Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

La mort en appel et autres cas de jurisprudence

Denis Hüe

Texte intégral

Qui vend en aultrui justice buef ou grosse beste, la langue est au seigneur de la justice ; et ou cas qu’il ne rendera la langue, il est tenu de rendre la langue et lxv s. pour l’amende, quelcunques personne que ce soit.
Coutume de Bourgogne, § 221

1L’univers de la poésie allégorique de la fin du Moyen Age se présente d’une certaine façon comme un “autre monde”. D’une part bien sûr parce que la mise en place d’un univers imaginaire permet de proposer un autre paysage, une autre société. Mais surtout parce que ces lieux imaginaires peuvent nous montrer, nous remontrer ce qu’est une société parfaite, où l’homme et la justice coexistent ; c’est là l’attitude qu’aura, quelques siècles plus tard, Cyrano de Bergerac.

2S’il s’agit ici d’étudier l’univers allégorique, ce ne pourra pas être sans d’implicites références à l’univers bien réel qui entoure l’homme médiéval : d’autres ici ont montré ce qui domine, de la sanction ou de l’impunité, de la justice ou de l’injustice. Mais, s’il sera bien question ici de sanction ou d’impunité, la justice restera en retrait, les textes montrent assez pour quel les raisons.

3Il n’y a pas de conflit dans le monde allégorique, pas du moins qui mette en péril l’individu ou sa société. S’il y a divergence ou discordance, nos personnages échangent, avec plus ou moins de vivacité, des propos contradictoires, et développent, parfois longuement, la fiction du jeu-parti. Certes, ce long dialogue, avec répliques et dupliques, se déroule assez souvent devant des juges ou des arbitres. Mais, outre que ces derniers ne rendent pas toujours leur jugement, leurs sentences sont dignes de Salomon, et se contentent de couper la poire en deux. Enfin, la plupart de ces contradictions ne relève pas réellement d’un cadre juridique : le goût de la controverse ne s’inscrit pas dans le juste ou dans l’injuste.

4Lorsqu’il y a conflit, c’est en général par les armes qu’il se règle, et c’est plus Prudence et sa Psychomachie que le droit romain qui sont alors les modèles et les autorités. La lutte est d’ordre mystique, théologique, et c’est alors le bien et le mal qui sont les catégories de la pensée.

5je me propose ici de suivre, au travers de quelques textes allégoriques, les diverses façons qu’a eues le Moyen Age de présenter la justice et ses peines dans cet “autre monde”. Au fil de l’étude de ces cas-limites, nous verrons comparaître l’Amour, la Mort, le Royaume des Ténèbres. Mais si c’est Dieu qui rend les dernières sentences, c’est l’homme qui est le condamné.

6La première étape de notre enquête va nous faire découvrir une singulière histoire. Un jeune homme de grand lignage est devenu, après une ambassade, éperdument amoureux de la reine du pays voisin. Hélas, les deux pays sont en guerre, et notre jeune homme ne sait plus à qui se vouer tant il est amoureux :

  • 1 Le livre du Roi Modus et de la Reine Ratio, Ed. G. Tilander, S.A.I.F. 1932, § 191, l 16-22

Je n'ai cure d'autre paradis que de la veoir fache a fache, et se elle estoit en enfer et je la peusse veoir, nulle paine ne me seroit grieve a endurer. Et pour l'amour d'elle ai ge fait un chant, a quoi j'é tant penssé, qui est roial, quer, qui fait chant pour l'amour d'une reine, il doit bien estre apelé roial.”1

  • 2 Ibid, §203, l 32

7Il finit par obtenir d’aller espionner dans le pays de sa bien aimée, et là, déguisé en pélerin, il obtient d’elle un entretien. Ainsi lui apprend-il que ses ennemis ont profité de la trève pour rassembler une armée immense qui va déferler sur le royaume. Mieux, il lui suggère une ruse qui permettra d’anéantir cette armée avant même qu’elle se mette en route. A la dame qui lui demande comment le remercier, il avoue son amour, et supplie seulement d’avoir “aucun sine d’amour bien segré”2. La reine consent à le recevoir, le soir, dans sa chambre, et s’apprête, aussitôt fait, à le congédier. Il obtient d’elle de dormir au pied de son lit. Dès qu’il est dévêtu, des demoiselles complices crient au retour du roi. Le pauvre jeune homme est alors caché nu dans un baquet suspendu par des cordes à l’extérieur de la fenêtre. Il s’agissait bien évidemment d’une tromperie, car la reine Ratio ne pouvait pas accepter l’hommage du jeune Fausse Amour d’Ardant Desir.

8Ainsi, notre jeune homme est condamné tout simplement parce qu’il est amoureux. Rien dans son comportement n’a pu fa ire craindre une duperie de sa part vis à vis de la reine Ratio. Au contraire, c’est elle qui ici semble avoir le mauvais rôle, à ainsi abuser de la bonne foi de son soupirant. Et pourtant l’on nous dit d’elle :

  • 3 Ibid, § 1, v 77-80

Qui fist les drois imperiaulx ?
Ce fu Ratio, la loyaulz,
Qui veult que l'en rende a chascun
Ce qui lui duist de droit commun.3

9Il est vrai que Fausse Amour est fils de Luxure, un des notables de : Maliferne. Cette sanction, toutefois, nous paraît injuste, et ne sera tempérée que plus tard, lors de l’arrivée de Modus. Celui qui réclamait le secret, au vu de tous sera moqué et plaisanté par le roi :

  • 4 Ibid, § 204, l 17-23

“Aviés vous si grand devocion a ma feme que vous y estiés venu en pelerinage ? Vous avés fait grant penitenche, et pour ce vous faut avoir le baing.”
Doncques li geta une damoiselle de l'iaue sus la teste, si commenchierent a rire et a eulz moquer de lui et li dire de grans rampones.4

10Mais, après cette revanche bien juste sur celui qui voulait lui donner une nouvelle couronne, le roi Modus l’interrogera avec soin et générosité, obtenant de lui des aveux complets. La punition que Ratio a ordonnée sera adoucie : Fausse Amour sera vêtu de sa robe, et sera gouverné par Abstinence,

  • 5 Ibid, l 64-68

Et li amenistrera tout ce que bon lui semblera, selon son meffait et l'ordenance de son non, et que il ait du pain bis et de l'iaue pour sa vie.5

11Sommes-nous ici dans le domaine de la sanction, ou de la rédemption ? Si Fausse Amour subit l’influence bénéfique de son gardien, sans doute pourra-t-il prétendre à être l’amant parfait, capable d’endurer toutes les épreuves. Quoi qu’il en soit, son cri me n’est pas bien grand, et les quatre plus grands hommes en furent les victimes :

  • 6 Ibid, l 74-79

Virgille en pendi aussi a une fenestre comme vous faites. Fames sont trop soubtiles : Adam fu decheu, qui fu le plus parfait homme ; Sansson Fortin, qui fu le plus fort, en fu deceu ; Salemon, qui fu le plus sage, en fu decheu ; et pour ce en devés estre mieux reconforté.6

12Faute grave ou peccadille ? Beaucoup d’éléments dans le texte portent à penser qu’il y a disproportion entre le geste et son châtiment “Certes, Fausse Amour se repentira de son acte, mais plus d’avoir été dupé que d’avoir été amoureux. De plus, la peine infligée semble devoir être sans fin, ce qui contredit la supposition précédente d’un rachat possible de l’amoureux.

13Modus et Ratio sont-ils justes ou injustes ? On pourrait croire à une certaine dureté si la suite du texte ne montrait qu’ils avaient absolument raison. En effet, apprenant que son espion est retenu en otage, et ce pendant la trève, ignorant de plus le double jeu que celui-ci avait joué, le roi d’Envie, prince de Mort, accompagné de Satan, prince des Ténèbres, va venir réclamer Fausse Amour. Ratio répondra en justifiant sa ruse :

  • 7 Ibid, § 219, l 52-56

N'est pas pechié, de che me vant, de dechevoir le dechevant. Et, pour che que son sournon est dist d'Ardant desir, li giete l'en souvent de l'iaue froide sus la teste pour estraindre sa chaleur.7

14Satan prendra alors sa forme d’esprit pour venir chercher dans son baquet Fausse Amour. Bien qu’aspergés d’eau bénite et bouillante, et fracassés dans leur chute sur les rochers, ils parviennent tous deux à s’échapper. Ils reprendront des forces en l’abbaye de de Bonne Mors du Val ;

  • 8 Ibid, § 220, l 24-27, 33-34

Leens fu le roi d'Envie trois jours, et tant comme illi fu, n'out entre les moignes que murmure et haÿne, qui devant estoient en grant amour et tranquillité.(...) Il ne fut oncques puiz qu'ils ne fussent ribaus et dissolus.8

15La suite montre ainsi que Fausse Amour était vraiment coupable, et mérite le châtiment qu’il reçoit, même s’il est disproportionné à la faute qu’il a commise. Il y a dans la dureté de la peine, qui s’explique maintenant, une sorte de condamnation avant le péché qui n’est possible que dans un autre univers, où les juges sont, de plus, des enfants de Dieu, ce qui est le cas de Modus et de Ratio.

16Ainsi notre première étape peut-elle conclure à la justice profonde de la sanction, exclusivement parce que l’amant est, par nature, et malgré ses efforts. Fausse Amour.

17Maintenant, c’est de vrai amour qu’il va s’agir. Le grand, le pur, celui dont on meurt ou pour lequel on meurt. La mort est-elle alors une sanction ? L’amour est-il alors juste, ou injuste ? Les quelques textes que l’on va maintenant étudier contiennent tous, en filigrane, ces questions.

18Le narrateur de ce premier récit est, lui-même, comme veuf,

  • 9 A. Chartier, la Belle Dame sans Mercy, ed. A. Piaget, T.L.F. 1949. Str. I, p 3.

Le plus dolent des amoureux,
Puis que, par son dard rigoureux,
La mort me toulit ma maistresse.
Et me laissa seul, langoureux,
En la conduite de tristesse.9

19On a reconnu les premiers vers de la Belle Dame sans Mercy d’Alain Chartier. C’est la tristesse et l’expérience du narrateur qui vont l’amener à prêter attention au jeune homme malheureux, et à se reconnaître en lui. La suite du texte fait répondre, à chaque strophe de l’amant, une strophe de la dame. Le dialogue n’existe presque pas entre ces deux figures aux attitudes opposées, et si la Belle Dame répond, c’est toujours par un refus, une négation des dires de l’amant. Pour elle, on ne meurt pas d’amour. C’est pourtant ce dont est convaincu l’amant ; à plusieurs reprises dans ses propos :

  • 10 Ibid, Str. XXXIII, v 264, p 11
  • 11 Ibid, Str. LXV, v513-520, p 22

Qui plus tost muert en languist moins.10
Je poursuivray tant que pourray
Et que vie me durera,
Et lorsqu'en loyauté mourray
Celle mort ne me grevera.
Mais quant vo durté me fera
Mourir loyal et doulereux,
Encores moins gref me sera
Que de vivre faulz amoureux.11

20au point d’ailleurs qu’il en mourra dit-on à la fin du poème.

21Le poète tirera alors les conclusions de cette lamentable aventure. Les amoureux seront chargés de fuir les médisants, et les dames d’être moins cruelles. Mais si cette dame est impitoyable et condamne son amant, c’est effectivement à la suite d’un jugement, comme le prouvent quelques mots des dernières strophes :

  • 12 Ibid, Str. XCV, v753-756, p32
  • 13 Ibid, Str. XCVI, v 763-764, p 32

Puis que de grâce .j. tout seul mot
De vostre rigoureux cuer n'yst,
J'appelle devant Dieu qui m'ot
De vo durté qui me honnist...12
Riens ne vous nuit fors vous meismes.
De vous mesmes juge soyez.13

22A la fiction d’un dialogue amoureux se superpose celle d’un jugement consécutif à un débat. Ce n’est plus la lamentation d’un jeune homme mal aimé, mais son plaidoyer que nous entendons. Il ne peut s’achever qu’en appel, devant Dieu qui est témoin de sa pureté.

23Ainsi se retrouvent les éléments essentiels qui avaient paru dans l’aventure de Fausse Amour, le jugement, et l’appel à Dieu. Mais rien n’est conclu ici, si ce n’est la mort de l’amant à la fin de l’œuvre, qui répond à celle d’une autre dame au début.

24L’œuvre est ainsi inachevée, non pas dans son propos, mais dans ses implications, ses conséquences, puisque nous ne sommes pas parvenus à un jugement réel, où Dieu ou Amour trancheraient sur le cas. Les suites de la Belle Dame montrent bien la soif chez les lecteurs de savoir qui a tort ou raison, et Chartier a été contraint de composer un poème allégorique où Amour lui-même venait trancher le cas. Mais la cause et le débat sont devenus publics, et vont avoir encore d’autres répercussions.

25C’est dans le Jardin de Plaisance que nous al Ions poursuivre l’enquête. On sait comment le compilateur chargé d’ordonner ce gros recueil a choisi cette fiction pour rassembler en une même œuvre des textes amoureux de provenances diverses.

26Dans un premier temps, nous al Ions assister à la conclusion, ou plutôt à une des conclusions de la Bel le Dame sans Mercy. C’est la première fois que nous voyons apparaître une vraie cour, composée de douze présidents, le premier étant Franc Vouloir, le procureur étant Espoir et Désir, l’avocat. On débat dans ce poème des torts respectifs de l’amant et de sa dame, au grand désavantage de la dame :

  • 14 Jardin de Plaisance, Facsimile de l’édition Vérard de 1501, S.A.T.F. 1910, fol. cxliv v°

Donc ceste femme ou fierté maint
Doit on par droit feloniser,
Qui maintient qu'en amour remaint
Peu de sens que peu renommer
On doit pource qu'il fait aymer...14

27Ce texte de Baudet Herenc refuse à son tour d’achever : le réquisitoire est tellement âpre que la Bel le Dame est comme confondue.

  • 15 Ibid, fol cxlii v°

Lors Franc Vouloir le president
Dist a la daine : Ouy avez
Tout ce que Desir le prudent
A dit contre vous ; pour ce veez
Que vos salvacions trouvez.
Le cas requiert punicion
Et (s') excuser ne vous sçavez
Juger fault la correction.15

28Elle ne trouvera personne pour la défendre, et n’obtiendra qu’un délai. Il semble qu’à son tour son cas soit jugé, et pourtant l’auteur de ce poème recule devant la sentence. Il faudra, après Chartier, après Baudet Herenc, un nouveau poète, Achille Caulier, pour que sentence soit enfin rendue. Les textes, dans l’édition du Jardin de Plaisance, s’enchaînent de façon évidente. Même, la forme strophique, le huitain d’octosyllabes ababbcbc, accentue la continuité de tous ces poèmes. Nous avons pleinement la sensation, que recherchait le compilateur du Jardin, d’avoir affaire à une œuvre collective plus qu’à une suite de poèmes divers.

29Que dit Achille Caulier ? Il reprend, dans un autre cadre, la fiction d’un jugement, en appel cette fois, devant la cour d’Amour. Les témoignages sont repris, avec cette persévérance inlassable qui caractérise les récits légendaires, et concourent une fois de plus à montrer la cruauté de la dame :

  • 16 Ibid, fol cxlvi v°

Et semble que telle chose infame
Selon que d'elle est escrips
Si soit quelques maulvais espritz
Qui ymage de femme a pris
Pour mectre mort haulx amoureux
Dont cest amant a esté periz
qui tant fut saige et gracieux.16

30On quitte insensiblement les problèmes de déontologie amoureuse qui faisaient la matière d’autres débats pour maintenant s’interroger : La Dame est-elle coupable de la mort de son Amant ? Quatre conseillers, docteurs en lois. Raison, Advis, Mémoire, et Crainte de mal Faire, font leur rapport au dieu Amour. Celui-ci rend alors son jugement. D’une part,

  • 17 Ibid, fol cxlvii v°

Je vueil que l'amant qui est mort
Soit suscité en la lumière.(...)
Et comme ma chose plus chiere
Il soit vifz en gloire et en nom.17

31Quant à la Belle Dame,

  • 18 Ibid, fol cxlviii

Te condamne estre enchartree
En chartre de dueil sans deport.18

32Ainsi, pour la première fois, jugement est rendu, et la Belle Dame condamnée. On ne sait pas si la peine est perpétuelle ou non, mais il est certain qu’elle est immédiatement exécutoire :

  • 19 Ibid

Quant le jugement fut rendu,
Desepoir est sailly avant
Qui maint meschant gens a perdu.
Si la prist et mayne devant
Puis la bouta si rudement
En la chartre où n'a qu'amertume.
Et est la chartre en ung pendant
Des prilleux heschez de fortune.19

33Sa vie, on le voit, ne tient qu’à un fil. Nous nous retrouvons dans une situation voisine de celle de Fausse Amour. La gloire rejaillit sur l’amant trépassé, et l’infidèle est emprisonné.

34Nous quittons maintenant le cycle de la Belle dame sans Mercy pour aborder une nouvel le facette de ces jugements amoureux. Les textes sont voisins, puisque le premier dont nous allons parler se trouve lui aussi dans le Jardin de Plaisance. Même, ils reprennent bien des traits abordés ici, et nous allons rencontrer la forme du débat et, plus loin, le jugement rendu.

35Mais il ne s’agit plus de savoir si la Belle Dame a eu ou non raison. Nous sommes dans le débat central, celui que Chartier faisait sien au début de son poème : la mort est-elle plus forte que l’amour ? Aussitôt vient à l’esprit le vers de Villon :

  • 20 F. Villon, Edition A. Mary G.F. 1965, p 88, v 1-2

Mort, j'appelle de ta rigueur...20

36et l’on voit par ce mot combien il s’agit d’une cause, au sens juridique, et qui préoccupe toute une société.

37Les derniers textes du Jardin développent ainsi une dernière histoire, que raconte avec brièveté la table des matières :

  • Comment au jardin de Plaisance Malebouche chasse le chevalier du jardin dont la dame en meurt de courroux.
  • Comment la dame se complaignant douloureusement et requerant et depriant la mort soubdainement fut frappée de sa darde mortelle.
  • Comment le chevalier est oultré de courroux pour l'amour de sa dame qui est allee de vie a trespas.
  • Comment le cueur dudit chevalier oultré se debat contre son corps apres sa doleance de la mort de sa dame.
  • Comment le chevalier oultré rend l'ame et de son epitaphe.21

38Dans ce récit en cinq parties, de provenances bien différentes, puisque nous avons deux textes anonymes, dont un sans doute composé par un ecclésiastique au cours du xive siècle, un texte de Chastellain, un d’André, ou Andrieu de la Vigne, et un autre enfin atribué à Pierre de Hauteville, dans ce récit, la continuité narrative est peu perceptible, malgré des passages composés par le compilateur, peut-être André de la Vigne lui-même, pour coudre ces textes.

39Mais, avant de s’attacher à quelques passages, constatons que la trame générale tel le qu’elle est proposée par la table reprend les étapes qui s’étaient dessinées auparavant, à cela près que la Dame n’est plus responsable de la fin de cet amour, mais la Mort elle-même, immédiatement présentée comme personnalité allégorique, c’est-à-dire plus comme ennemie que comme fatalité. Les raisons de la séparation de l’amant et de sa dame sont assez floues, ou les insinuations de Male Bouche très dangereuses, mais leur rôle est surtout d’amener la séparation, et de là la mort entre les deux amants. Séparation tragique qui sera superbement représentée dans le poème d’André de la Vigne : sous une gravure, sans doute originale, représentant une dame que la Mort s’apprête à frapper de son dard, le poète déroule ses strophes de lamentation, utilisant abondamment les anaphores :

  • 22 ibid, fol ccxxxi v°, ccxxxii v4 : qui : sic.

Je n'en puis plus, le cueur me fault.
Mon amy, à Dieu vous commant,
L'amy où n'y a nul deffault,
Sur tous le tresloyal amant.
Adieu, celluy qui loyaument
De cueur et courage j'amoye
Et celluy pour qui tendrement
Des yeux maintenant je lermoye.
Adieu mon bien adieu ma joye,
Adieu mon plaisant souvenir,
Adieu de tous biens la montjoie...22

40Les strophes suivantes sont plus systématiques, et reprennent le dernier mot d’une strophe pour en faire le premier de tous les vers de la strophe suivante. Après le trépas de la dame, l’acteur raconte en détail la cérémonie de l’enterrement, s’apitoyant sur le sort de cette jeune beauté de quatorze ans et demie. S’il y a là beaucoup de maîtrise, il ne faut pas oublier que la déploration est une des spécialités d’André de la Vigne.

41Chez Chastellain, le discours sera différent, n’oublions pas que le texte est composite. Après de nombreuses lamentations devant le Temple d’Amour, le chevalier outré d’amour rend les armes en invectivant le dieu qu’il servait jusqu’ici. L’amour n’est plus le noble sentiment décrit auparavant, mais une sorte de folie qui leurre les jeunes gens.

42L’amant renonce à aimer, et s’il revient sur ses invectives, il refuse, malgré les injonctions de son écuyer, de s’enrôler à nouveau :

  • 23 Ibid, fol ccxlii v°
  • 24 Ibid, fol ccxliij

L'escuyer : Il faut l'amour passé estaindre,
Et se garnir d'une amour neufve,
Car belle et haulte la vous treuve.23
le chevalier : Helas j'ay trop porté service
Pour en tirer si povre fruict.24

43L’amour n’est plus dès lors un comportement courtois, un ballet social, mais un profond attachement à la dame défunte, aussi importante pour le chevalier que l’honneur ou que l’ame. Du moins est-ce là ce que veut nous faire croire le compilateur, qui détourne le texte de Chastellain. Ainsi, au détachement indifférent du chevalier de Chastellain :

  • 25 Ibid, fol ccxliv

J'ay ung honneur, ung corps, une ame.
Des trois les deulx sauver vouldroie.
Le corps s'en aille apres ma dame,
J'en suis content.25

44Le passage de transition superpose un réel désespoir amoureux :

  • 26 Ibid.

Quant seul se vit ymaginant,
Et pensant a la dessusdicte(…)
Amour pour fraieur ethroclite
et Regrete qui trop au cueur touche
L'estendirent sur une couche.26

45Ainsi, l’amour n’est pas une duperie, et la vraie coupable d’une si grande souffrance est bien la mort. Le débat monologue de la Dame appelant sa fin répond à l’avance aux invectives du chevalier attaquant l’amour. Dans l’autre monde, la seule vraie injustice est, comme ici, la mort.

  • 27 Villon, p 88, v 8-12

Deux étions, et n'avions qu'un cœur ;
S'il est mort, force est que devie.
Voire, ou que je vive sans vie,
Comme les images, par cœur,
Mort !27

46On peut passer rapidement sur le débat du cœur et du corps, qui intervient de façon insolite dans la trame du récit. Notre chevalier qui, jusqu’à présent attendait la mort avec sérénité devra recevoir les leçons de son cœur pour accepter de renoncer à la vie.

47Mais le voici maintenant qui dicte son testament, dans le dernier texte du Jardin de Plaisance. Nous retrouverons bientôt, après ces méandres amoureux, la question centrale : qui, de l’amour ou de la mort, est le plus fort ? Le chevalier répond à cette question sans l’ombre d’une hésitation ; des amoureux unis sont invulnérables.

  • 28 Jardin, fol ccxlviij

D'elle je prenoye ma substance,
mon bien, mon estre et mon essence.
Nous deux n'estoit qu'un commun corps
Et ung cueur, tout d'une aliance
Dont l'ung ne eust point d'indigence,
Qui n'eust separé l'autre hors.
Ainsi, par clere remonstrance,
La mort n'avoit point de puissance
Sur moy, au moins du vivant d'elle.28

48On reconnaît bien ici l’état d’esprit de Villon, la conscience d’une sorte d’injustice à séparer ce qui est uni. Il y aurait à détailler longuement ce texte, extrêmement riche ; on ne relèvera ici que les points qui nous intéressent. En fait, le travail du mourant sera de nier la mort, avec autant de soin que possible. Tous les détails de l’enterrement sont réglés, pour que cette agonie et cet enterrement soient à la louange de la dame. Ainsi, le drap du poêle sera vert orné de fleurs, et des ménestrels accompagneront les cordeliers pour la veillée funèbre. Les deux corps seront enlacés dans le même suaire et la même tombe, avec pour épitaphe :

  • 29 Ibid, fol cclvi

Cy gisent deux corps entassez
Jadis en amours enlassez,
Et ainsi ensemble toujours
De loz et de renom assez
Qui sont sans cause trespassez,
Piteusement avant leurs jours.29

49Quant au portrait de sa dame, il sera

  • 30 Ibid, fol cclv v°

Le plus au vif qu’on pourra faire.30

50La mort est donc, au milieu de sa victoire, bafouée, niée, comme abolie ; l’obstination à aimer de ce coup le me fait irrésistiblement penser à un autre, d’un autre Moyen Age, celui des Visiteurs du Soir... L’injustice est flagrante, et le mourant en est conscient, qui réclame sur son lit de mort une action en justice :

  • 31 Ibid, fol cclvij

Si te requiers finablement
Raison, justice, et jugement
Avecques reparacion
Du cas ainsi fait ordement,
Tel que apres mon partement
En soit tousjours fait mencion.
Et au cas que dissimuler
Vouldriez la chose ou protholler
En faveur d'icelle mort vile,
Doulx lerme fauldroit avaller ;
Mais j'en proteste d'appeler
En et desja au saint consille.31

51Au terme du récit proposé par le Jardin de Plaisance s’annonce la dernière occurrence de notre motif. La mort et l’amour vont s’opposer en justice, et l’on devra alors statuer qui a raison, et quelle peine encourt la mort. Mais ce n’est plus l’auteur du texte, pas plus que ce ne sont les mêmes personnages. Ce sont les héritiers que Martial d’Auvergne, dans ses Arrêts d’Amour, va mettre en scène.

52Il y aurait beaucoup à dire sur ce texte, composé de 51 arrêts rendus par le Parlement d’Amour. Martial d’Auvergne, juriste, joue autant sur les procédures de droit que sur le pittoresque de certaines situations, tout en multipliant les allusions littéraires, les “suites” de telle ou telle histoire.

53Le cas qui est proposé au Parlement d’Amour est d’abord un cas de jurisprudence. D’une part, les plaignants, après avoir rappelé la lamentable histoire, font remarquer que :

  • 32 M. d’Auvergne, Les Arrêts d’Amours Ed. J. Rychner, S.A.T.F. 1951, Arrêt XXXIV, l 26-31, p 152

Veu que ces dits deux personnaiges estoient en saufconduit d'Amours et en la sauvegarde, que la dite Mort n'y avoit que congnoistre et que par ainsi de les avoir tuez elle en estoit tout du long tenue, et estoit le cas digne de grand reparacion, attendu qu'il y avoit eu meurtre et occision....32

54et ne demandent rien de moins que la résurrection de ce fameux couple, tout en acceptant, en cas d’impossibilité, quelques solutions de remplacement : la confection d’une image “au vif” perpétuant leur mémoire, et la prolongation de la vie des héritiers d’une durée comparable à celle qui a été dérobée à leur ancêtre.

55La mort quant à elle, après avoir rappelé sa puissance, conclut en affirmant que :

  • 33 Ibid. l 60-63, p 153

De ce qu'elle fait, soit bien, ou mal, n'est tenue de respondre que devant le grant juge, et n'y a justice d'Amours ne d'autre ou elle soit subjecte. Et par ainsi perseveroit en la declinatoire et concluoit afin de non proceder.33

56A cela se mêlent les gens d’Amours, qui montrent que d’usage, la mort épargne les amoureux, malgré toutes leurs imprudences :

  • 34 Ibid, l 93-100, p 154

Il apparoissoit assez par experience des amoureux qui montent ou desvalent de nuyt du hault de deux ou trois estaiges par une touaille ou longiere(...) pareillement de ceulx qu couchent entre deux goutieres de toute la nuyt, voire quant il gelle a pierre fendant, et sy n'ont point de couverture ne de froit...34

57En vain la Mort arguera de son droit d’ainesse, on lui répondra que :

  • 35 Ibid, l 154-157, p 156

Ne fut la Mort ordonnée fors pour apaisier les debas de ce monde et oster ceulx qui s'entrehaient, qui font les noises, et que Nature ne peut plus soustenir.35

58Ainsi la mort devra-t-elle répondre devant la cour d’Amours. Mais le jugement est reporté à la session, puisqu’il faut permettre à la Mort de préparer sa défense. Martial d’Auvergne ne nous a rapporté bien sûr qu’une séance du Parlement d’Amours. Jamais ce procès, intéressant, ne nous sera raconté.

59Certes, il sera désormais patent que l’amour est plus fort que la mort, puisqu’il peut la citer à comparaître et la juger. Mais il ne semble pas qu’il puisse y avoir contre cette mort injuste la moindre sanction. On peut réparer ses dommages, bien souvent par des reproductions, qui ne permettent au mieux que de vivre “sans vie, comme les images, par cœur... ” on ne peut pas punir, pas revenir en arrière.

60L’Autre Monde ne peut pas nier notre monde. L’univers allégorique ne peut pas subir une distorsion qui le rendrait définitivement distinct de notre société. S’il lui est possible, magiquemet, de nier la mort, voire de la citer en justice, il ne lui est pas possible de la condamner. C’est là son extrême limite.

61Les dernières remarques que nous ferons concerneront ces régions frontalières de l’univers allégorique.

62Le Royaume des Ténèbres est-il ou n’est-il pas allégorique ? Nous avons vu que c’est Satan qui le gouverne, dans le Livre du Roi Modus et de la Reine Ratio ; une autre façon de poser la question serait donc : Satan est-il un personnage allégorique ?

63Un premier texte va permettre de cerner le problème à une échelle individuelle. Il s’agit de l’extraordinaire Supplicacion du Banny de Liesse de Meschinot. ce texte a pour origine un procès qui a opposé Meschinot à un autre serviteur de la maison de Bretagne. L’histoire en est confuse, et nous ne conservons que deux pièces. D’une part, cette supplicacion allégorique ; d’autre part, l’acte par lequel la justice de Bretagne réconcilie les parties adverses sans donner tort à aucun.

64Meschinot, se présentant comme :

  • 36 Jean Meschinot, Supplicacion du Banny de liesse, Ms B.M. Tours 905, fol 67

Parroissien d'Affliction et voisin prochain de Desespoir.36

65explique qu’il a été assailli et emprisonné par Malheur et Pauvreté, qui lui font faire sur mesure un harnois allégorique fait d’un alliage de Mélancolie et d’Aigreur.

  • 37 Ibid, fol 68

Quel harnois ont proposé armer audit suppliant sur ung pourpoint de Moleste embourré de Travail o esguillettes de desconfort et s'efforcent le luy faire porter a pié par le Royaume de Tenebres pour guerroyer Felicité.37

66Nous sommes ici dans une thématique semblable à celle du texte de Chastellain. Il s’agit toujours d’armes et de service, mais cette fois-ci dans une sorte de psychomachie contre nature, puisque l’homme malgré lui va être le champion du mal, et qu’il va se battre contre une personnification allégorique. Comme notre chevalier amoureux de tout à l’heure, la préoccupation essentielle est de rendre les armes, de quitter ce carcan immérité.

  • 38 Ibid, fol 68 v°

67Mais devant ce rapt, cette détention arbitraire, le poète n’implore que la grâce de son Prince, sans réclamer de jugement. Bien sûr, on retrouve quelques mots du vocabulaire juridique, procureur, cause, sauvegarde. Mais ils ne sont pas à comprendre dans leur sens propre, ils ne servent qu’à marquer la procédure de délivrance du poète, qui aidé de Vieillesse va pouvoir être “restitué en sa franchise”38.

68Sera-t-on étonné d’apprendre que l’acte qui achève le procès de Meschinot ne porte mention de punition pour personne ? Non seulement Boisbrassu, l’ennemi pour des causes mystérieuses, mais aussi Malheur et Pauvreté, qui ne figurent même pas sur l’acte. Pourtant, il avait demandé à Honneur de

  • 39 Ibid

Conduire sa cause en manière que sesdiz ennemis soient chassez et ne demeurent impuniz ne luy en ceste immense destruction.39

69Ainsi, à nouveau, se marquent les limites d’un univers allégorique : il ne peut, pour le malheur comme pour la mort, toucher à l’ordre du monde. Prévoirait-on une punition, une sanction, qu’elle serait, par nature, inapplicable.

70C’est ce que va montrer notre dernier exemple, qui concerne à nouveau le Royaume des Ténèbres.

71Si la deuxième partie du Livre du Roi Modus et de la Reine Ratio reçoit souvent le titre de Songe de Pestilence, c’est que cette œuvre allégorique a d’autres résultats que ceux que l’on a vus jusqu’ici.

  • 40 Modus et Ratio, § 146, l 19-20

72Toute l’œuvre est encadrée entre deux jugements. Le premier est celui que Dieu instruit pour savoir tout ce qu’on fait les ennemis de Modus et de Ratio. Il s’agit essentiellement de Satan, que l’on trouve au début en train de souffler “le feu sous une chaudiere plaine d’eaue, ou estoit l’ame d’un usurier”40. Plus tard, il se transformera en redoutable chef de guerre. Mais pour le moment, il répond avec finesse et cherche à se disculper, affirmant qu’on lui cherche une mauvaise querelle. Mais les résultats de l’enquête sont accablants : le monde est livré à Satan et à ses lieutenants, le Monde et la Chair. L’affaire est passée devant le Père et devant le Fils. Les Plaideurs sont assignés

  • 41 Ibid, § 217, l 22-25

Jour au bout de l'an par devant le Saint Esperit, par qui les paines de nos condannations seront dites et ordonnées a Sathan, a moi (le Monde) a la Char, et aux gens des trois estats...41

73Ils vont, par vengeance anticipée, mettre à feu et à sang le royaume de Modus, vaincu bien qu’il ait gagné toutes les batailles : on n’imagine pas une psychomachie où les vices seraient victorieux, alors même que l’on cherche à conter comment tout le bien a quitté cette terre.

74Mais alors qu’ils arrivent en la cité d’Espérance victorieux et conquérants, le récit s’interrompt et parle de la dernière vision du narrateur, qui nous fait entendre le jugement du Saint-Esprit.

75Certes, Satan est condamné. Mais sa peine n’est pas vérifiable, ni très différente de ce qu’il devait subir auparavant :

  • 42 Ibid, § 235, l 4-7

Je le commeit en puis d'enfer, lié et enchainé, ou il sera tourmenté parfaitement pour les choses que il a faites contre la majesté de Dieu.42

76Quant à la peine donnée au Monde et à la Chair, elle est bien plus simple :

  • 43 Ibid, § 233, l 3-13

Pestilence par lonc temps est au monde octtroie en telle maniere que par guerres seront moult de roialmes evacués et permués et les biens d'iceulz pilliés et dissipés et gastés et gens tués et emprisonnés, terres deguerpies, et en lieu de bles seront herbes et genés ; rebellion des petis contre les grans, les villes contre les seigneurs, traisons apertes et couvertes, par quoi moult mourront ; les eglises violees et dissipeez, et aucunes seront maisons de guerre qui estoient de pais.43

77Percevoir l’épidémie comme une punition n’est pas chose nouvelle ; mais elle se présente ici, de façon exceptionnelle comme la conséquence d’un conflit qui se déroulait dans l’Autre Monde. Ainsi est expliquée la Grande Peste, ainsi aussi les batailles et les revers du royaume de France. On a souvent attribué à ce récit une volonté prophétique, même s’il était rédigé, bien évidemment, après coup. Il me semble que le propos d’Henri de Ferrieres n’était pas de jouer les devins, mais bien d’expliquer la cause première de l’épidémie en remontant à l’origine d’un conflit qui dépassait l’homme.

78Ainsi, la seule punition effective est celle qui retombe de l’univers allégorique sur notre monde. L’homme, s’il fait appel de la mort ou de Satan, peut espérer, dans l’allégorie, voir son droit triompher, sans obtenir pourtant réparation. Mais dès qu’il est coupable, il est puni dans sa chair et sa réalité, par une justice implacable et divine.

79Certes, dira-t-on, le récit allégorique est perçu comme une fiction, à laquelle il ne faut pas attacher trop d’importance. Je n’en suis pas si sûr : sa fréquence dans les textes est telle qu’il représente bien plus qu’un cadre du récit, qu’il forme un mode de perception du monde.

80Un monde qui dépasse l’homme, trop faible et trop coupable,

  • 44 Jean Meschinot, Ms Tours, paraphrases bibliques IV, v8-9 fol 120

Criant mercy com l'enfant a sa mere
Oui deservy auroit estre batu.44

81et dont les sanctions sont terribles et incompréhensibles. Ce n’est pas par hasard que lorsqu’il figure la Justice dans les Mystères, l’homme lui adjoint aussitôt Miséricorde, se sachant coupable, mais espérant son pardon.

Notes

1 Le livre du Roi Modus et de la Reine Ratio, Ed. G. Tilander, S.A.I.F. 1932, § 191, l 16-22

2 Ibid, §203, l 32

3 Ibid, § 1, v 77-80

4 Ibid, § 204, l 17-23

5 Ibid, l 64-68

6 Ibid, l 74-79

7 Ibid, § 219, l 52-56

8 Ibid, § 220, l 24-27, 33-34

9 A. Chartier, la Belle Dame sans Mercy, ed. A. Piaget, T.L.F. 1949. Str. I, p 3.

10 Ibid, Str. XXXIII, v 264, p 11

11 Ibid, Str. LXV, v513-520, p 22

12 Ibid, Str. XCV, v753-756, p32

13 Ibid, Str. XCVI, v 763-764, p 32

14 Jardin de Plaisance, Facsimile de l’édition Vérard de 1501, S.A.T.F. 1910, fol. cxliv v°

15 Ibid, fol cxlii v°

16 Ibid, fol cxlvi v°

17 Ibid, fol cxlvii v°

18 Ibid, fol cxlviii

19 Ibid

20 F. Villon, Edition A. Mary G.F. 1965, p 88, v 1-2

21 Jardin, fol cclxix v°

22 ibid, fol ccxxxi v°, ccxxxii v4 : qui : sic.

23 Ibid, fol ccxlii v°

24 Ibid, fol ccxliij

25 Ibid, fol ccxliv

26 Ibid.

27 Villon, p 88, v 8-12

28 Jardin, fol ccxlviij

29 Ibid, fol cclvi

30 Ibid, fol cclv v°

31 Ibid, fol cclvij

32 M. d’Auvergne, Les Arrêts d’Amours Ed. J. Rychner, S.A.T.F. 1951, Arrêt XXXIV, l 26-31, p 152

33 Ibid. l 60-63, p 153

34 Ibid, l 93-100, p 154

35 Ibid, l 154-157, p 156

36 Jean Meschinot, Supplicacion du Banny de liesse, Ms B.M. Tours 905, fol 67

37 Ibid, fol 68

38 Ibid, fol 68 v°

39 Ibid

40 Modus et Ratio, § 146, l 19-20

41 Ibid, § 217, l 22-25

42 Ibid, § 235, l 4-7

43 Ibid, § 233, l 3-13

44 Jean Meschinot, Ms Tours, paraphrases bibliques IV, v8-9 fol 120

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter