Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine épique

Le mariage de Roland de Girart de Vienne à la Légende des Siècles

Claude Mauron

Texte intégral

  • 1 Cf. Henri Jacoubet, Le genre troubadour et les origines françaises du romantisme, Les Belles Lettr (...)
  • 2 Claude Foucart, Le mythe du Moyen Age dans la littérature française à la fin du xixème siècle, Kie (...)
  • 3 Ainsi que la correspondance de son auteur l'atteste abondamment, La Légende des Siècles devait s'i (...)

1Cette communication se situe en lisière du champ du présent colloque, dans la mesure où elle ne traite pas stricto sensu des liens de parenté au Moyen Age, mais du devenir, en un temps beaucoup plus proche de nous, de liens de parenté prestigieux du Moyen Age littéraire - ceux qui unissent Roland et Olivier, beaux-frères au seul niveau des projets et des promesses. Comme chacun le sait, le xixème siècle a vu beaucoup de ses auteurs se référer à l'héritage médiéval, dans la production souvent bien mièvre du "genre troubadour"1 mais aussi et surtout dans un nombre respectable de grands textes, que des recherches relativement récentes ont tenté d'envisager globalement, de ce point de vue spécifique2. C'est à ce dernier effort que voudraient contribuer, ponctuellement, nos réflexions sur Le Mariage de Roland, "petite épopëe"3 hugolienne.

  • 4 Paulin, Paris, 1911.

2Sans doute convient-il, au préalable, de dire quelques mots de l'itinéraire de filiation conduisant du Girart de Vienne de Bertrand de Bar au Mariage de Roland de Victor Hugo. Le parcours a été exploré et balisé par Paul Berret, dans sa thèse sur Le Moyen Age européen dans La Légende des Siècles et les sources de Victor Hugo4. Rappelons brièvement ses conclusions qui, à notre connaissance, n'ont jamais été remises en cause, et on voit mal comment elles pourraient l'être, vu la matérialité et la solidité des arguments produits.

  • 5 Nos 1374 et 1448 = ms S et ms D dans la classification de l'édition de Wolfgang van Emden (Société (...)

3A l'origine, donc, était l'épopée en ancien français de Girart de Vienne de Bertrand de Bar-sur-Aube, rédigée à la fin du xiième siècle. Cette oeuvre a été conservée à la postérité par plusieurs manuscrits anciens, dont deux appartiennent au fonds national français de longue date, puisqu'ils sont déjà répertoriés à la Bibliothèque Royale de Paris au xviième siècle5. C'est par eux que passe la piste aboutissant à Hugo. Ces manuscrits, en effet, sont signalés en 1834 par Francisque Michel dans son édition du Roman de la Violette. Ils retiennent ensuite l'attention d'un érudit, Achille Jubinal, qui en tire la matière d'un article publié dans Le Journal du Dimanche du 1er novembre 1846 et intitulé "Quelques romans chez nos aïeux". Certes, Jubinal était "plus un vulgarisateur qu'un savant", selon le mot de P. Berret, et l'on conçoit, avec le même critique, qu'il se soit contenté de lire l'un des deux manuscrits parisiens. Rendons néanmoins hommage à cette époque où Le Journal du Dimanche traitait à l'occasion de littérature médiévale et ou ses collaborateurs étaient capables de déchiffrer des manuscrits du xiiième siècle... De fait, l'article de Jubinal résumait à grands traits, et généralement de façon assez fidèle, Girart de Vienne, Aymeri de Narbonne et Raoul de Cambrai - un beau triptyque, on s'accordera à le reconnaître.

  • 6 Dans la collection des Grands Ecrivains de la France, Hachette, Paris, 1921 (t. I, p. 155 et s.).
  • 7 Id., p. 161-162 (ces extraits ont été repris dans l'apparat critique de La Légende des Siècles, Œu (...)

4Petite cause, grands effets : cette vulgarisation, dans Le Journal du Dimanche, devait être à l'origine de trois poèmes hugoliens, Le Mariage de Roland, mais encore Aymerillot et L'Aigle du Casque. En ce qui concerne le premier, la filiation est attestée, d'une manière absolue, par une page du périodique, conservée à la Bibliothèque Nationale, en marge de laquelle Hugo a esquissé quelques vers de sa pièce. On y joindra une série impressionnante de convergences textuelles. Sur tous ces points, renvoyons toujours à la thèse déjà citée de P. Berret, ainsi qu'aux notes de son édition critique de La Légende des Siècles6, où il reproduit de surcroît les passages marquants de Jubinal7. Indiquons au passage que ce critique envisage l'éventualité d'autres sources, provenant d'allusions au combat de Roland et d'Olivier dans les Oeuvres choisies du comte de Tressan ou dans un article d'Edgar Quinet publié par La Revue des Deux Mondes en 1837 : tout en admettant que "la curiosité de Hugo a pu être éveillée" par ces lectures latérales, P. Berret s'en tient sur le fond à l'ascendance Jubinal, ce qui nous paraît parfaitement justifié.

5Tel est, en bref, le parcours reliant Bertrand de Bar â Victor Hugo, parcours qui n'a rien d'exceptionnel, si ce n'est qu'il se révèle nettement déterminé pour chacune de ses étapes (ce qui n'est pas toujours le cas, tant s'en faut, dans ce genre d'investigations) et que, par voie de conséquence, il nous autorise à raisonner à partir de données fiables.

  • 8 Nous ne disons pas : "réduire" ...
  • 9 "Le Moyen Age de Victor Hugo", Œuvres Complètes de Victor Hugo, éd. du Club français du Livre, t. (...)

6Il est à relever, en premier lieu, que sur les arrière-plans du combat opposant Roland â Olivier, Hugo reçut de Jubinal un aperçu qui correspond, grosso modo, à la lettre et à l'esprit de l'épopée ancienne. Roland affronte Olivier parce que Charlemagne est venu assiéger Vienne, dont le seigneur, Girart, est entré en rébellion. Le contexte est celui d'un conflit vassal-suzerain, que l'on peut aisément rapporter8, psychologiquement, à un conflit avec une figure paternelle autoritaire. Et, s'il est un cas où l'on se sent légitimement fondé à parler de situation œdipienne, c'est bien celui-ci : dans l'œuvre médiévale, un contentieux très précis existe entre Charlemagne et son écuyer Girart : ce dernier devait épouser la veuve du duc de Bourgogne, mais l'empereur la lui a prise pour son propre compte. Pareille rivalité amoureuse n'est pas mentionnée dans le résumé de Jubinal, résumé hâtif sur ce point comme sur d'autres, mais aussi "tant soit peu émasculé", selon l'appréciation de Paul Zumthor9. A l'inverse, toutefois, l'autre composante majeure du conflit oedipien, la révolte contre l'autorité paternelle, y est évoquée avec force :

"Pour des motifs qui nous sembleraient aujourd'hui un bien puéril moyen d'épopée, Gérard se fâche avec son suzerain et pille Mâcon qui lui appartient.
Charles entre en fureur... "

7Or - et ce sera là une première constatation importante pour notre propos - cette toile de fond conflictuelle, cette idée d'une rébellion contre une autorité supérieure qui, en retour, décide de sévir, Hugo les a complètement escamotées. Rien, pas un mot, dans les vers de La Légende des Siècles, n'explique pourquoi Roland et Olivier s'affrontent :

  • 10 Le Moyen Age européen..., op. cit., p. 37.
  • 11 The Middle Ages..., op. cit., p. 144.
  • 12 Comme l'écrit Léon Cellier, "Hugo ne conçoit l'épopée au sens strict que sous forme de petite épop (...)

8Ils se battent - combat terrible - corps à corps... mais pour quel motif ? Une glose au premier degré consiste à dire, avec P. Berret, que "Hugo a découpé dans l'article de Jubinal un épisode qui se suffit à lui-même"10. Janine R. Dakyns, quant à elle, rattache ce mutisme au goût du mystère qui caractérise fréquemment les chevaliers du Moyen Age chez Hugo11. Et l'on évoquera, bien sûr, les options du poète concernant le genre de la "petite épopée"12. Tout cela constitue un ensemble de déterminations que l'on peut juger complémentaires, et qui ne sont elles-mêmes pas incompatibles avec l'idée selon laquelle l'auteur, en "découpant l'épisode" a, ipso facto, rejeté, refoulé certains éléments - à commencer, en l'occurrence, par cet arrière-plan conflictuel. Il n'est jamais interdit de faire d'une pierre plusieurs coups, surtout inconsciemment. Celui-ci a pour résultat d'occulter la révolte de Girart contre Charlemagne : disons, pour simplifier, qu'il refoule le souvenir de la rébellion, donc de la culpabilité d'un "fils".

9Notre deuxième observation sera relative au déroulement de la bataille. Là encore, Jubinal résume rapidement, mais honnêtement, Bertrand de Bar, en faisant se succéder trois phases. D'abord un premier engagement à l'avantage de Roland, l'épée d'Olivier volant en éclats - mais Roland, magnanime, fait grâce et invite son adversaire à se procurer une nouvelle arme. S'ensuit un second affrontement, interrompu par une fausse faiblesse de Roland, désireux d'éprouver la générosité d'Olivier. Enfin l'intervention divine, par le truchement d'un ange, met un terme au duel, en enjoignant aux deux paladins de se réconcilier et de s'apprêter à conjuguer leurs efforts contre les infidèles. Dans ce scénario, on remarquera que jamais Roland n'est mis en difficulté ; autrement dit, le représentant du suzerain-père conserve à tout moment toute sa force, tout son avantage, face au représentant du vassal-fils.

  • 13 Le Moyen Age européen..., op. cit., p. 40-41.

10Il n'en va pas de même dans La Légende des Siècles. Aux deux premières phases distinguées ci-dessus, Hugo en adjoint une troisième, à l'issue de laquelle Olivier jette d'un revers Durandal dans le fleuve. C'est la réplique exacte (avec le même prolongement généreux : l'offre d'une autre épée) de l'engagement initial. Un réquilibrage s'opère donc au profit d'Olivier. La suite immédiate va dans le même sens. Roland décline la proposition d'Olivier et déracine un chêne : Il me suffit / De ce bâton... Si le détail ne provient pas de Jubinal, il n'en a pas moins une source directe, indiquée par P. Berret13, à savoir un passage du Roland furieux où le neveu de Charlemagne déracine un chêne. Or, à nouveau, Hugo tient à prêter à Olivier un exploit similaire :

11Sire Olivier arrache un orme dans la plaine.

12Pour ce détail, il ne se trouve, sauf erreur, aucun antécédent : son émergence ne procède donc que de la volonté de rééquilibrage dont nous avons fait état.

13Enfin, toujours dans la même optique, le dénouement ne manque pas d'intérêt. Si l'on superpose le texte de Hugo et sa source journalistique (ou l'épopée qu'elle résume), on s'aperçoit qu'en faisant interrompre le duel par Olivier (Roland, nous n'en finirons point...), le poète moderne l'a substitué à l'ange de Bertrand de Bar et de Jubinal. Le parallélisme nous paraît suggestif, surtout si on le relie à deux faits connexes :

14- d'une part, ces deux vers, dans la longue présentation des combattants :

L'archange saint Michel attaquant Apollo
Ne ferait pas un choc plus étrange et plus sombre.

15Qui est saint Michel, qui est Apollo ? Hugo n'en dit pas davantage, sur le moment. Il n'empêche qu'à la conclusion de cette tirade, on lit :

Car de ces deux enfants qu'on regarde en tremblant,
L'un s'appelle Olivier et l'autre a nom Roland.

16Saint Michel/Apollo...L'un/l'autre ... Olivier/Roland : en bonne rhétorique (et Hugo s'y connaissait !), c'est Olivier qui se situe au niveau de l'ange, tandis que Roland glisse du côté des infidèles.

17- d'autre part, le parallèle est aisé entre l'ange de Bertrand de Bar et Jubinal, qui arrête la bataille et communique les prescriptions divines, et l'aigle qui énonce la sentence suprême achevant L'Aigle du Casque - poème dont on se souvient qu'il a sa source, lui aussi, de l'article du Journal du Dimanche. Or, au moment où Olivier propose la solution à l'amiable, Hugo le qualifie d'aigle, après lui avoir prêté, auparavant, un casque enfoui sous les ailes d'une hydre.

18Au total, donc, il nous semble permis d'affirmer que, par rapport au texte dont elle s'inspire, la version hugolienne se caractérise par une accentuation de la stature d'Olivier, au cours du combat. De même que le "découpage de l'épisode" effaçait les torts de Girart à l'égard de Charlemagne, de même le déroulement du duel confère désormais à Olivier une dimension plus grande vis-à-vis de Roland. Celui-ci ne reconnaît-il pas, d'ailleurs, que l'affaire était chaude ? Les deux mouvements se complètent et les analyses que nous avons menées s'en trouvent renforcées d'autant.

19Pourtant, que l'on ne s'y trompe pas, ce que nous avons décelé, ce sont bien des mouvements, donc des tendances, des efforts. Il faut en apprécier la direction, et les limites.

  • 14 La Légende des Siècles, éd. citée, p. 165. Tout médiéviste le sait, faire de Roland le fils de Cha (...)

20La direction est nette. Partant d'un Girart de Vienne fils-vassal révolté contre le père-souverain, on se dirige vers un Olivier qui joue le rôle de l'ange. Cette augmentation de la stature du fils, à travers le personnage d'Olivier, va de pair avec une accentuation de la protection paternelle (de son côté, s'entend). Comme P. Berret l'avait déjà remarqué14, Hugo fait d'Olivier un fils, et non plus seulement un neveu du seigneur de Vienne, comme c'est le cas dans la tradition médiévale. Mieux, il tient à marquer la sollicitude de Girart envers son enfant :

Le vieux Gérard, dans Vienne, Attend depuis trois jours que son enfant revienne. Il envoie un devin regarder sur les tours.

21L'article de Jubinal ne contenait rien d'analogue. De plus, à deux reprises, le père d'Olivier est associé à de hautes figures religieuses. L'archevêque de sa cité, d'abord, lors des préparatifs :

Il fut, pour ce combat, habillé par son père...
Au moment du départ, l'archevêque de Vienne
A béni son cimier de prince féodal.

22Puis Dieu, au moment où Olivier est désarmé :

L'enfant songe à son père et se tourne vers Dieu.

23C'est dans un tel contexte, à l'abri de telles protections, qu'Olivier se voit attribuer la faculté qu'avait l'ange, à l'origine, d'interrompre le combat. Et une fois encore, du même coup, Girart le rebelle s'est rapproché, au fil des détails, d'une image de "bon père"...

24Restent les limites de cet effort, de ces aspirations. Le problème de fond, celui du courroux du père-suzerain (Charlemagne) s'exprime toujours par la puissance de son champion (Roland). Sur cet obstacle, Olivier bute durant tout l'affrontement, sans parvenir à le surmonter, même dans la version hugolienne. Quand Durandal tombe dans le fleuve, en effet, le fils de Girart ne saurait en profiter, obligé qu'il est, moralement, de rendre la générosité que Roland lui a accordée précédemment. Il entreprend alors de se ménager les voies d'une victoire symbolique :

C'est mon tour maintenant, et je vais envoyer
Chercher un autre estoc pour vous, dit Olivier.
Le sabre du géant Sinnagog est à Vienne.
C'est, après Durandal, le seul qui vous convienne.
Mon père le lui prit alors qu'il le défit.
Acceptez-le.

25Voilà bien le point le plus avancé où parvient la montée en puissance du fils-vassal : proposer au champion du père-suzerain un sabre de vaincu. Que Roland le prenne, et il s'identifiera au géant défait par Girart, ce qui le prédisposera, n'en doutons guère, à être vaincu par Olivier. Mais celui-ci, à cet instant, passe certaine limite aussi magique qu'absolue, et le coup d'arrêt tombe aussitôt, avec le refus de Roland :

Roland sourit. - Il me suffit
De ce bâton. - Il dit, et déracine un chêne.

26Rien de plus subtil que ce sourire de Roland. Comme représentant du père, le neveu de Charlemagne signifie ainsi joliment qu'il a éventé le piège de l'épée-qui-porte-malheur : si Olivier espérait triompher par de tels détours, c'était de sa part naïveté illusoire. Mais il importe de tenir compte, également, du fait que Roland n'est pas Charlemagne, et qu'il se trouve lui aussi, d'une certaine manière, en position de "fils". Pourquoi ce fils-là ne sourirait-il pas du piège tendu par Olivier, d'autant que lui-même, peu avant, avait feint la fatigue ? Espiègleries de jeunes preux, complicité naissante - le sourire signifie encore cela. Le compromis est proche : il est nécessaire du point de vue d'Olivier, qui n'a pu s'imposer ni par la force ni par la ruse ; il est possible du point de vue de Roland, qui a su maintenir l'autorité de Charlemagne et qui maintenant, notons-le au passage, va s'affranchir lui-même de cette autorité en concluant la paix de son propre chef et à son propre profit...

27Notons à ce sujet que le personnage de Charlemagne a été impitoyablement éliminé du tableau de La Légende des Siècles. Lorsque le duel cessait, chez Bertrand de Bar, Roland proclamait son indéfectible attachement à son oncle :

  • 15 Ed. van Emden, v. 5935-5938.

Sire Oliviers, ja ne vos ert celé,
Je vos plevis la moie loiauté
Que plus vos ain que home de mere né,
Fos Charlemene, le fort roi coronné.15

28Et Jubinal reprenait en écho :

"Olivier, dit Roland, vous êtes, après mon oncle
Charlemagne, l'homme que j'aime le plus au monde".

  • 16 La seule fois où il évoque Charlemagne (Je dois me comporter en franc neveu de roi...), c'est pour (...)

29Ce trait a disparu dans le texte hugolien, ce qui renforce le refoulement dont nous parlions. On ignore pourquoi Roland se bat, et l'on n'a guère l'impression qu'il doive rendre compte à quelqu'un16. Autant dire qu'il semble avoir le champ libre pour conclure l'affaire à sa guise, pacifiquement s'il le veut. En face, le père d'Olivier se voit prêter des sentiments simples, une espérance facile à exaucer :

Le vieux Gérard, dans Vienne,
Attend depuis trois jours que son enfant revienne.

30Et, à le considérer de près, on s'aperçoit que tout le déroulement du poème laisse percer une tentation croissante d'arrêter le duel. Olivier perd-il son épée ? Je m'arrête, déclare Roland, et ils causent un moment. Le neveu de Charles feint-il quelque fatigue ? Couchez-vous et dormez, dit Olivier. Plus tard, nouvelle pause, nouvelle conversation :

Sous un arbre en causant ils sont allés s'asseoir.

31Finalement Olivier s'arrête et propose l'armistice :

Ne vaudrait-il pas mieux que nous devinssions frères ?

  • 17 Il est significatif que, dans la description même du combat, Hugo se soit partiellement inspiré d' (...)

32Au fond, il propose à Roland d'oublier - autre refoulement -le niveau des pères, et de fraterniser17 désormais au niveau des fils. A ce moment, notons-le, Olivier se permet pour la première fois de tutoyer son adversaire :

Ecoute, j'ai ma soeur, la belle Aude au bras blanc. Epouse-la.

33Renonçant à une possession (j'ai ma soeur), Olivier se déclare disposé à payer de ce prix l'arrêt des hostilités. Que l'on remonte au différend originel (que Hugo connaissait) et l'on entendra que la famille de Girart paie, de la main d'Aude, la fin de l'expédition punitive de Charlemagne contre Vienne. Rappelons que, chez Bertrand de Bar et Jubinal, la fin du combat et le mariage n'étaient nullement liés de si étroite manière. Hugo, lui, les associe dans un marché explicite, d'autant plus cohérent psychologiquement qu'il joint les deux composantes classiques du schéma oedipien, l'agressivité et le désir sexuel. Les deux "frères" effacent d'un commun accord les vieilles rébellions, sans en référer aux "pères" (d'où l'avantage de l'éloignement de celui qui pourrait se récrier, Charlemagne) et celui des "fils" qui peut épouser Aude sans culpabilité (c'est-à-dire sans inceste), â savoir Roland, l'épouse.

  • 18 L'analogie entre Le Mariage de Roland et Hernani est indiquée dans une note de la Psychanalyse de (...)

34Parvenu à ce point, Hugo se trouve avoir parcouru un chemin qui lui est familier18 : deux personnages se sont affrontés (comme Hernani et Don Carlos, ou Didier et Saverny dans Marion Delorme), puis sont parvenus à une sorte de compromis, l'un cédant la femme (Dona Sol, Marion) à l'autre. Cependant, s'agissant des oeuvres de grande envergure, une ultime phase surgit, qui conduit à la tragédie. On voit sans peine ce qui pouvait lui correspondre dans notre cas : Roncevaux. Le résumé de Jubinal en faisait naître aussitôt la douloureuse menace, dans une longue phrase mélancolique :

"Les deux héros ne se quittèrent plus, même pour mourir, car ils tombèrent ensemble sur le champ de Roncevaux, et reposèrent côte à côte dans cette triste vallée sur laquelle, de nos jours, malgré les souvenirs qu'y sema la poésie des vieux temps, l'oeil s'étend avec tristesse, comme sur les royaumes vides de l'Ecriture".

  • 19 Le Moyen Age européen..., op. cit., p. 37.
  • 20 "Le Moyen Age de Victor Hugo", art. cit., p. xx.

35Comme il en avait usé pour ce qui se situe en deçà du combat, Hugo a fait l'impasse sur ce qui survient au delà. D'un côté et de l'autre, la notion de "petite épopée" permettait des élagages, dans la matière fournie par l'article du Journal du Dimanche. "Sans préoccupation de rattacher son récit à l'ensemble des événements d'une chanson de geste", écrivait P. Berret19... Nous préférons dire : en se détachant radicalement de plusieurs événements de l'épopée initiale... C'est d'ailleurs exactement ce que signifiait la Préface de La Légende des Siècles quand elle qualifiait Le Mariage de Roland et Aymerillot de "feuillets détachés de la colossale épopée du moyen âge". Qu'un tel "détachement" traduise à la fois un choix et des refus, ou des refoulements, nous voudrions en avoir persuadé le lecteur. Paul Zumthor s'est demandé si Le Mariage de Roland n'aurait pas été, pour son auteur, "une déception"20 : eu égard aux efforts déployés, aux aspirations intégrées, aux hantises écartées, à l'équilibre réalisé, nous croirions plutôt, bien au contraire, que le poète avait quelques raisons d'en être satisfait.

Notes

1 Cf. Henri Jacoubet, Le genre troubadour et les origines françaises du romantisme, Les Belles Lettres, Paris, 1929.

2 Claude Foucart, Le mythe du Moyen Age dans la littérature française à la fin du xixème siècle, Kiel, 1969 ; Janine R. Dakyns, The Middle Ages in French Literature, (1851-1900), Oxford University Press, Oxford, 1973.

3 Ainsi que la correspondance de son auteur l'atteste abondamment, La Légende des Siècles devait s'intituler, primitivement, Les Petites Epopées. Ce ne fut, en définitive, que le titre de la première série, dans l'édition originale (1859).

4 Paulin, Paris, 1911.

5 Nos 1374 et 1448 = ms S et ms D dans la classification de l'édition de Wolfgang van Emden (Société des anciens textes français, Paris, 1977). Celle-ci, comme sa devancière (établie par Frederic G. Yeandle. New York, 1930) prend pour base le texte d'un autre manuscrit, conservé à Londres.

6 Dans la collection des Grands Ecrivains de la France, Hachette, Paris, 1921 (t. I, p. 155 et s.).

7 Id., p. 161-162 (ces extraits ont été repris dans l'apparat critique de La Légende des Siècles, Œuvres Complètes de Victor Hugo, éd. du Club français du Livre, t. X, Paris, 1969, p. 679-681).

8 Nous ne disons pas : "réduire" ...

9 "Le Moyen Age de Victor Hugo", Œuvres Complètes de Victor Hugo, éd. du Club français du Livre, t. IV, Paris, 1967, p. xx.

10 Le Moyen Age européen..., op. cit., p. 37.

11 The Middle Ages..., op. cit., p. 144.

12 Comme l'écrit Léon Cellier, "Hugo ne conçoit l'épopée au sens strict que sous forme de petite épopée, tandis que le poème de longue haleine ressortit plutôt au genre métaphysique et apocalyptique" (L'épopée humanitaire et les grands mythes romantiques, S.E.D.E.S, Paris, 1971, p. 2 79). Cependant, observe Paul Bénichou, "ces épopées sont petites en effet, mais à la mesure de Hugo : si beaucoup son vraiment courtes, d'autres atteignent plusieurs centaines de vers, et parfois avoisinent ou dépassent le millier" (Les mages romantiques, Gallimard, Paris, 1988, p. 362). Sur l'influence exercée par le genre troubadour dans cette réduction en longueur de l'épopée, cf. H. Jacoubet, Le genre troubadour, op. cit., p. 140-141.

13 Le Moyen Age européen..., op. cit., p. 40-41.

14 La Légende des Siècles, éd. citée, p. 165. Tout médiéviste le sait, faire de Roland le fils de Charlemagne obligerait à ouvrir un dossier touffu - et délicat.

15 Ed. van Emden, v. 5935-5938.

16 La seule fois où il évoque Charlemagne (Je dois me comporter en franc neveu de roi...), c'est pour donner une nouvelle chance à Olivier, ce qui ne sert guère les intérêts de son oncle.

17 Il est significatif que, dans la description même du combat, Hugo se soit partiellement inspiré d'un état primitif du Prologue des Burgraves (comme l'indique P. Berret, Le Moyen Age européen..., op. cit., p. 13-14) qui peignait le combat des deux frères Job et Barberousse.

18 L'analogie entre Le Mariage de Roland et Hernani est indiquée dans une note de la Psychanalyse de Victor Hugo de Charles Baudouin (éd. du Mont-Blanc, Genève-Annemasse, s.d., p. 241). La mise en évidence de la constante structurelle unissant Hernani à Marion Delorme (et à d'autres fictions hugoliennes) constitue l'un des développement de l'étude de Charles Mauron sur "Les personnages de Victor Hugo". Œuvres Complètes de Victor Hugo, éd. du Club français du Livre, t. II, Paris, 1967 (cf. notamment p. xiv).

19 Le Moyen Age européen..., op. cit., p. 37.

20 "Le Moyen Age de Victor Hugo", art. cit., p. xx.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter