qu’elle traite, d’un certain intérêt et d’une certaine stabilité. Il n’est pas étonnant que l’anonyme auteur de la Belle Hélène de Constantinople, Philippe de Beaumanoir, Jean Maillart dans son Roman du Comte d’Anjou et tous leurs épigones aient repris assez fidèlement I es grandes lignes du motif2.

9Nous pouvons aussi supposer que les auteurs, vis à vis du problème posé, sont contraints de donner une solution, ce qui confère nécessairement à leur oeuvre un caractère didactique et moral.

10Nous nous proposons donc de reprendre le texte de la Manekine, de rendre compte de sa signification sociale, voire ethnologique. Nous pensons pouvoir ainsi montrer que le développement de ce roman, malgré ses outrances, est loin de relever de la fantaisie : il procède d’un projet descriptif et d’une intention didactique, inhérente au sujet traité.

11Restera enfin posée la délicate question de savoir comment le public médiéval, qui ne disposait pas de nos modernes procédés d’interprétation anthropologique, pouvait saisir la profonde signifi-cat i on du texte et en tirer un enseignement.

12Pour rendre compte des i ntentions sociales et morales qui président à l’établissement du texte de la Manekine, nous pouvons dominer la complexité de l’intrigue et la profusion des événements pour répartir cet ensemble en trois parties, comportant chacune une dominante symbolique différente. Les aventures des personnages se déroulent, en effet, dans trois espaces géographiques distants - Hongrie, Ecosse et Rome - que relient des périodes de voyage par terre ou de navigation. C’est la Manekine qui va avoir l’initiative du déplacement qui la conduira de Hongrie en Ecosse, d’Ecosse à Rome ; les autres personnages seront amenés à suivre ce mouvement : son père et son époux la retrouveront à Rome.

  • 3 Il ne s’agit pas ici d’appliquer à l’oeuvre une analyse qui s’inspirerait de la Morphologie du con (...)

13Chacun de ces lieux est le théâtre d’une représentation sociale spécifique. Au risque d’anticiper, mais pour favoriser la clarté de l’exposé, nous poserons d’emblée - ce qu’il est facile de vérifier-que la Hongrie est le lieu de l’endogamie incestueuse, l’Ecosse celui du mariage par choix, exogamique, échappant à tout contrôle familial, Rome la ville où tente de se résoudre la contradiction inhérente à ces deux types d’union. L’étude successive des trois épisodes nous permet de mettre en lumière les éléments sociaux qui s’y trouvent à l’oeuvre, éléments sociaux qui concourent à la fois à la structuration de l’épisode et à l’apparition d’un nouveau développement3.

14Lorsque meurt la reine de Hongrie, fille du roi d’Arménie, elle fait jurer à son mari de n’épouser, s’il est amené à se remarier, qu’une femme qui soit égale à elle. Son époux n’ayant pas de descendant mâle, elle prévoit que les grands du royaume l’inciteront à convoler en seconde noce :

“ Bien vos otroi, se vous avoir
poës femme de mon sanlant,
qu’a li vous alés assanlant ;
et des autres bien vous gardés,
se vous mon convenant gardés.” (vv. 138-142)

  • 4 L’attitude des conteurs populaires rejoint ici les prétentions de la noblesse médiévale. Nature pa (...)

15La reine sollicite donc de son mari un dernier hommage. Il ne doit pas déchoir en choisissant une seconde femme qui soit inférieure à la première. Elle évoque son “sanlant” ; mais nous devons ici cerner le sens de cette allusion : cette prééminence qui est la sienne a des causes plus immédiates et plus fonctionnelles : le conte, en l’occurrence, fardant de prosaïques données sociales, dissimule ce qui fait fondamentalement la valeur de cette femme et son unicité, c’est à dire sa naissance et sa fonction — elle est fille du roi d’Arménie et reine de Hongrie. Nous assistons ici à un phénomène de déplacement caractéristique de la tradition du conte de fées ou merveilleux, de certains romans populaires ou du roman photo : cette tradition qui vise à faire admettre un certain ordre des choses présente d’ordinaire comme inhérente à la personnalité de l’individu et au mérite personnel une suprématie qui procède, en fait, du hasard de la naissance et de la situation sociale : la puissance, l’élévation sociale, la richesse entraînent nécessairement la présence des qualités du coeur, de l’intelligence et de la beauté. Ainsi se trouve naturellement fondée une supériorité qui n’était que conjoncturelle et, par là, contestable4. Femme exceptionnelle, la femme du roi de Hongrie l’est certainement, mais c’est en raison de sa fonction et de son rang. Dans un système d’échange matrimonial qui a cours en milieu aristocratique, elle n’a d’autre équivalence qu’une femme de sa condition.

16Le roi pourrait rester veuf. Mais son entourage et ses sujets le poussent à se remarier. Les envoyés chargés de lui trouver une nouvelle épouse reviennent bredouilles : aucune femme de par le monde n’égale celle qu’il a perdue. Dès lors se trouvent schématiquement réunis les éléments qui peuvent conduire à l’inceste : le roi doit absolument se remarier ; il ne peut trouver à l’extérieur de sa famille une partenaire qui soit de même niveau que lui ; par contre, il possède une fille unique qui a les qualités physiques et morales de sa défunte femme — entendons une fille qui occupe la même place sociale et qui a, par conséquent, la même valeur d’échange. S’avisant de cette situation, ses proches vont lui conseiller de conclure une union abominable :

“ Pour chou que vous nous tenès ciers,
vaudr i i ens nous de vous avoir
hoir qui ce regne doie avoir.
Mais vous avés fait serement
feme n’avrés, fors d’un sanlant
a ce le qu’eüstes premiere.
Bien veés qu’en nule maniere
n’en poet on nis une trouver,
fors une que devés amer :
chou est vostre fille la sage.
Si vous prions qu’en mariage
le prendés ; nous le vous loons
et sur nous l’affaire prendons.” (vv. 344-356)

17Alors que le roi se montre réticent, ses conseillers ajoutent :

“ Si ferés, sire ! vos clergiés
velt que ensi vous le faciés.
Et se vous ne le volés faire,
vo homme vous seront contraire.” (vv. 363-366)

  • 5 Il est intéressant de noter que, souvent, lorsque se développent des stratégies matrimoniales oppr (...)
  • 6 Cf. Cl. Lévi-Straus, Les Structures élémentaires de la parenté, 2° édition, Paris, Mouton, 1968, p (...)

18Le roi se laisse convaincre, il tombe d’ailleurs amoureux de sa fille — il parlera de folie lorsqu’il se confessera au pape. Mais ce que souligne surtout Philippe de Beaumanoir, c’est que l’idée de ce mariage émane de la collectivité aristocratique - grands seigneurs et clergé confondus —, tandis que le menu peuple prend le parti de la jeune fille qui se refuse à épouser son père5. Ainsi se trouve illustrée l’analyse que le structuralisme donne des pratiques endogamiques : l’inégalité sociale, la prééminence exclusive de certains individus et le désir qu’ils ont de ne pas entamer leur puissance en s’alliant à des partenaires de rang inférieur restreint pour eux la pratique de l’échange matrimonial : ne pouvant conclure d’alliance à l’extérieur de leur famille, ils sont contra i nts de vieillir célibataires ou de participer à une union interdite6.

19Joïe refuse les avances de son père : pour essayer de le faire revenir sur sa décision, elle ne peut qu’invoquer la loi ; en fait, elle est incapable de justifier l’interdit de façon rationnelle ou argumentée. Contrainte de céder, le jour de ses noces, el le se coupe la main gauche. Elle se présente ainsi devant son père, exhibant son bras amputé, lui disant qu’il ne pourra s’abaisser à épouser une infirme. La blessure est symbolique. Dans la cérémonie du mariage, la main représente déjà toute la personne : la jeune fille se retranche ainsi d’un processus matrimonial odieux. Simultanément cette amputation s’impose, en la circonstance, comme l’acte de défense le plus efficace : la jeune fille ne pouvant diminuer sa valeur sociale que définit sa place dans le lignage — elle est fille de roi —, peut agir, pour les dégrader, sur sa personnalité et sur son corps. Elle devient laide et prend même le risque de se trouver assimilée à une créature diabolique. Sa mère était belle et valeureuse parce qu’elle était fille de roi ; en devenant infirme, sa fille s’affranchit des contraintes et des préjugés de son milieu. Juste retour des choses : la société aristocratique est prise à son propre piège ; elle ne peut plus la reconnaître. La Manekine dénonce à sa façon l’absurdité et les prétentions d’une aristocratie qui confond abusivement valeur et naissance. Colère du roi qui ne peut désormais épouser sa fille et qu i la condamne à être brûlée. Heureusement, le sénéchal chargé de cette besogne prend pitié de la jeune fille : il allume un grand brasier d’épines mais, au lieu de la précipiter dans le feu, il l’installe dans une barque sans gouvernail ni rames ni voiles. Il pousse la barque en mer...à la grâce de Dieu.

20Après plusieurs jours de navigation, la Manekine arrive en Ecosse. Infirme, ne voulant pas avouer son origine sociale de peur de dénoncer le comportement abominable de son père, elle n’a plus pour elle que son intelligence et sa piété. Elle est toutefois recueillie par le jeune roi de ce pays qui la reçoit à sa cour, la fréquente et en devient progressivement amoureux. Malgré les réticences d’une partie de son entourage — de sa mère en particulier — il décide de l’épouser. Mais ce mariage qui repose uniquement sur le choix que font les futurs conjoints ne saurait satisfaire une société aristocratique : il est aléatoire et, pour elle, sans profit immédiatement perceptible. La personne qui entre ainsi dans une famille est une inconnue et, surtout, cette famille se trouve dessaisie de ses prérogatives et de l’opportunité de conclure une alliance avantageuse et calculée avec une autre parentèle, alliance qui lui apporterait un surcroît de pouvoir, un renfort en hommes et une possibilité d’accroissement de ses biens.

21Ces réticences du milieu aristocratique, Philippe de Beaumanoir va habilement les exprimer.

22D’abord en laissant la parole aux deux personnages qui sont les plus représentatifs de ce milieu : la reine mère d’Ecosse et le roi de Hongrie. La belle-mère de la Manekine n’accepte pas le mariage de son fils : elle estime que la jeune fille qu’il a choisie est une intrigante et que son fils, en l’épousant, a fait preuve d’aveuglement et d’irresponsabilité. Jalousie de marâtre, certes ; mais aussi, dans la perspective d’un mariage princier, expression d’une inquiétude compréhensible :

“ Honis soit quant prise l’a
ne qui le tenra mes pour roi !
Or a il fait trop grant desroy
qui a ci prise une esgaree,
une chaitive, une avolee,
une femme o tout une main.” (vv. 2056-2061)

23Mais c’est surtout à la fin du récit, lorsque le roi de Hongrie retrouve sa fille mariée, que s’exprime clairement, par sa voix, la préoccupation nobiliaire fondamentale qu’un homme ou une femme de grande noblesse ne doit pas épouser n’importe qui. S’avisant que sa fille est mariée mais ne sachant pas encore que son époux est roi d’Ecosse et qu’il a assumé la responsabilité et le risque de prendre pour femme une inconnue mutilée, créant une plaisante inversion de perspective, il s’enquiert auprès de lui de son rang et lui demande s’il est bien, pour sa fille, un parti convenable :

“Se est voirs que soiiés mes genres,
ne devés pas estre des menres,
car de deus teres iert roïne,
de Hongrie de par son pere,
d’Ermenie de par sa mere,
se devra bien assés avoir
qui tel femme devra avoir.” (vv. 7228-7234)

24Et quand il sait quel est le rang de son gendre, il ne comprend pas comment il a pu épouser sa fille dans l’état où elle s’est présentée à lui :

“Li rois de Hongrie, qui voit
comment sa fille amee estoit
a paine pooit nu lui croire.
Mais or voit que la cose est voire,
si se mervelle mout comment
li sires d’un tel tenement
le volt prendre, et si ne savoit
que ele ert ne dont ele estoit.” (vv. 8445-8452)

25Cette conception des dangers que présente le mariage par choix, non contrôlé par les familles, ne s’exprime pas seulement par les paroles des personnages, mais aussi par leurs actes. Lorsque la reine mère d’Ecosse, dépitée, apprend que sa belle-fille a accouché d’un magnifique garçon, elle se rend coupable d’une double substitution de lettre : le jeune roi qui est passé en France est informé que sa femme a donné naissance à un monstre et, alors qu’il répond d’attendre son retour avant de prendre la moindre mesure, sa mère remplace cet ordre par celui de tuer la Manekine et son enfant. Cet épisode, plus mélodramatique que dramatique, s’impose comme une manifestation symbolique du préjugé nobiliaire : le mariage par choix avec une inconnue ne peut entraîner qu’une catastrophe : faute de la voir se produire, la reine mère la provoque.

26Ce rebondissement vise évidemment à relancer l’action et à exacerber la sensibilité des lecteurs. Mais il joue aussi, dans la succession des représentations métaphoriques de caractère social, un rôle fonctionnel : sous la forme d’un fantasme — la naissance d’un monstre —, se trouve exprimée l’aversion que la reine mère, représentante de la société aristocratique, peut ressentir pour le mariage par choix contracté avec une inconnue. L’imprudence du messager, qui se laisse dessaisir de ses lettres, lui fournit l’occasion d’actualiser cette phobie.

27Pour rendre totalement compte de la valeur de cet épisode, il faut le replacer dans le développement de l’intrigue. Il est vrai que l’initiative de la reine est si malhonnête et frauduleuse qu’à terme, loin de modifier la réalité, cette manoeuvre, quand elle sera découverte, se retournera contre son instigatrice et justifiera le bien-fondé de l’union que son fils a conclue. Toutefois, à ce moment du récit, elle va être effectivement génératrice d’une crise et compromettre provisoirement la réussite du couple.

28Ainsi s’exprime dramatiquement la revendication aristocratique qui était déjà à l’oeuvre dans le royaume de Hongrie lorsque le roi fut amené à conclure une union incestueuse. Certes, nous pouvons remarquer que la reine d’Ecosse n’a pas exactement une attitude que l’on peut qualifier d’incestueuse : elle plaide en effet pour la conclusion de mariages arrangés, avec des partenaires — en l’occurrence féminins — choisis et qui offrent toute garantie aux parties prenantes du mariage que sont les familles. Mais nous pouvons prouver que cette attitude rejoint en fait celle des grands seigneurs de Hongrie qui ont poussé leur souverain à l’inceste.

  • 7 Sur le svayamvara, voir Cl. Lévi-Strauss, Ibid., pp. 545— 547 et 3. Dumézil, Mythe et épopée, tome (...)

29Le mariage de la Manekine s’inscrit dans le cadre de l’intrigue comme un événement réparateur : à un roi âgé qui décide, avec l’assentiment de son entourage, d’épouser sa fille, belle et sage, qui se refuse à lui, succède un souverain jeune qui n’hésite pas, malgré l’opposition de sa mère, à épouser une étrangère infirme, dont il a su, cependant, apprécier les mérites. Sous la forme d’une structure narrative symétrique inverse, nous retrouvons ici cette complémentarité oppositionnelle, qui est à l’oeuvre dans nombre de légendes indo-européennes, entre le mariage par don de parentèle poussé à l’extrême jusqu’à l’endogamie et l’inceste et le mariage par choix — le svayamvara de l’Inde, par exemple7. La répulsion qu’éprouvent la plupart des civilisations devant l’accomplissement du premier processus, qui est conçu comme un refus de l’échange et comme le dépérissement du corps social, conditionne immédiatement dans l’imaginaire collectif, comme une nécessité réparatrice, la production d’un autre modèle : le mariage par choix avec, selon les circonstances, un ou une inconnue.

30En fait, ces deux démarches ne sont pas strictement antagonistes : les exigences de la civilisation, de la vie sociale, de l’échange conduisent les sociétés à l’exogamie ; en regard, l’endogamie est appréhendée comme un palliatif. Les sociétés optent pour l’exogamie, mais sont contraintes, le cas échéant, de pratiquer l’endogamie.

31L’entourage du roi de Hongrie comme la reine mère d’Ecosse parlent en fait le même langage ; ils avancent des arguments qui, dans les collectivités aristocratiques, mènent systématiquement à l’endogamie, voire à l’inceste qui en est la forme absolue. Le processus de cette évolution est bien connu : dès qu’une classe sociale s’élève, dès qu’elle monopolise pouvoir et richesses, ses membres ont de plus en plus de mal à trouver des partenaires matrimoniaux de même rang : le mariage arrangé, qui cherche à maintenir les intérêts d’une caste, d’une classe ou d’un ordre, sera nécessairement endogamique et pourra se révéler, à terme, incestueux. Certes, la reine mère d’Ecosse n’envisage pas de faire participer son fils à une union de ce type ; mais les réserves qu’elle émet au sujet de son mariage avec la Manekine — union par choix des partenaires, radicalement exogamique — rejoignent les arguments auxquels recourent les conseillers du roi de Hongrie pour l’inciter à épouser sa fille.

32Ainsi la Manekine se trouve-t-elle deux fois victime du même processus d’établissement d’union matrimoniale. C’est pour échapper à la mort qu’elle quitte la Hongrie, puis l’Ecosse, et, dans l’un et l’autre cas, elle subit les persécutions des prétentions nobiliaires qui la forcent, dans le premier épisode, à épouser son père et, dans le second, à abandonner une union de mariage par choix, insupportable au milieu aristocratique qui l’a recueillie.

33Jusque là Philippe de Beaumanoir nous a fait assister au double échec de deux stratégies matrimoniales, diamétralement opposées et irréductibles l’une à l’autre. Mais ces deux échecs ne sont pas de même nature : l’un est inhérent à la démarche adoptée — le mariage arrangé peut conduire à l’endogamie et à l’inceste —, alors que l’autre tient à l’irruption, dans la chaîne narrative, d’un événement extérieur qui relève de l’initiative du romancier : l’intervention frauduleuse de la reine mère. Cette intervention ne peut porter atteinte à la valeur fonctionnelle du mariage par choix et si, accidentellement, narrativement, elle peut le compromettre, elle ne saurait mettre en cause la validité de ce processus d’union dont la pertinence et l’intérêt social restent fondamentalement intacts.

34Lorsque les principaux personnages, guidés par la Providence et l’auteur, se retrouvent à Rome, tout va s’éclaircir entre eux : le roi d’Ecosse qui a découvert l’ignoble procédé de sa mère rencontre son épouse, celle-ci son père qui, revenu de son égarement, s’est confessé au pape. Enfin, et surtout, le roi d’Ecosse apprend que, sans le savoir, il a épousé la fille unique du roi de Hongrie qui, de ce fait, lui apporte à la fois le royaume de Hongrie et celui d’Arménie. Simultanément la Manekine retrouve son intégrité physique : sa main qui a été avalée par un poisson réapparaît dans une source de Rome et le pape accomplit le miracle de la remettre à son bras. Ainsi prend fin une infirmité qui était le témoignage de la violence dont elle avait été victime. Tout est bien qui finit bien. Dès lors se trouvent conciliées, apparemment, les deux stratégies matrimoniales envisagées : telle qu’elle est, l’issue de l’intrigue romanesque permet au couple de s’assurer les avantages du mariage par choix et du mariage arrangé. Toutefois, si ce résultat est obtenu, c’est au prix d’un artifice narratif que notre romancier a vraisemblablement hérité de ses prédécesseurs : Il est traditionnel, en effet, dans les récits qui posent ce type de problème, que la mendiante ou le mendiant, que l’aventurière ou l’aventurier qui vont susciter l’amour d’un prince ou d’une princesse soient sous leurs haillons ou leur cache-misère, des héritiers royaux ou de très grande noblesse. La Manekine rejoint donc, dans l’aréopage des partenaires masqués du mariage par choix, Cendrillon, Peau d’Ane, Enide, le marquis de Carabas, Arjuna sous l’humble apparence d’un fakir et beaucoup d’autres... La tradition légendaire, relayée ici par l’inspiration médiévale, prône le mariage par choix, sans avoir l’audace de concevoir une union matrimoniale qui transcenderait les barrières sociales. Au Moyen Age, Grisélidis est une exception, et elle le paie cher. La revendication élitaire, à sa façon, chemine toujours. Toutefois, il ne faut pas taxer Philippe de Beaumanoir d’hypocrisie ou de conservatisme borné : en privilégiant le mariage par choix, en condamnant les prétentions du lignage et de la maison, il s’oppose à des exigences opprimantes pour l’individu, exigences qui devaient encore fortement se manifester à son époque. Il pose néanmoins une limite : pour être satisfaisant, le mariage princier ou seigneurial qui repose sur le choix effectué par les partenaires concernés ne peut s’établir qu’entre gens de condition équivalente ou sensiblement équivalente, les mérites personnels pouvant pallier une éventuelle infériorité sociale.

  • 8 Voir, sur ce point, les propositions d’Yves de Chartres, d’Anselme de Laon et d’Hughes de Saint-Vi (...)

35Cette conception rejoint celle de l’Église médiévale et il n’est pas indifférent que l’auteur ait choisi Rome pour situer le lieu du dénouement du récit : en reconnaissant comme condition nécessaire et suffisante du mariage l’assentiment des futurs époux et sa consommation, l’Église, à partir de la seconde moitié du xie siècle, tend à restreindre les prétentions de la parentèle pour ménager la liberté des individus8. Cependant, si elle encourage la pratique du mariage par choix, en tant qu’autorité temporelle, elle est amenée à jouer un rôle modérateur et organisateur. Dessaisie de ses prérogatives, la parentèle peut en retrouver une partie grâce à l’activité même de l’Église qui, en la circonstance, n’est pas insensible aux pressions des familles et qui doit veiller au maintien d’un certain ordre social. C’est aussi une leçon qui se tire de notre roman : ce que l’initiative du jeune roi n’a pu pleinement réussir trouve une heureuse conclusion dès l’instant où Rome intervient pour donner, en quelque sorte, une garantie.

36Le roman de la Manekine présente bien un fonctionnement qui nous permet de voir comment, à l’époque médiévale, structure narrative et structure sociale peuvent correspondre. L’opposition entre les épisodes ou motifs endogamiques et ceux qui relèvent de l’exogamie, opposition qu’une lecture attentive nous permet de saisir, reproduit en termes linguistiques plus ou moins étendus les deux postulations antithétiques qui, à propos du mariage, n’ont cessé de solliciter l’attention de la société féodale de l’Occident médiéval et l’imagination de ses écrivains. C’est en effet dans ce type de communauté fondée sur I es rapports d’homme à homme, de famille à famille, de lignage à lignage, en l’absence d’organisation civile définie, que les systèmes de prestations et de contre-prestations matrimoniales, au même titre que les dons, jouent un rôle primordial et se trouvent, de ce fait, valorisés.

37Le seigneur de Beaumanoir, qu’il reprenne un schéma narratif pré-établi ou, comme il plus probable, qu’il donne une nouvelle et originale interprétation de légendes semantiquement voisines, nous présente un texte qui se révèle nécessairement didactique et moral. En effet, compte tenu du sujet traité — l’inceste opposé au mariage par choix — de l’enjeu de l’intrigue, l’auteur est contraint d’opter : l’inflexion qu’il donne au cours du récit a, en elle-même, une valeur morale. Nous avons vu qu’il contestait les tendances endogamiques qui pouvaient être à l’oeuvre dans les familles de l’aristocratie féodales, qu’il plaidait pour la liberté de choix des individus, sans toutefois proposer, conscience de classe oblige, un système d’échange qui s’étendrait sans restriction à l’ensemble de la société.

38Reste à convaincre ou, plutôt, à toucher le public.

39Ni l’auteur ni ses auditeurs-lecteurs n’ont les connaissances anthropologiques qui leur permettent de comprendre les risques de l’endogamie ; les aspects positifs du mariage par choix, la nécessité d’élargir avec modération le cercle de l’échange matrimonial. C’est là que nous pouvons appréhender l’utilité des excès mélodramatiques. La collectivité féodale, à laquelle appartiennent le romancier et son public, éprouve dans son vécu les bienfaits de l’étendue des cycles d’échange, même si l’en détourne l’attrait d’avantages à court terme que procure le repliement familial et social. Peu importe que ces hommes n’aient pas une conception et une approche intellectuelles, voire scientifiques, du sujet traité. Ce qui importe, c’est qu’une lecture du texte les amène à revivre sous forme de représentations suggestives des situations qui les renvoient à leur expérience et à leurs préoccupations. Ainsi sont-ils amenés à s’associer activement et spontanément au déroulement de l’intrigue et à choisir entre des personnages sympathiques et des personnages antipathiques, entre des situations présentées comme souhaitables et d’autres dont le romancier stigmatise le caractère dégradant, régressif, opprimant.

  • 9 A la fin de l’époque classique, Ch. Perrault s’interroge sur l’intérêt que peuvent présenter, pour (...)

40Dans ces conditions, loin d’être déplacé, le recours à l’imaginaire, au merveilleux, à l’invraisemblable, aux ressources miraculeuses de l’exemplum devient un moyen d’expression dont le rationalisme de Perrault, par exemple, ne peut concevoir l’efficacité9 et que notre esthétique moderne serait portée à rejeter ; le fictionnel, en l’occurrence, s’impose comme immédiatement fonctionnel.

Notes

1 Nous renvoyons à l’édition de Hermann Suchier : Philippe de Rémi, sire de Beaumanoir, Oeuvres poétiques, Paris, Firmin Didot, 1884.
Dans l’introduction de cet ouvrage, H. Suchier dénombre trente quatre versions écrites ou orales, plus ou moins complètes, du motif (Introduction, pp. xxv à lxv), sans compter les reprises de l’oeuvre que sont La Manekine chanson de geste, La Manekine dramatisée et La Manekine mise en prose (Ibid., pp. lxxxi à xcv).
A propos du motif légendaire de la fille à la main coupée, P. Delarue et A. M. Tenèze, dans Le Conte populaire français, tome II, pp. 630-2, reprennent les propositions de H. Suchier. Le texte qui apparaît au Moyen Age avec La Belle Hélène de Constantinople pour être repris lors de la composition de La Manekine est, en fait, une création hétérogène qui renvoie, au moins, à trois canevas légendaires : la légende de Peau d’Ane (conte type 510 b), de la fille à la main coupée (conte type 706) et de la fille innocente qui a enfanté un monstre ou un animal (conte type 707 et 708). Quant au Roman du Comte d’Anjou, il constitue une reprise plus réaliste de l’intrigue de La Manekine : le motif de l’amputation a disparu.

2 Il apparaît bien que c’est le Moyen Age et, en particulier, le Moyen Age français qui crée la légende de la Manekine avec toutes ses caractéristiques. La Belle Hélène de Constantinople est un texte encore inédit ; Mario Rocues a donné une édition du Roman du Comte d’Anjou : Jean Maillart, Le Roman du Comte d’Anjou, Paris, Champion, 1974, réédition.

3 Il ne s’agit pas ici d’appliquer à l’oeuvre une analyse qui s’inspirerait de la Morphologie du conte de W. Propp, mais de voir comment certains épisodes, de par leur contenu et leur signification, peuvent en appeler d’autres et former avec eux une organisation homogène et spécifique. Nous pensons que La Manekine peut être considérée comme un texte mythologique chrétien et que, comme tel, il présente une structure “feuilletée”, analogue à celle qu’a découverte Cl. Lévi-Strauss lors de sa lecture du mythe d’Oedipe (Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, pp. 235 à 237).

4 L’attitude des conteurs populaires rejoint ici les prétentions de la noblesse médiévale. Nature passe norreture... cet adage sert en fait la cause de la noblesse dès l’instant où elle réussit à faire admettre que sa supériorité, par rapport aux autres composantes de la société, est un avantage naturel.
D’où une prétention qui est habilement parvenue à s’imposer — la langue de l’épooue en témoigne : de bonne aire, noble, franc, courtois, autant de qualificatifs qui expriment une élévation de pensée et de moeurs, et qui renvoient systématique-ment à une supériorité de classe.

5 Il est intéressant de noter que, souvent, lorsque se développent des stratégies matrimoniales opprimantes pour les individus, le peuple se solidarise avec ceux ou celles qui en sont les victimes. Nous avons eu récemment l’occasion de montrer comment le roi Marc et ses barons imposaient à Yseut une union qui la séparait de son partenaire le plus immédiat, le plus adapté et le plus souhaitable — Tristan —, condamnant ainsi les deux jeunes gens à entretenir une liaison non seulement adultère mais aussi incestueuse (Tristan ou l’inceste imposé in Tristan et Yseut, mythe européen et mondial, Kümmerle Verlag, (Göppingen, 1987).
Le peuple prendra parti pour les deux amants.

6 Cf. Cl. Lévi-Straus, Les Structures élémentaires de la parenté, 2° édition, Paris, Mouton, 1968, pp. 54-55 et 545-546.

7 Sur le svayamvara, voir Cl. Lévi-Strauss, Ibid., pp. 545— 547 et 3. Dumézil, Mythe et épopée, tome I, Paris, Gallimard, I968, pp. 74, 108, 122, 285-287. La promotion matrimoniale par concours est un lieu commun de la littérature romanesque médiévale. Philippe de Beaumanoir, dans le roman de Jehan et Blonde, évoque le développement d’un amour partagé qui s’affirme dans la conclusion d’une union exogamique, qui fait la fortune d’un cadet de famille

8 Voir, sur ce point, les propositions d’Yves de Chartres, d’Anselme de Laon et d’Hughes de Saint-Victor, telles qu’elles ont été résumées dans A. Vacant, E. Mangenot et E. Amann, Dictionnaire de Théologie catholique, Paris, Letouzey, 1927, article mariage, tome IX.

9 A la fin de l’époque classique, Ch. Perrault s’interroge sur l’intérêt que peuvent présenter, pour le public, ces personnages superficiels, ces aotants sans âme ni caractère qu’il appelle marionnettes, mais dont il ressent confusément le pouvoir suggestif :
“Pour moi, j’ose poser en fait
Qu’en de certains moments l’esprit le plus parfait
Peut aimer, sans rougir, jusqu’aux marionnettes,
Et qu’il est des temps ou des lieux
Où le grave et le sérieux
Ne valent pas d’agréables sornettes.”
Faute de disposer des résultats des travaux ethnologiques et linguistiques modernes, Perrault et ses successeurs immédiats feront des contes de fées ou merveilleux une littérature destinée aux gens simples et aux enfants :
“Le conte de Peau d’Ane est difficile à croire,
Mais tant que, dans le monde, on aura des enfants,
Des mères et des mères grands,
On en gardera la mémoire.”
Il faudra attendre le xxe siècle pour que la véritable fonction du conte de fées ou merveilleux soit rationnellement définie.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter