Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

Les prières à la Vierge dans l'épopée

Micheline de Combarieu

Texte intégral

  • 1 C'est-à-dire aux deux salutations, celle de l'ange de l'Annonciation et celle d'Elisabeth (Cf. Mar (...)
  • 2 Ave maris stella (au plus tard au ixe s.) ; Regina coeli (xe s.), Salve Regina Alma redemptoris ma (...)

1Si, déjà, les conciles d'Ephèse (431) et de Chalcédoine (451) avaient proclamé le dogme de la maternité divine de Marie qui faisait d'elle la : ΘΣCTÓKOS, il faudra attendre plusieurs siècles pour que se développe l'importance de la Vierge non seulement dans le discours des théologiens (mariologie), mais aussi, par exemple, dans la liturgie, dans l'art et dans la piété de l'Eglise C'est seulement à partir du xe siècle qu'on voit se populariser l'usage de l'Ave Maria, encore réduit à sa forme purement biblique1 ; du ixe au xie siècle, de nombreuses hymnes et antiennes sont écrites en son honneur2 et l'art grégorien réserve une place de choix à la fête de l'Annonciation. Ce sont les ordres religieux (bénédictins, avec une mention spéciale pour les cisterciens) qui seront à la source de ce mouvement : source savante donc. Dès le xe siècle, les principaux abbés de Cluny (saint Odilon par exemple) lui voueront une dévotion particulière, imités en cela par leurs successeurs du xie (saint Anselme) et du xiie (Pierre le Vénérable qui multiplie cérémonies et chants en l'honneur de la Vierge, en particulier la récitation quotidienne du Salve Regina). À Citeaux, le chapitre général de 1134 décide que tous les couvents de l'ordre seront consacrés à Marie à l'imitation de Molesmes que Robert lui avait voué.

2La première moitié du xiie siècle voit aussi l'apparition des premières églises de pélerinage dédiées à celle que l'on commence, dès lors, d'appeler Notre-Dame : Notre-Dame du Puy, Notre-Dame du Port (Clermont), Notre-Dame la Grande (Poitiers). Puis, ce seront Laon, Senlis, Soisson, Coutances, Paris, Chartres où la Vierge figure à la fois au tympan et, plus tard, sous la forme de la Belle Verrière ; puis, au xiiie siècle, ce seront presque toutes les cathédrales qui lui seront dédiées.

3Sur le plan théologique, la réflexion mariale, au xiie siècle, s'oriente essentiellement autour de deux thèmes : la maternité virginale de Marie, et sa fonction de médiatrice : saint Bernard montre comment celle-ci s'exerce de deux façons entre Dieu et nous : Marie est l'aqueduc, celle qui, après nous avoir donné le Rédempteur en acceptant de le mettre au monde, nous transmet la grâce de Dieu ; elle est aussi l'échelle des pécheurs, celle par qui nous pouvons avoir accès au Christ.

  • 3 Pour plus de détails sur tous ces faits, cf. Maria. vol. 2, Paris, 1952 : Les types iconographique (...)

4Enfin, sur le plan littéraire, dès le xiie siècle, se multiplient des recueils de Miracles, d'abord écrits en latin (ceux de Guillaume de Malmesbury, d'Hermann, abbé de Saint Martin de Tournai, de Heymon abbé de Saint Pierre de Dives, de Césaire d'Heisterbach) qui sont beaucoup lus dans les monastères. Mais il faudra attendre le xiiie siècle pour qu'ils soient adaptés en français : le plus connu est celui de Gautier de Coincy (premier tiers du xiiie) auquel s'ajouteront des textes isolés comme le Tombeor. Nostre Dame, (même époque) ou le Théophile de Rutebeuf (vers 1270), miracle popularisé par ailleurs par la sculpture, du portail de Souillac (xiie) à celui de Notre-Dame de Paris3.

  • 4 Et le mouvement ne fera que s'amplifier et, si l'on peut dire, se familiariser jusqu'au coup d'arr (...)

5Dans tous les cas, progressivement, la dévotion mariale, dans ses diverses manifestations, a gagné toute l'Eglise, nous voulons dire l'ensemble du peuple chrétien4. Le temps de la production épique (extrême fin xie-fin xiiie) est précisément celui de cette popularisation. Il a semblé intéressant de voir quelle était la place occupée par la Vierge dans les prières des héros épiques et, accessoirement, de se demander si on pouvait observer une évolution du Roland à Huon de Bordeaux ou Macaire.

  • 5 Notons qu'elle est aussi présente par l'intermédiaire de reliques, en particulier contenues dans l (...)
  • 6 Avec toutes les variantes dialectales ou graphiques possibles. Pour des raisons dont on peut se de (...)

6La Vierge Marie apparaît de deux façons différentes selon qu'elle est mentionnée dans des prières qui ne lui sont pas adressées ou qu'elle est la dédicataire de ces prières5. C'est le second de ces aspects que nous avons choisi d'étudier en détails ; cependant, il est indispensable de dire au moins quelques mots du premier car il permet déjà de dégager une orientation générale. Qu'il s'agisse de brèves invocations, voire de simples prises à témoin, ou, au contraire, des longs credo épiques, Dieu est très souvent appelé "li fiz Marie" ou "li fiz Sainte Marie"6.

  • 7 Aiol. Aiquin. Aliscans. Amis et Amile. Anseïs de Mes. Chanson d'Antioche. Aye d'Avignon. Chanson d (...)
  • 8 Là encore avec maintes variantes dialectales et stylistiques.
  • 9 Cf. la formule de dom Capelle à propos des textes des premiers siècles de l'Eglise (ceux de Tertul (...)
  • 10 Par exemple, le motif de la conception virginale, illustré à satiété, par l'image de la verrière p (...)

7Le nombre des syllabes - 4 ou 6 - fait de cette expression une formule bien venue pour terminer un vers ; encore faut-il qu'elle existe et choisir de l'utiliser en lieu et place d'une autre ; et la fréquence avec laquelle presque tous les poètes y ont recours est significative aussi du caractère familier pour eux de cette désignation. On se trouve là en quelque sorte devant la présence - minimum de la Vierge dans les prières épiques et elle y est attestée dans la quasi-totalité des poèmes7. D'autre part, et cette fois le plus souvent dans les credo, parfois l'Annonciation, toujours l'Incarnation est citée, voire détaillée : Marie est alors la vierge en qui "Dex s'est aonbrés"8. L'expression, tournée à l'actif, peut aussi être appliquée à Dieu lors d'une simple mention de la divinité et sans qu'il y ait prière. Par rapport à la présence massive de ces deux éléments, tous les autres ont un caractère accidentel. On voit donc que la Vierge n'est pas nommée pour elle-même mais par rapport à Dieu9, qu'elle apparaît exclusivement en tant que "mère de Dieu" - encore la construction met-elle l'accent plus sur le fils que sur la mère - et que l'on tend moins à la définir qu'à préciser la relation qui l'unit à Dieu10. Présence fréquente donc, mais aussi place discrète.

  • 11 Aiquin. Aspremont. Charroi de Nîmes. Destruction de Rome. Gui de Nanteuil. Prise d'Orange. Orson d (...)

8Que va-t-il en être lorsque, non contents de parler d'elle, les poètes s'adressent à elle, par l'intermédiaire de leurs héros ? Sur la cinquantaine de textes dépouillés, il en est à peine huit pour ne contenir aucune prière à la Vierge11. Présence fréquente donc, là aussi.

  • 12 Une exception cependant : "paternostre et salu", Gaydon, v. 7828 (dans la bouche d'un personnage s (...)
  • 13 Dans les Enfances Garin de Monglane (fin xiiie s.), alors qu'il n'y a pas eu prière préalable, on (...)
  • 14 La deuxième partie de l'Ave Maria qui en fait précisément une prière de demande, attestée dès le x (...)

9Parmi ces prières, on ne trouve pas la salutation angélique12, mais rien que de normal à cela : les prières épiques sont toujours "en situation" à commencer par les prières "du plus grand péril" : on n'y trouve donc ni Pater Noster ni Ave Maria et le credo n'y est pas le symbole de Nicée mais une adaptation de la Comendacio animae dont le contenu a un rapport évident avec la situation du héros en danger de mort. C'est aussi la raison pour laquelle toutes les prières épiques sont des prières de demande, - ou d'action de grâce13. La salutation angélique, sous la forme pratiquée alors étant une prière de louange, les auteurs épiques doivent chercher autre chose14.

  • 15 Il en reste des traces dans les usages locaux : le "Ma Doué !" breton a cette signification, et le (...)

10La formulation la plus brève est la simple mention du nom sous la forme exclamative : Sainte. Marie ou Dame Sainte Marie/Sainte Marie Dame. Mais s'agit-il à proprement parler d'une prière ? On peut en douter lorsqu'aucune demande, fût-elle vague, n'est exprimée. L'expression joue alors le rôle d'une interjection servant à souligner n'importe quelle émotion pour peu qu'elle soit vive : surprise de façon générale, le plus souvent douloureuse : on peut alors parler d'un ton de lamentation15, mais aussi, parfois, joyeuse. Par exemple, c'est son accablement que marque Charlemagne dans Huon de Bordeaux lorsqu'il se trouve successivement mis en présence du jeune frère de Huon, Gérard, blessé au cours d'une embuscade :

"Par foi, fet il, cis est pres de morir ;
Petit m'ama qui l'atira ensi.
Sainte Μarie, que porrai devenir ?
Or dira on par estranges païs
Q'en ma viellece, quant sui pres de morir,
Que jou ai, las ! tel traïsson basti"...
Huon de Bordeaux, vv.1044-48

11puis de son fils mort :

"Sainte. Marie, com lait present a cil !"
v. 1267

12La même nuance imprègne la réaction du Charlemagne des Saxons se lamentant sur son propre sort :

"Sainte Μarie Dame, roïne coronée !
Dit Karles l'ampereres, com dure destinée !"
Saxons. T. 2, p. 178

13C'est au contraire un étonnement heureux qui est celui des spectateurs du duel judiciaire mettant aux prises Huon et le traître qui l'accuse :

"Sainte Marie, dame de grant bonté,
Comment a Hues si grant coup enduré ?"
Huon de. Bordeaux, vv. 1808-09
(Cf. aussi Aiol, v. 430 ; ν. 1521).

  • 16 Quelques références parmi des dizaines d'autres : Garin le Lorrain : v. 2650. 5183. 5339. 7077. 70 (...)

14Il y a là soit une expression stéréotypée, vide de contenu, soit, tout au plus, une sorte de "prise à témoin" de la Vierge par celui qui parle, une tentative peut-être pour se protéger d'un renchérissement de la mauvaise - et, qui sait, de la bonne - chance... On ne saurait dire qu'il y a là adresse, ni, à plus forte raison, prière. Il ne servirait à rien de multiplier les exemples de cette sorte16. Précisons cependant que si les occurrences de l'expression "li fil Marie" peuvent représenter la moitié des cas où apparaît le nom de la Vierge, celles des "Sainte Marie" - auxquelles on ajoutera les formules du type "el nom Sainte Marie" - s'élèvent facilement à la moitié du reste. On voit donc ainsi s'amenuiser rapidement un nombre de références si considérable au départ qu'il semblait devoir décourager une analyse restreinte à quelques pages.

15Parmi les textes subsistants, nombreux encore sont ceux qui ne sont pas adressés à la Vierge seule mais à elle et à Dieu, conjointement ou successivement. L'auteur prend parfois à son propre compte ce type d'association :

Ciex le conduie ki fist ciel et rosée
Et sa mere Marie.
(L'auteur d'Aliscans à propos de Guillaume : vv. 2064-5)
(Cf. aussi Moniage Rainouart. vv. 3473-5 ; 7263-4.

16mais il le prête également à ses héros. Dieu et la Vierge peuvent être nommés l'un et l'autre au style direct dans le discours rapporté :

Dieus, dist li rois, Sainte Marie, aïe !
Gardez ma gent qu'ele ne soit honie !"
Anseïs de Mes, ν. 7160-61
(Cf. aussi Elie de Saint Gilles v. 959 sq.
Moniage Rainouart. vv. 1652 sq.)

17Mais ils sont parfois nommés dans deux éléments successifs de la prière : dans Gerart de Vienne, par exemple, les prières formulées par Charlemagne et Aude en faveur de Roland et d'Olivier sont adressées à l'un puis à l'autre (Aude : prière à la Vierge : CLII. vv. 5426-38 ; à Dieu : CXVIII. vv. 5292-94 ; Charlemagne : à la Vierge : vv. 5332-6 ; à Dieu : vv. 5075-7). Il arrive encore qu'une prière, ou des prières soi(en)t résumée(s) sous forme narrative :

Soventes fois Jhesucrist reclama
Et la Pucele en qui il s'aombra
Huon de Bordeaux. vv. 2662-3

18Enfin, assez souvent, le nom de Dieu est cité dans l'énoncé introductif et narratif qui, en fait, résume déjà une partie des paroles du personnage, et c'est la Vierge qui est citée dans la partie rapportée au style direct :

Damel-dieu reclama de majesté :
"Dame Sainte Marie, or secourés :
Se mon ceval enmainent mal ai esré."
Aiol. vv. 808-10

Dieu reclama le verai justicier :
"Sainte Marie pensez de moi aidier !
Je referai d'Origny le mostier."
Raoul de Cambrai, vv. 2831-33 (et vv. 2994-97)
(Cf. aussi Garin le. Lorrain. vv.6471 sq.
Enfances Guillaume, vv.1154 sq.
Couronnement de Louis. vv.677 sq.)

  • 17 Une exception qui n'en est pas une. Dans la Chevalerie d'Ogier, on lit :
    Sainte Marie va li dux rec (...)

19Le premier type de présentation est susceptible de justifier deux analyses différentes entre lesquelles il est impossible de trancher : on pourrait dire que l'auteur ne considère pas une prière comme suffisamment fondée si elle s'adresse seulement à la Vierge, mais tout aussi bien que la seule adresse à Dieu lui paraît avoir besoin de la Vierge comme adjuvant. En revanche, le second type énonce que la prière s'adresse globalement à Dieu, même si, dans ses spécifications, elle peut mentionner la Vierge ou les saints. Ce qui corrobore ce point de vue, c'est qu'on ne rencontre pas le système inverse : énoncé général d'une prière à la Vierge suivi d'un texte au discours direct adressé à Dieu. Ce schéma fait donc apparaître non seulement une sorte de partage des pouvoirs entre Dieu et la Vierge mais une subordination de sa part à elle17. Rien que d'orthodoxe évidemment dans cette façon de présenter les choses dont l'épopée ne se départit pas de tout le xiiie siècle, comme le montrent les exemples que nous venons de citer. A la même époque, la réserve était-elle encore la même chez Gautier de Coincy et, à plus forte raison, chez Rutebeuf ?

20Cela dit, il reste (un certain) nombre de prières épiques qui sont adressées à la Vierge et à elle seule.

21Il serait trop long de dresser la liste complète de toutes ces prières. Quelques références cependant qui pourront donner une idée de leur densité, empruntées à des chansons d'époques différentes et appartenant aux trois cycles épiques :

22Qui prononce ces prières ? Pensera-t-on que les héroïnes, par exemple, y auront recours de façon privilégiée ? Aude, dans Girart de Vienne ? Certes, au cours du combat qui met aux prises Roland et Olivier, mais aussi, pendant le même temps, les autres spectateurs (Renier : 533Q-2 ; Charlemagne : 5333-5). Aeluis, la fiancée de Raoul de Cambrai quand elle apprend sa mort (3688-90) ? Mais Raoul lui-même l'avait précédée (3131). Béatrice dans le Chevalier au cygne (I, 137-9 ; 812-4, etc...) ? Mais aussi son fils (I, 2256-7...). Non, il est inutile de poursuivre. Inutile aussi de tenter d'autres critères : âge, circonstances, personnages particuliers. N'importe quel héros épique en danger et, le plus souvent - épopée guerrière oblige - en danger de mort sur le champ de bataille, prie la Vierge comme il prie Dieu en d'autres moments de sa vie littéraire.

"Comme il prie Dieu", ou autrement ?

23La demande adressée à Dieu est directe. Celle adressée à la Vierge se réfère parfois explicitement à sa fonction de médiatrice : l'orant fait alors relayer par elle sa propre prière mais c'est de Dieu qu'il attend la réponse :

Sainte Marie genitrix,
mere de Deu dame, Isembarz dist,
depreiez en vostre bel filz
qu'il ait merci de cest chaitif."
Gormont et Isembart vv. 651-3

"Sainte Marie, ce dist le duz Hervil,
Car proiez or hui est jor vostre fil
Que par moi soit destruiz cis Arrabiz
Qui nostre loi destruit et afoibliz"...
Garin le Lorrain. 483-6

"Sainte Marie, proiés vo fil Jesu,
Hui mete m'ame en son palais lasus.
Car je voi ben que mi jor sont venu."
La Chevalerie d'Ogier de Danemarche. vv. 6359-61

"Sainte Marie dame, vostre chier fil proiés
De la vie l'enfant dont dols est et pitiés ;
Ja se il chiet à terre ja iert tos esmaiés."
Les Chaitifs. p. 252.

"Hé ! Dex, dit-il, dame de paradis.
Proie ton fil, roïne genitrix.
Qui le travail et la painne en souffris,
Et la fontainne dou ciel en toi ouvri !"
Gaydon. vv. 1382-5

"Sainte Marie, qui le cors Dieu tenis,
Pechieres sui ; or me repent ici...
(Se reconnaît coupable d'un meurtre en trahison)

A, chiere dame, or proiiez vostre fiz
Qu'il me pardoinst et qu'il me doinst respit
Que accorder me puisse a vostre fil
De ceste chose dont me sui entremis".
Gerbert de Mes. vv.2319-326

  • 18 A ce premier stade, Marie et les saints ne sont que spectateurs, c'est une différence avec le sché (...)

24Dans ces textes, la Vierge est bien considérée sous ce double aspect d'"échelle des pécheurs" et d'"aqueduc" que lui reconnaissait saint Bernard : transmettant la prière humaine à son fils divin, et la rendant plus puissante auprès de lui du fait même qu'elle la reprend à son compte : ce sera donc par elle que l'orant recevra la grâce escomptée. Cette démarche est très clairement "mise en scène" dans un passage de la Chanson d'Antioche : répondant à l'inquiétude générale des chrétiens dont la situation militaire tend à se dégrader, le Christ apparaît en compagnie de la Vierge et des saints Pierre et Paul à un prêtre qui le supplie18 de venir en aide aux croisés. Jésus rappelle les interventions surnaturelles dont ils ont déjà été favorisés et explique que leurs difficultés présentes sont un juste châtiment de leur désobéissance : ils s'obstinent à entretenir, malgré la défense qu'il leur en a faite, des relations coupables avec les païennes. C'est alors que la Vierge intervient :

Quant nostre Dame l'ot, si en ot grant pitié.
Entre lui et saint Pierre lui sont au pié alé.
La mere Dame Dieus aus piés son fil caï,
Dolcement reclame celui qu'ele nori.
Que il ait de son pople et manaide et merci.
Chanson d'Antioche. VII. vv.446-9.

  • 19 La présence et le rôle de Pierre et Paul à côté de Marie contribuent à diminuer l'importance des s (...)

25Le Christ accepte d'écouter les prières de sa mère à laquelle se sont joints les deux saints19. Le prêtre sera son messager auprès des croisés : qu'ils se confessent et ne pèchent plus, et ils recevront du secours dans un délai de cinq jours.

26On soulignera la continuité chronologique à cet égard des textes cités, du vieux Gormont et Isembart au plus récent (environ 1250), Gerbert de Mes. Maison s'étonnera peut-être de leur petit nombre, car, pour le coup, ce sont là les seuls exemples recensés de ce type de formulation dans les 50 poèmes recensés. L'adresse directe se rencontre, tout compte fait, de façon beaucoup plus fréquente. On peut émettre l'hypothèse qu'il y a à cela une raison d'ordre stylistique : l'expression "priez votre fils de..." introduit un échelon supplémentaire qui alourdit la phrase. On constate que nos auteurs l'utilisent dans des circonstances particulièrement graves, où il y va de la vie du héros (souvent entendu au sens spirituel), - et que d'ailleurs, dans le cours de leurs poèmes, ils utilisent aussi, et plus souvent, l'adresse directe :

Dist li Danois : "Sainte Marie, aïue !" (Ogier.
v. 10023
(Pour Ogier,, cf. aussi v. 5983 ; 6366 ; 8833-5)
(Pour Gormont et Isembart, Gerbert de Mes,
Garin le Lorrain, Gaydon, Les Chaitifs, se reporter au tableau p. ).

27Est-ce à dire que, dans ce cas, l'action divine est mise entre parenthèses et que seule Marie est considérée comme dispensatrice des grâces ? Non, comme nous allons le voir quand nous, examinerons les réponses qui sont faites à ces prières.

28Sous quelle(s) forme(s) se présente(nt)-t-elle(s) ? La plus brève, et la plus couramment utilisée est du type "Car me soiez aidans" / "et car me secorez" ou "et car me consoillez", ou, plus rapide encore, "aiue !", formulation simplement précédée de la mention "Sainte Marie (dame) !".

  • 20 Quelques références : Chanson de Guillaume. vv. 813-6 : Girart de Vienne : vv. 5330-35 ; 5434-38.

29Est également bien représenté le type qui comprend seulement quelques vers20 :

"Mere de Jhesu Crist, douche dame honourée,
Sequeur moy hui cest jour, s'il te plest
et agrée !"
Doon de Mayence. vv.682-3

"Sainte Marie, praigne vous en pitié !
Roïne, Dame, vostre honme secourés.
Que il ne soit honnis ne vergondés !"
Huon de Bordeaux, vv.5916-8

  • 21 Chanson d'Antioche. Aye d'Avignon. Bataille Loquifer. Chevalerie d'Ogier. Doon de Mayence. Enfance (...)

30Mais il n'est que 17 chansons pour en recéler, et parfois une seule21.

  • 22 On ne saurait dire que la mention "dame" lui fait un sort à part puisqu'on trouve aussi fréquemmen (...)

31Les titres qu'on donne à la Vierge ne sont pas très variés. Dans les invocations brèves, elle est "Sainte Marie", ou "Sainte Marie dame", mise sur le même plan nominal que ces saints qui parfois l'accompagnent (saint Pierre et saint Paul dans le texte de la Chanson d'Antioche étudié ci-dessus) ou sont mentionnés en même temps qu'elle (elle est associée, par exemple, à saint Julien dans le Montage Rainouart)22.

32Dans les prières plus développées, on remarque trois sortes d'appellation, qui existent évidemment sous diverses formes : elle est la "virgene pucele", la "mere Deu genitrix" (celle qui "porta Dé"), ou la "roïne coronée", termes qui résument ses privilèges et fondent sa puissance à la fois sur Dieu et sur les hommes. L'extension de ces prières ne permet pas d'en dire plus.

33En est-il de plus développées - qui permettraient d'évoquer par exemple certaines circonstances de sa vie ? On ne trouve pas d'équivalent des credo épiques appliqué à la Vierge, ce qui est au demeurant satisfaisant sur le plan théologique. On trouve cependant, dans la première partie du Chevalier au cygne, une très longue prière qui est une prière "du plus grand péril" et qui commence par lui être dédiée : deux femmes, la mère et la fille, apprenant que le champion qui les défend en combat singulier est en difficulté, prient pour lui. La jeune fille s'adresse à Dieu et, sans lui présenter formellement de demande, rappelle, en Le prenant à témoin, que le droit est pour elles dans ce duel. Quant à la mère, l'auteur introduit ainsi sa prière :

Sa mere s'agenoille...
Une oroison commenche qui molt doit estre
amée :
Ja cil qui la diroit par veraie pensée
Le jor n'estroit honis s'il l'avoit recordée :
"Dame Sainte Marie, roïne coronée,
Gloriose pucele, digne bone eürée.
Qui portastes celui qui vos avait formée ;
Cil devint nostre Sire ; ains que vous fussiez
née,
Avoit fait ciel et lune"
I, vv. 3490-98

34On rejoint alors le schéma des prières de même type et habituellement adressées à Dieu. Mais l'histoire du monde et de la venue du Christ va être racontée par référence à l'histoire (au temps) de Marie : par exemple, à propos des prophètes :

"Anchois qu'il avenist que vos fustes trovée.
Ne la Sainte Novele fust à vos aportée
Par l'angle Gabriel, où vous fustes trovée,
Vostre sautier lisant, comme none velée,
Habrahans en parla ο la barbe meslée"...
vv. 3502-06
(en = la venue du Christ sur terre)

35Suit une longue évocation de plusieurs personnages empruntés à l'Ancien Testament, et en particulier de Moïse : à ce stade, l'orante commence d'"oublier" qu'elle s'adresse à la Vierge, et se met à parler d'elle à la troisième personne. Mais une place importante continue cependant d'être donnée aux moments où Marie intervient personnellement dans cette histoire du monde (par exemple, son mariage avec Joseph et l'épisode du bâton qui fleurit ; récit assez détaillé de la Nativité avec l'épisode de la guérison de la sage-femme infirme). Puis, le glissement se poursuit et la prière-évocation s'adresse à présent au Christ :

"Marie Madelaine pecheresse clamee
S'aprocha à vos piés...
vv. 3564-5

36La suite ne mentionne plus la Vierge et la demande finale est, conformément à la tradition de ces prières, adressée à Dieu ; et c'est Lui qui y répondra :

Mais Dex ne voloit mie li vassax fust honis
Qui li dona corage, qu'il est em piés salis...
vv. 3623-24

37La construction de l'ensemble montre donc comment l'auteur, après un début inhabituel, rejoint le schéma traditionnel, pris sans doute par le caractère stéréotypé du morceau, mais aussi, je le crois, par la raison religieuse qui le fonde : l'histoire du salut de l'homme est celle de sa réconciliation avec Dieu, même si la Vierge a un rôle à jouer dans l'économie de cette démarche.

38Et puisque ce sont des prières de demande qu'y demande-t-on ? Rien que de très attendu : le héros en difficulté requiert de l'aide, et l'urgence de la situation où il se trouve peut être une raison de la brièveté de ces formules réitérées : "et car me secorez"/"car me soiez aidans" / "àiüe". Au demeurant, le type d'obstacle rencontré suffit - tant pour l'auditeur que pour la dédicataire de la prière - à spécifier la nature du secours imploré. Inutile que le navigateur au péril de la mer précise qu'il demande l'apaisement des flots (Anseïs de Mes, v. 10934 ; 12065 ; Moniage Rainouart, vv. 888-90) ; ou que le guerrier blessé dise qu'il besoin d'un surcroît de force (Chevalerie Vivien, v. 361-2 ; Moniage Rainouart, v. 1490 ; Chevalerie d'Ogier, v. 10023 ; Gaydon, 350, 1479...) ; ou que les spectateurs d'un combat implorant la Vierge pour leur champion soient plus explicites (Aliscans, v. 1743 - Guiboure en faveur de Guillaume).

  • 23 Signalons que lorsqu'un héros convoîte le cheval de son adversaire ou craint qu'on ne lui prenne l (...)

39Lorsque les demandes sont explicitées, on ne saurait dire qu'elles surprennent : qui a le sentiment qu'il y va de sa vie demande normalement la grâce de la vie, de même que le chef le fait pour ses hommes ou les spectateurs d'un duel judiciaire ou d'un combat par champions pour le représentant de leur camp. Ce souhait est parfois prolongé sous la forme de tuer l'ennemi ou de se venger de lui/d'eux. Lorsque la situation lui paraît humainement définitivement compromise, il demandera la vie éternelle, - qu'il s'agisse d'un héros positif ou d'un héros négatif repentant. De façon plus exceptionnelle, la Vierge sera invoquée comme puissance pacifiante pour rétablir la concorde entre deux camps23.

40Quelques uns ce ces textes sont particulièrement riches parce qu'ils nous montrent des héros partagés entre deux aspirations et qui cherchent une solution convergente, non sans difficulté parfois. C'est Vivien en péril de mort à l'Archamp demandant à la Vierge de le protéger :

"Sainte Marie, mere genitriz.
Si verreiement cum Deus portas a fiz,
Garisez mei pur ta seinte merci
Que ne m'ocient cist felon Sarrazin."
Chanson de Guillaume. vv.813-6

41puis s"adressant à Dieu dans les vers suivants et s'apercevant qu'il ne peut demander pour lui ce "respit de mort" que le Christ ne s'est pas accordé à Lui-même. C'est le duc Beuve, dans l'épisode inaugural de Renaut de Montauban partagé entre ses désirs de vengeance et de paix :

"Dame, dist li dues Bues, qui portas le fil Dé
Vos me gardés mon droit que ne soie afolé ;
Et donés que ja vainque l'empereor membré
Tant que soion ensamble bonement accordé,
Ou il s'en voist ariere en France son reigné."
Renaut de Montauban. vv.1207-12

42C'est Guillaume, pensant que le combat qu'il a mené si longuement contre les Sarrasins pourrait bien lui valoir l'aide de Dieu et de la Vierge contre les brigands qui l'assaillent, - mais résigné à la mort si telle est la volonté de Dieu :

"Dieus, dist Guillaumes, sainte Marie bele,
Qui Dieu portastes, gloriouse pucele,
Tant par ai mort de cele gent averse,
De Sarrasins, qui Damedieu ne servent,
Garissiés moi de ces larrons rubestes,
Qui tant me font et anui et moleste !
Moniage Guillaume II vv.1543-8

Dieus, s'il vous plaist que jou la vie perde,
Recevés moi en paradis celestre"
vv. 1553-4

43C'est Aude craignant à la fois pour son frère Olivier et pour Roland qu'elle aime et qui sont aux prises :

"Sainte Marie, dist Aude la senee,
Je voi conbatre mon frere en cele pree
a mon ami, qui m'avoit aamée ;
li quieus qui muire, je serai forsenee :
departez les, roïne coronee !"
Girart de Vienne. CLII. vv.5434-8

  • 24 Cf. aussi la prière d'Ogier (Chevalerie d'Ogier. vv. 8833 sq.).

44C'est Naime, persuadé d'abord de l'innocence de Gaydon, mais saisi de doute quand il le voit se servir de l'étrier pour monter à cheval avant le duel judiciaire qui doit l'opposer à Thibaut, - lequel s'est placé d'un saut sur sa monture - et qui, après s'être adressé à la Vierge en faveur de Gaydon (texte cité p. 8), conclura en demandant de mourir, si Gaydon est coupable, pour ne pas voir sa défaite. Mais ces prières sont plus intéressantes pour l'étude de ceux qui les prononcent que de celle à qui ils les adressent24.

45Ces prières présentent-elles une spécificité quelconque par rapport à l'ensemble de celles que l'on trouve adressées aux saints et surtout à Dieu dans nos poèmes ? Ce que nous avons dit de leur caractère banal laisse attendre une réponse négative. En particulier, dans la mesure où on trouve des exemples de demandes identiques présentées à Dieu, il est impossible de trouver ici la complémentarité que l'on pourrait rencontrer ailleurs, et sans doute dans les recueils de Miracles, entre Dieu figure de justice et Marie mère de miséricorde. Certes, on trouve quelques affirmations précises de l'assurance que le pécheur peut prendre en elle :

"Et fiance aies ens le vierge Pucele,
Dont Jhesuscris fist s'amie et s'ancele :
Qui velt aidier desconfis ne puet estre"
Huon de Bordeaux. vv.2672-4

La mere Jhesu Crist...
Qui à ses bons amis fet secours et aïe...
Doon de Mayence. v.1707

46ou de sa bienveillance à l'égard de tous les pécheurs qui ne l'appellent pas en vain (Aliscans. vv. 759-60). Mais on peut en trouver de semblables appliquées à Dieu, qui ne font qu'illustrer le thème largement attesté, au delà de l'épopée, de Dieu qui ne "veut pas la mort du pécheur". On notera cependant que la Vierge apparaît avec une certaine prédilection comme l'image du dernier recours. Elle est celle à qui on ose encore s'adresser même si on a gravement péché, voire persévéré dans le mal. Dans Huon de Bordeaux, elle joue ce rôle, au demeurant de façon inattendue... par rapport à Auberon : lorsqu'Huon a désobéi à l'enchanteur et qu'il ne pense plus pouvoir compter sur son aide, après d'ailleurs en avoir fait la dure expérience, c'est vers Marie qu'il se tourne à plusieurs reprises, comptant bien qu'elle ne lui fera pas défaut :

"Se il me faut, la Dame m'aidera
Qui le cors Diu en ses dous flans porta ;
Qu'en li se fie desconfis ne sera"
Huon de. Bordeaux. vv.5644-6
(D'où : prières adressées à la Vierge :
vv. 5916-8 ; 7061-4 ; 7164-5 ; 7752-3 ; 8122-3)

47Dans un registre plus grave, on doit remarquer que certains héros de démesure, ceux qui ont poussé le plus loin possible la rupture avec l'univers féodal et chrétien, - l'un, Raoul de Cambrai, par sa conduite violente contraire à toutes les coutumes féodo-chevaleresques et par le défi qu'il lance implicitement à Dieu en affirmant à l'un de ses adversaires que même la puissance divine ne pourrait le soustraire à ses coups, - l'autre, Isembart, parce qu'il est un renégat, se tournent vers elle au moment de mourir. Certes, Raoul s'adresse aussi à Dieu (Dieu reclama qi tout a a baillier. v. 3124) ; mais le discours qu'introduit ce vers constitue moins une prière qu'une déploration stupéfaite devant l'imminence de sa mort ; le seul vrai mouvement de supplication a Marie pour support :

"Secorés moi, douce dame del ciel !"
v.3131

48Quant à Isembart, si Dieu est Lui aussi mentionné dans sa prière, celle-ci est d'abord adressée à la Vierge (v. 634) et se clot sur elle, par une demande d'intercession (vv. 651 sq. : texte cité p. 8). Dans ces deux cas, Marie est bien l'"advocata" des causes désespérées, celle qui interviendra pour Théophile-Faust.

49Mais si l'on s'adresse ainsi avec confiance et constance à elle, obtient-on à tous coups ce que l'on demande ? Et la Vierge est-elle toujours présentée comme la dispensatrice du secours ou de la grâce obtenu ?

50Lorsque le héros prononce la formule "car me soiez aidans", ou l'une de ses variantes, il s'empresse généralement aussitôt de mettre en pratique l'adage "Aide-toi, le ciel t'aidera". C'est-à-dire que lui, qui s'avouait en difficulté et presque vaincu, fait preuve soudain d'un regain de force, de courage et d'assurance. La situation qui le dépassait l'instant d'avant, il l'assume entièrement à nouveau et avec ardeur. Dans le Moniage. Guillaume II par exemple, Guillaume prie la Vierge face à un adversaire particulièrement redoutable ("Sainte Marie, roïne secourable/Ne soufrés mie que cis gaians m'escape !" v. 2267-8). Le géant ne lui échappera en effet pas, contrairement à ce que le début du combat et l'inquiétude du héros laissaient craindre... mais aucune intervention de la Vierge n'est mentionnée explicitement pour rendre compte du succès final de Guillaume. Aiol peut bien s'écrier :

"Dame Sainte Marie, or secourés :
Se mon ceval en mainent, mal ai esré"
Aiol. vv.808-9

51Sa réaction vigoureuse est ensuite, semble-t-il, une suffisante explication du fait qu'il réussit à ne pas perdre sa monture. La formulation de l'auteur souligne parfois cette dualité de perspective :

"Sainte Marie et car me secorés
Et que je puisse ce ceval conquestier !"
Plaist vous oïr comment il a ovré
Huon de Bordeaux vv.7752-4

52Dans Aliscans, Guibourc, voyant Guillaume en difficulté sous les murs d'Orange, au moment où elle a refusé de lui ouvrir la porte, implore la Vierge pour lui ("Sainte Marie, et car le secorez" v.1743)...mais Guillaume sera tout simplement sauvé parce que sa femme lui ouvrira la porte de la ville pour qu'il s'y réfugie. "Sainte Marie dame, car aidiez !", s'écrie Guillaume dans le Siège de Barbastre, au cours d'un combat où la disproportion des forces est grande : on le voit aussitôt multiplier les exploits ; dans le même poème, Aymeri, mêlant prière et lamentations, s'adresse à la Vierge :

"Roïne glorieuse, qui m'a mon fil tolu,
Guibert, se ne le rai, je serai confondu ;
Que fera cist pechierres ?"
Siège de Barbastre. vv.5902-4

  • 25 Cf. aussi Conquête de Jérusalem. vv. 835-7 ; Doon de Mayence. v. 11281.

53Il se lance immédiatement alors dans la bataille à la tête de ses hommes et c'est eux qu'il requiert : "si me rendez mon fil" (ν. 59014). De même encore, lorsqu'Hermenjart supplie la Vierge pour Aymeri, et cette fois en des termes très explicites, ("Sainte Marie, miracles et vertu !" Mort Aymeri de Narbonne. v. 812), on constate, à lire les vers suivants, qu'Aymeri se bat comme un beau diable, toujours sans qu'une intervention miraculeuse soit spécifiée25. Enfin, citons un texte de la Chanson d'Antioche : on y voit un groupe de croisés de France en appeler à Dieu et à la Vierge parce qu'ils ne comptent plus sur un secours humain :

Quant voient no François que il n'aront aïe,
"Mont joie" ont escrié. Saint Sepulcre, aïe !
Diex, souscorés nous hui, dame Sainte Marie !
Roïne coronée, de Dieu estes amie,
Dame, vous le portastes, n'en fustes travellie.
Si com nous le créons, si nous faites aïe !"
Chanson d'Antioche. II. vv.753-8

54puis, sans transition, le poète enchaîne :

Adont se raloièrent en la lande enhermie.

Puis que raloié sont ensemble li François,
Ne doutent Sarrasins la montance d'un pois,
Ains poignent droit à eus, com il porent ançois.
Si lor colpent les testes à lor brans vienois.
vv. 759-63

55Le regroupement des combattants, action humaine donc, est présenté comme la cause de leur succès.

56On pourrait, à ces exemples, en ajouter beaucoup d'autres, en particulier tous ceux où une demande d'aide adressée à la Vierge (ou à Dieu), trouve en fait une issue dans l'intervention d'un facteur humain ou naturel : par exemple, lorsque l'ermite Gaydon, attaqué par des brigands, implore à la fois le secours de Marie et l'aide de Guillaume et qu'il est tiré d'affaire par ce dernier à propos éveillé (Moniage Guillaume. II vv. 231-34) ; ou lorsqu'Elyas mourant de faim au cours d'une navigation (Chevalier. au cygne. I. v. 2586), est sauvé par l'approche opportune d'une terre où il trouvera de quoi se restaurer ; ou encore lorsque Gaydon est sauvé par son écuyer Gautier après avoir imploré la Vierge (Gaydon v. 9211 sq.). Si on se laisse guider par un esprit de rationalisme critique, on est tenté de conclure simplement à l'artifice littéraire (l'auteur faisant rebondir l'action ou prolongeant son héros à l'abri d'une mention d'une intervention surnaturelle), c'est-à-dire finalement à une finalité humaine (à l'intérieur de la fiction) même invraisemblable. En fait, les choses sont moins simples que cela.

  • 26 Cf. aussi Moniage Guillaume II. vv. 3342-46.

57D'un côté, l'auteur explicite parfois l'intervention surnaturelle dans les circonstances identiques à celles où, ailleurs, rien de tel n'est dit : lorsque Guillaume, dans le Moniage II, agressé par des brigands, réussit à les mettre hors de combat après une prière où il nomme la vierge, l'auteur emploie le terme de "miracle" (v. 1571)26. Dans Aliscans, si le mot n'y est la chose s'y trouve, à propos de Rainouart grièvement blessé :

Dist Rainouars : "Sainte Vierge honourée,
Secorés moi, roïne corounée !"
A icest mot est sa vertus doublée.
Aliscans vv. 7146-48

58Mais, comme dans la plupart des miracles épiques, ceux auxquels la Vierge est mêlée passent par la voie des causalités humaines, loin de systématiquement les contredire. Témoin ce texte de Doon de Mayence qui en fait clairement apparaître le mécanisme :

Se Dex ne le gardast et la Vierge henourée
Et cheu que il avoit l'arméure endossée
Jamès jour ne menjast ne ferist en meslée !
Doon de Mayence. vv.10029-31

59C'est bien là le "Aide-toi, le ciel t'aidera" que nous évoquions ci-dessus. Lorsqu'il n'est pas explicité comme ici, tout est laissé au jugement/à la foi ("fides quaerens intellectum") du public qui entendra dire successivement la prière du héros puis ses exploits humainement inattendus. Liberté lui est alors laissée d'appréhender cette séquence comme une surprise littéraire ou de rétablir le maillon (sprituellement) manquant : celui où la Vierge, ayant entendu la prière, y répond.

60Enfin, le héros demandait-il une aide au sens matériel du mot ou une attention, - l'assurance d'un regard sur lui, de la Vierge ? Quand Charlemagne se trouve en difficulté face à Baligant, c'est une parole de reproche de l'ange qui le fait se ressaisir parce qu'il voit dans cette intervention la marque de l'intérêt que Dieu porte à son combat : il reprend alors confiance, mais il n'est nullement question que Dieu le doue pour autant, même de façon ponctuelle, de forces surhumaines. C'est à cette aide de la Vierge, à ce regard de Dieu que l'évêque du Puy en appelle dans la Chanson d'Antioche :

Li evesques del Pui a la noise entendue,
A haute vois escri : "Sainte Marie, aiue !
Diex, regardés vo gent de vo clere véue,
Qui pour vous a tans maus et tante peine éue !"
Chanson d'Antioche. VIII. vv. 1143-46

61C'est en cela, surtout, que consiste, quand et si elle a lieu, l'intervention surnaturelle.

62Mais venant de Dieu ou de la Vierge ? L'exemple précédent nous permet d'introduire ce dernier point. Dans le petit nombre de cas - par rapport à celui des demandes - où il est spécifié qu'il y a intervention surnaturelle, celle-ci, que la prière ait été adressée conjointement à Dieu et à la Vierge, voire à elle seule, est souvent attribuée, en revanche, à Dieu seul. Parfois, il nous l'apprend plus indirectement en faisant prononcer à son héros une prière d'action de grâce adressée à Dieu et non à la Vierge. C'est particulièrement net parce que réitéré dans le Moniage Guillaume II : la prière adressée par Guillaume attaqué par les brigands, conjointement à Dieu et à la Vierge, débouche sur un "La li fist Dieux une miracle bele" (v. 1571) où Dieu seul est mentionné ; lorsqu'au cours d'une tempête, le même héros implore la Vierge ("Sainte Marie, de nos vies pensées !" (v. 3342), l'auteur précise aussitôt :

Tout ce fist Dieus li rois de maïsté
Pour dant Guillaume...
vv. 3345-46

63Enfin, lorsque Guillaume toujours, implore la Vierge, quand il voit nuit après nuit son travail de constructeur de pont détruit, la suite du récit précise que c'est Dieu qui intervient pour permettre au héros de voir enfin son diabolique adversaire et donc de le combattre plus aisément. Bien sûr, d'autres exemples de cette présentation des faits se rencontrent : les plus probants sont évidemment ceux où la prière a été adressée à la Vierge seule. Gaydon, en difficulté pendant son combat contre Thibaut, réclame son aide (Gaydon, v.1749), mais c'est Dieu qu'il remercie lorsqu'il frappe ensuite un coup particulièrement efficace (v.1762). Huon de Bordeaux, qui appelle Marie à l'aide plusieurs fois, lorsqu'il ne compte plus sur Auberon, est en fait tiré d'affaire... par une intervention d'Auberon (vv. 5341 sq.) puis par celle de Dieu :

"He ! las, fait il, quel part porai aler ?
Sainte Marie et car me secourés ! "
vv. 7164-5

Ore escoutés du jovene baceler
Quele aventure Dix li a destiné,
Qui veut aidier ja n'ert desbaretez.
Huon de Bordeaux, vv.7177-79

64Enfin, la mère de Garin, qui prie la Vierge de lui faire retrouver son mari, en remercie Dieu quand son voeu est exaucé :

Et disoit bien souvent : "Vierge honnouree,
Quant poroye veoir l'eure et la journee
Qu(e) au bon duc monseigneur soye amie et privee"
vv. 2239-41

Lye fu la ducoise, Jhesus va graciant.
Enfances Garin de Monglane. v.2246

65A ces exemples on pourrait ajouter ceux or à une prière adressée conjointement à Dieu et à la Vierge correspond l'intervention de Dieu seul : Chanson du Chevalier au cygne (I.vv3623), Chaitifs (pp. 252-3), Macaire (vv. 817 sq.), Girart de Vienne (où l'envoi de l'ange pour séparer Roland et Olivier est le fait de Dieu seul).

66Une façon différente de présenter les choses et qui laisse une part - imprécisée - de responsabilité dans l'intervention à la Vierge consiste à attribuer le miracle à la fois à elle et à Dieu. Par exemple, l'auteur du Moniage. Rainouart nous montrant son héros en péril de mer, précise :

Ja fust noiés Rainoars sans nul plais
Se Dex ne fust li glorïeus, li vrais et sa mere Marie
Moniage Rainouart. vv. 4399-401
Cf. même chanson, vv.1652-4

67Dans Aliscans, Guillaume, heureux d'un succès remporté sur un adversaire difficile "molt hautement Dame dieu en loa/Et sa mere Marie" (vv. 1289-90). Dans les Saxons, une bonne nouvelle est accueillie en ces termes :

Quant li baron l'antandent, tuit de joie revelent,
Dame Deu en aorent et la Virge pucele.
Saxons. I.70

68Dans le Siège de Barbastre, Girart qui réussit à récupérer son cheval tombé aux mains des Sarrasins, en remercie à la fois Dieu et la Vierge (vv. 1054-55). Comme on le voit à la brièveté de l'énumération, cette solution n'a guère été exploitée.

69Mais il faut bien voir qu'il est encore plus rare de voir attribuer explicitement à la Vierge seule une intervention miraculeuse. Dans Aliscans, Rainouart en difficulté face à un adversaire musulman et grièvement blessé voit sa force doublée à la suite de sa prière à la Vierge (Aliscans, vv. 7146 sq. texte cité ci-dessus).

70Dans Doon de Mayenne, tandis que le père de Doon s'adresse à la Vierge pour retrouver son fils (vv. 1805-6), celui-ci la prie de l'aider à venger sa mère autrefois maltraitée par le traître Herchambaut vv. 1706-7) ; l'auteur commente :

La mere Jhesu Crist a sa priere oïe
Qui à ses bons amis fet secours et aïe

vv. 1708-9

  • 27 De façon comparable, dans la Chanson de Guillaume, Rainouart, à une question de Guillaume lui dema (...)

71et les retrouvailles du père et du fils vont suivre sans tarder. A peine peut-on encore signaler que, dans la Bataille. Loquifer, Rainouart, après avoir réussi à s'emparer de l'arme de son adversaire, en remercie la Vierge (alors cependant qu'il n'avait formulé aucune prière27, et que l'auteur ne mentionne aucune intervention surnaturelle). Peu d'exemples donc.

  • 28 Cf. cependant quelques exemples de prières non exaucées ou formulées de telle sorte qu'elles ne pe (...)

72Est-ce à dire que les prières adressées à la Vierge se trompent d'adresse ? Certes non. Cette "erreur" du héros serait peu épique...et peu médiévale28. Mais c'est que Marie joue - seulement - le rôle de médiatrice que lui reconnaissent depuis longtemps les théologiens : ainsi la demande qui lui est adressée reçoit elle une réponse, mais qui ne peut venir que de Dieu : entre l'homme et Dieu, c'est elle qui intercède. Telle est la règle générale suivie par l'épopée, que le miracle soit attribué à Dieu seul ou à Dieu et elle : de toute façon, la présentation qui en est faite ne met pas en valeur le rôle de la Vierge.

  • 29 Une étude comparative sur le rôle des saints serait intéressante.

73L'épopée apparaît donc comme très en retrait par rapport au développement contemporain de la mariologie et de la piété mariale. Conservatrice sur ce point comme sur d'autres29, elle n'évolue pas, au moins pendant le xiiie siècle. Faut-il y voir une marque de la soi-disant étrangeté de l'épopée au pôle féminin ? On peut hasarder ceci : de même que nos auteurs épiques n'ont pas l'idée, lorsqu'ils tracent le portrait d'un personnage féminin, d'opposer sa faiblesse à la force du héros masculin, de même, ils n'ont pas celle de faire de Dieu et de la Vierge deux figures surnaturellement complémentaires : celle de la Justice qui se fait craindre et de la Miséricorde qui se fait aimer. Le Dieu de l'épopée rassemble les deux attributs : il est à la fois Iustitia vindicativa et iustitia salvifica (aussi bien est-ce devant Lui que se tiendront, dans les ? Passions, les procès de Justice et de Miséricorde). Mais c'était alors cantonner la Vierge dans un très discret rôle de médiatrice parfois même surtout implicite : par nos auteurs, la grâce vient, en règle générale, directement de Dieu comme s'"ils craignaient de Lui retirer une de Ses prérogatives, à Lui qui est à la fois le "juste juge" et celui qui "ne veut pas la mort du pécheur".

ÉDITIONS UTILISÉES

74(Liste limitée à celles des chansons pour lesquelles nous donnons des citations).

75AIOL, chanson de geste publiée d'ap. le ms. de Paris p. J. Normand et G. Raymond. Paris, 1877 (SATF).

76CHANSON D'ANTIOCHE, composée au commencement du XIIe p. Le pélerin Richard, renouvelée sous le règne de Philippe-Auguste, p. Graindor de Douay, publ. pour la 1ère fois p. P. Paris. 2 vol. Paris, 1848 (Roman des 12 Pairs, XI-XII). (Slatkine Reprints, 1969 - Genève).

77ALISCANS, chanson de geste publiée d'ap. le ms. de l'Arsenal et à l'aide de 5 autres mss. p. F. Guessard et A. de Montaiglon. Paris, 1870 (APF, 10).

78ANSEIS DE MES, according to ms. Ν (Bibl. de l'Arsenal 3143). Text published for the first time in its entirety, with an introduction by H.G. Green, New York, 1939.

79CHAITIFS. Texte publ. p. C. Hippeau. Paris, 1868 (Cf. CONQUETE DE JERUSALEM : LES CHETIFS est publié dans le 2ème vol.).

80CHANSON DU CHEVALIER AU CYGNE ET DE GODEFROI DE BOUILLON, publ. p. p. C. Hippeau. 2 vol. Paris, 1874-7.

81CHEVALERIE D'OGIER DE DANEMARCHE, éd. p. M. Eusebi. Milan-Varèse. Ist. cisalpino, 1962 (Testi e documenti de letter. moderna, 6).

82DOON DE MAYENCE, chanson de geste publ. p. A. Rey. Paris, 1858 (APF, 2).

83ENFANCES GARIN DE MONGLANE, chanson de geste éd. p. J.M. Paquette (thèse de 3e cycle dactylographiée, Poitiers 1968).

84GARIN LE LOHEREN, according to Ms A (Bibl. de l'Arsenal, 2893) with Text, introduction and Linguistic study, by J.E. Vallerie. Ann Arbor, 1947.

85GAYDON, chanson de geste publ. p. F. Guessard et S. Luce. Paris, 1862 (APF, 7).

86GERBERT DE MEZ, chanson de geste du xiiie siècle, publ. p. P. Taylor (Bibl. de la Fac. de Philo. et Lettres de Namur), 1952.

87GIRART DE VIENNE, chanson de geste éd. p. W. Van Emdem. Paris, 1977.

88GORMONT ET ISEMBART, fragment de chanson de geste du xiie siècle p. A. Bayot. Paris, 1914 (3ème éd. 1931). CFMA).

89CHANSON DE GUILLAUME, éd. p. D. Mc Millan. 2 vol. Paris, 1949-50 (SATF).

90HUON DE BORDEAUX, éd. p. P. Ruelle. Bruxelles-Paris, 1960 (Univ. libre de Bruxelles. Travx de la Fac. de Philo. et Lettres, 20).

91MONIAGE GUILLAUME II. Les deux rédactions en vers du MONIAGE GUILLAUME, chanson de geste du xiie siècle, publ. p. W. Cloetta. 2 vol. Paris, 1906 (SATF).

92RAOUL DE CAMBRAI, chanson de geste du xiie siècle publ. p. P. Meyer et A. Longnon. Paris, 1882 (SATF).

93RENAUT DE MONTAUBAN (ou LES QUATRE FILS AYMON), chanson de geste publ. p. F. Castets. Montpellier, 1909 (Slatkine Reprints, Genève, 1974).

94SAXONS (LA CHANSON DES SAXONS) (LES SAISNES) p. J. Bodel, publ. pour la 1ère fois p. Fr. Michel. Paris, 1839 (Roman des 12 Pairs, 5-6), (Slatkine Reprints ; Genève, 1969).

95SIEGE DE BARBASTRE, chanson de geste du xiie siècle éd. p. J.L. Perrier. Paris, 1926 (CFMA).

96VOYAGE DE CHARLEMAGNE A JERUSALEM ET A CONSTANTINOPLE, Texte publié avec une introduction, des notes et un glossaire p. P. Aebischer. Genève, Paris, 1965.

Notes

1 C'est-à-dire aux deux salutations, celle de l'ange de l'Annonciation et celle d'Elisabeth (Cf. Maria vol. I. sous la direction d'H. du Manoir. Paris, 1949. Dom. Capelle. La liturgie mariale en Occident, pp. 215-47).

2 Ave maris stella (au plus tard au ixe s.) ; Regina coeli (xe s.), Salve Regina Alma redemptoris mater. (xie s.) ; et plus tardivement, le Stabat mater souvent attribué à J. de Todi (cf. op. cit. même ch.).

3 Pour plus de détails sur tous ces faits, cf. Maria. vol. 2, Paris, 1952 : Les types iconographiques de la Vierge dans l'art occidental (M. Vloberg) ; Dévotion et théologie mariales dans le monachisme bénédictin (dom J. Leclercq) ; Citeaux et Notre-Dame (un moine de Septfons).

4 Et le mouvement ne fera que s'amplifier et, si l'on peut dire, se familiariser jusqu'au coup d'arrêt donné par la Réforme.

5 Notons qu'elle est aussi présente par l'intermédiaire de reliques, en particulier contenues dans les pommeaux des épées (Roland : 2348 ; Gaydon : 1310...) ou rapportées de Terre Sainte (Voyage : 187 et 189).

6 Avec toutes les variantes dialectales ou graphiques possibles. Pour des raisons dont on peut se demander si elles sont uniquement liées à l'assonance, l'expression "Sainte-Vierge" n'est pas employée ; on la trouve, mais beaucoup plus rarement utilisée, en cours de vers généralement alors sous la forme "la V/vierge" plutôt que la "Sainte-Vierge".

7 Aiol. Aiquin. Aliscans. Amis et Amile. Anseïs de Mes. Chanson d'Antioche. Aye d'Avignon. Chanson d'Aspremont. La Bataille Loquifer. Les Chaitifs. Charrio de Nîmes. La Chevalerie d'Ogier de Danemarche. Chevalerie Vivien. Chanson du chevalier au cygne et de Godefroy de Bouillon. Conquête de Jérusalem. Couronnement de Louis. Destruction de Rome. Doon de Mayence. Elle de Saint Gilles. Enfances Garin de Monglane. Enfances Guillaume. Garin le Lorrain. Gaydon. Gerbert de Mes. Girart de Roussillon. Girart de Vienne. Gormont et Isembart. Gui de Nanteuil. Chanson de Guillaume. Huon de Bordeaux. Macaire. Moniage Guillaume I et II. Moniage Rai-nouart. Mort Aymeri de Narbonne. Les Narbonnais. Orson de Beauvais. La Prise d'Orange. Raoul de Cambrai. Renaut de Montauban. Roland. Les Saxons. Le Siège de Barbastre. Simon de Pouille. Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople. Le dépouillement des chansons ci-dessus fait apparaître que, seules, Orson de Beauvais, Gui de Nanteuil, le Moniage Guillaume I et le Charroi de Nîmes ne contiennent pas de mention de cette sorte. Encore faut-il préciser que le Charroi mentionne le Puy (v. 841), sans spécifier toutefois qu'il s'agit d'un sanctuaire mariai, pour indiquer que Guillaume se détourne de son chemin afin d'aller y prier.

8 Là encore avec maintes variantes dialectales et stylistiques.

9 Cf. la formule de dom Capelle à propos des textes des premiers siècles de l'Eglise (ceux de Tertullien et de saint Irénée) : "la mariologie n'(y) est considérée que dans son rapport à la christologie" (Maria, vol. I, art. cit.) : cela vaut parfaitement pour ces éléments des épopées.

10 Par exemple, le motif de la conception virginale, illustré à satiété, par l'image de la verrière pénétrée par les rayons du soleil, est absente ; de même, la Nativité est présentée en tant que venue au monde du Rédempteur, sans qu'un sort précis soit fait à la maternité virginale pourtant reconnue par l'Eglise. L'Assomption, sur laquelle saint Bernard écrivit cependant plusieurs sermons, n'apparaît également qu'exceptionnellement, sauf dans les chansons de croisade, mais où elle est mentionée plutôt en tant que fait historique situé dans un cadre géographique précis.

11 Aiquin. Aspremont. Charroi de Nîmes. Destruction de Rome. Gui de Nanteuil. Prise d'Orange. Orson de Beauvais. Voyage de Charlemagne. Sur cette dernière chanson, une remarque amusante et qui ne me paraît pas sans intérêt : P. Aebischer édite le v. 6 9 du ms sous la forme : "Ierusalem requerre e la tere Damne Deu", mais, ce faisant, il rectifie certes avec raison, le ms qui porte "la mere D."

12 Une exception cependant : "paternostre et salu", Gaydon, v. 7828 (dans la bouche d'un personnage sur le point d'être pendu et demandant qu'on lui laisse le temps de réciter ces deux prières).

13 Dans les Enfances Garin de Monglane (fin xiiie s.), alors qu'il n'y a pas eu prière préalable, on note ces vers :
Et les clergiés y va qui fout fu revestis
En faisant orison et loant Jhesu Crist
Et la Vierge Marie.
vv. 4831-3
Mais il s'agit de prêtres célébrant un office. Les prières d'action de grâce sont d'ailleurs elles-mêmes infiniment moins nombreuses que les prières de demande : ce serait un autre sujet que d'analyser pourquoi.

14 La deuxième partie de l'Ave Maria qui en fait précisément une prière de demande, attestée dès le xve s. Au sujet de cet ajout, dom Capelle (op. cit.) fait le commen-taire suivant qui est intéressant pour comprendre la démarche épique : "le peuple chrétien ne saurait se contenter de la louer : c'est lui qui a fait de l'Ave Maria l'appel des pécheurs".

15 Il en reste des traces dans les usages locaux : le "Ma Doué !" breton a cette signification, et les fréquents "Jésus, Marie, Joseph !" qui bercèrent mon enfance vendéenne.

16 Quelques références parmi des dizaines d'autres : Garin le Lorrain : v. 2650. 5183. 5339. 7077. 7089. 9253. 9259. 9737. 11734. 12359. 12 815. 13579. 14916. 14059. 14888. 15032. Huon de Bordeaux : v. 1267. 2262. 3300. 8700. 10238. Renaut de Montauban. v. 273. 372. 648. 739. 1140. 7267...

17 Une exception qui n'en est pas une. Dans la Chevalerie d'Ogier, on lit :
Sainte Marie va li dux reclamant,
Por ses piciés va sa cope batant :
"Dex, dist il, peres..."
vv. 6366-8
Le v. 6366 résume ce qui précède, c'est-à-dire une prière où la Vierge est considérée comme médiatrice ("Sainte Marie, proiés vo fil Jesu..." v. 6359).Une analyse du même ordre vaudrait pour Aiol, 1921 sq.

18 A ce premier stade, Marie et les saints ne sont que spectateurs, c'est une différence avec le schéma précédent.

19 La présence et le rôle de Pierre et Paul à côté de Marie contribuent à diminuer l'importance des siens en leur ôtant leur caractère d'exclusivité donc de privilège.

20 Quelques références : Chanson de Guillaume. vv. 813-6 : Girart de Vienne : vv. 5330-35 ; 5434-38.

21 Chanson d'Antioche. Aye d'Avignon. Bataille Loquifer. Chevalerie d'Ogier. Doon de Mayence. Enfances Garin de Monglane. Garin le Lorrain. Gaydon. Girart de Vienne. Chanson de Guillaume. Huon de Bordeaux. Moniage Guillaume II. Renaut de Montauban. Aliscans Anseïs de Mes. Chanson du chevalier au cygne. Chai-tifs. Ces 17 chansons contiennent aussi des invocations brèves et six autres poèmes ne s'adressent à la Vierge seule que sous cette forme : Chevalerie Vivien. Enfances Guillaumes. Mort Aymeri de Narbonne. Roland. Moniage Rainouart. Siège de Barbastre.

22 On ne saurait dire que la mention "dame" lui fait un sort à part puisqu'on trouve aussi fréquemment des expressions du type "monseigneur saint Jacques".

23 Signalons que lorsqu'un héros convoîte le cheval de son adversaire ou craint qu'on ne lui prenne le sien, il s'adresse très souvent à la Vierge (Couronnement de Louis, vv. 678-81 et 2565-7 ; Elie de Saint Gilles, vv. 956-9 et 1964-5 ; Aiol, vv. 808 sq. Siège de Barbastre. vv. 1054-5... et confessons que nous n'avons aucune explication à présenter pour cette mise en rapport.

24 Cf. aussi la prière d'Ogier (Chevalerie d'Ogier. vv. 8833 sq.).

25 Cf. aussi Conquête de Jérusalem. vv. 835-7 ; Doon de Mayence. v. 11281.

26 Cf. aussi Moniage Guillaume II. vv. 3342-46.

27 De façon comparable, dans la Chanson de Guillaume, Rainouart, à une question de Guillaume lui demandant s'il a réussi à récupérer son "tinel" oublié, répond :
"Oïl, bel sire.../ Sainte Marie le m'ad amené". v. 2777 v. 2777
bien que la démarche ait été effectuée par lui et sans la mention d'aucune intervention surnaturelle : sans doute Rainouart veut-il dire que la Vierge lui a permis de le retrouver rapidement et sans difficulté.
Le personnage de Rainouart est souvent impliqué dans ces cas. Peut-on se risquer à y voir un rapport entre un personnage "populaire" par certains aspects - celui du bon géant pas toujours très malin - et d'une forme de piété qui, née parmi les moines, va devenir elle-même populaire à partir du 13e s. ?

28 Cf. cependant quelques exemples de prières non exaucées ou formulées de telle sorte qu'elles ne peuvent pas l'être : Garin le Lorrain, vv. 11380 sq... Chevalerie d'Ogier, vv. 8833-5, Dοοn de Mayence, vv. 682-3. 901. 1352-3.

29 Une étude comparative sur le rôle des saints serait intéressante.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2814/img-1.jpg
Fichier image/, 327k

Auteur

Université d'Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter