Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

La prière à travers l'Image du Monde

Chantai Connochie-Bourgne

Texte intégral

  • 1 Je me réfère pour cette étude au texte de la première rédaction en vers dans l'édition que j'ai ét (...)

1Qu'une Image du monde écrite en 1246 soit une louange du Créateur à travers la relation des particularités de la création n'a rien d'étonnant. Gossuin de Metz qui composa cette première encyclopédie en langue vulgaire1 s'insère pieusement dans la tradition. Cette insertion n'en garde pas moins des traits originaux. Solidaire de l'essor et de l'épanouissement culturel du siècle précédent, elle marque les droits acquis par la clergie dans la prédication ; elle fait reconnaître la place qu'a acquise la représentation du monde dans le service de Dieu.

2Mon dessein est de montrer quelle prière se prononce dans cette oeuvre didactique, comment elle se manifeste, quel rôle elle joue. La prière de demande y figure comme la prière de célébration, mais sans que ces catégories soient définies comme telles, car elles se rejoignent. L'objet de la demande mérite une particulière attention : il est précisément l'intelligence nécessaire à la découverte de l'ordre de la création au sein des créatures. Or c'est cette découverte qui donne matière à la célébration de Dieu. Décrire le monde, c'est publier l'oeuvre de Dieu. La doctrine de la création justifie et sous-tend cette encyclopédie. Je voudrais suivre Gossuin de Metz sur le droit chemin qu'il ouvre à son auditeur et lecteur. En ces régions de science et de vertu, la prière occupe une place bien définie dont la délimitation n'est pas sans intérêt, autant qu'elle nous renseigne sur la fonction de l'encyclopédie elle-même.

3Le dogme du Dieu créateur est rappelé dans les premiers chapitres ; il est suivi de ce principe selon lequel c'est par la création que l'on peut parvenir à une certaine connaissance du créateur. "Par l'uevre connoist l'en l'ouvrier". La connaissance du monde est justifiée par ce souci d'ordre théologique en même temps que toute science est subordonnée à la théologie. L'accès à la science est donc un moyen, mais un moyen privilégié, car il entraîne un renversement de l'intérêt porté au monde, qui, lieu des convoitises, devient celui d'une contemplation et d'une action. Gossuin de Metz développe longuement l'opposition avoir/savoir. Cependant même lorsque le choix est fait, la mutation accomplie, il subsiste encore, pour celui qui cherche, des risques d'erreur. C'est en ces carrefours dangereux que s'installe le représentant de l'Eglise, indiquant la limite entre bon et mauvais savoir. D'un côté la vaine errance des amoureux de la puissance, de l'autre la quête ordonnée du "Souverain Bien".

4La notion d'ordre est centrale dans cette représentation principalement cosmologique du monde créé. Or la marque sensible de l'ordre en la vie des hommes est celle du temps. Temps de révolution des astres, temps des saisons, temps du calendrier qui fixe les fêtes, temps des horloges qui rassemble les hommes.

5L'Image du monde contient des prières effectives mais aussi et surtout une incitation à la prière qui participe à ce plan divin que la création manifeste.

Les prières de l'Image du monde

6La demande - Cette encyclopédie est divisée en trois parties précédées d'un prologue, suivies d'une récapitulation qui s'étend en un épilogue sur la vanité du siècle opposée à l'éternité bienheureuse du paradis. Prologue et épilogue appartiennent aux registres de l'exhortation et de la prière, cette dernière suivant toujours la première et la confortant par un appel à Dieu.

7Il s'agit bien, en ces deux moments introductif et conclusif, d'une prière de demande :

  • 2 Vers 21-28.

Si prions au commencement
A Dieu le roi omnipotent
Qu’en ce livre nous doint entendre
Tel bien et tel scîence apprendre
Qu'il nous conduie et nous amaint
En son paradis, ou il maint,
Et nous doint sa grace et s'amour
Que conquerre en puissiens honnour2.

8La présentation des objets de notre savoir étant achevée, le texte touchant à sa fin réitère la demande :

  • 3 Vers 6540-2.

Ci fenist l'ymage du monde.
A Dieu commence, a Dieu prent fin,
Qui ses biens nous doint en la fin !3

9La première requête est double : recevoir un enseignement tourné vers le Bien et accéder à la voie de paradis. On remarque que la seconde est tributaire de la première. La prière a pour fonction éminente le salut individuel, mais ici elle réclame la connaissance, l'intelligence d'un savoir qui médiatise le rapport à Dieu. Par ailleurs il faut voir, me semble-t-il, dans ces deux prières mieux qu'une clause de style, mieux que le signal redondant et banal d'un incipit et d'un explicit. L'auteur s'est proposé d'acheminer son auditoire vers la découverte du monde et la reconnaissance de Dieu dans ses oeuvres ; il est le guide mais il est engagé aussi dans cette recherche. Aussi peut-on comprendre l'emploi du pronon nous comme la marque d'un sentiment de communauté - guide et pélerins sont unis en cette perspective salvatrice. Cet emploi est, si l'on peut dire, ecclésiastique ; il rappelle à l'individu le nécessaire encadrement par la communauté religieuse. Je reviendrai sur ce point.

10Aux gens tournés vers le siècle, l'auteur d'une oeuvre profane demande ordinairement de l'attention et de la bienveillance. Aux hommes curieux de savoir c'est l'objet d'étude qui nourrit l'intérêt et non l'art de celui qui le présente.

11La louange - De quémandeuse obligée et humble, la prière se fait célébrante. L'Image du monde se hausse à quatre reprises en prélude au chant des Laudes.

121. Dans les premiers chapitres, il est fermement rappelé que l'homme, comme

…….. li oisel
Qu’en lor chant lor creator loent,

13doit chanter les louanges de Dieu :

  • 4 Vers 162-6.

Si devons mout amer celi
Qui nous fist et bon gre savoir
Quant il nous donna tel savoir
Que, se nous amer le voulons,
De touz ses biens seignor serons4.

142. L'auteur, après que nous l'avons suivi à travers les quatre sphères des quatre éléments, nous énumère celles des sept planètes, dont nous apprenons qu'elles président aux sept jours de la semaine. La place réservée au dimanche est significative

  • 5 Vers 4278-86.

Por ce vaut li dimenches miaux
Que nus des jours de la semaine,
Quar cil jours est mis hors de paine
Et celui jour doit on mainz fere
Chose qui a Dieu soit contrere.
Autant vaut a dire dimenge
Com jour de Dieu et de loenge,
Quar toute riens doit celui jour
Loer le verai creatour5.

153. Plus haut sommes-nous conduits dans la hiérarchie des sphères, plus allègre est l'air, plus légère l'âme. Que l'on juge de la manière dont est présentée la musique que produit le mouvement du firmament :

  • 6 Vers 4295-4304.

.... li firmament
De cui tour il naist si grant joie
Et si tresdouce melodie
Qu'il n'est nuz, s'il l'avait oÿe,
Qui ja mes ne vousist chose faire
Qui a Dieu fust de riens contraire ;
Tant beeroit la a venir
Ou tel joie peüst oIr
Touz jors et avoir lez s’oÿe
Si tres joieuse melodie6.

164. L'accès au paradis est décrit sur le mode hyperbolique. Ces confins du monde échappent à la vue et au raisonnement, "Sens d'omme n'y a pooir". La parole humaine est impuissante à les décrire. L'auteur utilise ici le "topos" de de l'indicible :

  • 7 Vers 6375-95.

Li mieudres clers de tout le monde
Tant com il dure a la roonde,
Li plus soutis, li miex vaillanz
Conques fust en terre vivanz
Ne qui ja mes estre peüst,
Se. M. langues parlanz eüst,
Dont chascune parlant par soi,
En eüst. M. cuers dedens soi,
Les plus soutis c'on porroit prendre
En cors d'omme pour miex entendre,
Et chose peüst avenir
Qu'ensamble peüssent venir
Dedens son cors et puis deüssent
Penser au miex qu'eles peüssent
Touz jours a paradis descrire,
Et chasque langue peüst dire
La trouvoison de chascun cuer,
Ne porroient pas a nul fuer
Conter em parole meïsme
De la grant joie le millisme
Que li plus povres i avra7

17Parvenus en imagination au cercle ultime de l'Empyrée, il ne reste plus qu'à espérer d'y trouver séjour après la mort. Au terme de l'Image du monde, nous retrouvons cette prière de demande que j'ai d'abord présentée. Cette rhétorique bouclée est à l'image de ce monde rond et clos parcouru par la créature en un mouvement ascendant de retour au Créateur.

***

18Pour conduire son auditoire de la pesante et obscure terre au subtil et lumineux éther, l'auteur amorce et oriente notre imagination. On doit avouer qu'il ne la comble pas et, plutôt, la sèvre de belles visions et de poésie ; mais il serait inopportun de s'en plaindre. Le savant, autant qu'il fait connaître la grandeur de Dieu, prie par son savoir même. C'est de la sorte que Gossuin de Metz fait oeuvre pie. Mais le rôle de pasteur et de prédicateur qu'il soutient est difficile en ce domaine du savoir dispensé à des non-clercs. En effet il faut persuader que le service de Dieu doit subordonner l'attachement au monde, tout en nourrissant l'intérêt pour les créatures. La justification d'un tel projet peut s'opérer par le Dieu créateur. La connaissance du monde ne peut être profane ; le savoir doit spiritualiser l'homme.

19Parmi les nombreux thèmes qu'engendre une telle représentation du devenir humain, j'en ai retenu trois :

  • le détachement du monde
  • l'ordre de la création et du savoir
  • le temps des hommes et l'Eglise.

Le détachement du monde

20La connaissance a valeur d'initiation car elle opère d'abord une purification. Les saints et les anciens philosophes quittèrent le monde pour se consacrer à l'étude. D'une façon générale, ces philosophes

  • 8 Vers 540-4.

Ne furent mie convoiteus
D'avoir...
Si n'avoient nule autre envie
Fors de querre tele scïence
Dont il eüssent sapïence
De connoistre le Souverain,
Qui tant avoit fet de sa main8.

21Ils se dépouillèrent de leur avoir :

  • 9 Vers 637-41.

Tantost ainsi s'en departoient
Que li un en mer le gitoient,
Li autre le clamoient quite,
Si s'en aloient comme hermite ;
Li autre le lor departoient...9

22Quelques grandes figures sont évoquées : celle de Platon qui "relenqui les estres", d'Apolones (Apollonius de Tyane) qui

  • 10 Vers 5750-2.

Laissa de son regné l'empire
Et s'en ala, povres et nuz,
Por aprendre10.

23D'autres sont présentés comme d'infatigables routiers en quête de la sagesse : Virgile "cercha mainte terre", Ptolémée "ala par mainte contree", saint Paul "cercha par maintes regïons" et saint Brandan "ne fina d'errer". L'aise du monde est incompatible avec la recherche de la vérité.

24Ce bien être matériel qui grève l'homme s'accompagne de vanité. Gossuin de Metz veille à bien distinguer les bons clercs de ceux qui ne font profession de clergie que pour en avoir le renom, ces "papelart" qui se rôtissent "as granz feus",

  • 11 Vers 789-94.

.... qui riche sont,
Qui les granz mons de livres ont,
D'uns et d'autres si aornez
Qu’ainces on les tiengne a ssenez
Et a bon clers, quar plus ne quierent
Mes que le los des gens aquierent11.

25Ce même reproche est repris d'une manière plus précise, sur un ton plus ironique :

  • 12 Vers 805-16.

... ces convoiteus
Qui ont les livres prescieus
Et aornez mout bien et bel,
Ne n'y regardent fors la pel
Por ce c'un poi lor samble bel ;
Tant com li livres est nouvel,
Si l'esgardent aucune foiz
Por la biauté,.II. foiz ou troiz,
Ne plus n'en font que le regart,
Puis s’en retornent autre part,
Si pensent de lor ventre emplir
Et lor fol desir acomplir12.

26Ces oppositions entre bons et mauvais clercs s'insèrent dans une symbolique du haut et du bas, du subtil et du pesant, du lumineux et de l'obscur. Ces images sont développées dès le premier chapitre de l'Image du monde et glosées de la sorte :

  • 13 Vers 79.
  • 14 Vers 83.

Le mal covient descendre aval13.
….
Et le bien covient estre amont14.

27Ce mouvement est naturel, comme le prouve l'exemple du vin qui se clarifie au-dessus du dépôt de la lie. C'est cet ordre de nature qu'il est essentiel à l'homme de reconnaître afin de conduire sa vie.

L'ordre de la création et du savoir

28"Par ordre fu li mondes fais". Je ne reprendrai pas l'exposé de la doctrine de la création qui présente un dieu démiurge, architecte du monde. Ce qui retient mon attention ici est le fait que l'ordre en toute action est le seul garant de l'efficacité et du Bien.

29La quête du savoir a ses aventures, connaît des déboires. Lucifer pose volontiers ses pièges en ces régions de l'intelligence. Il existe un savoir trompeur ; le public auquel s'adresse notre texte est susceptible de méfiance vis-à-vis de la science. C'est cette prévention qu'a souci de lever l'auteur ; en ce domaine encore il faut persuader que la science est "bonne a savoir". Après avoir relaté les merveilles qu'accomplit Virgile, Gossuin de Metz avance qu'elles pourraient être tenues pour "guiles", malices, oeuvres diaboliques. A un esprit non éclairé la limite entre science et pratiques magiques peut être floue. Ainsi l'art de "nigromance" abuse de la crédulité humaine et fait "issir de son sens" l'homme :

  • 15 Vers 3815-8.

... C'est un art qui la mort donne
Celui qui mal s'i abandonne,
Quar, c'il n'en set moz, si est mors
Et dampnez en ame et en cors15.

30Il convient de remettre bon ordre. C'est dans ce même esprit que notre clerc relate les coutumes des chrétiens Jacobites qui

  • 16 Vers 2786-91.

Ne croient a confessïon
A nul homme s'a Dieu non.
Quant il se confessent a Dieu,
Pres d'aux metent encens et feu
Et cuident par cele fumee
S'en aille vers Dieu la pensee16.

31Il conclut d'une manière péremptoire

  • 17 Vers 2792.

Mais il n'est pas si comme il croient !17

32L'homme est placé devant un choix. La grâce divine peut l'aider à se diriger. La connaissance du monde, passant par l'Eglise, est utile, voire nécessaire, à son salut. Il apparait que le savoir n'est pas bon en soi, il doit être orienté :

  • 18 Vers 5607-9.

Car il n'est si bonne scïence
C'on n'i puist entendre marrance
Et c'on n'en puisse en mal ovrer18.

33Le clerc, spécialiste de la science, est soutenu en son itinéraire par l'ordre pédagogique des sept arts dont il reçoit l'enseignement méthodique. De la grammaire à l'astronomie une progression s'opère. Les sept arts sont "a droit ordenees" : la grammaire est art de "parole", la logique de "bien et de mal", la rhétorique de "tort et de droit" ; l'arithmétique est la science de l'"ordre", la géométrie de la "mesure", la musique de l'"acordance", l'astronomie enfin de la "reson". Un éloge de cette dernière clot le chapitre :

  • 19 Vers 1286-91.

Par cest art fu premiers enquise
Toute autre science et aquise
Et decret et devinitez
Par quoi toute crestïentez
Est convertie a droite foi
De Dieu servir, le verai roi19.

34Par imitation de cet ordre du savoir, Gossuin réserve la troisième et dernière partie de son ouvrage à l'étude des astres. De plus il reprend à son compte l'image platonicienne transmise par le milieu chartrain : Dieu est nommé "haus astronomiens". La science des astres restitue à l'homme le sens d'un rythme universel.

Le temps des hommes et l'Eglise

35Le thème du temps s'insère, on le reconnaitra sans peine, dans cette mystique de l'ordre. Il est indispensable de se représenter l'harmonie du monde pour mieux s'attacher à l'observation des règles pratiques de vie. L'homme est lié aux astres, il est soumis à une certaine cadence dont il doit s'instruire : influence de la lune sur les humeurs, rythme des saisons gouverné par le soleil... Toute notre vie est mesurée par le cours des astres. Notre année est solaire, elle débute le 25 Mars, jour du printemps, jour de l'Incarnation (Annonciation), premier jour de la Création du Monde

  • 20 Vers 4245-8.

... en cel tanz premierement
Ot li monde commencement
Et pour ce revient par nature
Chascune chose en sa verdure20.

36Notre mois est lunaire, chacun des jours de la semaine est placé sous l'influence d'une planète, le jour et la nuit partagent nos travaux et nos repos.

37Les deux applications pratiques de l'astronomie dans le domaine de la mesure du temps sont d'une part l'établissement du calendrier qui organise l'année liturgique, d'autre part l'invention des horloges, attribuée au maître de l'astronomie, Ptolémée. Célébrer les fêtes chrétiennes, c'est suivre l'ordre du monde, c'est être dans le Bien. Tel est le raisonnement qui s'impose alors à l'esprit du public auquel s'adresse Gossuin. Le calendrier permet de savoir

  • 21 Vers 5247-61.

……..comment on doit
Chascun jour vivre lonc son droit
En mangier et en labourer
Et en Damediu aorer,
As simples jours et as enveuls
Et enz es sainz jours sollempneuls
Lonc la coustume sainte Eglise
Que li saint Dieu i ont assise.
Par lui savons nous le saint tanz
Et du karesme et de avanz
Et les haus jours, quant chascuns hom
Doit miex fere bien par raison
Por conquerre cele grant joie
Que Diex a touz les siens otroie
Qui le desservent volentiers21.

38Une mesure plus fine et combien plus prégnante du temps est instituée par les horloges. Esprit moderniste en l'occurrence, Gossuin de Metz, dans un développement de 118 vers, défend la cause de ces étrangères, nouvelles venues, gardiennes des travaux. Là se situe la place réservée à l'exercice de la prière. On notera qu'il est une bonne prière, celle que l'on récite en commun, à l'heure fixée par l'Eglise. La prière a une fonction sociale. Le rassemblement des hommes importe plus que l'exaltation individuelle. Le rapport à Dieu s'établit au sein de la communauté instituée des fidèles. Nous en avons eu un exemple au sujet de la confession des chrétiens jacobites. La confession doit passer par le prêtre, la prière aussi, aux lieux et temps de l'Eglise,

  • 22 Vers 5124-8.

Car les oroisons qu'on récite
Chascun jour, a droite heure elite,
Plaisent plus a Dieu que ne font
Celes qui en divers lieus sont
Dites, l'un jour tost, l'autre tart,
Et plus les prent Diex a sa part22.

39Selon le même mouvement alternatif de démonstration que nous connaissons, Gossuin fait en trois points une critique virulente des fidèles qui prient en désordre :

40– quand bon leur semble, c'est-à-dire, pense-t-il, quand ils n'ont rien de meilleur à faire :

  • 23 Vers 5182-6.

L'un jour matin au moustier vont,
L'autre jour tart, ou a tele eure
Qu'il cuident que tant lor demeure
De lor autre besoingne fere,
Dont il cuident lor gaaing fere23.

41– afin qu'on les voie prier :

  • 24 Vers 5201-3.

Encor quant maint vont au moustier
N'i vont il pas tant por prier
Com por le los du monde avoir24

42– pour accroître leurs biens matériels :

  • 25 Vers 5204-6.

Et prient plus por lor avoir,
Que Diex lor gart et mouteplie,
Que por l'ame, qu'en est perie 25.

43L'apprentissage de la clergie doit enseigner le vrai rapport au monde qui n'est pas de possession mais de contemplation active, je veux dire une contemplation qui oeuvre dans la chose contemplée. Tout concourt à faire reconnaître l'unique puissance divine dans toutes les productions de la nature ; telle est la gloire de Dieu qui retentit dans l'univers.

***

44A l'issue de cet examen, il apparaît que la prière n'est pas un moyen mais une fin. Et la première prière est pour bien prier. Telle est la demande initiale du clerc : Que Dieu nous donne à entendre les voies de notre salut c'est-à-dire ce qui conduit à lui. Ce qui est plus neuf, et essentiel au projet de Gossuin, c'est que la connaissance du monde non seulement entre dans la prière, mais l'englobe, autant que la prière s'élève de la terre au ciel. C'est sur la terre que l'homme prie, c'est là qu'il doit lire les signes de Dieu. Il doit apprendre à insérer l'espace humain dans l'espace de la création ; de même, un temps sacré soutient le temps profane. Enfin, c'est ce qui fait prévaloir le règne de l'Eglise qui dicte les modalités de la prière. Prier ensemble, dans un espace, un temps, un univers commun sur lequel règne le Dieu ordonnateur qui ne fait rien sans raison, le Dieu miséricordieux et rédempteur qui n'agit jamais que par bonté.

Notes

1 Je me réfère pour cette étude au texte de la première rédaction en vers dans l'édition que j'ai établie et dont le manuscrit de base est le n° 1548 du fonds français de la Bibliothèque Nationale (Paris). Sur l'Image du monde voir Charles-Victor LANGLOIS, La Connaissance de la nature et du monde au moyen âge, Paris, 2ème éd. 1927, pp. 49-113.

2 Vers 21-28.

3 Vers 6540-2.

4 Vers 162-6.

5 Vers 4278-86.

6 Vers 4295-4304.

7 Vers 6375-95.

8 Vers 540-4.

9 Vers 637-41.

10 Vers 5750-2.

11 Vers 789-94.

12 Vers 805-16.

13 Vers 79.

14 Vers 83.

15 Vers 3815-8.

16 Vers 2786-91.

17 Vers 2792.

18 Vers 5607-9.

19 Vers 1286-91.

20 Vers 4245-8.

21 Vers 5247-61.

22 Vers 5124-8.

23 Vers 5182-6.

24 Vers 5201-3.

25 Vers 5204-6.

Auteur

Université de Haute Bretagne (rennes II)

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter