Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

Quatre Patrenostres parodiques

Jean Subrenat

Texte intégral

  • 1 Cf. Olga DOBIACHE-ROJDESVENSKY, les poésies des Goliards, Paris, Rieder, 1931. Voir aussi, sur un (...)

1Dans un colloque sur la prière, peut-être est-il inconvenant de parler de textes que je qualifierais volontiers d'anti-prières. Ce type de parodie fut pourtant assez florissant, que l'on regarde du côté de la poésie latine des Goliards1 ou que l'on relise, en langue vulgaire, certaines branches du Roman de Renart : les Vêpres de Tibert (br. XII), Primaut (br. XIV), la mort de Renart (br. XVII) par exemple.

  • * Voir les textes en annexe.
  • 2 Ce manuscrit a été reproduit en fac-simile par Henri OMONT, Paris, 1932.

2Aujourd'hui je vous propose plus simplement de regarder quatre Patrenostres*relevées toutes les quatre dans le même manuscrit du xiiie siècle (le ms. B.N. fr. 837)2 : il s'agit de :

  • la Patrenostre du vin (f° 177 r°-v°)
  • la Patrenostre à l'usurier (f° 218 v°-2I9 v°)
  • la Patrenostre d'amour (f° 247 r°-v°)
  • la Patrenostre farcie (f° 274 r°)3
  • 4 Sur la question du bi-linguisme, voir Paul ZUMTHOR, Un problème d'esthétique médiévale : l'utilisa (...)

3Ces textes s'inscrivent dans une double lignée : - les parodies en Latin comme savaient les composer les Goliards ; - les textes farcis qui, du moins dans leur principe, explicitaient par un commentaire français le texte latin de lectures ou de prières à l'usage des fidèles non cultivés. Nous devons donc être ici en présence d'un poème français dont les formules latines du Pater formeraient la colonne vertébrale4.

4La Patrenostre farcie montre assez bien comment fonctionne, si j'ose dire, le genre. Le bi-linguisme semble bien assimilé : les termes latins tiennent une place syntaxique dans la phrase française qui en explicite dans certains cas le sens, un peu à la manière d'une méditation. La première strophe en fournit un bon exemple :

Pater noster doit chascuns dire
A Dieu et crier : Biaus douz sire,
Gardez noz ames et noz cors,
Qui es in celis haut la sus,
Tu connois bien chascun ça jus
Et par dedenz et par defors.

5Nous trouvons à la fois une sorte de traduction de Pater noster en "Biaus douz sire", de "qui ti in celis" en "haut la sus", un rappel implicite de l'exhortation du Christ : "Lorsque vous prierez, priez ainsi" : Pater noster doit chascuns dire." et un début de prière particulière au texte :

Gardez noz ames et noz cors (v. 3)
Tu connois bien chascuns ça jus
Et par denenz et par defors (v. 5-6)

6C'est donc une ébauche de méditation.

7Avec la seconde strophe, la technique change un peu : le Sanctificetur nomen tuum est simplement cité et l'auteur enchaîne :

Quar il n'est nus, soit fane ou nom
S'a toi de cuer adveniat
Qu'il ne gaaint regnum tuum (v. 8-10)

8L'on voit que le texte latin est désarticulé : adveniat n'a plus de rapport avec regnum tuum. Chaque terme joue son rôle propre dans la proposition où il se trouve. Bien plus, le Fiat voluntas tua qui suit est coupé entre deux strophes :

Tu li diras tantost : fiat.
------------
Voluntas tua. est mout droite.

9Et ce dernier vers ouvre une strophe qui est encore de bonne tenue religieuse : la droite volonté divine est de faire le salut de chaque homme :

Le salu de chascun covoite,
Aussi du povre con du riche,
Sicut in celo et in terra.
Ja nus enz es cieus n'enterra
Qui le cuer ait aver ne chiche. (v. 13-18)

  • 5 Panem gardent trop li riche homme ;
    Nostrum ne lor lest prendre somme,
    Quar adès acroistre le veulen (...)
  • 6 cf. ILVONEN, op. cit. p. 145.
  • 7 Il n'est nus hom, sages ne sos
    S'il despendoit sicut et nos
    Qu'il ne deüst mout grant avoir, (v. 34- (...)

10Le ton religieux se retrouve encore dans les dernières strophes de la Patrenostre ; mais l'exclusion des "aver" et des "chiche" hors du Royaume des Cieux introduit une digression sur l'argent dans laquelle il est question du souci permanent des avares qui ne trouvent pas le sommeil5 et qui se torturent en pure perte, puis de la disparition de la générosité, enfin des dettes considérables que font l'auteur de ses semblables (il dit "nous") et pour lesquelles il demande rémission. Ces strophes centrales ont un ton parodique certain qui n'a pourtant pas toujours été reconnu par une critique plus sensible à l'intention pieuse de la paraphrase6. Pourtant la satire des avares, le goût pour le bon vin et la bonne chère, les dettes qui en sont la conséquence7 forment trois thèmes fréquents de toute la littérature satirique.

  • 8 ILVONEN (op. cit.) p. 144 signale pour les formules latines qui n'appartiennent pas au Pater les s (...)

11Cette Patrenostre donc, sans être d'une valeur littéraire extraordinaire, montre du moins une certaine adresse dans l'art de "farcir le Pater8 ; il faut le noter, car les textes dont je vais maintenant vous proposer la lecture n'ont pas réellement cette intention.

***

12La Patrenostre du vin est en effet une chanson d'ivrogne dans laquelle on se demande ce que viennent faire les termes du Pater. En voici le début :

Pater noster, biaus sire Dieus,
Quant vins faudra ce ert granz deuls :
Toutes joies, toutes valors
Seront en lermes et en plours.
Qui es, in celis. Clerc et lai
Ne diront ja mès son ne lai,
Car en vin a trop de deduis, (v. 1-7)

13Le poète raconte son amour du vin, ses difficultés avec le tavernier, sa passion pour les dés. Les allusions religieuses sont bien faibles :

14- l'affirmation que le clergé tout entier partage avec l'auteur l'amour du vin :

Quar je ne voi abé ne moine
Ne clerc ne prestre ne chanoine,
Frère menor ne jacobin,
Qui tuit ne s'acordent au vin. (v. 77-80)

15- un aveu du poète :

Je vois ainçois
En la taverne qu'au moustier (v. 40-41)

16- un voeu :

Envie
Vous doinst Dieus de mener tel vie (v. 49-50)

17- deux allusions à la prière :

Chascun jor ceste patrenostre
Di je por toz cels qui bien boivent (v. 56-57)
Sed libera nos. Un sautier,
Au matin quant je leverai,
Por toz les vingnerons dirai,
Por les cés que il ont plantez,
Ou il croist des bons vins assez. (v. 72-76)

18Mais de formules de prières proprement dites, c'est-à-dire d'adresse à Dieu, il n'y a que le premier vers, déjà cité, et cette réflexion :

  • 9 Faut-il ajouter un "par Dieu" au v. 17 ?

Qui premiers en taverne entra
Preudom fu et de Sainte vie ;
La gloire de Dieu a deservie.
Sire Dieus, et tu le reçois. (v. 36-39)9

  • 10 Ce texte a été publié par A. de MONTAIGLON, in Recueil général et complet des fabliaux... t. I, Pa (...)

19La Patrenostre du vin en fait n'est pas une prière, c'est le prétexte à rassembler quelques lieux communs de taverne. Quiconque aurait attendu une prière de demande d'un ivrogne, une prière d'action de grâce pour le bon vin ou une prière sur la récolte de l'année comme l'est dans une certaine mesure le poème "Du vin d'Ouan" de Guiot de Vaucresson10, aura bien été déçu.

20La Patrenostre d'amour, si elle est très différente de ton et de sujet, se présente de manière assez proche malgré tout. C'est aussi un poème en octosyllabes à rimes plates dans lequel se trouvent répartis les termes du Pater. La Patrenostre du vin était une chanson de taverne, la Patrenostre d'amour est une complainte amoureuse, fort belle d'ailleurs à plus d'un égard : S'il y a prière, ce n'est pas à Dieu qu'elle s'adresse, mais à la dame :

Sanctificetur. Douce dame.
Qui es sauveresse de m'ame,
Quant del cors me departira
Et li angeles l'en portera.
Dame, se deveniez m'amie,
Mout en seroit mieudre ma vie. (v. 13-18).

21On y lit une méditation, mais qui s'applique à la beauté de la dame :

Voluntas tua. S'est enclose
M'amor en vous. Comme la rose
Est sor toutes flors la plus bele,
Ausi estes vous, damoisele.
De toutes puceles la flor.
Et la plus belle et la meillor. (v. 37-42)

22ou des appels à la pitié, mais dans lesquels Dieu n'est que le témoin :

Debita nostra. Douce amie,
Por Dieu, le filz sainte Marie
Vous pri qu'aiez merci de moi (v. 59-61)

23Apparemment donc le cadre de la Patrenostre est, dans ce poème encore, totalement artificiel. Pourtant quelques passages méritent que l'on s'y attardent davantage : le Fiat voluntas tua enserre des paroles de soumission à la dame :

Fiat. Certes veraiement
Seroit fete delivrement
Vostre requeste, douce suer,
Se vous m'amiiez de bon cuer.
Commandez ce que vous plera
Et maintenant fet vous sera.
Jel di por voir, ma douce amie,
Sachiez de voir, je n'en ment mie,
Voluntas tua. (v. 29-37)

24L'on peut faire une remarque analogue sur les vers :

Et dimitte nobis. Por qoi,
Dame, n'avez merci de moi ?
Debita nostra. (v. 57-59)

25La formule du Pater demandant à Dieu son pardon, sa faveur, enserre l'appel à la pitié du poète à l'adresse de sa dame. Mais il serait vain de trop espérer de rapprochements de ce type. Ce n'était manifestement pas l'intention poétique de l'auteur qui n'a pas jugé bon de rapprocher, par exemple le sicut et nos dimittimus debitoribus nostris du pardon qu'il propose à sa dame, mais quarante vers plus loin, il écrit :

Mes quant vous plera, mon loier
Me sera bien guerredoné :
Tout le mal que j'ai enduré
Vous claim cuite por un besier,
Que ja n'en quier autre loier. (ν. 102-106)

26Faut-il en conclure qu'il n'a pas senti le parti qu'il pouvait tirer de son propos et qu'il ne s'est servi de la Patrenostre que comme d'un cadre poétique un peu renouvelé par rapport au salut d'amour habituel ?

  • 11 Cité et traduit par ILVONEN, op. cit. p. 48.

27En revanche, la Patrenostre de l'Usurier qui se présente d'une manière radicalement différente, mérite que l'on s'y attarde davantage. La Patrenostre farcie s'inquiétait, nous l'avons dit, du sort des avares. Ici ce sont les usuriers qui sont visés, évidemment ceux qui prêtent à des taux usuraires, mais aussi ceux qui perçoivent un simple intérêt : "Usura est peccatum in aliquo consideratum ex eo quod aliquid supra sortem recipit aut recipere intendit", c'est-à-dire : "L'usure est le péché que commet celui qui reçoit ou à l'intention de recevoir quelque chose en plus du capital prêté"11. Cette formule est de Robert de Courçon, le prédicateur auquel se réfère l'auteur du poème. C'est le premier aspect intéressant de cette Patrenostre :

Por chastoier la riche gent
Qui plus aiment or et argent
Qu'il ne font Dieu ne sainte Yglise,
Ai ci. I. poi m'entente mise
A rimoier et a conter
Ice que j'ai oï conter
A mestre Robert de Chorson,
A Paris, en. I. sien sermon,
Com fetement li userier
Va au moustier por Dieu proier. (v. 1-10).

28Il ne s'agit donc pas d'un badinage, mais d'une oeuvre qui se veut édifiante, d'un chastoiement, d'une illustration de la formule évangélique selon laquelle l'homme ne peut servir deux maîtres : Dieu et l'argent. Les sermons de Robert de Courçon ne sont pas conservés, mais l'on connaît par ailleurs la sévérité de cet ecclésiastique pour l'usure. Il n'y a donc aucune raison de mettre en doute la référence que donne l'auteur à son sermon, non plus que son intention édifiante, d'autant que les exempla de ce type en latin ne sont pas exceptionnels ; leur but est de montrer l'incapacité où se trouve l'homme trop attaché aux biens de ce monde de s'en détacher pour fixer son attention sur sa prière. Le cas de l'usurier n'en est en quelque sorte que le cas extrême, la caricature. Nous sommes donc bien devant une prière parodique, mais son but est moins la dérision que l'édification. Entre la capatatio benevolentiae que je viens de citer et la prière proprement dite, l'auteur prend le temps de camper son personnage : L'usurier se lève de grand matin, son premier soin est de vérifier s'il n'y a pas déjà un emprunteur à la porte ; puis il réveille sa maisonnée et donne l'ordre qu'on le vienne chercher à l'église si un client se présente :

Ainz venez erraument por moi
A cel moustier tout en reqoi.
Je n'i ferai pas grant demeure,
Quar l'en pert bien en petit d'eure."
(v. 21-24)

29Sur ces bonnes paroles, il se met en route et commence en chemin son oraison sans doute pour passer moins de temps à l'église. L'auteur ajoute encore un détail remarquable sur sa conduite ; il précise qu'au bout du chemin, en entrant à l'église, notre homme

Ses ieus de sa salive moille
Por ce que on le cuit plorer. (v. 100-101)

  • 12 Le chevalier au barisel, conte pieux du xiiie siècle, édité... par Félix LECOY, Paris, Champion, 1 (...)
  • 13 Il s'agit du ms du British Museum (cf. supra n. 1). A la place des deux derniers vers de notre tex (...)

30La notation n'est certainement pas gratuite. En effet, les larmes sont le signe de la contrition parfaite. C'est par exemple la leçon du Chevalier au Barisel dont une seule larme, signe de son repentir parfait, suffit à remplir le tonnelet12. Et, pour en finir avec la mise en scène de la prière de l'usurier, il faut dire que si le texte transmis par le manuscrit B.N. fr. 837 se termine sur les dernières paroles du mauvais chrétien, un autre manuscrit fournit une conclusion symétrique de l'introduction : la prière était précédée d'une présentation dans laquelle l'auteur proposait son intention et présentait son personnage ; ce manuscrit du British Museum conclut sur le retour de l'usurier chez lui et sur une morale qui le conduit tout droit en Enfer13.

31En tout cas, il est clair, pour notre propos, que la mise en scène de la prière est destinée à inciter le lecteur à en prendre au sérieux le contenu. Or voici l'essentiel de la méditation de l'usurier :

32- Il désire être le plus riche du monde :

Pater noster, biaus sire Diex
Quaz donez que je soie tiex
Que je puisse par mon avoir
Et le los et le pris avoir
De gaaignier et d'amasser
Tant que je puisse sormonter
Trestoz les riches useriers
Qui onques prestaissent deniers.
(v. 27-34)

33- il regrette d'avoir manqué une bonne affaire :

Miex amaisse que li moustiers
Et li prestres fussent fondu
Que g'i eüsse tant perdu. (v. 38-40)

34paroles édifiantes dans une méditation du Pater ;

  • Il se plaint que sa servante gaspille l'argent alors qu'il faut faire des économies sur la nourriture (v. 47-52, voir aussi la variante du ms de Londres).
  • il soupçonne sa femme de manger en cachette pendant son absence (v. 66-76)
  • il se réjouit en pensant à un bon payeur (v. 59-60) ; mais s'indigne des mauvais payeurs (v. 61-64) et s'inquiète de n'avoir pas pris de gages suffisants d'un emprunteur (v. 78-88).
  • il trouve stupide d'aller deux fois par semaine à l'église et estime que cela suffira jusqu'à Pâques (v. 89-93).

35Tout à ses soucis d'argent, en entrant dans le "moutier", lui qui était si pressé d'en finir, il reprend absurdement sa prière au commencement :

Pater noster qui est in celis.
Qu'est-ce ? sui je ore esbahis
Qui revueil recommencier fable ?
Ce soit de por le vif deable
Que or redi ce que j'ai dit.
I ai je donques tel délit
En toute jor recommencier ? (ν. 103-109)

36A partir de ce moment-là, le rythme de ses récriminations s'accélère :

  • il accuse sa femme de prêter de l'argent de son côté (v. 111-112) et sa servante de faire de même à un amant de rencontre (v. 113-116) ;
  • il se fâche contre le prêtre qui prêche et auquel il ne donnera rien (v. 117-126, mais cf. note sur le texte)
  • il maudit Robert de Courçon et ses semblables qui s'en prennent aux prêteurs (v. 127-132) ;
  • il proteste contre les juifs qui prêtent de leur côté (139-146) ;
  • il paie trop d'impôts (v. 147-152) ;
  • il a peur que la veille on ne lui ait donné de la fausse monnaie (v. 198-202) ;
  • il envisage de spéculer sur l'augmentation du coût de la vie :

In temptationem. Fourment
Enchierira, mon escïent :
Je deüsse emplir mes greniers.
Je sai bien que li tens ert chiers
Apres la feste saint Jehan
Assez plus que il n'est ouan. (v. 203-208)

  • il se plaint de ses voisins parce qu'il n'a rien à gagner avec eux (v. 210-214) ;
  • et, bien sûr, il quitte l'office avant la quête (v. 215-222).
  • 14 Et si l'on tient compte des suppléments des ms. britanniques, il faudrait ajouter que l'usurier pe (...)

37Tels sont les principaux sujets de l'édifiante méditation de l'usurier14. Il en ressort une impression d'incohérence, mais d'une incohérence toute entièrement orientée autour d'une idée fixe. Exaltations, lamentations, réflexions, plaintes, malédictions s'entrechoquent dans la tête de l'usurier, ce que l'auteur rend bien par le désordre apparent des propos, l'accélération de la pensée, mais aussi l'absurdité de la conduite de cet homme qui estime perdre son temps à l'église, tout en y demeurant plus qu'il ne voulait et en recommençant une prière à moitié récitée, incapable pourtant de se ressaisir lorsqu'il se rend compte de sa méprise. Bref, tout à son fantasme, il devient comme fou, ayant totalement oublié l'objet de sa démarche : une prière qui est devenue purement machinale, mécanique.

38Comme dans les cas précédents, les formules latines sont apparemment indépendantes du contexte. En fait, me semble-t-il, leur présence est tout à fait remarquable à cause précisément du ton de chastoiement que l'auteur a donné à son poème. Le mélange entre les paroles pieuses et les idées profanes n'est plus une simple dérision, un simple jeu ; il a un sens. L'usurier prie sans oublier un iota du Pater, mais son esprit est ailleurs, il prie des lèvres mais reste prisonnier de son vice. Il y a bien toujours caricature, mais elle est tragique ; c'est une méditation par antiphrase. L'effet de repoussoir entre les deux niveaux de texte est saisissant.

39Il n'y a pas à conclure après la lecture de ces quatre fausses prières. Tout au plus peut-on remarquer une fois encore la place que tient la poésie formelle au Moyen Age. La prière farcie, Patrenostre, Credo Ave, fournissait un moule apte à tout recevoir. Dans certains cas, Patrenostre du vin, Patrenostre d'amour, ce cadre nous a paru totalement artificiel, ce qui ne signifie pas que les oeuvres soient méprisables. En revanche, d'autres poètes plus adroits ont mieux su tirer parti de la forme qu'ils avaient choisie et dans une certaine mesure réintroduire une idée dynamique : la Patrenostre farcie est un exercice assez réussi, la Patrenostre de l'usurier par son thème, par sa portée, mais également par son écriture me paraît un poème à la fois très intelligent et, sous la dérision, très sérieux ; le sujet traditionnel qu'il développe n'est pas prisonnier de la forme qui le contient, il prend au contraire appui sur elle pour devenir sujet de réflexion et pour emporter la conviction : l'auteur n'avait-il pas annoncé qu'il écrivait

Por chastoier la riche gent
Qui plus aiment or et argent
Qu'il ne font Dieu ne sainte Yglise.

DISCUSSION

40J.C. PAYEN :

41Il entre dans la farcissure du Pater, à mon sens, une certaine part de goliardisme, d'ailleurs inscrite par l'allusion, dans La Paternostre du vin, aux "ribauts et gouliardos". Je voudrais d'autre part souligner l'excellence dramatique de ces textes, lorsqu'ils sont récités par un bon acteur qui sait mettre en relief l'embarras langagier (de l'ivrogne, de l'usurier...) qui ne parvient pas à fixer son attention sur la prière. La Patrenostre du vin est à cet égard un texte étonnant, qu'il faudrait jouer avec une voix avinée, et avec la mimique de 1'ivresse.

LA PATRENOSTRE FARCIE

I Pater noster doit chascuns dire
A Dieu et crier : Biaus douz sire.
Gardez noz ames et noz cors.
Qui es in celis haut la sus,
5 Tu connois bien chascun ça jus
Et par dedenz et par defors.

II Sanctificetur nomen tuum.
Quar il n'est nus, soit fame ou hom.
S'a toi de cuer adveniat
10 Qu'il ne gaaint regnum tuum ;
S'il humilie cor suum,
Tu li diras tantost : fiat.

III Voluntas tua est molt droite :
Le salu de chascun covoite,
15 Aussi du povre com du riche,
Sicut in celo et in terra.
Ja nus enz es cieus n'enterra
Qui le cuer ait aver ne chiche.

IV Panem gardent trop li riche homme ;
20 Nostrum ne lor lest prendre somme,
Quar adès acroistre le vuelent
Anui ont cotidianum,
Bien se travaillent in vanum,
Qu'a la mort rien porter n'en pueent.

V 25 Va ne maint mes en cest païs.
Que de nobis est si haïs
C'on l'a tout perdu hodie.
Et dimitte l'en a chacié,
Qui nobis a le cuer lechié
30 In hac valle miserie.

VI Debita nostra sont molt grandes :
Ce font li vin et les viandes
Que chascun jor volons avoir.
Il n'est nus hom, sages ne sos,
35 S'il despendoit sicut et nos
Qu'il ne dëust molt grant avoir.

VII Sire, qui es piissimus,
Envoies nous dimittimus,
Que nous en aurions mestier ;
40 Si mandez debitoribus
Que ja a credetoribus
Ne pait maaille ne denier.

VIII Nostris seroit bien avenu,
Lié seroient jone et chanu
Inclinatis capitibus.
Et ne noi, por nostre mesfait,
45 Inducas en enfer le lait,
Peccatis exigentibus.

IX Secor nous in temptationem
50 Que ne perdons mansionem
De toi demonis artibus.
……………………….
……………………….
……………………….

X 55 Nous qui nous savons entechiez
Devrions gehir noz pechiez
Dedenz le mois.VI. foiz ou,VII.,
Dont seroit l'ame libera,
Si voleroit per. Aera
60 Devant Dieu tout pur et tout net.

XI Quant nos vendrons en cel osté
A malo serons bien osté,
Sanz fin troverons solamen ;
Quar Dieus i maint et tuit si saint,
65 Et por ce qu'il nous i amaint
Si en die chascuns : amen.

Explicit la Patrenostre farsie.

28 : ms : quaissié
48 : ms : exlentibus
61 : ms : nous

LA PATRENOSTRE DU VIN

Pater noster, biaus sire Dieus,
Quant vins faudra ce ert granz deuls :
Toutes joies, toutes valors
Seront en lermes et en plours.
5 Qui es in celis. Clerc et lai
Ne diront jamès son ne lai.
Quar en vin a trop de déduis :
Vins fet les sons et les conduis.
Sanctifecetur Li bons vins
10 Que je bui l'autrier a Provins
Me mist au fons de mes greniers.
Nomen tuum. Li taverniers
Au departir m'atorna tel
Qu'il me geta de son ostel.
15 Adveniat. Se j'ëusse auques,
Il ne m'en getast devant Pausques.
Fiat. Par Dieu, je li ai saus
Por. XXII. deniers. II. saus.
Voluntas tua. Molt me grieve,
20 A poi que li cuers ne me crieve.
Sachiez bien. Sicut in celo.
De son ostel pas ne me lo,
Ainz m'en plaing molt. Et in terra.
S'il i gaaingne, il le verra.
25 Panem nostrum. J'ai trop mal dit,
Quant il m'estrait sanz contredit
Le bon vin qui la dolor m'oste ;
Dont ne doi je bien a mon oste,
Cotidianum, baillier gage.
Da nobis hodie. Domage
Ne li doi fere ne anui,
Quar tout le bien me vient de lui.
Et dimitte nobis. Seignor.
El monde n'est joie greignor
35 Que de vin. Debita nostra,
Qui premiers en taverne entra
Preudom fu et de sainte vie ;
La gloire Dieu a deservie.
Sire Dieus, et tu le reçois,
40 Sicut et nos. Je vois ainçois
En la taverne qu'au moustier.
Dimittimus. J'ai grant mestier.
Debitoribus. Aprendez,
Nostris, a manoier. III. Dez
45 Et je vous di par fin couvent
Que vous serez de nostre gent.
S'aus.III. dez vous poez amordre
Par tens porrez entrer en l'ordre.
Et ne nos inducas. Enive
50 Vous doinst Diex de mener tel vie,
S'irez en langes et deschaus
Et par les froiz et par les chaus.
In temptationem. Bone gent.
Je n'ai cure de grant argent,
55 Despendez largement le vostre.
Chacun jor ceste patrenostre
Di je por toz cels qui bien boivent
Ribaut et gouliardois doivent
Par le païs tels,c. deniers
60 Dont a paier ert li premiers,
En bors n'en chastiaus n'en citez.
Et s'il n'estoient aquitez,
N'en donroie pas un poil d'herbe.
Li vilains dist en son proverbe
65 Que de grant folie s'esmaie
Qui bien acroit et rien ne paie.
Et se male flambe ne m'arde,
A ces paroles prent je garde.
Je vueil estre toz rez a rez ;
70 Un platel et.III. dez quarrez
Afiert a gent de mon mestier.
Sed libera nos,..I. sautier,
Au matin quant je leverai,
Por toz les vingnerons dirai,
75 Por les cés que il ont plantez,
Ou il croist des bons vins assez.
Quar je ne voi abé ne moine
Ne clerc ne prestre ne chanoine.
Frère menor ne jacobin,
80 Qui tuit ne s'accordent au vin ;
Neïs li petit enfançon
I tendent sovent le menton.
Et puis que trestuit l'ont si chier.
Je m'i redoi bien afichier
85 Et je li done m'amor fine.
Amen, ma patrenostre fine.
Explicit la Patrenostre du vin.

LA PATRENOSTRE D'AMOURS

Pater noster. Diex ! por m'amie
Qui m'a mis en si dure vie
Que je ne puis a li parler,
He ! Dieus, qui m'i porra aller
5 Et dire li que je li mant
Que je sui son leal amant ?
Qui es in celis. A grant paine
Me tieng,I. jor en la semaine
De li veoir ou tempre ou tart ;
10 Si m'est avis, quant je me part
De li, que je doie morir ;
Mès toz jors me covient soufrir.
Sanctificetur. Douce dame.
Qui es sauveresse de m'ame,
15 Quant del cors me départira
Et li angles l'en portera,
Dame, se deveniez m'amie,
Molt en seroit mieudre ma vie.
Nomen tuum. Veraiement
20 M'est vis qu'ele est apertement
La plus bele ; droiz est qu'el l'oe ;
Autressi fet le jor l'aloe ;
Que la chose c'on aime bien
Doit l'en loer sor toute rien.
25 Adveniat. Diex, que ferai ?
Por sa tres grant biauté morrai.
Je le sai bien. Regnum tuum.
Vers li n'ai pas le cuer felon.
Fiat. Certes veraiement
30 Seroit fete delivrement
Vostre requeste, douce suer.
Se vous m'amiiez de bon cuer.
Commandez ce que vous plera
Et maintenant fet vous sera.
35 Jel di por voir, ma douce amie,
Sachiez de voir, je n'en ment mie.
Voluntas tua. S'est enclose
M'amor en vous. Comme la rose
Est sor toutes flors la plus bele,
40 Ausi estes vous, damoisele.
De toutes puceles la flor,
Et la plus bele et la meillor.
Sicut in celo. J'ai esté
Et maint yver et maint esté
45 En grant paine por vous servir.
Il n'a dame de si a Tyr
Ne contesse, ne chastelaine
Por qui j'empresisse tel paine.
Et In terra Sor toute gent
50 Avez le cors et bel et gent.
Ce m'est avis. Panem nostrum.
Je di voir. Cotidianum.
Vous estes del mont la plus bele ;
Ainc Diex ne fist tel damoisele.
55 Mon cuer si est toz jors fié
En vous. Da nobis hodie.
Et dimitte nobis. Por qoi.
Dame, n'avez merci de moi ?
Debita nostra. Douce amie,
60 Por Dieu, le filz sainte Marie,
Vous pri qu'aiez merci de moi,
Quar je vous aim en bone foi.
Sicut et nos. Amie chiere,
Quar vueilliez oïr ma proiere.
65 Dimittimus. Se je estoie
Rois de France et je pooie.
Si seriez vous, ma douce dame.
Garde de mon cors et de m'ame.
Debitoribus. Nule chose,
70 Tant fust dedenz mon cuer enclose
Ne tant i fust :parfont plantée,
N'osteroit de vous ma penssee.
Nostris. G'i ai greignor fiance
Qu'en toutes les dames de France.
75 Et ne nos inducas. Forment
Sui chascun jor en grant torment,
Quar quant je voi ces damoisiaus.
Qui tant sont avenanz et biaus,
Et jes voi devant moi aller
80 Et a lor amies parler
Et je ne puis fere autressi,
Por poi que ne me fent par mi
Le cuer, tant sui en grant esmai.
Merci vous pri de cuer verai :
85 Regardez ceste creature
Qui tant maine aspre vie et dure.
In temptationem. Amie,
Vous estes ma mort et ma vie.
Se j'estoie lasus el ciel
90 Avoeques l'angle saint Michiel
N'auroie je pas si grant joie
48 : ms : jentresisse ; corr. Ilvonen
72 : ms : nesteroie ; corr. Ilvonen
Comme se vostre amor avoie.
Sed libera nos. Plus de paine
Ai ëu en une semaine
95 Por vous servir et honorer
Que nus hom ne pëust pensser.
Et ferai voir tant con vivrai.
Ne ja ne m'en repentirai,
Ainçois morrai tout en priant ;
100 Si m'en loeront li amant.
A malo. Ne sai plus proier.
Mès quant vous plera, mon loier
Me sera bien guerredoné :
Tout le mal que j'ai enduré
105 Vous claim cuite por un besier.
Que ja n'en quier autre loier.
Amen. Que Diex l'otroit ainsi.
Et en la fin vous cri merci.
Explicit la Patrenostre d'amors.

LA PATRENOSTRE A L'USERIER

Por chastoier la riche gent
Qui plus aiment or et argent
Qu'il ne font Dieu ne sainte Yglise,
Ai ci,I. poi m'entente mise
5 A rimoier et a conter
Ice que j'ai oï conter
A mestre Robert de Chorson,
A Paris, en,I. sien sermon.
Com fetement li userier
10 Va au moustier por Dieu prier.
Li useriers est main levez,
Trestoz ses huis a desfermez
Por savoir s'aucuns i venist
Qui deniers emprunter vousist.
15 Lors se chauce, si s'apareille.
Sa fame et sa baiasse esveille :
"Levez tost sus, jel vous commant.
Et s'il vient ceenz qui demant
Deniers a emprunter sor gage,
20 Gardez que n'i aie domage ;
Ainz venez erraument por moi
A cel moustier tout en reqoi.
Je n'i ferai pas grant demeure,
Quar l'en pert bien en petit d'eure".
25 A tant s'en ist de sa meson.
S'a commencïé s'oroison :
Pater noster, biaus sire Diex,
Quar donez que je soie tiex
Que je puisse par mon avoir
30 Et le los et le pris avoir
De graignier et d'amasser
Tant que je puisse sormonter
Trestoz les riches useriers
Qui onques prestaissent deniers.
35 Qui es in celis. Molt me poise
Que je n'i fui, quant la borgoise
Voloit emprunter les deniers.
Miex amaisse que li moustiers
Et li prestres fussent fondu
40 Que g'i ëusse tant perdu.
G'i ai perdu, jel sai sanz faille,
Le vaillant de. II. et maaille ;
El voloit emprunter cinc sous.
Je puis dire que je sui fous
45 Quand je vois a autrui moustier
Ou je ne puis rien gaaingnier.
Sanctificetur. Trop me grieve
Que ma meschine est si esmievre
De mon argent issi gaster ;
50 Mès ele me puet si haster
Qu'ele n'avra de tout cest mois
Au feu c'un petitet de pois
Je despent trop, si faz folie ;
Mie us me vendroit mengier boillie
55 Que je gastaisse mon argent.
Comme cele autre foie gent
Qui achatent les venoisons.
Les chars salées, les poissons.
Nomen tuum. Je claim tout quite
60 Celui qui envers moi s'acuite.
Et cil qui ne me veut paier,
Ainz voudroit toz jors delaier
Tant que j'aie oublïé la dete.
C'est cil qui plus vers moi s'endete.
65 Adveniat regnum tuum.
Retorner vueil a ma meson
Por savoir que ma fame fait,
Quar je sai bien tout entresait
Que ele a geline ou poucin
70 A son mengier chascun matin
Toutes les eures qu'en est tens.
Mès se g'i puis venir a tens
Je la batrai tant d'une astele
Que je ne cuit qu'ele soit tele
75 Qu'ele face de son mangier
Dès or en avant nul dangier,
Fiat voluntas tua.
Li chevaliers qui me paia
Qui me devoit,L. livres
80 N'est encore mie délivres.
Qu'il m'en doit près de la moitié ;
Et si ne l'ai pas oublié.
Que puis je perdre ? J'ai sa foi,
Quar je l'en pris de lui par foi,
85 Que il dedenz un mois passant
M'aporteroit le remanant.
Mès ilueques ne fui pas sage,
Quar je en ai molt mauvès gage.
Sicut In celo. C'est grant paine
90 D'aler. II. foiz en la semaine
Au moustier quant il est trop loin ;
Certes j'aurai molt granz besoins
Se je i vois mes jusqu'à Pasque ;
A tant en ai prise ma tasque
95 Se j'en estoie revenuz.
A tant est ou moustier venuz.
Puis se saine et entre dedenz
Et dist souef entre ses denz
Ses oroisons et s'agenoille ;
100 Ses ieus de sa salive moille
Por ce que on le cuit plorer.
Puis a commencié a orer :
Pater noster qui es, in celis.
Qu'est-ce ? sui je ore esbahis,
105 Qui revueil recommencier fable ?
Ce soit de par le vif deable
Que or redi ce que j'ai dit.
I ai je donques tel délit
En toute jor recommencier ?
110 Il pert que je vueille tencier.
Sanctificetur. Trop sui ci.
Ma fame fet son prest par li ;
Ma meschine tout ensement
Represte par li mon argent
115 Qu'ele despent et done tout
A,I. pautonier qui la fout.
[Nomen tuum. Que senefie
Que nostre prestres si haut crie ?
Il est feste, si con je cuit.
120 Li pain au prestre sont tout cuit :
Il avra ja mout grant offrende.
Mais male passions m'estende
Se je hui mès i vois offrir :
Je ne porroie pas soufrir
125 Que j'ofre a prestre n'a autel
Fors qu'a Pasques ou a Noël]
Adveniat regnuum tuum.
Qui est cil Robers de Corchon
Qui si va cest païs cerchant
130 Et par ces viles va prechant ?
Cuide nous il si par sa guile
Escillier et chacier de vile ?
Fiat voluntas tua.
Mal dehez ait qui lessera
135 Por lui ne por autre a prester
S'il trueve qui vueille emprunter :
Lest moi ester, si penst de soi.
Je pensserai mout bien de moi !
Sicut in celo. Li Gïeu
140 Font ore durement lor preu,
Quar il prestent communément
lor deniers a toute la gent,
Si ne truevent qui mal lor die.
Certes j'en ai mout grant envie
145 Que je ne puis autressi fere.
Molt en alast mieus mon afere.
Et in terra. Trop me travaille
Li rois qui si sovent me taille.
Mès s'il finast vers moi la guerre
150 Je cuideroie bien conquerre
En assez petit de termine
D'or et d'argent plaine une mine.
Panem nostrum. Dame Hersent
Ne me fist pieça nul present.
155 Mes se j'avoie a li conté
Je li rendroie la bonté
Que de. V. sous trestoz entiers
Que je li prestai volentiers
En rendera.VII. et demi
160 Ainz que viengne la saint Remi.
Cotidianum. A grant paine
Truis je homme qui ne se paine
Toz jors de vers moi mesconter.
Mès j'apris pieça a conter,
165 Si sai mes detes embriever.
Nus ne me porroit tant haster
Que je devant,XL. mois
I perde le vaillant d'un pois.
Da nobis hodie. Piece a
170 En non Dieu que je vinq or ça
Je m'en redoi or bien râlez
Je porroie trop demorer
Et dimitte nobis
En maint porpens a son cuer mis
175 Li usuriers qui james n'iert
Saoulez d'amassez deniers.
Debita nostra. Qui eüst
Tant corn contez peust
En peust prester a grant monte
180 Et puis ne fust ne roi ne conte.
Qui usuriez vous ist taillier
Lors porroit assez gaaignier
Sicut et nos dimittimus.
Vers moi ne se prist onques nus,
185 Tant fust ne si riches ne cointes.
Qui s'en alast coroies jointes.
Et s'il me crut isnel le pas
Qu'il ne venist du trot au pas.
Debitoribus nostris.
190 Il n'a gueres en cest païs
Ne vavassor ne chevalier
Qui ne me doie aucun denier ;
Dont je serai mout bien paiez.
Je n'en sui gueres esmaiez.
195 Quar tels en est ore eritez
Qui en sera deseritez.
Diex et ne nos inducas.
Je pris ersoir molt deniers quas,
Si en i a de faus, je cuit.
200 Dehez ait prendre par nuit
Denier ne gage de nul homme,
S'il ne le fet a molt preudomme
In temptationem. Fourment
Enchierira, mon escïent :
205 Je dëusse emplir mes greniers.
Je sai bien que li tens ert chiers
Après la feste saint Jehan
Assez plus que il n'est ouan.
Sed libera nos a malo.
210 Je n'ai voisin dont je me lo,
Quar je ne gaaingne a els rien.
Si me heent tuit por le mien.
Por la mort Dieu, a els que monte,
Se je prest mes deniers a monte ?
215 Amen. Je m'en vueil retorner.
Nostre prestre veut sermoner
Por trere nostre argent de borse ;
Mes ainçois auroit un pet d'orse
Qu'il ait du mien por tel abet
220 Tant ne chanteroit en fausset.
Le vaillant d'une poitevine ;
Je la donroie ainz a la bine."
Explicit la Patrenostre a l'usurier.

42N.B. Les variantes des ms de Londres et de Cambridge sont reprises de l'édition d'Ilvonen.

43v. 1 ms Pater noster la riche gent ; corr. Ilvonen

44v. 48 ms meschiene.

45v. 52 les ms du British Museum (ms. Harl. 4333) et de Cambridge (Trinity College 0.2.45) ajoutent ici les vers

Ou por ree de vieus cresson
Et un petit de mon bacon.

46v. 54, de même

D'un poi de farine pilee
Et avoir grosse borsse enflee.

47v. 64, de même

Tant con je voi que il a rien
Dont il me puist paier le mien
Ne li quier ja nul ennui faire.
Car bien tost veudra a mal traire.

48v. 76, de même

Si li cuit si les cles garder
Ja tant ne se savra pener
Qu'el ait del mien, se le ne m'emble.
Le vaillant d'un denier ensamble.

49v. 112, de même

J'i ai domage, je sai bien.
Car je i pert, si n'i gain rien.

50v. 116 : fout gratté sur le ms

51v. 117-126 reprennent dans notre ms les v. 59-68 ; j'emprunte ici le texte du ms de Londres.

52v. 130 ms peschant

53v. 136 les 2 autres ms ajoutent ici

Je ne vueil pas morir de faim
Por le dit d'un fol chapelain !

54v. 150, de même

Que n'avroit homme en tot le mont
Plus eüst deniers en un mont ;
Car tant seulement a prester
Cuideroie bien conquester

55v. 169 sqq. on lit dans les autres ms

Da nobis hodie. Pieç'a
Que je m'esmui por venir ça
Je m'en deüsse aler ariere
Car je cuit que ma chamberiere
Ne me querroit ne tant ne quant
Por nul homme qui me demant
Qui vousist emprunter ne rendre :
Je porroie bien trop atendre.

56v. 173 sqq, le ms de Londres porte

Dimitte nobis. Ce est voir :
Escharni m'ont blanc moine et noir
Qui tant ont a moi emprunté.
200 Onques encore lor bonté
N'oi le vaillant d'une escaloine.
Mal dehez ait acorz de moine.
Qu'il ont meinz hommes decëuz ;
204 Je m'en sui bien apercëuz.
(le texte de Cambridge est très proche)

57v. 177 sqq. le ms de Londres propose

Debita nostra. Orendroit
Combien monte ce c'on me doit ?
Est ore mes chatieus doublez ?
O il, car seulement de blez
Ai je presté dis et set muis
Aus besongneus, car mout en truis.
S'ivers ëust plus lons esté
Et ëust chierté plus duré
Meint homme en fust povres et chiches
Et je fusse toz jors mais riches.

58Le ms. de Cambridge donne :

Debita. nostra. Ke deit
Cum bien amunt ke l'en me deit
Est ouan mun chatel trebblé ?
Oil, ke sulement de blé
Ai jeo tant ouan apresté
A gent ke le unt demandé
Ke bien unt cest ivern enduré
Mes si chierté ust plus duré
Meint homme en fust povres et chiches
Et jeo fusse tuz jurz mes riches.

59v. 189 : ms : Et debitoribus

60Voici à titre de curiosité, un texte du xve ou du xvie siècle (dont la référence m'a été aimablement communiquée par Robert Deschaux) retranscrit d'après l'édition de Crapelet tirée à 57 exemplaires le 30 avril 1847 [B.N. réserve Ye 4550]

61Sous la cote B.N. réserve Ye 4551, est conservée une autre édition de Berne, chez l'Orso, s.d. "Suivant la copie imprimée M.C. XL".

Pater nostre très glorieux
Nostre Saulveur, comme je croy.
N'oublie pas les veroleux
Qui dresent leur prière a toy
Qui es in coelis.

Sire, nous souffrons de grans maulx ;
Et croy, si ne nous amendons
De nos pechez et nos deffaulx,
Fauldra par force que ton nom
Sanctificetur.

Les médecins ny voyent goutte
Et ne nous laissent ung denier
Et nous avons si fort la goutte
Que presque nous fault regnier
Nomen tuum.

J'ay essayé maint medecin
Autant que jamais jeune filz,
Et si ay ulcerez sans fin ;
Encore ne doubte que pis
Adveniat.

Nous te disons tout nostre cas ;
Donne nous donc ce qui nous fault
Non pas au ciel, mais icy-bas ;
Car tu gardes bien le tres hault :
Regnum tuum.

Mais tu t'en ris et nous escouttes ;
Et nous souffrons en ce martyre
(Des) rognes, chancres, gales et gouttes,
Tant que en la fin nous fauldra dire :
Flat voluntas tua.

Si l'on avait jamais la guerre
[……………………]
Je croy que ça bas à la terre
Feroit aussi bon habiter
Sicut in coelo.

Ne sçay si ce mal vient des femmes.
Accolé en avons de belles,
Chamberières, bourgoises (et) dames
Sur les bancs et les escabelles
Et in terra

Si bien nos plaisirs avons prins
Sans avoir crainte ne malheur
Maintenant mangeons, en mespris
En povreté, honte et dolleur,
Panem nostrum

Et si c'estoit fièvre quartaine
Demy jours (en) repos nous laisseroit,
Pour reprendre un peu nostre halaine
Mais ce villain mal cy nous hait
quotidianum

Si tu as point quelque oignement
Pour nous bien guerir et soubdain,
Je te supplie très humblement
Que n'actendes point à demain ;
Da nobis hodia

Sans faire a personne de tort,
Donne-nous, par ta grant bonté,
Ung beau saufconduit contre mort ;
Avec force argent et santé
Dimitte nobis

Des mis(s)es avons faict pour tien
Si grandes qu'au vray l'essayer,
Si nous vendons tout nostre bien
A grant peine pourrons payer
Debita nostra

Si ceste infame maladie
Venoit à tous en general
Point ne en porterions envie
Quant ung chacun auroit du mal
Sicut at nos

Nous voyons vouluntiers les dames
Et les faisons bien festoyer
Mais, quant sont villes et infames,
Je ne les osons pas toucher :
Dimittimus

Nous empruntons aux Allemans
Ne nous en chault mais je en aye,
Argent pour avoir oignemens ;
Nous faisons respondre de paye
Debitoribus nostris

Nous faisons veulx a sainctz et (à) sainctes
Pour garder nostre humanité
Et faisons a ton filz nos plainctes :
Mais si ne veult qu'ayons santé
Et ne nos

Il y a des femmes joyeuses
Et des autres qui sont rebelles
Et la plus part sont amoureuses ;
Mais nous te prions que les belles
Inducas in tentationem

Il y en a des verolleuses
Ou bien gouteuses pour le moins ;
Je te supplie, de ces rongneuses
Ne nous metz pas entre leurs mains,
Sed libera nos a. malo

(Or) te supplions ainsi que soyons a delivre
Et nous gard(e) place en paradis,
Et en ce monde nous delivre
Et que ne seyons plus icy
Amen.

Notes

1 Cf. Olga DOBIACHE-ROJDESVENSKY, les poésies des Goliards, Paris, Rieder, 1931. Voir aussi, sur un plan plus général : Francesco NOVATI, La parodia sacra nelle littérature moderne, in Studi critici e litterari, p. 177-310, Turin, 1889.

2 Ce manuscrit a été reproduit en fac-simile par Henri OMONT, Paris, 1932.

3 Voir ces textes en annexe. Ils ont déjà été publiés par Eero ILVONEN, Parodies de thèmes pieux dans la poésie française du Moyen Age, Paris, Champion, 1914. La Patrenostre a l'usurier se trouve également dans les manuscrits de Londres, British Museum, Ms Harléien 4333, fol. I07r°-108v° et de Cambridge, Trinity College, 0.2.45, p. 324-327.
La Patrenostre farcie se trouve également dans le manuscrit, B.N. fr. 15545, fol. 14 r°.

4 Sur la question du bi-linguisme, voir Paul ZUMTHOR, Un problème d'esthétique médiévale : l'utilisation poétique du bilinguisme, in le Moyen Age, T. LXVI, 1960, p. 301-356 et 561-594.

5 Panem gardent trop li riche homme ;
Nostrum ne lor lest prendre somme,
Quar adès acroistre le veulent, (v. 19-21)
ILVONEN (op. cit. p. 149) propose de comprendre : "Les gens riches gardent trop de richesses pour eux ; nos biens ne leur donnent aucun repos (parce qu'ils les convoitent), car ils veulent constamment augmenter les leurs".

6 cf. ILVONEN, op. cit. p. 145.

7 Il n'est nus hom, sages ne sos
S'il despendoit sicut et nos
Qu'il ne deüst mout grant avoir, (v. 34-36)
Dans ce dernier vers, "avoir" est substantif (ILVONEN, op. cit. p. 149).

8 ILVONEN (op. cit.) p. 144 signale pour les formules latines qui n'appartiennent pas au Pater les sources suivantes :

  • V 11 : Cor suum rappelle ce passage de l'office de Sainte Cécile : "Fiat cor meum secundum cor tuum"
  • v 23 : in vanum "provient directement du premier verset du psaume CXXVII : Nisi Dominus domum aedificat in vanum laboraverunt"
  • V 45 : inclinatis capitibus est à rapprocher de Jean XIX, 30 : et inclinato capite emisit spiritum.

9 Faut-il ajouter un "par Dieu" au v. 17 ?

10 Ce texte a été publié par A. de MONTAIGLON, in Recueil général et complet des fabliaux... t. I, Paris, 1872, p. 140-144. Il commence ainsi :
Biaus Diex, rois debonere.
Qui le pooir avez de fere
Vostre plesir communaument,
Puis vostre resuscitement
Ne feïstes tele vingnée
Comme ele est ouan devinée.
Chascuns dit, et je m'i acorde,
Que vin sont dur et de mal orde,
Pou plesant et mal acuillable.
Virge pucelle et amiable,
Por nous toz soliiez prier
Nostre Seigneur, qui oublier
Nous veut, dame, bien le savons.
Se par vous sa grâce n'avons,
Hé, mere Dieu, comment vivront
Marcheanz qui tels vins bevront.

11 Cité et traduit par ILVONEN, op. cit. p. 48.

12 Le chevalier au barisel, conte pieux du xiiie siècle, édité... par Félix LECOY, Paris, Champion, 1967, v. 878-908.
Pour l'importance des larmes, voir la thèse de Jean-Charles PAYEN, Le Motif du repentir dans la littérature française médiévale, Genève, Droz, 1968, passim. Le critique rappelle un "curieux texte de Robert de Courçon sur Yves de Chartres" qui avait absout une jeune fille incestueuse au vu de ses larmes, mais renvoyé le père coupable sans absolution parce qu'il n'avait aucune trace de repentir (op. cit. p. 74-75).
L'auteur de notre Patrenostre serait-il un disciple si attentif de Robert de Courçon ?

13 Il s'agit du ms du British Museum (cf. supra n. 1). A la place des deux derniers vers de notre texte, on lit :
Qui vailent un estront de jument
Or penst don crier durement.
Puis le poème continue ainsi :
A tant s'est retornez ariere
Li vilains qui en tel meniere
A finee sa paternostre.
Ja Diex ne seint Perre l'apostre
Ne l'an rende ja guerredon
………………
De pechié qu'il unques feïst
Se il l'usure ne guerpist.
Et s'il ne rent a son povoir
Ce que il a d'autrui avoir
Par usure qui tot devore.
La male paissions l'acore ;
C'onques encor porciaus rostiz
Ne fu en tel guise farssiz
Com cist a s'oroison farssie.
La male passions l'ocie,
La male morz le puisse estendre
Tant que l'autrui li face rendre.
Car icil qui l'usure prent
Et vesqu en a longuement
Destruit s'amme sanz nul rachat ;
Ne valent pas la pel d'un chat.
(cité par ILVONEN, p. 76).
Un Credo à l'usurier qui se trouve aussi dans le manuscrit 857 de la B.N. montre une mort dramatique d'usurier. Le prêtre qui voudrait amener ce pénitent à une bonne mort lui demande de réciter son credo. L'usurier meurt au moment où, prononçant les mots (Credo in)vitam eternam Amen, il exige qu'on lui apporte son argent :
Lors s'escria par mout grant ire :
"Vitam. Ma borse m'aportez,
La plus grant, et -si la metez -
Etarnam- lez moi a la terre !"
Lors se retorne et les denz serre.
Se li parti l'ame du cors.
Tout maintenant qu'ele fu hors
Si l'en porterent li deable.
Amen, en enfer pardurable
ou ele avra sa livroison.
(v. 236-245, cf. ILVONEN, op. cit. p.102)

14 Et si l'on tient compte des suppléments des ms. britanniques, il faudrait ajouter que l'usurier pense de nouveau à ses débiteurs, et en particulier aux moines auxquels il a trop prêté, qu'il craint que l'on ait omis de venir le chercher s'il y avait un client, qu'il essaie de faire ses comptes et qu'il regrette que l'hiver n'ait pas été plus rigoureux car il aurait pu de la sorte spéculer davantage sur le prix du blé.

Notes de fin

* Voir les textes en annexe.

Auteur

Université d'Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter