Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine épique

Parenté et souveraineté dans Gui de Bourgogne

Jean-Claude Vallecalle

Texte intégral

  • 1 Gui de Bourgogne, éd. F. Guessard et H. Michelant, Paris, Vieweg, 1859. Ci-dessous : G.B.

1L’on n’est Jamais trahi que par les siens. S’il y a du vrai dans cet adage, les relations familiales, où s’expriment parfois les solidarités les plus fortes, ne seront-elles pas aussi l’occasion des dissensions les plus douloureuses ? La parenté peut susciter parfois de bien curieuses rivalités, et l’épopée, qui accorde tant d’importance aux liens familiaux, en propose des exemples fort variés. Souvent, les Sarrasines rejettent leurs pères, leurs frères, leurs époux. Ailleurs, Ganelon trahit son beau-frère l’empereur, et Roland son fillastre. Mais les oppositions les plus Inattendues sont parfois les moins brutales. La chanson de Gui de Bourgogne présente, dans la première moitié du xiiie siècle, un étrange antagonisme entre Charlemagne et son neveu, entre ses guerriers et leurs fils1. Sans cloute une telle discorde entre vieillards et jeunes gens n’a-t-elle rien d’extraordinaire. Mais ce qu’elle met ici en jeu, ce n’est rien moins que le trône de France. Et sa dimension collective, les curieuses relations qu’elle suscite entre les deux groupes de personnages permettent peut-être de déceler, sous l’apparente banalité d’un conflit de générations, une opposition plus profonde entre deux aspects de la royauté.

***

2C’est une étonnante histoire que celle de Gui de Bourgogne, et l’on y découvre une image curieusement dédoublée de la royauté épique. Semblables et concurrents a la fols, deux rois de France se rendent successivement en Espagne avec leurs armées pour combattre les Sarrasins, avant de se retrouver finalement et de triompher ensemble. L’empereur Charles, en effet, bien qu’il ait engagé la guerre dans la péninsule depuis vingt-sept ans, n’est pas parvenu à s’emparer des plus puissantes forteresses païennes. De trop longues épreuves ont épuisé ses chevaliers, et c’est sans beaucoup d’espoir qu’il va, avec eux, s’obstiner à assiéger l’orgueilleuse Luiserne. Cependant, en France, les fils de ces barons absents depuis si longtemps décident de choisir comme roi malgré lui le neveu de Charlemagne, Gui de Bourgogne, afin qu’il gouverne le pays jusqu’au retour de son oncle. Mais le nouvel élu, loin de s’en tenir à cette pacifique fonction, conduit immédiatement ses guerriers en Espagne, où ils font merveille. Ils triomphent aisément partout où leurs pères, après des années de lutte, ont subi des échecs, et il faudra qu’ils les rejoignent pour que Luiserne finisse par être prise.

3Le dénouement, sans doute, sera heureux, mais il ne saurait dissimuler combien la situation est cruelle pour Charlemagne et ses hommes : face a un souverain vieilli, découragé par ses échecs, un jeune roi qui vole brillamment de victoire en victoire. Face à des barons fatigués, amers, enlisés dans une inutile guerre de sièges, une troupe intrépide, vive, pleine d’une ardeur juvénile, et dont même un Sarrasin pourra dire :

  • 2 G.B., v. 475.

"Ce ne sont mie gent, ains sont angre anpené."2

  • 3 G.B., v. 653-676, 875-935, 956-1005.
  • 4 Cf. Jules Horrent, "L’histoire poétique de Charlemagne dans la littérature française du moyen âge" (...)

4D’un côté l’empereur et ses compagnons, jadis si prestigieux, indignes désormais de leur gloire passée. De l’autre, comme un reflet magnifié et idéalisé, l’armée triomphante de Gui de Bourgogne. Dans ce dédoublement l’on découvre plus qu’un contraste : une concurrence. Les jeunes gens ne viennent pas seulement au secours de leurs pères, ils se présentent en émules. Avant d’aller les retrouver devant Luiserne, ils prennent le temps de conquérir successivement toutes les places que Charlemagne n’avait pas su réduire. Et Gui, envoyant du butin en présent à son oncle, a soin de ne pas révéler complètement son identité et son origine mais se définit simplement comme roi de France3. Sa parenté, qu’il dissimule a ce moment, ne diminue pas la portée de cette prétention : malgré la déférence courtoise dont il tient a faire preuve a l’égard de Charles, malgré les précautions qu’il prend pour ne pas se poser en usurpateur ou en révolté4, il n’en apparaît pas moins comme un rival.

  • 5 Cf. Flerabras, éd. A. Kroeber et G. Servols, Paris, Vleweg, 1860, (APF), v. 143-226, 2263-2282 ; J (...)
  • 6 E. R. Curtius, "Ueber die altfranzösische Epik, II, 2, Gui de Bourgogne", Romanische Forschungen. (...)
  • 7 Outre les travaux mentionnés ici, cf. T. Hunt, "Materials for an Edition of Gui de Bourgogne". Oli (...)
  • 8 Cf. P. Jonin, Pages épiques du Moyen Age français, t. II, Paris, Sedes, 1970, p. 14 ; J. Horrent, (...)

5Aussi n’est-il pas étonnant que le sujet du poème ait été généralement perçu comme un conflit de générations : la concurrence des pères et des fils, de l’oncle et du neveu, ne se trouve-t-elle pas au coeur de l’action ? Une telle opposition entre jeunes et vieux n’est pas exceptionnelle, dans les chansons de geste, et l’on se souvient de quelques violentes querelles entre Charles et Roland5. Mais elle a rarement pris une telle importance. Si le poète construit ici tout son récit autour d’un motif bien connu, il lui accorde une place réservée d’ordinaire à d’autres sortes d’antagonismes. La critique ne pouvait manquer de le souligner et, depuis l’étude d’E. R. Curtlus6, les commentaires - à vrai dire peu nombreux7 - Inspirés par cette chanson ont mis l’accent sur la rivalité qui oppose l’armée des pères - et de l’oncle - à celle des fils - et du neveu8.

  • 9 G.B., v. 856-935, 966-978.
  • 10 G.B., v. 435-447, 659, 956-968, 2877-2914, 2930.
  • 11 G.B., v. 1063-1155.
  • 12 G.B., v. 2915-2936, 3085-3088, 3104, 3108, 3970-3974.
  • 13 G.B., v. 248-255, 918-920, 1007-1013, 3963.
  • 14 J. Horrent, art. cit., p. 46.

6Le conflit, pourtant, reste latent. Malgré les reproches que les Jeunes gens adressent sans ménagements aux pères qui ont délaissé la France et leurs familles9, malgré l’extrême fermeté avec laquelle Gui revendique la reconnaissance de son titre de roi10, Jamais n’éclate entre eux un réel affrontement. Et c’est en vain que Ganelon, fidèle pour sa part à son rôle traditionnel, Incite Charlemagne a une rupture irrémédiable en proposant de tuer les envoyés du nouveau roi de France11. Celui-ci, d’ailleurs, ne conteste nullement les droits de Charlemagne, dont il reconnaît la primauté12, ni ne le dépossède du moindre de ses biens13. En fait, aucun des deux groupes ne se met vraiment dans son tort, et le poète, on l’a parfois remarqué14, évite soigneusement de condamner l’un ou l’autre. Les Sarrasins seuls, dans cette chanson, représentent le mal et, même si leur rôle reste indispensable, ils ne se trouvent pas au coeur de l’action.

  • 15 G.B., v. 3909-4024.
  • 16 Ansels de Carthage, éd. J. Alton, Tübingen, 1892, v. 89-148 ; Otinel. éd. F. Guessard et H. Michel (...)
  • 17 G.B., v. 1022-1036.

7L’accord pourra donc s’établir assez aisément entre les deux chefs chrétiens et entre leurs armées. Les retrouvailles des pères et des fils donneront lieu a une scène émouvante15, et chacun des deux rois, reconnaissant la dignité et la légitimité de l’autre, acceptera un compromis : a la fin de la chanson, Gui deviendra roi d’Espagne, vassal de Charlemagne, et celui-ci recouvrera la pleine possession de la couronne de France. C’est là un procédé fréquent dans l’épopée : Anseïs de Carthage, Otinel, d’autres encore16 reçoivent en fief un royaume conquis. Mais il est exceptionnel qu’il permette de rétablir la concorde entre deux rois de France, dont chacun peut à Juste titre réclamer le trône sans cependant contester sérieusement les droits de son rival. Gui ne souhaite nullement évincer Charlemagne, et celui-ci, malgré son déplaisir mais peut-être contraint par la détresse de son armée, se résigne assez aisément à coexister avec ce double, à la fois encombrant et secourable, de lui-même17.

8La parenté de Charles et de Gui de Bourgogne apparaît comme une Justification, la garantie que l’élection du jeune homme n’est pas une révolte contre le souverain légitime. Parce qu’il appartient à la famille royale, Gui ne sera pas considéré comme un usurpateur. C’est pour cette raison que le fils de Nalmes, le sage Bertrand, propose de lui confier la couronne :

  • 18 G.B., v. 220-225.

"Car fesons celui roi, se voz le commandez.
Se revient l’emperere ariere en son rené
Et il trueve celui que l’aions coroné,
Il ne l’oclra mie, de son linage est né.
Et se il ne revient, si aura l’erité ;
Car nos ne volons mie Karlon deseriter."18

9L’élection, Ici, ne s’oppose pas a l’hérédité royale, mais au contraire la confirme. Charlemagne, dans cette chanson, n’a pas de fils, et Gui apparaît un Instant comme son successeur naturel. Sa situation pourrait rappeler celle de ces héritiers parfois associés au trône du vivant du souverain, si son élévation a la dignité royale ne se faisait pas en l’absence et sans le consentement de Charles - ce que le vieil empereur, même une fois passé son premier mouvement de colère, acceptera peut-être le plus difficilement :

  • 19 G.B., v. 1089-1090, cf. v. 1248-1250.

"Il ont fait roi en France de Guion le guerrier,
C’a mol n’a mon pooir n’an pristrent ains congié."19

  • 20 G.B., v. 1133-1136.

10En fait, malgré le ressentiment éprouvé par les Jeunes gens aussi bien que par leurs pères, la conscience d’une communauté de lignage désarme leur hostilité. C’est elle qui conduit Naimes a conseiller l’apaisement, a l’un des moments les plus dramatiques du poème20. C’est elle aussi qui, de l’aveu même des personnages, donne sa légitimité à Gui de Bourgogne, et empêche la rivalité des deux rois de provoquer une lutte ouverte. Sans attendre de connaître l’identité de son mystérieux concurrent, Charlemagne devine entre eux un lien familial qui Justifie son élection et son comportement :

  • 21 G.B., v. 3159-3162.

"S’il ne fust mes parens mes cousins ou mes niez,
Il ne l’osast panser, por les membres tranchier,
Ne li enfant de France ne l’eussent laissié
Que Ja corone d’or éust mis sor son chief."21

11Ainsi, la même relation de parenté qui donne ses caractères particuliers à la concurrence des deux rois et des deux armées permet d’éviter qu’elle se transforme en affrontement réel. Par sa seule existence, et sans même que tous les personnages en aient clairement pris conscience, elle rend acceptable et semble légitimer cet étrange dédoublement de la fonction royale dont Charlemagne et son jeune neveu nous présentent l’image.

***

  • 22 Le Gallien de Cheltenham, éd. D. Dougherty et E. Barnes, Amsterdam, Benjamins, 1981.
  • 23 G.B., v. 383-390, 1484-1539, 1548-1553, 3081-3104.

12Cela ne signifie pas, assurément, qu’elle suffise à l’expliquer. Car le lien familial qui unit Gui à l’empereur n’éclaire certainement pas tous les aspects de la conduite et de la destinée du jeune homme. Il permet de comprendre ce qui l’autorise a remplacer Charlemagne et peut-être ce qui l’Incite à le suivre et à le secourir, mais non son étrange attitude lorsqu’il se trouve en Espagne. Gui de Bourgogne, en effet, n’est pas Galien22, ni Télémaque. Il lui importe sans doute moins de retrouver son oncle et son père, Sanson, que d’accomplir, a leur place, tous les exploits qu’ils n’ont pu réussir. Avant de les rejoindre sous les murs de Luiserne il tient à conquérir toutes les places sarrasines qui, depuis si longtemps, leur résistent Insolemment23, et surtout il manifeste une curieuse volonté de dissimuler, le plus longtemps possible, cette parenté qui fonde sa légitimité royale. Indifférent au mécontentement de ses guerriers, il leur Interdit rigoureusement de révéler son Identité et même, quant a eux, de se faire reconnaître de leurs propres pères. Ils devront se garder

  • 24 G.B., v. 1206-1207 et 1208-1209 ; cf. 663-676, 2847-2853

"... du roi Guion paller
Ne qui est il suens peres et li siens parentés."24

13Loin de rassurer Charlemagne, à qui pourtant le Jeune roi adresse des présents, cet étrange comportement n’est-il pas de nature à aviver le conflit ? En fait Gui, sans en formuler les raisons, se conforme dans son action a la logique de son rôle. Il s’emploie bien plus à s’Imposer par ses hauts faits qu’à se concilier, grâce à son origine, la bienveillance de Charles. Il instaure ainsi entre les deux armées une séparation, il affirme son altérité, il revendique sa différence.

  • 25 E. R. Curtius, art. cit., p. 439.
  • 26 G.B., v. 6.
  • 27 G.B., v. 645-678.
  • 28 G.B., v. 714, 745...
  • 29 G.B., v. 392, 1579, 1680...
  • 30 G.B., v. 627-637.

14Car les deux rois sont loin d’être interchangeables. La chanson, A travers leur apparente rivalité, établit un partage des rôles et des tâches, une distinction des qualités qui les caractérisent. E.R. Curtius avait signalé le contraste, marqué par Gui lui-même, dès le début de la chanson, entre la fortitudo des jeunes gens et la saplentia des anciens25. Nais l’opposition qui sépare les deux armées, leurs deux chefs, est certainement d’une plus vaste portée. Alors que Charlemagne malgré ses efforts apparaît, tout au long du poème, passif ou Inefficace, Gui se présente d’abord en homme d’action. Comme pour réserver à ce nouveau roi le monopole de la puissance, le poète place le vieux souverain et ses pairs dans un état de faiblesse et d’indigence auquel la tradition épique les avait rarement réduits. Bien qu’ils aient eux-mêmes fait en Espagne des conquêtes "a grant plenté"26, ils ont le plus grand besoin du ravitaillement que Gui, riche autant que victorieux, leur envoie avec largesse27. L’immobilité du vieux souverain, souvent représenté assis28, contraste avec la fougue du Jeune chef toujours à cheval29. A la paralysie de l’armée impériale s’oppose le mouvement incessant qui conduit les jeunes gens de Carsaude à Montorguil, à Augorie, à Maudrane, à Luiserne enfin. Dans la tactique même du combat contre les Sarrasins se révèlent ces deux tendances inverses : Gui préfère, à la patiente et savante guerre de siège que l’empereur mène depuis si longtemps, l’assaut Impétueux ou la ruse audacieuse qui permettent, en un seul mouvement, d’enlever une place. Il lui suffit ainsi, pour conquérir Carsaude, que ses chevaliers, lancés au galop, pénètrent dans la cité sur les talons des Sarrasins en fuite30.

  • 31 G. Dumézil, Mitra-Varuna. Essai sur deux représentations indo-européennes de la souveraineté, Pari (...)
  • 32 L. de Heusch, "Pour une dialectique de la sacralité du pouvoir", dans L. de Heusch et al., Le Pouv (...)
  • 33 Id., ibid., p. 32.
  • 34 M. Sot, "Hérédité royale et pouvoir sacré", Annales E.S.C., 43, 1988, pp. 705-733.

15Cette celeritas. expression d’une force vitale débordante, est caractéristique du jeune roi et de son armée, et contraste ainsi nettement avec l’excessive retenue, la grauitas de leurs pères. Une opposition si fortement marquée n’évoque-t-elle pas celle que G. Dumézil a observée entre deux aspects fondamentaux de la souveraineté Indo-européenne ? "Là, écrit-il, tumulte, passion, impérialisme d’un junior déchaîné ; ici, sérénité, exactitude, modération d’un senior sacerdotal"31. De celui-ci, certes, le Charlemagne de notre chanson présente une image quelque peu caricaturale. Hais il incarne du moins, en face de Gui, l’un des deux pôles entre lesquels s’organise la sacralité du pouvoir dans nombre de sociétés archaïques : une royauté religieuse, légitimement établie sur une continuité dynastique, une "sacralité du sang qui véhicule la royauté héréditaire, fondée sur la grauitas"32. A l’opposé, note L. de Heusch, "toute royauté d’essence magique repose sur une valorisation de la celerltas, de la force vitale de la jeunesse"33, implique la conquête, l’exploit, la rupture. L’opposition entre ces deux aspects du pouvoir sacré, - que M. Sot retrouve aussi dans les récits d’avènements successifs au trône de France jusqu’à Hugues Capet34 -, peut certainement contribuer à éclairer le partage des rôles entre Gui de Bourgogne, jeune conquérant plein de fougue, qui simule la rupture en dissimulant son hérédité royale, et Charlemagne, vieux souverain installé dans la durée et garant de l’ordre.

  • 35 Cf. W.O. Farnsworth, Uncle and Nephew in the old french Chansons de geste, (A study in the surviva (...)
  • 36 J. H. Horrent, art. cit., p. 47.
  • 37 Cf. les remarques de Guessard et Michelant dans l’Introduction de leur édition, pp. vii-viii.
  • 38 G.B., v. 4059-4061.
  • 39 A. Planche, "Roland fils de personne. Les structures de la parenté du héros dans le manuscrit d’Ox (...)

16Peut-être même cette opposition éclaire-t-elle leur relation de parenté. Celle-ci présente, en effet, une singularité : alors que tous ses compagnons sont définis comme les fils des barons de Charlemagne, Gui de Bourgogne seul est présenté comme un neveu. Il est vrai qu’il a, dans l’entourage de l’empereur, un père, Sanson, mais celui-ci n’apparaît dans le poème que comme un personnage secondaire. Le lien essentiel est celui qui unit et en même temps distingue le jeune roi et son oncle. La tradition épique, sans doute, interdisait de faire de Gui un fils de Charlemagne, et en outre l’on sait qu’elle a pour les neveux une prédilection particulière35. Mais, dans cette "fantaisie épique pleine de gravité"36, le poète ne garde de la tradition que ce qui lui convient37. En fait, un fils de roi, héritier du trône, n’est-il pas - ou ne devrait-il pas être - l’image rajeunie de son père ? Tout écart ne constituerait-il pas une anomalie ? Tout comme son père Naimes, le jeune Bertrand tient auprès de son roi le rôle d’un sage conseiller. Mais Gui de Bourgogne ne saurait reprendre le rôle de Charlemagne. Il ne lui succèdera d’ailleurs pas sur le trône de France : celui-ci doit revenir à Roland38, autre neveu - ou, ailleurs, fils incestueux - de l’empereur, dont on sait depuis Turold qu’il est "l’émanation directe" selon le mot d’A. Planche39. Roland, dans cette chanson, appartient au groupe des anciens, dont il partage tous les traits. Il pourra ici Incarner la continuité, tandis que Gui manifeste une rupture. S’il est roi, c’est précisément parce qu’il est autre, et ce caractère, à la fols proche et différent, ne conviendrait pas à un fils. Le choix même du lien de parenté qui unit et en même temps distingue Gui et Charlemagne reflète cet écart qui leur permet d’incarner les deux aspects complémentaires de la sacralité royale.

  • 40 G.B., v. 2506-2509.

17Qu’il s’agisse du pouvoir et du sacré, dans notre chanson, l’on n’en saurait douter : Dieu lui-même en témoigne de la manière la plus claire. Directement ou par l’Intermédiaire de ses anges, il conduit les personnages, oriente l’action et lui donne son sens. Cependant les manifestations surnaturel les permettent d’établir, elles aussi, une rigoureuse distinction entre les deux rois. Ils bénéficient l’un et l’autre, assurément, de ces relations particulières avec le divin qui peuvent, par excellence, conférer au pouvoir sa légitimité. Mais les formes qu’elles prennent sont nettement différenciées. A Gui de Bourgogne est réservée l’aide divine dans le combat, c’est-à-dire l’action : tantôt une discrète protection personnelle face à un adversaire particulièrement dangereux40, tantôt un prodige spectaculaire. A Carsaude, lors de l’attaque du donjon, et, plus tard, à Luiserne, les remparts sarrasins s’écroulent miraculeusement pour offrir un passage aux jeunes assaillants :

  • 41 G.B., v. 692-694. Cf. v. 1736-1738 et 4178-4183.

Or oez des vertus com Diex ot Guion chier :
Ainçois c’on fust alé le trait à .I. archer,
Fendi la tour de marbre par mi, an . II. moitiés.41

18A l’énergie conquérante Incarnée par Gui correspondent ainsi les démonstrations prodigieuses d’une force surnaturelle : l’intervention divine s’exerce selon les modalités et dans le domaine propre qui relèvent de chaque roi.

  • 42 G.B., v. 150-163.

19C’est pourquoi Dieu favorise Charlemagne non point de ses miracles mais de ses apparitions : la forme de souveraineté que représente l’empereur se caractérise non par l’action mais par la connaissance. Autant, dans son entreprise guerrière, il semble abandonné à sa détresse, autant il apparaît extraordinairement privilégié quand il reçoit, seul, les révélations divines. A trois reprises, dans les moments critiques, un ange lui apparaît pour le rassurer et lui annoncer l’avenir. Dès le début de la chanson, sept ans avant le couronnement et l’aventure de Gui, l’empereur apprend ainsi qu’il recevra, a Luiserne, le secours dont il a besoin42. L’attente, certes sera longue, mais l’immobilité même de Charles est à l’évidence inscrite dans le plan divin. Plus tard, dans le curieux épisode où, désespéré par la paralysie de son armée et l’inefficacité de ses efforts, il se rend seul, déguisé, au milieu des Sarrasins pour espionner leur forteresse, le secours dont il bénéficie, au moment du plus grand danger, n’est pas une action miraculeuse, mais une apparition :

  • 43 G.B., v. 1355-1357.

Vit entr’ovrir le ciel jusc’a la maïsté,
Et une crois saintisme qui gete grant clarté ;
De toutes pars le tienent .IIII. angres anpené.43

20Mais la dernière vision est certainement la plus significative : alors que Gui de Bourgogne vient enfin de le rejoindre, qu’ils se sont réconciliés, que tout semble prêt pour que les deux armées s’emparent ensemble de Luiserne, un ange ordonne à Charles de s’éloigner :

  • 44 G.B., v. 4098-4101.

"Ce te mande il Sires qui en crois fu penés
Que ailles en Galisce por Saint Jake aorer.
Ainçois que tu reviegnes, je te di par verte,
Orrois vos teus noveles dont vos joiant serés."44

21Et tandis que l’empereur accomplira pieusement son pèlerinage, Gui de Bourgogne donnant l’assaut sans l’attendre, malgré ses Instructions, enlèvera la ville, avec l’aide miraculeuse de Dieu.

  • 45 G. Dumézil, op. cit., ibid.

22Le partage des rôles peut-il être plus clair ? En face de Gui, "Junior déchaîné", Charlemagne ne ressemble-t-il pas ici au "senior sacerdotal" dont parlait G, Dumézil45 ? N’incarne-t-il pas, en face de la force magique qui se révèle dans l’action du jeune roi, l’aspect religieux de la souveraineté ? En définitive, ce qui se dissimule, sous l’apparence d’un conflit de générations, ce n’est pas tant une concurrence qu’une différence et une complémentarité. Chacun des deux chefs représente l’un des aspects du pouvoir royal, et c’est leur réunion seule qui permet à celui-ci de s’exercer dans sa plénitude, c’est-à-dire ici de prendre Luiserne et d’obtenir de Dieu sa destruction définitive. Ainsi le mal sera-t-il extirpé et l’ordre rétabli : Charles, libéré d’une entreprise guerrière qui n’était pas de son ressort, retrouvera son autorité, et Gui, échappant à une fonction d’administrateur étrangère à sa nature, demeurera, à la tête de l’Espagne et face au monde païen, le bras armé de l’empire.

***

  • 46 F. Guessard et H. Michelant, introd. cit., p. xii.
  • 47 J. Horrent, art. cit., p. 47.

23Les rapports de parenté constituent ainsi une justification, dans Gui de Bourgogne, non une explication. Sous le récit d’un conflit larvé opposant les fils à leurs pères transparaît un partage des rôles et des attributions. A travers les liens familiaux de Gui et de son oncle se dessine la séparation de deux aspects complémentaires mais distincts de la fonction royale. Cette dualité contribue sans doute à éclairer les particularités d’un poème dont "la donnée (paraissait) extravagante" aux éditeurs46, et dans lequel, remarquait J. Horrent, "certains comportements ne tiennent pas bien, certaines Imaginations sont étranges"47. Car ce n’est sans doute pas l’effet du hasard si Gui peut être un roi légitime en même temps que Charlemagne et sans son aveu. Ce n’est pas une bizarrerie du trouvère si le jeune héros dissimule obstinément une parenté qui semblerait pouvoir seule fonder sa qualité royale : son pouvoir implique une spécificité que sa situation de neveu ne suffirait pas à exprimer. Dieu lui-même n’établit-il pas, entre les deux rois, une rigoureuse distinction ? En fait, tout le poème est construit sur une série de ces oppositions qui séparent les deux aspects archaïques de la sacralité royale mis en évidence par l’anthropologie. Mais une telle dualité ne correspond pas aux conceptions d’un monde qui attribue la couronne à un monarque, la légitimité à une dynastie. C’est pourquoi le partage des rôles se transforme finalement en une hiérarchie qui rend la primauté à Charlemagne, seul à porter le titre d’empereur. C’est aussi pourquoi l’épopée transpose le jeu des deux principes opposés dans un système de relations familiales et vassaliques. Celles-ci permettent de justifier, sinon toujours d’expliquer, le destin étonnant et l’étrange comportement des personnages. Dès lors, si Gui n’apparaît pas, en face de Charlemagne, comme un usurpateur, c’est parce qu’il est son neveu. Sa parenté dissimule ici son altérité : elle est une justification parce qu’elle a la fonction d’un masque.

Notes

1 Gui de Bourgogne, éd. F. Guessard et H. Michelant, Paris, Vieweg, 1859. Ci-dessous : G.B.

2 G.B., v. 475.

3 G.B., v. 653-676, 875-935, 956-1005.

4 Cf. Jules Horrent, "L’histoire poétique de Charlemagne dans la littérature française du moyen âge", dans Charlemagne et l’épopée romane. Actes du VII° Congrès International de la Société Rencesvals. t. I, Université de Liège, 1978, p. 46.

5 Cf. Flerabras, éd. A. Kroeber et G. Servols, Paris, Vleweg, 1860, (APF), v. 143-226, 2263-2282 ; Jehan de Lanson, éd. J.V. Myers, Chapel Hill, Univ. of Carolina Press, 1965, v. 61-94 ; L’Entrée d’Espagne, éd. A. Thomas, Paris, Didot, 1913, (SATF), t. II, v. 11049-11171. Cf. aussi le thème de la rivalité des jeunes et des vieux dans La Chanson d’Antioche, éd. S. Duparc-Quioc, Paris, Geuthner, 1977, v. 1354-1385.

6 E. R. Curtius, "Ueber die altfranzösische Epik, II, 2, Gui de Bourgogne", Romanische Forschungen. 61, 1948, pp. 438, 446.

7 Outre les travaux mentionnés ici, cf. T. Hunt, "Materials for an Edition of Gui de Bourgogne". Olifant, 10/3, 1983-1984, p. 117.

8 Cf. P. Jonin, Pages épiques du Moyen Age français, t. II, Paris, Sedes, 1970, p. 14 ; J. Horrent, art. cit., p. 45 ; M. de Combarieu, L’Idéal humain et l’expérience morale chez les héros des chansons de geste des origines à 1250. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1979, t. , p. 108 ; R. Specht, Recherches sur Nicolas de Vérone, Contribution à l’étude de la littérature franco-Italienne du quatorzième siècle, Berne-Francfort, Peter Lang, 1982, p. 83.

9 G.B., v. 856-935, 966-978.

10 G.B., v. 435-447, 659, 956-968, 2877-2914, 2930.

11 G.B., v. 1063-1155.

12 G.B., v. 2915-2936, 3085-3088, 3104, 3108, 3970-3974.

13 G.B., v. 248-255, 918-920, 1007-1013, 3963.

14 J. Horrent, art. cit., p. 46.

15 G.B., v. 3909-4024.

16 Ansels de Carthage, éd. J. Alton, Tübingen, 1892, v. 89-148 ; Otinel. éd. F. Guessard et H. Michelant, Paris, Vleweg, 1859, (APF), v. 2108-2109 ; Fierabras. éd. A. Kroeber et G. Servois, Paris, Vleweg, 1860, (APF), v. 6020-6022 ;

17 G.B., v. 1022-1036.

18 G.B., v. 220-225.

19 G.B., v. 1089-1090, cf. v. 1248-1250.

20 G.B., v. 1133-1136.

21 G.B., v. 3159-3162.

22 Le Gallien de Cheltenham, éd. D. Dougherty et E. Barnes, Amsterdam, Benjamins, 1981.

23 G.B., v. 383-390, 1484-1539, 1548-1553, 3081-3104.

24 G.B., v. 1206-1207 et 1208-1209 ; cf. 663-676, 2847-2853

25 E. R. Curtius, art. cit., p. 439.

26 G.B., v. 6.

27 G.B., v. 645-678.

28 G.B., v. 714, 745...

29 G.B., v. 392, 1579, 1680...

30 G.B., v. 627-637.

31 G. Dumézil, Mitra-Varuna. Essai sur deux représentations indo-européennes de la souveraineté, Paris, Gallimard, 1948, p. 62.

32 L. de Heusch, "Pour une dialectique de la sacralité du pouvoir", dans L. de Heusch et al., Le Pouvoir et le Sacré, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, 1962, (Annales du Centre d’Etude des Religions), p. 35. (C’est l’auteur qui souligne).

33 Id., ibid., p. 32.

34 M. Sot, "Hérédité royale et pouvoir sacré", Annales E.S.C., 43, 1988, pp. 705-733.

35 Cf. W.O. Farnsworth, Uncle and Nephew in the old french Chansons de geste, (A study in the survival of matriarchy). New York, Columbia University Press, 1913. (Repr. Ams Press, 1966) ; R.R. Bezzola, "Les Neveux", Mélanges J. Frappier. Genève, Droz, 1970, t. I, pp. 89- 114 ; J.R. Allen, "Kinship in the Chanson de Roland", J. Misrahi Memorial Volume, éd. by H.R. Runte et al., Columbia, South Carolina, French Literature Publications Company, 1977, pp. 34-45.

36 J. H. Horrent, art. cit., p. 47.

37 Cf. les remarques de Guessard et Michelant dans l’Introduction de leur édition, pp. vii-viii.

38 G.B., v. 4059-4061.

39 A. Planche, "Roland fils de personne. Les structures de la parenté du héros dans le manuscrit d’Oxford", dans Charlemagne et l’épopée romane, op. cit., t. II, p. 601.

40 G.B., v. 2506-2509.

41 G.B., v. 692-694. Cf. v. 1736-1738 et 4178-4183.

42 G.B., v. 150-163.

43 G.B., v. 1355-1357.

44 G.B., v. 4098-4101.

45 G. Dumézil, op. cit., ibid.

46 F. Guessard et H. Michelant, introd. cit., p. xii.

47 J. Horrent, art. cit., p. 47.

Auteur

Université de Franche-Comte

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter