Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

Sanction ou impunité dans le Reinhart Fuchs

Sigrid Krause

Texte intégral

  • 1 Voir U. Schwab, Zur Datierung und Interpretation des Reinhart Fuchs, Naples, 1967.
  • 2 Voir à ce sujet les rubriques ci-dessous du Handwörterbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte (HRG, éd (...)

1On sait que Heinrich, s'inspirant du noyau des premières branches du Roman de Renart, parvint à composer à la fin du xiie siècle une œuvre homogène dans laquelle le renard affronte successivement les petits animaux, le loup et la cour du roi Vrevel. Les nombreuses allusions historiques contenues dans l'œuvre donnent en outre au Reinhart Fuchs une portée politique au travers de laquelle Heinrich stigmatise le rôle des Hohenstaufen dans leur politique en Europe au cours de la deuxième moitié du xiie siècle1. Composante de cette fresque, l'aspect juridique a d'autant plus retenu l'attention que les sources du droit étaient alors pour la plupart rédigées en latin et que le Reinhart Fuchs, qui les reprend et les illustre à la fois, sert à son tour de témoin de la tradition juridique allemande de son temps2.

  • 3 H. Mitteis, Deutsche Rechtsgeschichte, édité par H. Lieberich, 16e éd., Munic, 1981, p. 207 ss.
  • 4 L'idée que les notions de justice et de droit sous-tendent l'organisation du Reinhart Fuchs a déjà (...)
  • 5 Voir S. Krause, Le Reinhart Fuchs, satire de la justice et du droit, in Comique, satire et parodie (...)

2Dès que l'on compare en effet le Reinhart Fuchs avec les sources du droit médiéval allemand que sont les édits de paix générale et les codes régionaux que sont les divers Miroirs (Spiegel)3, on s'aperçoit que Heinrich avait une parfaite connaissance de la pratique juridique d'alors et qu'il évoque pour la forme et le fond l'ancien droit coutumier allemand (mittelalterliches deutsches Gewohnheitsrecht) dont il se sert pour donner â l'œuvre sa structure4. Le plus intéressant dans cette affaire est sans doute que Heinrich ne déforme pas le droit mais qu'il en montre les faiblesses par l'impunité dont bénéficie Reinhart qui s'appuie justement sur les possibilités que lui laissait le droit5.

  • 6 v. 176 : /Im/ vil harte hvngern began. Je cite après l'édition de K. Düwel, Der Reinhart Fuchs des (...)
  • 7 v. 253-256 : Nv horet, wie Reinhart,/ der vngetriwe ho//vart,/ Warb vmb sines neven tot./ daz tet (...)
  • 8 v. 26 ss, 40, 44, 46, 53, 78, 82.

3Dans la première partie de l'œuvre (v. 11-384), le renard rencontre les petits animaux et ses parents que sont le coq, la mésange, le corbeau et le chat. Chaque aventure reprend le même schéma de la ruse de Reinhart qui toutefois ne connaît qu'insuccès. Heinrich non seulement y dénonce le fait répréhensible de la guerre privée contre des membres du même parentage, mais il souligne encore les mobiles du crime. Le renard délibérément cherche à nuire et ce pour des motifs toujours moins défendables. S'il cherchait au début à apaiser sa faim en cherchant à piéger les siens6, il n'agit plus par la suite que par malignité et les attaque sans raison7. Les motifs qu'y emploie Heinrich reprennent les termes qu'utilisent les sources juridiques médiévales pour décrire des agissements criminels8. On voit donc dès le début de l'œuvre que Reinhart méprise la loi et la morale et qu'il s'acharne à contrevenir aux règles qui régissent la communauté à laquelle il appartient.

  • 9 v. 141 ss ; 203 ss ; 331 ss. v. 348 : sie wolden beide ein ander betriegen.
  • 10 E. Kaufmann, à l'article Fehde, in HRG I, 1971, col. 1084-1094. Voir aussi E. Kaufmann, Die Erfolg (...)
  • 11 v. 172 ss, 213 ss, 293 ss, 359 ss.

4Ces attaques restent toutefois du point de vue juridique sans conséquences du fait qu'elles s'exercent dans un cadre privé et que les petits animaux se contentent de se défendre par la ruse, renonçant, par une juste appréciation du rapport de forces, à répliquer par les mêmes moyens9, alors que c'aurait été la voie habituelle et normale dans un temps où la défense privée du droit valait la défense officielle et garantissait même plus de succès10. Heinrich cependant, dont la sympathie va visiblement vers les petits animaux, ne laisse pas le renard s'en tirer sans châtiment. Reinhart ressent son insuccès comme un échec moral et doit même supporter les railleries de ses victimes, ce qui le fait presque plus souffrir que les blessures corporelles qu'il connaît ensuite du fait des chiens qui le poursuivent ou du piège dans lequel il est pris et qu'il destinait au chat Dipreht11. Le trompeur trompé y perd ainsi d'une manière fort peu honorable une proie qu'il croyait assurée.

  • 12 v. 385-1238.
  • 13 v. 396 ss.
  • 14 v. 577 ss.
  • 15 Pour exemple dans divers passages du Sachsenspiegel, du Schwabenspiegel et du Deutschspiegel, in R (...)
  • 16 v. 533 ss. Même l'injure verbale appartient au domaine des blessures corporelles.
  • 17 v. 516 ss, 531 ss.
  • 18 v. 564 ss, 614 ss. L'opinion, défendue par U. Schwab, op. cit., p. 68 ss, selon laquelle le passag (...)
  • 19 v. 693 ss.
  • 20 v. 793 ss.

5Il en va autrement dans la seconde partie de l'œuvre, dans les aventures qui opposent le renard au loup12. Après qu'Isengrin eut rompu par avidité le pacte qu'ils avaient conclu tous deux pour conjuguer leurs efforts dans leurs rapines13, le renard se venge systématiquement sur son allié. Ne sachant pas encore et ne remarquant que bien tard que son associé apparemment empressé est devenu l'adversaire qui ne cherche qu'à lui nuire, Isengrin, toujours en quête de proie, toujours recherche la compagnie du renard et n'en retire à chaque aventure qu'un plus grand dommage. Selon les termes du droit, il y a là délits d'adultère et de blessures corporelles imputables au renard. Tandis que l'adultère n'est évoqué qu'indirectement par les révélations de Kunin14, le second délit présente dans le Reinhart Fuchs tout l'éventail des cas cités dans les sources juridiques15 et ce que par une gradation qui conduit de la plus bénigne à la plus grave des blessures. On note ainsi les quolibets des louveteaux qui reprochent à leur père Isengrin les chants intemprestifs inspirés par l'ivresse dans la cave du monastère16, les coups de bâton prodigués par les moines ainsi alertés17, la blessure sanglante à la suite de l'aventure lacunaire de l'âne Baldewin18, la tonsure provoquée par l'eau bouillante que Reinhart verse sur le novice19, enfin l'amputation de la queue, tranchée par l'épée du chevalier Birtin20, thème sur lequel se greffe très probablement le motif, par voie de double sens, de la castration du loup.

  • 21 Portant de cette observation, U. Schwab, op. cit., p. 87 ss, définit le rôle du renard par le mot (...)

6Mais le renard n'y prète toutefois pas la main directement, le rôle de Reinhart qui ici pense qu'à se venger, consiste à tirer parti à la fois des circonstances et de la bêtise d'Isengrin. On ne peut donc lui imputer que la responsabilité de méfaits dont il n'est pas à proprement parler l'auteur. Ce sont les êtres humains qui dans l'œuvre mettent en difficulté le loup que d'abord Reinhart attire dans le piège21.

  • 22 v. 411 ss, 420 ss, 614 ss, 823, 986 ss, 1040 ss.
  • 23 v. 1061 ss.

7Heinrich distingue ainsi clairement l'aspect objectif de l'aspect subjectif de ces états de fait ; le premier concerne le résultat concret d'une action, ici les blessures d'Isengrin, le second l'attitude intérieure, l'intention de l'auteur. Heinrich s'intéresse aussi non seulement au fait, il mentionne en plus du dommage celui qui l'a délibérément provoqué, le renard22. Le loup, qui ne songe qu'assez tard à se défendre, organise lui-même sa défense, ce qui à l'époque allait de soi. Confiant en sa propre force physique, il entreprend de répliquer aux menées de Reinhart par les mêmes armes, par la guerre privée, pour demander au vrai responsable de ses maux raisons de ses méfaits23.

  • 24 Voir O. Brunner, Land und Herrschaft, Vienne (Autriche), 5e éd., 1965 ; A. Asmus, Rechtsprobleme d (...)
  • 25 v. 1070 ss.
  • 26 R. His, Das Strafrecht des deutschen Mittelalters, tome I, Leipzig, 1920, p. 306 ; R. Schröder, Le (...)

8Une guerre privée entre chevaliers, telle qu'elle se dessine ici, ne se limitait généralement pas aux seuls deux adversaires ; elle faisait aussi l'obligation aux parents et amis de prendre part à la lutte armée24. Pour arrêter cette guerre et l'empêcher de prendre l'ampleur d'un combat plus général, le lynx, parent du renard comme du loup, propose sa médiation25. On met en place une procédure de conciliation (Sühne) afin que le plaignant obtienne satisfaction d'une manière pacifique ou que l'accusé puisse se justifier26.

  • 27 H. Krause, Minne und recht, in HRG III, 1930, col. 582-588.
  • 28 E. Kaufmann, Formstrenge, in HRG I, 1971, col. 1163-1168 ; voir aussi U. Kornblum, Beweis, in HRG (...)

9Heinrich reprenait par là les habitudes judiciaires de son temps. Ces procédures de conciliation, qu'elles soient organisées de manière privée ou par l'Eglise, avaient toute validité juridique27, et les parties prenantes s'engageaient à accepter le verdict qui en résulterait. Cette procédure se distinguait d'une procédure officielle devant un tribunal par un souci de compromis et de conciliation qui tempérait le caractère formaliste (Prozeβformalismus/ Formstrenge28) du procès médiéval allemand.

  • 29 H. Hattenhauer, ‘Minne und Recht' als Ordnungsprinzipien des mittelalterlichen Rechts, in Zeitschr (...)
  • 30 v. 1121 ss.

10Cette procédure d'accommodement n'en obéissait pas moins à certaines règles juridiques29. Heinrich sans doute les connaissait bien, car il emploie à cet effet la terminologie juridique de son temps, prouvant par là qu'il la connaissait probablement tout autant que son auditoire, sans quoi l'on ne saurait expliquer comment le texte eu si peu de mots parvient à évoquer une situation juridique complexe et les manipulations auxquelles se livrent à cet égard les adversaires de Reinhart30.

  • 31 Il est étonnant que l'unique serment de l'accusé suffise à réfuter cette grave accusation et qu'on (...)

11La preuve qu'on demande à l'accusé de fournir est un serment purgatoire (Reinigungseid). A l'aide d'un serment prêté sur une relique, Reinhart doit se laver de l'accusation d'avoir requis d'amour la louve. Le contenu du serment était probablement dicté par le souci de sauvegarder l'honneur du loup qui pouvait craindre que d'autres encore apprennent l'adultère de sa femme avec Reinhart31. Le motif des blessures corporelles n'est toutefois pas mentionné dans cette affaire du fait qu'on ne peut l'imputer à Reinhart que subjectivement pour l'intention qu'il en eut et non objectivement.

  • 32 H. Hattenhauer, Das Recht der Heiligen, Berlin, 1976, p. 73 ss. Voir aussi ib., Uber Recht und Wah (...)

12L'arrière-plan de cette procédure mérite quelque explication, car elle diffère de beaucoup des habitudes juridiques et de la manière de voir d'aujourd'hui. L'idée juridique qui sous-tend le serment n'est pas de conforter la vérité d'un fait ou d'une donnée vérifiable, mais simplement de permettre à l'accusé d'affirmer une position32.

  • 33 R. Scheyhing, Eideshelfer, in HRG I, 1971, col. 871.
  • 34 die "Gefahr des Rechtsganges", die "Formstrenge" ; voir à ce sujet U. Kornblum, Beweis, op. cit., (...)
  • 35 U. Kornblum, op. cit., col. 403.
  • 36 R. Schmidt-Wiegand, Gebärden, in HRG I, 1971, col. 1411.

13Si l'on exigeait par exemple, pour un cas grave, que les membres du parti de l'accusé prennent part au serment, ceux-ci n'attestaient pas la vérité matérielle d'un fait, mais renforçaient la formulation juridique de 'affirmation de leur parti33. Le serment valait par lui-même dans le droit médiéval allemand preuve et vérité. Le serment devait montrer qui pouvait proposer la meilleure affirmation dans le parfait respect des formes prescrites. Ce formalisme juridique34 représentait un danger pour qui aurait souhaité mésuser de ces formes. Le serment, et donc la preuve, était réussi lorsqu'on le prêtait sans commettre la moindre faute à l'égard des formes prescrites35, au serment s'attachant au moyen âge un rite qui liait la parole et le geste36. La conception médiévale voulait en outre que se cachât derrière la forme extérieure l'instance juridique suprême, Dieu, qui châtiait le parjure et refusait tout faux serment.

  • 37 Voir H. Hattenhauer, Das Recht der Heiligen, op. cit., p. 76.
  • 38 Voir E. Kaufmann, Erfolgshaftung(1958), op. cit., p. 56.

14Le motif de la ruse qu'on déploie lors de la prestation du serment est bien connu ; le moyen âge est ainsi rempli d'exemples de serments réussis parce que respectant les formes tout en biaisant par rapport à la vérité : le plus fameux est le serment d'Isolde que le fer rouge ne brûle pas lors de l'ordalie du Tristan de Gottfried (v. 15560 ss), et cela parce qu'elle a modifié les termes du serment qu'on lui demandait sans que son entourage s'en rende compte. Que l'on pense aussi au paysan37 qui refusait de rendre à un juif l'argent qu'il lui devait et qui le plaça dans la canne que tenait à la main le juif lorsqu'il jura devant le tribunal, l'âme sereine, que le juif avait touché la somme due. Ou bien que l'on songe au cas de Martinus38, réfugié de l'époque mérovingienne à qui les messagers du maire du palais Ebroin, parmi lesquels un évêque, avaient juré que le roi Theuderich lui garantissait la vie sauve. Ainsi abusé, Martinus quitte la forteresse et est tué. On avait simplement ôté les os du reliquaire sur lequel avait été prêté le serment.

15Ces exemples montrent bien comment le serment peut récuser des accusations poutant parfaitement fondées ou, comme dans le dernier cas, prêter la forme et la force du droit à des affirmations totalement fausses sans qu'il y ait pour autant parjure. Un méfait pouvait donc rester impuni lorsque le coupable modifiait le geste ou le mot sans qu'on s'en aperçût ou lorsque les reliques perdaient leur effet sacralisateur.

  • 39 Le loup ne songe pas même à la possibilité de mettre en question le serment du renard, droit que l (...)

16La tentative d'accommodement dans le Reinhart Fuchs montre d'ailleurs combien l'on y croit peu à la justice divine. Ces personnages semblent considérer que ce serait bien facile au renard de prêter le serment correctement tout en s'assurant l'impunité, alors que le loup et son parti estiment que Reinhart devrait être châtié. Une fois le serment réussi, le plaignant non seulement n'obtenait pas satisfaction, mais il voyait à ses dépens confirmée l'innocence du coupable. C'est pourquoi Isengrin prend tant de précautions39, dans cette lutte juridique qu'est la procédure d'accommodement, pour ne pas s'y trouver perdant et pour faire coïncider le droit et la justice, telle du moins qu'il l'entend. Parce qu'à ses yeux la justice est inexpédiente, il manipule donc le rite judiciaire pour démasquer son adversaire, se venger de lui et obtenir ainsi satisfaction par ses propres moyens.

  • 40 v. 1121 ss.
  • 41 H. Holzhauer, Meineid, in HRG III, 1980, col. 455 ; E. von KünBberg, Schwurgebarde und Schwurfinge (...)
  • 42 v. 1170 ss.
  • 43 U. Kornblum, Gerichtlicher Eid, op. cit., col. 863.

17On présente donc pour relique un redoutable mâtin sur les dents duquel Reinhart doit prouver par imposition de la main son innocence40. Le chien, qui fait le mort, n'aurait qu'à fermer la gueule sur la main de l'accusé. Il serait ainsi manifeste que Dieu a voulu châtier le parjure par là même où il a péché, c'est à dire par la perte de la main41. Découvert à temps, le plan échoue et Reinhart parvient à s'enfuir. Il commet alors sur la personne de la louve qui le poursuit le délit de viol42, confirmant par là ce dont on l'accusait. Ainsi Heinrich critique l'ordalie, qui n'est plus sous-tendue par la foi dans la justice divine qui en est le fondement. Méfiant à l'égard de l'instance divine et pleinement conscient de l'insuffisance de cette procédure, on cherche donc à corriger cette déficience afin que le coupable paie pour son crime et ne se gagne pas l'impunité en exploitant toutes les possibilités légales. Heinrich stigmatise donc cette forme de justice qui place le formalisme procédurier au-dessus de la recherche de la vérité et qui permettrait quasiment au criminel, l'arme encore à la main, de se laver de son méfait par un serment formellement correct. Et c'était là à l'époque de Heinrich la forme de preuve la plus courante. Car même si l'Eglise avait de plus en plus de réticences à l'égard de l'ordalie et finit par l'interdire, le serment purgatoire resta cependant jusqu'au xive et xve siècle la preuve la plus souvent pratiquée43.

  • 44 Voir v. 1486, 1524, 1533 et pas.
  • 45 v. 1126 : den rat hatte her Brvn getan.
  • 46 Voir à ce sujet les v. 1689 ss lors de la seconde semonce.

18Il est remarquable, et Heinrich le souligne assez, que la machination autour du serment ait été ourdie par le chapelain du roi44 et qu'ainsi le plus haut ecclésiastique de l'empire ait prêté la main à pareille manipulation45. Ce personnage, instance la plus haute dans les affaires religieuses et qui devrait par sa fonction apporter tout son poids dans la défense de la foi, apparaît ici comme le metteur en scène d'une tromperie blasphématoire. Ce trait, qui n'est pas le seul du genre, contient ainsi une profonde critique du clergé46.

19Le loup échoue sans doute dans son plan parce qu'il est imparfaitement ourdi et déjoué par la ruse du renard et des siens, mais sans doute aussi parce qu'Isengrin y détourne la justice. Méprisant le droit, il apparaît comme un noble imbu de sa force qui préfère se tirer d'affaire par lui-même plutôt que de s'en remettre à la justice officielle qu'il sait déficiente.

  • 47 v. 1239-2250.
  • 48 v. 1361 ss.
  • 49 v. 1241.
  • 50 v. 1375 ss.
  • 51 Il est le défenseur de la querelle (Fürsprecher) du loup. Voir à ce sujet les articles de H. Winte (...)
  • 52 v. 1336 ss.

20Lorsque l'affaire de Reinhart et d'Isengrin arrive dans la troisième partie de l'œuvre47 devant la cour du roi, on y trouve confirmée la thèse que le droit, appliqué à la lettre, n'est pas en état de sanctionner la violation du droit. Le formalisme de la procédure qui caracterise le plaid rend impossible d'intervenir efficacement contre un criminel qui, comme Reinhart, se place en dehors du droit et de l'ordre établi et ne cesse de perpétrer de nouveaux méfaits, Accusé, le renard d'abord ne comparaît pas48 devant le juge suprême de l'empire qu'est le lion Vrevel49. Son cas est pourtant examiné en son absence. La plainte a pour objet les blessures corporelles et le viol, et ce en violation de la paix générale édictée par le lion50. L'ours Brun, qui représente le loup devant le tribunal51, établit toutefois la distinction que les blessures corporelles, pour avoir été provoquées par Reinhart, n'ont pas été infligées par lui, tandis qu'il a seul à répondre du viol de la louve. Dans la défense de son cousin, le blaireau ne revient aussi que sur le second fait reproché et cherche, à la manière de juristes chevronnés, à vider l'accusation de son contenu. Ce faisant, il attaque le plaignant pour mieux défendre le renard en ne se référant pas au viol dans son plaidoyer, mais en parlant des amours de Reinhart et de Hersant évoquées précédemment par Heinrich52.

  • 53 Voir pour le déroulement de la procédure J.W. Planck, Das deutsche Gerichtsverfahren im Mittelalte (...)
  • 54 Planck, op. cit. tome 1, p. 248 ss.
  • 55 v. 1413 ss. v. 1431 : daz er werde erhangen.
  • 56 v. 1239 ss : Ditz geschah in einem lantvride,/ den hatte geboten bi der wide/Ein lewe, der was Vre (...)
  • 57 E. Kaufmann, Landfrieden I, in HRG II, 1978, col. 1451-1465 ; H. Holzhauer, Landfrieden II, id., c (...)
  • 58 v. 1437 ss ; voir Planck, op. cit. tome I, p. 268 ss.
  • 59 v. 1449 : Vnd sol in dristvnt vur laden.

21Suivant la procédure du droit allemand ancien53, l'un des jureurs présents formule après l'audition de la plainte et de la défense un jugement que l'assemblée doit confirmer54. Le cerf Randolt émet ainsi l'avis de faire pendre le renard55. C'est dans notre œuvre le châtiment prononcé contre ceux qui violent la paix générale56. Tous les autres délits sont en effet subordonnés à cette violation et la sanction d'un délit s'en trouve ipso facto renforcée par rapport au même délit commis en d'autres temps57. Reinhart est ainsi reconnu coupable de violation de la paix générale et condamné pour cela. Ce jugement est toutefois contesté par la bouche du juriste expérimenté qu'est la chamelle de Tuschalan58, laquelle déclare la sentence non conforme au droit du fait de l'absence de l'accusé. Celui-ci doit être en effet semonce jusqu'à trois fois59, et c'est après seulement qu'on peut le condamner sans qu'il soit présent. Cette critique de la sentence concerne uniquement le déroulement formel de la procédure et non pas l'objet du délit. La chamelle citant des points manifestes du droit, tous reconnaissent le bien-fondé de sa critique. La sentence du cerf est donc rejetée pour ce qu'on appellerait aujourd'hui un vice de forme, et il est décidé de convoquer Reinhart au plaid.

  • 60 v. 1458 ss.
  • 61 voir D. Werkmüller, Handhafte Tat, in HRG I, 1971, col. 1965-1973.

22La scène qui suit montre bien combien la justice médiévale est attachée à la forme de la procédure. Avant même qu'on envoie un messager le semoncer, Reinhart est à nouveau l'objet d'une plainte. Il a en effet, pendant qu'on discutait de son cas au plaid, égorgé une poulette que ses parents, Pinte et Schantekler, apportent sur une civière60. Leur plainte est de poids ; elle ressemble sur plusieurs points à la plainte de flagrant délit61 particulièrement du fait qu'on apporte pour preuve le cadavre. Le formalisme du plaid exige toutefois que la procédure engagée suive son cours ; or on vient de décider de semoncer le renard avant de le juger. On n'entreprend donc rien, pour des raisons de pure forme, contre un malfaiteur tant que la première des plaintes formulées à son encontre n'a pas eu toute la suite que le droit réserve et tant que le cas n'est pas traité jusqu'au bout.

  • 62 v. 1511 ss.
  • 63 v. 1647 ss ; voir à ce sujet W. Sellert, Ladung, in HRG II, 1978, col. 1330-1350.
  • 64 v. 1563 ss et v. 1701 ss.
  • 65 v. 1612 ss. et v. 1735 ss.
  • 66 v. 1624 ss, 1751 ss ; voir à ce sujet E. Kaufmann, Acht, in HRG I, 1971, col. 25-32.
  • 67 v. 1635 ss.

23Comme dans les aventures avec le loup, ce sont des circonstances favorables, la volonté criminelle de Reinhart et la naïveté de ses victimes, qui sont la cause de leurs maux. Cela vaut pour le premier62 comme pour le second messager63, pour l'ours Brun comme pour le chat Dipreht. Une gourmandise immodérée leur fait oublier toute défiance envers le renard et ils se précipitent aveuglément dans les pièges qu'il leur tend. Et ce sont à nouveau des êtres humains qui exécutent l'ouvrage préparé par le renard64. Revenus à la cour en piteux état, ils accusent Reinhart65. Les jureurs par deux fois prononcent son bannissement66, mais la sentence est suspendue, car, et c'est là l'objection de l'éléphant, il faut respecter l'usage judiciaire et semoncer jusqu'à trois fois l'accusé67.

  • 68 v. 1835 ss.

24Reinhart ne se présente au tribunal, comme le droit l'y autorise, qu'à la troisième sommation, présentée cette fois par son cousin le blaireau68. Tout jusqu'alors s'est déroulé selon les normes du plaid médiéval et dans le parfait respect du droit coutumier allemand. Il n'a toujours pas été question du fonds de l'affaire, c'est-à-dire des crimes répétés de Reinhart. Il n'en peut être question qu'après la troisième et dernière semonce, soit que l'accusé soit absent, soit qu'il se soit présenté devant le juge. Et c'est ainsi que la stricte application du droit permet l'injustice, l'absence de souplesse du droit rendant impossible le châtiment d'un coupable qui ne joue pas les règles du jeu et qui, manifestement coupable au regard de la loi, connaît l'impunité.

  • 69 v. 1865 ss.
  • 70 v. 1896 ss ; voir à ce sujet E. Kaufmann, Leibesstrafe, in HRG II, 1978, col. 1777-1789.
  • 71 v. 2121 ss.
  • 72 v. 2097 ss.
  • 73 v. 2165 ss.

25Et c'est avec l'apparition du renard devant le tribunal que l'injustice éclate au grand jour, mais au moment où le droit le cède à l'arbitraire du monarque après que le renard eut promis au lion de le guérir69. Reinhart, fort de l'absolutisme de Vrevel, se venge des animaux dont il juge que le comportement lui a nui. Il châtie ses accusateurs par des peines corporelles de nature infamante70, eux qui avaient formulé contre lui une sentence défavorable, et ceux-là mêmes qui s'étaient prononcés à son avantage pour le respect du droit, la chamelle et l'éléphant, personnages par trop encombrants dont il se débarrasse sous l'apparence des biens qu'il leur fait obtenir, l'abbaye d'Erstein pour la première71 et la Bohème pour le second72. Le lion Vrevel lui-même ne peut s'y soustraire. Reinhart, le faux médecin, l'empoisonne73.

  • 74 S. Krause, op. cit., p. 146 ss.
  • 75 v. 2042 ss.

26Ce monde à l'envers où le criminel échappe à toute sanction, mais où ses victimes et ses accusateurs sont châtiés du fait que la justice n'a pas de pouvoir et que les personnages chargés de l'assurer sont corrompus, tel est l'objet de la satire de Heinrich, et nous avons employé ailleurs à cet effet pour le Reinhart Fuchs le terme de satire de la justice74. Il est facile d'entendre l'avertissement que l'auteur donne à son auditoire : l'effondrement de l'empire, dont il nous donne l'image apocalyptique dans les derniers vers, et le chaos qui en résulte75 sont dus au déclin des structures élémentaires, de ces structures juridiques qui font l'assise et la pérennité d'un état.

Notes

1 Voir U. Schwab, Zur Datierung und Interpretation des Reinhart Fuchs, Naples, 1967.

2 Voir à ce sujet les rubriques ci-dessous du Handwörterbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte (HRG, éd. par A. Erler et E. Kaufmann, tomes I ss, Berlin, 1971 ss), sous lesquelles on souligne l'importance du Reinhart Fuchs en tant que l'une des toutes premières sources en langue allemande du droit coutumier allemand : Billigkeit, HRG I, 1971, col. 436 ; Erholung und Wandelung, HRG I, 1971, col. 1003 ; Frevel, HRG I, 1971, col. 1273 ; König, HRG II, 1978, col. 1019 ; Königsgericht, HRG II, 1978, col. 1038 et Ladung, HRG II, 1978, col. 1337.

3 H. Mitteis, Deutsche Rechtsgeschichte, édité par H. Lieberich, 16e éd., Munic, 1981, p. 207 ss.

4 L'idée que les notions de justice et de droit sous-tendent l'organisation du Reinhart Fuchs a déjà émise par F. Jacoby, The Conflict between Legal Concepts and Spiritual Values in the Middle High German ‘Reinhart Fuchs', in Revue des Langues Vivantes 39, 1973, p. 11-27.

5 Voir S. Krause, Le Reinhart Fuchs, satire de la justice et du droit, in Comique, satire et parodie dans la tradition renardienne et les fabliaux, Actes du Colloque d'Amiens, Janvier 1983, Göppingen, 1983, p. 139-151.

6 v. 176 : /Im/ vil harte hvngern began. Je cite après l'édition de K. Düwel, Der Reinhart Fuchs des Elsässers Heinrich, Tübingen, 1984.

7 v. 253-256 : Nv horet, wie Reinhart,/ der vngetriwe ho//vart,/ Warb vmb sines neven tot./ daz tet er doch ane not. Voir à ce sujet H. Linke, Form und Sinn des ‘Fuchs Reinhart'. in Fs. B. Horacek, Vienne (Autriche), 1974, p. 232.

8 v. 26 ss, 40, 44, 46, 53, 78, 82.

9 v. 141 ss ; 203 ss ; 331 ss. v. 348 : sie wolden beide ein ander betriegen.

10 E. Kaufmann, à l'article Fehde, in HRG I, 1971, col. 1084-1094. Voir aussi E. Kaufmann, Die Erfolgshaftung. Untersuchungen über die strafrechtliche Zurechnung im Rechtsdenken des frühen Mittelalters, Francfort s.M., 1958 ; ib. Erfolgshaftung, in HRG I, 1971, col. 989-1001.

11 v. 172 ss, 213 ss, 293 ss, 359 ss.

12 v. 385-1238.

13 v. 396 ss.

14 v. 577 ss.

15 Pour exemple dans divers passages du Sachsenspiegel, du Schwabenspiegel et du Deutschspiegel, in Rechtsbuch nach Distinctionen et dans les codifications des Monumenta Germaniae historica. Voir â ce sujet E. Kaufmann, Körperverletzungen, in HRG II, 1978, col 1159-1163 ; A.B. Schmidt, Medizinisches aus deutschen Rechtsquellen, in Fs. B. Schmidt, Jena, 1896, p. 38-88 ; R. His, Die Körperverletzungen im Strafrecht des deutschen Mittelalters, ir Zeitschrift für Deutsche Rechtsgeschichte, GA., 41,1920, p. 75-126.

16 v. 533 ss. Même l'injure verbale appartient au domaine des blessures corporelles.

17 v. 516 ss, 531 ss.

18 v. 564 ss, 614 ss. L'opinion, défendue par U. Schwab, op. cit., p. 68 ss, selon laquelle le passage contiendrait la castration du loup a été récemment contestée par J.-H. Pastré, Introduction de la Traduction française du Reinhart Fuchs par D. Buschinger et J.-M. Pastré, Vienne (Autriche), 1984, p. XVI.

19 v. 693 ss.

20 v. 793 ss.

21 Portant de cette observation, U. Schwab, op. cit., p. 87 ss, définit le rôle du renard par le mot de catalyseur qui déclanche l'action sans y prendre part directement.

22 v. 411 ss, 420 ss, 614 ss, 823, 986 ss, 1040 ss.

23 v. 1061 ss.

24 Voir O. Brunner, Land und Herrschaft, Vienne (Autriche), 5e éd., 1965 ; A. Asmus, Rechtsprobleme des mittelalterlichen Fehdewesens, Diss. jur., Göttingen, 1951.

25 v. 1070 ss.

26 R. His, Das Strafrecht des deutschen Mittelalters, tome I, Leipzig, 1920, p. 306 ; R. Schröder, Lehrbuch der deutschen Rechtsgeschichte, édité par E. von Künßberg, 7e ed., Berlin et Leipzig, 1932.

27 H. Krause, Minne und recht, in HRG III, 1930, col. 582-588.

28 E. Kaufmann, Formstrenge, in HRG I, 1971, col. 1163-1168 ; voir aussi U. Kornblum, Beweis, in HRG I, 1971, col. 401-408.

29 H. Hattenhauer, ‘Minne und Recht' als Ordnungsprinzipien des mittelalterlichen Rechts, in Zeitschrift für deutsche Rechtsgeschichte, GA., 80, 1963, p. 325-344.

30 v. 1121 ss.

31 Il est étonnant que l'unique serment de l'accusé suffise à réfuter cette grave accusation et qu'on n'ait pas appelé des cojureurs dans cette affaire.

32 H. Hattenhauer, Das Recht der Heiligen, Berlin, 1976, p. 73 ss. Voir aussi ib., Uber Recht und Wahrheit im Mittelalter, in Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 23,1, 1972, p. 649-672.

33 R. Scheyhing, Eideshelfer, in HRG I, 1971, col. 871.

34 die "Gefahr des Rechtsganges", die "Formstrenge" ; voir à ce sujet U. Kornblum, Beweis, op. cit., col. 402 et E. Kaufmann, Formstrenge, op. cit., col. 1163 ss.

35 U. Kornblum, op. cit., col. 403.

36 R. Schmidt-Wiegand, Gebärden, in HRG I, 1971, col. 1411.

37 Voir H. Hattenhauer, Das Recht der Heiligen, op. cit., p. 76.

38 Voir E. Kaufmann, Erfolgshaftung(1958), op. cit., p. 56.

39 Le loup ne songe pas même à la possibilité de mettre en question le serment du renard, droit que lui donnait pourtant la justice d'alors.

40 v. 1121 ss.

41 H. Holzhauer, Meineid, in HRG III, 1980, col. 455 ; E. von KünBberg, Schwurgebarde und Schwurfingerdeutung, Freiburg i.B., 1941, p. 12 ss.

42 v. 1170 ss.

43 U. Kornblum, Gerichtlicher Eid, op. cit., col. 863.

44 Voir v. 1486, 1524, 1533 et pas.

45 v. 1126 : den rat hatte her Brvn getan.

46 Voir à ce sujet les v. 1689 ss lors de la seconde semonce.

47 v. 1239-2250.

48 v. 1361 ss.

49 v. 1241.

50 v. 1375 ss.

51 Il est le défenseur de la querelle (Fürsprecher) du loup. Voir à ce sujet les articles de H. Winterberg, Fürsprecher, in HRG I, 1971, col 1333-1337 et E. Kaufmann, Erholung und Wandel, in HRG I, 1971, col. 1001-1004.

52 v. 1336 ss.

53 Voir pour le déroulement de la procédure J.W. Planck, Das deutsche Gerichtsverfahren im Mittelalter, tomes 1 et 2, Brunswick, 1879.

54 Planck, op. cit. tome 1, p. 248 ss.

55 v. 1413 ss. v. 1431 : daz er werde erhangen.

56 v. 1239 ss : Ditz geschah in einem lantvride,/ den hatte geboten bi der wide/Ein lewe, der was Vrevel genant.

57 E. Kaufmann, Landfrieden I, in HRG II, 1978, col. 1451-1465 ; H. Holzhauer, Landfrieden II, id., col. 1465-1485.

58 v. 1437 ss ; voir Planck, op. cit. tome I, p. 268 ss.

59 v. 1449 : Vnd sol in dristvnt vur laden.

60 v. 1458 ss.

61 voir D. Werkmüller, Handhafte Tat, in HRG I, 1971, col. 1965-1973.

62 v. 1511 ss.

63 v. 1647 ss ; voir à ce sujet W. Sellert, Ladung, in HRG II, 1978, col. 1330-1350.

64 v. 1563 ss et v. 1701 ss.

65 v. 1612 ss. et v. 1735 ss.

66 v. 1624 ss, 1751 ss ; voir à ce sujet E. Kaufmann, Acht, in HRG I, 1971, col. 25-32.

67 v. 1635 ss.

68 v. 1835 ss.

69 v. 1865 ss.

70 v. 1896 ss ; voir à ce sujet E. Kaufmann, Leibesstrafe, in HRG II, 1978, col. 1777-1789.

71 v. 2121 ss.

72 v. 2097 ss.

73 v. 2165 ss.

74 S. Krause, op. cit., p. 146 ss.

75 v. 2042 ss.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter