Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

Un rapport dramatique mère/enfant dans le récit médiéval : la mère dénonciatrice du crime

Régine Colliot

Texte intégral

1Le personnage de la mère apparaît dans un nombre assez important de récits médiévaux en femme qui connait et dénonce un crime caché, ignoré de son interlocuteur, crime passé ou même futur ; le crime dort en effet dans l'ombre du temps écoulé, et ses effets se prolongent alors dans le présent, l'atteignant comme une souillure, ou bien il est contenu en puissance dans l'avenir, et la mère est alors prophétesse.

2Dans les divers récits que nous allons envisager, la mère parle toujours dans un rapport avec son enfant, presque toujours un fils, parfois une fille. La dénonciation du crime établit donc un rapport mère/fils (ou fille) rapport mettant au jour la vérité, une vérité terrible. Quand elle parle au terme d'une recherche en culpabilité, ce n'est pas toujours la mère qui a déclenché l'enquête sur le crime, mais souvent le fils ; cependant c'est la mère qui éclaircit l'énigme devant le fils anxieux. La vérité éclate à travers l'amour souffrant de part et d'autre. Un examen plus rapproché de certains exemples narratifs permettra d'enrichir ces premières constatations.

  • 1 Robert le Diable, roman d'aventures publié par E. Löseth, S.A.T.A.F., Paris, 1903. Les citations d (...)

3L'intrigue de Robert le Diable1 fournit une illustration simple et claire de la situation étudiée ; à un tournant du récit, Robert va forcer sa mère à confesser les circonstances de sa propre naissance en utilisant une violence à la fois morale et physique : la mère est contrainte à l'aveu par la force. On sait qu'après s'être conduit en brute sanguinaire la première partie de sa vie, tout en restant lucide sur des forfaits qu'il commet presque absent de lui-même, le dernier crime de Robert est l'anéantissement d'une abbaye de nonnes près d'Arques :

Robert en ochist de ses mains
Plus de cinquante des plus bêles ;
Le fer lor met ens es mameles,
Si les ochist et si les tue.
Puis prent le feu, par tout le rue,
S'art le dortoir et les estables,
Si com li fist faire diables. v. 344-50

4Alors Robert conçoit soudain des doutes sur l'origine de sa vocation au mal : pourquoi cette attirance pour le massacre et les supplices ?

"Por coi je sui si ypocrites
Et si plains de male aventure,
Que veïr ne puis creature
Qui a Dieu monte, mal ne fache". v. 416-19

5Pris d'une sorte de frénésie, il monte au château d'Arques, trouve sa mère dans la grande salle ;

Maintenant...
Pense que cele mesestanche
Li soit venue de naissanche,
Et que coupes i ait sa mere.
N'i a puis gaires aresté :
Tout droit en la chanbre s'en vait. v. 383-87

6Dès qu'il aperçoit la duchesse, il tire son épée : "clère et tranchante" dit le texte (v. 403) et la brandit sur la tête de sa mère. Epouvantée, elle l'interroge : pourquoi

Me veux tu livrer a martire ? v. 409

7Elle croit en effet sa dernière heure venue ; Robert s'explique : il veut connaître le secret de sa nature, cette nature "ypocrite" dit-il, pourquoi il est : "plains de male aventure" (v. 415) pourquoi ce déchaînement contre toute créature vouée à Dieu ? Que sa mère parle, et sur le champ, ou elle mourra :

Tost vous esteut dire,
U tot hastivement morés. v. 410-11

8La duchesse tente d'abord de se dérober, mais les menaces de son fils redoublent

... Se vous i mentés granment,
Ceste espée tranchant et bele
Ferai je boire en vo cervele. v. 426-28

9Alors la duchesse épouvantée

Li reconte par grant paour
De sanaissanche toute l'evre. v. 430-31

10Robert est né par l'intervention du Diable, auquel la Duchesse avait adressé d'ardentes prières, après avoir renié Dieu. Robert apprenant la vérité sur lui-même, est désespéré :

si ot grant ire
De chou que sa mere li conte
A grant deul mont et a grant honte
Il en pleure mout tenrement. v. 444-47

11Il annonce à sa mère leur séparation immédiate

or est li termes
Que de vous me couvient partir. v. 448-49

12Mais il ne se livre à aucun reproche, il s'enfuit loin d'elle et ne la reverra plus. Après l'établissement de la vérité le rapport mère/fils est définitivement brisé, après qu'il a atteint l'intensité maximale, avec utilisation de la contrainte pour forcer le secret. C'est, dans ce premier cas, la mère qui a commis le crime initial, rejaillissant sur le fils.

  • 2 Le Dit de Robert le Diable zum ersten Male nach den drei Handschriften der Pariser Bibliot. kritsc (...)

13Adolf Tobler dans la Préface de son édition de Halle (1895)2 rappelait "la ressemblance de la scène où Robert menace sa mère avec celle où Hamlet accable de reproches la sienne. (L'histoire de Robert le Diable constituant une variante du Conte populaire du Teigneux rapporté par Cosquin, sous le titre "Le fils du Diable"). Dans Hamlet le prince veut contraindre sa mère à avouer une conduite criminelle (il la soupçonne d'avoir participé au meurtre de son mari, ce qui n'est pas). Mais le rapport mère-fils dans Hamlet se complique d'un interdit sexuel et freudien projeté par le fils sur sa mère ; Hamlet ne peut accepter mentalement le remariage de sa mère avec son beau-frère : il y voit un véritable inceste qu'il dénonce, se délivrant ainsi secrètement de sa propre attirance à l'égard de sa mère. Ce qu'il veut, c'est éveiller par la violence le remords de cette union dans l'âme de Gertrude et la contraindre moralement à éviter Claudius. On se rappelle le dialogue fameux :

  • 3 Œuvres complètes de Shakespeare, publiées sous la direction de Pierre Leyris et Henri Evans, after (...)

Cessez de vous tordre les mains, asseyez vous, taisez vous
Que je vous torde le cœur, car j'y parviendrai
S'il est d'une matière un peu malléable
Et s'il n'est pas devenu dans la pratique du crime
Du bronze fortifié contre tout émoi3.

14Bientôt la reine devra reconnaître

  • 4 Op. cit., p. 423.

Tu tournes mon regard vers le fond de mon âme
Et j'y vois de si noires taches, dont la teinte
Ne disparaîtra plus !4

15Et plus tard :

  • 5 Op. cit., p. 423.

Tais toi, tais toi ! Comme autant de poignards
tes mots entrent dans mes oreilles ...5

16Désemparée par les insultes d'Hamlet, la reine reconnait implicitement sa conduite luxurieuse, décrite et stigmatisée par son fils. Dans les deux scènes (Robert le Diable et Hamlet) le crime nait d'un rapport sexuel coupable de la mère dont souffre le fils ; dans les deux scènes, le fils contraint la mère à dénoncer son propre crime : dans cet entretien tragique, transparaît encore l'amour du fils pour la mère et de la mère pour le fils ; ce rapport ambigu est certes plus somptueusement développé dans Hamlet, mais il existe déjà dans Robert le Diable.

17Une contrainte morale d'une autre nature, mais tout aussi forte, s'exerce dans Floire et Blancheflor sur la mère de Floire qui voit son fils prêt à se suicider :

  • 6 Floire et Blancheflor, Publication de la Faculté des Lettres de l'Université de Strasbourg, Editio (...)

Ainz qu'il soit vespres, m'ocirrai
Car des or hé moult ceste vie.
Quant perdu ai ma douce amie.
La moie ame si la sivra ... v. 779-826

18Bientôt Floire saisit un "grefe", un stylet d'argent, dernier cadeau de Blanchefleur et veut s'en percer le cœur : la reine mise en face d'un chantage au suicide ne peut supporter ce spectacle

En son cuer bouter le voloit
Quant la reine s'aperçoit ;
Seure li court, le grefe prent,
Puis le chastie doucement ...
... por morir
Ne poïst plus ce duel sofrir. v. 806-811

19Elle se décide alors à demander au Roi de pouvoir révéler à Floire le piège de mensonges disposé autour des amants

"Dirons li donc, biau sire ? - Oi nous."
La mere s'en depart errant :
Puis retourne arriere a l'enfant :
"Biau fiuz, fet ele, par engien
Par le ton pere et par le mien,
Feismes nous ce tombel ci.
N'est pas morte, mes tot einsi
Voulions que tu l'oubliasses
Et de ton parage espousasses
Fame, la fille d'aucun roy ... v. 857-866

En autres terres l'ont menee
Marcheanz qui l'ont achetée ... v. 872-73

20Ainsi la machination criminelle est confessée ; Floire décide aussitôt de partir à la recherche de Blanchefor et de la retrouver, convaincu par le geste de sa mère qui lui découvre le tombeau vide, geste d'aveu parfait en l'occurrence. Le roi essaie en vain de retenir son fils

"Fiuz, dist li rois, car remanez !
- Pere, dist il, por qu'en parlez ?
Con plus mon aler hasterez,
et moi et lui plus tost ravrez". v. 920-23

21Floire semble avoir totalement oublié ses parents dès l'instant qu'il sait Blanchefleur vivante et ils mourront sans l'avoir revu ; le crime confessé, la séparation est immédiate et définitive ; à long terme, l'aveu débouche sur la mort solitaire des parents, et sur une révolution dans la vie du fils, analogue à une seconde naissance.

22Différente encore dans sa nature, mais tout aussi terrible apparaît la dénonciation du crime futur de Raoul de Cambrai par sa mère Aélis. Il s'agit ici d'une prédiction, et le crime, celui du fils doublé par celui de la mère (car la malédiction qu'Aélis prononce contre Raoul est un véritable crime) est projeté dans l'avenir. La mère dénonciatrice est devineresse.

  • 7 Raoul de Cambrai, Chanson de geste du xiiie siècle adaptée par Paul Tuffrau, Paris, 1924, p. 45.

23Rappelons le discours d'Aélis à Raoul dans l'adaptation de Paul Tuffrau7 : "Les gens d'Herbert sont de bons combattants. Ils te tueront, je le sens. Ils enfonceront leurs épées dans ta poitrine et te creveront le cœur. Et tu mourras avec le péché dans le ventre, ayant détruit des moutiers et des chapelles, pillé des villes, brûlé des métairies et dispersé dans les bois la pauvre gent de Dieu ! ". Et parlant de Bernier, elle précise : "Raoul, c'est lui qui te tuera".

  • 8 Op. cit., p. 46 et P. Meyer et A. Longnon, S.A.T.A.F. Paris 1882, v. 1099-1107.
  • 9 Op. cit., p. 47. Rappelons le texte même de la Chanson :
    "Par Damesdieu, qui doit tous nous juger,
    N (...)

24A cette peinture accusatrice de l'avenir, Raoul, qui la pressent exacte, répond par des insultes : "Malheur à l'homme qui vient prendre au moment de combattre l'avis des femmes !... Retournez dans vos chambres, allez-y boire pour engraisser votre panse ! Songez à bien manger : c'est de cela seul que vous avez droit de parler et pas d'autre chose !"8. C'est reconnaître justement la valeur dénonciatrice de la Parole, et la crainte qu'elle peut infléchir l'avenir. Aélis va corroborer aussitôt cette croyance en ajoutant la malédiction à la prophétie : "Tu m'outrages, mauvais fils ; fasse le Seigneur Dieu dans le Ciel que tu ne reviennes de cette guerre ni sain, ni sauf, ni entier !"9. Dans ce dialogue se libèrent plusieurs élans du discours dramatique : dénonciation du crime futur, vœu à Dieu du châtiment du fils pourtant Bien-Aimé, mots injurieux du fils à la mère. L'un et l'autre se quittent sachant que la prédiction de la mère se réalisera. La mort de Raoul sera la conclusion à long terme de cet entretien. L'amour trahi joue son rôle de part et d'autre dans l'échange des accusations.

25Le même motif de la dénonciation du crime futur sera utilisé dans la tirade fameuse prêtée par Racine à Agrippine dans son Britannicus : les circonstances de l'action offrent beaucoup de similitudes avec celles de Raoul de Cambrai : la mère attend de l'avenir les crimes perpétrés par le fils, et le voue au châtiment céleste :

  • 10 Racine, Britannicus, texte de l'Edition des Grands Ecrivains de la France, Edition Vaubourdolle, P (...)

Tes remords te suivront comme autant de furies
Tu croiras les calmer par d'autres barbaries,
Ta fureur, s'irritant soi même dans son cours
D'un sang toujours nouveau marquera tous tes jours ;
Mais j'espère qu'enfin le ciel, las de tes crimes,
Ajoutera ta perte à tant d'autres victimes ...
Voilà ce que mon cœur se présage de toi ...
v. 1683-88 et v. 169310

26Le fils ne pourra pas s'évader du cycle des assassinats, le ciel fera s'abattre la punition sur le criminel, la mère prévoit ce tragique dénouement, qu'elle corrobore par sa malédiction.

  • 11 Les Romans de Chrétien de Troyes, d'après la copie de Guiot, Le Conte du Graal (Perceval) publié p (...)
  • 12 Emma Jung, Marie Louise von Franz, La légende du Graal, Collection Sciences et Symboles (édition o (...)
  • 13 Chrétien de Troyes, Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Lucien F (...)

27Dans la suite des aventures de Perceval vécues dans le conte du Graal11, une rencontre est particulièrement significative dans le cadre de notre enquête c'est celle de sa Cousine, qui a lieu juste après l'échec du héros au château du Graal : nous nous inspirons des remarques d'Emma Jung, l'épouse de Carl Gustav Jung, le disciple de Freud dans le livre La Légende du Graal, collection Sciences et Symboles, livre écrit à la lumière de la Psychologie des Profondeurs de C. G. Jung. La rencontre est décisive : la jeune femme, proche parente de Perceval (elle est sa cousine germaine) messagère pour ainsi dire de la mère du jeune homme, sait tout de son enfance, lui apprend la mort de sa mère, ses obsèques auxquelles elle était présente, et elle établit un lien étroit entre la mort de la mère, le péché de Perceval, et son échec au château du Graal. Cette jeune Cousine est une émanation de la mère morte, son double en quelque sorte. Emma Jung écrit : "La jeune femme qui tient l'homme mort sur ses genoux évoque l'image d'une Pieta. Elle représente la mère souffrante pleurant son Fils Amant Divin, c'est-à-dire cet aspect de Perceval ... qui le destinait à devenir une figure du Christ ou du Rédempteur"12. Selon Emma Jung la figure de la cousine est une représentation de l'Anima, puissance divinatrice et intuitive de l'Ame qui aide au processus d'individuation. C'est pourquoi à son contact Perceval découvre son nom, et nait concrètement au monde des chevaliers d'Arthur. C'est la cousine qui découvre à Perceval la vérité sur le Château du Graal : "Vous fûtes l'hôte du Riche Roi Pêcheur", son péché dans ce même château : "Malheureux Perceval, comme il t'est mésavenu de n'avoir pas posé ces questions ! ... Mais maintenant sache qu'il en coûtera cher à autrui et à toi". Son péché antérieur envers sa mère : "C'est ton péché qui en est la cause, car tu as fait mourir ta mère de douleur"13. L'enchaînement donc de ses fautes, la connaissance intérieure et cachée qu'elle a de lui : "Je te connais mieux que tu ne me connais : tu ne sais pas qui je suis". Ceci est en effet une définition de l'Anima et de son pouvoir, puisque mis en contact avec elle, Perceval découvre soudain son nom, aussitôt corrigé par son interlocutrice en Perceval l'Infortuné ; le péché de Perceval étant l'indifférence, l'inhumanité. Comme la comtesse Aélis pour Raoul de Cambrai la Cousine attache une malédiction au nom de Perceval (Paule Le Rider) :

  • 14 Edition Félix Lecoy, tome I, p. 113 et Paule Le Rider, Le Chevalier dans le Conte du Graal, S.E.D. (...)

Or saches bien que enui
En avandra toi et autrui, v. 3577-7814

28Perceval s'éloigne : il quitte la Cousine-mère, après avoir découvert une partie de "sa vérité". Désormais il abandonne le souvenir de sa mère morte, comme nous avons vu les autres fils quitter leurs mères après avoir été éclairés par elles sur ce qu'ils sont.

  • 15 Emma Jung, Marie Louise von Franz, La légende du Graal, op. cit., p. 63.

29Sur les résultats de la visite de Perceval au château du Graal nous relevons ces quelques lignes d'Emma Jung : "Il pourrait sembler paradoxal que Perceval rencontre précisément le père, la masculinité, l'impulsion à la réalisation de la conscience dans le domaine maternel de l'inconscient auquel appartient le Château du Graal. L'épisode au cours duquel la Porteuse du Graal lui transmet l'épée illustre la même idée. Ces exemples montrent clairement que les armes nécessaires à la maîtrise du monde et de la vie sont offertes par l'anima a partir du fond maternel de l'inconscient"15.

  • 16 Op. cit., p. 64.
  • 17 Li chevaliers as deus espees. Altfranzbsischer Abenteuerroman, publié par Wendelin Foerster, Halle (...)

30La Mère et son domaine, l'inconscient réservoir des forces de vie, sont donc capables d'offrir au Fils "le processus d'individuation" nécessaire à l'homme pour toute la conduite de son existence. Mais par une démarche contraire "le moi structuré doit être capable ensuite de faire face au monde intérieur ; si tel n'est pas le cas, il s'expose à être submergé par les contenus de l'inconscient"16. C'est à une évolution semblable que nous fait assister la rencontre, dans le Chevalier aux deux épées17, du héros et de sa mère, la Veuve Dame. Cette évolution se situe à deux niveaux : le premier plan, le plus simple, est celui de la révélation par la mère au fils du crime qui a causé la mort de son père, Bléhéri ; tous deux se différencient des personnages déjà examinés en ce sens qu'ils sont l'un et l'autre tout â fait innocents de ce crime : jusqu'ici, dans ces rencontres dénonciatrices entre mère et fils, toujours l'un des deux, ou les deux, sont coupables. Coupables Robert le Diable et sa mère, la reine Gertrude, et déjà Hamlet qui au cours de ce même entretien tue Polonius, coupable la mère de Floire, et même Perceval. Dans le Mériadeuc, le coupable dénoncé par la mère est Brien de la Gastine, un seigneur félon. Mériadeuc, qui, comme Perceval, n'a pas d'identité (il ignore son nom, il ne connaît pas sa famille) aborde un château inconnu dont il est séparé par un bras d'eau, et y apporte une épée trouvée devant le château, arme étrange, qui, d'après un billet accompagnateur, doit conférer son nom à son possesseur prédestiné : son nom, c'est-à-dire son identité, son individuation, comme dirait Jung. La veuve ne reconnait d'abord pas son fils, élevé à la cour d'Arthur, mais la ressemblance de Mériadeuc avec Bléhéri est telle, que la mère l'identifie bientôt : voilà Mériadeuc reconnu comme fils et substitut du père, puis invité à devenir son Vengeur. La Veuve apprend en effet à Mériadeuc que le vrai meurtrier n'est pas Gauvain comme on le croyait jusqu'ici généralement, mais Brien, chevalier lâche et traître qui a machiné un double piège, tant pour Gauvain que pour Bléhéri.

  • 18 P. Meyer et A. Longnon, Raoul de Cambrai :
    Tout por son pere Taillefer le marchis
    Mist non l'enfant (...)

31On voit donc reparaître dans l'œuvre l'enchaînement des motifs déjà reconnus dans d'autres récits précédents : le fils pris comme substitut du père (ainsi en était-il déjà dans Raoul de Cambrai18 et dans Hamlet) :

Si veoit ke il resambloit
Son seignor de tout si tres bien
Qu'ele ne vit onques mais rien
Que si bien fust a lui samblant. v. 6558-62

32reconnaissance de Mériadeuc comme le fils de la Veuve-Dame

La Dame
Grant demorance pas ne fist
Ains li saut et l'acole et baise ...
Et faisoit joie et si ploroit
Mais li plors est por son seignor
Du fil ot joie la greignor ... v. 6798-806

33absence du nom propre pour le fils tant qu'il n'aura pas vengé son père

Vostre pere me conjura
Ançois ke il partist de vie
Que non ne vous mesise mie
Tant con Briens de la Gastine
Fust mors ... v. 6830-34

34Révélation du nom du meurtrier

... Cil le murdre fist
K'il porchaça sa mort por voir ... v. 6855-56

35Enoncé de la mission du fils, la vengeance, qui, accomplie, lui fera connaître son identité d'homme fait :

Et quel non vous devez avoir
Ne seussiez par rien ki fust,
Et ke par vous Briens eust
De la traison sa saudée ... v. 7096-99

36Départ immédiat du fils pour sa mission et séparation de la mère et du fils

Biax fix, ains arés sejorné
I mois u ij u trois chaiens.
- Merchi, Dame, ce est noiens
De mon sejor a ceste fois
Ne il n'est raisons ne drois
Que je doie ore sejorner. v. 7142-47

37Et Mériadeuc abandonne au moins provisoirement sa mère pour accomplir le meurtre de Brien, muni de ses deux épées, celle offerte par son amie Lore et l'épée sanglante. Autour du motif central de la Mère dénonciatrice, on reconnait un foisonnement d'éléments narratifs secondaires qui reparaissent en annexes pour former le tissu de l'épisode. Le rôle de la mère dans le Mériadeuc est d'établir la vérité sur son fils en tous domaines et de susciter par là même leur séparation : ainsi en était-il pour Robert le Diable, Raoul de Cambrai, Floire, et même Perceval.

38Le Thème de la Mort est lié à la dénonciation du crime par le sujet même de l'entretien, et donner la mort semble nécessaire au jeune héros pour trouver sa physionomie définitive et assumer son individualité : Mériadeuc, on l'a vu, ne connaîtra son nom qu'après avoir tué Brien ; ce sont parfois les parents que la mort frappe après la séparation : ainsi les parents de Floire, ou le fils : Raoul de Cambrai ; à plus long terme, Robert le Diable. Perceval quitte la cousine-Mère pour une série de combats meurtriers préalable à son repentir du Vendredi Saint.

  • 19 Adenet le Roi, Berte as grans piés, édition critique par Albert Henry, Droz, Genève, 1982.

39Mais la présence de la Mort plane de façon encore plus sensible dans la dernière vision d'une mère dénonciatrice que nous évoquerons brièvement : celle de la Reine Blanchefleur dans Berte aus grans piés : on se rappelle la dénonciation pathétique du crime19

Harou ! tray ! traÿ !
Ce n'est mie ma fille, lasse, dolente, ainmi !
C'est la fille Margiste k'avoeques moi norri ;
Murdri m'ont mon enfant, Bertain qui m'amoit si !" v. 2157-60

40La vérité découverte est ici la mort de l'enfant. Et elle réclame immédiatement le châtiment des criminels à son gendre, le roi Pépin, qui tient ici le rôle du fils

Rois, ce n'est pas ma fille qui ci s'estoit couchie,
C'est la fille Margiste, cui li cors Dieu maudie.
Faites aler après, ja s'en sera fuie. Et gardez que sa mere ne vous eschape mie" v. 2171-74

41La dénonciation de Blanchefleur constitue l'Akmè dramatique du récit. La légende de Berte étant, on le sait, une variante du conte folklorique de la Fiancée Substituée, on consate que le motif de la Substitution s'associe souvent à celui de la Dénonciation : Aliste, la fausse Reine, est le sosie et la remplaçante de Berte auprès de son époux : Mériadeuc est le substitut de son père Bléhéri par une ressemblance physique parfaite ; la Cousine est le substitut de la Mère de Perceval ; le Diable est le substitut du Père dans la légende de Robert le Diable et Raoul de Cambrai ressemble merveilleusement à son père Taillefer, pour sa mère il en est le continuateur et le remplaçant. Ainsi, sous une forme ou une autre, le thème de la Substitution est sous-jacent à celui de la Dénonciation, l'enrichissant d'un nouvel arrière plan structurel. Ajoutons que l'action des récits s'infléchit d'une manière déterminante chaque fois qu'elle a lieu. Le Fils se dirige vers un acte sanglant, si ce n'est une série de meurtres : Raoul de Cambrai part pour piller, incendier, tuer, et à la fin périr lui-même, mais il réalise ainsi son destin ; Aélis reprend à son tour le flambeau de la Vengeance après sa mort. Vengeance du père par le fils perpétrée également par Mériadeuc sur Brien de la Gastine ; Vengeance de Blanchefleur et Pépin sur les meurtriers présumés de Berte ; défaite sanglante de l'Orgueilleux de la Lande par Perceval ; Hamlet s'engage dans une longue série de meurtres commis directement ou indirectement ; quant à Floire et Robert le Diable, ils disparaissent et s'effacent loin de leur vie passée et de leurs parents pour qui ils sont véritablement comme morts : après la dénonciation de la mère, le destin des fils prend sa stature définitive et le discours maternel préside, peut-on dire, à une seconde naissance. C'est pourquoi ce motif narratif, dans le cadre des recherches de notre colloque, m'a paru non négligeable.

42Certes, on pourrait mentionner l'action et le dénouement de l'enquête dans la légende d'Oedipe comme source principale de ce motif : mais des différences fondamentales existent. Jocaste ne détient pas la vérité sur son fils ; lors de la recherche d'Oedipe, et quand elle la pressent, elle fait tout pour la dissimuler à son fils, la maintenir dans l'ombre, et écarter la révélation. La vérité jaillit de la confrontation entre le berger et le messager, malgré la mère. Jocaste est éclairée au même moment qu'Œdipe lui-même. Il reste dans le motif médiéval le principe de l'enquête sur soi-même menée par le héros et un sentiment, souvent trouble, mère/fils, analogue dans la situation oedipienne. Mais la ressemblance demeure incomplète, malgré l'élément annexe, très évident, du fils substitué au père, et de l'autopunition du fils, vengeur de son père.

Notes

1 Robert le Diable, roman d'aventures publié par E. Löseth, S.A.T.A.F., Paris, 1903. Les citations du texte sont tirées de cette édition (rédaction A).

2 Le Dit de Robert le Diable zum ersten Male nach den drei Handschriften der Pariser Bibliot. kritsch hgg. dans Abhandlunge Ad. Tobler dargebracht. Halle 1895. Cité par l'édition Lbseth, Introduction, p. xxxiii.

3 Œuvres complètes de Shakespeare, publiées sous la direction de Pierre Leyris et Henri Evans, after The New Shakespeare, edited for the syndics of the Cambridge University Press by Sir Arthur Quiller-Couch and John Dover Wilson. Club Français du Livre, Paris 1957, tome 7, La Tragédie d'Hamlet, p. 419.

4 Op. cit., p. 423.

5 Op. cit., p. 423.

6 Floire et Blancheflor, Publication de la Faculté des Lettres de l'Université de Strasbourg, Edition Margaret M. Pelan, Les Belles Lettres, Paris 1956, p. 24. Citations suivantes : p. 25, 26-27, 28.

7 Raoul de Cambrai, Chanson de geste du xiiie siècle adaptée par Paul Tuffrau, Paris, 1924, p. 45.

8 Op. cit., p. 46 et P. Meyer et A. Longnon, S.A.T.A.F. Paris 1882, v. 1099-1107.

9 Op. cit., p. 47. Rappelons le texte même de la Chanson :
"Par Damesdieu, qui doit tous nous juger,
N'en revien sain ni sauf ni entier".
Par cel maldit ot il tel destorbier
Com vos orez, de la teste tranchier". v. 1131-35
dans l'édition de P. Meyer et A. Longnon, S.A.T.A.F., Paris 1882.
La malédiction d'Aélis est suivie d'un prompt revirement :
Lasse, dolante ! a grant tort l'ai maldi. v. 1146

10 Racine, Britannicus, texte de l'Edition des Grands Ecrivains de la France, Edition Vaubourdolle, Paris, 1 935.

11 Les Romans de Chrétien de Troyes, d'après la copie de Guiot, Le Conte du Graal (Perceval) publié par Félix Lecoy, tomes I et II, Paris, Champion, 1973 et 1975.

12 Emma Jung, Marie Louise von Franz, La légende du Graal, Collection Sciences et Symboles (édition originale allemande : "Die Graalslegende in psychologischer Sicht, Olten, 1980), Paris, 1988, chapitre 9, p. 143.

13 Chrétien de Troyes, Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Lucien Foulet, préface de Mario Roques, Paris, 1974, pp. 83-84.

14 Edition Félix Lecoy, tome I, p. 113 et Paule Le Rider, Le Chevalier dans le Conte du Graal, S.E.D.E.S. Paris 1978, La structure du Perceval, p. 36.

15 Emma Jung, Marie Louise von Franz, La légende du Graal, op. cit., p. 63.

16 Op. cit., p. 64.

17 Li chevaliers as deus espees. Altfranzbsischer Abenteuerroman, publié par Wendelin Foerster, Halle 1877 et Rodopi, Amsterdam, 1966. Toutes les citations sont tirées de cette édition.

18 P. Meyer et A. Longnon, Raoul de Cambrai :
Tout por son pere Taillefer le marchis
Mist non l'enfant R. de Cambresis. v. 82-83

19 Adenet le Roi, Berte as grans piés, édition critique par Albert Henry, Droz, Genève, 1982.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter