Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

La prière dans quelques Moralités

Jeanne Wathelet-Willem

Texte intégral

  • 1 Les Manuels sont fatalement toujours en retard sur les recherches des spécialistes ; au demeurant, (...)
  • 2 Jonathan BECK, Le Concil de Basle(1434)Les origines du théâtre réformiste et partisan en France, P (...)

1Dans la production dramatique des siècles antérieurs au classicisme, la Moralité constitue le secteur à la fois le plus mal connu et le plus dénigré par les Manuels d'Histoire de la Littérature1. Cependant, attesté dès la fin du xive siècle et maintenu jusqu'au milieu du xvie, le genre a connu, au cours de deux siècles, un succès confirmé par le nombre de pièces conservées, parfois en plusieurs exemplaires. Ces compositions, diverses par leur tonalité, leur longueur, leur distribution (partant l'importance de leur mise en scène), souvent desservies par une langue touffue et répétitive, alourdies en divers endroits par de nombreux sermons, émaillées parfois de virtuosités rythmiques, étaient bien faites pour dérouter une critique imprégnée d'un rigorisme stérélisant. On ne pouvait guère apprécier ces oeuvres aussi longtemps que le théâtre était considéré comme un divertissement élitaire, dont l'élément primordial, pour ne pas dire unique, résidait dans le texte. De plus, ces pièces mettent en scène des allégories. Comme le remarque, non sans une pointe de malice, Daniel Poirion : "Le langage allégorique déconcerte parfois le lecteur moderne, peut-être parce qu'il est habitué à d'autres formes d'allégories, qui l'obsèdent aujourd'hui à son insu, surtout dans le domaine politique."2

2C'est en metteur en scène qu'il faut considérer les Moralités ; dès lors, malgré des défauts indéniables, elles reprennent leur intérêt. Elles constituent, entre le théâtre religieux et le théâtre profane, ce que j'ai proposé d'appeler le théâtre didactico-social ; s'inspirant souvent de poèmes didactiques, d'exempla moraux, de paraboles, qu'elles dramatisent, elles pourraient être tenues pour du "didactisme par personnages". La majorité des pièces conservées sont assez proches du théâtre religieux ; elles ont bien des points communs avec les Mystères et, comme ceux-ci, mêlent volontiers scènes pathétiques et passages comiques.

  • 3 Gabriel BIANCIOTTO, Bestiaires du Moyen âge, Stock +Plus, 1980, p.8.
  • 4 Alexandre MICHA, Etude sur le "Merlin" de Robert de Boron, Roman du xiiie siècle, Genève, Droz,198 (...)
  • 5 Dans son exposé sur "Quelques textes sur la prière du Chancelier Gerson', Mme Quillet a montré que (...)
  • 6 Une situation analogue a été relevée par M. Des-chaux dans son exposé sur le Calendrier des Berger (...)

3Malgré la date tardive de leur période d'épanouissement, les Moralités restent absolument conformes à l'esprit des siècles antérieurs. Comme beaucoup d'oeuvres didactiques, elles sont moralisantes et l'on peut dire d'elles ce que Gabriel Bianciotto écrit des plus anciens Bestiaires : "La "moralisation" se réduit à quelques grands thèmes constamment répétés, illustrant les vertus chrétiennes fondamentales et à l'explication des mystères majeurs de l'Incarnation et de la Rédemption ; elle dépeint un monde manichéen, déchiré en permanence entre les forces antagonistes du Bien et du Mal, entre Jésus et le Démon."3Au sujet du Merlin de Robert de Boron, Alexandre Micha, remarquant aussi que "la pensée semble se teinter d'une coloration plus ou moins manichéenne", ajoute : "simple apparence cependant, car en fin de compte le diable est vaincu et en somme il ne luttait pas à armes égales avec son adversaire."4 Dans les Moralités, en revanche, il arrive que le diable emporte l'âme du pécheur. En effet, l'idée majeure est celle de la liberté humaine5 : l'homme reste libre de choisir entre le Bien et le Mal. Dieu, souvent représenté par Jésus, est toujours disposé à accorder son pardon à qui le requiert, mais le Diable et les personnifications qui lui sont inféodées veillent et il leur arrive de triompher ; cependant, dans quelques oeuvres, la Vierge plaide en invoquant la faiblesse humaine. Dans un tel esprit, on s'attendrait à trouver beaucoup de prières ; en fait, il y a des sermons, des confessions, de très nombreuses invocations brèves, du type : 0 créateur et pere droicturier, Dieu vous gard, Que Dieu vous vueil heberger/Lassus en son saint paradis..., mais un nombre relativement restreint de prières.6

4Les Moralités sont oeuvres de clercs, parfois d'étudiants, qui émaillent leurs compositions d'abondantes citations empruntées aux Ecritures ; ces citations sont reproduites en latin et parfois reprises en français. Dans le même esprit, on trouve des prières liturgiques, simplement signalées dans le texte par leur incipit : Ave Maria, Pater Noster, Benedicite, Confiteor. Te Deum laudamus... Cet usage explique peut-être en partie la fréquence relativement faible des prières en français.

  • 7 On en a proposé divers classements ; aucun ne donne pleine satisfaction en raison de la grande var (...)

5Les Moralités sont pratiquement impossibles à classer7 ; aussi ai-je décidé-après mûre réflexion-de vous présenter des prières empruntées à des Moralités assez différentes les unes des autres.

  • 8 Gustave COHEN, Mystères et Moralités du Manuscrit 617 de Chantilly, Paris, 1910. Une édition défin (...)

6La première oeuvre qui retiendra notre attention est l'une de celles connues sous le nom de "Moralités liégeoises"8 : le Jeux des VII Pechie morteil et des VII vertu en demostrant cornent les vertus convertirent les pechie par la grasce de Dieu et de sa benoit Mere, choisie en raison de sa date de composition (fin du xive s.), qui en fait peut-être la plus ancienne pièce conservée et aussi parce qu'elle contient neuf prières, nombre élevé par rapport aux autres oeuvres. Un ermite, qui joue le rôle de meneur de jeu, prend pitié de sept créatures(les sept Vices) que le Diable entraîne à sa suite et qui sont promises à l'Enfer, où elles vont amener de nombreux humains. Il adressé une prière fervente à Notre-Dame, pour qu'elle obtienne la conversion des Vices. La prière du saint homme est exaucée : les Vices se convertissent et le rollet sur lequel le clerc du Diable avait écrit leurs méfaits ne porte miraculeusement plus aucun signe ; notre Moralité se trouve donc proche des Miracles de Notre-Dame. Voici le début de la prière de l'ermite :

Douche Damme de grant pité !
roijne pieu, nette et pure !
glorieuse, sains souilheur !
vray estoilh(e) por conforteir
ceulx qui vos veulhent reclameir...

7Au moment où les Vices se convertissent, il y a sept prières dans lesquelles on retrouve la même notion de la Vierge, avocate des pécheurs :

(Envie) Dame, qui tousjour esteis pres
à ceuls qui de bons cuer vos quirent,
tresbons louire en acquirent.
(Colère) car je sai(e), bien certainement,
que l'escriture point ne ment,
car bien dist, qui de vos s'atost
vostre grasce de pechie l'ost.
(Paresse) Douce Dame de grant bonté,
por vos veult dieu mervelh(e) faire,
por ses amis à luy retraire,
quant en terre daingna descendre
et en vus char humaine prendre...

8Les invocations à la Vierge contenues ici sont soit, le plus souvent, Dame, soit Douce Dame, Douce Dame de grant bonté, Douce sainte Marie, fontaine de douceur, très douce pucelle Marie, Dame de Paradis, Mere a Jésus, Mere de Dieu, Il n'y a pas de forme constante dans ces prières, qui, chez les Vices, commencent souvent par Si priie (a) Dieu(4 ex.), Ha ! doulx Saveur Jhesuscrist (1 ex.), Dieu (1 ex.), mais très vite les Personnifications se tournent vers Notre-Dame ; cette attitude est assez joliment dépeinte dans la prière d'Orgueil :

Si est de my com(e) del enfant
quant il at meffait à son pere :
à garan s'en va à sa mere.

  • 9 Pour la bibliographie de ce sujet, cfr J. De Ca-LUWE, La "prière épique" dans les plus anciennes c (...)

9On ne trouve pas ici, à proprement parler, ce qu'on a pu, à propos des chansons de geste, appeler le "credo épique"9 ; il y a cependant, dans la prière de l'ermite, un mouvement de même espèce :

Si voyr que, à pies del/l/e crois
fut durement vos cuer destrois,
où vos douls fils mort endurat,
quant son grant peuple rachatat
del las(se) del anemis felon
qui les tenoit en sa prison.

10Les allusions de ce genre ont ici trait à l'Incarnation, à la Crucifixion, à la Rédemption ; on en trouve une (prière de Paresse) à la faute d'Adam, une (prière de Gourmandise) à la virginité de Marie et une (prière de Luxure) au miracle dont bénéficia le clerc Théophile. L'Objet de la prière de l'ermite est de sauver les sept Vices de l'emprise du Démon et celui de la prière des Vices est de se débarrasser de leurs mauvaises tendances pour pouvoir sauver leur âme. Assez curieusement on se trouve ici en présence de Personnifications qui redoutent la mort, alors que d'ordinaire les Allégories sont immuables ; c'est qu'en fait il y a identification entre les Vices et les humains entraînés dans leur perversité.

  • 10 On possède de cette Moralité deux éd. anciennes : c'est la 53e pièce du Recueil du British Museum, (...)

11Voici une autre Moralité ; dépourvue d'allégories et de très bonne qualité dramatique, elle semble dater, du moins dans la forme conservée, du début du xvie siècle. Elle aussi comporte un miracle et, comme j'espère le démontrer ailleurs, elle est probablement originaire d'une région appartenant à la Belgique actuelle. Il s'agit de la Moralité d'ung Empereur qui tua son nepveu qui avoit prins une fille à force.10 Un empereur d'Allemagne, célèbre pour son esprit de justice, accablé par les ans et la maladie, confie le gouvernement à son neveu, pour lequel il éprouve une vive affection, mais se réserve l'exercice de la haute justice. Le jeune homme promet d'observer les recommandations de son oncle, en particulier de protéger "les pauvres ancelles, veuves et pucelles", mais, dès qu'il est nanti du pouvoir, il fait enlever une toute jeune fille pour la violer. Mis au courant du fait, le vieil empereur fait comparaître le coupable et, après avoir écarté ses conseillers, tue le jeune homme. Peu après, il demande au chapelain à se confesser et à communier, mais, comme il refuse d'avouer en confession l'exécution de son neveu, qu'il considère comme un acte de justice et non comme un péché, la communion lui est refusée par le chapelain, qui consent cependant à lui permettre de contempler le saint ciboire ; tandis que le moribond est en prières, l'hostie se pose d'elle-même sur ses lèvres. Il y a deux moments de prière dans cette pièce ; prière de la jeune fille et prière du mourant. La jeune fille, avant son enlèvement, prie pour conserver sa virginité ; elle s'adresse d'abord à la Vierge, en des termes assez analogues à ceux relevés dans le Jeu précédent :

Royne de bonté,
Dame de beauté,
Fontaine benigne...

12puis elle se tourne vers Dieu :

O vertu divine
Qui tout enlumine
Et sur tout domine...

13En contemplation devant la sainte hostie, l'empereur implore :

Jesus(Christ) qui souffris passion
Ayez huy compassion
De ma povre humanité :
En ma desolation,
Ouy ma supplication
Par tres grant benigneté.

14La prière comporte un élément de credo :

Je croy estre au sacrement,
En sanc et chair proprement,
Le corps de nostre sauvement.

  • 11 Cfr sur ce sujet les articles d'Emile PICOT, Les Moralités polémiques sur la controverse religieus (...)

15Cette affirmation s'explique peut-être par la date de composition de l'oeuvre : en ce début du xvie s., des discussions violentes opposaient catholiques et réformés sur la présence réelle. Le théâtre, particulièrement sous forme de Moralités, a souvent servi de tribune aux deux partis adverses11. L'empereur insiste sur cette croyance :

Cil qui le croit fermement
Et le reçoit dignement,
Il prend divine saveur
Et infinie doulceur,
Car du ciel vient la liqueur
Descendre divinement
Quant le prestre dit de cueur
Des paroles la teneur
A l'autel secretement.

16La prière se continue en aveu de fautes : il a cédé aux sept vices, n'a point accompli de bonnes oeuvres ; il a voulu rendre la justice, mais s'est peut-être trompé (allusion voilée au meurtre de son neveu). Il termine par une ultime invocation avec demande de jugement. C'est alors que se produit le miracle. Vient ensuite l'action de grâces de l'empereur, de ses conseillers et du chapelain. Voici cette dernière :

Dieu de majesté,
Haulte trinité
En vertu unie,
De ce qu'as monstre
Par ta déité
Je te remercie.

17Le religieux poursuit en implorant son pardon :

Humblement te prie,
Requiers et supplye
Que tu me pardonne
Si j'ay par folye
Reffusé la vye
A ceste personne.

18Enfin l'Empereur se confie à Dieu :

  • 12 A la suite de ma communication, M. Pierre Rezeau a attiré mon attention sur la similitude qui pour (...)

Je requiers Dieu que m'ame mette
En son paradis, s'il luy plaist.
De recepvoir la mort suis prest
Quant plaira à mon créateur.12

19Les prières de cette Moralité se distinguent par leur sobriété ; elles sont principalement adressées à Dieu. Leur intérêt réside dans la variété de leur objet : requête pour obtenir une grâce particulière, aveu d'une faute, demande de salut éternel, qui constituent, dans les oeuvres du genre, les thèmes principaux des prières.

  • 13 L'oeuvre est connue par une réimpression fac-similé(tirée, en 1831, à quatre-vingt-dix exemplaires (...)

20Se rattachant au culte mariai, voici une très curieuse composition : la Moralité des Blasphémateurs du nom de Dieu13 singulier mélange de violence spectacles modernes. On peut relever ici plusieurs exemples, analogues à celui de la prière de l'ermite dans le Jeu des Vices et des Vertus, où la demande est formulée en faveur d'un tiers. Dès le début d'un très long prologue, le présentateur prie pour l'assistance :

Nous supplions la vraye sapience
De Jesuchrist, Roy impérial,
Qui deffende la très noble assistance
D'adversité, de tourment et de mal.

21Voici deux autres cas où la prière est prononcée au bénéfice de mortels par des Personnifications : l'Eglise prie pour les Blasphémateurs et la Mort pour un des coupables qui s'est repenti :

O mon redempteur
Et vray formateur,
Donne moy le don,
Je te pry du cueur,
Que cest curateur
Puisse avoir pardon.

  • 14 Pour surprenante qu'elle nous paraisse, l'invocation d'un désespéré au diable n'est pas absolument (...)

22Cette Moralité se termine par une diablerie assez hallucinante : la majorité des coupables y sont la proie des diables déchaînés, qui les soumettent, avec une délectation sinistre, à d'affreux supplices. Il faut relever au passage la prière où un désespéré s'adresse au diable. Voici quelques extraits cette prière singulière14, qui constitue une parodie des litanies :

  • 15 Le déchant est une forme musicale.

Où es-tu, grant dyable Sathan ?
Leviathan,
Gourdithalen,
Juppin, Berith et Behemoth ?
Emportez moy avec Sathan.
…..
Je te pry, grant dyable Astaroth
…..
Haro, dyables, il fault chanter
Et deschanter15
Matin et soir
Dedans Enfer pour ma venue !
Haro, maulgré dieu de la nue,
Sans attendue
Sans detenue
Enraiger me fault maintenant
…..A tous les dyables me commant.

  • 16 VIOLLET LE DUO, Ancien Théâtre français, III, 267-99, reproduction d'un imprimé provenant de la ma (...)

23La Vie et l'Histoire du Maulvais Riche16 constitue une illustration de la parabole rapportée par saint Luc (XVI, 19).qu'elle suit fort fidèlement, en la faisant interpréter par quelques personnages, les uns humains, les autres métaphysiques. On en retiendra les prières du malheureux qui, accablé de maux, demande à Diau d'échanger sa vie temporelle douloureuse contre un monde meilleur. On soulignera surtout le passage où il remercie Dieu des épreuves qu'il a subies :

...je loue donc mon créateur
qui de tous maulx rend le labeur
a ceulx qui ont la congnoissance
de son nom et de sa puissance.

  • 17 Ibidem, 337-424, même origine et date analogue.

24La Moralité de Charité, où est démontré les maulx qui viennent aujourd'huy au monde par faulte de Charité17 est aussi profondément imprégnée d'esprit religieux, qui se manifeste par la présence de prières liturgiques et de nombreuses invocations très brèves : Dieu vous doint bon soir, le Dieu de sapience Vous gard vous et vostre compaignie... Il y a quelques prières, à vrai dire, peu nombreuses. En fait, pratiquement tous les personnages sont à la fin frappés par la Mort ; tous les méchants meurent dans l'impénitence finale. Le Monde, en une brève prière (8 vers) se repent in extremis d'avoir offensé Dieu. La mort la plus édifiante est celle du Riche vertueux, qui, tout au long de l'action, est resté fidèle à Charité, qui le réconforte dans ses derniers moments, lui amène un Religieux et adresse une prière en sa faveur :

Vray Dieu, qui le monde formas
et qui d'enfer le racheptas
par ta benoiste passion,
vueilles ouyr mon orison.

25On remarquera, dans l'introduction de cette prière, l'allusion à la Création et à la Rédemption. Après avoir rappelé la bonne conduite du moribond, Charité termine :

Si te deprie, doulx roy de gloire,
Que luy faces miseridorde
Quant l'ame du corps partira,
Qui puisse aller in gloria
Avec que les anges lassus.

26Il faut aussi signaler, dans cette Moralité, une espèce de prière, peut-être plus rare. Ici il ne s'agit pas d'un personnage sur le point de mourir, comme c'est le plus souvent le cas, mais du Povre Meschant (nous dirions "le pauvre diable") qui a cédé à Tricherie et qui, à la suite d'un sermon (où les méchants avouent avoir dormi), décide dechanger de vie :

Je prie la benoiste Marie
qu'elle veuille son fils deprier
qu'il luy plaise me pardonner
tous mes pechez entierement,
car prendre volt un aultre usaige.

27Sociologiquement le personnage de Povre Meschant est intéressant, mais là n'est pas notre propos actuel. Il nous servira de transition pour passer à d'autres Moralités, où l'on trouve des personnages analogues et pour lesquelles on a la rare bonne fortune de posséder d'excellentes éditions critiques modernes.

  • 18 Ed. Werner HELMICH, Moralité du Pouvre Peuple, in Philologica Romanica Erhard Lommatzsch gewidmet, (...)

28La Moralité de Pouvre Peuple18 met uniquement en scène des Personnifications, sans personnages métaphysiques. Plusieurs (homme riche et puissant) s'est laissé persuader, par Envie et Flatterie, que Pouvre Peuple (les gens de la classe inférieure) a médit de lui et, avec ses deux mauvais génies, il va complètement dépouiller le malheureux, mais celui-ci a pour allié Bon Renom. Malgré les intrigues de ses ennemis, c'est finalment Pouvre Peuple qui l'emporte devant Raison. Bien qu'il n'y ait pas de personnages métaphysiques, la tonalité reste religieuse. On relève de nombreuses invocations, employées d'ailleurs aussi bien par les gens malfaisants que par Pouvre Peuple et Bon Renom. Ce dernier prononce une prière :

Hault Plasmateur que povre euer adresse
Voy la doleur et le piteux martire
Que par Pluseurs le Povre Peuple tire
Gette sur luy tes doulx yeulx de pitié,
Fait apparoir la grande amitié
De quoy tu l'aime, en luy donnant secours
Tu es son pere, son refuge et retours ;
Du tout a toy en laisse la vengeance ;
Venge l'outraige que par outrecuidance
On luy a fait, sans cause et sans raison
Entens a luy. Il est temps et raison,
Ou le povre homme est du tout mis en bas
Ad ce besoin ne le délaisse pas ;
Plaise toy, sire, de le reconforter.

29Il s'agit d'une prière d'une Personnification en faveur d'un tiers ; c'est un cas déjà rencontré. Ce qu'il y a de nouveau ici c'est que la prière est adressée à une Allégorie. Dieu n'intervient pas en personne dans la Moralité ; en fait, il est représenté par Raison à qui Bon Renom adresse la présente prière et qui se dit "procureresse" de Dieu. D'ailleurs quand Pouvre Peuple reprend la parole, pour exposer son cas, il s'ecrie :

Mais toy, mon Dieu, en qui du tout me fie,
Mon deffenseur, mon port, mon espérance,
Faiz en pour moy, s'il te plaist, la vengeance !

30Pouvre Peuple déplore la disparition de Justice :

….sainte espouse de Dieu
Chief de droiture, fontaine de tout bien
Estoille clere, haulte dame sacrée,
Plus que nulle aultre digne d'être louée,

31ce sont des appellations assez analogues à celles que l'on rencontre au sujet de Notre-Dame. En quittant Plusieurs, qu'elle à vainement tenté de ramener à de meilleurs sentiments, Raison prie pour lui :

Je prie directement a Dieu
Qu'il te donne bon advisement
Et te inspire tellement
Que tu le puisses recognoistre.

  • 19 Robert DESCHAUX, Un poète bourguignon du xve siècle, Michault Taillevent (Edition et Etude), Genèv (...)

32Le personnage de Pouvre Peuple m'amène à parler d'une Personnification analogue, c'est Povre Commun (homme du peuple) que l'on trouve dans la Moralité de la Paix d'Arras de Michault Taillevent19.Grand événement de la diplomatie du xve s., le Congrès d'Arras(1435)avait été réuni dans le dessein de conclure la paix entre Français, Bourguignons et Anglais. La Moralité, d'environ 700 vers, contemporaine des événements, a sans doute été représentée pendant les pourparlers. On se trouve donc ici en présence d'une espèce particulière du genre. De cractère dramatique assez faible, l'oeuvre présente un intérêt historique et sociologique très net. Le personnage principal en est Povre Commun ; il a le rôle le plus long et dépeint en une Complainte (de près de quatre-vingt dix vers) les maux dont il est accablé. Cette Complainte constitue une prière, en raison des trois vers d'introduction :

Vray Dieu, vray Créateur, vray Pere,
Vostre plaisir soit que j'apere
Au jour d'huy les maulx qu'on me fait.

33Personne ne veut l'aider, c'est pourquoi il déclare :

A Dieu m'atens, c'est mon recours,
Car je n'y vois autre remede.

Pour ce prie a Dieu qu'il estende
Sa grace en terre et qu'on entende
Au bien du pays a la querre,
Car trop a duré la guerre (sic)
Entre parens, amis, affins,
Qui deussent estre a toutes fins
En concorde et en bonne paix.

34L'intérêt de ces textes pour notre propos est de voir la prière appliquée aux événements contemporains.

  • 20 Cfr ci-dessus n.2.

35C'est le même trait qu'on peut souligner dans la Moralité du Concil de Basle20. Son récent éditeur, Jonathan Beck, la date de 1434 et y voit le premier témoignage conservé de "théâtre réformiste et partisan en France". Il faudrait citer en entier la prière que France prononce au moment de se présenter devant Concil :

Hee Dieu ! Je ne scay plus que faire
Pour les grandes oppressions
Qu'on me fait, plus ne m'en puis taire.

Doulx Jesus, mon frere et mon pere !

Tresdoulx Dieux, soyez moy propice

Dieu, pour l'amour de vous, j'endure
Ceste grant peine, en espérance
Que ce temps gueres ne me dure.

36Dans la même pièce, on trouve une tirade où Eglise intervient devant Concil en faveur de France :

Concil, ayez pitié de France !
En cest estat ne puis plus vivre.
Vous avez ouy a delivre
La grant douleur et le meschief
Que j'endure et ay tant en chief
Et en membres ; je peris toute.
Qui ne le voit, il ne voit goute.
Pour Dieu, ayez de moy mercy !

37Avec cette tirade, on se trouve à la limite de le prière : il s'agit d'une requête présentée par une Personnification à une autre Personnification, mais l'invocation finale, Pour Dieu, lui communique une allure de prière.

38C'est par une scène où l'on peut se demander aussi s'il s'agit réellement d'une prière que je voudrais terminer. C'est l'intervention de Notre-Dame auprès de Jésus, telle qu'elle figure dans la Moralité liégeoise, dont elle constitue la neuvième prière. En fait, il s'agit d'une conversation entre la Mère et celui qu'elle appelle son Fils et son Père ; cette scène n'est pas complètement dépourvue d'humour discret. Le Christ, qui a accueilli sa Mère avec honneur, déclare qu'il devine que le don qu'elle lui réclame concerne les pécheurs, car il connaît la générosité de son coeur. Notre-Dame, de son côté, lui rappelle qu'il a été homme et doit connaître la faiblesse du coeur humain, puisque le Démon n'a pas hésité à le tenter lui qui pourtant était Dieu. On trouve une scène analogue dans les Blasphémateurs ; en cette pièce se déroule devant Dieu un véritable procès, au cours duquel le Diable se fait accusateur public et la Vierge avocat de la défense. Le passage ne se rattache au thème étudié que par les paroles adressées par la Vierge à Dieu.

  • 21 Le relevé auquel j'ai procédé n'a rien d'exhaustif pour deux raisons : il ne pouvait être possible (...)

39En conclusion : les Moralités examinées signalent parfois la récitation de prières liturgiques en latin ; quant aux prières en français, elles sont moins nombreuses que la tonalité religieuse des oeuvres ne le ferait croire. Elles sont adressées, en ordre principal, à Dieu, parfois par l'intercession de la Vierge. En revanche, on trouve l'un ou l'autre exemple de prière adressée à une Personnification, mais qui, en fait, représente Dieu. Rappelons le cas de la prière "grinçante" où un désespéré s'adresse au Diable. Les prières sont prononcées par des personnages humains, parfois pour eux-mêmes, parfois aussi, mais plus rarement, en faveur d'un tiers. Il arrive aussi que des Personnifications prient au bénéfice d'un mortel. L'objet principal est le salut de l'âme ; plus rarement, il est question d'une grâce particulière. Il faut constate--et c'est un peu décevant, mais profondément humain--que les prières de demande sont plus fréquentes que les actions de grâces, cependant représentées également. Les prières n'offrent pas de formes stéréotypées (en dehors des prières liturgiques, récitées en latin et non notées dans le texte) ; elles consistent en conversation de l'âme avec Dieu. Si elles font surtout allusion aux grands mystères de la religion, il leur arrive aussi d'être mises en rapport avec une situation contemporaine21.

Notes

1 Les Manuels sont fatalement toujours en retard sur les recherches des spécialistes ; au demeurant, ceux-ci commencent seulement à s'intéresser au genre. En dehors de quelques travaux portant sur des oeuvres particulières, il faut citer le travail majeur de Werner HELMICH, Die Allegorie im französischen Theater des 15. und 16. Jahrhunderts, I, Das religiöse Theater, Tübingen, Niemeyer, 1976 (Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, 156).Voir aussi Werner HELMICH et Jeanne WATHELET-WILLEM, La Moralité, un genre dramatique à redécouvrir, à paraître dans les Actes du Ile Colloque international d'Etudes du Théâtre médiéval, Alençon 1977.

2 Jonathan BECK, Le Concil de Basle(1434)Les origines du théâtre réformiste et partisan en France, Préface de Daniel POIRION, Leiden, E.J.Brill, 1979 (Studies in the History of Christian Tought, XVIII)

3 Gabriel BIANCIOTTO, Bestiaires du Moyen âge, Stock +Plus, 1980, p.8.

4 Alexandre MICHA, Etude sur le "Merlin" de Robert de Boron, Roman du xiiie siècle, Genève, Droz,1980, (Prf CLl),p.80.

5 Dans son exposé sur "Quelques textes sur la prière du Chancelier Gerson', Mme Quillet a montré que, pour cet auteur, la prière est élévation de l'âme dans la liberté.

6 Une situation analogue a été relevée par M. Des-chaux dans son exposé sur le Calendrier des Bergers.

7 On en a proposé divers classements ; aucun ne donne pleine satisfaction en raison de la grande variété des oeuvres qui se rattachent souvent à plusieurs tendances à la fois.

8 Gustave COHEN, Mystères et Moralités du Manuscrit 617 de Chantilly, Paris, 1910. Une édition définitive renouvelée, corrigée et augmentée a été publiée en 1953) dans la collection des Mémoires de la Classe des Lettres, Académie royale de 3elgique, sous le titre nativités et Moralités liégeoises.

9 Pour la bibliographie de ce sujet, cfr J. De Ca-LUWE, La "prière épique" dans les plus anciennes chansons de geste françaises, in Mediaevalia 76, M. Rom. XXVI 3-4, 1976,97-116.

10 On possède de cette Moralité deux éd. anciennes : c'est la 53e pièce du Recueil du British Museum, brochure de format agenda, imprimée, en 1544, à Lyon, chez Barnabe Chaussard ; le texte en a été reproduit au t. III de l'Ancien Théâtre français de Viollet le Duc. D'autre part, le Recueil Trepperel en fournit une autre édition antérieure. Un bourdon, masqué sans grande conscience, écarte l'hypothèse que cette édition ait pu servir de modèle à celle de Lyon ; il faut donc supposer l'existence d'au moins une version antérieure, dont la date reste indéterminée.

11 Cfr sur ce sujet les articles d'Emile PICOT, Les Moralités polémiques sur la controverse religieuse dans l'ancien théâtre français, in Bulletin de l'Histoire du Protestantisme, 36(1887) 169-90, 225-45, 337-64 ; 41(1892)561-82,617-33 ; 55(1906)254-62.

12 A la suite de ma communication, M. Pierre Rezeau a attiré mon attention sur la similitude qui pourrait exister entre cette prière et le Lauda Sion Salvatorem...texte de la Séquence de la Messe du Saint-Sacrement. Il y a là une suggestion qui pourrait peut-être apporter un enseignement ; je compte reprendre le problème ailleurs.

13 L'oeuvre est connue par une réimpression fac-similé(tirée, en 1831, à quatre-vingt-dix exemplaires numérotés) d'une brochure, format agenda, "imprimée nouvellement a Paris peur Pierre Sergent libraire demeurant a Paris en la rue neufve Nostre dame a l'enseigne sainct Nicolas".-La pièce a fait l'objet d'une étude et d'une édition critique : W.H. CANNON, Phil. Diss. Univ. of Kansas, 1970, non éditée.

14 Pour surprenante qu'elle nous paraisse, l'invocation d'un désespéré au diable n'est pas absolument exceptionnelle. Sans parler du clerc Théophile, qui, dans le pièce de Rutebeuf, est si désespéré qu' il se demande s'il ira se noyer ou se pendre (v.21) et qui fait hommage à Satan pour être rétabli dans ses honneurs, il y a dans divers Mystères une priè-désespérée de Judas au diable(cfr notamment Le Mystère de la Passion d'Arnoul Greban. éd. Omer JODOGNE, Bruxelles, Palais des Académies, 1965, vv. 21711-21724 et le Mystère de la Passion de Jean Michel, éd. Omer JODOGNE, Gembloux, 1959, vv. 23599-24070).Je remercie Melle Santucci de n'avoir suggéré de rappeler ce rapprochement.

15 Le déchant est une forme musicale.

16 VIOLLET LE DUO, Ancien Théâtre français, III, 267-99, reproduction d'un imprimé provenant de la maison de feu Barnabe Chaussard, donc entre 1532 et 1550.

17 Ibidem, 337-424, même origine et date analogue.

18 Ed. Werner HELMICH, Moralité du Pouvre Peuple, in Philologica Romanica Erhard Lommatzsch gewidmet, München, Fink, 1975, 145-243.

19 Robert DESCHAUX, Un poète bourguignon du xve siècle, Michault Taillevent (Edition et Etude), Genève, Droz, 1975 (P.r.f. CXXXIII), 87-110 et 312-14.

20 Cfr ci-dessus n.2.

21 Le relevé auquel j'ai procédé n'a rien d'exhaustif pour deux raisons : il ne pouvait être possible, dans les limites d'une communication, de mentionner toutes les Moralités conservées ; d'autre part, certaines oeuvres restent d'un accès difficile. A ce sujet, il faut se réjouir de la publication de Werner HELMICH, Moralités françaises, Réimpression fac-similé de vingt-deux pièces allégoriques, imprimées aux xve et xvie siècles, avec une Introduction, Genève, Slatkine, 1980,3 vol.gr.in-8.

Auteur

Université de Liège

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter