Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

Note sur la datation, la tradition manuscrite et le contenu des dix oraisons de l'humaniste Nicolas de Clamanges

Francois Berier

Texte intégral

Il se dit aussi que les hommes, au cours des âges, ont toujours répété deux histoires : celle d'un navire perdu qui cherche à travers les flots méditerranéens une île bien-aimée, et celle d'un dieu qui se fait crucifier sur le Golgotha.
J.L. BORGES.

  • 1 Dom Jean Leclercq, Les prières inédites de Nicolas de Clamanges, dans Revue d'Ascétique et de Myst (...)

1Les dix prières de Nicolas de Clamanges ont été éditées et étudiées pour la première et seule fois par Dom Jean Leclercq en un article paru en 1947 dans la Revue d'Ascétique et de Mystique1. L'érudit bénédictin s'est attaché à montrer comment - à l'exception des deux premières -ces prières, formules à lire avant les heures canoniales de l'office divin s'insèrent... dans une tradition depuis des prières publiques d'introduction remontant aux premières codifications de l'office divin, en passant par des textes de caractère privé préparant ces heures - mais dans les deux cas encore brefs -, jusqu'à la grande époque des livres d'heures (fin du xve et début du xvie siècle) ces sortes de méditations sur les heures deviennent plus nombreuses et plus longues. Par la suite, Dom J. Leclercq indique comment Clamanges, toujours en accord avec la tradition, met les sept heures canoniales en relation avec les dons du Saint-Esprit, mais y fait intervenir sa dévotion et son talent personnels par son interprétation des heures fondée sur l'observation de la nature : il prie Dieu d'accomplir dans l'âme ce qu'il fait dans le monde à l'heure même où elle s'adresse à Lui et l'auteur de l'article indique le procédé de Clamanges : l'humaniste se livre à des variations sur le nom qui désigne chacun des sept dons, soit au moyen de textes scripturaires où se trouve ce mot, soit par l'évocation des sentiments au 'exprime ce mot et qu'il applique successivement et à Dieu et à l'homme ; enfin il précise quel est l'acte propre en nous de chaque don : la sagesse doit diriger toute notre vie, l'intelligence doit purifier notre conscience, le conseil doit nous faire connaître ce que nous avons à faire, la force nous permet de l'accomplir avec vigueur, la science nous rend capables de discernement, la piété nous incline aux exercices de dévotion, la "chaste crainte" nous préserve des actions malsaines. On ne peut que s'incliner devant la densité de ces trois pages de présentation ; nous pensons pouvoir cependant apporter quelques précisions supplémentaires sur ces prières : tout d'abord en recherchant la date approximative de leur composition et en faisant valoir certains manuscrits ignorés de l'éditeur qui peuvent amender par endroits le texte ; ensuite nous réfléchirons au contenu de ces prières, dont huit sont en rapport avec la théologie des sept dons du Saint-Esprit : des passages, traitant du même sujet, d'un texte inédit de Clamanges nous fourniront des éléments de comparaison ; enfin nous entreprendrons d'examiner ces oraisons à la lumière du phénomène de l'humanisme.

***

  • 2 V. notre thèse de 3e cycle : Nicolas de Clamanges, opuscules, édition critique avec introduction, (...)
  • 3 J. Leclercq, Les prières..., p. 177 et 180.
  • 4 Mgr P. Glorieux, Notations biographiques sur Nicolas de Clémanges, dans Mélanges offerts à M.D. Ch (...)
  • 5 Nicolai de Clemangiis... Opera omnia... edidit I.M. Lydius..., Lugduni Batavorum, 1613, ep. CV.
  • 6 ep. XV.
  • 7 J. Leclercq, Les prières..., p. 181.
  • 8 ep. XVCII.
  • 9 J. Leclercq, Les prières..., p. 178-179.

2Les dix oraisons de Clamanges figurent dans les manuscrits constituant les premiers exemplaires de l'édition des opuscules de l'humaniste, c'est-à-dire : Baveux, Bibl. du Chapitre 4 ff.90v-95v, Escorial, Monast. 0.III.6 ff.106-112 et Oxford, Hatton 36 ff.113v-119v ; toujours regroupées à la fin des opuscules, elles forment donc un ensemble qui paraît déjà constitué dès les premières éditions manuscrites soit dès 1418 et cette date peut être même reculée d'environ trois ans, si l'on tient compte des témoignages fournis par la correspondance de l'humaniste sur cette entreprise d'édition2. Par ailleurs, on peut faire valoir un certain nombre d'indications contenues dans ces oraisons : oratio dicenda a uiro ecclesiastico (oraison III) ; in...horis canonicis, quas ego indignus canonicus sacro et regulari instituto tuae ecclesiae ad laudem tui sancti nominis coram te hodie diceve pono (oraison III) ; de omnibus ad salutem meam et aliorum quorum salutem curare debeo pertinentibus (oraison VI) ; linguam meam ad proximorum edificationem salubri atque ignito accendat eloquio (oraison VI)3 ; ces mentions, pensons-nous, ne doivent pas être considérées seulement comme les paroles que Clamanges prête au prêtre prébendé qui sera amené à dire ces prières, mais d'abord comme l'expression même de Clamanges ayant composé ces oraisons pour son usage personnel et se mettant lui-même en scène dans ces textes. Il est un fait que l'orant est ici un prêtre et un chanoine et que Clamanges peut se présenter sous cet aspect dès 1395, date à laquelle il est mentionné comme chanoine et comme diacre de Saint-Cloud ; rappelons qu'en 1398 il obtint un canonicat au chapitre de Langres et la trésorerie de ce même chapitre un an après et vraisemblablement en 1403 la chantrerie4 de Bayeux. Est-il possible de préciser davantage la date de composition de ces textes à l'intérieur de ces quelques vingt années ? On trouve confirmation de cet espace de vingt années en faisant valoir le témoignage de Clamanges précisant dans sa correspondance que le travail de révision de ses opuscules en vue de l'édition concerne des œuvres qu'il vient d'écrire et d'autres qu'il a écrites abannis ferme .XX.5. On peut aussi faire remarquer la ressemblance de certains textes avec nos prières ; ainsi l'épître XV envoyée à Gerson où sont associées prière et tribulations d'un voyage en mer qui figurent ici la marche des affaires du monde : Turbatur ergo caelesti nutu mare saeculi, saeuisque ventorum ac fluctuum inhorrescit turbini-bus, vt ad portum redire cogantur, qui in serenam suauitatem placidi aequoris longius euecti, portum ipsum fugiebant, dulcique Sirenarum cantu delibiti in vorabricem Charybdim praecipites ibant... Ad salutem ergo vigilantius inquirendam nostram, diuina miseratio torpo-rem prouocans, tempestates et pericula concitat, vt suorum pia oratione, fidelium in subsidium inuocatus dum illos suis cognos-cit verberibus emendatos, flagellis modum ponat, ventos placet, procellas compescat, mare mitescere faciat... Datum Lingonae6, liaison bien banale, certes, mais qui s'exprime en des termes comparables à ceux de l'oraison VII : Da inter huius undosi pelagi fallaces sirenas, minaces scopulos, tumentes fluctus, stridentes turbines, frementes procellas, ita inter Scillam et Charybdin inconcusse nauigare quod ad tranquillum tandem possim portum tuo ductu et auspicio saluus euadere7. Il en est de même de certains passages d'une longue épître de Clamanges envoyée à Jean de Montreuil : Si noster desidioso sopore depressus torpet affectus, lux ista oculos feriens, horam esse admonet, de somno surgere, opera tenebrarum abijcere, arma lucis induere, sicut in die honeste ambulare. Quemadmodum sol mundo exoriens suorum vibratu ac splendore radiorum, pigros quosque ac somnni-culosos ad surgendum excitat : Si nostrae tenebratur oculus in-telligentiae, non oportet nos superstitiosis sacrilegisque erroribus Musas inuocare, Eelicona bibere, Parnassi iuga petere, Phoebo supplicare, sed illius opem deuota prece, pijsque et ignis operibus implorare, qui dixit : fiat lux et facta est lux, vt signatum sit super nos lumen vultus sui, vt illuminet oculos nostros, illuminet tenebras nostras, vmbramque ignorantiae nostrae, dignetur illustrare sua luce, depellere, nostris veritatem mentibus infundere, monstrare quae recta sunt, quae agenda, quae expetenda, quae vitanda vel fugienda, dirigere pedes nostros, in semitam mandatorum suorum, auertere eos a tortuosis vitiorum animi anfractibus, quibus non in coelestis aulae lucidissimas sedes pergitur, sed a tenebris interioribus sceleratae conscientiae, in tenebras exteriores sempiternae noctis, aeternorumque suppliciorum. Et quoniam illius Apostolicae sententiae mentionem feci, hora est nos iam de somno surgere, libet de il.la paulo latius ad nostram communem vtilitatem tecum loqui8, où les comparaisons sont faciles à établir avec certains passages de l'oraison V : Da michi, Domine, hora prima huius diei Spiritum intellectus, ut sicut sol mundo exortu suo meae carnis oculos splendore perfundit, ita oculis cordis mei interioribus sol intelligentiae oriatur... ou de l'oraison IV : iubilant omnes angeli Dei nullo unquam somniculoso torpore depressi... Haec luce sua tenebras meas illuminet, nubila detergat, noctem irradiet, ignorantiam fuget, caecitatem depellat, uitam regat, mentem componat, affectus ordinet, opera dirigat, quo inter huius mundanae noctis insidias et pericula inoffenso valeam gradu ad aeternae lucis gaudia peruenire9 ; on aura reconnu en passant des expressions quasi analogues dans les deux textes et les mêmes citations.

  • 10 N. Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, 4 volumes, Paris, 1896-1902, III, p. 271 n.1 (...)
  • 11 ep. XIX.
  • 12 A. Combes, Sur les "lettres de consolation" de Nicolas de Clamanges à Pierre d'Ailly, dans Archive (...)
  • 13 Lydius, I, pp. 78-79.

3Ces deux épîtres étant envoyées de Langres, les oraisons pourraient donc avoir été composées à l'occasion de séjours que Clamanges fit dans cette ville, c'est-à-dire entre les années 1398 et 140310 : il y avait un bénéfice et pouvait donc y vivre l'office divin de façon particulière ; il a porté une appréciation favorable sur la dévotion de la population de cette ville : gens valde religiosa et deuota11, dont il a pu curer les âmes. Mais il ne faudrait pas négliger non plus la retraite que Clamanges fit un temps au monastère chartreux de Val-profond, ni celle de près de dix ans qu'il effectua à Fontaine-au-Bois près du monastère de Voulton au Sud-Est de Provins12. Outre les considérations que nous serons amené à faire sur l'importance du passage de Clamanges dans une chartreuse, nous tenons à rappeler ici que c'est à Fontaine-au-Bois que Clamanges composa la plus grande partie de ses opuscules et en tout cas les y révisa tous en vue de l'édition ; c'est aussi dans cette retraite qu'il dit être revenu à la lecture assidue de l'Ecriture Sainte et avoir vécu même une sorte de conversion : Elongaui itaque fugiens et mansi in solitudine, expectans illic eum qui saluum me faceret a pusillanimitate, Spiritus tempestate, quoniam vidi iniquitatem et contractionem in ciuitate. Quod quidem (quantum re ipsa experiri potui) michi ad fructum cessit, a Dominoque factum esse existimo. Primum, quidem quia me et conscientiam meam peccatis onustam aliquantula compunctione quietius atque opportunius ad Deum recollegi. Deinde, quia post longam lectionem sae-cularis eloquentiae gentiliumque scriptorum (in quibus non par-ua tempora occupaui) tandem illic ad sacri canonis inuestigati-onem sacrorumque doctorum mystice ac salutariter illum exponen-tium, magna me auiditate contuli, quae nunc pene sola de gratia Christi me lectio delectat, in qua etsi parum ingenio, parum studio solus proficere potui, plus tamen (vt opinor) profeci quam tota anteacta aetate in studio Parisiensi. Adde quod stylo secessun requierenti, solitudinemque desideranti, melius, vberius, liberius operam dedi. Sane et plura in loco isto et vtiliora scripsi (si quid potest vtilitatis hic calamus afferre) quam in caeteris omnibus locis, in totaque caetera vita et insuper quaecunque alibi antea scripseram, hic recensui, limaque exac-tiori emendare studui... Vale apud fontem13.

4Huit de nos textes seraient donc datables des années 1398-1403 ou bien des années 1408-1417 (ou 1415) ; nous indiquerons plus loin ce qui peut faire choisir plutôt la seconde de ces périodes.

*

  • 14 J. Leclercq, Les prières..., p. 171 n. 4.

5Pour établir le texte de son édition, Dom J. Leclercq a retenu deux manuscrits contemporains de l'auteur ou peu s'en faut : Paris Bibl.nat.lat.3129 ff.288-291 et 3132 A ff.91-95v, deux témoins excellents qui transmettent le texte des prières sans variante notable. Nous nous permettons14 cependant d'indiquer quelques variantes entre le texte du manuscrit d'Oxford et l'édition de Dom J. Leclercq qui témoignent d'une tradition manuscrite non négligeable du texte des prières de Clamanges, dans laquelle d'ailleurs les deux manuscrits cités de Paris ne figurent pas à la meilleure place. Notons aussi que la graphie adoptée par l'éditeur est une graphie restituée : quaedam pour quedam, et que sa façon de ponctuer pourrait être plus discrète. Contentons-nous de relever les variantes dans le texte de la première oraison :

Dom J. Leclercq, op.cit. pp. 174-175
1.4 exercitasti
1.10 refugium
1.11 iuste irasceris
1.14-15 me, non
1.21 coenum
1.23 illam... consolationem
1.23 iniecit
1.26 suspiro,ad te amaro
1.28 te dereliquisse
1.36 non possim de cetero

  • 15 Cet emploi de refrigerium se rencontre dans la Bible ; Clamanges le connaissait, v. ep. LXXV : ref (...)

Oxford Hatton 36 f.113v.
1.4 excitasti
1.10 refrigerium15
1.11 iuste contra me irasceris
1.14-15 me et non
1.21 ceno
1.23 illa...vox
1.23 michi
1.26 suspiro, ad te ingemisco,ad te...
1.28 dereliquisse te
1.36 de cetero non possim

  • 16 Il n'est pas question de traiter ici de la question des manuscrits autographes de Clamanges ; le l (...)

6A part les deux derniers lieux variants qui ne présentent que des cas d'interversion -et il est cependant légitime de préférer l'ordre donné par le manuscrit-, nous pensons pouvoir affirmer que toutes les autres leçons données par notre manuscrit ne sont pas seulement des variantes, mais des leçons authentiques, observation qui peut être confirmée par l'examen comparatif du manuscrit de Bayeux offrant des caractères communs avec le manuscrit d'Oxford. Ce travail de collation a été poursuivi et achevé : ses résultats sont déterminants pour parvenir à un texte auquel on puisse se fier16.

*

  • 17 J. Leclercq, Les prières..., p. 172.

7Avant d'entrer dans le vif du sujet, nous voudrions faire une dernière mise au point : l'étude de Dom J. Leclercq s'applique surtout aux huit prières liées à la récitation des heures canoniales ; or il ne faudrait pas que les deux premiers textes fussent pour autant négligés. Outre le fait qu'à elles toutes, ces prières peuvent rendre compte d'un certain itinéraire spirituel, la prise en considération des deux premières prières, à Dieu, permet de faire sortir la dévotion clamangienne du strict cadre de la prière liturgique et constituer ainsi un témoignage de plus sur la dévotion privée et publique à la fin du Moyen Age. On pourrait même dire que les huit prières liées aux heures canoniales sortent elles-aussi de ce cadre, car elles sont toutes à dire avant l'heure : ante horam primam... etc ; elles ne sont pas destinées à entrer dans l'office divin lui-même et à constituer l'oraison proprement dite qui doit y figurer ; ce sont des prières de préparation et d'introduction à la récitation de chaque heure de l'office devant susciter le recueillement et affermir la détermination de l'orant17 ; ces huit prières sont donc des prières de demande alors que les deux premières, même si elles implorent le secours de Dieu, ont plutôt le caractère de prière de pénitence.

  • 18 Isaïe XI : Et requiescet super eum spiritus Domini : Spiritus sapientiae et intellectus, spiritus (...)

8Nous examinerons dans un premier temps ce qu'il en est de la théologie des dons du Saint-Esprit et précisément ce qu'en dit Clamanges dans son Expositio in Isaiam au commentaire du chapitre XI18 ; cet examen devra nous permettre d'observer ensuite comment l'humaniste utilise cette théologie pour en faire une dévotion.

  • 19 Dictionnaire de Théologie Catholique (D.T.C.), article de A. Gardeil, t. TV, 2eme partie, ce. 1726 (...)

9Clamanges commence par expliciter longuement la formule : Et requiescet super eum Spiritus Domini pour traiter du problème de la résidence intrinsèque de Dieu en nous par le don Saint Esprit19 : Clamanges fait observer que Dieu est présent dans le Christ par le Saint-Esprit, en déduit que la présence du Saint-Esprit dans le Christ est un signe de perfection et conclut ce développement par des considérations sur l'humilité du Christ, vertu expliquant pourquoi Dieu s'est posé sur lui. Clamanges évoque ensuite l'unicité et la multiplicité du Saint-Esprit : il en appelle aux septennaires des sept yeux, des sept femmes, des sept lumières du candélabre, des sept étoiles, des sept lampes, des sept cornes et des sept yeux de l'agneau, des sept esprits envoyés sur la terre, des sept pains multipliés, des sept tresses de cheveux. Puis il indique un classement des sept dons (ou plutôt des six dons) deux à deux, le premier de chaque couple concernant la vie intellectuelle, le second la vie affective. Clamanges évoque ensuite le rapport entre les dons du Saint-Esprit et l'idée de perfectionnement de la vie spirituelle, en notant que les dons sont distribués selon la variété des personnes, que les uns concernent la vie active et les autres la vie contemplative, les uns la vie intellectuelle, les autres la vie affective. Les dons du Saint-Esprit sont ensuite mis en rapport avec les vents : la sagesse souffle du midi, l'intelligence de l'orient, etc.. C'est ensuite l'évocation de l'ordre "descendant" ou "ascendant" dans 1'énumération des dons : Clamanges retient ici l'ordre "ascendant", c'est-à-dire celui partant de la crainte et allant vers la sagesse. Puis il fait valoir le témoignage de Saint-Bernard établissant un rapport entre les dons du Saint-Esprit et les Béatitudes, toujours selon l'ordre ascendant. Enfin Clamanges consacre un long développement au don de la crainte qui doit être chaste et sainte. Les citations explicites faites par Clamanges proviennent de l'Ancien Testament et du Nouveau, mais aussi d'Aristote, de Saint-Augustin, de Saint-Grégoire et de Saint-Bernard, ces trois derniers figurant en effet en bonne place dans la constitution de la théologie des dons du Saint-Esprit.

  • 20 D.T.C. c. 1732.

10Somme toute, la connaissance qu'a Clamanges de cette théologie particulière est fort honorable et semble en conformité d'esprit avec la synthèse opérée par Saint-Thomas sur ce sujet20 : l'humaniste aborde les grands problèmes de cette théologie, même s'il ne pousse pas très loin sa recherche ou n'entre pas dans tous les détails souhaités : on notera par exemple l'absence de toute considération sur chaque don en particulier (sauf celui de la crainte) à côté d'une certaine complaisance dans l'attention portée au symbolisme du nombre sept. Rien donc qui fasse penser que Clamanges en savait sur ce chapitre beaucoup plus en 1425 que quelque vingt ans auparavant en composant ses oraisons sur le même sujet.

11Etudions donc ce que Clamanges a utilisé de la théologie des dons du Saint-Esprit pour en faire un objet de dévotion. Notons d'abord que le Saint-Esprit ne se présente pas d'emblée comme un objet facile de dévotion : il n'est en effet apparemment pas porteur de l'élément attendrissant ou spectaculaire qui assure habituellement le succès de ce genre de pratique et c'est déjà un mérite et une certaine originalité de la part de Clamanges que d'avoir ainsi privilégié cette personne de la Trinité. Mais il nous semble qu'en cette circonstance il a fait montre aussi d'un certain talent poétique et théologique : en effet de même que l'Esprit-Saint est la relation d'amour unissant le Père et le Fils, de même la prière se veut union de l'homme à Dieu ou du moins s'efforce d'entretenir la relation implorante, éplorée, craintive, humble, repentante, filiale, affectueuse, reconnaissante, joyeuse, laudative, amoureuse de l'homme avec son créateur. La prière et la dévotion au Saint-Esprit pourraient ainsi passer pour la manifestation par excellence du désir d'union de l'âme humaine avec Dieu ; de la sorte Clamanges semble avoir d'emblée visé et atteint ce qui est au cœur de toute prière : une parole humaine exprimant le désir d'une communication avec Dieu.

  • 21 ep. V.
  • 22 E. Gilson, La théologie mystique de Saint-Bernard, Paris, 3ème édit., 1969 ; nous utilisons ici 1' (...)

12Dans ces conditions le passage de la théologie à l'ascétique, en cette matière du Saint-Esprit, s'opère facilement étant donné le rapport, signalé par Clamanges, entre les dons du Saint-Esprit et l'idée de perfectionnement de la vie spirituelle : la théologie des dons du Saint-Esprit trouve donc facilement place dans le courant de spiritualité de "recherche de l'amour de Dieu" dont Saint-Bernard fut le maître. A titre d'expérience et pour essayer de situer Clamanges dans la spiritualité médiévale, on peut tenter de comparer Saint-Bernard et Clamanges -le Clamanges des prières- sur cette question des sept dons. Clamanges avait lu l'oeuvre de Saint-Bernard et pas seulement sur le sujet des sept dons, si l'on fait valoir des déclarations de l'humaniste considérant le saint comme vraisemblablement le plus grand des écrivains du Moyen Age français et comme un vrai maître en matière de vie spirituelle : Ex anti-quioribus Irenaeum Lugdunensem..., ex recentioribus autem primo Bernhardus occovit... Diebus autem Bernhardi nostri coepit in Galliis simul cum feruore religionis stylus coli et resurgere21. Saint-Bernard a développé à plusieurs reprises, de façon complète ou partielle des considérations sur le contenu et la signification de chacun des-sept dons du Saint-Esprit ; c'est donc à une comparaison point par point que nous voudrions procéder en suivant l'ordre donné par Isaïe22.

  • 23 S.B. II, p. 365.

13La sagesse, selon Saint-Bernard, est semblable à un trésor, pour lequel il faut se donner de la peine, si l'on veut le tirer des profondeurs de la terre. Cette sagesse doit être cherchée dans notre cœur, avec sobriété, en vue du perfectionnement de la foi. Elle abonde de trois manières : par l'aveu de notre iniquité ; puis par l'action de grâces et la louange, enfin par la parole d'édification23. Clamanges, lui, demande à Dieu la sagesse pour passer la nuit sans tentations et pouvoir, après des paroles de pénitence et d'action de grâces, accéder à la lumière du lendemain (oraison IV).

  • 24 S.B. I, p. 430.

14Saint-Bernard voit dans l'intelligence le moyen d'éviter les pièges des hérétiques, de garder la pureté de la foi et d'éviter ce qu'il peut y avoir d'excessif dans la vie religieuse de certains24. Clamanges voit en elle le moyen de chasser l'erreur et le péché, de rendre raisonnable la servitude acceptée pour Dieu (oraison V).

  • 25 S.B. I, p. 100.

15C'est au conseil qu'il appartient, selon Saint-Bernard, de peser ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire par une délibération rationnelle affranchie du péché par la grâce25 ; cet affranchissement complet est bien sûr impossible, mais il doit être recherché sans cesse, notamment par les parfaits. Clamanges réclame à Dieu ce don pour parvenir à penser non selon sa prudence à lui, Clamanges, mais selon l'esprit de Dieu. Les vues de Clamanges semblent donc sur ce point moins systématiques que celles de Saint-Bernard -(oraison VI).

  • 26 S.B. I, p. 349.

16Quant à la force, Saint-Bernard lui assigne, ainsi qu'à la prudence, le rang de fille de la considération ; elle permet de lutter contre l'adversité26. Clamanges néglige cette filiation, et voit aussi en ce don la possibilité de lutter contre les tribulations, de résister aux tentations, d'employer la force physique pour faire le bien (oraison VII).

  • 27 S.B. I, p. 84.

17La science doit, selon Saint-Bernard, commencer par la connaissance de soi et la connaissance de Dieu ; se connaître soi-même est le point de départ de tout ; ces connaissances précèdent toutes les autres et doivent déboucher sur la charité27. Clamanges, lui, réclame la science en vue de la connaissance de Dieu et évoque par la même occasion le discernement, sans parler de la charité (oraison VIII).

  • 28 S.B. I, p. 349.

18Selon Saint-Bernard, la piété consiste à vaquer à la considération, c'est-à-dire au culte de Dieu ; c'est elle qui règle les affections, dirige l'action, corrige les excès, forme les moeurs, rend la vie honnête et ordonnée, donne la connaissance des choses divines et aussi des choses humaines28. Sur ce don, Clamanges n'apporte pas de longs développements, il voit dans la piété une condition de l'adoucissement, de l'amollissement du coeur, conduisant à une affectueuse compassion pour les autres, c'est-à-dire à la charité (oraison IX).

  • 29 S.B. I, p. 148-149.

19La crainte enfin est selon Saint-Bernard le commencement de la sagesse ; on peut distinguer deux sortes de crainte : la crainte servile qui est la crainte des châtiments de Dieu ayant pour corollaire l'amour mercenaire qui ne prend en compte que les avantages présents et futurs du commerce avec Dieu, et la crainte filiale, chaste, qui est une crainte de Dieu, ayant la forme d'une crainte d'offenser Dieu ; ainsi s'opère le passage de la crainte à l'amour qui aboutira à la charité de ce monde, forme d'amour réservée aux parfaits de la terre, à ceux qui ont dépassé les étapes ascétiques29. Sur ce point, Clamanges donne moins de détails : la crainte est le commencement de la sagesse et il demande à Dieu tuum sanction et castum timorem qui me ab omni illicito et peruerso opere tui iudicii terrore cohibeat (oraison X).

  • 30 J. Leclercq, Les prières..., p. 173.
  • 31 Sur les recherches d'étymologie du mot oratio (venant de oris ratio par exemple), v. Cassiodore, C (...)

20Au terme de cette comparaison, on peut considérer Clamanges comme étant parfaitement intégré à une tradition ascétique classique dans la lignée d'un Saint-Bernard. On peut aussi noter qu'en écrivant les oraisons, Clamanges va retenir de la théologie des dons l'idée que le Saint-Esprit, étant lui-même le premier des dons et charité, est ainsi tout désigné pour apporter une réponse à la prière de demande qui lui est adressée ; autre aspect retenu : la capacité qu'ont les dons du Saint-Esprit d'être un moyen de perfectionnement pour l'homme qui se préoccupe d'un progrès dans sa vie spirituelle. Dans ces conditions et si l'on veut bien admettre que l'originalité de Clamanges a consisté non seulement à avoir mis les heures canoniales en rapport avec les dons du Saint-Esprit, mais surtout à les avoir interprétées d'après l'observation de la nature30, on peut se rendre compte de la richesse du procédé choisi ; en effet d'abord la journée se trouve considérée autant dans l'unité de sa durée -ou même comme unité de durée- que dans la multiplicité, la variété de ses différents moments : elle a en cela un caractère de l'Esprit-Saint ; ensuite cette durée est utilisée au titre de donnée essentielle de toute entreprise de perfectionnement, ici spirituel ; enfin les heures canoniales se trouvent revêtir une valeur particulière : elles sont mises en rapport d'une part avec une réalité vécue, ici celle de l'ecclésiastique dans son quotidien : se réveiller, manger, dormir, prier, etc, et d'autre part avec une réalité spirituelle : celle du chrétien désirant se rapprocher de Dieu ; elles sont situées entre ces deux réalités, on peut même plutôt dire qu'elles font le lien entre ces deux mondes, qu'elles assurent une fonction d'intermédiaire, empruntant ainsi un aspect essentiel de la prière signalé plus haut, devenant elles-mêmes comme la prière, voire elles-mêmes prières ; ainsi se consomme la ressemblance et l'attirance de hora et orare31.

  • 32 Oraison III ; J. Leclercq, Les prières..., p. 177 ; on évoquera au passage l'ordonnance morale du (...)

21De la sorte les différents actes, les différents états d'âme de la journée se trouvent entrainés dans un processus de sanctification, de réconciliation de la vie active et de la vie contemplative, etc... Clamanges s'explique d'ailleurs sur son intention de (faire) suivre un itinéraire pour arriver à un but : ut per laboriosum mystici septennarii in septem uirtutum opevatione exercitium septem mortifera peccata, quae sunt septem daemonia ab illa euangelica Maria per Christum eiecta uitare ualeam septemque nequiores spiritus quos ille fortis armatus ad hominum subuersionem secum assumit superare, tandemque ad triumphalem octonarium beatitudinum post peractam praesentis uitae militiam perduei32.

22Nous pouvons ainsi indiquer quelques rapprochements significatifs entre un don du Saint-Esprit et ce qui se passe dans la nature ou dans l'âme au moment où l'orant s'adresse à Dieu.

  • 33 S.B. t. II, p. 87.

23La sagesse est le premier don réclamé : c'est elle qui doit inciter à se lever dans la nuit pour célébrer l'office des matines, mais c'est elle aussi, par son corollaire : la connaissance de soi, qui est à la base de tout développement spirituel33 ; c'est donc à juste titre qu'elle est réclamée au début de la journée. Mais on peut poursuivre les rapprochements et cela nous donnera éventuellement des renseignements sur d'autres procédés de composition de Clamanges : Pourquoi dors-tu ? Pourquoi paresses-tu ? Pourquoi t'adonnes-tu avec tant d'obligeance au sommeil qui porte en lui l'image de la mort ?... Pourquoi t'arrêtes-tu ? Pourquoi tardes-tu ? Pourquoi hésites-tu ? Pourquoi te roules-tu en tournant d'un côté sur l'autre ? Mets fin aux retards, repousse l'inertie, arrache-toi avec vivacité du lit... Que soit donné l'esprit de sagesse etc... (Oraison IV).

  • 34 S.B. t. II, p. 364.

24Ce trésor n'est pas autre chose que la sagesse elle-même que l'on tire des profondeurs cachées. Cherchons la tous, désirons la tous. Mais celui qui cherche la sagesse seulement dans son lit, la cherche en vain, car on ne la trouve pas dans la terre de ceux qui vivent dans les délices. Votre lit est tout petit et vous y cherchez un géant. Votre lit est à vous et vous pensez y trouver celui qui n'a jamais habité dans une hotellerie... Vous me demandez d'où vous devez sortir ? De votre lit ! Vous me demandez de quoi vous devez vous convertir ? De votre volonté propre... Elevez votre cœur, sortez de votre petit lit, afin que vous n'entendiez pas en vain celui qui vous avertit d'élever haut votre cœur. (Saint-Bernard, Sermons divers, XV sermon : II faut rechercher la sagesse)34.

25Voilà une formule finalement assez banale : "que le fait de paresser est incompatible avec le travail qu'implique la recherche de la sagesse", mais on peut remarquer au passage le parti-pris pragmatique qu'en tire Clamanges d'une façon tout à fait opportuniste.

26On peut faire des remarques similaires sur la situation du don de l'intelligence à l'heure de prime : l'intelligence doit dissiper les obscurités de l'esprit, comme le soleil dissipe à cette heure les ténèbres de la nuit ; si en plus on se souvient que Clamanges, dans son Expositio in Isaiam fait venir l'intelligence de l'orient, on relèvera là encore une conjonction heureuse.

  • 35 Actes des Apôtres 2, 15 ; Saint-Bonaventure recommande de rattacher les diverses heures canoniales (...)

27De même c'est apparemment sans difficulté que le conseil, troisième don du Saint-Esprit dans l'ordre retenu par Clamanges, va pouvoir être réclamé à Tierce, heure à laquelle une tradition a fixé la venue du Saint-Esprit sur les Apôtres le jour de la Pentecôte35.

  • 36 D.T.C., c. 1744 sqq.

28La force à l'heure de sixte, pourquoi pas ? surtout si ce don est demandé non seulement pour lutter contre l'adversité mais aussi pour sanctifier la nourriture et la boisson, sources de force, qui vont être prises à l'occasion du repas principal de la journée : Da michi in hac hora sexta Spiritum fortitudinis quo fovtiter et constante ?... adversa huius mundi tolerem... Da ut corporalem fortitudinem quam michi tribuistiad te custodiam... Da, ubi ad horam prandii uentem erit, cibo et potu cum tua benedictione gratiarumque actione temperanter uti (oraison VII). Par ailleurs, dans la théologie des dons du Saint-Esprit, les dons n'ont-ils pas été fréquemment mis en rapport avec les Béatitudes et le don de force n'a-t-il pas été rapproché de la Béatitude évoquant ceux qui ont faim et soif de justice ?36.

  • 37 V. notre note 35.

29La correspondance du don de piété avec la Béatitude des doux n'est pas évoquée telle quelle par Clamanges dans sa neuvième oraison, cependant on relèvera la demande d'adoucissement, d'amollissement du coeur qu'elle contient : Infunde, Domine, cordi meo pios et mites affectus... Aufer a me cor lapideum, tibi odibile, et dà michi cor carneum, molle, flexible et l'on pourra faire valoir la même tradition que celle évoquée pour le don de conseil, afin de rendre compte de la place du don de piété à l'heure de vêpres : l'heure de vêpres est en effet mise en relation avec l'institution de l'Eucharistie37 et de fait : in hoc sacrificio vespertino... Infunde, Domine,... mites affectus, ut mea contrito spiritu peccata lugeam, propter quae talem oportuit hostiam immolari. Quant à la correspondance de la vie de la nature : ici, le soir déclinant, et des mouvements de l'âme, nous pensons la trouver dans : mea ista vespertina oratio... tuam clementissimam pietatem super me descendere faciat.

30Enfin contentons-nous de relever la simplicité de l'argument faisant placer la crainte comme dernier don de la journée : ce sentiment correspond à l'attitude traditionnelle (fondée ou feinte) à l'endroit de la nuit ; mais aussi ce dernier don se lie parfaitement et naturellement au premier de la journée suivante : la crainte est le commencement de la sagesse, timor... initium sapientiae. (oraison X) ; la boucle est bouclée.

31A travers ce septennaire mystique, nous voici donc entrainés vers la mystique elle-même : dans une démarche partant de la sagesse, c'est-à-dire, répétons-le, de la "connaissance de soi", démarche initiale de l'homme en quête de Dieu et aboutissant à la crainte : forme d'amour de Dieu qui aboutit à la charité de ce monde et oui ne veut être connu que par ceux qui ont dépassé les étapes ascétiques, c'est-à-dire les parfaits de la terre.

32Sur cette voie restons en à cet endroit ; qu'il nous suffise de rappeler la parenté très probable en ce domaine des pensées de Saint-Bernard et de Clamanges qui donne aux prières de Clamanges une coloration mystique, alors qu'elles restent par ailleurs très proches des préoccupations quotidiennes de l'orant.

*

33Reste à évoquer les rapports qu'ont ces prières avec l'humanisme. Nous examinerons très rapidement ces textes de prières par rapport à certaines valeurs morales et littéraires qui peuvent caractériser dans les grandes lignes ce mouvement de pensée.

  • 38 V. les renvois faits à Platon, Cicéron et Sénèque dans D.T.C. c. 1753 ; v. A. Combes, Un témoin du (...)

34Nous dirons que Clamanges a fait preuve d'esprit humaniste -au sens large d'abord- en choisissant de célébrer l'Esprit-Saint, esprit d'amour et d'intelligence, "patron" en quelque sorte d'un intellectuel chrétien ; évoquons aussi la coloration stoïcienne (il faut lutter avec force contre l'adversité) et socratique (il faut commencer par se connaître soi-même) qui s'attache â certains dons et qui ne doit pas avoir déplu à un humaniste38.

  • 39 v. l'étude de F. Rapp dans La Mystique Rhénane, Actes du Colloque de Strasbourg, 1961, Paris, 1963

35Clamanges nous apparaît aussi humaniste en faisant valoir une certaine mesure dans la dévotion ; il est loin des systèmes compliqués ou des pratiques aberrantes et parvient à réaliser dans ses textes un équilibre heureux entre la dévotion privée et la dévotion liturgique collective39.

36Enfin, c'est toute la personne de l'orant : âme et corps, que Clamanges met en cause dans la pratique de la prière ; jamais dans aucune de ses prières le corps n'est oublié, que ce soit sous l'aspect de celui qui se tourne et se retourne dans son lit ou sous celui des regards échangés entre Dieu et sa créature ou même sous le rapport de la nourriture et de la boisson. Notons par exemple 1'évocation, qui ne manque pas de pathétique, du corps meurtri non pas de l'homme mais de la brebis, image de l'âme égarée : A présent, Seigneur, elle ne veut plus te fuir, oppressée par ses malheurs, elle est obligée de s'arrêter et d'attendre ta main secourable. C'est pourquoi prends la, pasteur très clément, et installée sur tes saintes épaules, ramène la vers ton troupeau. Seigneur, sur tes épaules, oui, c'est sur tes épaules qu'il faut que tu la transportes, si tu veux qu'elle soit sauve : en effet déjà elle ne peut plus t'entendre l'appeler, elle qui est devenue sourde,... elle ne peut pas te regarder la toucher, elle dont les yeux sont obscurcis par la proximité de la mort, elle ne peut pas marcher derrière toi, elle dont les pieds déjà froids et raidis sont devenus inefficaces pour s 'engager dans la direction que tu lui indiques, (oraison II)

  • 40 J. Leclercq, Les prières..., p. 177.
  • 41 Cette considération n'est possible que d'après l'examen des manuscrits autographes.
  • 42 J. Leclercq, Les prières..., p. 174 n. 15.
  • 43 V. par exemple certains textes de l'hymnaire de Ferreri (1521) cités par Ch. Villi, op. cit., pp. (...)

37Autre souci d'humaniste : le style. Dans la troisième oraison, Clamanges précise la façon dont il conçoit la récitation des prières : apte, integre, perfecte, tractim et distinctim verba pronunciare40. Sans nous engager dans une explication stylistique, nous nous contenterons de. faire remarquer certaines qualités de style dans ces prières : tout d'abord un certain goût pour la lenteur : ainsi la succession d'adverbes que nous venons de signaler qui dénote semble-t-il un certain plaisir à prendre son temps en prononçant des paroles pleines de nuances. De la sorte l'écriture de ces prières viserait moins l'établissement de certains automatismes dans la récitation et la prononciation qu'une certaine réflexion dans la pratique de la dévotion ; nous serions donc assez peu d'accord avec les remarques de Dom J. Leclercq faisant valoir l'abondance des parallélismes à deux membres, etc. : ainsi la troisième oraison comporte une phrase qui s'étend sur la moitié du texte et qui ne semble pas très facile à faire correspondre à un rythme41 simple. Nous noterons parallèlement certains passages plus animés qui rompent ce que la lenteur pourrait faire naître de monotone. Enfin évoquons d'un mot ce que le style de Clamanges peut avoir d'humaniste, au sens étroit du terme : Dom J. Leclercq a déjà signalé vers la fin de la prière VII, l'évocation de la tempête en des termes très proches de ceux das lesquels les classiques avaient développé le même thème (par ex. VIRGILE, Enéide, VII, 590, 810, etc...42 ; ce goût antiquisant qui fait entrevoir l'Olympe refermant ses portes (oraison X) n'ira jamais jusqu'aux exagérations qu'on peut lire dans certaines prières écrites par les humanistes des années 150043.

***

38En guise de conclusion, nous voudrions aborder un point annoncé au début de cette note et qui nous fera faire un détour par Pétrarque. Il est un fait que l'on peut être troublé par la ressemblance entre certains passages des Psaumes pénitentiaux de Pétrarque et notamment les deux premières oraisons de Clamanges :

  • 44 Pétrarque, Les Psaumes Pénitentiaux publiés d'après le manuscrit de la bibliothèque de Lucerne par (...)

39Heu michi misero... et speraui requiem in tormentis... Nunc igitur quid agam ? Quo me in tantis periculis vertam ?...Irascor peccatis meis... Non merui, fateor,... et vetustum iugum excutere meditatus sum ; sed inhaeret ossibus (Psaume I)44.

40Vae igitur misero michi... Quid faciam ? quo me uertam ? quo ibo aut quo confugiam ? ubi salutem, ubi requiem,... inueniam ? Certe, Domine Deus meus, etsi pro peccatis iuste contra me irasceris... Scio, Domine, et fateor et fateri necesse habeo supplicia me, non gratiam ante tuum conspectum meruisse... sed. in tuo semper amore iugi atque inseparabili adhesione persistam... (oraison I).

41Par ailleurs, Pétrarque dans ses Psaumes exprime certains désirs, certaines demandes : Fiat... lectulus meus lachrymarum conscius mearum (Psaume I), Reduce me in vias tuas ante solis occasum (Psaume II), Fiat michi pernox miseriarum mearum recordatio, et per diem spes salutis appareat (Psaume II), et certaines inquiétudes : satis suverque volutatus sum, et in coeno peccatorum meorum marcui miser. Et quid restat amplius afflicto : tempus inutiliter abiit ; vitam in consiliis expendi... Quamdiu me deludet hodiernus dies sub expeotatione crastini ? Quando incipiam ad te reuerti ? Siste dam fluctus ao procellas animi ; illumina consilium cordis mei, et metam laboribus impone. Qui intellectum dederas, ut bene agerem, tribue voluntatem et in actum dirige... (Psaume III) auxquels les oraisons de Clamanges pourraient bien constituer une lointaine réponse :

  • 45 Ainsi se justifierait la cohérence du corpus des dix prières de Clamanges partant de la pénitence, (...)

42Quid haeres, quid cunctaris, quid tergiuersaris, quid te de latere in latus girando uoluis ? Rumpe moras, inertiam abiice, lecto te alacrius excute. Satis corpori ad quietem... indulsisti (oraison IV)45.

  • 46 H. Cochin, p. 27-31.
  • 47 Pierre Damien, P.L. CXLV, c. 917-918 : Oratio ad Deum patrem sous forme de pénitence, Oratio ad De (...)
  • 48 Savonarole, Dernière méditation sur le Psaume "Miserere" et sur le début du psaume "In te Domine s (...)

43Etant donné la fortune des Psaumes pénitentiaux de Pétrarque dans les milieux chartreux et le séjour que Clamanges fit dans une chartreuse, les influences pourraient s'établir sur des bases assez sûres et il nous serait loisible de dater les prières de Clamanges des années 1408-141746. Le latin abrupt de Pétrarque dans les Psaumes, rendu tel à cause de la force de la conversion, et le latin travaillé de Clamanges dans ces oraisons serait une preuve de plus de l'imitation. Mais qu'il, suffise de lire les premières lignes dune oraison de Pierre Damien ad Deum47, du premier Psaume de Pétrarque, de la première oraison de Clamanges et de la Dernière Méditation de Savonarole pour nous demander si après tout nous n'avons pas une forme commune d'expression religieuse qui transcende les influences particulières48.

Notes

1 Dom Jean Leclercq, Les prières inédites de Nicolas de Clamanges, dans Revue d'Ascétique et de Mystique, 1947, pp. 171-183.

2 V. notre thèse de 3e cycle : Nicolas de Clamanges, opuscules, édition critique avec introduction, texte et notes par F.B. (exemplaire dactylographié).

3 J. Leclercq, Les prières..., p. 177 et 180.

4 Mgr P. Glorieux, Notations biographiques sur Nicolas de Clémanges, dans Mélanges offerts à M.D. Chenu, Paris, 1967, p. 296 ; A. Coville, Gontier et Pierre Col et l'humanisme en France au temps de Charles VI, Paris, 1934, p. 85.

5 Nicolai de Clemangiis... Opera omnia... edidit I.M. Lydius..., Lugduni Batavorum, 1613, ep. CV.

6 ep. XV.

7 J. Leclercq, Les prières..., p. 181.

8 ep. XVCII.

9 J. Leclercq, Les prières..., p. 178-179.

10 N. Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, 4 volumes, Paris, 1896-1902, III, p. 271 n.1 et ep. XVII datée par N. Valois, III, p. 270 n. 3.

11 ep. XIX.

12 A. Combes, Sur les "lettres de consolation" de Nicolas de Clamanges à Pierre d'Ailly, dans Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen-Age, XV-XVII (1942), pp. 359-389.

13 Lydius, I, pp. 78-79.

14 J. Leclercq, Les prières..., p. 171 n. 4.

15 Cet emploi de refrigerium se rencontre dans la Bible ; Clamanges le connaissait, v. ep. LXXV : refrigerium charitatis.

16 Il n'est pas question de traiter ici de la question des manuscrits autographes de Clamanges ; le lecteur trouvera les éclaircissements dans notre édition.

17 J. Leclercq, Les prières..., p. 172.

18 Isaïe XI : Et requiescet super eum spiritus Domini : Spiritus sapientiae et intellectus, spiritus consilii et fortitudinis, spiritus scientiae et pietatis ; et replebit eum spiritus timoris Domini ; sur l'Expositio in Isaiam de Clamanges, v. A. Coville, Le traité de la ruine de l'Eglise de Nicolas de Clamanges..., Paris, 1936, pp. 91-106, qui date la composition de ce texte des années 1425. Conservé dans un seul manuscrit : Paris, Bibl. de l'Arsenal, 137, ce texte, à l'édition duquel nous travaillons, se révèle riche en renseignements sur la vie et la pensée de Clamanges, si l'on veut prendre la peine de pénétrer dans cette forêt obscure ; nous utilisons ici les pp. 58v-60.

19 Dictionnaire de Théologie Catholique (D.T.C.), article de A. Gardeil, t. TV, 2eme partie, ce. 1726-1781.

20 D.T.C. c. 1732.

21 ep. V.

22 E. Gilson, La théologie mystique de Saint-Bernard, Paris, 3ème édit., 1969 ; nous utilisons ici 1'introduction et l'index des questions de Saint-Bernard, Oeuvres traduites et préfacées par M.M. Davy, dans Les maîtres de la spiritualité chrétienne. Textes et Etudes, Paris, Aubier, 2 vol., 1945 (nous abrégeons en S.B.).

23 S.B. II, p. 365.

24 S.B. I, p. 430.

25 S.B. I, p. 100.

26 S.B. I, p. 349.

27 S.B. I, p. 84.

28 S.B. I, p. 349.

29 S.B. I, p. 148-149.

30 J. Leclercq, Les prières..., p. 173.

31 Sur les recherches d'étymologie du mot oratio (venant de oris ratio par exemple), v. Cassiodore, Comment, in Psalm., ad Ps. 38, v. 13, cité par Saint-Thomas, Somme Théologique, lia, IIae, Qu. 83, art. I.

32 Oraison III ; J. Leclercq, Les prières..., p. 177 ; on évoquera au passage l'ordonnance morale du Paradis de Dante, selon A. Masseron, dont le septième ciel est celui des contemplatifs, réservé aux parfaits de l'intelligence, précédant le huitième ciel ou ciel des étoiles qui voit le triomphe du Christ.

33 S.B. t. II, p. 87.

34 S.B. t. II, p. 364.

35 Actes des Apôtres 2, 15 ; Saint-Bonaventure recommande de rattacher les diverses heures canoniales au souvenir de diverses scènes de la vie du Christ = matines à la naissance du Christ, laudes à la résurrection, prime à la condamnation par Pilate, tierce à la flagellation et à la descente de l'Esprit sur les Apôtres, sexte à la crucifixion, none à la mort douloureuse, vêpres à l'institution de l'Eucharistie, compiles à l'ensevelissement ; v. ch. Villi, Le Bréviaire expliqué, Paris-Saint-Etienne, 3ème édit., 2 vol., 1935, I, p. 212.

36 D.T.C., c. 1744 sqq.

37 V. notre note 35.

38 V. les renvois faits à Platon, Cicéron et Sénèque dans D.T.C. c. 1753 ; v. A. Combes, Un témoin du socratisme chrétien au xvème siècle, Robert Ciboule (1407-1458), dans Archives d'Histoire doctrinale et littéraire du Moyen-Age, 1933, pp. 93-260.

39 v. l'étude de F. Rapp dans La Mystique Rhénane, Actes du Colloque de Strasbourg, 1961, Paris, 1963.

40 J. Leclercq, Les prières..., p. 177.

41 Cette considération n'est possible que d'après l'examen des manuscrits autographes.

42 J. Leclercq, Les prières..., p. 174 n. 15.

43 V. par exemple certains textes de l'hymnaire de Ferreri (1521) cités par Ch. Villi, op. cit., pp. 107-108.

44 Pétrarque, Les Psaumes Pénitentiaux publiés d'après le manuscrit de la bibliothèque de Lucerne par Henry Cochin, Paris, 1929, p. 36 sqq.

45 Ainsi se justifierait la cohérence du corpus des dix prières de Clamanges partant de la pénitence, de la reconnaissance de la misère de l'homme et de la grandeur de Dieu, passant par la demande de secours du Saint-Esprit adressé au Seigneur et parvenant à la charité, à l'amour de Dieu.

46 H. Cochin, p. 27-31.

47 Pierre Damien, P.L. CXLV, c. 917-918 : Oratio ad Deum patrem sous forme de pénitence, Oratio ad Deum filium, Oratio ad Dewn spiritum sanctum.

48 Savonarole, Dernière méditation sur le Psaume "Miserere" et sur le début du psaume "In te Domine speraui", traduite et présentée par Ch. Journet, Paris, 1947, p. 17.

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter