Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

Le thème du jugement dans la fable et quelques avant-textes du Roman de Renart

Elisabeth Charbonnier

Texte intégral

  • 1 H.E. Jauss, Untersuchungen zur mittelalterlichen Tierdichtung, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1959 (...)

1Procès et jugements abondent dans le Roman de Renart, où le goupil frôle à plusieurs reprises un châtiment bien mérité. Si la fréquence et la richesse du thème s’expliquent par le réalisme propre à l’œuvre, par une volonté évidente de parodier les grands procès courtois, et même par le goût bien connu du Moyen Age pour la procédure et la chicane, il peut être néanmoins intéressant d’en explorer les premières occurrences, du moins dans la tradition occidentale. Comment définir le jugement ? Par ce terme, nous entendrons le réglement d’un conflit entre deux ou plusieurs animaux, grâce à l’intervention d’un tiers, juge et parfois roi, qui emprunte au droit les modalités et le langage de son action, et cela en présence ou non d’une assemblée. Ce thème, entièrement développé sous la forme du plaid renardien, comprendra six séquences narratives : 1) on porte plainte contre Renart, 2) Renart est convoqué, 3) confession de Renart, 4) Renart se défend devant la cour, 5) jugement, 6) Renart parvient à s’échapper et retourne chez lui1. Cependant la fable et les quelques avant-textes du Roman de Renart que nous prendrons en considération demandent que l’on dégage un schéma plus général, qui puisse fonctionner pour des textes d’époque, de genre et d’inspiration différents. C’est pourquoi on peut ne retenir que quatre séquences narratives : 1) la plainte, 2) le débat contradictoire des parties et les témoignages, 3) le jugement, 4) l’exécution, ou la tentative d’exécution de la sentence. Une ou plusieurs séquences sont parfois escamotées, considérées comme inutiles, car évidentes dans la pensée ou les propos du narrateur. C’est le cas des jugements dont on menace un adversaire : il n’est pas besoin de rappeler la plainte, qui découle de la situation conflictuelle, ni d’annoncer la condamnation, qui va de soi.

  • 2 Esope, Fables, Les Belles Lettres, Paris, 1927, fable 205.
  • 3 Paul Diacre, Monumenta Germaniae Historica, Poetae latini Medii Aevi, Berolini, apud Weidmannos, 1 (...)

2Dans la fable de tradition ésopique, les jugements qui suivent cette définition sont rares, et la justice revêt un caractère vague et atemporel. Considérons la fable du lion malade devant qui un maladroit, l’ours ou le loup, accuse le renard. Esope nous dit simplement2 : "Alors le loup, saisissant l’occasion, accusa le renard par devant le lion (...). Mais celui-ci, ayant demandé un moment pour se justifier, ...". Peu d’indices ici d’un véritable jugement, sinon les verbes "accuser", "se justifier", même si la fable dans son ensemble suit le schéma narratif évoqué précédemment. Et, aussi longue que soit la postérité de ce récit à travers le Moyen Age, jamais le thème du jugement dans la fable n’apparaîtra différemment traité. Paul Diacre, au viiième siècle, nous parle seulement du justum judicium rendu par le lion3, et ne nous livre aucune information précise sur les modalités de ce jugement. La concision du genre, aussi bien que ses intentions morales, empêchent la fable de nous livrer une image de la justice autre que stylisée.

  • 4 Ecbasis cujusdam captivi per tropologiam, edited by E.H. Zeydel, Ams Press Inc, New-York, 1966. Su (...)

3La même fable, en revanche, reprise et développée dans l’Innenfabel de l’Ecbasis Captivi, au xième siècle, emprunte à la procédure juridique quelques traits précis4. Le goupil exige d’être jugé selon les formes légales, et rappelle au monarque qu’il est injuste de condamner un accusé sans l’avoir entendu.

Dedecet hunc regem rationem scribere talem :
"Absens damnetur", nisi legibus ante vocetur.
Si sequitur legem, mercabitur undique laudem ; (Ecb, 523-525)

4"Il est indigne du roi de prendre un décret qui dirait

5"Que l’on condamne l’accusé absent" sauf dans les cas où ce dernier a été convoqué dans les formes légales.

  • 5 Traduction de A.J. Surdel.
  • 6 E. Voigt, Ysengrimus, Halle, 1884. Réédition : Hildesheim, 1974. Traduction : E. Charbonnier, Rech (...)
  • 7 Y, III.

6"S’il respecte la loi, on le louera de toutes parts."5 Mais ce souci de la forme juridique reste ponctuel, et le jugement du goupil est encore par bien des traits un jugement de fable. Ainsi l’accusation portée par le loup tient plus de la calomnie que de la plainte, le plaidoyer du goupil n’est qu’un récit non-argumenté, et le roi n’est aidé d’aucun assesseur. Nous sommes encore loin du souci de précision et du réalisme du Roman de Renart, qui se trouve néanmoins annoncé dans un autre texte latin, l’Ysengrimus6. Ce dernier emprunte beaucoup aux réalités juridiques du temps, et ce même procès intenté au goupil par le loup, puis au loup par le goupil, occupe dans l’œuvre de Nivard une place centrale et prépondérante7, sur laquelle nous reviendrons.

7Le but de cette contribution n’est pas néanmoins d’analyser les réalités juridiques évoquées par l’un ou l’autre texte, mais d’étudier dans quel esprit et quel but apparaît le thème du jugement. Nous verrons que les jugements, de la fable à l’Ysengrimus, ne sont jamais équitables. Tout jugement est un scandale. Tout procès est en fait le lieu institutionnalisé du triomphe du tort sur le droit, ou le plus souvent du tort sur le tort. Il s’agit moins du scandale de l’impunité, comme dans le Roman de Renart, que d’un discrédit systématique jeté sur l’institution, que d’une remise en question fondamentale de l’aptitude humaine à connaître le juste. Il arrive que l’innocent soit condamné, et si l’accusé est coupable, le réquisitoire est prononcé par aussi coupable que lui, et la condamnation décidée pour des raisons fallacieuses. Si bien que même le châtiment du méchant suit des voies obliques, qui rendent suspecte la sanction finale.

  • 8 Phèdre, Fables, Les Belles Lettres, Paris, 1924, I 17. Romulus, édition Oesterley, I 4. Der latein (...)

8C’est que la justice est le lieu d’un rapport de forces dont les valeurs sont absentes. Le procès n’est plus qu’une structure vide de sens, l’outil efficace de la cupidité et de la ruse. Cela apparaît dès la fable ésopique, par exemple dans l’histoire de la brebis, faussement accusée par le chien d’avoir emprunté un pain et condamnée sur le témoignage intéressé du loup et du milan à rendre ce qu’elle n’a jamais eu. Pour y parvenir, elle vend sa laine et meurt de froid. Le chien et les faux témoins peuvent ainsi se partager sa dépouille. Cette fable, tirée de Phèdre, figure dans les recueils médiévaux du pseudo-Romulus, et chez Marie de France8. Elle semble avoir été l’une des fables les plus communément reproduites, sans doute parce que la mentalité médiévale était particulièrement sensible à sa morale.

Cest essample vus vueil mustrer :
de meint hume le puis pruver,
ki par mentir e par trichier
funt les povres suvent plaidier ;
fals testimoines avant traient,
de l’aveir as povres les paient ;
ne lur chalt que li las devienge,
mes que chescuns sa part en tienge. (vers 35-42)

  • 9 G. Ashby-Beach, "Les Fables de Marie de France, essai de grammaire narrative", Actes du IVème coll (...)

9L’action du chien, qui réussit à transformer la brebis de sujet en objet9, n’est rendue possible que par la corruption de la société et des institutions. La fable condamne la collusion du droit et de la force, et les abus qui en résultent. Toutefois à l’origine, chez Phèdre, la morale de l’aventure ne visait que le mensonge et l’hypocrisie. C’est le message que nous transmet encore le Romulus, qui conclut ainsi ce même épisode :

  • 10 On peut comparer de la même manière deux versions de la fable de Phèdre Les colombes et le milan ( (...)

10Sic calumpniosi faciunt mala innocentibus et miseris10.

11Rien à voir avec une quelconque critique des tribunaux. Marie a dont légèrement modifié la portée du récit, en l’inscrivant dans un cadre institutionnel et juridique.

12On retrouve le même phénomène sous une forme différente dans l’Ysengrimus, où les procès - réels et imaginaires - sont nombreux. Nous parlerons plus loin des procès réels, dont on peut déjà dire qu’ils ne prétendent à rien moins qu’à la justice. De même les procès potentiels, dont on évoque l’éventualité pour intimider l’adversaire, sont presque toujours censés établir une contre-vérité. C’est ce qui se produit dans l’affaire du jambon, qu’Ysengrin dérobe à un vilain grâce à l’aide de Renard (Y, I 1-528). Le loup, qui a dévoré seul le butin, se vante de pouvoir prouver son bon droit devant le synode, et pour narguer le goupil, se lance dans un plaidoyer fictif :

Ysengrimus adest objecti criminis insons,
Hoc rerum series indubitata docet.
Voverat hoc anno claustralis seria vitae,
Reinardo laicos inter habente suam... (Y, I 417-426)

13"Ysengrin comparaît devant vous, innocent du crime dont on l’accuse, la succession des événements semble ici indubitable. Ysengrin avait fait vœu cette année de supporter les austérités de la vie monacale, tandis que Renard vivait parmi les laïcs."

14On ne peut qu’admirer l’éloquence du loup qui, devant un synode, commencerait par rappeler sa condition de clerc, pour s’assurer l’adhésion de son auditoire. Cette complicité obtenue, il présenterait sa version personnelle des faits dans un discours tenant à la fois du plaidoyer et d’une confession de moine hypocrite. Mais le goupil furibond ne tarde pas à se venger, et à retourner au loup son sarcasme. Il attire sur Ysengrin immobilisé au sol, la queue prise dans la glace, toute une troupe de paysans furieux. Ysengrin le supplie de lui venir en aide, mais Renard refuse, car s’il le faisait, dit-il, le loup irait porter plainte devant le synode :

Non ego te dubito, si me abstraherere juvante,
In prima synodo proposuisse queri :
Rete diu jactum, bene te cepisse referres... (Y, I 899-901)

15"Je ne doute pas que, si tu te tirais de là avec mon aide, tu ne te proposes de te plaindre devant le premier synode venu : tu raconterais que tu avais longtemps jeté ton filet, que tu avais fait une bonne prise..."

16Ysengrin se vante, et Renard confirme malicieusement ses propos, de pouvoir obtenir, bien que coupable, un jugement favorable. Le synode fonctionnerait donc comme un piège pour les innocents. Les clercs solidaires, font passer leur esprit de corps avant l’équité. Mais outre la satire, ces déclarations recouvrent un procédé comique évident, celui de l’extrême mauvaise foi, que l’on retrouve dans un autre épisode. Tout un groupe d’animaux, menés par le goupil y inflige à Ysengrin une terrible correction. Le loup gît à demi-mort. Pourtant Renard nie l’évidence :

Quod si judicio nostros commiseris actus,
Hic, quod ames, factum est, unde querare nihil. (Y, IV 699-700)

  • 11 Y, V 551-556. Voir Marie de France, De lupo regnante (fable XXIX.)
  • 12 Voir aussi Y, IV 719 sq ; V 180sq ; V 615sq.

17"Or si tu soumets nos actes à un tribunal, nous avons agi ici comme tu le désirais, nous n’avons rien fait dont tu aies à te plaindre." Autre trait satirique, Renard se moque ici de la propension d’Ysengrin à la chicane. En tant que clerc, le loup pense en forme de procédure, et cette dernière sert même les exactions les plus éhontées : c’est ainsi qu’il intente un procès à des brebis, les accusant d’ignorer le latin. Il fait la preuve de leur culpabilité et les condamne à purger leur peine dans son estomac11. Ces trois exemples montrent que l’instigateur des procès est toujours coupable, de fait ou d’intention. Le jugement n’est qu’une machination destinée à provoquer l’adversaire, à l’humilier, en lui montrant que l’on joint le droit à la force, ou plutôt que le droit n’est qu’une forme de la force. De la justice ne subsistent plus qu’un langage et une forme pervertie.12

18Forme qui peut devenir métaphore de l’action. Un conflit, qui n’a rien de juridique dans sa nature ni dans son réglement, éclate entre des personnages, qui vont passer d’une situation A (manque) à une situation B (réparation), sans que le passage de A à B s’effectue par un quelconque jugement. Le procès n’est alors que l’une des figures du récit. Le procédé se trouve à l’état embryonnaire dans l’Aussenfabel de l’Ecbasis. La lutte entre le loup et les autres animaux y est à plusieurs reprises assimilée à une affaire juridique. Les deux alliés du loup, la loutre et le hérisson, refusent de prendre le moindre risque :

Non simus injusti neque talibus associati
Culpis gestorum, quae damnent, more reorum.
Ex his nullus erit, qui nos convincere possit
Sanguine de fratris nec non de morte parentis. (Ecb, 378-381)

19"Nous ne voulons pas enfreindre la loi ni être incriminés Par des actes aussi pervers qui peuvent nous faire condamner comme les vrais coupables.

20Aucun de ceux-là ne pourra nous convaincre

  • 13 Ecb, v. 1107sq, 1126sq.

21D’avoir répandu le sang d’un frère ou d’avoir tué un parent." Là où le loup ne voit qu’une guerre privée menée contre lui par le goupil et les autres animaux, la loutre et le hérisson voient une cause juste. Ils imaginent déjà le procès qui se tiendra à l’issue de la bataille et ne veulent pas faire figure d’accusés. C’est pourquoi ils appellent sans cesse le loup à la modération13. Cependant la figure essentielle du récit demeure le siège, la guerre féodale. Le procès n’est présent que par anticipation et dans l’esprit de deux personnages.

22Autre exemple de métaphore narrative empruntée au droit, mais plus développée, l’affrontement d’Ysengrin et des béliers dans le livre II de l’Ysengrimus. Le loup a en effet décidé de dévorer quatre frères qu’oppose une querelle territoriale. Dès le début Renard, qui est bien sûr à l’origine de l’aventure, présente l’affaire comme un procès dont le loup sera le juge.

Lis ad judicium pertinet ista tuum. (Y, II 284)

23"Ce procès relève de ta juridiction."

24Les béliers d’ailleurs ne sont pas dupes et savent qu’une telle cause est perdue d’avance.

Causa levis fit saepe gravis sub judice pravo,
Judicis hic causa est improbitate gravis. (Y, II 477-478)

25"La partialité du juge aggrave souvent une cause sans conséquence : aujourd’hui, notre cause est grave, car notre juge est malhonnête." Cependant le procès n’est qu’une des métamorphoses du récit : le loup-juge est aussi moine, arpenteur, faucheur, borne et convive. Mais aucune de ces qualités n’est indispensable au schéma dramatique général. Le thème du jugement n’engendre pas de séquence narrative décisive.

  • 14 Y, I 975-982.

26Même procédé pour l’ordalie qu’Aldrada, la vieille "prêtresse", impose au pauvre Ysengrin, immobilisé dans la glace : s’apprêtant à le frapper avec des chandeliers et des croix, elle lui déclare qu’il ne sentira pas les coups s’il est innocent14.

  • 15 Y, III 465-fin.

27On retrouve cette dérision, lorsque le jugement, cessant d’être une figure métaphorique, acquiert une fonction narrative : grâce à la sentence rendue, les personnages passent d’une situation A à une situation B. C’est le cas du procès, non du goupil devant le lion, mais du loup15. En effet accusé par Ysengrin de mépriser le pouvoir royal, Renard se justifie sans qu’on puisse parler de procès à propos de cette séquence. En revanche, sitôt tiré d’embarras, il intente à son oncle un procès, qui a ceci de particulier que les accusations sont inventées au fur et à mesure des débats. D’abord le loup est convaincu d’être le créancier du roi :

Sed gravis offensae te tenet aula reum :
Nam libertus adhuc debere thelonea regi
Diceris et retinens usque latere modo,
Computat exactor pluris, quam possumus ambo
Solvere, jacturam, debita deinde jubet. (Y, III 606-610)

  • 16 Le serf pouvait en effet obtenir sa liberté en payant une certaine somme à son seigneur. "Quand il (...)

28"Mais la cour te tient pour coupable d’une grave offense : on dit en effet que tu as été affranchi et que tu dois un tribut au roi, que jusqu’à présent tu gardes par devers toi16. Or ton créancier te compte des intérêts plus élevés que nous : n’en pouvons payer tous deux, et ensuite il t’ordonne de payer ta dette."

29Pour cela, le loup n’a qu’à céder sa peau. Le bélier, l’âne et le bouc défilent alors à la barre pour attester que la peau d’Ysengrin a bien toutes les qualités nécessaires à la guérison du roi. Le loup est alors écorché vif. On pourrait croire l’affaire close. Or Renard lance une nouvelle accusation ; il reproche au loup, dégouttant de sang, de porter sous sa vilaine fourrure une somptueuse robe de pourpre, se rendant ainsi coupable du crime de lèse-majesté. La cour approuve Renard et on exige d’Ysengrin qu’il fasse amende honorable. Désemparé, affolé, le loup s’approche du lion et se prosterne. Il n’en faut pas plus pour que son ennemi l’accuse de provoquer le roi en duel. Suit une troisième délibération à l’issue de laquelle le loup est enfin libéré. Dans cet épisode, l’institution, c’est à dire la cour présidée par Rufanus et siégeant en assemblée plénière, fonctionne comme un piège et sert la vengeance sadique de Renard. Le roi ne fait d’ailleurs que très formellement office de juge. Il abandonne tous ses pouvoirs au goupil qui parle et décide en son nom. Peut-être est-ce là un souvenir de l’Ecbasis, où le lion dans des circonstances identiques déléguait son autorité au renard ? Mais un procès, où l’une des parties est en même temps juge, ne peut être que caricatural, et malgré le peu de mérite du loup, l’épisode laisse une impression de malaise.

  • 17 Y, VI 369-550.
  • 18 Y, VI 391.
  • 19 Les parents de Carcophas garantissent sa crédibilité plus que la vérité des faits. (Pourquoi sinon (...)

30Autre procès monté de toutes pièces, celui qu’Ysengrin" intente à l’âne Carcophas17. Procès construit sur le modèle ésopique : Baudoin, le père de l’âne, aurait emprunté au père d’Ysengrin une peau, et serait mort sans avoir réglé sa dette. Le loup, "qui croit vrai ce qu’il juge avantageux"18, persuadé par Renard que l’âne sera une proie facile, exige qu’on lui rende cette peau. Mais l’âne n’est pas comme la brebis une victime sans défense. Il est le complice de Renard et l’affaire est un traquenard. Le procès suit néanmoins un déroulement strict et conforme à la légalité. Ysengrin porte plainte, l’âne réclame le droit de se défendre, et propose de prêter serment avec des cojureurs de sa parenté19. En échange, le loup fournira des témoins, ou s’il ne le peut - et pour cause - il jurera sur des reliques. Mais ces reliques recouvrent un piège où Ysengrin laissera une patte.

  • 20 D’autres fables de Marie traitent des dangers de la justice : fables XLVII, De equo vendito et LVI (...)

31Il semble donc que dans la tradition animalière antérieure au Roman de Renart, le propre du jugement soit de ne pas être juste20. Il arrive que l’on accuse et condamne l’innocent, mais le plus souvent, il n’y a ni innocent ni coupable, mais deux adversaires qui règlent leurs comptes. L’espace juridique est celui d’un affrontement, et la sentence rendue la proclamation de la victoire. Victoire du fort sur le faible ou du rusé sur le nigaud. Dans l’Innenfabel de l’Ecbasis, Renard vient à peine de remporter la victoire, qu’il manifeste par son ambition que sa belle plaidoirie n’était que comédie. Dans l’Ysengrimus, les accusations ne sont pas plus légitimes. S’il est juste de condamner un coupable, il n’est pas juste de le faire pour des motifs invraisemblables. C’est pourtant ce qui se produit. Ysengrin périt sans être jugé, alors que Renart plus tard sera jugé sans y laisser la vie. Le Roman de Renart focalise la problématique du jugement sur l’impunité du goupil. Le scandale change de nature.

  • 21 Y, I 493 sq, II 477-478, III 179sq, 1100-1101, V 85sq.

32Scandale qui repose en partie sur une intention satirique. De la fable aux poésies goliardiques, les attaques se sont multipliées contre les juges corrompus. L’Ysengrimus ne fait pas exception à la règle et condamne une justice qui défend le riche contre le pauvre, et confond le juste et l’utile21. Si cette justice peut être laïque - c’est le cas de l’assemblée des nobles qui juge Ysengrin - elle est le plus souvent ecclésiastique. La plupart des jugements sont rendus par le synode, car le loup, qui est clerc, relève de cette juridiction. Il se flatte, nous l’avons vu, d’en obtenir des jugements favorables, sans doute parce que les juges sont ses alliés. Il menace même ses adversaires de réunir une cour qui les condamnera, cour composée de la horde affamée de ses congénères :

Lege mea potior, sum praesul ego atque decanus,
Cras synodum mando, conveniemus item ;
Quam mihi vestra fuit pietas accepta, docebo,
Cum fuerit synodi contio lecta meae... (Y, IV 729-732)

33"J’ai ma loi personnelle, je suis évêque et doyen, je convoque demain le synode, nous nous retrouverons. Je vous montrerai l’accueil que j’ai réservé à votre sollicitude, quand j’aurai réuni l’assemblée de mon synode."

34Que penser d’une justice où les loups sont juges, et que penser de la justice ecclésiastique, quand on sait que, pour Nivard, les moines, et peut-être tous les religieux, sont pires que les loups ? A propos du synode la satire anticléricale rejoint la satire de la justice. Mais Nivard ne s’en tient pas là, même si le pouvoir de l’argent, la corruption et la partialité sont des motifs récurrents dans son poème. Le discrédit est aussi jeté sur la parole, qui de juridique devient sophistique. La vérité disparaît du plaidoyer et du réquisitoire. Ce pouvoir de l’éloquence et de l’imagination explique l’aisance de Renard, juge et partie dans les procès qu’il organise. Le tribunal est le lieu où il peut le mieux mettre à profit ses dons d’orateur et de comédien. Tout y repose sur l’apparence, car le juge ne prend pas en considération le réel, mais la représentation qu’on lui en donne, ou que lui-même veut en donner. D’enquête, le procès devient représentation, au sens théâtral du terme. Appelés à la barre pour témoigner, le bélier, l’âne et le bouc, qui haïssent Ysengrin, font mine de vouloir le protéger.

Dissimulant testes, jussi prodire morantur,
Se referunt rerum non meminisse satis,
Bis jussi prodire sedent, quasi "numquid amicum
Possumus aut dominum prodere sive patrem ?" (Y, III 633-636)

35"Les témoins cachent leurs sentiments : malgré l’ordre qui leur a été donné de s’avancer, ils s’attardent à leur place et affirment ne pas bien se souvenir des événements. On leur ordonne une seconde fois de s’avancer, mais ils restent assis, comme s’ils pensaient :

36"Pouvons-nous trahir un ami, un seigneur, un père ?"

  • 22 Y, III 495-502 et 889-890.

37Tous les personnages ont donc un rôle à tenir, et certaines de leurs attitudes semblent directement inspirées des effets scéniques de la farce. Ainsi le loup tente de s’enfuir du palais en marchant à reculons. Mais sitôt qu’on le regarde, il s’avance à nouveau vers le tribunal, mais fait en avant un pas ou deux de moins qu’en arrière. Quand, un peu plus tard, il se décide à bondir vers la sortie, le goupil se jette dans ses pattes et le fait tomber22. De même tout le procès qui oppose Ysengrin à Carcophas repose sur les va-et-vient du goupil entre les deux parties. En effet, l’âne ne parlant que le burgonde, il est nécessaire que Renard fasse office d’interprète. Or ses allées et venues, ses délibérations avec l’âne qui est en fait son complice, ses a parte, ses sous-entendus, tout cela évoque irrésistiblement une scène de farce.

  • 23 Voir mon article "Un épisode original : la mort du loup dans l’Ysengrimus", dans les Actes du IVèm (...)

38L’effet pourrait être plaisant, si ces tribunaux de carnaval n’infligeaient des peines redoutables. La brebis de la fable meurt de froid, le loup de l’Ysengrimus sort d’un premier procès écorché et perd une patte dans la seconde affaire. Cette disproportion entre la dérision des procédures et la cruauté des châtiments est emblématique de la férocité de l’univers animalier, et découle de sa fonction satirique. Dans ce monde, comme dans notre société corrompue, disent les fabulistes, la disparition des valeurs rend dérisoire l’aspiration à la justice. Le droit, vidé de son fondement, ouvre une carrière toute tracée à l’ambition et à la haine, et les institutions juridiques deviennent autant de pièges où viennent se prendre les innocents et les simples d’esprit. Ce pessimisme de tradition trouve néanmoins son point culminant dans l’épisode final de l’Ysengrimus : Ysengrin ne meurt pas condamné par ses pairs, comme Renart faillit bien l’être, mais dévoré par des porcs aussi voraces et répugnants que lui23. Sa mort ne signifie aucune justice. C’est pourquoi l’un de ses meurtriers se met à prophétiser, sitôt qu’il a disparu. Il assimile le désastre contemporain de la seconde croisade à la fin du monde, à l’Apocalypse. Après tant de jugements truqués et dérisoires, la justice divine apparaît comme la seule vraie, et le Jugement dernier comme le seul équitable.

Notes

1 H.E. Jauss, Untersuchungen zur mittelalterlichen Tierdichtung, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1959, chap VB, cité par E. Nieboer, "Le combat judiciaire dans la branche VI du Roman de Renart", Actes du IIème colloque de la Société Internationale Renardienne, Amsterdam, 1977, Marche Romane, tome 28, 1978.

2 Esope, Fables, Les Belles Lettres, Paris, 1927, fable 205.

3 Paul Diacre, Monumenta Germaniae Historica, Poetae latini Medii Aevi, Berolini, apud Weidmannos, 1881, t. I, p. 63, v. 34. Voir aussi Romulus, édition H. Oesterley, Berlin, 1870, fable 32 : Leo aegrotans.

4 Ecbasis cujusdam captivi per tropologiam, edited by E.H. Zeydel, Ams Press Inc, New-York, 1966. Sur la distinction entre Innen- et Aussenfabel, voir A.J. Surdel, "Pour une lecture plus "clunisienne" de l’Ecbasis cujusdam captivi per tropologiam", Actes du IVème colloque de la Société Internationale Renardienne, Evreux, 1981, PUF, 1984, p. 641 sq. Voir aussi l’édition de l’Ecbasis captivi par E. Voigt, Strassburg, K. Tubner, 1875.

5 Traduction de A.J. Surdel.

6 E. Voigt, Ysengrimus, Halle, 1884. Réédition : Hildesheim, 1974. Traduction : E. Charbonnier, Recherches sur l’Ysengrimus, traduction et étude littéraire, Vienne, Verlag K. M Halosar, 1983.

7 Y, III.

8 Phèdre, Fables, Les Belles Lettres, Paris, 1924, I 17. Romulus, édition Oesterley, I 4. Der lateinische Asop des Romulus, édition de G. Thiele, Heidelberg, 1910, I 5. Die Fabeln der Marie de France, édition K. Warnke, Halle, Niemeyer, Bibliotheca Normannica VI, 1898. Réédité à Genève, Slatkine, 1974, fable IV.

9 G. Ashby-Beach, "Les Fables de Marie de France, essai de grammaire narrative", Actes du IVème colloque de la Société Internationale Renardienne, p. 13 sq.

10 On peut comparer de la même manière deux versions de la fable de Phèdre Les colombes et le milan (i, 31):
"Cum saepe columbae fugerent asperum atque saevum milvum,
acceptorem sibi fecerunt defensorem et patronum, quia
putaverunt se sub eo esse tutas..." (Romulus, éd. Thiele, II 2) et Novus Esopus d’A. Neckam (E. Du Méril, Poésies inédites du Moyen Age, précédées d’une histoire de la fable ésopique, Paris, Franck, 1854, t. 3, fable XXV, De niso et columbis) :
Crudelem blandae nisum fugiendo columbae,
accipitrem dominum constituere suum.
Ille velut judex, praetenso crimine cuique,
perfidus innocuas dilaniebat aves. (v. 1-4)

11 Y, V 551-556. Voir Marie de France, De lupo regnante (fable XXIX.)

12 Voir aussi Y, IV 719 sq ; V 180sq ; V 615sq.

13 Ecb, v. 1107sq, 1126sq.

14 Y, I 975-982.

15 Y, III 465-fin.

16 Le serf pouvait en effet obtenir sa liberté en payant une certaine somme à son seigneur. "Quand il s’agissait d’une somme considérable, le seigneur accordait parfois à ses hommes un délai de payement de plusieurs années, pendant lequel ceux-ci, quoique n’étant pas pleinement affranchis, jouissaient néanmoins de certains avantages de la liberté." A. Luchaire, Manuel des Inst. fr., Paris, 1892, p. 323.

17 Y, VI 369-550.

18 Y, VI 391.

19 Les parents de Carcophas garantissent sa crédibilité plus que la vérité des faits. (Pourquoi sinon choisir des membres de sa famille ?) Ce ne sont pas de vrais témoins, mais plutôt des garants, qui s’effaceront devant la respectabilité du loup : "Dans les droits barbares ou coutumiers, le serment purgatoire se prête avec des compurgatores, des cojureurs, dont le nombre, variable, est généralement élevé : douze, vingt-cinq (...). Ces cojureurs ne peuvent être assimilés à des témoins : le plus souvent ils n’ont rien vu et ignorent tout des faits. Ce sont plutôt des champions, des partisans, et le procès où ils interviennent est conçu non pas comme une information mais comme une lutte." J.P. Lévy, Le problème de la preuve dans les droits savants du Moyen Age, in La Preuve, Société Jean Bodin, t. XVII, 1965, p. 146.

20 D’autres fables de Marie traitent des dangers de la justice : fables XLVII, De equo vendito et LVI, De rustico et monedula ejus.

21 Y, I 493 sq, II 477-478, III 179sq, 1100-1101, V 85sq.

22 Y, III 495-502 et 889-890.

23 Voir mon article "Un épisode original : la mort du loup dans l’Ysengrimus", dans les Actes du IVème colloque de la Société internationale Renardienne.

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter