Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

La justice dans le Roman de Renart

Procédures judiciaires et procédés narratifs

Roger Bellon

Texte intégral

  • 1 Cette abréviation sera désormais utilisée pour désigner le Roman de Renart. Le texte de référence (...)

1Le sujet du présent colloque constitue, pour quelqu'un qui s'intéresse de près au RdR1, une provocation ... à la communication ; en effet, comment ne pas être tenté de" poser la question : sanction ou impunité pour Renart ? tout en sachant très bien que la convention du récit cyclique veut que Renart ne soit jamais puni de mort ?

  • 2 Le procès criminel du RdR : étude de droit criminel féodal au xiie siècle, Genève, 1950.
  • 3 C'est ce qu'a fait Jean Subrenat dans deux études récentes :
  • 4 E. Nieboer a amorcé cette confrontation à la fin de sa communication au Colloque Renardien d'Amste (...)
  • 5 Il convient de citer ici (outre l'étude de G. Van Dievoet : Le RdR et Van Den Vos Reynaerde, témoi (...)
  • 6 Branches sur lesquelles pèsent encore les jugements d'E. Martin et de L. Foulet, jugements le plus (...)
  • 7 Je suivrai la chronologie établie par L. Foulet dans Le Roman de Renard, Paris, Champion, 1968 (2° (...)
  • 8 Figures III, Paris, Le Seuil, 1972, p. 82.

2La justice dans le RdR : un tel sujet, qui fournirait aisément la matière pour un ouvrage entier, peut être traité de deux façons différentes, mais complémentaires ; tout d'abord, le sujet intéresse les historiens du droit criminel : on peut comparer les procédures utilisées dans le RdR pour juger le héros et les procédures connues par les documents historiques ; ce travail, amorcé par J. Graven2, a été poursuivi dans plusieurs études, portant sur une branche ou un ensemble de branches3. En second lieu, le même sujet peut être traité dans une perspective comparatiste, qui ouvre la voie à deux types de confrontations : confrontation entre les procédures judiciaires mises en œuvre par les conteurs de Renart et celles que l'on rencontre dans la Chanson de Geste et le Roman Courtois4, confrontation aussi entre les procédures du RdR et celles utilisées par les Précurseurs et les Continuateurs du RdR5. Mon propos est tout autre : je n'examinerai que le RdR, mais tout le RdR, c'est-à-dire les branches très connues mais aussi les branches moins connues6, pour tenter de répondre à cette question : Quelles sont les ressources narratives qu'offre à chaque conteur l'emploi de la procédure judiciaire comme sujet et comme cadre de son récit ? Neuf conteurs ont successivement, de la branche Va7 à la branche XXIII, pris comme sujet de leur récit (ou d'une partie de leur récit) le jugement de Renart, la branche I n'étant que la plus connue de ces neuf branches. Le schéma de base de ces branches judiciaires est simple : la victime d'un enging de Renart vient se clamer à la Cour, Renart va être jugé et (le plus souvent) condamné, mais, contrainte fondamentale du récit cyclique, Renart ne saurait mourir. A un moment ou à un autre de la la procédure judiciaire engagée contre Renart, les méfaits de Renart sont donc évoqués à la Cour, par la victime, par le roi ou par un tiers. On reconnaît là le procédé romanesque de la rétrospection, ou de l'analepse pour employer la terminologie de Gérard Genette : "évocation après coup d'un événement antérieur au point de l'histoire où l'on se trouve"8.

  • 9 Le procédé de l'analepse est utilisé ailleurs que dans les branches judiciaires, dans la br. XVI p (...)

3Je m'intéresserai donc à l'utilisation par les conteurs, dans le cadre d'une œuvre cyclique, de ce procédé de la rétrospection pour évoquer les crimes et les délits de Renart9 : il s'agira donc d'étudier le contenu, la place et la fonction des analepses dans le cadre d'un jugement de Renart.

  • 10 Op. cit, p. 90.

4Il convient donc, pour commencer, d'examiner le contenu de ces passages de rétrospection et de répondre à la question : quels sont les méfaits de Renart connus une première fois par un récit qui nous sont rappelés dans une branche ultérieure ou un peu plus loin dans la même branche ? Plutôt que d'entreprendre une longue et fastidieuse énumération des aventures qui font l'objet d'une analepse, il me paraît plus judicieux de reprendre la distinction de G. Genette entre analepses internes et analepses externes10. Nos neuf branches judiciaires peuvent alors être facilement réparties en trois groupes.

  • 11 C'est l'expression utilisée par le prêtre de la Croix en Brie pour désigner son récit (br. IX, v. (...)
  • 12 Cependant la fin de cette branche, fin qui n'est pas concernée par l'étude présente des analepses (...)

5En effet le conteur d'une novele branche11 peut ne reprendre, dans les rétrospections quasi-obligatoires lors d'une procédure judiciaire, que des méfaits de Renart déjà connus du public par des branches antérieures. Renart ne commet, au moins jusqu'à l'énoncé de la sentence, aucun nouveau délit mais le conteur vit sur l'acquis du cycle en cours de constitution autour du héros éponyme : en somme il se contente de redisposer la matière renardienne autour d'un axe nouveau, en la distribuant à l'intérieur d'une structure narrative commode, celle du plait. C'est ainsi qu'a procédé le conteur de la br. XXIII (Renart magicien). L'auteur de cette branche tardive dispose d'un volumineux dossier : en effet le casier judiciaire de Renart est bien rempli, de la première tentative contre Chantecler (br. II) à la dernière tentative contre Rohart le corbeau (br. XVII). Le conteur opère une sélection dans le dossier que lui offre la tradition renardienne pour ne retenir que les délits connus depuis le début du cycle : l'escondit manqué, sujet de la br. Va, le meurtre de Coupée et les mauvais traitements infligés par Renart aux messagers royaux, Brun et Tibert. Ainsi du point de vue de son insertion dans le cycle renardien, cette branche pourrait être lue immédiatement après la branche I12, dont en quelque sorte elle ne fait que reprendre la problématique judiciaire.

  • 13 On peut considérer cette branche comme autonome et distincte de la br. II. La thèse unitaire de L. (...)

6Si le conteur de la br. XXIII sélectionne, on peut dire du conteur de la br. VI (le duel de Renart et d'Isengrin) qu'il ratisse largement, si l'on peut employer ce terme dans son sens familier. La moitié environ de cette branche -du vers 72 au vers 794, soit 723 vers sur un total de 1542- est consacrée à l'évocation du passé de Renart, d'abord dans un discours de Noble puis dans un dialogue entre le principal accusateur et l'accusé. Peu d'aventures antérieures sont laissées dans l'ombre et les victimes de Renart sont réparties en trois groupes : les petits animaux (la mésange, Tiercelin et Coupée), les ambassadeurs maltraités (Brun, Tibert et Roonel), enfin Isengrin lui-même. Le conteur de la branche Va (l'escondit manqué)13 ne disposait pas par définition d'un dossier d'accusation contre Renart aussi étoffé et d'ailleurs un seul méfait de Renart lui paraît digne de remonter jusqu'à la Cour de Noble : le viol d'Hersent et les déprédations commises par Renart dans la loviere. On rencontre cependant dans cette branche -et le cas est suffisamment rare pour qu'il mérite d'être signalé- ce que Genette appelle l'analepse externe d'un fait inconnu du public : en effet, au cours des discussions entre les juges, le conteur place dans la bouche de Brun le long récit (v. 611-750) d'un enging de Renart dont il a été victime, enging dont nous ne trouvons trace dans aucune des branches antérieures. Si l'on excepte ce dernier récit original, force est de constater que dans les trois branches examinées l'usage exclusif de l'analepse externe donne l'impression que les conteurs ne savent, lorsqu'il s'agit d'amener Renart à la Cour pour le plait, que ressasser indéfiniment le passé.

  • 14 Le jugement de Renart n'occupe que 48 vers sur 3402 dans la br. XI, 468 vers sur 1688 dans la br. (...)
  • 15 On peut parler ici avec Jean Scheidegger (cf communication infra) de branches "auto-référentielles (...)
  • 16 Vainement, puisqu'une troisième ambassade ramène Chuflet manu militari : ainsi le récit peut conti (...)
  • 17 Dans ce cas il n'y a pas de clamor suivie de débats, mais en un même mouvement le conteur télescop (...)
  • 18 Cependant on trouve une analepse (écourtée) dans le plaidoyer de Renart : il rappelle à Noble la g (...)

7Mais un autre groupe de branches judiciaires fait apparaître un comportement totalement différent de la part des conteurs. Trois branches en effet, la br. XI (Renart empereur), la br. XVII (mort et procession de Renart) et la br. XIII (Renart teint en noir), se distinguent par deux caractéristiques communes : tout d'abord la partie consacrée au jugement de Renart ne constitue qu'une part, généralement assez faible, de chaque branche14, ensuite (et par conséquent, pourrait-on ajouter) dans cette partie judiciaire, aucune allusion n'est faite à un passé extérieur à la branche, aucun méfait de Renart antérieur au début de la branche n'est évoqué : nous n'avons donc que des analepses internes15. Il ne paraît pas exagéré de parler ici de récit sans mémoire ; cependant ces récits signent leur insertion dans le cycle renardien soit par la partie non judiciaire de la branche soit par la reprise de motifs et de personnages connus. La 3° partie de la br. XIII offre un exemple typique de récit renardien où la thématique choisie par l'auteur rend impossible toute analepse externe : en effet Renart teint en noir n'est pas reconnu et se fait appeler Chuflet ; ne sont donc mentionnés que les délits portés à l'actif de Chuflet, répartis en deux séries : ceux qui motivent sa citation à comparaître devant Noble et ceux que Renart-Chuflet commet pour tenter16 de se soustraire à la comparution et au jugement. Dans la toute dernière partie de la br. XI, c'est la structure adoptée par le conteur qui rend impossible toute analepse externe : il s'agit en effet pour le conteur de mettre fin à la situation de blocage où il a conduit son récit : Renart l'usurpateur étant assiégé en vain dans sa forteresse inexpugnable, comment rétablir l'harmonie initiale et renvoyer chacun chez soi ? Nécessité dramatique externe (il faut clore au plus vite le récit) et nécessité dramatique interne (Renart est jugé selon la procédure de flagrant délit)17 se conjugent ici pour exclure pratiquement toute analepse18 et arriver au point attendu : Renart grâcié par le roi rentre chez lui.

  • 19 Le conteur se souvient de la br. VI (duel de Renart et d'Isengrin) mais son récit se meut dans un (...)
  • 20 Au sens de G. Genette : espace chronologique séparant la rétrospection d'un fait de sa réalisation
  • 21 Pour le lecteur familier du cycle, ce méfait rappelle celui de la br. I perpétré contre Dame Coupé (...)

8La dernière partie de la br. XVII mérite que l'on s'y attarde un instant : en effet Renart, dont on s'apprêtait à mettre en terre la dépouille, ressuscite mais le conteur oublie volontairement tout son passé et se prive ainsi de toute possibilité d'analepse externe : le passé de Renart est oublié mais le conteur n'oublie pas les personnages, les motifs et les procédés narratifs devenus classiques dans le cycle renardien qu'il s'apprête précisément à conclure. Le passé est oublié, mais tout peut recommencer : Renart ressuscité redevient le goupil amateur de volailles et en même temps le baron obligé de se défendre dans un duel judiciaire19 contre Chantecler le coq. Au cours du plait qui se conclut par le duel, la seule analepse porte sur le passé récent puisqu'il s'agit d'un procès en flagrant délit et la "portée"20 de l'analepse est quasi nulle. Mais un deuxième procès s'enchaîne immédiatement sur le premier, mais là encore tout le passé est oublié, le seul fait retenu contre Renart, c'est la mutilation infligée à Rohart le corbeau21 ; on le voit, ce conteur semble avoir voulu pousser jusqu'à l'absurde l'exploitation des ressources narratives du jugement de Renart : le récit renardien est capable en quelque sorte de s'auto-régénérer à l'infini, le cycle "enging de Renart sur une victime - clamor de la victime contre Renart" fonctionnant comme une vis sans fin, que seule la (fausse) mort de Renart peut bloquer.

  • 22 Excepté le récit de Brun dans la br. Va, dont nous avons parlé plus haut.
  • 23 On ne parle pas des méfaits inventés spécialement par Renart dans sa longue confession de la br. V (...)
  • 24 Dans les récits postérieurs, Renart associera toujours un fait réel (guérison du roi) et un fait i (...)

9Enfin, dans les trois branches qu'il nous reste à examiner le conteur mêle analepse interne et analepse externe ; on peut parler ici de récit à mémoire, avec une forte insertion dans le cycle en cours de constitution : le conteur dispose à sa convenance dans son récit les matériaux connus du public, c'est-à-dire les crimes et délits commis par Renart, mais il en ajoute des nouveaux : en définitive Renart ne sera jamais puni comme il le mérite mais toute tentative pour le juger ne fait qu'épaissir son dossier. C'est exactement le cas de la branche I, trop connue pour qu'il soit nécessaire d'en entreprendre l'analyse. Notons seulement dans cette branche un fait original : l'assassinat de Dame Coupée, puisqu'il faut l'appeler ainsi, nous est connu uniquement par une analepse externe, double d'ailleurs : après quelques vers d'explication par le conteur (v. 291-4), le lecteur entend le récit, encadré dans une déploration de facture classique, d'une aventure qu'il ne connaissait pas encore : il s'agit là d'un phénomène unique, à ma connaissance, dans le RdR22 : d'ordinaire quand un personnage revient sur un point du passé, le lecteur a eu connaissance, dans la branche même ou dans une branche antérieure, de ce fait23. La branche X (Renart médecin) est construit selon le même procédé d'accumulation des méfaits, mais, alors que les délits antérieurs au début de la branche (ceux pour lesquels Renart est cité à comparaître) ne sont évoqués que de façon sporadique, on constate une étrange propension à l'allongement de l'analepse interne : le conteur consacre 54 vers au compte-rendu de l'ambassade par Roonel lui-même, 11 à celui de Brichemer. Ce gui est le plus intéressant à signaler ici, c'est que l'auteur fait éclater l'art de la parole feinte chez Renart par le procédé de l'analepse : lorsque Renart raconte au roi ses voyages (imaginaires) por vostre garisson trouver (v. 1382), le lecteur gui connaît la vérité des voyages de Renart24, se trouve en position de supériorité par rapport aux personnages du récit, alors que dans la br. I, lorsqu'arrive le cortège de Dame Coupée, lecteur et personnages en sont au même degré de connaissance.

  • 25 Les barons, rassemblés autour de Noble sous les murailles de Maupertuis, ne remplissent pas leur d (...)
  • 26 Seul Noble répond à Renart, au nom de toutes ses victimes (v. I707-I7I6) : à l'analepse de Renart (...)

10La branche la (siège de Maupertuis) se présente comme la suite logique de la branche I, qui elle-même se voulait la continuation de la branche Va : le contentieux entre Renart et Isengrin reste donc le même mais le dossier de Renart s'alourdit des mauvais tours joués à Brun et Tibert, sans oublier le meurtre de Coupée. Mais ce contentieux, qui justifie la poursuite (au sens premier du terme) engagée contre Renart et le siège de Maupertuis25, est rappelé sous une forme originale : Renart lui-même interpelle ses victimes pour se vanter de ses mauvais tours, l'analepse n'est plus un récit, mais un dialogue26 et une invective.

11Au terme de cette analyse des passages de rétrospection dans les branches judiciaires, on pourrait établir un classement des méfaits de Renart par ordre décroissant d'occurences dans les analepses : le viol d'Hersent occuperait certainement la première place ; mais il faut constater que d'autres méfaits de Renart (le viol de la reine, le pélerinage interrompu sitôt commencé) ne reviennent jamais dans les branches ultérieures ; c'est donc que chaque méfait n'est repris comme élément d'un nouveau récit qu'en fonction de son rendement narratif à l'intérieur d'une procédure judiciaire bien précise ; il convient donc d'examiner maintenant la place des analepses dans le récit et les modalités de leur insertion dans un récit de plait : par qui, devant qui et à quel moment est accomplie la rétrospection du passé, proche ou lointain ?

  • 27 Le conte populaire français, tome III, Paris, 1976, p. 27.

12Un fait ne peut manquer de surprendre, dès la première lecture globale de tous les procès de Renart : c'est la disproportion entre les analepses par le conteur, dans un récit donc et les analepses par un personnage, dans un discours ou un dialogue. Dans ce que nous pouvons appeler le récit second (la rétrospection) on note une nette prédominance du mode dramatique sur le mode narratif, prédominance gui, si nous suivons M.L. Ténèze, caractérise le conte d'animaux27. La rétrospection par le conteur lui-même est toujours brève et ne constitue jamais une enclave narrative qui interromprait le fil de récit ; le plus souvent elle est réduite à une proposition relative, lors de l'entrée dans le dialogue d'un personnage. C'est le cas dans la branche X lorsque Tibert se lève pour défendre Renart :

  • 28 On rencontre le même procédé à la fin du prologue de la br. I, avec 2 relatives enchâssées (v. 8-1 (...)

X,. 1467 Lors se leva Tybers li chaz,
Que Renars fist ja prendre au laz.28

13Par le même procédé syntaxique, le conteur peut se livrer à une rétrospection globalisante, qui, au début d'un nouveau récit, remet bien en mémoire l'opposition fondamentale, qui gouverne tout le cycle, entre le Trompeur et le Trompé :

X, 64 Quant li lox Ysengrins se drece
Qui Renars ot fait meinte guenche.

14Enfin on peut rappeler l'originalité du conteur dans la br. I : l'aventure, au sens médiéval du terme, dont a été victime Coupée est expliquée brièvement par le conteur avant d'être narrée par Pinte.

  • 29 C'est le terme le plus utilisé, ainsi que le verbe correspondant se clamer.
  • 30 Pour reprendre le titre de Claude Brémond, dans le célèbre numéro 8 de Communications (1966), p. 6 (...)

15Lorsque la rétrospection est placée dans la bouche d'un personnage, il s'agit le plus souvent de la victime de l'enging ou du roi Noble, quelquefois de Renart, rarement d'une tierce personne et ceci à divers endroits de la procédure judiciaire, mais il existe deux lieux privilégiés pour l'analepse : fort logiquement la clamor29 de la victime devant le roi et fréquemment le débat contradictoire entre accusé et accusateur. Ainsi, à propos des récits de plait, on peut parler d'une "logique des possibles narratifs"30 : à partir d'un certain nombre d'éléments de base, le conteur peut construire son récit en imitant ses prédécesseurs ou en s'en démarquant.

  • 31 On connaît la distinction, désormais classique, établie à propos de l'Odyssée par T. Todorov entre (...)
  • 32 Sauf évidemment dans les cas de jugement en flagrant délit.
  • 33 Op. cit, p. 465.
  • 34 Le conteur recherche l''originalité, si l'on veut reprendre l'optique selon laquelle L. Foulet fon (...)
  • 35 Renart doit son salut à une interprêtation laxiste du code de procédure pénale et à la vigilance d (...)

16Ainsi la structure narrative la plus simple pour un jugement est celle d'un récit s'ouvrant par la clamor de la victime, en l'absence de l'accusé : cette clamor, qui par définition doit comporter une part importante de rétrospection31, impulse toute la précédure judiciaire : là encore l'auteur a en mains un jeu de possibles narratifs et règle à sa façon la combinatoire narrative : la plainte peut être reçue ou rejetée (le non-lieu est prononcé), l'accusé peut être cité à comparaître ou se présenter spontanément32. Sur ce point la br. XIII mérite à mon avis plus d'attention qu'on ne lui en accorde depuis le jugement sévère de L. Foulet, qui parle d'un conteur "laborieusement occupé à démarquer les œuvres de ses devanciers"33. Là où L. Foulet parlait de tentative laborieuse de démarcation, je parlerais plutôt d'une esthétique "néo-classique" et d'application stricte de procédés qui ont fait leurs preuves dans les récits antérieurs : on voit alors dans cette branche la technique narrative à l'état brut. Ainsi le récit avance sans à-coups : la clamor des victimes enclenche la citation à comparaître et l'utilisation par le conteur du motif de la triple ambassade34 ; à l'arrivée de Renart, au chœur des victimes se joignent les deux ambassadeurs maltraités, le débat contradictoire peut alors s'engager : au terme d'un joïse face à Roonel Renart est condamné à mort mais rentre à Maupertuis ...35. On retrouve la même clamor initiale dans les br. Va et I (le plaignant est alors Isengrin), dans le 2° plait de la br. XVII (les plaignants sont alors Rohart et Brune), ainsi que dans la br. X : le plaignant est le roi en personne mais il ne se livre à aucune rétrospection précise, se contentant d'une plainte globale :

X, 39 ... Seignor, a vos me cleim
De Renart dont g'ai tant recleim,
Cel traïtor, cel deputere.

  • 36 Cet examen s'achève par un non-lieu en faveur de Renart : le récit annoncé (le plait) paraît tourn (...)

17Cependant l'ouverture du récit par le dépôt d'une plainte ne condamne pas les conteurs à l'uniformité : l'étape suivante peut être l'envoi d'un messager porteur d'une citation à comparaître (br. XIII et br. XVII), l'examen par la Cour de la recevabilité de la plainte (br. I)36 ou encore l'examen par la Cour de la procédure è engager envers l'accusé (br. X et br. Va).

18Cependant lorsque le conteur juge que le motif de l'ambassade a épuisé toutes ses ressources narratives, il peut recourir à une procédure simplifiée : Renart étant présent dès l'ouverture du récit, un véritable débat contradictoire va pouvoir s'instaurer, débat au cours duquel l'analepse tiendra une place capitale, chaque partie en présence relisant le passé à sa façon. C'est la voie qu'empruntent les conteurs des br. VI et XXIII, mais chacun à leur manière. Dans la br. VI Noble lui-même prononce, au nom de toutes les victimes, un long réquisitoire au cours duquel il ne résiste pas aux charmes de la parole-récit (54) : le discours de Noble devient récit puis dans le récit apparaissent de brefs dialogues entre les personnages du récit. Mais le discours cède la place à l'affrontement direct entre Renart et Isengrin, en un face-à-face rhétorique qui menace de s'éterniser, comme le laisse entendre Isengrin :

VI, 769 En un des plus lons jors d'esté
N'auroie je pas reconté
Les mals, les anuis que m'as fes.

19L'auteur de la branche XXIII choisit une autre voie, celle des face-à-face successifs entre Renart et ses quatre victimes : mais par un jeu de cercles concentriques, les plaintes sont éliminées l'une après l'autre : seule subsiste l'accusation d'homecide, accusation pour laquelle Renart ne peut échapper à une condamnation à mort.

20Mais, que Renart réponde à une accusation lancée par sa victime lors du débat contradictoire ou qu'il réponde à une accusation formulée à l'ouverture du récit dans la clamor, on observe très nettement la tactique déployée par l'accusé : à la plainte de la victime Renart oppose un récit en contre-point ; ce phénomène apparaît très nettement si l'on compare les analepses des branches judiciaires avec les différentes analepses de la br. IX, où les événements passés sont toujours fidèlement rapportés dans les rétrospections de Liétart ou de Renart lui-même.

  • 37 Renart agit dans ce cas en état de légitime défense.

21En effet il semble bien que l'analyse détaillée permette d'affirmer que l'analepse est le lieu idéal d'exercice de la parole manipulatrice. Dans sa clamor, chaque victime propose sa propre version, sa propre lecture du passé et celle-ci peut très bien ne pas correspondre avec la version des faits que le lecteur connaît par le récit premier. C'est précisément ce que font Brun et Tibert lorsqu'ils se plaignent des mauvais traitement reçus lors de leur voyage à Maupertuis : pas une fois ils n'avouent qu'ils ont eux-mêmes réclamé de la nourriture à Renart. De même, Brune et Rohart (br. XVII) oublient de signaler les circonstances exactes de l'agression de Renart37. Mais c'est Isengrin qui est maître dans "l'art de la déformation histori-gue" par omission : lorsqu'il porte plainte pour le viol d'Hersant, Isengrin passe sous silence deux faits capitaux. Tout d'abord il ne parle pas de l'adultère librement consenti par Hersant, ensuite il tait l'ambuscade qu'il avait lui-même tendue à Renart dans sa tentative de vengeance privée et son mensonge par omission éclate (aux yeux du lecteur averti) par l'emploi qu'il fait du verbe chacer :

  • 38 En réalité Isengrin était parti chacer Renart.

Va, 374 L'autrer estoie alez chacer.38

22Enfin lors de la plainte pour l'escondit manqué, Isengrin passe sous silence l'embuscade manigancée par Roonel (pour s'emparer à coup sûr de Renart) et déjouée par Renart ; Isengrin se contente alors d'une formule vague pour couvrir la traīson et la félonie dont il s'est rendu complice :

I, 40 Ne sai qui li out enorté,
Si se retrest molt tost arere.

  • 39 On trouve un exposé de cette stratégie dans la prière de Renart, br. I, v. 1134-39.
  • 40 Dans son système de défense, Renart introduit la mention du miel et des souris qui n'ont jamais ex (...)

23A cette version des faits Renart va opposer en contrepoint sa propre version, usant d'une stratégie mise en œuvre avec des moyens variables, mais toujours orientée selon la même finalité : apporter la preuve de sa propre innocence39. Face aux messagers du roi précipités dans un piège Renart oppose, avec des variations de détails, le même système de défense : il est innocent et le messager est victime de sa propre gourmandise40.

  • 41 Même affirmation dans la br. I, v. 1244-6 et dans la br. XXIII v. 382-396.

VI, 451 Bruns li ors qui se rest clamés,
Certes a tort en sui blamés :
Onc ne perdi par moi sa pel.41

24Cependant le cas de Roonel, dans la branche X, est plus délicat pour Renart : en effet Roonel n'a commis aucune faute dans l'exécution de sa mission, sinon celle de croire que Renart dit la vérité (v. 849). Pour faire pièce è Roonel qui maintient sa propre version des faits, version que le lecteur sait véridique par confrontation avec le récit premier, Renart invente une version (que le lecteur sait mensongère) infamante pour Roonel : la parole manipulatrice de Renart transforme le haut baron pieux et zélé dans le service du roi en un satyre éconduit et joué par une "honnête" femme, Hermeline en la circonstance. Mais c'est dans la branche VI, lors du débat contradictoire qui met aux prises le Décepteur et sa victime principale, c'est-à-dire Renart et Isengrin, que le conteur utilise le plus clairement le procédé du récit et du contre-récit : aux seize vers d'Isengrin relatant le viol d'Hersant, Renart répond par un récit en contre-point de vingt-six vers et il renouvelle la version qu'il donnait déjà au moment du flagrant délit ; puis face aux autres récits accusateurs d'Isengrin (récits que le lecteur sait véridiques) Renart répond par des proverbes, et le dernier proverbe confirme bien que tout le débat s'organise autour d'un axe fondamental, le couple vérité-mensonge :

  • 42 Il serait intéressant d'étudier dans tout ce passage de la br. VI le champ lexical du discours vér (...)

VI, 789 ... Qui trop ment, s'arme en pert.42

25Cependant l'examen du système de défense de Renart face à Isengrin et face au "clan" de Chantecler m'amène à soulever un dernier problème qui peut être formulé ainsi : l'analepse de faits connus par une branche antérieure ne pourrait-elle pas être également le lieu de la parole manipulatrice du conteur ? Un premier élément de réponse peut venir d'une constatation : tous les bons tours de Renart ne remontent pas jusqu'à la Cour pour y être rappelés rétrospectivement lors d'une procédure judiciaire, à commencer par ceux dont les victimes sont des hommes ou des animaux domestiques anonymes : jamais on ne reparle des marchands de la br. III, du vilain délesté de son bacon par Renart, jamais il n'est fait mention des gelines massacrées, des oiseaux dévorés dans l'une ou l'autre des branches. Pour qu'un délit de Renart fasse l'objet d'une analepse dans une branche judiciaire, il faut que la victime soit un animal et en même temps un "animal humanisé" intégré dans la société féodale qui gravite autour du roi Noble le lion. Ainsi l'enging dont Chantecler est la victime dans le cortil du vilain (1° épisode de la br. II) n'est jamais rappelé à la Cour.

  • 43 Il s'agit là uniquement de la vraisemblance matérielle.
  • 44 Ce fait, confirmé par les observations des naturalistes (il s'agit pour le goupil d'interdire l'ac (...)
  • 45 v. 573. Ainsi d'un récit à un autre (le viol est rappelé dans les br. Va, I puis VI) on constate u (...)
  • 46 br. Va, v. 974-77.
  • 47 Plus largement on pourrait suivre le déroulement de la carrière exemplaire de Roonel : chien domes (...)

26Trois méfaits de Renart méritent un examen plus détaillé, car la comparaison entre le récit premier et le récit second (celui de la rétrospection) fait apparaître un phénomène d'humanisation, la construction des personnages subissant une poussée d'anthropomorphisme. Ainsi le viol d'Hersent est rendu compréhensible et vraisemblable43 dans la branche II par une configuration géographique relativement précise : il s'agit d'un terrier avec de multiples entrées et un boyau d'accès relativement étroit44. Or dans l'analepse de la br. VI toute allusion au terrier a disparu, les protagonistes sont fortement humanisés, sans qu'un détail ne vienne rappeler leur nature animale, Isengrin lui-même parlant des braies de Renart45 ! Le personnage de Roonel subit la même métamorphose dans le sens d'une plus grande humanisation : lors de son entrée dans le cycle renardien, dans la br. Va, il est un chien domestique qui s'enfuit devant un loup nommé Isengrin46 et son appartenance au monde animal est fortement souligné. Lorsque l'embuscade tendue par Roonel fait l'objet d'une analepse devant le roi (br. XXIII), la nature animale de Roonel semble s'être évaporée et il rentre dans le réseau serré de haine et d'amitié qui englobe tous les personnages : Renart, donnant sa propre version de l'escondit manqué, range Roonel dans le clan de ses ennemis et donne de la conduite de Roonel une explication toute humaine : c'est un amant éconduit par Hermeline, qui a agi par dépit amoureux47.

  • 48 L'anthropomorphisme croissant dans le RdR, dans Aspects of the medieval animal Epic (cf supra note (...)
  • 49 Une analepse rapide relie l'événement à la fin de la br. X, restructurant ainsi de manière origina (...)
  • 50 Une geline ranposnant un goupil : bel exemple de monde à l'envers !
  • 51 D'où les graves débats entre les cinq membres du Conseil restreint chargé de proposer une solution (...)

27Mais c'est dans l'épisode du meurtre de Coupée (et dans la rétrospection qui en est faite à la br. XXIII) qu'apparaît le plus clairement ce qu'on peut appeler après Omer Jadogne "l'anthropomorphisme croissant"48. On a vu plus haut que ce meurtre était connu par le lecteur grâce à la relation qu'en fait Pinte. Dans cette relation dans la br. I Coupée est à la fois une geline et une dame, une poule pondeuse et la sœur de Pinte, membre d'un lignage cruellement décimé par Renart : elle a droit à des funérailles toutes humaines et à un épitaphe qui fixe pour l'éternité le crime de Renart ; mais ce dernier reste le petit prédateur avec lequel la br. II a familiarisé le lecteur. Or dans le récit que Renart donne pour expliquer et excuser son crime, tout est changé : les personnages se meuvent dans un monde merveilleux où les frontières entre les règnes animal et humain sont abolies : Renart est devenu un sergent du roi49, outragé par un vilain puis couvert de railleries par Coupée50 et surtout l'anthropomorphisme intégral a changé le sens du crime commis par Renart ; le petit prédateur affamé qui dérobe une geline s'est métamorphosé (par la grâce de la parole manipulatrice du conteur) en un serviteur zélé gui a voulu venger l'affront fait, à travers lui, à la personne même du roi51. Il ne s'agit pas de condamner cette "rénovation" que le conteur fait subir aux personnages et aux faits connus du cycle ; on comprend très bien les motifs de cette manipulation : le conteur a voulu reprendre une fois de plus le motif du jugement de Renart pour lui donner une fin originale, inspirée de celle de la br. X : Renart magicien resterait impuni comme l'avait été Renart médecin. Mais le conteur semble avoir été victime de l'esprit de concours régnant entre les différents conteurs de Renart : Comment amener une nouvelle fois sur la tête de Renart une sentence de mort ? Le conteur ressort des "archives", par le jeu de l'analepse, un crime bien oublié depuis la br. I mais par la parole manipulatrice il réécrit ou plutôt il fait réécrire l'histoire par ses personnages.

  • 52 Observations sur le RdR, Paris-Strasbourg, 1887, p. 4-5.
  • 53 Dans Comique, satire et parodie dans la tradition renardienne et les Fabliaux, Kümmerle Verlag, Gö (...)
  • 54 Telle que la définit T. Todorov dans Le récit primitif (cf. supra note 31).

28Les branches judiciaires du RdR ne peuvent se passer du procédé de l'analepse, quelle soit interne ou externe, qu'elle soit très brève ou plus développée. A un moment ou à un autre de la procédure judiciaire, il faut faire mention des crimes et délits qui ont conduit Renart devant ses juges, même si, nous l'avons vu, dans le cas d'un jugement en flagrant délit, acte d'accusation et énoncé de la sentence se télescopent en un discours réduit au minimum. Le conteur qui souhaite inscrire son récit dans le cycle renardien a finalement le choix entre deux possibilités, deux "possibles narratifs" : soit il oublie les méfaits antérieurs de Renart et innove carrément, chargeant le héros de nouveaux méfaits, mais dans ce cas il exploite un fonds connu de personnages, de motifs et de situations, selon une thématigue et une organisation structurale que le public identifie spontanément, soit il exploite le passé connu de Renart : c'est là la raison d'être principale du procédé de la rétrospection ou analepse, outil d'insertion dans le cycle, mais aussi lieu de relecture du passé. En définitive le procédé de l'analepse n'est pas à considérer en termes d'originalité mais en termes d'intertextualité ; si l'on s'en tient à une recherche critique de l'originalité de nos branches judiciaires, on ne peut que souscrire au jugement sévère qu'Ernest Martin portait sur la branche VI : "Toute la première partie de la branche est d'un style traînant, plein de lieux communs et de proverbes rebattus ... la seconde partie ne vaut guère mieux, quoiqu'elle est le mérite de raconter quelque chose de nouveau."52 En fait, quand il s'agit de juger Renart, le conteur circule très librement à l'intérieur des récits existants, aussi librement que Renart dans les branches de l'orme, ainsi que l'a montré Jean Scheidegger dans son étude intitulée Renart dans ses branches : comique et réflexivité.5354

Notes

1 Cette abréviation sera désormais utilisée pour désigner le Roman de Renart. Le texte de référence est celui d'Ernest Martin (3 volumes, Strasbourg, 1882 - 1887) ; c'est le texte qui a été suivi par deux éditions partielles, dans lesquelles il a été procédé à des corrections suggérées soit par E. Martin lui-même ou par G. Tilander, soit par le recours aux manuscrits : celle de Jean Subrenat et Micheline De Combarieu (Collection 10-18, série "Bibliothèque médiévale", 2 volumes, 1981) et celle de Jean Dufournet et Andrée Meline (G.F. Flammarion, 2 volumes, 1985).

2 Le procès criminel du RdR : étude de droit criminel féodal au xiie siècle, Genève, 1950.

3 C'est ce qu'a fait Jean Subrenat dans deux études récentes :

  • Trois Versions du jugement de Renart (br. VIIb, I et VIII du ms. de Cangé), dans Mélanges P. Jonin, Aix-en-Provence, 1979, p. 623-643.
  • Renart et Ysengrin, Renart et Roonel, deux duels judiciaires dans le RdR, dans Mélanges A. Lanly, Nancy, 1980, p. 371-384.

4 E. Nieboer a amorcé cette confrontation à la fin de sa communication au Colloque Renardien d'Amsterdam, en 1977 : le combat judiciaire dans la branche VI du RdR, dans Epopée animale, fable et fabliau, Marche Romane, 1978, t. XXVIII, 3-4, p. 59-67.

5 Il convient de citer ici (outre l'étude de G. Van Dievoet : Le RdR et Van Den Vos Reynaerde, témoins fidèles de la procédure pénale au xii° et xiii° siècles ? dans Aspects of the medieval animal Epic, Leuven University Press, 1975, p. 43-52) les recherches entreprises par Sigrid Krause sur le Reinhart Fuchs.

6 Branches sur lesquelles pèsent encore les jugements d'E. Martin et de L. Foulet, jugements le plus souvent sévères, parfois excessifs.

7 Je suivrai la chronologie établie par L. Foulet dans Le Roman de Renard, Paris, Champion, 1968 (2° édition), p. 100-119 : si elle a été rectifiro sur des points de détail, elle n'a jamais été remise en cause.

8 Figures III, Paris, Le Seuil, 1972, p. 82.

9 Le procédé de l'analepse est utilisé ailleurs que dans les branches judiciaires, dans la br. XVI par exemple ou dans la br. IX, dans laquelle l'auteur conjuge le plus souvent analepse et prolepse.

10 Op. cit, p. 90.

11 C'est l'expression utilisée par le prêtre de la Croix en Brie pour désigner son récit (br. IX, v. 5).

12 Cependant la fin de cette branche, fin qui n'est pas concernée par l'étude présente des analepses judiciaires, ne peut se comprendre que par continuité avec la br. X : Renart magicien renouvelle l'enging de Renart médecin (cf les vers 1660-62).

13 On peut considérer cette branche comme autonome et distincte de la br. II. La thèse unitaire de L. Eoulet a été remise en cause par A. Lodge et K. Varty (Pierre de Saint Cloud's Roman de Renart : Foulet's thesis re-examined, dans Third international Beast Epic, Fable and Fabliau Colloquium, Böhlau Verlag Köln Wien, 1981, p. 189-195) : leur démonstration, séduisante et brillante, n'emporte cependant pas totalement l'adhésion, faute d'une critique interne minutieuse du texte, qu'il leur était impossible d'effectuer dans le cadre d'une communication de vingt minutes et qui reste donc à faire.

14 Le jugement de Renart n'occupe que 48 vers sur 3402 dans la br. XI, 468 vers sur 1688 dans la br. XVII (soit environ le quart de la branche) et 764 vers sur 2366 dans la br. XIII (soit environ le tiers).

15 On peut parler ici avec Jean Scheidegger (cf communication infra) de branches "auto-référentielles".

16 Vainement, puisqu'une troisième ambassade ramène Chuflet manu militari : ainsi le récit peut continuer.

17 Dans ce cas il n'y a pas de clamor suivie de débats, mais en un même mouvement le conteur télescope l'énoncé du chef d'accusation et l'énoncé de la sentence.

18 Cependant on trouve une analepse (écourtée) dans le plaidoyer de Renart : il rappelle à Noble la guérison obtenue dans la br. X.

19 Le conteur se souvient de la br. VI (duel de Renart et d'Isengrin) mais son récit se meut dans un "monde à l'envers" : Renart doit affronter en duel Chantecler le coq.

20 Au sens de G. Genette : espace chronologique séparant la rétrospection d'un fait de sa réalisation.

21 Pour le lecteur familier du cycle, ce méfait rappelle celui de la br. I perpétré contre Dame Coupée.

22 Excepté le récit de Brun dans la br. Va, dont nous avons parlé plus haut.

23 On ne parle pas des méfaits inventés spécialement par Renart dans sa longue confession de la br. VII.

24 Dans les récits postérieurs, Renart associera toujours un fait réel (guérison du roi) et un fait imaginaire (son voyage à Salerne).

25 Les barons, rassemblés autour de Noble sous les murailles de Maupertuis, ne remplissent pas leur devoir de consilium, mais celui d'auxilium.

26 Seul Noble répond à Renart, au nom de toutes ses victimes (v. I707-I7I6) : à l'analepse de Renart il répond par une prolepse, prédisant la destruction du château et la pendaison de Renart.

27 Le conte populaire français, tome III, Paris, 1976, p. 27.

28 On rencontre le même procédé à la fin du prologue de la br. I, avec 2 relatives enchâssées (v. 8-10) et consacrées l'une à la "compétence" de Renart (qui toz maus cove) et l'autre à sa plus récente "performance" (la qrant fornicacïon que Renart fist), pour reprendre la terminologie des sémioticiens.

29 C'est le terme le plus utilisé, ainsi que le verbe correspondant se clamer.

30 Pour reprendre le titre de Claude Brémond, dans le célèbre numéro 8 de Communications (1966), p. 60-82.

31 On connaît la distinction, désormais classique, établie à propos de l'Odyssée par T. Todorov entre la parole-récit et la parole-action (le récit primitif, dans Poétique de la prose, Paris, Le Seuil, 1971, p. 66-77) : la clamor de nos récits renardiens participe de ces deux types de parole.

32 Sauf évidemment dans les cas de jugement en flagrant délit.

33 Op. cit, p. 465.

34 Le conteur recherche l''originalité, si l'on veut reprendre l'optique selon laquelle L. Foulet fonde son jugement, dans l'innovation de détails pour la 3° ambassade.

35 Renart doit son salut à une interprêtation laxiste du code de procédure pénale et à la vigilance de Grimbert : de toute façon Renart doit repartir vivant de la Cour.

36 Cet examen s'achève par un non-lieu en faveur de Renart : le récit annoncé (le plait) paraît tourner court mais une deuxième clamor, celle de Pinte, vient relancer la machine judiciaire et ranimer le récit.

37 Renart agit dans ce cas en état de légitime défense.

38 En réalité Isengrin était parti chacer Renart.

39 On trouve un exposé de cette stratégie dans la prière de Renart, br. I, v. 1134-39.

40 Dans son système de défense, Renart introduit la mention du miel et des souris qui n'ont jamais existé que dans sa propre imagination, cf br. I, v. 1244 et 1250.

41 Même affirmation dans la br. I, v. 1244-6 et dans la br. XXIII v. 382-396.

42 Il serait intéressant d'étudier dans tout ce passage de la br. VI le champ lexical du discours véridigue et celui de la parole feinte.

43 Il s'agit là uniquement de la vraisemblance matérielle.

44 Ce fait, confirmé par les observations des naturalistes (il s'agit pour le goupil d'interdire l'accès de son terrier à un animal plus fort que lui), explique la différence d'attitude des trois messagers lors de leur arrivée à Maupertuis, dans la br. I : la corpulence de Brun lui interdit l'accès à la tanière (v. 479-480).

45 v. 573. Ainsi d'un récit à un autre (le viol est rappelé dans les br. Va, I puis VI) on constate une humanisation progressive de l'événement.

46 br. Va, v. 974-77.

47 Plus largement on pourrait suivre le déroulement de la carrière exemplaire de Roonel : chien domestigue vautré sur un tas de paille dans la br. Va, il devient haut baron dès la br. X.

48 L'anthropomorphisme croissant dans le RdR, dans Aspects of the medieval animal Epic (cf supra note 5) p. 25-41.

49 Une analepse rapide relie l'événement à la fin de la br. X, restructurant ainsi de manière originale la matière renardienne.

50 Une geline ranposnant un goupil : bel exemple de monde à l'envers !

51 D'où les graves débats entre les cinq membres du Conseil restreint chargé de proposer une solution au roi.

52 Observations sur le RdR, Paris-Strasbourg, 1887, p. 4-5.

53 Dans Comique, satire et parodie dans la tradition renardienne et les Fabliaux, Kümmerle Verlag, Göppingen, 1983, p. II3-I23.

54 Telle que la définit T. Todorov dans Le récit primitif (cf. supra note 31).

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter