Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

"Adorer", "adoracion" dans le mystère de la Passion de Troyes

Jean-Claude Bibolet

Texte intégral

Qu'est-ce que le Mystère de la Passion de Troyes ?

1Le manuscrit 2282 de la Bibliothèque de Troyes contient, en trois volumes, un texte qui n'a pas de titre. Il est désigné, dans les documents d'archives, comme Le Mistere de la Passion Nostre Seigneur (il juin 1490, Arch.de Troyes, AA 60e cart. 2e liasse, pièce 1 r° et v°), ou Jeu et Mistere de la Passion (juillet 1497, ibid. G n° 9, fol.20). Pour plus de commodité, nous avons donné à cette œuvre le nom de Mystère de la Passion de Troyes.

2Ce manuscrit anonyme est rédigé par plusieurs mains, avec ratures, surcharges et coupures ; seul le copiste principal, Brochart, a signé de son seing manuel à la fin du tome III. Cet ouvrage est en partie original ; pour le reste, il reproduit ou remanie l'œuvre d'Arnoul Gréban ; mais le volume consacré à la crucifixion de Jésus a disparu.

3Dans l'introduction à l'édition qu'ils ont faite de l'œuvre de Gréban, G. Paris et G.Raynaud écrivent au sujet de ce manuscrit (p : xxv-xxvi) : "Le manuscrit de Troyes n'offre ni une imitation, ni une simple copie, mais un véritable remaniement".

4M. Jodogne, de son côté, pour son édition du même Mystère, n'a pas considéré le manuscrit de Troyes comme une variante de Gréban.

5L'œuvre compte en tout 23.097 vers. Approximativement, 4 300 vers sont originaux dans le tome I, 1 270 dans le tome II, 330 dans le tome III. Plus l'œuvre s'avançait, plus les auteurs troyens étaient fidèles au texte de Gréban.

6Nous avions l'intention de relever les emplois de "prier, prière, oraison, adorer, adoracion" dans notre manuscrit. Devant leur très grand nombre, nous nous contenterons de l'étude des deux derniers termes. Nous allons d'abord citer les noms des personnages qui prononcent les mots "adorer" et "adoracion" et examiner dans quelles circonstances ils se trouvent à ce moment-là ; nous comparerons avec les passages correspondants du texte de Gréban. Il sera ainsi possible de remarquer l'originalité du manuscrit de Troyes.

Qui se livre sur scène à l'acte d'adoration ?

7C'est d'abord Marie au f.lll r, immédiatement après la nativité. Nous reviendrons plus loin sur sa prière. C'est ensuite Chérubin au f.112 r, t. I :

v.4835 : "O Christ régnant en haulte gloire
je te adore en vraye reverence".

8Ces vers sont propres au texte de Troyes. Il est le seul ange à adorer Jésus.

9Dans le texte de Gréban, les anges Gabriel et Cherubin étaient les premiers à se livrer à la prière d'adoration, donc avant Marie.

Ed. Jodogne v.4984 : Gabriel
"Nous te venerons
louons, adorons,
enffant de hault pris"
Cherubin

Ed. Jodogne v.5014 : "Vertu innombree
puissance adoree
vray Dieu te clamons".

10Il y a donc là une différence de construction dramatique entre le Mystère de Gréban et le manuscrit de Troyes.

11Dans ce même texte, au f.112 v, Marie prononce une deuxième prière d'adoration ; elle est, comme la précédente, originale. Nous les étudierons de près tout à l'heure.

12Il convient tout de suite de parler du personnage de Joseph, même s'il ne formule pas les mots "je t'adore" quand il rend grâce à Jésus.

13Au f.112 r. Joseph rentre en scène, d'abord "enmy le parc" puis il s'approche.

V.4849 : "j'apperçoy ung enfant qui pleure,
tout nud, et sa tres doulce mere
qui l'adore d'amour entiere".

14Le verbe est employé, mais appliqué à Marie. Dans la prière qui suit, Joseph ne l'utilise pas.

15Pour ce retour de Joseph, le texte de Troyes suit de près le texte de Gréban.

Ed. Jodogne v.5026 : "J'apperçois ung enfant qui pleure,
tout nu sur le feurre gisant,
et la mere a genoux devant,
l'adorant par grant reverence..."

16Ici aussi c'est Marie qui adore, mais dans la même tirade, Joseph dit plus loin :

Ed. Jodogne v.5037 :"qu'ay je a faire pour le mieulx querre
sinon de moy ruer par terre
et adorer le nouveau né..."

17Dans une autre tirade, Joseph déclarera encore, en s'adressant directement à Jésus (éd. Jodogne v.5070) :

"t'adore en crainte parfonde".

18Malgré la ressemblance des deux textes, il y a donc une différence importante dans les propos de Joseph entre le texte de Gréban et le manuscrit de Troyes ! Dans Gréban il prononce une prière d'adoration, qui n'a pas de correspondant dans l'autre mystère.

19Deux autres personnes "adoreront" dans le texte de Troyes mais en utilisant le nom "adoracion". C'est d'abord Symëon "Le prophette". Nous sommes toujours dans le tome I et Nostre Dame vient de présenter l'enfant. (Marie porte dans le manuscrit de Troyes le nom de "Nostre Dame" seulement à partir du feuillet 148 r).

Au f.151 r, "Symëon, ou temple a genoulx", déclare : v.6796 : " A toy soit adoracion louenge, veneracion,
Christe, fili Dei vivi..."

20Le texte copie celui de Gréban (éd.Jodogne v.6984-6986).

21Dans le tome III, au f.172 v, Adam déclare, alors que tous les personnages de l'(ancien Testament se réjouissent, ceci :

v.5604 :. “A toy soit adoracion,
bon Dieu qui regnes sans finer !"

22C'est la seule fois où le terme s'adresse à Dieu le Père ; tous les autres actes d'adoration sont destinés à Jésus. Ici encore le texte de Troyes est fidèle à celui de Gréban (éd. Jodogne v.32737-32738).

23Nous venons de relever les deux seuls emplois d'"adoración" dans notre manuscrit.

24Seuls donc dans le manuscrit de Troyes, prononcent directement sur scène des prières d'adoration Marie, Chérubin, Symëon à l'égard de Jésus et Adam à l'égard de Dieu le Père.

"adorer" prononcé par d'autres personnages

25Toutefois ce que nous avons écrit précédemment ne signifie pas que d'autres personnes n'"adorent" pas dans le texte de Troyes. Mais dans leurs propos, ou ils annoncent seulement leur intention d'adorer, ou ils racontent qu'ils l'ont fait. Ainsi dans l'épisode des bergers, au f.114 v le berger Riflart

v.4966 : "Or passons jusques en Bethlëent
et voyons ce que l'ange a dit,
pour adorer ce bel enfant,
nostre doulx saulveur Jesus Christ".

26Dans le passage où Gréban traite le même thème, le verbe "adorer" n'est pas utilisé.

27Au f.127 v. les bergers se trouvent devant Marie, Joseph et l'enfant, (didascalie, propre au texte de Troyes, au f.127 r :

"Aloris, saluant Marie, son enfant et Joseph").

28Aloris expose le motif de leur visite :

v.5636 : "Damë, en toute reverence,
sans doubtance,
venons adorer vostre enfant."

29Ils se mettent "a genoulx", font leurs "offrandes". Le verbe "adorer" n'apparaît pas.

30Dans l'épisode correspondant du texte de Gréban (éd. Jodogne v.5535 et suivants), différent du texte de Troyes, le verbe "adorer" n'est pas prononcé.

31Il va en être de même pour l'épisode des Rois Mages : ceux-ci vont d'abord exprimer leur intention d'"adorer". Le Mystère de Gréban et le manuscrit de Troyes diffèrent. Mais dans les 2 textes Jaspar exprime le même désir :

32Troyes f.115 r v.4994 :

"Si vouldroye bien veoir celuy pleinnement
duquel ay leu l'exellente noblesse,
pour l'adorer et servir humblement"...

33Le texte de Gréban est beaucoup plus précis.

Ed. Jodogne v.5276 :
"que je sceusse La vérité
du fait de la nativité
de l'enfant de long temps promis,
qui doit estre roy des juïfz,
jamais icy ne resteroye
jusqu'a ce qu'adore l'aroye
en juste et vraye obeissance..."

34L'intention est donc la même : aller adorer ce personnage.

35Assez curieusement, dans un passage, toujours original du texte de Troyes (mais ajouté plus tard comme le prouve l'écriture), où s'expriment les pages des Rois, Friolet « page Melcïor » expose lui aussi le but du voyage :

f.126 r v.5548 :"De franc courage entierement
suis a mon prince habandonné,
lequel vad si benignement
adorer l'enfant nouveau né".

36Dans le texte de Troyes, lors de l'entrée des rois à Jérusalem quand Melcïor déclare aux Scribes et Conseillers d'Herode :

f.134- r v.5979 : "Nous querons de toute puissance
5980 l'adorer comme souverain".

37C'est à peu près la reprise du texte de Gréban.

Ed. Jodogne v.5965 : "Nous querons estre en sa presence, l'adorer comme souverain".

38Plus loin quand il s'adresse à Herode, Melcïor exprime le même désir, dans le texte de Troyes, au f.136 r v.6065 :

"Quant est des raisons qu'il a dictes
nous en sçavons l'experiment,
par quoy venons fidelement
adorer le roy dessus dict".

39Les deux derniers vers sont propres au texte de Troyes. Pour le reste de l'intervention, dans le texte de Gréban, le verbe "adorer" n'apparaît pas.

40Quand les trois Rois se trouveront devant l'enfant, ils "se mettent a genoulx" (didascalie), saluent Jésus et lui font leur offrande, mais sans prononcer le mot "adorer".

41Venons-en aux cas où les personnages racontent ce qu'ils ont vu ou fait.

42Ainsi quand les trois bergers font leur récit aux deux autres. Gombault et Garnier, (et dans le texte de Troyes aux bergères), le texte de Troyes et le texte de Gréban, quoique différents, utilisent le même verbe "adorer", en parlant de Marie,

f.131 v Ysambert :
v.5843 :
"Sa mere pleinne d'amytié
l'adoure comme son seigneur".

43Aloris, éd. Jodogne v.5684 :

"et la mere à genoux devant, l'adorant de cueur pitoiable".

44Dans le tome III, après la résurrection, Magdeleine déclare aux apôtres :

f.74 v v.2435 :
"Jhesus, mon maistre charitable,
avons veu de mort restoré,
l'avons tenu et adoré ou nous esperons grans merites".

45Ici le manuscrit de Troyes suit fidèlement le texte de Gréban (éd. Jodogne 29633-29636.). Finalement, une seule fois, en cette dernière occasion, un personnage déclare "avoir adoré" Jésus.

Cas particuliers

46Nous avons mis à part les expressions où "adorer" apparaît dans des circonstances différentes de celles traitées précédemment.

47Ainsi, pour les bergers, l'ange Gabriel vient leur donner l'ordre d'adorer :

f.114 v. v.4935 :
"En Bethlëen, cité David,
tout de present vous en irés,
ou Jesus, le saulveur predict,
benignement adorerés".

48Dans le texte de Gréban, le même thème est traité différemment. D'autre part Hérode veut envoyer les Rois Mages à Bethlëen, aux nouvelles. C'est pourquoi il annonce lui aussi son intention d'adorer, mais elle est évidemment fausse.

f.141 r v.6373 :"affin que nous et nos gens tous
luy puissions aller faire hommage,
et l'adorer de bon courage,
comme nous ilz sommes tenus".

49Le texte est tout à fait semblable à celui de Gréban (éd. Jo-dogne v.6505-6508).

50Nous terminerons cet examen des situations particulières par des propos du Sot. Ce personnage, qui n'existe pas dans le texte de Gréban, prend la parole onze fois dans le tome I. Voici ce qu'il déclare aux prêtres païens Theodas et Torquatus.

f.164- r v.7283 :
"Ydolatres durs et parvers,
avez vous leu en voz escolles qu'on doit adorer telz ydoles ?"

51C'est la seule fois dans tout le texte que le verbe "adorer" s'applique aux dieux païens et à leurs représentations.

52Il convient de relever un unique emploi du verbe aourer. C'est dans le tome I au f.l46 r ; Raphaël s'adresse aux Rois Mages :

v.6590 : " car le tirant vouldroit enquerre
l'enfant Jesus, non pas a fin
de l'aourer, mais mettre a fin".

53Pour le même vers, on trouve dans l'édition Jodogne v. 6780 :

"de l'adorer mais mettre a fin".

54Dans l'édition Paris V.6816 :

"de l'aourer, mes pour mettre a fin".

55Ce dernier exemple prouve que les auteurs troyens avaient à leur disposition plusieurs manuscrits du texte de Gréban.

56Nous allons revenir maintenant aux deux prières d'adoration, prononcées par Marie, dont nous avons parlé précédemment !

57La première se place au f.111 r immédiatement après une didascalie. Le début apporte des renseignements scéniques concernant la nativité :

58"Adoncques descendent les anges de paradis en chantant quelque armonye et, eulx arrivez pres de Marie, sera demonstré le petit enfant comme nouveau né". La suite concerne ce que doit faire Marie :

59..."et puis Marie l'adorera a deux genoulx les mains joinctes". Remarquons donc que, pour tout le texte, le verbe "adorer" est employé en premier dans une didas calie : elle décrit l'attitude de Marie.

60Il n'y a pas dans le passage correspondant de l'édition Jodogne de didascalie consacrée, ni à la nativité, ni à l'adoration ; nais dans l'édition Paris, après le v.4980 (correspondant au v.4957 de l'édition jodogne) on relève : "Icy Dieu est né".

61Troyes 111 recto - 111 verso, t. I.

Marie
4795 O puissant roy du firmament,
sage, magnificque et clement,
trezor de toute sapïence,
sans crainte, peinne ou aultrement,
te reçoy cy benignement
4800 en saincte et humble reverence.
O filz plein de toute exellence,
ma joye, mon bien, ma geniture
par amour et begnivolence,
te adore cy d'entente pure !
4805 Redempteur d'humainne nature,
mon filz, mon pere et créateur,
je suis ta povre crëature
qui te adore en tout humble coeur.
Mon bien, mon saulveur,
4810 ma gloire et honneur,
toute ma lÿesse,
mon vray redempteur,
mon prince et seigneur
qui tout bien adresse,
4815 louange sans cesse
te doy proferer :
dont en toute humblesse
4818 te veuls adorer.

62La structure de la première prière longue de 24 vers se présente ainsi : une phrase de 6 vers (4795-4800 ), une de 4 vers (4801-4804) une autre de 4 vers (4805-4803), puis une de 10 vers (6 + 4), du V.4809 au v.48l8. Ces 10 vers, remarquons-le tout de suite/sont d'un mètre différent : on passe de l'octosyllabe au pentamètre. On peut parler, nous y reviendrons, de quatre strophes.

63La syntaxe en est très simple : on relève seulement 2 propositions relatives :"qui te adore en tout humble cœur" (v.4808) et "qui tout bien adresse" (v.4814), puis la proposition introduite par "dont" (v.4817) qui relance la longue phrase et permet à la prière de s'achever sur le verbe "adorer : Ce mot essentiel revient donc 3 fois, aux vers 4804, 4808, 4818, à la fin de la 2e, de la 3e et de la 4ème strophe.

64Dans les trois premiers groupes de vers, la composition est symétrique : la première partie du groupe est consacrée à Jésus, la deuxième à Marie. Le groupe initial de 6 vers (v. 4793-4800) se présente ainsi : un premier ensemble de 3 vers avec une apostrophe à Jésus, une triade d'adjectifs le concernant "sage, magnificque et clement", et une nouvelle apostrophe à Jésus ; un deuxième ensemble de 3 vers avec au V.4798 un groupe de compléments circonstanciels "sans crainte, peinne ou aultrement" qui sont l'équivalent d'adjectifs attribués à Marie, par exemple "tranquille", "sereine" ; puis au vers 4799 Marie s'exprime à la 1ère personne "reçoy" ; suit au vers 4800 un nouveau complément circonstanciel "en saincte et humble reverence" qui s'applique encore à Marie et marque son humilité.

65Dans le deuxème groupe de 4 vers (4.801-4804) on relève la même répartition ; 2 vers d'apostrophe adressés à Jésus (4801-4802), puis un ensemble de 2 vers (4803-4804) où Marie parle d'elle-même. Les compléments circonstanciels du v.4803 "par amour et begnivolence" préparent l'expression "te adore", placée en tête du vers suivant et qui apparaît pour la première fois.

66Nous trouvons encore la même répartition dans le troisième groupe de 4 vers (v.4605-4806) : 2 vers d'apostrophe à Jésus puis 2 vers ou Marie se définit ; le vers 4807 sert seulement à introduire le v.4808 où apparait de nouveau "adorer".

67La phrase de dix vers qui termine la prière (v.4809-48l8) présente une structure différente t les 6 premiers vers sont une accumulation d'apostrophes adressés à Jésus ; après s'être ainsi adressé à son fils, Marie revient à elle-même avec les expressions verbales "doy proferer louange" et surtout "te veuls adorer" placées à la fin. Les quatre derniers vers se répartissent ainsi : 2 vers pour la louange, 2 vers pour l'adoration de Jésus.

68Malgré ce découpage en quatre phrases (sans articulation entre elles d'ailleurs), malgré la symétrie entre ce qui se rapporte à Jésus et ce qui se rapporte à Nostre Dame, il y a continuité dans le chant de Marie où tout est centré sur l'adoration. Nous avons parlé de strophes tout à l'heure et voici pourquoi ; la répartition des rimes est la suivante :

1ère strophe 4795-4800 : a a b a a b
2ème strophe 4801-4804 : b c b c
3ème strophe 4805-4808 : c d c d.

69Il y a déjà enchaînement d'une strophe à l'autre par une rime, d'autre part la répartition des rimes est la même dans la 2ème et la 3ème strophe.

70Dans la dernière strophe nous relevons : d d e d d e e f e f.

71Nous retrouvons le même enchaînement qu'à la strophe précédente par la rime ; mais surtout la répartition des rimes des 6 vers d'adresse d d e d d e est la même que celle des 6 vers du début : a a b a a b ; et pour les 4 derniers vers e f e f rappellent b c b c, c d c d. Cette disposition très travaillée des rimes vient souligner le caractère lyrique de cette prière ; on peut même constater une montée de l'amour et de l'enthousiasme chez Marie avec la longueur de la dernière phrase d'une part, l'accumulation des apostrophes d'autre part (nous allons y revenir) et surtout le changement de mètre : le passage de l'octosyllabe au pentamètre.

72Comme il s'agit d'une prière, nous ne sommes pas surpris du très grand nombre d'apostrophes (18). Elles peuvent se présenter en termes absolus, en référence à Jésus-Dieu, mais sans que le terme de Dieu apparaisse : "roy" (v.4793) "trezor" (v. 4797), "redempteur" (v.4805). Elles peuvent s'adresser aussi au fils ;
v.4801 "O filz, plein de tout exellence" (s'agit-il d'ailleurs du fils, 2ème personne de la Trinité ou du fils de Marie ? L'ambiguité semble voulue ici.)
v.4802....... "ma geniture"
v.4806 "mon filz, mon pere et crëateur".

73Elles sont pour la plupart accompagnées de l'adjectif possessif : il s'agit d'un rapport personnel : "pour moi, tu es" v.4802 " ma joye, mon bien... 4809 "mon bien, mon saulveur" v.4811 "toute ma lÿesse" 4812 "mon vray rédempteur"
V.4813 "mon prince et seigneur".

74Si l'on compte en plus les expressions que nous avons relevées précédemment, nous dénombrons 11 adjectifs possessifs de la première personne. Comme nous l'avons remarqué à propos de la structure, il y a sans cesse passage de Jésus à Marie, de Marie à Jésus, de toi à moi, de moi à toi. Ce passage s'effectue par le jeu des possessifs à la 1ère personne, des verbes eux- " (v.4799), "adore" (4804) "doy proferer".

75Les références à Jésus se manifestent dans les apostrophes mais aussi dans l'emploi du pronom personnel "te" (te recoy (v. 4799). te adore (v.4804), te adore (v.4808), te doy proferer (4816), te veuls adorer (4818), et de l'adjectif possessif "ta" "ta povre creature" (4807).

76Le paradoxe d'une mère qui est fille de son enfant apparaît très clairement dans le v.4806 avec la triade

"mon filz, mon pere et crëateur".

77Le vocabulaire utilisé par Marie souligne la majesté de Jésus, celle-ci apparaît à travers les noms : "roy du firmament", "trezor de toute sapïence", "redempteur" (2 fois), "mon bien, mon saulveur", "ma gloire et honneur, "mon prince et seigneur".

78Il en est de même pour les adjectifs : "puissant", la triade "sage, magnificque et clement", "plein de toute exellence", "vray redempteur".

79Marie s'adresse, on l'a vu, très peu à l'enfant. Il faut attendre le vers 4801 pour trouver "o filz", repris par "ma geniture" au vers suivant, et"mon filz" au v.4806. Son amour apparaît toutefois à travers les expressions "te reçoy cy benignement" (v.4799), "par amour et begnivolence" (v.4803), "toute ma lyesse" (v.4811).

80Mais Marie est surtout pleine d'humilité devant Jésus :
v.4800 " en saincte et humble reverence"
v.4807 "Je suis ta povre crëature "
v.4808 qui te adore en tout humble cœur"
v.4817 "dont en toute humblesse".

81Cette première prière de Marie est très construite, très travaillée comme nous l'avons constaté ; ce qui domine, c'est d'abord évidemment l'adoration (le verbe "adorer" revient trois fois, comme un refrain, admirablement placé), mais aussi le respect. Elle est devant "le roy du firmament" et il est tout à fait significatif que dans le groupe des 6 premiers vers, très solennels, aucun possessif n'apparaisse. Marie, nous l'avons vu, s'adresse très peu à "son fils" et elle n'y fait plus du tout allusion dans les dix derniers vers, sinon peut-être par l'accumulation des possessifs qui maintiennent le lien.

82Nous pouvons donc conclure que Marie, dans cette prière d'adoration, se sent avant tout devant Dieu et sa toute puissance.

2ème adoration
Troyes 112 verso Marie
4865 O mon tres doulx enfant Jesus,
face plaisante a regarder,
bien te doy humblement garder
comme puissant roy de lassus :
O mon filz, le puissant Christus,
4870 que je te baise tendrement,
car mon cueur est en toy inclus
et impressé totallement :
Roy du firmament, divine presence,
4875 en grant reverence
te adore humblement.

83La deuxième prière de Marie se place dans le texte après que Joseph eut rendu hommage à l'enfant. Plus brève (12 vers) que la précédente, elle présente en outre une construction et une tonalité" différente. La syntaxe, encore plus simple que dans la première adoration, n'utilise aucune proposition subordonnée.

84Cette prière se divise en trois parties de 4 vers (trois courtes phrases) sans composition parallèle.

85Dans les quatre premiers vers (4865-4868) nous trouvons 2 vers d'apostrophe adressé à Jésus, 1 vers où Marie parle d'elle-même, puis un quatrième vers qui, construit en attribut nous ramène à Jésus, mais à Jésus Roi :

"comme puissant roy de lassus : "

86Le 2ème groupe de 4 vers (4869-4872) commence par une apostrophe adressée à Jésus, puis Marie se lance à elle-même une exhortation : " que je te baise tendrement". Suivent 2 vers explicatifs (4871-4872) introduits par la conjonction "car".

87Les quatre derniers vers, eux, sont construits de façon symétrique et rappellent la structure que l'on a rencontrée dans la première prière : 2 vers d'apostrophe adressés à Jésus 2 vers où Marie parle de son attitude :

"en grant reverence
te adore humblement".

88Le verbe "adorer" apparaît seulement une fois, ici au dernier vers comme dans l'adoration précédente, mais il n'est pas le dernier mot. Comme précédemment également, il y a changement de mètre : après 8 octosyllabes, nous avons 4 pentamètres.

89"Nous avons parlé plus haut de tonalité différente. Rappelons nous en effet l'apostrophe placée en tête de la première adoration :

"O puissant roy du firmament"

90et comparons avec les vers du début, 4865-4866 :

"O mon très doulx enfant Jesus,
face plaisante a regarder".

91Ici c'est la mère qui parle en premier.

92Mais la comparaison du v.4868 "comme puissant roy de lassus" nous ramène de l'ordre humain à l'ordre divin.

93Au vers 4869, l'apostrophe "O mon fils" suivie de son apposition "le puissant Christus" met les deux ordres côte à côte.

94Dans les deux apostrophes en tête des quatre derniers vers :

"Roy du firmament,
divine presence",

95on retrouve tout à fait la tonalité de la première adoration. Comme dans celle-ci, il n'est plus question de la mère dans la dernière phrase. De même, le rythme a changé. Comme nous l'avons déjà dit, après les 12 premiers vers octosyllabiques, nous avons des pentamètres. Cette modification souligne la transformation du ton et prépare le dernier vers "te adore humblement".

96Peut-on ici encore parler de strophe ?

97On relève la répartition suivante des rimes :

4865-4868 : a b b a
4869-4872 : b c b c
4873-4876 : c d d e.

98D'un groupe de vers à l'autre, on constate un enchaînement par une rime, mais la disposition des rimes varie entre le premier quatrain et le suivant. Pourtant la suite "c d d c" des 4 derniers vers reprend la disposition a b b a du premier quatrain. Si la versification est donc moins travaillée que dans la première prière, on sent néanmoins une recherche.

99Comme dans l'adoration précédente, les rapports de Marie et de Jésus sont évoqués par le jeu des verbes à la 1ère personne, des possessifs et des pronoms.

100Pour ce qui concerne Marie : "mon enfant" - "mon filz" - "mon cœur"

101Pour ce qui concerne Jésus : "te doy" (v.4867) - "que je te baise" (v.4879) -"en toy. inclus" v.4871) -"te adore"(v.4876").

102Le vocabulaire utilisé par Marie est plus affectif que dans la prière précédente. Certes "filz" s'y trouvait déjà, mais ici nous avons en plus "enfant". C'est davantage sensible pour les adjectifs s "tres doulx enfant", "face plaisante" et surtout pour l'expression "que je te baise tendrement" ; certes le sens est ambivalent : il s'agit d'amour humain mais aussi d'amour divin.

103A côté de cela certaines expressions s'appliquent uniquement à la divinité :

104v.4868 " comme puissant roy de lassus" (Nous avons déjà rencontré l'expression dans la première adoration)

105v.4869 : "........ le puissant Christus"

106v.4873 "Roy du firmament" (ici encore on retrouve une expression de l'adoration précédente).

107v.4874 : "divine présence".

108L'adjectif est particulièrement important : Dieu n'est pas nommé (dans la première adoration non plus), mais apparaît ici l'adjectif.

109Comme précédemment Marie insiste sur son humilité ; "humblement" (v.4867 ; 4876) ; "en grant reverence" (v.4875). Tout se passe comme si, dans cette prière, Marie partait de l'enfant qu'elle nomme d'ailleurs, pour aboutir à Dieu. On sent ici une tension dans Marie dont d abord l'enfant est la chose, puis elle s'incline devant son caractère divin. Le paradoxe d'une mère qui est fille de son enfant n'est pas clairement indiqué dans cette adoration, mais est suggéré par les brusques changements de vocabulaire. La tendance de Marie serait d'obéir à la nature et de considérer Jésus uniquement comme son fils. Elle s'oblige à le voir à une échelle incommensurable, comme elle le dit dans les vers 4867-4868. Plus intime, plus concentrée que la première, cette adoration exprime peut-être davantage ce que ressent Marie. Et si le verbe "adorer" n'apparaît qu'une seule fois, il est placé à la fin du dernier vers.

110Nous allons rapidement examiner, pour pouvoir comparer avec le manuscrit de Troyes, la première des trois déclarations que Nostre Dame adresse à Jésus dans le texte de Gréban (éd. Jodogne v.5044-5054,- v.5071-5081 ; 5098-5108). Toutes les trois se terminent par le vers

"mon doulx enfant, mon vray Dieu et mon pere".

111Comme cette déclaration est la seule qui contienne le verbe "adorer", nous nous intéresserons uniquement à elle.

112Texte d'Arnoul Gréban
Edition Jodogne p.71 : v.5044-5054
Edition Paris p.65 : V.5068-5078

Nostre Dame
V.5044 Mon cher enfant, ma tres doulce portee,
mon bien, mon heur, mon seul avancement,
ma tendre fleur que j'ay long temps portee
et engendré de mon sang proprement,
v.5048 virginalment en mes flans te conceuz,
virginalment ton corps humain receuz,
virginalment t'ay enfenté sans peine,
qui m'a donné espérance certaine
v.5052 qu'a ton pouoir ame ne se compere ;
dont je t'adore et te clame a voix pleine
mon doulx enfant, mon vray Dieu et mon pere.

113Cette prière est constituée d'une seule phrase de 11 vers qui sont des décasyllabes.

114Sa structure se présente ainsi :

  • 4 vers d'apostrophe
  • 3 vers où se trouvent les verbes principaux
  • 4 vers, dont les deux derniers sont introduits par "dont" (v.5053) : ce mot relance la phrase, et apparaît le verbe de la prière "je t'adore".

115La triade du dernier vers :

"mon doulx enfant, mon vray Dieu et mon pere"

116n'est pas une apostrophe, mais se rattache comme attribut au pronom "te" du vers précédent. Ici "Dieu" est nommé ; il ne l'était pas dans les 2 textes que nous avons examinés

117Cette prière d'adoration contient, comme celle du texte de Troyes, de nombreuses apostrophes. Nous en relevons six :

118v.5044 "mon chier enfant, ma tres doulce portee"

119v.5045 "mon bien, mon heur, mon seul avancement"

120v.5046 "ma ; tendre fleur "

121Comme dans les prières d'adoration du texte de Troyes, les rapports de Nostre Dame et de Jésus sont évoqués par le jeu des verbes, des possessifs et des pronoms.

122Le vocabulaire utilisé par Marie est particulièrement affectif pour les substantifs : "enfant" (2fois), "portée", "bien ", "heur", "avancement", "fleur" ; il l'est également pour les adjectifs : "chier", "doulx", "tres doulce","tendre" Pour désigner Jésus Dieu seuls apparaissent les expressions "mon vray Dieu" "et mon père" ; le mot "pouoir" est également évocateur de sa puissance.

123Dans cette prière, extraite du texte de Gréban, la tendresse de la mère domine, mais le dernier vers fait la synthèse de Jésus enfant et Jésus Dieu.

124Les trois prières que nous venons d'examiner ont pour thème central l'adoration de Marie envers Jésus. Rappelons que la première, la plus longue (24 v.) contenait trois fois le verbe "adorer" ; et il est même le dernier mot du dernier vers ; la seconde prière du texte troyen (12 v.) l'utilise une fois, encore au dernier vers. Dans le Mystère de la Passion de Gréban, "adorer" apparaît une seule fois, à l'avant dernier vers.

125A propos du texte de Gréban, il convient de remarquer qu'il était connu des auteurs troyens quand ils ont composé leurs prières. On comprend ainsi mieux que l'adresse de la 2ème prière troyenne "O mon tres doulx enfant Jesus" rappelle le 1er vers de Gréban "mon chier enfant, ma très doulce portee" : de même le vers troyen de la 1ère prière :

"mon filz, mon pere et crëateur"

126semble inspiré du dernier vers de Gréban "mon doulx enfant, mon vray Dieu et mon pere".

127On peut faire une remarque équivalente sur la façon de relancer la prière avec "dont" à l'avant dernier vers, et dans le texte de Gréban, et dans la première prière du texte troyen.

128Toutefois Gréban aborde un thème complètement absent des prières troyennes : celui de l'enfantement de Jésus. Ce sont les trois vers centraux :

"virginalment en mes flans te conceuz
virginalment ton corps humain receuz,
virginalment t'ay enfenté sans peine".

129Nous ne sommes pas surpris de trouver un très grand nombre d'apostrophes dans les trois prières : elles sont les plus nombreuses dans la première prière troyenne (encore une influence ?) et dans celle de Gréban. Il en est de même pour l'accumulation des adjectifs possessifs. Nous ne reviendrons pas sur l'utilisation de ces possessifs et des pronoms : ils sont communs aux trois textes.

130Le vocabulaire de la 2ème prière troyenne rappelle, par son caractère affectif, celui de la prière de Gréban, avec, par exemple, comme nous l'avons dit, la même utilisation du mot "enfant".

131Remarquons que par leur changement de rythme (passage de l'octosyllabe au pentamètre pour respectivement les dix derniers vers de la 1ère prière, et les quatre derniers de la 2ème) les adorations du manuscrit troyen différent radicalement de l'uniformité solennelle des décasyllabes qu'utilise Gréban.

132Le première prière est peut-être la plus jaillissante, celle où l'on trouve le plus d'élan, d'enthousiasme ; la seconde, plus intime, révèle plus de chaleur, d'émotion. Celle de Gréban montre plus de rigueur, plus d'éloquence aussi. Chaque prière, quoique recoupant les autres sur certains points, a ses caractères propres mais il s'agit toujours d'"adorer".

133Si les prières sont nombreuses dans le Mystère de la Passion de Troyes, celles d'adoration nous l'avons vu, sont rares. Il convient d'ailleurs de ne pas oublier qu'elles étaient insérées dans un ouvrage théâtral destiné certes à émouvoir les spectateurs, mais aussi à les instruire et à les édifier ; les auteurs avaient sans doute des intentions didactiques en écrivant ces textes : donner au public des leçons de spiritualité, lui apprendre à bien prier.

134Ceux qui ont rédigé le texte troyen ne négligeaient pas pour autant l'art de la composition, les recherches du vocabulaire, une versification habile et bien adaptée. C'est à ces qualités littéraires que nous sommes surtout sensibles aujourd'hui.

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter