Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

Une signature inédite sur une prière du xve siècle

Jacques Chailley

Texte intégral

1Vers 1935, étant étudiant, j'achetai sur les quais de la Seine, sans pouvoir obtenir de renseignements sur leur provenance, 2 feuillets de 17,5 x 12 cm provenant vraisemblablement d'un livre d'heures enluminé du xvème s., avec une jolie miniature de 50 x 35 mm représentant une bergère tondant un mouton. Le texte, calligraphié avec lettrines bleu et or, comportait un fragment de prière en prose, rubriquée en rouge, suivie d'une pièce de vers s'achevant sur une signature cal1igraphiée.

2J'ai pu identifier la miniature comme une copie réduite et fidèle, malgré quelques retouches de détail dans le costume et un cadrage plus allongé, de celle qui, exposée dans un présentoir au Musée de Cluny à Paris, illustre le mois de juin dans un calendrier estimé comme de la fin du xvème au milieu du xvième s., provenant d'un livre d'heures (inventaire n° 22715) non identifié, mais ayant appartenu en 1553 à François de Briqueville, châtelain de Laune, Angebosc, Argueil, Ste Croix, capitaine de Saint-Lô, inscrit à l'inventaire comme "heures de Notre-Dame à l'usage de Constance". Manifestement postérieure au corps du manuscrit, notre miniature semble avoir été ajoutée après coup, peut-être au xvième ou même xviième s., en utilisant le large blanc du bas des feuillets. On n'a donc pas à en tenir compte ici.

  • 1 SONET (Jean), Répertoire d'incipit de prières en ancien français, Genève, Droz, 1958. B.N., salle (...)

3La prière en prose commence par sa rubrique : Dire .I. pater n(oste)r en lo(n)neur et en la, remembrance des cinq plaies N(ost)re Seigneur. Pater noster. Suit le début de la prière Doulz Diex doulz peres.4, n° 504 de l'inventaire de Sonet1, jusqu'au milieu de la 2ème demande (lumain lignaige. quant vous...). Le second feuillet commence au recto par la fin de cette même prière (dernière demande, depuis regardés moyen pitié.) jusqu'au Pater terminal (sans Amen).

  • 2 LEROQUAIS (V.), Les livres d'heures manuscrits de la Bibliothèque Nationale, Paris, l'auteur, 1927 (...)

4Cette prière a été assez répandue au xvème s., mais surtout à Paris ; elle disparaît des livres d'heures au siècle suivant. Dans l'inventaire de Leroquais2, limité aux manuscrits de la B.N. il est vrai, elle figure en n° IV de la rubrique "Quelques prières", où son texte est reproduit p. 309 du vol. II. En complétant l'index, qui s'arrête par etc. après la p. 284, on la relève dans 19 manuscrits, tous, sauf le dernier du fonds latin de la B.N. :

5Tous ces manuscrits sont du xvème s. ; les n° 2, 3, 13, 15 sont estimés du début, 14 du milieu, 5. 6. 7. 8. 11. 19 de la 2ème moitié. Sauf 2 (Troyes), 5 (Rouen), 6 (Châlon s/Marne), 8 (Rouen) et 11 (Rome), tous sont parisiens. Devant une telle proportion (14 sur 19) on peut présumer le nôtre comme de même origine.

6Presque tous, lorsqu'ils comportent une rubrique, lui donnent pour titre "Les sept requêtes à Notre-Seigneur". Seul le n° 13, parisien lui aussi, dit des Grandes Heures de Rohan (1ère moitié du xvème s.) comporte comme le nôtre une rubrique dédiée au "cinq plaies" : ...et a chascune oraison vous dirés une patenostre en lonneur des .V. plaies Nostre Seigneur. Retenons l'apparentement, qui se verra confirmé par la suite.

  • 3 n° 187 6 du répertoire de SONET.

7La belle prière en octosyllabes3 qui fait suite à celle des "cinq plaies" en constitue également le prolongement dans les n° 1. 5. 13. 15. 16. 17. 18. 19., soit 8 sur 19, et ne se rencontre jamais isolée. On notera la présence dans cette liste du n° 13 déjà signalé. En voici le texte :

Sainte vraie croix aourée
Qui du corps Dieu fus aournée
De sa sueur fus arousée
Et de son sanc enluminée.
Par ta vertu, par ta puissance,
Deffens mon corps de meschéance
Et m'octroie par ton plaisir
Que vrais confës puisse morir. Amen.

  • 4 Elle ne figure pas dans les Colophons de manuscrits occidentaux des origines au xvième s. des Béné (...)
  • 5 Nous adressons nos remerciements à Mlle JOUBERT, conservateur au Musée de Cluny, et à M. François (...)

8L'originalité de notre manuscrit réside dans la signature calligraphiée et paraphée : P. LE ROYS, qui clôt cette pièce de vers et qui ne se rencontre à notre connaissance nulle part ailleurs4. Qui est ce P. LE ROYS ? L'auteur ? Le copiste ? Nous n'en déciderons pas, mais nous noterons que, au cas où il s'agirait de l'auteur et où la signature, comme il semble, serait autographe, notre manuscrit devrait être retenu comme l'archétype de cette prière très répandue. Dès lors, et surtout si l'on retient ses liens avec les Heures de Rohan, n° 13 ci-dessus, et l'un des plus anciens parmi les manuscrits identifiés contenant la pièce, retrouver la trace du reste de notre manuscrit, ne serait pas sans intérêt. En réunir les éléments a été l'objet de la présente communication5.

Notes

1 SONET (Jean), Répertoire d'incipit de prières en ancien français, Genève, Droz, 1958. B.N., salle des manuscrits, cote Imp. 8° 2160.

2 LEROQUAIS (V.), Les livres d'heures manuscrits de la Bibliothèque Nationale, Paris, l'auteur, 1927, 3 vol., et supplément, Mâcon, Protat, 1943.

3 n° 187 6 du répertoire de SONET.

4 Elle ne figure pas dans les Colophons de manuscrits occidentaux des origines au xvième s. des Bénédictins de Bouveret, Fribourg/Suisse 1979, où on l'attendrait au tome V.

5 Nous adressons nos remerciements à Mlle JOUBERT, conservateur au Musée de Cluny, et à M. François AVRIL, conservateur aux manuscrits de la B.N., pour l'aide qu'ils nous ont apportée dans les recherches ci-dessus.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

Auteur

Université de paris IV

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter