Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

De "l'enfant trouvé" à "l'enfant prouvé" : Richars li biaus, une mise en roman du mythe d'Œdipe au xiiie siècle

Thérèse Bouche

Texte intégral

1Après vingt années d'union stérile, le roi de Frise et son épouse ont enfin une fille. Mais la mère meurt peu après la naissance de l'enfant. Celle-ci, qui a reçu le nom de sa mère, devient en grandissant d'une telle beauté que son père, jaloux de la convoitise qu'elle risque de susciter, fait aménager pour elle un somptueux verger dans lequel il l'enferme dès qu'il doit s'absenter. C'est au cours d'une de ces absences que Clarisse est surprise endormie - elle a bu pour se guérir d'une vilaine fièvre un "piment" qui l'a enivrée - par Louis le Preux, hardi chevalier attiré par le renom de sa beauté. Il parvient à pénétrer dans le verger et la viole sans plus de façons. La jeune fille, qui se réveille après l'accomplissement du forfait, sait immédiatement que l'attentat laissera des traces et qu'elle est enceinte.

2Elle accouche en effet neuf mois plus tard d'un superbe petit garçon que le roi de Frise, alors informé des circonstances de sa conception ; ordonne de faire périr. Les écuyers chargés d'emmener l'enfant dans les bois pour accomplir cette sinistre besogne ne peuvent s'y résoudre et se contentent de l'abandonner en ajoutant à son bagage (il a été enveloppé par sa mère dans un riche "sydone") le sel qui signale son état d'enfant non baptisé. Un comte qui chassait par là ne tarde pas à le découvrir et le ramène chez lui. La comtesse sa femme devine à son équipement et à sa beauté la haute naissance de l'enfant trouvé et déduit du signe qu'il porte sous l'épaule gauche (deux croix) le bel avenir qui l'attend. Le couple décide d'adopter l'enfant et de l'élever avec sa propre fille.

3L'enfant est baptisé Richard : il grandit en beauté (d'où le qualificatif qui sera désormais accolé à son nom), en force et en sagesse, si accompli à vingt ans que le comte et la comtesse projettent de lui faire épouser leur fille. Richard, convaincu qu'ils sont ses vrais parents, la jeune fille est donc sa sœur, s'indigne si violemment qu'on lui révèle la vérité. Le jeune homme décide alors de partir en quête de sa mère et de son père naturels.

4La suite du roman est constituée, pour l'essentiel, par cette quête, jalonnée de multiples aventures dont le dénominateur commun est l'exceptionnelle générosité que, manifeste le jeune chevalier qui jamais n'accepte de tirer un profit personnel de ses exploits et toujours distribue ce qu'il gagne ou possède à ses hôtes et aux pauvres qu'il rencontre. Il va ainsi d'exploit en exploit jusqu'à ce qu'il entende parler de la beauté de la fille du roi de Frise, dont le château est assiégé par le sultan de Carsidoine qui convoite la demoiselle. Mais Clarisse a fait le serment de n'épouser jamais d'autre honme que celui "qui ou vergiet jut avec lui/ le jour que si fort i dormi/ car de lui demora enchainte" (1881-1883). Richard se présente à la cour et, émerveillé par la beauté de la pucelle, éprouve tout de suite pour elle un grand amour, amour partagé. Richard est évidemment victorieux du sultan. Au cours d'un entretien avec Clarisse qui veut savoir où il est né et de qui, il apprend que la demoiselle est en réalité sa mère, comme l'authentifie le "sydoine" que Richard avait emporté avec lui en quittant ses parents adoptifs. Mais Clarisse ne peut lui dire qui est son père et "l'enfant" repart pour essayer de le découvrir et le ramener à sa mère.

5Le hasard d'un tournoi le conduit à affronter un certain Louis Le Preux. Richard est vainqueur et demande pour seule "raençon" que lui soit racontée une bonne histoire. Louis raconte celle de sa "rencontre" avec Clarisse dans le verger. Richard sait alors qu'il se trouve devant son père : il le ramène en Frise où il le donne en mariage à sa mère.

6Père et fils repartent ensuite courir ensemble les tournois jusqu'à ce que Louis finisse par y renoncer "pour l'amour qu'il ot a Clarisse" (v. 4169). Richard poursuit donc seul sa carrière, déployant toujours la même folle largesse et finissant par ruiner ses parents qui doivent engager tous leurs biens pour lui venir en aide. Un généreux prévôt lui permet, grâce à un prêt de trois mille livres, d'engager ce qui sera son ultime tournoi, dont le prix est Rose, la fille du riche seigneur de Montorgueil, et son royaume. Richard gagne grâce à l'ultime folle générosité qui lui a fait donner les trois mille livres pour libérer un chevalier mort dont la dépouille était retenue en gage par l'hôte à qui il devait de l'argent. En effet, un mystérieux chevalier blanc vient aider le jeune honme dans son entreprise : il n'est autre que le "mort reconnaissant". Richard épouse Rose et, devenu roi à la mort du sire de Mont-orgueil, retourne voir ses parents dont il rachète les biens. A la mort du roi de Frise, Richard s'empare de la couronne et la remet ensuite à son père. Rentré à Montorgueil, il renonce définitivement à sa vie aventureuse.

  • 1 Classiques français du Moyen-Age n° 126, Paris, Champion.
  • 2 Il énumère vers 7 et suivants les "contes" de Lancelot, d'Erec et de Bielliennort, de Maden, de Pe (...)

7Telle est l'"aventure", "piesme et mout dure" (vers 32-33), de l'"enfant" Richard qui "sans avoir/ par son sens et par son savoir" (35-36) réussit à donner sa mère à son père et leur fit ensuite "porter couronne" (39) - telle que la raconte "mestres Requis" (v. 73) qui la "rimoya" et "de mout biaus dis1 l'enlumina" (v. 74), et telle que l'a éditée en 1983 Anthony J. Holden. L'étude du manuscrit, unique et gravement détérioré par un incendie en 1904 - il avait heureusement déjà été transcrit par Foerster en 1874 -, apporte peu de renseignements : il relève par sa langue de l'extrême nord de la Picardie (aux confins de la Wallonie) et les œuvres citées par l'auteur dans son Prologue2 permettent seulement d'affirmer qu'il leur est postérieur. Il s'agit donc d'un roman du xiiième siècle que, pour des raisons de critique interne, A. J. Holden, aux pages 6 et 7 de son Introduction, estime pouvoir situer dans la seconde moitié de ce siècle.

8Thématiquement, l'œuvre paraît peu originale : elle semble se contenter de rassembler des motifs qu'on trouve épars auparavant dans la littérature romanesque et dans le folklore :

  1. celui du père qui a trouvé en sa fille le substitut de l'épouse disparue et se résigne mal à devoir la céder (cf. Les Deux Amants de Marie de France ou La Manekine de Philippe de Beaumanoir),
  2. celui de l'enfant abandonné, puis trouvé, enveloppé dans le fameux "paile" ou "sydone" qui permettra sa reconnaissance ultérieure : c'est le cas des deux Fresne, celle de Marie de France et celle de Gale ran de Bretagne. Si dans Richars li Biaus la ramure du cerf s'est substituée à celle de l'arbre qui donnera son nom aux héroïnes, le roman de Maître Requis partage avec Galeran le détail du sel qui signale l'absence de baptême de l'enfant. La situation est aussi dans une certaine mesure celle de Milon dont le fils est confié, avec un anneau et un message, à d'autres pour être élevé loin de sa mère.
  3. De Milon également, comme d'autres textes (Parise la Duchesse, citée dans le Prologue de Richars li Biaus au vers 27, Yder...), provient le motif épique de l'affrontement du père et du fils, ignorants de leur lien de parenté, qui voit le triomphe du fils.
  • 3 Les romans de Chrétien ne valent pas "un liégeois" (v. 12), les chansons de geste énumérées ne val (...)

9Il est enfin facile de repérer les emprunts à Chrétien de Troyes (Yvain et l'aventure de la fontaine, le combat contre le géant) et à la chanson de geste dans la représentation et la description des combats. "Emprunts" délibérés dans la mesure où l'auteur se place d'entrée sous ce haut patronage épique et romanesque pour affirmer que, tout cela ne vaut rien à côté de l'histoire qu'il s'apprête à raconter3.

  • 4 Introduction de l'édition, p. 7.
  • 5 Quatre cinquièmes du roman sont consacrés au "roman familial", contre un cinquième seulement au mo (...)
  • 6 Un exemple parmi d'autres (à propos des riches "brayes" dont est revêtu Richard avant d'être adoub (...)

10Une telle prétention a dû faire frémir son éditeur qui ne se prive pas de souligner les défauts de construction de l'oeuvre tant vantée4 ; déséquilibre5 et mauvaise coordination entre les parties, à son avis sans lien entre elles et ne formant pas un "tout cohérent et logique" (p. 13, n. 9). Le point de vue est à mon avis tout à fait discutable mais ne sera pas discuté ici faute de temps. Il me paraît toutefois indispensable de souligner que la prétention affichée n'est pas à prendre très au sérieux tant par ailleurs le conteur multiplie les clins d'œil de connivence6 et sait prendre ses distances aussi bien avec ses modèles qu'avec l'histoire racontée. L'exagération, consciente, et la familiarité du ton transforment aussi partiellement le prologue en boniment de bateleur désireux de mettre en valeur sa "marchandise".

11Maître Requis n'est certes pas Chrétien de Troyes, il n'en a ni la finesse, ni la maîtrise technique, encore moins la légèreté. Il n'en offre pas moins une oeuvre forte, originale, comme en témoignent certaines "curiosités" qui incitent très vite à dépasser l'impression de déjà vu.

  • 7 Il s'agit là d'un lieu commun qu'on rencontre fréquemment dans les Planctus Mariae, si populaires (...)

12La plus voyante est cette étonnante prière à la Vierge incluse dans le Prologue, par laquelle il demande à celle "qui, fille et mere,/ enfanta son fil et son pere" (v. 49-50)7 de collaborer à son œuvre afin que son poème ait bonne intention et bonne conclusion :

Dame, je t'appielle a cheste oevre,
que tu cheste oevre si aoevre,
qu'il i ait bon entendement
et vingne a bon definement... (v. 65-68)

13Or, l'invocation précède immédiatement le récit d'une véritable anti-armonciation : le viol d'une vierge qui aura tout de suite l'intuition prophétique de sa future maternité...

14Conçu dans de telles circonstances, l'enfant Richard s'écarte d'entrée des autres enfants abandonnés, puis trouvés, qu'on a pu jusque là rencontrer dans la littérature. Sa naissance est placée sous le signe d'un double crime : celui du père et celui que projette le grand-père pour qui l'enfant, substitut du père, est coupable comme lui d'avoir fait de sa fille une mère (v. 489-490), double crime symboliquement représenté par la double croix sous l'épaule gauche.

15Nouvel Œdipe , et comme lui coupable/innocent, il connaîtra d'abord le même destin : conduit à la mort contre la volonté de la mère - et la même menace pèse alors sur le père criminel (Jocaste, dans le Roman de Thèbes, prophétise que l'oracle s'accomplira malgré tout, v. 77-78, Clarisse, dans Richars li Biaus, maudit son père : "Peres, je cuich ja n'en gorras/ se tu li tolz si tos le vivre,/ jamais t'ame n'en iert délivre" v. 546-548) -, il en réchappe comme lui. L'abandon dans la forêt, organisé de part et d'autre de façon à préserver la vie de l'enfant (Oedipe est pendu à un chêne, Richard déposé "dans une fosse", v.. 583) se substitue au meurtre projeté. Comme Œdipe, Richard sera recueilli par un riche seigneur qui l'élèvera comme son propre fils, et révélera en grandissant des qualités exceptionnelles, pressenties par la mère adoptive : quand elle découvre la double croix sous l'épaule de l'enfant, elle l'in terpète immédiatement comme le signe, positif, d'une future royauté. Comme Oedipe enfin, Richard apprend, quand il est parvenu à l'âge d'homme, qu'il est un enfant trouvé.

16Mais ici les histoires commencent à diverger et l'écart ne cessera de croître. Dans le Roman de Thèbes, la vérité est révélée à Oedipe par ses compagnons, jaloux de la faveur dont il bénéficie. Après l'avoir insulté ("filz a putain, bastart prové", v. 152), ils précisent : "vos n'avez ci pere ne mere" (159), "si ne savez dont estes nez" (162). C'est Richard lui-même, dans Richars li Biaus, qui provoque la révélation quand il apprend le projet de mariage de ses parents adoptifs. Pour "l'enfant" qui n'a eu jusqu'à présent aucun soupçon de son état, le crime ne fait pas de doute :

Onques mais n'oÿ sa pareille,
que vos volez que ma suer prenge ;
la male mort anchois me prenge
que je fache tel dierverie. (738-741)

  • 8 On les rencontre régulièrement associés à la rime : cf. v. 49-50, 133-134, 489-490, 708-709, 785-7 (...)

17et il ne saurait souscrire à une union qu'il considère comme un inceste. Il faut donc le désabuser. Si, comme pour Oedipe, la découverte de la vérité entraîne immédiatement le départ en quête, celle-ci n'a pas tout à fait le même objet. Alors qu'Oedipe désire avant tout retrouver son père et ne fait à aucun moment allusion à sa mère, Richard affirme haut et fort son désir de retrouver ses deux parents (v. 784-790) et jamais il ne les dissociera dans la quête entreprise8.

  • 9 Il est intéressant de rappeler que Richard est abandonné dans une fosse (v. 583). Son histoire com (...)

18On sait que la version médiévale de l'histoire d'Oedipe proposée dans le Roman de Thèbes reste, dans ses grandes lignes, fidèle au mythe d'origine : Oedipe rencontre d'abord son père et le tue, au cours d'un tournoi, sans l'avoir reconnu. Mis en présence de Jocaste dont le royaume se trouve désormais sans défenseur, il reconnaît le crime : la reine accepte cependant de l'épouser au nom de l'intérêt supérieur du royaume. Vingt ans s'écouleront et quatre enfants naîtront avant que le couple ait la révélation du crime plus grand encore qu'il a commis en s'unissant et qu'Oedipe soit châtié par ses propres enfants (ce sont eux qui aveuglent leur père dans la fosse où il était descendu pour expier sa faute, et l'"eschamissent" comme l'avaient fait autrefois les jaloux à la cour de Polybe, roi de Corinthe9).

19L'itinéraire de Richard est bien différent : sa quête, pénible et semée d'embûches, le conduit d'abord auprès de la mère et ce n'est pas le hasard qui alors guide ses pas. S'il ne cesse de penser à elle, et à son père, il est attiré dans le royaume de Frise par la femme. La tentation amoureuse, suscitée par la fille du roi, qui va de pair avec le désir de l'exploit guerrier (v. 1850-1852), le pousse à pénétrer "par forche" (1892) dans le royaume (il faut comprendre ici, je crois, violence faite à lui-même, car, dit le conteur aux vers 1888-1891, un an ne me suffirait pas pour consigner sur le parchemin "les grans aventures/ les fors trespas ne les laidurez" que Le jeune homme dut endurer pour parvenir à son but) et à voler au secours de celle que le sultan de Carsidoine veut "par forche avoir" (1871).

  • 10 "... agrant merveille l'ai chier, / et si ne sai pour quoy je l'ain,/ mais dessour tous a lui me t (...)
  • 11 "...or vous ainc plus / que riens ki soit u mont cha jus, / se n'i a point de foie amour." (v. 226 (...)

20C'est bien d'amour en effet qu'il s'agit en un premier temps : frappé au cœur par la beauté de Clarisse ("Diex, pensa il, ch'est une fee", v. 1960), Richard prononce le mot au vers 1971, pendant que la demoiselle, dans le cadre d'une prière adressée à Dieu le père, exprime la vive admiration qu'elle ressent et envisage de se donner toute à lui (v. 2055-2060). Quand le jeune homme retourne au combat, elle implore sur lui la protection divine et réitère l'aveu de son amour10. Déclaration qu'elle adressera directement au jeune homme quand celui-ci aura abattu le sultan11.

  • 12 "nequedent sai je en mon cuer/ que ne le penrroie a nul fuer, / ne say quel bonne amour i ay..." ( (...)
  • 13 Voir les vers 1881-1882 déjà cités à la page 2 de cet article.

21Pour le lecteur, instruit des liens de parenté existant entre eux, la situation serait franchement scabreuse si le narrateur ne prenait soin, très vite, d'attirer l'attention sur le "je ne sais quoi" qui interdit de prendre cet amour réciproque pour de la "fole amor". Si attiré qu'il soit par sa mère, Richard éprouve devant elle la retenue que n'avait pas eue son père et quelque chose en lui lui interdit de la toucher12. La mère, pour sa part, rapporte immédiatement cette attirance au souvenir qu'elle a gardé du père. Elle a déjà juré de n'appartenir qu'à l'honme du verger13 et c'est la ressemblance de Richard à cet homme qui la pousse vers lui : "si c'était lui, dit-elle aux vers 1998-1999 je me donnerai toute à lui. "La correction est d'importance et Clarisse se révèle tout aussi sensible que Richard au mystère de cette attirance : "et si ne say pour quoy je l'ain" (2059). Le narrateur achève de lever l'ambiguïté lorsqu'il souligne, non sans emphase, le pouvoir de Nature qui explique l'interdit dont se trouve frappé Richard. Plus forte que la culture (ou "nourreture"), elle sait faire entendre sa voix et imposer aux "amants" cette retenue, ou réserve, apparemment inexplicable :

Haÿ, Nature, con t'iez fors !
Muër ne te puet drois ne tors,
ne te puet muër noureture
ne diviers lieus ne nulle cure. (1977-1980)

22Il n'en demeure pas moins que la mère joue un rôle capital dans l'initiation amoureuse de son fils et l'attirance qu'elle suscite, remise à sa juste place, apparaît comme l'étape nécessaire à l'instauration ultérieure d'une authentique relation amoureuse entre Richard et la femme - qui n'est plus alors la mère. Il suffit pour s'en convaincre de confronter les deux "scènes d'amour" : celle qui réunit, vers 2257 et suivants, Clarisse et Richard, encore ignorants de leurs liens de parenté et celle qui réunit Richard et Rose aux vers 4977 sq, quelque cinq cents vers avant l'achèvement du roman. Leur strict parallélisme permet de mesurer les différences et l'importance du progrès accompli dans la maîtrise et le dépassement de l'œdipe.

23Les deux scènes se déroulent pour l'essentiel dans l'intimité de la chambre et du lit où les amants sont assis côte à côte (respectivement vers 2297 et 4991). Dans la première scène, c'est Clarisse qui, pour l'y conduire, prend Richard par la main (2294) et qui parle la première pour le soumettre à un véritable interrogatoire. Elle avait auparavant pris l'initiative de la déclaration amoureuse :

... or vous ainc plus
que rien ki soit u mont cha jus
se n'i a point de foie amour. (2260-2263)

24déclaration que Richard avait accueillie avec reconnaissance. Or, lorsque précédemment la demoiselle de Mirmandie avait eu cette audace, Richard en avait été très choqué :

Avoy, dame ! ce dist Richars,
estez vous ja si toz sousprise ?
Encor n'a on parole prise
de requerre vostre amitié ;
ce mot retenez de mon fié :
qu'uns castiaus est de povre pris
qui au premier assaut est pris." (1707-1712)

  • 14 Elle avait osé dire : "...car prenés / moy a femme, ma terre aiiés, / car mout désir que fait l'ai (...)

25Clarisse évite la remontrance, sans cloute parce qu'elle avait pris soin de préciser qu'il n'y a pas en elle de "fole amour" - alors que la demoiselle de Mirmandie s'était montrée beaucoup moins réservée14 -, plus sûrement peut-être parce qu'il y a dans l'attitude de Clarisse une autorité et une supériorité "naturelles" à laquelle Richard, instinctivement, se soumet.

26Ce n'est plus le cas avec Rose : dans la rencontre amoureuse, c'est Richard qui la prend par la main et la guide vers le lit (4990-4991), qui lui adresse la parole le premier et prend l'initiative de la déclaration :

la moye amour je vous presente
et la vostre, qui si me tente
vous requier je par courtoisie,
par amour et par druerie... (v. 5007-5010),

27déclaration que Rose accueille avec joie et reconnaissance. Rose surgit en effet dans la vie de Richard au moment où celui-ci a résolu ses problèmes familiaux et remis sa mère à sa juste place, c'est-à-dire dans les bras de son père. Ayant cessé d'être l'enfant, et il ne pouvait être que cela tant qu'il n'avait pas retrouvé et réuni ses parents, il peut agir, et agit en effet, en homme totalement maître de sa vie, en particulier de sa vie amoureuse, et conscient des prérogatives attachées à sa virilité.

28D'abord subjugué par la mère, il a su se libérer de son emprise, se détourner d'elle pour se tourner vers la femme, objet "naturel" du désir masculin adulte. A la vision éblouie et éblouissante de la mère ("ch'est une fee, 1960), succède la vision plus éblouissante encore de la femme, qualifiée elle aussi de "fee" (v. 5000), mais reconnue "plus belle que (la) mere" (v. 5002).

  • 15 cf. vers 2463-2466.
  • 16 Il est significatif d'observer qu'elle perd alors la prééminence à la rime : elle apparaît toujour (...)

29Parallèlement, la mère et la femme ont dû elles aussi prendre conscience de leur véritable place dans la vie de Richard. Pour la première, longtemps frustrée de sa maternité, il s'agit de lutter contre un instinct protecteur d'autant plus violent et dangereux qu'il n'a pu s'assouvir au moment où l'enfant avait réellement besoin de sa protection. Cet instinct se manifestera concrètement par l'interdiction de retourner au combat quand le sultan lance une nouvelle attaque, par les armes enlevées et cachées dans sa propre chambre (v. 2467-2468) et le chantage sentimental : elle menace de mourir de douleur-si elle doit encore le perdre si peu de temps après l'avoir retrouvé15. Richard alors se soumet. Mais la gravité du danger la contraint à céder à son tour : elle arme elle-même "l'enfant", montrant par là que la tentation cas-tratrice a été surmontée et qu'elle est capable désormais d'assumer pleinement et positivement sa maternité. Son comportement et certaines réactions de Richard quand elle devient, par mariage, mère installée auprès du père, le confirment. C'est dans sa chambre, symbolique du ventre maternel, que se réfugie Richard, hors de sa présence, pour exprimer sa douleur et sa révolte contre l'"autre" père (Dieu) qu'il accuse de le haïr quand, réduit à la misère par son excessive générosité, il ne peut participer au tournoi de Montorgueil. C'est grâce à elle et à son intervention auprès du père que Richard obtient les moyens de repartir et de gagner ainsi le royaume et la femme. Mère-refuge pour l'enfant qui n'a pas encore accédé à la pleine maturité, mère médiatrice entre le fils et le père pour que le père accepte ce qu'il avait jusque là farouchement refusé et permette au fils de devenir homme à son tour, elle a assumé son rôle jusqu'au bout, elle peut disparaître. Et elle n'apparaîtra plus en effet que dans l'ombre du père, définitivement soudée à lui16 : le couple mère/fils a vécu, seuls subsistent le couple père/mère et celui que s'apprêtent à constituer Richard et Rose.

  • 17 Le jeu de mots à la rime aux vers 2241-2242 : "mais tant s'i est l'enfes prouvé/ qu'il ne l'ont pa (...)

30Si la mère doit apprendre à réfréner son instinct protecteur qui risque de la transformer en mère castratrice, l'épouse pour sa part doit renoncer à considérer l'homme comme son bien et ne pas chercher à le déviriliser. Lorsque, comme la mère, Rose veut empêcher Richard de continuer à se battre (5030), demande l'annulation du tournoi (inachevé) et la célébration des noces dès le lendemain, Richard refuse tout net -sans même cette concession qui l'avait incité précédemment à se soumettre provisoirement à la volonté maternelle. De même que lui revient désormais l'initiative de la déclaration amoureuse, de même lui appartient le droit, et le devoir, d'obtenir par sa seule valeur, c'est-à-dire par la force de son bras, celle qui doit devenir sa femme. A ce prix, et à ce prix seulement, "l'enfant trouvé" qui, car sa largesse et sa prouesse, avait su devenir "l'enfant prouvé"17, pourra trouver la paix et, dans laroyauté, la confirmation de son excellence virile :

"se par forche vos puis conquerre,
endormie en ert nostre guerre. " (5039-5040)

31Rose se soumet sans protester et grâce à son absence d'orgueil (5086), grâce aussi à la "fine amour" qui unit les jeunes gens (v. 5089-5090), le chevalier de la prouesse jusque là sans autre but que celui de se prouver à soi-même, de prouver aux autres et à son père qu'il est le meilleur, se transforme en chevalier d'amour. Le dernier combat de Richard, dont 'amours (le) cuer mestrie et donte" (5098) l'oppose de manière significative à un roi "qui amoit d'amour fole" (5130) qu'il désarme pour l'offrir ensuite à la femme aimée. Richard est bien désormais ce chevalier accompli qui a su concilier amour et chevalerie, conquérir l'amour par la guerre et mettre la guerre au service de l'amour. Bien d'autres romanciers avant maître Requis (et le plus prestigieux de tous) avaient posé le problème et proposé leur solution : aucun à ma connaissance n'avait eu l'idée de faire de la mère et non de la femme aimée l'initiatrice de la réussite amoureuse et la médiatrice de la réussite chevaleresque.

32Mais si important que soit le rôle de la mère dans l'éducation sentimentale du fils, il ne saurait à lui seul permettre à celui-ci d'accéder à la pleine maturité. En découvrant sa mère, Richard est amené à découvrir dans le même temps la faute attachée à sa naissance et à découvrir sa bâtardise. Être le fils d'une mère, siprestigieuse et si désirable soit-elle par sa beauté et par sa naissance, est n'être le fils de personne. Cette vérité, cruelle, lui est révélée par le sultan au moment de l'ultime affrontement :

Dist li soudans : "Riens ne te prise,
car t'iés bastars ; se jel seüsse,
ja a toy combatus ne fusse,
car je m'en sui trop avilliés ;
tu meïsmes ne sés qui t'iés,
que tu ne ses qui est tes pere,
aussi ne fait mie ta mere." (2802-2808)

33Tout à la joie d'avoir retrouvé sa mère, Richard avait en effet omis de s'enquérir de l'identité de son père. Il lui faut désormais, s'il veut être reconnu et accepté par ses pairs, retrouver l'homme dont il pourra se dire le fils.

34La quête qu'il entreprend alors est liée en son principe au "sens et à (la) chevalerie" (2979), mais elle est aussi destinée à guérir la plaie de son cœur (2984) : la révélation de l'attentat initial a été reçue comme une blessure, sans qu'on sache d'ailleurs vraiment s'il souffre alors de ne pouvoir obtenir de sa mère le nom du père ou si ce sont les circonstances même de sa conception qui l'affligent. Je serais tentée d'opter pour la deuxième interprétation. En effet, le premier geste de Richard sur la route de l'aventure qui doit le conduire au père est de sauver une jeune fille menacée de viol par deux chevaliers. Par cetacte, il s'oppose ouvertement au père, mais non sans ambiguïté car il n'intervient pas personnellement. Il confie la tâche à ses deux écuyers et s'il accepte la mort d'un des agresseurs, tué par Lyonnet, il exige d'Aubri qui s'apprête à exécuter le second après lui avoir tranché le bras gauche que grâce lui soit faite car le chevalier blessé a crié merci. Générosité toute chevaleresque, certes, et leçon donnée à celui que plus tard il adoubera lui-même, mais ne peut-on y lire aussi, sans forcer le texte, le refus incanscient de "tuer" le père, le désir de lui donner la possibilité de se racheter ?

  • 18 "Ha, mere, comment puet avoir / awec nulle femme nul homme/ (u soit mauvais u soit prodomme)/ pour (...)

35Placée sous le signe de la "painne et cure" (2970, la quête entreprise par Richard apparaît comme une quête-rédemption, réparation de la faute commise autrefois par ses deux parents (toujours la double croix !). Car si le père est assurément coupable, la mère l'est aussi ou estime l'être (ce qui revient au même) : le premier mouvement de Richard a été de l'accuser18 et la mère ne se défend pas : "canceler, dit-elle au vers 2953, me fist mescheance" - pour ajouter cependant :

"se ne fust celle mesceance
tu ne portaissez mie lanche" (2955-2956)

36Heureuse faute qui nous a valu un tel rédempteur... Le même sentiment de culpabilité assaille la demoiselle agressée, quand elle retrouve son ami mort : elle accuse alors non ceux qui l'ont abattu pour pouvoir s'emparer d'elle, mais cette "si vil et laide ymage" que "Dieu a mis en (son) vil cors..." (3190-191) et a fait d'elle un objet de tentation mortel.

37A partir de là, Richard est partagé, partagé entre le désir de s'identifier au père, de 1e choisir comme modèle et de se soumettre à lui, et celui de l'abattre, de le dominer et de prendre sa place. On sait depuis Freud que loin d'être contradictoires, ces deux désirs sont complémentaires, qu'ils représentent les deux étapes successives et nécessaires dans le passage de l'adolescence à l'âge adulte. Objet du désir de la mère à cause de sa ressemblance physique au père, sublimée (il est deux fois plus beau que lui, dit-elle aux vers 1994-1997), Richard cherche d'abord à remplacer le père auprès d'elle, inconsciemment quand il s'éprend d'elle, ouvertement ensuite quand il exige d'elle, en son propre nom, la fidélité :

Mais gardés bien que vostre cuer
ne donnés autrui a nul fuer
desi c'oiiés vraye nouvielle
de moy, u soit u laide u bielle. (2987-2992)

38Il va plus loin encore quand il décide d'aller chercher son père pour le ramener à sa mère et le lui donner en mariage : la puissance du modèle paternel esttelle qu'elle l'incite à établir entre sa mère et lui une relation de type père/fille, après la tentative avortée d'établir entre eux une relation homme/femme. Et on ne peut manquer d'être sensible à ce qui subsiste encore d'imitation inconsciente dans la volonté affichée par Richard d'obtenir "par forche" la femme aimée et le renoncement final à toute activité chevaleresque "es bras sa femme bielle Rose" (5454) comme Louis le Preux avait fini par abandonner la vie de tournoi "pour l'amour qu'il ot a Clarisse" (4169).

39Ce besoin d'identification va de pair avec le désir, fugitif, de soumission, mis à jour par le narrateur lui-même avant l'affrontement du père et du fils, quand il souligne l'impossibilité de cet affrontement au stade conscient :

mais se Richars li biaus seüst
que chils Loÿs ses peres fust,
encontre lui n'alast une onde
pour tout l'avoir qui est u monde. (3579-3582)

40Lorsqu'après le combat Richard apprendra que Louis est son père, sa réaction sera uniquement de joie et d'amour, et son premier geste le baiser sur la bouche, signe d'hommage du vassal à son suzerain.

41Mais la tentation de la soumission qui l'installerait dans une situation de dépendance ne dure pas. Beaucoup plus remarquables, par leur nombre et par leurs effets, sont les efforts accomplis pour renverser la relation, faire non seulement que le fils s'affirme l'égal du père mais le dépasse et finisse par le dominer, devienne le père de son père et réalise par là le meurtre symbolique sans lequel, diraient les psychanalystes, il ne peut y avoir accès à l'âge viril, "pénétration" sexuelle et sociale normale.

42Tout commence quand Richard abat par deux fois Louis de son cheval (exploit non réalisé jusqu'à ce jour), quand il obtient sa soumission et l'ayant reconnu, l'entraîne avec lui dans le combat à conduire contre les assaillants de la demoiselle de Mirmandie, devenue l'épouse de l'écuyer Aubri. Il se réjouit alors de la bravoure du père (3885-3886) dont il témoignera ensuite auprès du roi de Frise (4162), comme il exprime par ailleurs le sentiment de honte qui l'accable quand il voit son père abattu de cheval par le comte Robert (3913). Il se porte alors à son secours et désarçonne le comte. Louis, "qui ert a pié" (3923), parvient à empêcher Robert de se relever et l'oblige à crier merci : Richard en lui rendant son cheval (3931-3933) marque par là la réintégration du père dans l'ordre chevaleresque, désormais prise en charge par le fils. A partir de là en effet, Richard prend et conserve toute l'initiative : c'est lui qui "son pere en mainne" (4093 puis 4096), c'est lui qui donne son père à sa mère (4118), qui organise les noces et ensuite "son pere o soy an mainne" (4137) courir les tournois.

  • 19 Vers 2383-2394.
  • 20 "et li roys grant fieste en demainne", v. 4158.

43Il a si bien remplacé le père dans sa fonction qu'il finit par représenter pour le roi de Frise le véritable rival : après avoir manifesté sa joie d'avoir trouvé en son petit-fils un défenseur19, celui-ci se met à craindre d'être détrôné par lui (4143-4146) et éloigne Louis pour pouvoir en fait se débarrasser de Richard20. Désormais Richard est celui qui "conduit par tout son pere" (4159), et c'est lui qui, lors de l'arrivée à Mangorie, est salué le premier (4163).

  • 21 Pour A.J. Holden, La générosité du héros est coupable, et considérée comme telle par maître Requis (...)

44Mais avoir réussi à éclipser le père ne suffit pas à Richard. Il faut encore le détruire : l'histoire, comme dans Milon, pourrait s'arrêter au mariage des parents. Elle se poursuit cependant pour montrer comment le fils, exceptionnellement généreux avec les pauvres et tous ceux qui l'aiden dans sa vie aventureuse au point de ne jamais rien garder pour lui21, s'applique à ruiner son père, l'obligeant à hypothéquer l'un après l'autre ses "vilez et bours/ castyaus et fremetez et tours" (4186-4187), y compris la cité de Mangorie que Louis s'était pourtant juré de ne jamais engager pour ne pas être réduit à la mendicité (4191-4194). C'est ainsi que le dénuement imposé au père compense le dénuement originel de l'enfant abandonné.

45Mais le père est abaissé pour être relevé quand le fils sera définitivement assuré d'avoir trouvé son identité et la place qui lui revient dans la société. En dépouillant ses parents, il les associe à la réparation de la faute originelle, mais dans le même temps, il contracte envers eux une dette : en cédantaux supplications de sa femme et en allant jusqu'à abandonner son dernier bien pour que son fils puisse participer au tournoi de Montorgueil, Louis permet à Richard de conquérir la femme et le royaume, de recevoir la consécration à laquelle il aspirait. C'est pourquoi, marié à Rose et devenu par la mort de son beau-père sire de Montorgueil, celui qui ne sera plus désormais appelé Richard le Bel mais le roi Richard, "en Mangorie u maint sa mere/ en vait ... ve oir son pere" (5367-5368) pour racheter et lui rendre tous ses biens, le ramener auprès de lui et lui confier le royaume pendant qu'il va s'enquérir de ce qu'il est advenu du roi de Frise, son "tayon". Or le roi de Frise est mort et deux comtes se disputent sa couronne. Cri se souvient que le père de Clarisse avait voulu se débarrasser de Richard : il avait alors promis le royaume à Louis, faisant ainsi du père et du fils deux héritiers susceptibles d'entrer en conflit.

46Richard ici intervient seul, affirme orgueilleusement son identité et son droit :

Qui doit dont avoir la couronne,
fors que je seus en ma piersonne ?
Car Richars sui, li niés le roy,
cui il en poist, il ert a moy. " (5431-5434)

47et c'est en effet lui qu'on couronne (5440-5444) et à lui qu'on se soumet. Ultime revanche, particulièrement éclatante, qui confirme et dépasse la prophétie de la mère adoptive : l'enfant aux deux croix est devenu le roi aux deux couronnes. Son dernier geste, accordé à sa nature généreuse, sera de donner la couronne de Frise à Louis. Tous deux sont désormais à égalité, par la volonté du fils, et chacun a trouvé son lieu :

Li rois Richars arrier s'en vait
Le rois son pere en Frise lait... (5449-5450)

48Le renoncement final aux tournois prend alors tout son sens : il est le signe de la maturité définitivement conquise, de l'unité intime retrouvée. Après d'être jeté lui-même aux quatre vents (on ne peut éviter de souligner ici le lien profond existant dans le roman entre dépenser et se dépenser), Richard peut désormais se reposer dans les bras de sa femme : chacune des pièces du puzzle familial, au centre duquel il a réussi à s'installer, a trouvé sa juste place.

49Car le noyau parents/ enfant, à l'intérieur duquel, comme on vient de le voir, les relations sont loin d'être simples, et en constante évolution jusqu'au point d'arrêt final, s'inscrit lui-même dans un réseau familial complexe et malaisé à débrouiller. Mais l'auteur, dans son adresse initiale à la Vierge, "fille et mère de son père", nous avait implicitement prévenus ! Sans pouvoir entrer dans le détail', on rappellera :

  1. l'existence, au départ, du couple père/fille - où la fille reproduit la mère, dans tous les sens du terme, plus belle qu'elle encore (135-137), comme Rose sera plus belle que Clarisse, comme pour Clarisse Richard est deux fois plus beau que son père -, couple qui rejoint et prépare, dans l'ambiguïté, le couple fils/mère qui se constituera ultérieurement,
  2. le rôle joué par les parents adoptifs qui donnent leur nom, son nom, à l'enfant (677) et dont Richard croit jusqu'à l'âge de vingt ans qu'ils sont vraiment ses parents. C'est ainsi qu'avant même la rencontre avec la mère surgit l'ombre de l'inceste, au travers du couple frère/soeur que Richard rejette violemment. Elevé comme le fils, adoubé par le père adoptif, considéré comme le futur héritier du fief et destiné à perpétuer le lignage, il pourrait trouver là la reconnaissance et l'intégration sociales nécessaires à son plein épanouissement d'homme. Or, la famille adoptive est totalement rejetée, au profit de la parenté naturelle. Richard ne lui fera aucune place ultérieurement dans sa vie.
  3. on a déjà évoqué le conflit unilatéral et inavoué qui oppose le grand-père au petit-fils, alors qu'on attendrait un conflit avec le gendre. Les menaces initiales ;

"car j'ochirai et fils et pere
pour ce que ma fille ont fait mere" (489-490)

50ne sont jamais suivies d'effet pour le père. Seul l'enfant est sacrifié, voué à la mort et abandonné d'abord, éloigné ensuite. Associé au crime de son père, il finit par en porter seul le poids.

51Toutes ces relations familiales sont placées sous le signe de la "forche" ou de la violence, exercée, subie ou redoutée, ou tout cela à la fois pour les personnages masculins, violence qui contraste avec les efforts accomplis par ailleurs par le héros pour la supprimer. Toutes les aventures de Richard (la fontaine, le viol de la jeune fille, l'attaque du château de Mirmandie, du royaume de Frise, l'épisode des larrons, le tournoi de Montorgueil, la reconquête du royaume de Frise) en portent témoignage. Les vers 5039-5040 déjà cités résument et explicitent leparadoxe : conquérir, un royaume ou une femme, "par forche" - mais la force d'un acte de bravoure et non le viol d'une jeune fille endormie -, c'est assurer la paix : "endormie sera nostre guerre. " Nostre renvoie ici littéralement au tournoi organisé pour obtenir la femme et le royaume, "guerre" à laquelle la femme est associée parce que le triomphe des armes assure le triomphe de l'amour, donc du couple (moi et vous). Il renvoie aussi à la guerre conduite par Richard pour instaurer l'équilibre et l'harmonie dans les relations familiales. La "violence" finale rachète la violence initiale, achève d'effacer toutes les traces du passé.

52On attendait un roman de chevalerie, et l'œuvre de maître Requis en adopte en effet la superstructure : on y retrouve les ressorts traditionnels de la quête chevaleresque, l'amour et la prouesse, et le héros, par sa valeur, obtient la femme et le royaume. On découvre en fait un "roman familial" dont le ressort essentiel est, et demeure, au travers de la quête des parents, la quête et la réalisation de soi. Grâce à ses parents, la mère d'abord, le père ensuite, Richard parvient à passer du stade d'"enfant trouvé", c'est-à-dire de l'inexistence, à celui d'"enfant prouvé", puis à celui d'adulte accompli. Son problème majeur est un problème d'identité, problème plus intime que social. D'où l'insuffisance de la solution adoptive qui aurait permis l'intégration sociale mais n'aurait pas apporté de réponse à la question fondamentale : "qui suis-je ?, c'est-à-dire "d'où suis-je issu ? et, le sachant, "puis-je être moi-même ?"

53En profondeur, c'est toute l'histoire d'Œdipe, telle qu'elle n'apparaît pas dans le Roman de Thèbes qui la résume et l'adapte sans chercher à l'interpréter, telle qu'elle sera lue beaucoup plus tard par Freud, qui est à nouveau contée. On y voit comment Richard le Bel, fils de personne, devient le roi Richard, fils de Louis le Preux et de Clarisse, comment il réalise le meurtre symbolique du père et se substitue à lui dans le rôle de donateur, comment il parvient à passer de l'amour de la mère à l'amour de la femme sans que subsiste la moindre équivoque Qui est Richard, fils et père de son père comme Marie fut fille et mère du sien, si ce n'est, étonnant de modernité, un Oedipe sorti de la fosse, libéré de son complexe, et qui, bien que coupable/innocent comme lui, ne s'est pas laissé écraser par le destin qui enchaîne et aveugle ?

Notes

1 Classiques français du Moyen-Age n° 126, Paris, Champion.

2 Il énumère vers 7 et suivants les "contes" de Lancelot, d'Erec et de Bielliennort, de Maden, de Perceval, d'Yvain, "de Keu le senescal", évoque le roi Marc et Tristan, la Chanson de Roland, le duc Naimes, Ogier, Girard de Vienne, Bérart l'Ardenois, Baudouin, la reine Sebille et Alexandre, Izembart et Guillaume, Aimeri, Orson et Hugues "son compere", Parise et Ughechon, la dame Aye d'Avignon.

3 Les romans de Chrétien ne valent pas "un liégeois" (v. 12), les chansons de geste énumérées ne valent pas ".II. nois" (v. 31) et son histoire vaut dix fois celle de Marc et Tristan (v. 13-14).

4 Introduction de l'édition, p. 7.

5 Quatre cinquièmes du roman sont consacrés au "roman familial", contre un cinquième seulement au motif du mort reconnaissant, bien attesté dans le folflore (voir références p. 8).

6 Un exemple parmi d'autres (à propos des riches "brayes" dont est revêtu Richard avant d'être adoubé) : "ne cuit que ja tu telles ayes", v. 812.

7 Il s'agit là d'un lieu commun qu'on rencontre fréquemment dans les Planctus Mariae, si populaires au xiiie siècle, cf. encore au début du xive siècle, dans la Passion dite du Palatinus : "J'ai mon chier fil et mon pere perdu" (v. 1077). Le rappel de la maternité exceptionnelle de Marie, à la fois fille et mère de son père, figurera ultérieurement dans la prière adressée par Clarisse à Dieu le Père pour appeler sur Richard la protection divine (v. 2055-2056) - elle ne sait pas encore qu'il s'agit de son fils.

8 On les rencontre régulièrement associés à la rime : cf. v. 49-50, 133-134, 489-490, 708-709, 785-790, 2055-2064, 2405-2406, 2807-2808, 3737-3738, 4117-4118, 4159-4160, 4183-4184... Le relevé ne prétend pas être exhaustif.

9 Il est intéressant de rappeler que Richard est abandonné dans une fosse (v. 583). Son histoire commence là où s'achevait celle d'Œdipe.

10 "... agrant merveille l'ai chier, / et si ne sai pour quoy je l'ain,/ mais dessour tous a lui me tain" (v. 2058-2060)

11 "...or vous ainc plus / que riens ki soit u mont cha jus, / se n'i a point de foie amour." (v. 2261-2263)

12 "nequedent sai je en mon cuer/ que ne le penrroie a nul fuer, / ne say quel bonne amour i ay..." (1969-1971) Le narrateur ajoute "Ensi Nature au cuer li touche,/ que li deffent c'a li n'atouche..." (1973-1974)

13 Voir les vers 1881-1882 déjà cités à la page 2 de cet article.

14 Elle avait osé dire : "...car prenés / moy a femme, ma terre aiiés, / car mout désir que fait l'aiiés / et plus vous ainc que riens qui vive./ Se ne le faitez, con caitive/ demorrai chi toute esgaree,/ car nulle riens plus ne m'agree/fors que de vo cors le solas." (1698-1705).

15 cf. vers 2463-2466.

16 Il est significatif d'observer qu'elle perd alors la prééminence à la rime : elle apparaît toujours la première à partir du moment où Richard se met en quête de ses deux parents, elle n'est plus que la seconde, à de très rares exceptions près (je n'en ai relevé qu'une, quand le romancier raconte comment Richard s'emploie à ruiner son père, v. 4184-4185), après les retrouvailles du père et du fils.

17 Le jeu de mots à la rime aux vers 2241-2242 : "mais tant s'i est l'enfes prouvé/ qu'il ne l'ont pas enfant trouvé" me paraît trop beau pour être involontaire.

18 "Ha, mere, comment puet avoir / awec nulle femme nul homme/ (u soit mauvais u soit prodomme)/ pour tant c'a li couchier le loise, / que la femme ne le connoisse ?" (2946-2950).

19 Vers 2383-2394.

20 "et li roys grant fieste en demainne", v. 4158.

21 Pour A.J. Holden, La générosité du héros est coupable, et considérée comme telle par maître Requis, qui a introduit là un élément original. Je suis persuadée, au contraire, que la "folle largesse" de Richard, trait fondamental du personnage, est un élément positif, qu'elle est même sa vertu principale. Grâce à elle, il parvient à la pleine maîtrise de son destin : elle est signe patent de son mépris de l'avoir, motif réccurrent dans le roman (cf. v. 1312-1313, 3702-3704 et surtout la diatribe des vers 4391 sq où Richard parle d'"ordure d'avoir", de l'avarice, "fontaine de malisce" et "sourgeons de trestout vice") et sans l'ultime "folie" qui lui a fait donner trois mille livres, tout son avoir, pour le rachat de la dépouille du chevalier mort, il n'aurait eu ni la femme ni le royaume. Je serais tentée de voir dans le chevalier blanc la projection de cette qualité fondamentale, le double moral de Richard.

Auteur

Université de Pau et des pays de l'Adour

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter