Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

La prière épique dans la tradition manuscrite de la Chanson de Roland

Jacques de Caluwé

Texte intégral

  • 1 "L'originalité de quelques prières épiques", dans Marche Romane, XX-4, 1970, p. 59-74 ; "Les prièr (...)
  • 2 E.-R. LABANDE, "Le credo épique - A propos des prières dans les chansons de geste", dans Recueil d (...)

1Les modestes réflexions sur divers aspects de la prière épique que j'ai présentées jusqu'ici dans trois articles1 constituent les prolégomènes d'une étude plus vaste que je souhaiterais "complète", dans la mesure où elle devrait embrasser l'ensemble des textes qu'Edmond-René Labande a appelés "credo épiques" et Jean Frappier "prières du plus grand péril"2. Ce projet m'a permis d'évoquer sommairement le problème des limites du "genre", de son origine, de sa composition et de son évolution apparente dans l'esthétique médiévale. Mais, ce faisant, je me suis volontairement caché un aspect fondamental et qui aurait pu, à vrai dire, être envisagé avant tous les autres, puisqu'il s'agit de l'établissement du corpus.

  • 3 Art. cit.
  • 4 An Analysis of the Long Prayers in Old French Literature with Special Reference to the "Bliblical- (...)
  • 5 Op. cit.

2En fait, il était possible de retarder l'échéance et de proposer des explications, fussent-elles hypothétiques et provisoires, grâce à la liste de pièces établie par E.-R. Labande3 et partiellement complétée par les travaux de Marie-Pierre Koch4 et de J. Frappier5. Toutefois ces répertoires se révèlent bientôt insuffisants par leur conception même : s'ils reprennent, en effet, pratiquement toutes les oeuvres éditées, ils ne tiennent, en revanche, aucun compte de la qualité relative de certaines éditions et ils ignorent ainsi, pour les oeuvres conservées dans plusieurs manuscrits, d'importantes variantes. Or celles-ci vont parfois jusqu'à l'introduction d'une prière originale complète ou jusqu'au remplacement d'une prière par une autre, très différente de la prière "originale" ou considérée comme telle.

3Cette remarque ne concerne évidemment pas, avec la même pertinence, toutes les chansons de geste : il apparaît, par exemple, que les chansons du cycle de Guillaume d'Orange conservées dans les "manuscrits cycliques" présentent, en dépit d'autres variations, une permanence assez rigoureuse des prières épiques qui sont sans doute touchées par les altérations d'ordre linguistique, mais rarement thématique. En revanche, les remanieurs de notre plus célèbre chanson de geste, La Chanson de Roland, se sont montrés bien moins discrets ; en les ignorant sans plus, les auteurs des répertoires que j'ai cités ont privé le corpus qu'ils ont établi d'une trentaine de prières épiques et ils ont altéré les conclusions concernant les occurrences thématiques en omettant plus de deux cents exemples répartis en une quarantaine de thèmes.

4Ce sont ces prières encore mal connues que je voudrais commenter ici.

***

  • 6 Cfr Littérature catholique et nationale, Paris, 1894, p. 117-195.
  • 7 La Chanson de Roland, Milano, 1971 ("Documenti di Filologia", 16).
  • 8 Cfr mon article de 1976, note (1).
  • 9 Il s'agit d'un problème envisagé depuis longtemps mais qui devrait être sérieusement revu en fonct (...)

5Les innombrables éditions et traductions de La Chanson de Roland, d'après le manuscrit d'Oxford, ont popularisé deux prières, très souvent commentées depuis Léon Gautier6 : il s'agit, dans l'édition de Cesare Segre7, des vers 2384-2388 de la laisse CLXXV (prière de Roland) et des vers 3100-3109 de la laisse CCXXV (prière de Charlemagne). Ces deux prières se caractérisent, dans le concert des prières épiques, par leur sobriété, leur ressemblance -encore qu'il faille émettre quelques réserves sur ce point8- et aussi par leurs attaches assez nettes -c'est vrai surtout pour la prière de Roland- avec la liturgie des défunts et spécialement avec les ordines commendationis animae9.

6Les prières contenues dans les autres versions, au contraire, mettent en relief des éléments qui les incluent dans la typologie habituelle de la prière épique. Afin de mieux les situer dans la tradition manuscrite du texte, je me permets de rappeler ici le stemma codicum reproduit par C. Segre, sans reprendre toutefois les "fragments" qui n'apportent aucun témoignage sur le sujet :

7Les prières du texte d'Oxford se situent incontestablement à deux temps forts du récit. La première (0.1), prononcée par Roland, est une "prière du plus grand péril" de l'âme. Elle exprime la foi et la contrition d'un héros qui se sait mourant et qui va bientôt se trouver en face du Dieu justicier.

8Cette oraison se retrouve dans tous les manuscrits et, fait remarquable, elle est partout marquée par la même sobriété : sept vers dans Venise IV (V4.1), six dans Paris (P.3), cinq dans Lyon (L. 1), neuf dans Cambridge (T.l). Seul le manuscrit de Châteauroux (C.5) -évidemment suivi par Venise VII-, volontiers prolixe, lui consacre seize vers.

  • 10 Sur ce thème, omis par E.-R. Labande, voir Gérard MOIGNET, La Chanson de Roland, Paris, 1969, p. 2 (...)

9Les thèmes de Lazare et de Daniel sont presque partout évoqués (C.5 omet Daniel), les enfants dans la fournaise, le pardon de la Madeleine, la crucifixion et la résurrection sont ajoutés par V4.1 et par T.1. Assez différent des autres, le texte C.5 présente, dans l'ordre, saint Feron, saint Policarf, les enfants dans la fournaise, Jonas (avec développement), le roi de Ninive10 et Lazare. Or, si les quatre derniers thèmes sont bien connus, les deux premiers ne laissent pas de poser un problème.

  • 11 Montague Rhodes JAMES, The Apocryphal New Testament, Oxford, 1924, rééd. 1969, p. 239.
  • 12 Ibid., p. 273.

10Les "saints" cités ne se trouvent, en effet, ni dans les textes sacrés, ni dans les apocryphes, ni même dans l'hagiographie. A peine peut-on citer un Polycarp, idole païenne de Smyrne détruite dans les Actes de Jean11, mais le texte de Venise VII, en corrigeant la leçon de Châterauroux nous donne la solution : il s'agit de seint Pol li chauf, dont la calvitie légendaire est bien connue par la Bible de pierre et dont les Actes de Paul nous disent, dans la traduction de Montague Rhodes James, qu'il était "thin-haired"12.

  • 13 Cfr Ernest LANGLOIS, Table des noms propres de toute nature compris dans les chansons de geste, re (...)
  • 14 Cfr Marcello CRAVERI, I Vangeli apocrifi, Torino, 1969, p. 128.
  • 15 Cfr ici même les prières P.2 et C.1.

11Quant à saint Feron, qui est aussi présent dans V7, on peut seulement émettre des hypothèses à son sujet. Sagit-il du "saint Faron" que l'on invoque dans Aubery le Bourgoing13 ? S'agit-il alors d'une sanctification de ce pharaon converti, selon les Evangiles de l'enfance, pendant la fuite en Egypte14 ? Ou nous trouvons-nous seulement devant un vers maltraité par les scribes et où devait apparaître le "pré Noiron" de saint Pierre, presque toujours lié à saint Paul dans les prières épiques15 ?

***

  • 16 Cfr mon article de 1976, note (1).

12La prière de Charlemagne (O.2) répond, dans le ms. d'Oxford, à la prière de Roland mais, un peu plus longue et d'une autre facture, elle évoque davantage les prières épiques des autres chansons de geste16. Quant à l'orant, il ne se trouve pas en face d'un péril imminent : il présente, sous l'effet d'une violente tristesse, la prière de demande que lui inspire son désir de vengeance. Nous trouvons une prière parallèle, prononcée dans les mêmes circonstances, dans d'autres manuscrits : neuf vers dans V4.3, quinze vers dans C.6, vingt vers dans P.5 et douze vers dans T.2. En outre, V4 (V4.2) et Ρ (P.4) doublent cette oraison par une autre, plus longue, qui la précède et qui, dans L (L.2) remplace simplement la "prière-type" de Charlemagne.

13Les textes de V4, C et O présentent les mêmes thèmes dans le même ordre : Jonas, le roi de Ninive, Daniel et les enfants dans la fournaise, C bornant son originalité à narrer en six vers l'aventure de Jonas. Ρ intercale, entre Daniel et les trois enfants, la crucifixion, la mise au tombeau, la résurrection et la descente aux enfers. Τ ajoute les mêmes thèmes mais omet les trois enfants.

  • 17 E.-R. Labande (art. cit., p. 75) signale un seul exemple, sans développement, d'une mention de la (...)
  • 18 Il faut noter ici que la confusion -si confusion il y a- de la pécheresse de Béthanie avec la sain (...)

14Les longues prières ajoutées par V4, Ρ et L s'écartent nettement de ce schéma thématique. La première évoque, dans un beau désordre, l'incarnation, Lazare, saint Pierre, saint Paul, Daniel, Jonas, le passage de la mer Rouge, Suzanne, les trois enfants, la pêche au lac de Tibériade, la naissance du Christ et le massacre des innocents. P.4 et L.2 se rejoignent pour citer, dans le même "ordre", la crucifixion, la mise au tombeau, la résurrection, la trahison et la pendaison de Judas (développées en quatorze vers)17, le pardon à la Madeleine, les saintes femmes18, la descente aux enfers et l'ascension, thèmes auxquels Ρ ajoute la mission évangélique des apôtres.

***

15Les autres prières, auxquelles rien ne correspond dans O, peuvent se répartir en trois types : les prières de la quête des corps, les prières d'Aude et quelques prières "diverses".

16La plupart des versions de la Chanson de Roland développent l'épisode, réduit à quelques vers dans 0 (vv. 2855 sv.), au cours duquel Charlemagne cherche, parmi les morts, le cadavre de son neveu. A ce moment du récit, C, P, L et Τ insèrent une prière de l'empereur dont le dessein est bien défini :

  • 19 C.7.

Ce me donez qe je desire tant,
Ce est le cors de mon neveu. R.19

17Dans C, Ρ et T, Charlemagne précise, par une seconde oraison, qu'il souhaite pouvoir enterrer les morts de Roncevaux :

  • 20 C.8.

Faites sevrance qe ma gent conoison,
Ainz qe m'en parte q'enterrer les puison !20

  • 21 Selon E.-R. Labande (art. cit., p. 74) ce thème n'est pas fréquent. On notera ici, comme dans l'ex (...)

18C.7, P.6 et T.3 constituent les leçons à peine divergentes d'une même prière où sont évoqués la création d'Adam, la création d'Eve, la création des éléments, saint Michel et le Dragon, les trois enfants, l'incarnation, la multiplication des pains21, la crucifixion, la mise au tombeau, la résurrection et la descente aux enfers. Le texte de L.3 se limite à quatre thèmes : la création des éléments, saint Michel et le Dragon, la résurrection et la descente aux enfers.

19Il faut noter, dans cette prière, l'originalité du développement de la création d'Eve et l'interprétation très "masculine" qu'en présente l'auteur :

  • 22 C.7.

Por ce est ele en son commandement ;22

  • 23 Aucune mention dans E.-R. LABANDE, art. cit.

20D'autre part, l'allusion à saint Michel et au dragon (Apocalypse de Jean, XII, 7) est rarissime dans les prières épiques23.

21Les prières pour l'enterrement des corps, C.8, P.7 et T.4, sont, en grande partie, similaire : création des éléments, et pardon à la Madeleine. C.8 et T.4 ajoutent une allusion à la conversion de saint Paul et à celle, moins attendue ici, de saint Firmin.

22On remarquera ici le développement du thème de la pécheresse repentante, avec maintien de la formule picturale :

  • 24 C.8.

Vus l'en levastes amont par le menton24

  • 25 Cfr mon article de 1970, pp. 64-65, note (1).

23que l'on retrouve dans les prières du Couronnement de Louis et d'Aliscans.25

  • 26 Cfr mon article : "Amour et mariage, moteurs seconds dans les chansons de geste françaises et occi (...)

24Le ms. d'Oxford est seul, on le sait, à n'accorder à l'amour, représenté par Aude, qu'une place quantitativement très limitée26. Les autres versions s'arrêtent davantage à ce personnage féminin, au point d'insérer parfois dans la Chanson ce que l'on a appelé un "roman d'Aude". C'est à l'occasion de ce développement que l'on trouve presque partout -sauf L.4 où l'on trouve une prière réduite à six vers - une longue prière - V4.5, C.9, P.8 et T.5 - en deux parties, dans laquelle Aude demande à Dieu de ressusciter Olivier pour qu'il puisse, avant de quitter définitivement ce monde, adresser à sa soeur un ultime message :

  • 27 V4.5.

Metez, bel sire, in Oliver la vie,
Tant che sa volonte m'a parlie.27

  • 28 On connaît la popularité de ces thèmes : sur Longin, voir mon article de 1970 et surtout les artic (...)

25Dans la première partie de cette prière, Aude cite la création du monde, la crucifixion, Longin, Joseph d'Arimathie, la mise au tombeau, les saintes femmes, l'apparition aux apôtres. Le thème de la création développe de manière assez inattendue la "beauté" sur la terre réservée aux justes et la création des vents dans une formulation préfigurant les "quatre horizons qui crucifient le monde" de Francis Jammes... Longin et Joseph d'Arimathie28 font aussi l'objet d'un traitement privilégié. Plus courte, la seconde partie débute par un acte de foi dans lequel Aude rappelle à Dieu qu'il fut l'enfant d'une femme :

  • 29 P.8.

Deus, ja croi je que fustez fiz Marie29

26et elle se prolonge en allusions précises à Lazare, Marie-Madeleine, Judas et la résurrection. De son côté, le ms. Ρ ajoute à ces thèmes connus une mention de l'entrée du Christ à Jérusalem ("Pâques fleuries").

27Les oraisons que nous avons désignées ci-dessus comme "prières diverses" sont attribuées à Roland (C.2, C.4 et P.1) et à Charlemagne (V4.4), mais aussi à Turpin (C.3 et P.2) et même à Ganelon (C.1).

  • 30 Le thème est très rare, surtout développé comme il l'est ici (cfr LABANDE, art. cit., p. 71).

28Roland prie pour que Dieu lui permette de se venger (C.2 et P.1 où sont évoqués l'incarnation, Daniel, Jonas, Lazare, saint Pierre, saint Paul, Suzanne, la Madeleine, le bon larron et la crucifixion) ou pour qu'il sauve l'âme de ses compagnons en péril (C.4 où sont évoqués Lazare, la Madeleine et Caïn30).

  • 31 Cfr mon article de 1970, p. 64-65.

29On notera encore que P.1 ajoute la mention de "Simon Matefelon" que Dieu "desrocha". Il s'agit sans doute de Simon le Magicien (Actes des Apôtres, VIII, 9-2A et divers apocryphes) qui est aussi cité dans une prière du Couronnement de Louis31.

  • 32 Autre thème assez rare (LABANDE, art. cit., p. 71).

30Pour Charlemagne, il s'agit, dans V4.4, d'adresser à Dieu une prière par laquelle il lui demande de lui accorder la victoire sur les païens. Il évoque la Passion, Lazare, Daniel, Suzanne, Jonas, les trois enfants, le passage de la mer Rouge32 et Longin, thème qu'il développe en six vers.

31Les prières de Turpin (C.3 et P.2) citent très sobrement la crucifixion, la mise au tombeau et la résurrection, dans un élan de foi chrétienne et de dévouement à l'empereur, tandis que la courte oraison de Ganelon se concentre sur deux thèmes (Lazare et la Passion) et s'inspire d'un désir peu chrétien de vengeance qui ne lui donne cependant pas la force d'un credo d'Iago...

***

32Ce parcours, sans doute un peu lassant, des prières contenues dans les manuscrits de la Chanson de Roland permet, on l'a vu, d'ajouter au corpus un nombre considérable d'occurrences thématiques et de développements originaux, mais il suggère aussi de nouvelles recherches de sources que je ne pouvais évidemment pas envisager ici. Dans une autre direction de la recherche, il permettra de mieux cerner un aspect de la typologie épique dont la version oxonienne du Roland ne rend que très fragmentairement compte, et un aspect de l'art du remanieur. Certaines considérations pourraient encorte en découler pour ce qui concerne la tradition manuscrite elle-même. Mais c'est une autre question pour un autre colloque...

Notes

1 "L'originalité de quelques prières épiques", dans Marche Romane, XX-4, 1970, p. 59-74 ; "Les prières de Berte aus grans piés dans l'oeuvre d'Adenet le Roi", dans Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Pierre Le Gentil, Paris, 1973, p. 151-160 ; "La prière épique dans les plus anciennes chansons de geste françaises" dans Marche Romane - Mélanges Jeanne Wathelet-Willem, XXVI-3/4, 1976, p. 97-116.

2 E.-R. LABANDE, "Le credo épique - A propos des prières dans les chansons de geste", dans Recueil de travaux offert à M. Clovis Brunei, Paris, 1955, t. II, pp. 62-80 ; Jean FRAPPIER, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, II. Le Couronnement de Louis, Le Charroi de Nîmes, La Prise d'Orange, Paris, 1965 ; 2e éd. 1967, p. 132-140. Après avoir longtemps hésité entre "credo épique" et "prière du plus grand péril", j'ai choisi une troisième solution car s'il ne s'agit pas à proprement parler de "credo", il ne s'agit pas toujours non plus d'un "plus grand péril". J'entends donc par "prière épique" toute prière répondant au schéma typologique décrit par E.-R. Labande, qu'il s'agisse d'une prière de demande ou d'une prière de contrition ou de toute autre circonstance impliquant l'oraison.

3 Art. cit.

4 An Analysis of the Long Prayers in Old French Literature with Special Reference to the "Bliblical-Creed-Narrative" Prayers, Washington, 1940.

5 Op. cit.

6 Cfr Littérature catholique et nationale, Paris, 1894, p. 117-195.

7 La Chanson de Roland, Milano, 1971 ("Documenti di Filologia", 16).

8 Cfr mon article de 1976, note (1).

9 Il s'agit d'un problème envisagé depuis longtemps mais qui devrait être sérieusement revu en fonction du récent ouvrage : Damien SICARD, La liturgie de la mort dans l'église latine des origines à la réforme carolingienne, Munster, 1978 ("Liturgie wissenschaftliche Quellen und Forschungen", 63).

10 Sur ce thème, omis par E.-R. Labande, voir Gérard MOIGNET, La Chanson de Roland, Paris, 1969, p. 223.

11 Montague Rhodes JAMES, The Apocryphal New Testament, Oxford, 1924, rééd. 1969, p. 239.

12 Ibid., p. 273.

13 Cfr Ernest LANGLOIS, Table des noms propres de toute nature compris dans les chansons de geste, repr. New York, 1971, p. 212.

14 Cfr Marcello CRAVERI, I Vangeli apocrifi, Torino, 1969, p. 128.

15 Cfr ici même les prières P.2 et C.1.

16 Cfr mon article de 1976, note (1).

17 E.-R. Labande (art. cit., p. 75) signale un seul exemple, sans développement, d'une mention de la pendaison de Judas.

18 Il faut noter ici que la confusion -si confusion il y a- de la pécheresse de Béthanie avec la sainte femme appelée Marie Madeleine, n'est pas évidente dans ce texte.

19 C.7.

20 C.8.

21 Selon E.-R. Labande (art. cit., p. 74) ce thème n'est pas fréquent. On notera ici, comme dans l'exemple d'E.-R. Labande, combien le texte est proche des Evangiles (Mtt, XIV, 17-21 ; Mc, VI, 38-44 ; Lc, IX, 13-14 ; Jn, VI, 9-10.

22 C.7.

23 Aucune mention dans E.-R. LABANDE, art. cit.

24 C.8.

25 Cfr mon article de 1970, pp. 64-65, note (1).

26 Cfr mon article : "Amour et mariage, moteurs seconds dans les chansons de geste françaises et occitanes du xiie siècle", dans Mediaevalia Lovaniensia (sous presse).

27 V4.5.

28 On connaît la popularité de ces thèmes : sur Longin, voir mon article de 1970 et surtout les articles cités là de Dimitri SCHELUDKO ; sur Joseph d'Arimathie, voir Richard O'GORMAN, "The Legend of Joseph of Arimathea and the Old French Epic Huon de Bordeaux", dans Z.R.P., 80, 1964, p. 35-42 et "The Middle French Redaction of Robert de Boron's Joseph d'Arimathie, dans Proceedings of the American Philo-sophical Society, 122-4, 1978, p. 261-285.

29 P.8.

30 Le thème est très rare, surtout développé comme il l'est ici (cfr LABANDE, art. cit., p. 71).

31 Cfr mon article de 1970, p. 64-65.

32 Autre thème assez rare (LABANDE, art. cit., p. 71).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter