Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

Les prières dans les Faictz et Dictz de Molinet

Monique Santucci

Texte intégral

  • 1 Dr A. Carrel La Prière, Plon 1944.
  • 2 Jean Molinet, les Faictz et dictz, ed. N. Dupire t I, II, III, S.A.T.F. Paris, 1936.

1"Les prières qui s'élèvent, comme une grande nuée, de la surface de la terre diffèrent les unes des autres autant que diffère la personnalité de ceux qui prient"1.Telle est la constatation que faisait, il y a une quarantaine d'années, celui qui passa, sa vie à étudier "l'homme, cet inconnu". Pourquoi alors, suivant cet illustre exemple, n'essaierait-on pas de découvrir la personnalité de Molinet à travers les prières qui montent de ses Faictz et Dictz2

2Prières nombreuses et variées ; présentes non seulement dans les poésies dites "religieuses", mais encore dans les poèmes de "circonstance" et dans les poésies "familières". On entend des "oraisons" (p. 443, 457 sq.), un "sermon", un "Veni Creator" (p. 361), un "Benedicite" (p. 624), un "Credo" (p. 778), des litanies (p. 548) et deux fois un De Profundis (p. 435 et p. 809), sans parler ici ou là des extraits de psaumes ou d'autres textes sacrés, en latin ou en français.

3Qui sont les orants ? Vers qui montent les prières ? Que demandent-ils et comment Molinet formule-t-il ces requêtes ?

***

4La variété des orants et des priés constitue un premier sujet d'étonnement. Des allusions au monde mythologique montre Phaèton qui prie Apollon, "vray père de vie... dieu de sapience ; (p. 707) et Noblesse qui désespérée d'avoir perdu le grand duc, Philippe Le Bon, supplie les Dieux antiques, tels qu'Eole (p. "38 v. 17) et Neptune (v. 25) de venir la soutenir. Molinet rappelle qu'avant l'ère chrétienne, le "grand roy Alexandre, par effusion de prière, avoit obtenu les respons des arbres, du soleil et de la lune. (p. 238)

  • 3 cf. ms 3142 de la Bibliothèque de l'Arsenal
    cf. S. Glixelli, les cinq poèmes des trois morts et des (...)

5Dans son oeuvre se poursuit le dialogue entre les morts et les vifs commencé au xiiie siècle3 le duc Philippe se tourne vers les lecteurs de son épitaphe, (p. 35, v. 36), et Simon Marmion, le prince des enluminures, vers ceux qui viennent contempler ses oeuvres, dans la chapelle de Saint Luc, patron des peintres, (p. 825). Marie "d'Ostrisse", morte à vingt-cinq ans en laissant deux jeunes enfants, ne prie que son mari, Maximilien, mais en des termes empreints d'une grande émotion (p. 177).

6Tout ce qui vit ici-bas formule des prières, depuis les pastoureaux jusqu'aux bêtes, en passant par de curieux personnages. Les pastoureaux supplient "le plus puissant arbre des arbres" en joignant les mains (p. 238). Un "bon gallant", après s'être confessé "dévotement" bat sa coulpe et prie Dieu de lui donner l'absolution (p. 701 v. 578). Les mendiants de l'ordre de Belistrie, eux aussi, implorent Dieu, bien que leur confrérie fût plus "orde" que "ordre" (p. 725). Quant au dévot frère Billouart, il préfère, à la fin d'un étrange sermon demander aux femmes de prier pour lui, tandis que lui priera pour elles. (Il priera pour qu'elles aient "au bout de neuf moys" "un beau poupart sur les bras' !) (v. 268) (p. 558). Chez les animaux, un "cat nonne dévôt et sage" s'endort en "disant ses patrenostres" (p. 740, V.36).

7Enfin, même les allégories se mettent à prier : Guerre, à la fin de son testament, "laisse à Dieu, s'il le voeult prendre (son) âme. (p. 717 v. 9) ; Justice, dans le temple de Bonne Espérance, implore la pitié de Dieu, mais aussi des rois de France et d'Angleterre (p. 159) dans une longue "oraison" (p. 161 v. 52). Et Noblesse, non seulement appelle les dieux mythologiques mais encore toute la nature, les fontaines et les oiseaux (p. 39)

  • 4 Nous devons cette précision à M. Pierre Rezeau.

8Molinet ne s'efface pas toujours devant les hommes illustres ; il lui arrive, en son propre nom, de rédiger des suppliques. Le chanoine Molinet dit son Pater Noster (p. 491), "requiert" le "Prince éternel en trinité" (p. 444). Il compose des oraisons à la Vierge Marie (p. 457 - 490), à Madame "saincte Anne" (p. 499) à des saints individuels comme par exemple, "sainct Gabriel" (p. 505), "sainct Adrien" (p. 506), révéré dans la région de Tourna4 et, en faveur de tous les saints, il entonne des Letania Minor (p. 548).

9Le chroniqueur officiel de la Maison de Bourgogne demande à Dieu d'intervenir en faveur d'Albert, duc de Zassen (p. 366), d'Englebert de Nassau (p. 398), de Philippe de Castille (p. 415) et il fait monter vers Dieu un hymne d'allégresse pour la "Nativité de Mgr le duc Charles, en 1500. Le poète va même au "temple de Mars", mais pour y offrir "des loups, lions et lupars" (p. 66 v. 35), animaux particulièrement cruels. Attiré par les plaisirs de ce monde, Molinet prie sa dame d'accéder à sa requête les "cieux" de lui donner du bon vin (p. 752) et ses amis de lui apporter une aide financière. Comment le "povre" Molinet (p. 807) pourrait-il vivre avec des "Gaiges retrenchiés" (p. 768) ? Il n'a même plus "d'encre en son cornet" (p. 771, 801). Il "baille" donc un "donet" au roi Louis XII, (p. 681), il écrit à Antoine Busnois, qui dès 1475, fait partie du personnel de Charles le Téméraire et il compose une Oraison de saint Ipolite (p. 513) à la requête d'Hippolyte de Bertholz, mais avec l'espoir que cet argentier, maître en la Chambre des Comptes de Lille, entendra sa prière intéressée.

10Les Faictz et Dictz, on le constate, font revivre des personnages très différents les uns des autres qui ont tous, à un moment donné, l'occasion de prier.

11Un large éventail de demandes correspond à la diversité des priants et des priés.

12Le chanoine Molinet n'ignore pas l'importance que revêt pour un chrétien la vie dans l'au-delà.·Il demande donc à Dieu de donner au bouffon Hotin Bonnelle "meilleure âme qu'i n'a le corps (p. 765). Il prie pour "les trépassés" (p. 553) et lui-même, dans une oraison à la Vierge Marie (p. 442), se soucie de son sort futur :

"Vous prie et requier, saincte dame,
Quant a mourir seray cité,
Ayez pitié de ma povre âme".

13Il supplie Marie de le défendre "De la chartre cruelle et infernalle" (p. 463, v. 112) et saint Adrien de nous défendre "d'infernalle maisnie" (p. 511).

  • 5 Christine Martineau-Génieys, le thème de la mort dans la poésie française de 1450 à 1550, Paris, C (...)

14Toutefois, à une époque où les Artes Moriendi insistent sur le drame qui se joue au chevet de l'agonisant, parce que, croit-on, un jugement particulier est rendu à cet instant précis de notre mort, Molinet écrit rarement des prières qui traduiraient la peur de la damnation et l'angoisse de l'enfer. Dieu n'est-il pas, comme il l'affirme dans son Pater Noster. "le vray amateur", le "rédempteur d'humaine nature", "le reparateur" qui a passé "de mort le pas amer", "pour racheter sa créature" ? (p. 491). Même si, après bien d'autres, il a écrit un Dictier pour penser à la mort (p. 429), il ne faudrait pas voir dans cette oeuvre de jeunesse une constante de pensée de Molinet. La vie le passionne plus que la mort. C'est si vrai qu'"en dépit des intentions affichées", sa Complainte des trépassés "met l'accent sur la vie", comme l'a fort bien démontré C. Martineau-Geniéys5. Et les morts, chez lui, loin d'être des cadavres, se métamorphosent en plantes pleines de vie : Philippe devient un "lys", Charles un "arbre".

  • 6 Georges Chastellain, notamment, composa un Miroir de mort, Oeuvres VI, 49 - 65

15C'est pourquoi il ne s'attarde pas à dépeindre le "miroir de la Mort"6 comme on l'a si souvent fait depuis Hélinand de Froidmont. Molinet n'aime pas cette "Dure Atropos, trop terrible satrape" (p. 170 et 833). Il préfère décrire "le beau miroir de vie'' (p. 670 VI, v. 3), "miroir mirifique" (X, 2), créé par Dieu pour permettre à Adam de se "remirer" (XII, 2), miroir jadis terni par le péché originel, mais désormais resplendissant puisque le Fils de Dieu "de sang la glache repolly" (XXI, 2).

16Assuré de la rédemption des hommes, Molinet demande en plus que les morts connaissent la gloire céleste qu'Albert, duc de Zassen, "ayt mansion séraphine" (p. 366 v. 112), que "Jesu Crist... doint rice guerdon" (p. 398) à Englebert de Nassau, que Dieu "appelle en gloire pardurable" Madame d'Ostrisse (p. 176, v. 391) » que Dieu "assigne aux cieux gourdine digne" (p. 415) à Philippe de Castille. Sa prière ne manque pas quelquefois de surprendre, comme celle qui clôt sa complainte sur la mort de Madame d'Ostrisse :

"Puisqu'il fault que mort desmarie
Marie qui bon mary a,
Prions a la Vierge Marie
Que a son enfant la remarie
Qui oncques ne se maria ;
Se disons Ave Maria
Pour la belle marionnette
Dieu sera bon mary honneste" (p. 180, v. 465 - 472)

  • 7 op. cit. p. 278

17On a jugé sévèrement l'idée de ce mariage mystique et l'aspect ludique de cette prière, mais mieux vaudrait voir à travers cette confiance dans le salut des hommes et à travers cette sereine assurance le signe des temps nouveaux. "On y sent en maturation remarque C. Martineau-Génieys, l'esprit qui sera bientôt celui de l'Evangélisme"7

  • 8 Pantagruel ch. VIII, éd. la Pléiade p. 224. La propagation de l'espèce est en effet un moyen d'ass (...)

18Molinet souhaite à ces morts illustres la gloire céleste, mais il prie surtout pour la pérennité de leur race. Ainsi le chantre officiel de la Maison de Bourgogne prie pour que "l'arbre royal monte et flourist/en gloire" (p. 250). On peut évidemment rattacher ce genre d'oraisons à la poésie aulique qui se doit de vanter la cour à la quelle on est attaché, cour qui, bien souvent, vous assure le gîte et le couvert. Il n'en demeure pas moins que le Trosne d'Honneur ou le Chappellet des Dames annoncent le ton de la lettre de Gargantua à Pantagruel : "je rends grâces à Dieu, mon conservateur de ce qu'il m'a donné povoir veoir mon antiquité chanue refleurir en ta jeunesse"8

19La gloire terrestre paraît plus souhaitée aux artistes que la gloire céleste. Sans doute Molinet fait-il dire à Marmion :

"Vous qui voyez ces ymages presens,
Priez Sainct Luc, dont vecy la chappelle,
Que Dieu lassus en sa gloire m'appelle". (p. 825 v. 46 sq.)

20Mais, dans l'épitaphe latine que notre poète compose en l'honneur du célèbre musicien Jean Ockeghem, il prie pour que l'artiste "Sit clarificatus/Sol lucens semper omnes" (p. 832, v. 27). Et, après avoir souhaité en latin à Robertet : "Gloria, laus et honor tibi sit" (p. 843, v. 16), il prie en français pour que Dieu lui "doint gloire" (v. 36). Dans ce dernier cas gloire éternelle et gloire humaine se rejoignent.'

21Cette insistance à prier pour obtenir la gloire m'apparaît comme la marque d'un poète humaniste qui, sans négliger la gloire céleste, recherche la survie, l'immortalité ici-bas, en continuant à vivre dans la mémoire des hommes par la renommée.

22Plus encore qu'à la gloire, Molinet aspire à la paix. Il déteste à ce point la guerre qu'il lui donne l'allure monstrueuse de la Mort et que, profitant de la vogue des testaments parodiques, il s'empresse d'imaginer que la guerre, avant de disparaître à jamais, dicte son testament, (p. 717) Molinet, pour qui "il n'est trésor au monde que la paix (p. 72, v. 200) n'a jamais cessé de réclamer la paix :

"Je prie a Dieu qu'on envoyé
La fin bonne et doint le franc chois
De paix aux quatre vins Franchois",

23écrit-il à la fin d'un "dictier" composé après la bataille de Montlhéry. (p. 33) Un autre Dictier sus Franchois et Gantois s'achève sur ce souhait : "... Que Paix voeulle tendre ses fils /Entre le père et son très noble filz". (p. 208, v. 96)

24Dans les poèmes composés en l'honneur des morts célèbres, au lieu de prier pour l'âme des trépassés, il réclame la paix pour les vivants :

"Prions a Dieu, qui tout voit et regarde,
Qu'il tienne et garde en paix princes vivans" (p. 276, v. 177).

25Même prière dans l'épitaphe de Dame Ysabeau :

"Prions a Dieu que le roy, nostre sire,
Nostre roÿne et leurs nobles enfans
Soient unis en bonne amour, sans ire,
Et seure paix, que le peuple désire,
Soit concédée aux princes trimphans" (p. 406, v. 137)

  • 9 voir par exemple p. 552, 553, et p. 438 :
    "Prince, prions la Vierge sans cesser que bonne paix soit (...)

26On pourrait multiplier les citations9 Toute sa vie, en effet, en pleine fonction officielle, le poète, au service des princes, a répété aux grands de ce monde : "Querés la paix... Renoiés Mars" (p. 76, v. 304 et 306).

27La force de ces exhortations pour la paix vient d'un sincère amour pour le petit peuple et d'une parfaite conscience des souffrances des hommes, victimes de la guerre, comme le prouve cette "oraison" (p. 161, v. 52) de Justice, dans le "temple de bonne Espérance" (p. 159, 161) :

"Prenez pitié du sang humain,
Vray Dieu, souverain roy des roix
...Prenez pitié du sang humain,
Noble roy, Loys de Valois ;
...Prenez pitié du sang humain,
Noble Edouart, roy des Angloix,
...Regardez le peuple menu
Qui meurt de fain..."
Que vienne "la paix pour cent ans" (p. 224)

28et Molinet ne devra plus accumuler de verbes pour suggérer la souffrance des "povres gens" (p. 143)

29Aux prières en faveur de la paix et de la gloire céleste ou terrienne, se joignent, dans les Faictz et Dictz, les prières formulées par ceux qui, tel Molinet, souffrent du manque d'argent. Ainsi Molinet prie ses amis d'intervenir pour toucher régulièrement ses gages et, si possible, un peu plus. Comme il serait heureux "s'on (lui) donnoit cent mille escus" (p. 866). Aux prières les mendiants de l'ordre de Belistrie préfèrent les imprécations, comme ils le reconnaissent volontiers :

" Nos anthiennes et nos léchons
Sont noises, rihottes, tenchons
Et parolles vilaines ;
Aussy nos bénédictions
Ne sont que malédictions" (p. 726)

30Molinet ne souffre pas seulement d' "un point d'argent" au côté (p. 806). Devenu presque aveugle, il subit les assaults de la vieillesse (p. 688 et 806).Il paie les excès commis : il a un peu trop "but" et "gourmande" "Et trop joué du dé et de la table" (p. 809) Il a aussi un peu trop conjugué le verbe aimer à tous les temps de l'indicatif. Il n'est plus maintenant qu'un ''povre passif" (p. 553) qui, loin de prier Dieu pour retrouver la santé, lance des imprécations et maudit celui qui apporta en France la maladie de Naples (p. 853). En pareille circonstance, les prières ne montent pas vers Dieu, mais elles servent à dépeindre le délabrement physique. Le "bon gallant" par exemple, constate avec tristesse : "Cy dict en benedicite/ Je n'ay point trop grand flaïollet" (p. 624)

31La prière s'égare vers.la parodie ou l'obscénité, révèlant un poète moins préoccupé de son âme que triste de ne pouvoir" a l'actif retourner" (p. 701) et d'être bientôt "ici-bas De profundis mandé" (p. 809). On est loin du vrai De profundis réclamé par les trépassés, dans leur complainte (p. 435), mais plus proche de notre poète.

32Un poète dont la personnalité profonde se dégagera encore mieux, pour peu que l'on étudie les procédés utilisés par ceux qui prient pour toucher et fléchir ceux auxquels ils s'adressent.

  • 10 Mr de Tournai n° 105 f. 230v : "Dictier qui se poeult adreschier soit à la Vierge Marie ou pour un (...)

33Le chrétien qui prie la Vierge d'intercéder en sa faveur, emploie des termes proches de ceux de l'amant. Depuis longtemps les poètes courtois avaient emprunté tout un réseau d'images au domaine religieux. Mais, fait notable, Molinet indique10 que l'on peut adresser à Marie ou à une dame cette prière :

"Dame sans per, très précieuse image... (p. 531 v. 1)
... Ma déesse que j'aime et glorifie (v. 70)
... Servir vous veuls et faire ma neufvaine.(v. 75)
... Faictes sur moy quelque petit miracle (v. 77) "

34Notre poète pense donc que les mêmes termes peuvent toucher une dame ou la Mère du Christ. Prière amoureuse et prière chrétienne se fondent l'une dans l'autre.

35A l'église, les fidèles ont alors l'habitude de prier en latin. On ne devrait pas s'étonner de rencontrer des textes latins dans les Faietz et Dictz. Et de fait le Pater Noster (p. 491) et l'une des oraisons à la Vierge Marie (p. 483) reprennent au début de chaque strophe un passage de l'Ave ou du Pater, avant de le faire suivre d'une paraphrase en français. La prière, en termes qui ne manquent pas d'originalité, glose en français le texte latin.

36La prière latine impose parfois plus de contraintes au poète. C'est ainsi que Molinet décide de célébrer les cinq fêtes de Notre-Dame (p. 450) en composant cinq strophes dont les débuts de vers répètent en acrostiches la même invocation latine : "O/Ma/Ter/ De/I/Me/Men/To/Me/I. L'invocation latine donne son moule poétique à la prière.

37Cependant, Molinet ne réserve pas latin et prières latines à Dieu ou à la Vierge. La nativité de Mgr le duc Charles, en 1500, l'a rempli à ce point d'allégresse qu'il entonne, en son honneur un hymne de l'Eglise :

"Veni creator Spiritus Mentes tuorum visita,
Tant le père plain de vertus
Que la mère qui l'enfanta" (p. 361)

38Intercalé entre les vers en français, le latin amplifie le sens référentiel. Ici, le latin, comme le français latinisé, dans l'Oraison à saint Adrien (p. 506 v. 10 sq.) confèrent force et noblesse à la prière. Dans la Complainte sur la mort de Madame d'Ostrisse Ce poète, après avoir chanté sa douleur en français, s'efface et laisse dialoguer ensemble le mari toujours vivant et la "vox" de la morte. Les époux communiquent dans la langue de l'Eglise ; le latin donne à leurs propos une intimité sacrée et il ennoblit la prière émouvante de la morte : "Sis pater et mater nostri geniti genitaeque/ Si tibi cara fui, carior esto meis" (p. 177, v. 419)

  • 11 Molinet. éd. N. Dupire t III p. 1039

39Jusqu'ici, on peut parler d'harmonie dans les rapports intertextuels entre le discours sacré et le discours profane, entre le discours-savant et le discours simple. Mais le ton change, dans le Dictier ad cause des vins vers (p. 752) Toute cette pièce est farcie de citations bibliques en latin. N. Dupire a relevé une trentaine de passages11 extraits, par exemple, des Psaumes, de la Genèse ou des Evangiles. Molinet utilise ces textes pour exprimer son mécontentement devant ces "méchants vins de nature" (v. 4), trop verts", v. 50) et, reprenant une formule des Psaumes, il adresse cette prière :

"Rorate, celi, desuper
Et nous donnez bonne vines" (v. 75)

40On demande du vin en termes religieux. Le monde du vin s'approprie la majesté de la parole de Dieu, non pour tourner en dérision les textes sacrés, mais par amour du vin. La prière est devenue parodique.

  • 12 cf. la note donnée par N. Dupire, t III p. 1038

41Sous un latin parodique aussi, le poète demande au roi une pension viagère : "da personnalia"12 p. 691, v. 270). Allant encore plus loin, Molinet mêle latin et français pour expliquer qu'il n'a plus confiance en lui, parce qu'il a perdu sa virilité :

"Chanter ne puis le Credo in unum
Et mon pouvre v.i.t ay perdu aux
Déduis d'amours... (p. 778 v. 16)

42Imprégré de culture religieuse et attiré certainement par les plaisirs de la chair, notre Molinet mêle tout naturellement discours religieux et discours érotique prières sacrées et prières profanes.

43La juxtaposition de latin et de français dans le Sermon de Billouart (p. 558) aboutit à un renversement de valeurs. Ce sermon commence par deux vers qui appartiennent à la tradition sacrée :

"Introivit in tabernáculo,
Lacrimante recessit oculo" (p. 559)

44Mais le poète donne aux mots latins un sens imagé et érotique ; il retourne le discours religieux ; les ouailles qu'il désire toucher doivent aimer les sermons grivois. Il peut donc leur prêcher la vie du dévot frère Billouart :

"Que aulcunes gens nomment Chouart,
"Et aulcuns aultres Priapus (p. 569.v. 24 - 28)

  • 13 Paul Zumthor le carrefour des Rhétoriqueurs Intertextualité et Rhétorique (317 - 338) p. 324 in Po (...)
  • 14 N. Dupire Jean Molinet, La Vie, les Oeuvres Droz 1932, p. 122

45L'"homélie", comme l'a dit P. Zumthor13 (p. 324), se "transforme en description scatologique. Devant un tel sermon, N. Dupire préférait, sinon se voiler la face, du moins se taire "La prédication, écrit-il, devient si indécente qu'il n'est pas possible de la résumer14.·En fait, le sermon utilise une structure traditionnelle pour aborder des sujets tabous. Certes le figuratif se dégrade en allusions obscènes, mais je ne pense pas qu'il faille conclure aussi crûment avec P. Zumthor : "la rhétorique qui le constitue, c'est de la merde."

  • 15 Jean Michel, Mystère de la passion, éd. Omer Jodogne, 1959, v. 8043 - 8084.

46Je concluerais plutôt ce point précis en constatant que la prière parodique permet à Molinet de traiter de sujets scabreux, exactement comme le fait l'auteur du Mystère de la Passion15 grace à la folie de la jeune fille démoniacle. Il va sans dire que cette provocation erotique du sermon devait toucher un public qui, comme notre poète, aimait les gauloiseries et appréciait la verdeur du langage et de la poésie libertine.

47Utilisé à des fins diverses, le latin, dans les prières des Faictz et Dictz, voisine avec la mythologie. Molinet qui aimait "...deschanter avec Marmonia/ Et ses muses..." (p. 709 v. 5) n'hésite pas à mettre dans la bouche de Phaéton une lamentation amoureuse, entrecoupée de psaumes en latin. Les dieux mythologiques prennent parfois la place de Dieu. Voici comment une ballade décrit la création et le jugement dernier :

"Prometheüs nous a formés de cendre,
Craindre debvons d'Atropos le dur pas ;
Quand Jupiter des cieulx voldra descendre,
Pour nous jugier, Pluto n'y fauldra pas." (v. 23 sq)

48et le poète, au nom du mourant, formule ainsi sa prière :

"prions Argus qu'il nous gard et consine" (v. 28)

49Les noms prestigieux de ces dieux constituent un répertoire de valeurs qui permettent d'établir des comparaisons : Molinet veut-il faire l'éloge de l'hirondelle, il écrit :

"Sire Apollo, le dieu Mercuries,
Maistre Ipocras et Esculapius
Tu excèdes en l'art de médecine, (p. 599, v. 67 sq)

50De la même manière, une cohorte de divinités paiennes envahit l' "oraison de saint Adrien", parce que Molinet veut ainsi opposer au monde chrétien le monde paien auquel Adrien a renoncé depuis sa conversion :

"D'Hécate, de Dogona,
De Glaucopin, de Pana,
De Dios, de Diana,
De Mars, de Proserpina,
De Sol et de Quirinus
Ton coeur se desbuissonna" (p. 507 v. 39 sq)

51Molinet rehausse donc le ton de ses prières par des emprunts à la fiction mythologique.

  • 16 op. cit. v. 23 639 - 23641

52En cette fin du xve siècle, hommes d'église et fatistes n'hésitent pas à faire appel aux dieux et aux diables des poètes. En 1467, Noblesse, desespérée d'avoir perdu Philippe le Bon, prie les dieux Eole, Neptune et Nymphes (p. 38) de venir la soutenir. Vingt ans plus tard, lorsque le Judas de Jean Michel choisit la "désespéranc" et renie Dieu, il fait appel aux "diables poètes" pour "accroistre plus (ses) tempêtes16. Bien avant la Pléiade, nos poètes avaient deviné le pouvoir de la fable même dans un contexte religieux.

  • 17 "Cas" renvoie à une cause judiciaire, dans le langage juridique, mais aussi, en argot aux organes (...)

53Tout comme la mythologie, la grammaire vient donner à la prière un ton particulier. Depuis longtemps, penseurs et poètes avaient glissé du registre grammatical au registre ou moral ou juridique ou sexuel, soit en restant sérieux comme Gerson, dans son Donatus Moralisatus. souvent imprimé avant 1500, soit en tombant dans le grivois, comme les poètes goliards. A l'instar de ces derniers, Molinet joue sur les cas17 pour retenir l'attention du roi Louis XII dans le "Donet" qu'il lui "baille" avec l'espoir de toucher quelque argent (p. 681)

54Comme "faulte de chevance" (p. 687, v. 148) inspire finalement Molinet, il découvre un moyen nouveau et subtil de faire comprendre au financier Hyppolite de Bertholz qu'il devrait se montrer généreux envers lui. Dans l'Oraison de saint Ipolite composée à sa requête, il inscrit ainsi un code musical qui suggère les devises de Molinet et de sa femme : "Vous seule Dieu le sait", "Vous seulement Dieu le sait". Insertions fort subtiles que seuls une oreille et un oeil exercés peuvent détecter : on découvre la devise en deux parties, le début au milieu d'une strophe et au milieu d'un vers (v. 83), la fin au début de la strophe suivante (v. 113), ou en deux parties, mais dans la même strophe (v. 243 et 248), ou encore à la fin d'une strophe et au début de la strophe suivante, (v. 304 et 305). La disposition des mots dans les vers 288 à 296 est beaucoup plus complexe :

...vous...................vous...
............seul.......seul..........
..........le.........le.................
...............ment...................
...........Dieu.......................
.........le.................le........
.........scet...........sept........

55L'oeil peut voir dans cette disposition la forme d'un X qui porte la valeur du chi grec ; en vertu d'un emblématisme codifié, il rappelle la forme de la croix, c'est l'initiale de "Xristos". On remarque que le verbe "sait" de la devise est suggéré au v. 295 par le verbe, mais aussi par le chiffre sept dont on connaît le caractère magique. Autrement dit, le poète exploite les ressources inconscientes de l'oeil et de l'oreille.

56Notre poète, joue des lettres et des sonorités pour donner du poids à ses prières.

57Ainsi pour exprimer à Marie son amour, le poète s'impose comme cilice le pantogramme. Molinet compose ainsi une "oraison sur Maria", contenant cinq strophes qui constituent autant de pantogrammes en M, A, R, I, E. On peut certes considérer absurde cette réduction à l'unité, cette suite de mots commençant par la même lettre. Mais on ne peut minimiser l'effort que s'est imposé Molinet, nouveau "jongleur de Notre-Dame".

58Les rimes offrent à celui qui prie de multiples ressources pour retenir l'attention.

59Comme une nature riante et embaumée peut symboliser la paix, Molinet supplie les princes de régner en paix (p. 865 v. 34) en leur adressant une "ballade figurée" (p. 864) dont les rimes : "glay (glaïeul)/ bouton/ pensee/ lys/ rose" forment un bouquet de fleurs.

60Au lieu de rimes fleuries, celui qui prie peut offrir des rimes musicales. Molinet construit une "oroison a la Glorieuse Vierge Marie" (p. 457) sur les deux rimes "da" et "mas", oraison qui s'achève par deux strophes de huit vers quadrisyllabiques. Deux notes disposées d'une manière antithétique en forment les rimes :

"la ray la la/la ray la ray
ray la ray ray/ ray la ray la"

61Avec des rimes musicales, Molinet souhaite fléchir Jehan de Ranchicourt (p. 804) tout comme Marie. Alors que les douze premiers vers se terminent par : "Ut, ut, ré, ré, my, my, fa, fa, sol, sol, la, la," les douze suivants commencent par la gamme dans l'ordre inverse : "La, la, sol, sol, fa, fa, my, my, ré, ré, ut, ut," et ils finissent par six rimes qui donnent les noms de Ran/chi/Court et de Mo/Li/Net.

62Le protecteur dont il sollicite la générosité s'appelle-t-il Busmois, Molinet choisit de lui envoyer un poème construit sur deux rimes qui restituent les deux syllabes de son nom : "Bus" et "nois". (p. 795 et 796)Et puisque Molinet a besoin d'écus, pourquoi ne pas exploiter les sonorités de ce mot ? Ainsi naît une "ballade figurée" (p.866) aux rimes obscènes "cons", "vis", "cus" dont le refrain est clair : "S'on me donnoit cent mille escus".

  • 18 Colloque international : Gand dans la littérature. Novembre 1978. Actes a paraître.

63La répétition de sonorités, non seulement à la rime mais encore à l'intérieur des strophes, accentuent l'intensité de la prière. J'ai déjà montré, dans une communication faite à Gand18, en novembre 1978, comment notre poète, assoiffé de paix et de concorde, interprétait des variations en "cord". Un maximum de mots traduisant la concorde s'oppose alors à un minimum de mots relatifs à la discorde. Bien des prières en faveur de la paix présentent cette opposition entre le mode majeur de la concorde et le mode mineur de la discorde, (p. 239 v. 25 - 32) (p. 479 v. 89 - 100) Sur ce point encore, on constate qu'un même procédé sert aussi bien à chanter les louanges de Marie que celles de l'hirondelle. Des variations sur le son "passé" ou "pas" évoquent à la fois leur trépas et leur supériorité,' toutes deux méritent le qualificatif d'"oultre-passée" (p. 481 v. 177 - 187 et p. 598, v. 41 - 48).

  • 19 R. Eitner, Biographisch Bibliographisches quellen-lexicon der Musiker VII 20. Le Salve Regina de (...)

64Ces jeux sonores qui occupent une telle place dans les prières s'expliquent fort bien. Molinet, ne l'oublions pas, est un fervent de l'art musical. Ami des plus grands musiciens de l'époque, il fit un jour dans ses Chroniques un éloge enthousiaste de la musique : "musique est la résonance des cieulx, la voix des angeles, la joye de paradis... la récréation de tous coeurs tristes et désolés, la persécution et enchâssement des diables" (ch. 9). Il y aurait à Munich un Salve Regina19 de Molinet à cinq voix en 4 parties mais, malheureusement, je n'ai pu en prendre connaissance.

***

  • 20 Orner Jodogne, Le caractère de Jean Molinet, dans la Renaissance dans les provinces du Nord Paris, (...)
  • 21 P. Champion, Histoire poétique du quinzième siècle, Paris, H. Champion, 1923, t II, p. 379.

65Au terme de cette étude, les prières de Molinet ressemblent à un extraordinaire pot-pourri où le ton savant et sérieux se mêle au cocasse ou à l'obscène, où la virtuosité côtoie le mauvais goût. Déconcertantes par leur mélange hétéroclite, elles révèlent un chanoine tout à fait étranger au "contemptus mundi". Sans en faire un obsédé sexuel et un érotomane, selon les dires sévères d'O. Jodogne,20 on peut bien voir en Molinet un amateur de "saleté breneuse"21. Oui, Molinet aime la vie, la joie, mais aussi la paix et la gloire. Une strophe des Letania Minor, au-delà de la parodie, résume assez bien les souhaits profonds de Molinet :

"Vos omnes, sancti et sancte,
Priés a Dieu que paix aions,
Joye, argent, or, bonne santé
Et en sa gloire le voions" (p. 552 v. 113)

66On peut s'interroger sur la qualité de sa foi, Assurément, il ne ressemble pas à Jean Standonck, ce réformateur catholique, avant la réforme, qui mena une vie de privations et que Molinet évoque, dans son Débat du poisson et de la chair :

"Le bon Standon, plus pur que n'est or fin" (p. 643 v. 179)

  • 22 cf. A. Renaudet, Humanisme et Renaissance, Droz 1958, p. 114 sq.

67Mais son commentaire du grotesque présent offert à un prélat —"une ymage faicte de coisne de pourceau a manière de Pape" (p. 742 note)22 — rejoint certaines critiques de Standonck : ce personnage qui

"donne malédiction
Aux procureurs et advocas,
Se pour faire une audicion
Ne prendent cinq ou six ducas" (p. 744 v. 57sq)

68pourrait bien dissimuler une critique de la manière dont ce prélat rendait la justice.

69La question toutefois demeure posée, parce que ses prières parviennent à nos oreilles comme "brouillées" par les parodies par les jeux sonores, bref par toutes ces manipulations que Molinet fait subir au discours. Ce brouillage, même s'il est dans la ligne de la poésie goliardique, ne serait-il point le signe, sinon d'une révolte, du moins d'une "velléité révolutionnaire", au sens de J. Kristeva, le signe d'un certain anticonformisme ?

  • 23 D. Poirion, le Moyen Age, Arthaud, t II, p. 167

70Je sais bien qu'on a reproché à Molinet de ne pas être allé plus loin. Daniel Poirion regrette par exemple que cette "poésie d'apparence libératrice" n'ait pas au fond "d'idéologie à opposer à la philosophie traditionnelle de l'amour". "On cherche en vain," ajoute-t-il "sous la paillardise... quelque morale païenne, comme celle que Rabelais saura — suggérer tout en exploitant ce lourd héritage"23. Soit, Molinet n'est pas Rabelais, mais comment refuser de voir en lui certains côtés prérabelaisiens ? Il n'a certes pas conçu une abbaye de Thélème, mais il a inventé une nouvelle manière de prier. Il n'effectue pas de pèlerinage sur les routes de France, mais à travers les lettres de l'alphabet. Il estime faire "un petit sacrifice" (p. 597 v. 16) en composant un poème "ad laudem irundinis". Son écriture est prière, puisque ce joyeux vivant loin de chercher la facilité, s'invente sans cesse de nouvelles difficultés. Sa recherche de factures savantes, de rimes ultra-riches de textes, pourrait-on dire, polyvalents ou "pluriels" témoignent d'une certaine conception de l'art. Molinet, comme plus tard Gide, devait estimer que l'art naît de contraintes et meurt de libertés. Malheureusement les obstacles qu'il choisit de surmonter le conduisent comme beaucoup de grands rhétoriqueurs, à délaisser parfois la recherche du Beau pour la découverte du Rare.

DISCUSSION

71J.C. PAYEN :

72Certains jeux de Molinet ne sont-ils pas goliardiques, par exemple ce qu'il écrit de Donat et des cas grammaticaux, ou la Litania minor ?

Notes

1 Dr A. Carrel La Prière, Plon 1944.

2 Jean Molinet, les Faictz et dictz, ed. N. Dupire t I, II, III, S.A.T.F. Paris, 1936.

3 cf. ms 3142 de la Bibliothèque de l'Arsenal
cf. S. Glixelli, les cinq poèmes des trois morts et des trois vifs, Paris, 1914
Molinet, dans une oeuvre de jeunesse La complainte des Trespassés, met dans la bouche des morts cette prière :
"Vous qui avés nos biens et nostre avoir... (V. 49)
... Priés pour nous, dictes De Profundis" (v. 57)
Volontairement, nous passerons sous silence ce texte, dans notre communication puisque M. Gérard Gros doit, pendant ce colloque étudier la permanence d'un thème de la Ballade des pendus à la Complainte des Trespassés.

4 Nous devons cette précision à M. Pierre Rezeau.

5 Christine Martineau-Génieys, le thème de la mort dans la poésie française de 1450 à 1550, Paris, Champion, 1978, p. 275.

6 Georges Chastellain, notamment, composa un Miroir de mort, Oeuvres VI, 49 - 65

7 op. cit. p. 278

8 Pantagruel ch. VIII, éd. la Pléiade p. 224. La propagation de l'espèce est en effet un moyen d'assurer la pérennité de la race.

9 voir par exemple p. 552, 553, et p. 438 :
"Prince, prions la Vierge sans cesser que bonne paix soit en Haynault et France ;
De riens meilleur ne poons possesser,
Se avons en vie amour et espérance".

10 Mr de Tournai n° 105 f. 230v : "Dictier qui se poeult adreschier soit à la Vierge Marie ou pour un amant à sa dame" cf. Faictz et Dictz, éd. Dupire p. 531

11 Molinet. éd. N. Dupire t III p. 1039

12 cf. la note donnée par N. Dupire, t III p. 1038

13 Paul Zumthor le carrefour des Rhétoriqueurs Intertextualité et Rhétorique (317 - 338) p. 324 in Poétigue. 1976, n° 27 éd. Seuil.

14 N. Dupire Jean Molinet, La Vie, les Oeuvres Droz 1932, p. 122

15 Jean Michel, Mystère de la passion, éd. Omer Jodogne, 1959, v. 8043 - 8084.

16 op. cit. v. 23 639 - 23641

17 "Cas" renvoie à une cause judiciaire, dans le langage juridique, mais aussi, en argot aux organes génitaux ; "génitif" appelle évidemment tout ce qui est lié au fait d'engendrer ; "ablatif" évoque toute ablation, toute perte de bien, le vol comme le viol ; "datif", les dons, "accusatif", les accusations.

18 Colloque international : Gand dans la littérature. Novembre 1978. Actes a paraître.

19 R. Eitner, Biographisch Bibliographisches quellen-lexicon der Musiker VII 20. Le Salve Regina de Molinet se trouverait dans le ms 8817 de la Bibliothèque de Munich.

20 Orner Jodogne, Le caractère de Jean Molinet, dans la Renaissance dans les provinces du Nord Paris, C.N.R.S., 1956, pp. 108 - 109.

21 P. Champion, Histoire poétique du quinzième siècle, Paris, H. Champion, 1923, t II, p. 379.

22 cf. A. Renaudet, Humanisme et Renaissance, Droz 1958, p. 114 sq.

23 D. Poirion, le Moyen Age, Arthaud, t II, p. 167

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter