Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

Dimensions généalogiques de la légende du roi Ramiro : échanges de textes

Échanges de femmes

Américo Diogo

Texte intégral

11. Les textes de la légende du Roi Ramiro ont une histoire étrange, et de cette histoire dépend remarquablement son sens (ou ses sens). Elle nous raconte l'origine de la famille des Maias et nous en avons deux versions médiévales différentes, la première dans le Livro Velho de Linhagens (1270 - 1280 ou 1283), et la deuxième dans le Livro de Linhagens do Conde Dom Pedro (1340-1344). - deux œuvres du genre généalogie, qui, avec le Livro de Linhagens do Deão (composé peu avant 1343), sont une sorte de réponse, sur le plan littéraire, à la crise de croissance de la noblesse portugaise, qui eut ses moments de violence vers 1243. Le Livro Velho a été composé "par un moine ou un clerc qui avait une étroite relation avec le monastère de Santo Tirso, près de Porto, au nord du Portugal. Il prétendait, probablement, exalter la famille du patron de son monastère, Martim Gil de Riba de Vizela, qui descendait des fondateurs [les Maias] par voie féminine et prétendait en revendiquer les traditions" (Mattoso, 1985 : 311). De ce livre nous n'avons aujord'hui que le tiers : tout le reste est perdu. Le Livro de Linhagens do Conde Dom Pedro dont on n'a plus l'original, est de tous les trois le plus savamment construit et il a connu une faveur, qu'aucun des autres n'a obtenue : en fait, ils sont vite tombés dans l'oubli, jusqu'à ce qu'Alexandre Herculano les publiat tous les trois dans ses Portugaliae Monumenta Historica (1860).

2Gaston Paris. suivant une indication de Carolina Michaélis de Vasconcellos, avait très tot souligné qu'il s'agissait là d'une "double version" (Paris, 1880 : 437) de "la légende de la femme infidèle de Salomon" (idem : 436), "d'origine orientale. (...) arrivée en Europe, dans les pays slaves, germaniques et romans. (...) sans doute par l'intermédiaire des Byzantins" (idem : 438) : R. Foulché-Delbosc et A. Haggerty Krappe en trouvent des traits dans une histoire rapportée par un manuscrit aragonais, qu'ils datent de la fin du xvème siècle (Foulché-Delbosc & Krappe, 1930 : 519 et ss) et dans l'histoire des deux femmes de Garci Fernandez, qui occupe les chapitres 730, 731 e 732 de la Crónica General (idem : 527 e ss). Ces deux versions auraient subi une autre influence : celle de "la légende allemande du chevalier Rudolf de Schlusselberg, contenue dans la Historia infidelis mulieris qui fut composé vers 1200" (idem 536 e ss). De même, Don Ramon Menéndez Pidal a pu ajouter à nos deux textes la légende d'un "chevalier du xième siècle, contenue dans une Histoire de Avila" (Pidal, 1951 : 149). Cette histoire aurait été écrite vers 1260, et, selon lui, elle serait en mesure de nous prouver "que la légende portugaise aurait eu une large élaboration traditionnelle antérieure aux deux textes des nobiliaires connus" (idem : idem)

3Et, toujours dans le champ de la "large élaboration traditionnelle", bien que postérieure, on trouve (i), dans le texte de Foulché-Delbosc et Krappe, la petite information que voici : " (...) en 1880 Carolina Michaëlis de Vasconcellos pouvait recueillir deux vers qui évidemment formaient partie de quelque romance au sujet du Roi Ramiro" (Foulché-Delbosc & Krappe, 1930 : 519), (ii) un épisode du romance de Moriana y Galvàn, du xvième siècle, où le ravisseur est éveillé, comme Ramiro l'a été, par les larmes de la femme qui lui tombent sur le visage (Menéndez Pidal, 1951 : 145), et (iii) il conviendrait "de signaler le cycle de romances intitulé Miragaia, l'oeuvre d Almeida-Garrett, basée sur d'anciennes romances" (Foulché-Delbosc & Krappe. 1930 : 519).

4Quant aux vers recueillis par Mme Carolina, n'y aurait-il pas une équivoque ? Car on doit bien avouer qu'après elle personne d'autre ne les a retrouvés. De même, le romance de Moriana y Galván ne nous semble rien prouver. La "large élaboration traditionnelle", qui lui aurait apporté ce motif des larmes, à condition qu'elle ait existé, pourrait très bien s'être passée entièrement en marge de la légende portugaise. Miragaia nous semble être un autre cas.

52. Il y a, aux côtés de Alexandre Herculano une place èminente pour Almeida Garrett dans le panthéon littéraire portugais. En effet, il a introduit le Romantisme au Portugal avec la publication, pendant l'expatriation à Londres, en 1828, de Adozinda et de Bernal Francés. Dans les deux cas, il s'agit d'une réhabilitation cultivée, et pour Adozinda largement retouchée, non seulement de romances, mais du genre même. Quoique l'Espagne en soit, i proprement parler, la patrie, on doit, toutefois, reconnaître que Garrett a été le premier dans la Péninsule Ibérique à récupérer cette poésie et à lui donner une place dans les institutions littéraires du Romantisme. Il y a même une différence capitale entre l'activité du duc de Rivas - lequel a, d'ailleurs, mis son Moro Expósito sous une épigraphe de Garrett - et celle du grand romantique portugais : si tous les deux veulent être les reformateurs du goût dans la chose littéraire. si tous les deux prétendent récupérer l'esprit national et populaire, c'est-à-dire, l'esprit national même, en tant que nécessairement populaire, le Moro Expósito, cependant, ne suit que des romances du courant èrudit (et. en plus, il ne les suit que de loin). Don Ramon Menéndez Pidal le dit très bien : "on peut expliquer aisément l'avance du portugais. En profitant de la poésie populaire. Almeida Garrett peut devancer brillamment [Rivas] parce que dans son pays la tradition orale se conservait avec plus de vigueur qu'en Espagne. Garret a publié son Romanceiro en 1843 et il a fallu plus de dix ans pour que Milla publiât son Romancerillo Catalán ; de même, il a été nécessaire d'attendre 1859 pour que Amador de los Rios éditât une petite collection de romances as-turiens" (Menéndez Pidal, 1931 :138).

  • 1 Nous citons le texte de l'édition de 1848 du Romanceiro. Dans la première édition de 1828. Garret (...)

62.1. Cependant, il y a dans le Romanceiro une section tout à fait étrange, et c'est sa dernière section, celle des Romances Reconstruits. Garrett y place, parmi d'autres, celui de Miragaia, dont il avait dit dans la Lettre-Préface de Adozinda (A M. Duarte Lessa), en 1828 donc, qu'il appartenait à ce qu'il appelait l'histoire du "genre romantique" dans la littérature nationale (romantique est ici un synonyme de populaire). En effet, évoquant certaines pièces littéraires et l'esprit supposé de quelques autres, plus ou moins indigène, Garrett, au moment de fermer l'évocation, fait allusion à "ce petit romance de Gaia et du Roi Ramiro, que Vous [Duarte Lessa] avez découvert à Londres" (Garrett, 1949 : 340)1

7Vingt sept ans après il publiera, dans le Jornal das Belas Artes, pour la première fois, le romance Miragaia. - et dans la petite préface, qui le précède dans le Romanceiro, il dit avoir mis en marge de l'autographe même, "qu'il n'aurait eu la patience de copier", dans une sorte de note personnelle, les mots que voici : "Ce romance est une véritable reconstruction d'un ancien monument. Quelques couplets sont conserves textuellement de la tradition populaire, et on les chante au milieu de l'histoire dite', aujourd'hui répétée encore par les vieilles et les barbiers du lieu. Le comte D. Pedro et les anciens chroniquers fabulent aussi, chacun i leur façon, sur la légende. L'auteur, ou, plus exactement, le compilateur, a très strictement suivi la narration orale du peuple, et a voulu, surtout, rester fidèle i son style, à sa manière de raconter et de chanter ; sans quoi, et c'est li sa conviction la plus intime, il serait impossible de restituer à notre littérature sa nationalité perdue" (Garrett, 1949 : 443/ 444).

  • 2 Le titre participe de la réclame et de l'annonce publicitaire et il a une fonction cataphorique pl (...)

82.2. On doit, on le voit, prendre en considération que la toute première allusion n'indique pas, à vrai dire, l'existence d'un romance, mais seulement d'une matière de romance. À partir de ce "genre romantique", que Garrett suppose être une constante dans l'histoire littéraire portugaise, il se trouve en droit de pouvoir déduire l'existence de sujets nettement indigènes, nettement "romantiques", et a fortiori l'existence de types particuliers, pour ces sujets, dont celui du romance. Tout compte fait, en 1828. Miragaia n'est qu'un sujet de romance. En fait, si on pouvait être égaré par l'indication apparemment très précise selon laquelle le destinataire de la Lettre-Préface aurait trouvé "le petit romance de Gaia et du Roi Ramiro" i Londres, cela n'est plus possible aujourd'hui. Le professeur Luis Filipe Lindley Cintra a commencé par trouver l'édition de 1661 de ce texte, dans l'ancienne collection de Fernando Palha, aujourd'hui conservée dans la Houghton Library de l'Université de Harvard. Il s'agit d'une folha volante : la "Breve recompilaçam e tratado agora novamente tirado das an tiguidades de Espanha. Que trata como El-Rey Almançor morreo em Portugal junto a cidade do Porto, onde agora chamao Gaya, is maos dilRey Ramiro (sic), & sua gente, onde também cobrou, & matou, sua mulher chamada Gaya. que estava com este Mouro da qual ficou este lugar chamado de seu nome. Composto por loam Vaz natural da cidade de Evora em verso de Oitava Rima".2 Le Professeur Cintra a trouvé encore deux autres éditions, de la même année, par le même imprimeur, Domingos Carneyro. Ils sont aussi en Amérique, conservés dans la Newberry Library de Chicago (cf. Cintra, 1967 :12)

  • 3 En effet, Teófilo Braga crée des expectatives dans le titre auxquelles le texte va entièrement dér (...)
  • 4 "Vila Nova de Gaia. Romance par João Vaz de Evora. Publié selon l'édition de 1630 et accompagné d' (...)

9Mais, en 1949, Eugenio Asensio avait déjà révélé l'existence, dans la Bibliothèque Nationale de Madrid, d'une édition de 1630, imprimée i Lisbonne par Antonio Alvares (idem : idem). Et c'était dans cette édition que la revue O Institute, de Coimbra, en 1853. avait publié le prétendu romance. De même, en 1868, Teofilo Braga publiait aussi un opuscule décevant (idem : 19)3 : "Vila Nova de Gaia. Romance por João Vaz de Evora. Publicado segundo a ediçao de 1630 e acompanhado de um estudo sobre a transformaiçao do romance anonimo no romance com forma literaria".4 Finalement, le catalogue de la librairie de José Maria Nepomuceno, rédigé par Luiz Trindade et publié à Lisbonne, en 1897, décrit, sous le n° 1897, un exemplaire d'une des éditions de 1661 et ajoute en note : "L'unique exemplaire connu de l'édition de 1601, Lisbonne, par Antonio Alvarez, cité par Barbosa, dont l'existence était contestée, a été récemment vendu par la célèbre et copieuse Librairie de João Pereira da Silva" (apud Cintra, 1967 : 19). Si on pouvait croire à une erreur du catalogueur (il nous donnerait 1601 pour 1661), le catalogue de la Bibliothèque Souza da Camara, organisé en 1966, vient les effacer : en fait, il décrit un exemplaire de la même édition, sous le numéro 3139. Le professeur Cintra a pu le consulter et le reproduire (idem : 20).

  • 5 Non seulement il a été publié en Italie, par João Batista Lavanha, et reédité à Lisbonne, mais il (...)

10De ce poème, il y a eu donc, que l'on sache, une édition en 1601, une édition en 1630 et trois éditions en 1661, - signe évident d'un succès que seul le sujet semble en mesure de pouvoir justifier. Le texte suit la version du xivème siècle qui se trouve dans le Lirrode Linhagens do Conde D. Pedro lequel a été, pendant ce xviième siècle, l'objet d'un regain d'intérêt dû probablement à cette prédilection, baroque entre toutes, que l'on appelle bibliophilie.5

112.3. La deuxième mention de Garrett est, sans doute, plus troublante. Menéndez Pelayo a pu affirmer qu'il s'agissait d'une "innocente mystification littéraire" (Menéndez Pidal, 1931 :139). En effet, le texte, qui le devance et le présente dans le Romanceiro, a de nombreuses caractéristiques typiques de la préface romantique qui ont trait à la présentation d'un texte dont l'existence et la vérité sont assurées par certaines instances de l'Extérieur : Mémoire, Enfance, Histoire, Editeur, Manuscrit ayant tous les prestiges de l'Antiquité ou du Mystère, etc. A la reproduction de cette note mise en marge (et on doit remarquer la "notion" d'intimité, de proximité de soi, que le texte garrettien commence à nous proposer), Garrett ajoute un souvenir d'enfance :

12"C'était une des premières choses de ce genre que j'ai faites : et c'est la plus ancienne réminiscence de poésie populaire que l'enfance m'ait donnée, parce que j'ai ouvert les yeux vers les premières lueurs de la raison sur les lieux mêmes où se placent les scènes principales de ce romance. J'ai vécu avec mes parents, entre les cinq et les dix ans, dans une petite ferme, que nous possédions près du Douro, et que l'on appelait "Le Chateau", a cause des ruines du chateau maure que l'on y pouvait voir.

13Je pourrais, aujourd'hui encore, trouver, les yeux fermés, tous ces lieux signalés par la tradition. J'ai joué mainte fois dans la fontaine du Roi Ramiro, dont l'eau est, en effet, délicieuse ; et je me souviens d'avoir payé très cher, une autre fois, l'imitation de la corne de Sa Majesté de Léon, en montant, comme lui, sur un reste de l'ancienne muraille du château du roi Alboazar : ce que monsieur mon père désapprouva si energiquement qu'aujourd'hui il m'en souvient encore.

14Voilà comme je vois cette pauvre Miragaia : un jouet d'enfance... " (Garrett, 1949 : 444/445).

15La petite préface joue donc sur les registres de la prolimité de soi et de l'origine - des marques de l'origine d'une tradition (la vérité, bien sûr !) : "une des premières choses", "la plus ancienne réminiscence", "les premières lueurs", "les scènes principales", "les ruines", "l'ancienne muraille", etc.

  • 6 La narrative est nettement œdipienne : sa prétention à faire comme le père (comme le roi) est puni (...)

16Et voilà comme Miragaia se place sous le prestige d'une double anamnèse, en rapprochant l'enfance de Garrett de l'enfance des peuples, et en arrivant même (il fait comme le roi6) à placer la première sur les lieux de la deuxième. Ceux-ci, Garrett se les approprie : dès l'origine, il est chez lui. "Les yeux fermés" sont marqués par cette propriation : les choses signalées par la tradition n'appartiennent plus à l'espace du dehors, elles sont désormais au dedans, - et la tradition qui les marque devient histoire du sujet.

17On ne peut ne pas se poser la question : peut-on croire à l'existence de cette narrative traditionnelle ? Et si l'on doit croire Garrett, devrons-nous le faire sur tous les points ?

  • 7 Il manifeste ainsi la volonté de faire romance. En effet, en éliminant l'enchanteur Amão, Garrett (...)
  • 8 L'étymologie a eu toujours une très grande importance dans l'Encyclopédie : dans la culture des cl (...)

182.4. Si on lit Miragaia, on se rend compte très rapidement que Garrett a suivi, comme João Vaz, d'ailleurs, la narration du Livro de Linhagens do Conde Dom Pedro, éliminant seulement quelques détails superflus et tout le fantastique7 et acceptant (de celui-ci, peut-être, ou peut-être comme celui-ci) que la femme du Roi Ramiro s'appelât Gaia. Cependant, em modifiant la mort de Gaia, il ajoute à la matière un "raisonnement" étymologique nouveau, qui assumera toute la notoriété du titre : quand Ramiro est en train de tuer Gaia il luit dit : "Mira, Gaia, que esses olhos / /Não terao mais que mirer". Ramiro invite Gaia a mirar (à regarder), et ces deux mots, ensemble, seraient, dans la tradition populaire, à l'origine du toponyme Miragaia (Garrett, 1949 : 467).8

19Si l'on doit accepter cette différence comme vestige de la tradition populaire référée par Garrett, il n'en resterait, alors, que ce final étymologique et le titre. On serait là devant un "phénomène de dégradation folklorique" (Roncaglia, 1986 : 132) vraiment exemplaire. D'ailleurs, la deuxième mention garrettienne le laissait déjà entrevoir : l'histoire était dite, par des vieilles et des barbiers, et les vers et le chant ("quelques strophes") étaient intercalés dans l'histoire "dite"

20Eh bien, nous pensons que cette histoire "dite", à en supposer qu'il y en ait une, n'était déjà, quand Garrett l'a entendue, que la manifestation extrême d'une dégradation folklorique" du poème de João Vaz. - lequel, d'ailleurs, aurait pu avoir joué le rôle de revitalisateur d'une tradition locale, soit qu'elle ait eu son origine dans une forme chantée de la légende, soit qu'elle ait eu sa source dans un exemplum.

  • 9 C'est là la seule étymologie présente aussi bien dans le Livro Velho de Linhagens que dans le Livr (...)

213 En effet, si l'on s'attarde sur le titre du feuillet de João Vaz, on remarquera la transformation d'une "antiquité d'Espagne" en un sujet d'actualité (il s'agit, sans doute, d'une constante dans la littérature de colportage), par l'intermédiaire d'un intérêt étymologique local. C'est dans ce texte que commence le mouvement d'assimilation du nom de la femme aux noms des lieux (Gaia). Il se peut que ce soit là, dans ce déplacement de l'intérêt étymologique de Foz d'Ancora9 à Gaia (et à Miragaia), que réside la consistance de la narrative traditionnelle que Garrett aurait écoutée Si ce n'est pas ce texte qui a été "folklorisé", on peut aisément le voir comme la réponse à une demande locale (peut-être s exprimant déjà dans des narrations courantes), ayant pu rejoindre le circuit de la littérature oralement communiquée par la médiation de cette littérature de masses qui est un des effets "institutionnels" du Baroque péninsulaire Ce ne serait pas, alors, seulement, l'intérêt du sujet, mais aussi la pression de la demande - et il s'agirait d'une demande "qualifiée", si on suppose l'existence de traditions locales - qui pourrait expliquer les cinq éditions du texte.

22En fait, cette demande pourrait très bien avoir une sorte de départ dans une tradition déjà existante à Gaia. Il se peut qu'il y ait eu déjà "folklorisation" de la narrative dont nous avons deux versions (dans le Livro Velho et dans le Livro de Dom Pedro), - reçue, soit sous la forme de chant, soit sous la forme de narratio breuis. En tout cas, il n'y a pas de "tradition continue et homogène, soit orale, soit écrite (...) dynastique ou monastique" qui ne soit qu'un mirage. "Les mémoires du passé (...) peuvent se transmettre et se modifier de plusieurs façons, sans l'intervention de la poésie (Roncaglia, 1986 : 124/ 125). Même si, et cela semble être ici le cas, la narrative généalogique, dans son programme même, s'applique à exercer un certain contrôle (que l'on peut homologuer à la biopolitique des classe nobles, et notamment de l'ordo seniores) sur les textes et sur les genres. De plus, le genre généalogique ne durera que peu de temps et les raisons sociales et culturelles de son existence seront extrêmement "locales".

233.1 En somme, la tradition locale, si elle existait, entre les premières formes de la légende (xiiième siècle) et le texte de João Vaz (xviième siècle), était déjà nécessairement impliquée, comme dit Luciano Rossi, dans "les recompositions populaires et les dégradations de la transmission par la mémoire" (Rossi, 1979 :22). dont nous parle J. Rychner (cf. Rychner, 1960) Nous n'acceptons pas, toutefois, que le texte du Livro Velho (qui a été composé entre 1270-1280 ou 1285) soit déjà le produit de ces modifications, c'est-à-dire, la tradition, - et, en plus, qu'il ne soit que cela. Nous ne jugeons pas l'activité d'appropriation de la culture populaire si spécialement corrosive (le texte du Livro Velho ne peut être tellement loin, disons, de la première emission de la légende). Nous pensons que, ni ce texte, ni celui du Livro do Conde Dom Pedro (que Luciano Rossi semble juger comme la version véritable ; cf. Rossi, 1979 : 22 e passim), sont le Texte. De même, nous ne pensons pas que l'un des deux soit plus proche que l'autre de l'authenticité du Texte. Ce dont ils s'approchent, et par des voies différentes, n'est que d'une tradition inégale (orale et écrite), c'est-à-dire, un archétype, dont certains textes ont, tant bien que mal, précisé les contours de nature sémèopragma-tique (et auquel certains autres ont contribué avec des frames situationnels, des motifs, etc.). Chacun des deux restitue cet archétype réinterprété, où le rôle le plus important est joué par un topic pas surprenant : "la méchanceté des femmes". Le texte de la légende du Roi Ramiro, dont nous supposons qu'il a eu la forme d'une chanson de geste, et dont les deux textes des nobiliaires ne seraient que des versions, aurait pu jouer à cet égard le rôle d'un médiateur.

24Le texte du Livro de Dom Pedro réussit, d'ailleurs, plus qu'à le nuancer, à le corriger, - et c'est là, plus qu'ailleurs, sa spécificité. Ce texte, en fait, situe sa réinterprétation dans le champ de la fin'amors et le fait d'une façon extrêmement savante et point arbitraire. De ce fait, il réussi à réinterpréter, non seulement la légende proche, mais aussi une grande masse de textes auxquels l'archétype permet d'accéder (c'est-à-dire, à réinterpréter une histoire de sens, qui est, en même temps l'histoire des manifestations textuelles de l'archétype dés la légende de Salomon). L'hypothèse d'une amplification - mais pas nécessairement faite sur le texte du Livro Velho - nous semble très acceptable.

25Quant au texte du Livro Velho, il nous semble, lui. avoir été reconstruit sous la forme d'une narratio breuis. Il en présente les traits essentiels : breuitas (la narration tend à synthétiser la matière dans sa pointe finale" ; Picone, 1985 : 8), linéarité ("la fin épuise toutes les potentialités narratives, annoncées au commencement et nouées au millieu". idem : idem) et vanitas (le sensus de la narration tend à coïncider avec les mots qui la rendent, "jusqu'à ce point extrême où il se résoud dans l'explication étymologique (idem : 9), ou, dans ce cas, des noms du lignage.

26À notre avis, le moine responsable de la rédaction privilégie la fonction généalogique de l'œuvre où le texte devrait être intégré. Il a profité de la "polyvalence et du mimétisme culturel" du genre (idem : 9/10). Le texte a, de ce fait, acquis la malléabilité de la narratio breuis, et il peut, désormais, véhiculer son information vers un sensus qui coincide avec des noms propres. L'adaptabilité au programme généalogique a été plus au moins totale, plus au moins réussie (du reste, il y avait aussi des chansons de geste courtes, à sujet unique, biographiques ou "civiques" ; cf. Alvar, 1981 :14)

  • 10 Dans le cas du Raoul de Cambrai, par exemple, comment était-il possible que vers 1180, le poète po (...)
  • 11 Il suffit de relire ce qu'il dit à propos de la version de la légende où les évènements sont placé (...)

274. La théorie néo-traditionnaliste de Don Ramon prétend répondre à la question classique de Bédier (comment les poètes possédaient-ils les notions historiques nécessaires - et même certaines inexactitudes et anachronismes ?10). L'élaboration traditionnelle serait, selon lui, l'unique moyen d'expliquer ces connaissances. D'ailleurs, parfois, le discours du maître espagnol semble inverser les positions de l'explicans et de l'explicandum, - ce qui nous semble participer d'un automatisme de l'explication. En fait, quand il y a lacune temporelle de ce type, il tend à y voir la preuve de l'existence d'une "large élaboration traditionnelle".11 Le professeur Aurelio Roncaglia, en examinant précisément le Raoul de Cambrai, a démontré que ce "qui anime cette œuvre n'est que l'actualité", quelle que soit la nature de la tradition historique : dynastique, cléricale ou locale. En tout cas. "on ne voit pas les traces d'une tradition lointaine et sans interruptions, et de ces traces on n'en a nullement besoin" (Roncaglia, 1986 :132).

  • 12 "Qui [étaient], au xiième siècle les plus représentatives de la haute aristocratie portugaise, cel (...)

284.1. La version du Livro Velho est, elle aussi, sans doute, animée par l'actualité. En effet, elle fait partie de la stratégie de Martim Gil de Riba de Vizela qui avait pour but la revendication du prestige des Maias, que ce même nobiliaire disait les descendants du Roi Ramiro de Léon. D'ailleurs tout le livre manifeste probablement, ou bien la solidarité des cinq familles12 contre ceux qu'elles devraient considérer comme des parvenus issus de la crise de 1245, ou bien la volonté de parvenir de Martim Gil, iui même un "arriviste".

29À notre avis, la version du Livro Velho est le fruit d'une coopération entre traditions cléricales et dynastiques, entre les figures du moine et du troubadour. Des deux côtés, il ne s'agit pas d'une tradition déjà faite, mais d'une traditon qui, en même temps, est depuis toujours en train de se faire et de se refaire. Elements historiques, fictionnels, folkloriques, poétiques, exempla misogynes, tout le matériau peut servir. On n'est plus devant la pression d'une demande populaire, qualifiée par des traditions lointaines, mais devant la pression d'une demande autrement qualifiée : aristocratique, probablement le fait d'un seul individu, qui a besoin d'une certaine tradition sur le moment. On y aurait li, de ce fait, l'exemple d'un archivum vivant et en fonctionnement actuel, qui produit, somme toute, des "antiquités".

  • 13 On doit dire que le professeur Mattoso classifie les narratives des nobiliaires selon certaines ca (...)
  • 14 Le professeur José Mattoso est spécialement sensible (il s'agit d'une sensibilité théoriquement in (...)

30Le professeur José Mattoso travaille, à ce propos, des faits et des hypothèses extrêmement pertinentes : " [La chanson de geste] de Soeiro Mendes da Maia (...)", dit-il, "pourrait avoir aussi été créée dans le circuit familial. En effet, il y a, parmi les descendants par bâtardise de Soeiro Mendes da Maia, et pendant trois générations, une ligne de troubadours (...)" (Mattoso, 1985 : 321) Ce sont João Eanes da Gaia, chevalier ; Estevão Anes da Gaia, son fils, clerc ; et son petit-fils, João da Gaia. "Le clerc est l'exact contemporain de Martim Gil de Riba de Vizela (...)"Il se peut qu'il n'y ait la que coïncidence, mais il est du moins curieux que la légende qui exalte l'origine de la famille des Maias, c'est-à-dire Miragaia, le romance perpétué par Garreit,13 et étudié par Ramón Menendez Pidal, se situe justement à Gaia, où ces troubadours vivaient. Nous nous demandons, donc, s'ils n'auraient pas travaillé pour Martim Gil de Riba de Vizela, qui, étant descendant, du côté de sa mère, des seigneurs de Maia, en avait hérité la fortune et revendiquait les traditions familiales. Les chevaliers et les troubadours de la ligne bâtarde, vivant dans la dépendance des héritiers légitimes, payaient, donc, avec des poèmes heroïques sur l'origine et les gloires de la famille, la protection matérielle qu'ils en recevaient. En même temps qu'ils rendaient un service très apprécié, ils exaltaient leur propre origine, en se consolant de leur illégitimité" (idem : 322).14

  • 15 Gaston Paris cite, outre le poème allemand de Salomon et Morolt, "faiblement imité dans le Bastart (...)
  • 16 "L'Espagne, a été (...) la voie la plus importante pour la migration dans l'Europe des narrations (...)

314.2. On aurait, donc, mis, du fait de la coopération entre le moine de Santo Tirso et le troubadour Estêvao da Gaia (lui même, un clerc), l'archive en fonctionnement. Tout y passe, quoique l'on ne puisse pas utiliser tous les ingrédients, en même temps, et d'une façon entièrement explicite (et il y a aussi, sans doute, des éjections) : la légende de Salomon, dont on avait une connaissance presque proverbiale15, le thème extrêmement diffusé de la matrone d'Ephèse, celle qui, comme dit le fabliau, "se fist foutre sur la fosse de son mari". l'imprudence du mari qui parle à sa femme des dimensions démesurées de l'anatomie virile d'un autre (il y a un bel exemple de ce thème dans un autre fabliau, le Fevre de Creil), des thèmes folkloriques (par exemple, celui de la division d'un anneau en deux moitiés comme signe de fidélité et de reconnaissance), des thèmes du roman arthurien (le rendez-vous à la fontaine, les enchantements et la vision prophétique de Merlin, nommé Amao. probablement en souvenir de Salomão), la congruence de la légende et de la Chanson de Roland (Ramiro demande à Alboazar le sort de Salomon et le sort de Roland : il soufflerait, ainsi, son cor jusqu'à la mort), les genres littéraires (les chansons de geste, les exempla misogynes16), les notions historiques, disponibles, à la fois, dans les traditions cléricales et dans les traditions dynastiques, etc.

32À mettre ensemble tous les textes qui auraient entre eux "un air de famille ", on pourrait juger que l'on aurait sous les yeux comme les résultats du "travail du rêve". Rien n'y manque : condensation, déplacement, symbolisme, considération de figurabilité (cf. Freud, 1983 : 381 et passim).

335. Passons maintenant aux textes, dont nous offrirons des résumés, en suivant, quand il nous semblera plus convenable, Menéndez Pidal et Foulché-Delbosc & Krappe.

  • 17 "D'après le poème allemand Salman und Marolf, il fait, d'abord, la connaissance de la soeur de For (...)

345.1. Légende de la femme infidèle de Salomon - "Salomon a épousé une femme païenne contre la volonté de celle-ci et contre l'avis de ses conseillers (Foulché-Delbosc & Krappe, 1930 : 535). "Elle tombe amoureuse, à son tour, d'un roi païen. Fore (le pharaon), et consent à se laisser enlever par celui-ci, en buvant un narcotique qui produit l'apparence de la mort. Salomon, pris de doutes, fait couler de l'or fondu sur la paume de sa main. Cependant, elle ne donne pas signe de vie, quand l'or traverse sa chair" (Menéndez Pidal, 1951 : 149). "Aimant la femme infidèle d'un amour fou, Salomon, après avoir appris la vérité, se met à sa recherche, encore contre l'avis de ses conseillers (Foulché-Delbosc & Krappe : idem)." [Son] émissaire, en arrivant à la cour de Fore, reconnaît la femme à cause de sa main percée. (...) d'après un poème allemand, l'émissaire, en voyant que la femme de Fore porte toujours des gants, réussi à lui faire lever la main contre la lumière : il peut voir un rayon de soleil traverser le tissu et la main" (Menéndez Pidal : idem). "Ayant appris l'endroit [de la résidence de sa femme, Salomon] s'y rend, avec une petite armée de ses fidèles, qu'il laissse derrière lui dans une forêt voisine. Lui-même, déguisé en pèlerin, entre au château et se fait reconnaître par sa femme qui ne tarde pas à le dénoncer à son amant"17 (Foulché-Delbosc & Krappe : idem). Quand Fore lui demande ce qu'il lui aurait fait, si les aurait fait, si les positions eussent été tout autres, Salomon répond, à l'égal de la version portugaise, qu'il le tuerait, mais qu'avant cela il lui permettrait de sonner de son cor une dernière fois. Au son du cor, l'armée des fidèles accourt. Fore est tué et sa sœur et la reine sont emportées à Jérusalem. Quand la reine meurt, Salomon épouse la sœur de Fore.

355.2. Légende de la femme de Rudolf de Sclusselberg - Refusant de divorcer de sa femme touchée par la lèpre, le chevalier se rend avec elle au Portugal, pour la faire guérir dans une fontaine miraculeuse, qu'il ne gagne qu'après bien des périls. Guérie, elle s'enfuit "aux pays des Maures pour y épouser un roi païen. Le mari la suit, déguisé en mercier, au delà de la mer. Or, il a deux enfants, un fils et une fille, de la femme infidèle qui les a pris avec elle auprès du roi maure. C'est son fils qui le reconnaît en dépit de son déguisement, et qui en fait part a sa mère. Elle fait alors au roi sarrasin la question fatale, ce qu'il ferait s'il avait son rival en son pouvoir. Puis elle livre son mari infortuné qu'on lie à une colonne de la chambre i coucher. Elle fait mettre près de lui des charbons ardents pour le brûler à petit feu, puis elle se donne en sa présence à son amant. Quand ils se sont endormis, le fils coupe les liens qui retiennent son père ; il tue le couple adultère et s'enfuit avec son fils pour retourner en Allemagne" (Foulché-Delbosc & Krappe, 1930 :537).

365.3. Légende de Avila - Pendant une absence de Enalvillo, sa femme a été enlevée par le roi maure de Talavera. Enalvillo, qui était augure, part avec cinquante chevaliers, les laisse derrière lui, dans un lieu proche. et se fait reconnaître par sa femme, mais elle le livre au roi de Talavera, qui lui pose la question que nous connaissons déjà. Tout se passe, après, comme dans la version portugaise, - il ne manque même pas une explication étymologique pour le non de Albacova, "basée sur une circonstance de la mort de la femme infidèle" (Menéndez Pidal, 1951 :151).

375.4. Version de la Cronica General - Le comte Garci Fernandez avait des mains tellement parfaites qu'il portait toujours des gants en présence des femmes de ses amis ou de ses vassaux. Il s'était marié avec D. Argentina, laquelle bientôt s'avéra "mauvaise femme". Un jour alors qu'il était malade, un comte français qui était venu à Santiago, en pèlerin, lui enlève sa femme. Garci Fernandez la suit, déguisée en pauvre pèlerin. Sancha, la fille du comte français, qui "s'était fâchée contre son père" reconnaît en lui, à cause des mains, le grand seigneur. Il se présente. Ils se reçoivent, l'un à l'autre, comme époux, cette nuit même. Après, Sancha lui donne des armes, l'introduit sous le lit des amants, d'où il sortira pour les égorger. Le conte nous dit, ensuite, que Sancha, que Garci Fernandez avait épousée devant sa cour, était au début de sa nouvelle vie un modèle de vertus, mais qu'en peu de temps elle est devenue comme D. Argentina.

385.5. Version du Livro Velho de Linhagens - La femme de Ramiro a été enlevée par le roi maure Abencadão, qui l'emporta à Gaia. Ramiro les suivit, avec son fils et quelques vassaux, dans une galère, qu'il camoufla avec des toiles vertes pour qu'elle se confonde avec les arbres du rivage. Il se déguisa en pèlerin, et, emportant son épée et son cor, se dirigea vers la fontaine près du château d'Abencadão. La reine y envoya sa jeune servante. Ramiro lui demanda de l'eau et mit sa moitié de l'anneau dans la cruche. Quand la servante apporta l'eau, l'anneau tomba dans la main de la reine. Elle envoya, donc, la jeune fille le chercher et le cacha dans une petite chambre. Quand Abencadão arriva, ils firent l'amour, et après, elle lui livra son mari Abencadão, alors, pose à Ramiro la question qui l'on connaît déjà. Celui souffle souffle de son cor, ses hommes arrivent, le maure est tué et Gaia détruite. Ramiro embarque la dépouille, la reine et la jeune servante. Quand ils arrivent à Foz d'Ancora. Ramiro, épuisé, s'endort, la tête sur les genoux de la reine. Celle-ci pleure, les larmes tombent sur le visage de Ramiro et il s'éveille. Quand sa femme lui dit qu'elle pleure le "bon maure", il lui attache une meule au cou et la jette a la mer. Arrivé à Léon, Ramiro épouse la servante, dont il a changé le nom, qui était Ortiga, en Aldara. Elle lui donnera un fils que le père appelle Alboazar, "parce qu'il serait père et seigneur d'un très bon lignage".

395.6. Version du Livro de Dom Pedro - Ramiro s'éprend d'une soeur de Alboazar Alboçadâo, et la demande à son frère. Celui-ci la lui refuse, car Ramiro était chrétien et déjà marié à dona Aldora. Ramiro, ayant secours de la magie de son astrologue, Aaman, l'enleva une nuit. Il l'emporta dans son royaume, où elle reçut le baptême. Ramiro lui donna le nom d'Artiga, ce qui en ces temps-là signifiait "sage et ayant toutes les bontés". Alboçadao se vengea, en lui enlevant, à son tour, la reine Aldora. Quand Ramiro est au fait de l'enlèvement, il devient fou de douleur et s'isole de toute compagnie pendant douze jours. Puis il part pour Gaia. Ici les deux récits coïncident pour la plupart. Quand Alboçadao, arrive la reine lui livre Ramiro, qui, dans une petite chambre à côté, a tout entendu. Curieusement, le registre misogyne fait irruption dans cet univers, qui, comme nous avons dit supra, est dominé par la fin'amors. En effet, Albençadao - et on ne peut ne pas se rappeler le Blasme des Femmes - pense que "malheureux est qui femme croit". Ramiro sonne de son cor, etc. Quand tout le monde est embarqué, il raconte tout à ses gens, qui en sont indignés. Devant les larmes de la reine pour le "bon maure", c'est son propre fils qui dit qu'elle est le diable même. On la jette donc à la mer, dans les mêmes circonstances que la version antérieure. Ramiro épousa Artiga, dont le "grand astrologue" Aman, qui "prévoyait le futur", dit qu'elle était "pierre précieuse entre toutes les femmes qui existaient en ce temps-là". Il prophétisa encore qu'elle serait une bonne chrétienne, et mère d'une très bonne génération. Elle a eu deux enfants : Aboazer Ramirez e Artiga Ramirez.

405.7. Version aragonaise - Le comte Rodrigo était marié à une femme belle mais étourdie. Un jour il tombe sur un roi maure et le poursuit sans pouvoir l'attrapper. Le maure, alors, lui demande ce qu'il pense de son étendard, - et il lui montre sa verge. Le comte rit beaucoup et ils s'en vont, chacun de son côté. La nuit, pendant qu'il mangeait avec sa femme, il se souvient de l'épisode et ne peut s'empêcher d'éclater de rire. La femme lui demande pourquoi il rit et Rodrigo lui raconte ce qui s'était passé. La comtesse semble être dégoûtée, mais en secret elle envoya un émissaire auprès du roi maure. Celui lui donna un elixir et la comtesse resta comme morte pendant huit jours. Rodrigo attend trois jours. Puis il lui perce la main. Elle ne donne aucun signe de vie, et on la met, donc, au tombeau, d'où le roi maure l'enlève. Elle vécut avec le roi maure pendant huit mois. Le texte insiste ici sur sa stérilité (elle n'a pas pu être engrossée : de même, quand elle vivait avec le comte, elle n'avait jamais été enceinte). Un pauvre la reconnaît à la main percée et Rodrigo en est informé. Alors, le comte prend les vêtements du pauvre, cache ses gens dans un lieu proche, et arrive en pèlerin dans la cour du roi maure. Il se fait reconnaître par sa femme, qui le cache dans un coffre. Quand le roi maure arrive, il la possède sur le coffre même. Après, elle lui livre Rodrigo. Alors, la question fatale est posée, Rodrigo sonne du cor, etc. Il y aurait dans ce conte une explication étymologique aussi (malheureusement, un blanc dans le manuscrit ne permet pas de la connaître). La narration s'achêve sur la dévotion désormais quotidienne du comte : tous les jours, genoux à terre, le cœur plein de joie, il disait "la prière de Saint Augustin" et le psaume "de confitemini Domino".

41Ce texte est, donc, bien que sa rédaction semble être la plus moderne, d'un archaïsme remarquable.

  • 18 Là, une remarque s'impose. Ce "ravissement" est bien le fait du fils. C'est le cas de Martin Gil d (...)

426. On sait qu'il y a eu, dans l'Occident chrétien, et ce, pour la noblesse, une mutation fondamentale dans le système de parenté qui semble s'être produit, du moins en France, vers l'an 1000. On passe d'une structure cognatique, horizontale, à une structure agnatique, verticale, unilinéaire (cf. Duby, 1981). On ne gardera plus que "la mémoire d'une lignée d'hommes qui vient buter sur le souvenir (réel ou fictif) d'un père fondateur, héros mythique qui sut ravir une femme de meilleur rang que le sien" (Huchet, 1981 : 194).18 Il s'affirme, en même temps, une autre biopolitique, orientée, surtout, vers le contrôle des femmes et de leur fidélité, la pureté du sang et du lignage. Là, une question se pose textuellement, celle de la jouissance féminine (cf. Huchet, 1986). Ce sur quoi l'archivum travaille en vue de l'écrit généalogique (Huchet parle de "montage d'écritures" ; cf. Huchet, 1981 : 1 %) n'a d'autre but que de "mettre l'homme médiéval à l'abri de la sexualité féminine, de cette lubricité qu''il ne cesse pas, par ses docteurs et ses clercs, de vitupérer" (idem : idem). Dans ces textes, la haine du misogyne est évidente, - et si la fin'amors propose la parole d'amour au lieu de la jouissance, la version aragonaise propose la prière quotidienne D'ailleurs, si, pour l'église, la procréation et les douleurs de l'enfantement rachetaient la femme de la jouissance, le texte aragonais laisse à découvert la haine qui l'anime, en identifiant, sans doute, stérilité et lubricité.

43La jouissance féminine exigerait, de l'homme, ce qu'aucun homme n'a : le surplus (que "l'anatomie virile" démesurée métaphorise ; et ce n'est pas sans doute le fait d'un hasard que ce surplus, soit attribué, par les textes, à des agents, dont, du point de vue de sa propre culture, l'humanité est problématique : les maures et les païens).

446.1. On peut sans doute analyser l'ensemble de ces textes comme s'il ne s'agissait que d'un seul. Les différences seraient le fait d'une référence croisée, et au même objet et à l'intérieur de la même problématique. Il faut, pourtant, faire remarquer qu'il n'y a pas de narration qui ne soit le fait du fils.

45Il y aurait au départ l'énigme de la femme. La mort apparente de la reine (qui dure huit jours, dans le texte aragonais) serait l'équivalent de l'isolement imposé à la femme menstruée (c'est-à-dire, à la femme en tant que différente). En outre, la main percée la dirait châtrée, signe(ée) de l'incomplétude. Les gants seraient le déni, de la part de la femme, de la réalité de sa castration. - mais ce déni est, en fait, le déni de la part de l'homme de la réalité de la castration.

46La haine misogyne s'exerce à montrer que c'est par la femme que la castration vient au monde et se révèle dans le monde. Scène remarquable, entre toutes, que celle où un rayon de soleil traverse la main déguisée et rend de ce fait le manque patent : ce rayon identifie non seulement la reine comme reine, la femme comme femme, mais identifie aussi la femme à la castration et la castration à la femme. A l'appui de cette stratégie du déni masculin, il y a aussi appropriation de la différence féminine. Le père fondateur a, lui aussi, un secret : il est, en fait, une femme. De là (i) les mains désormais gantées de l'homme, où se joue le déni de la castration, faisant semblant de cacher le surplus, dont l'occultation même prouverait l'existence, - ce surplus fabriqué, qui est, en même temps, le surplus de la femme (sa jouissance) et le surplus pour la femme (la verge en mesure de la satisfaire), et, de la aussi, et surtout, (ii) l'isolement de l'homme après que la femme lui ait été ravie (douze jours pour Ramiro dans le Livro do Conde Dom Pedro), ou son absence des lieux quand le ravissement se produit, - par la s'attribuant la capacité d'avoir, lui aussi, les règles.

  • 19 Il y a aussi Garci Fernandez qui se cache sous lé lit des "amants".

47D'ailleurs, le héros affirme sa capacité de naître, d'accoucher de lui-même. De là, les départs vers une autre région, l'enfermement dans la petite chambre, ou dans le coffre,19 l'attachement aux colonnes de la chambre (ici on a droit à la réprésentation des douleurs de l'enfantement). Dans les derniers cas, le héros peut, plus ou moins explicitement, accéder à la scène primitive, où la mère n'est qu'une putain, - et le père n'est que celui qui, comme dit Lacan, "travaille la mère".

  • 20 Pas de doute qu'ici Ramiro fait le coq. Dans la "langue" de ces textes portugais, il existe l'expr (...)
  • 21 Le fils de Ramiro, Ordonho, rejette sa mère, et refuse d'hériter d'elle. Du moins, nous pouvons, i (...)

48L'instant capital est bien, à notre avis, le moment où le cor est sonné. Là, tout près de la mort, il y a une sorte d'érection, où tout dans le sujet est debout, d'une enflure prodigieuse de la voix qui laisse entendre dans le son qui ne signifie rien (mais qui fait signifier au sujet et la loi et le symbolique) la présence du Phallus.20 Le texte produit donc ici une phalophanie, en réussissant, de ce fait, et pour l'instant, la référence du/ au Nom du Père, - ce qui peut lui permettre d'affirmer la vérité de la loi qu'il est en train d'inaugurer. Le héros est donc pris, comme il se doit, à cet instant où la loi est dite, pour le Père Mort, c'est-à-dire, pour le Père Symbolique. Il y a d'autres éléments qui confirment la "vérité" de cette référence : le sacrifice de la femme (c'est-à-dire la transformation des liens de chair en signifiant21), et la nomination (Ramiro, désormais, dans le Livro Velho, est celui qui donne le nom et à sa nouvelle femme et aux enfants qu'il aura d'elle, - bien que là on puisse soupçonner la père-version c'est déjà le Père Idéal qui s'affirme, celui qui a toutes les femmes et qui est femme).

496.2. Si on est ici bien loin de la saga (d'ailleurs un mot qui ne fait de sens que situé dans la "langue" du théoricien) et si la généalogie n'est pas tout à fait "une occupation de l'esprit qui a trait à la famille et au clan" (on est en train, justement, d'abandonner cette structure de parenté), on n'a pas moins devant les yeux la construction "de tout un univers autour d'un arbre généalogique" (Jolies, 1972 : 69-70). Les nobiliaires sont, donc, une concrétisation historique de cette forme simple, pour laquelle Jolies n'avait dans l'histoire de sa langue que le mot de saga. Sa parenté avec l'épique est évidente : dans les deux cas il y a lieu à la représentation de la totalité des objets (un "arbre-univers" dans les écrits généalogiques).

506.3. R. Hovard Bloch nous dit que la famille, du fait "de la transmission intégrale du patronymique et du titre" finit pour se présenter comme "une série linéaire de figures homonymiques, à la source desquelles était le nom du père (pater), qui se fondait avec le nom de la terre (patria, proprietas) (Bloch, 1983 : 79). La narration semble surgir, donc, quand le continuum de la lignée subit une interruption. La femme est l'événement qui lacère cette continuité. Et, dès qu'il y a rupture, une nouvelle branche, ou une nouvelle lignée s'inaugure. D'ailleurs, ce continuum a été, déjà et depuis toujours, rompu, car aucun de ses instants ne cesse de manquer l'origine en tant que fusion du père et de la mère (pater et patria ou proprietas) Ainsi, l'écrit généalogique place à l'origine le père mythique (le père-femme). Quand la généalogie re-commence, cela peut devenir très spécialement visible. Par exemple, dans les versions portugaises, Ramiro est celui que la narration a qualifié pour donner le nom à sa femme.

516.4. Pour Saint Augustin, "la génération [était...] conçue comme un problème d interpretation (Bloch 1983 : 34), - et, pour Saint Jérôme, il y avait tellement d'imbrication entre signification et génération que la "nomination propre [était] l'équivalent d'un programme généalogique" (idem : 33) De ce fait, changer le nom devenait récrire le futur.

  • 22 Nous citerons simplement l'amour par oui-dire, et l'explication du nom d'Artiga, singulièrement pr (...)

52Dans le Livro do Conde Dom Pedro, ou la réponse dominante à la question posée par la jouissance féminine est très précisément courtoise22, Ramiro est assisté par le mage Amao / Salomon / Merlin. Celui-ci, qui a deux pères (le diable et le bon Dieu), est son double, et par son intermédiaire, Ramiro, homme et femme, devient "le gardien de la généalogie" (idem : 212) et reste en charge du "contrôle visionnaire des relations paternelles" (idem : 213). En fait, par le changement du nom, Amio prédit que Artiga sera le modèle de toutes les vertus (la bonne mère, enfin !), et qu'elle sera à l'origine d'une lignée excellente.

53On peut dire qu'avec le rachat courtois de la femme, Salomon est ausi racheté, et qu'il rentre en possession de sa "sagesse".

ADDENDA

54Nous avions supposé que le texte du Livro Velho avait imposé la forme de la narratio breuis à une chanson de geste courte, peut-être "biographique". C'est cette chanson de geste que nous essayons maintenant de restituer, en ayant, parfois, recours au Livro do Conde Dom Pedro :

(.......................)
E foi-lha filhar em Salvaterra no logo que chamam Myer
e adusse-a para Gaya que era seu castelo
e quando veio rey Ramiro nao achou a sa molher,
e enviou por seu filho dom Ordonho e enviou por vassalos [seus

e fretou sas naves e meteu-se em elas
e a Sanhoane d'Afurada aportar veio.
E pois que a nave entrou a foz cobrio-a de panos verdes
em ta ! guiza que cuidassem que ramos eram.
ca entonce de uma parte e da outra
Douro d'arvores era
[cuberto.

E esse rei Ramiro vestio-se em panos de veleto
e sa espada e seu corno levou com el
e falou com seu filho e com seus vassalos [e vos direi] :
que quando ou vissem seu corno que todos lhe acorressem
e que todos pela ribeira per antre as arvores jouvessem,
fora poucos que ficassem na nave para mantè-la.
E el foi-se estar a uma fonte que do castelo estava perto.
E Abencadão era fora do castelo
e seu monte contra Alfao fora correr.

E levantou-se pela menha uma donzela que servia a rainha
que lhe fosse pola agoa para as maos ; e havia nome Ortiga.
E ela na fonte achou jazendo rei Ramiro
e nom o conheceo e el pedio-lhe d'agoa pela aravia.

E aquela donzela deu-lha por um a[ce] tre
e rei Ramiro meteo na boca um camafeo
que havia partido pela meadade com a rainha sa molher
e deu-se a beber e deitou no a [ce] tre o anel.
E a donzela foi-se e a agoa à rainha deo
e cahio-lhe o anel na mão e ela logo o conheceo
e perguntou quem achara na fonte e ella respondeu que
[non era i ninguem.

A rainha disse que lho nom negasse ca lhe faria bem e
[merce.
e ela lhe disse entom que achara um mouro lazarado e doente
e que lhe pedira d'agora que bebesse e ela que lha dera.
E entonce lhe disse a rainha que fosse por ele
e se o iachasse que lho adussesse.
E a donzela foi por el e disse-lhe ca lhe mandavadizer
a rainha sa senhora que fosse a ela
e el entrando pela porta do paco a rainha conheceo-o.
E disse-lhe a rainha : "Rei Ramiro quem te adusse aqui ? "
"Ca, o teu amor". E ela lhe disse que a morrer vinha.
E ei lhe responded "Ca, pequena maravilha. "

E ela disse à donzela que na camara o metesse
e que lhe não desse que comesse nem que bebesse.
E sem mandado da rainha a donzela pensou del.
E chegou Abencadão el na camara jazendo
e que jantasse entonces lhe deram
e foi-se para a rainha despois de comer.

E desque fizeram seu plazer disse a rainha :
"Se tivesses aqui rei Ramiro que lhe farias ? "
O mouro entom respondeu : "O que el a mi faria
com [grandes tormentos o matarial].
Entom a rainha chamou Ortiga
que lho adussesse e ela fez assi.
E o Mouro lhe disse : "A que vieste aqui ? "
E lhe disse entom el rei Ramiro :
" Ver minha molher que me filhaste a torto vim
ca havias comigo tregoas e nom me catava de ti. "
"Vieste a morrer mas perguntar te queria :
se me tivesses em Mier que morte me darias ? "
El rei Ramiro era mui faminto e disse-lhe assi :
Um capão assado e uma regueifa te daria
e faria-te tudd comer e em cima dar-te-hia
em [um] a c[o] pa que bebesses chea de vinho.
Portas do meu curral em cima abrira,
[portas do meu curral, que é logo de grande ouvida]
e todas minhas gentes chamar faria
que viessem ver como morrias
e em um padrao faria-te sobir
e faria-te tanger o corno até que o fôlego te i saisse.

Respondeu Abencadão "Essa morte dar-te quero".
E feze-o sobir em um padrão que entom i era.
E começou rei Ramiro entom seu corno tanger
e começou a chamar pelo corno sa gente
que lhe acorressem, ca agora havia tempo.
E o filho. como ouvio, acorreo-lhe
e meteram-se pela porta do castelo
e el deceu-se do padrom e veio contra eles
e tirou sa espada da bainha [e vos direi que fez :
e deu com ela a Abencadão per cima da cabeça
que ate aos peitos o fendeu
e mataram todos os mouros que no curral eram]
e nom ficou pedra sobre pedra
em essa vila de Gaia que tudo nom fosse em terra.
E filhou rei Ramiro sa molher com sas donzelas
e quanto haver ahi achou e nanave meteo.

E quando foram a Foz d'Ancora amarraram as barcas
e comeram i muito e muito i folgaram
[porque aqueles dias haviam muito trabalhado].
E dom Ramiro [foi-sel à rainha e deitou-se-lhe a dormir no
[regaço
e a rainha entom filhou-se a chorar
e caerom pelo rosto a dom Ramiro sas lagrimas
e el espertou-se e disse-lhe porque chorava.
E ela disse : "Choro por o mui bom mouro que mataste ".
E entom o filho que andava i na nave
ouvio aquela palavra que dissera sa madre
e disse : "Padre, nom levemos connonsco o demo maís".
Entom rei Ramiro filhou uma mó que trazia na nave
e ligou-lha na garganta e anchorou-ha no mar.
E des aquela hora Foz d'Ancora i chamaram.

Este Ramiro foi-se a Mier e fez sa corte
(..................................................................................)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

A

Piel, Joseph & Mattoso, José (1980) Portugaliæ Monumenta Historica, A Sæculo Octavo Post Christum Usque Ad Quintumdecimum Iussu Academiæ Scientiarum Olisiponensis Edita. Nova Série. Livros Velhos de Linhagens,2 Vols., Lisboa.

B

Alvar. Carlos, (1981) "Introducción" in Épic Española Medieval, edicion pre parada por Manuel Alvar, Madrid, Editora Nacional

Bédier, J. (1927) Les légendes épiques Recherches sur la formation des chansons de geste. 4 vols, Champion. Paris

Bloch, R Howard (1983) Etymologies and Genealogies, a literary anthropology of the French Middle Ages Chicago & London, University of Chicago Press.

Cintra, Luis Filipe Lindley (1967) "Notas à Margem do Romanceiro de Almeida Garrett", separata do Boletim International de Bibliografia Luso-Brasileira, Lisboa.

Duby, Georges (1981) La femme, le chevalier et le prêtre, Paris, Hachette.

Foulché-Delbosc & Krappe, A. Haggarty (1930) "La légende du roi Ramiro", Revue Hispanique, LXXVIII, 174.

Freud, Sigmund (1983) The Interpretation of Dreams, Harmondsworth, Middl., Penguin Books.

Garrett, Almeida (1949) Romanceiro, ed. revista e prefacida por Fernando de Castro Pires de Lima, Porto, Livraria Simóes Lopes.

Huchet, Jean-Charles (1981) "Mariage et amour courtois", Ornicar ?, 24

(1986) L'Amour Discourtois, la "fin'amors" chez les premiers troubadours, Toulouse, Privat.

Jolles, André (1972) Formes Simples, Paris, Editions du Seuil.

Lapa, Manuel Rodrigues (1977) Liçóes de Literature Portuguese, Época Medieval, Coimbra, Coimbra Editora Limitada.

Mattoso, José (1983) Narratives dos Livres de Linhagens, selecção, introdução e comentários por-, Lisboa, Imprensa Nacional-Casa da Moeda.

(1985) Portugal Medieval, novas interpretaçoes. Lisboa, Imprensa Nacional-Casa da Moeda.

Menéndez Pidal, Ramón (1951) "Em torno a Miragaia de Almeida Garrett", in De Primitiva Lirica Española y Antigua Épica, Buenos Aires, Coi. Austral.

Paris, Gaston (1880) "La légende de la femme de Salomon", Romania, IX.

Picone, Michelangelo (1985) "Introduzione" in Picone (a cura di) Il Raconto, Bologna, Il Mulino.

Roncaglia, Aurelio (1986) "Come si presenta oggi il problema delle canzioni di gesta" in Limentani & Infurna (a cura di) L'Epica, Bologna, Il Mulino.

Rossi, Luciano (1979) A Literatura Novelística na Idade Média Portuguesa, Lisboa, Instituto de Cultura Portuguesa.

Rychner, J. (1960) Contribution à l'étude des fabliaux, Genève, Droz.

Saraiva. António José (1984) A Cultura em Portugal, Teoria e História, Livro II, Primeira Época : a Formação, Lisboa, Livraria Bertrand.

Notes

1 Nous citons le texte de l'édition de 1848 du Romanceiro. Dans la première édition de 1828. Garret supposait qu'il n'y en avait que deux exemplaires dans tout le Portugal, datait le document du xviième siècle, disait qu'il donnait Gaia comme titre, qu'il s'agissait d'un feuillet in quarto et qu'il avait été imprimé i Porto. Ensuite il reproduisait une strophe et demie du poème. Le texte reproduit était bien révélateur : il ne s'agissait pas d'un romance, mais d'un poème héroïque, en oitavas fabriquées, oh combien frustement, en suivant la manière de Camoëns.

2 Le titre participe de la réclame et de l'annonce publicitaire et il a une fonction cataphorique plus qu'évidente : hyperbolisée. Il s'agit d'aiguiser l'appétit du destinataire, situé probablement dans le circuit oral de la communication littéraire. Et on ne doit pas oublier que le Baroque (du moins, péninsulaire) est la première manifestation occidentale de la littérature de masses. Il y a la un résumé du texte qui anticipe son thème : "Brève compilation et traité i nouveau fait et tiré des antiquités d'Espagne. Où l'on traite comme le Roi Almançor est mort au Portugal, près de la ville de Porto, dans le lieu qu'on appelle Gaya, aux mains du roi Ramiro, & de ses hommes, où il a aussi pris et tué sa femme Gaya, qui était avec ce Maure i cause de laquelle ce lieu a reçu son nom. Fait par Ioam Vaz naturel de la ville de Evora... "

3 En effet, Teófilo Braga crée des expectatives dans le titre auxquelles le texte va entièrement déroger : non seulement il prend, pour ainsi dire, la matière pour le genre, mais encore il n'accomplira rien de ce qu'il se proposait de faire.

4 "Vila Nova de Gaia. Romance par João Vaz de Evora. Publié selon l'édition de 1630 et accompagné d'une étude sur la transformation du romance anonyme en romance littéraire".

5 Non seulement il a été publié en Italie, par João Batista Lavanha, et reédité à Lisbonne, mais il a été aussi deui fois traduit en castillan. Et la matière a connu un succès qui dépasse le poème de João Vaz. Outre ce texte, elle a été transcrite par F. Bernardo de Brito dans sa Monarquia Lusitana (1609) et constitue un des épisodes du poème épique Hespanha Libertada, de D. Bernarda Ferreira de Lacerda (1618).

6 La narrative est nettement œdipienne : sa prétention à faire comme le père (comme le roi) est punie. On peut dire que Garrett, avec et dans cette narration, a réussi à s'approprier ce qu'à l'origine lui a été défendu. Ce texte, en tant qu'affirmation "virile", serait la métaphore et le substitut de la corne de Ramiro qu'il n'a pas pu jouer, sur le haut de la muraille, sans que s'ensuivisse la désapprobation énergique de son père. Entre lui et la mère, le texte nous propose l'absence d'obstacles, la muraille enfin surmontée. On est même, il nous semble, en droit de se demander, à propos de ces "yeux fermés", qui est prié de les fermer (ou s'il ne s'agit pas des yeux du père, enfin mort). La petite préface serait donc, déjà, une lecture de la légende et de sa dimension œdipienne et "généalogique" : Garrett y arriverait à faire coincider, comme à l'origine, dans la narration généalogique, pater et patria (ou proprietas). Et on ne doit pas oublier que le nom Garrett n'était pas celui du père. Ce fut Garrett qui l'ajouta.

7 Il manifeste ainsi la volonté de faire romance. En effet, en éliminant l'enchanteur Amão, Garrett reproduisait l'absence de ce type de merveilleux dans les littératures populaires de la Péninsule. D'ailleurs, il n'acceptait pas la primitivité du romance A Nau Catrineta. "parce qu'il y avait en lui un combat entre des anges et des démons" (Menéndez Pidal, 1931 : 130).

8 L'étymologie a eu toujours une très grande importance dans l'Encyclopédie : dans la culture des clercs au Moyen Age elle était, sans doute, à la base "de toute connaissance pratique du monde" (Bloch, 1983 : 55), - et, bien qu'elle ait perdu l'importance que l'on y réservait, elle l'a, toutefois, conservée dans les cultures populaires.

9 C'est là la seule étymologie présente aussi bien dans le Livro Velho de Linhagens que dans le Livro de Linhagens do Conde Dom Pedro.

10 Dans le cas du Raoul de Cambrai, par exemple, comment était-il possible que vers 1180, le poète possédât des notions historiques relatives à l'an 943 (cf. Bédier, 1927).

11 Il suffit de relire ce qu'il dit à propos de la version de la légende où les évènements sont placés à Avila. Etant donné que le protagoniste de l'histoire avait vécu au xième siècle, et que l'histoire avait été écrite vers 1260, on aurait là la preuve "que la légende portugaise aurait eu une large élaboration traditionnelle antérieure aux deux textes des nobiliaires connus" (vd. supra).

12 "Qui [étaient], au xiième siècle les plus représentatives de la haute aristocratie portugaise, celles qui avaient joué les rôles les plus importants dans la formation de la nationalité, et qui avaient occupé les charges politiques déterminantes pendant les royaumes de Afonso Henriques e Sancho I. Cependant, au moment ou le livre a été rédigé leur décadence commençait" (Mattoso, 1985 : 311). On doit remarquer que l'auteur du livre se proposait d'éclaircir "l'ascendance de la noblesse principale du pays, en l'associant (...) à cinq lignages fondamentaux" (idem : idem).

13 On doit dire que le professeur Mattoso classifie les narratives des nobiliaires selon certaines catégories. Il y aurait cinq narratives de type "romanesque", dont Miragaia. Tout comme Garrett, il construit ses jugements critiques en prenant le sujet pour le genre. Il subit les effets de l'illusion de sa propre "grammaire" (qui rapproche, grâce à l'homophonie et à la répétition, romance, romancero, et différentes acceptions de romanesque, - utilisées, ou bien comme si le mot pouvait être une sorte de synonyme "universel" (s appropriant, par exemple, la nouvelle), ou bien comme si dans l'usage du nom il n'était question que d'une seule acception (la quidditas des romances) (cf. Mattoso, 1983 : 45 a 48). En plus, il nous dit que cet ensemble remet en question la théorie de Ramon Menéndez Pidal sur l'origine du romance, "probleme, qui aux débuts du siècle, a opposé Carolina Michaélis de Vasconcelos e Ramon Menéndez Pidal. (...) a triomphé la thèse de ce dernier, selon laquelle, les romances populaires auraient un caractère tardif, dérivé de l'épique et proviendraient de Castille, comme les chansons de geste. Les textes mentionnés, l'un desquels, pour le moins, a eu une forme poétique, ne favorisent pas cette thèse" (Mattoso, 1985 : 316). Comme l'on peut voir, le texte du professeur Mattoso, entre les pages 316 et 322, a déjà résolu la question : la légende de l'origine des Maias, maintenant s'appelle Miragaia ; Miragaia est un romance que Garrett, l'artiste, s'est mis à perpétuer. Le professeur José Mattoso semble penser que Mme Carolina et Don Ramon se sont battus, au début du siècle, en chevaliers solitaires, sans appuis dans la théorie et dans la communauté scientifique, autour d'un problème, lui-même isolé, que 1 on résoudrait en ferraillant avec des faits. Et il n'y a pas de doute que M me Carolina vaincra maintenant, à l'aide du fait nouveau que le professeur José Mattoso lui apporte. En fait. Mme Carolina s'appuyait sur le prétendu génie lyrique des portugais, bien sûr, et probablement sur Gaston Paris, pour qui, à l'origine de l'épique était "l'agrégation progressive de rapsodies épico-lyriques (Roncaglia, 1986 : 122) - le lyrisme serait, donc, antérieur à la chanson de geste. Le professeur José Mattoso est, ainsi, en train de rééditer, à son insu, quelque chose comme les cantilenae. D'autre part, et il nous semble que c'est vraiment là, que réside le noeud de la question, on ne peut pas accepter, avec toutes ses conséquences, l'hypothèse, brillante à tous les égards, des poèmes heroïques, produits dans le cercle familial, et, en même temps, accepter aussi, avec toutes ses conséquences, cette hypothèse peu sérieuse du romance romanesque.

14 Le professeur José Mattoso est spécialement sensible (il s'agit d'une sensibilité théoriquement informée) à la dimension bâtard / enfant trouvé du roman familial. Cette dimension nous semble ici particulièrement pertinente. Martim Gil n'y par-ticipera-t-il par son désir d'intégrer une origine plus prestigieuse ? Et le troubadour (Estêvao Anes da Gaia probablement) n'aurait-il insinué, dans le texte glorificateur de la famille son propre nom comme un cognomen, c'est-à-dire, à la fois toponymique et patronymique (G/Maia). - et en s intégrant, de cette façon, à la famille, en tant que "groupe éponymiquement unifié" (Bloch, 1983 :79).

15 Gaston Paris cite, outre le poème allemand de Salomon et Morolt, "faiblement imité dans le Bastart de Buillon", l'Elie de Saint Gille, qui révèle une connaissance parfaite de la légende : "Salemon si prist feme, dont sovent me ramembre : / Quatre jors se fist morte en son palais meesme, / Que onques ne croula ne puing ne pié ne membre ; / Puis en fist uns vassaus toute sa consienche, / Par le foi que vous doi, foie cose est de feme ! / Certes, con plus le garde, donques le perte on sempre". Et un certain Blasme des femmes, encore plus sententieux : "N'est pas sage qui femme croit. / Morte ou vive, qui qu'elle soit. / Car li sages reis Salomon, / Qui de sen out si grant renom / Que plus sage de li ne fu, / Fut par sa femme deceu".

16 "L'Espagne, a été (...) la voie la plus importante pour la migration dans l'Europe des narrations orientales, organisées dans un cadre" (Picone, 1985 : 46). La première version moderne du Livre de Sindibad est castillane (elle est l'équivalent du Dolophatos pour la "branche" occidentale). Et l'on ne doit pas oublier la Historia de los Siete Sabios. à laquelle on a donné, aussi, le titre, plus moderne, mais entièrement pertinent, de Libro de los Engaños e los Asayamientos de las Mugeres.

17 "D'après le poème allemand Salman und Marolf, il fait, d'abord, la connaissance de la soeur de Fore, qui s'éprend de la beauté de l'étranger. Comme la servante de la reine dans la version écourtée du conte portugais, elle aide Salomon, quand il est le prisonnier de Fore, - et, après la mort de la reine, elle l'épousera aussi" (Menéndez Pidal : idem).

18 Là, une remarque s'impose. Ce "ravissement" est bien le fait du fils. C'est le cas de Martin Gil de Riba de Vizela qui fait de sa filiation un ravissement, en s appropriant le rang du père de sa mère (et, de ce fait, sa propre mère).

19 Il y a aussi Garci Fernandez qui se cache sous lé lit des "amants".

20 Pas de doute qu'ici Ramiro fait le coq. Dans la "langue" de ces textes portugais, il existe l'expression chant de coq" (can tarde galo), comme affirmation d'un pouvoir ("pendant qu il habita à Tebia et à Pessegueiros, il n'y chanta d'autre coq que celui qu'il ordonna" (Piel & Mattoso, 1980 : 233).

21 Le fils de Ramiro, Ordonho, rejette sa mère, et refuse d'hériter d'elle. Du moins, nous pouvons, il nous semble, interpréter le texte du Livro do Conde Dom Pedro, de cette façon, quand il nous est dit qu'à cause du "méchant mot" qu'il a dit contre sa mère Ordonho a perdu le comté de Castille.

22 Nous citerons simplement l'amour par oui-dire, et l'explication du nom d'Artiga, singulièrement proche d'un vers de Rui Pais de Ribela, où midons est comme "un rubis parmi les pierres".

Auteur

Universite du Minho-Braga

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter