Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Âge

Mélanges

Compte-Rendu : FROISSART, Chroniques, dernière rédaction du premier livre, édition du Manuscrit de Rome Reg. lat. 869 par George T. Dillier, Genève, Droz, 1972

May Plouzeau

Texte intégral

1L'on doit remercier M. Diller de mettre à la portée du public le texte du ms. de Rome, connu jusqu'ici uniquement par l'édition Kervyn de Lettenhove (1863), souvent infidèle, et par les variantes de l'édition Luce, incomplètes et de consultation malaisée.

2L'introduction expose avec clarté et concision les faits principaux concernant le ms. (description, scripta du copiste - on relève maint trait picard -, date - selon M. Diller, le ms. a été copié au plus tard "aux environs de 1405" -, histoire), les trois rédactions du premier livre et esquisse un jugement sur la valeur littéraire du texte. Un double index, onomastique et toponymique, un "glossaire sélectif" et une utile Table des concordances avec les éditions de K. de Lettenhove, de Luce et l'éd. Viard de la Chronique de Jean le Bel, complètent le volumineux texte du ms. de Rome (pp. 35 à 897 de l'édition), établi avec soin et netteté : l'éditeur a procédé à un minimum de corrections, notant en bas de page les lectures du ms. rejetées par lui.

3Cette nouvelle édition sera certainement la base des études à venir sur la rédaction du ms. de Rome.

Notes de lecture1

  • 1 Nous ne reprenons pas les passages ayant attiré l'attention des auteurs de comptes rendus : K. Bal (...)
  • 2 Dans nos références le premier chiffre désigne la page, le deuxième la ligne.
  • 3 Nous avons pu voir le ms. au Vatican en octobre 1975 ; bien évidemment, nous n'avons pas procédé à (...)

4Introduction. P. 23,42 : ajouter un point après III ; note, vers 4438, lire autrement. P. 26,2, lire cabarés (id. dans le texte, p. 746,70). P. 34 : le copiste 3 écrit parfois -z même pour des mots qui se trouvent à 1'intérieur des lignes (ex. p. 627,70 : ms. avoecquez, qui n'est pas en fin de ligne, ou p. 836, 36, ms. sonmez à l'intérieur d'une ligne) ; inversement, on trouve parfois -s en fin de ligne.

  • 4 Ouvrages cités en abrégé dans le présent compte-rendu : FEW = W. v. Wartburg, Französisches etymol (...)

5Texte. P. 41,17, p. 48,30, etc., ils = ILLE : forme à mettre en rapport avec les efforts de purisme du copiste picard (cf. p. 15) ? P. 45,18-19 : couper de l'aultre, ou bien suivre en toute occasion la pratique du copiste (à condition de le signaler dans la note sur l'établissement du texte) ; l'on disposerait ainsi d'un corpus dont l'étude minutieuse permettrait d'étudier la question suivante : y a-t-il pour le copiste devant un mot à initiale vocalique élision ou enclise ? M. Diller reproduit les groupements du copiste p. 493, 52 del asallir, p. 584, 26 del aultre, p. 585, 65 del assaut, p. 652, 8 etc. ; de l'oost p. 671, 20-21 etc. reproduit aussi le groupement du scribe ; mais, par exemple, pour de l'ost p. 834, 80, del aler, 895, 43, ou de l'abatre 528, 28, le ms. porte delost et delaler en un "mot" et del a. P. 46,43 par consequent à joindre aux ex. de Gdf4. P. 63,21 fermer les guillements après cavance et non après table, ligne 22. P. 65,70-71 : Froissart emploie souvent la locution boire un coup, que ne relèvent ni Gdf ni TL ; (mais Littré, article coup, note un ex. des Chroniques) ; cf. encore p. 216, 6-7, p. 546, 61, p. 718,26. P. 66,108 grés = "marches" à joindre aux ex. de Gdf et TL. P. 75,36 : recargies (féminin picard !), non recargiés ; id. p. 127,46 loiies ne estrillies, p. 139,87 soullies, p. 226,41 recargie, p. 391,73 cachies, p. 530,23 desploiies. P. 84,17 salve lors corps et lors biens : cf. encore p. 218,73, p. 472,75, p. 494,75, p. 532,71, p. 535,9, p. 606,19, p. 613,39, p. 623,25, p. 631,47, p. 657,56, p. 680, 26 et 38, p. 723,6, p. 764,50 ; dans tous ces cas le texte a sal- ; Gdf et TL n'ont pas d'ex, de Froissart, qui est cité par FEW, XI, salvus, 134 b. P. 90,108 ms. Edouwart. P. 95,6 ms. si se c. P. 102,30, lire, avec le ms. pourprise (= "enceinte") ; cf. p. 186,44 et supprimer prise du glossaire. P. 107,6 éditer lé plus. P. 120, 88 lire avec le ms. se, non si ; p. 416,7, p. 552,20 : suppléer se, non si. ; p. 734, 11 corr. ses du ms. en se. P. 134, 81 et p. 135, 6 : chevalés, non chevales ; id. p. 680,50 fillés ; p. 773,31 clergiés ; p. 827, 119 oizellés. P. 149, 53 et 56 trompeur = Gdf, 8, trompeor "joueur de trompe" ? P. 152,6 etc. wides : éditer vuides ? P. 152,14 ponctuer "bendes de chars, et" et supprimer "chars = ?" du glossaire ; le ms. n'a pas de ponctuation entre bendes et de_ ; il s'agit peut-être de bandes de fer maintenant les roues : cf. TL, 1,914. P. 166,98 cainne, non çainne ; p. 233, 168 plutôt toucoient ; p. 399,17, toucoit ? P. 187,8 le ms. porte escriproit. P. 209,32 logies, faute d'impression pour logeis du ms. P. 231, 96-97 : garder le ms. se en vos ne demeure (cf. TL, II, 1386). P. 259,11 lire, avec le ms., fort, non forte. P. 273,9 etc. : Jaquemes, non Jaquemés ? P. 288,73 et note : le ms.porte il ne sont que faire desquser. P. 293,44 noter a nu chiel = "à la belle étoile". P. 306,14 etc. : lire Bahucés (cf. index) ? P. 314,26 couper comme le scribe par tout ? P. 581,39 id. P. 315,77 lire prissent avec le ms. P. 316,19 séparer gens de li. P. 318,76 fermer les guillemets à la fin de la ligne ; id. p. 473,97, p. 563,35, p. 846,128. P. 328,29 : il faut sans doute ponctuer ainsi : "Que voes tu ? - Monseigneur, que ceste" etc. P. 329,67 conduisiries, non conduisiriés. P. 337,10 aleuer, non alever. P. 353,60 sauvé, non sauve ? P. 369,42 le ms. porte il esmouveroit. P. 373, note : lire 56 . P. 390,30 lire costés, non costes (id. p. 422,39) ? P. 404, 31, etc. lire Qierés (cf. index) ? Damiennois = ? P. 406,95 et 99 : l'expression pooir la painne est probablement à joindre aux ex. de TL, 7, 1416-17, pooir_ = "supporter". P. 409,4 lire sus avec le ms. ; 1. 5 remplacer le t final par un trait d'union (simple faute d'impression). P. 413,86 lire disner avec le ms. P. 428,85 excellentement à joindre aux ex. de Gdf et TL. P. 429, 14 supprimer la virgule à la fin de la ligne. P. 430,54 en celle prope heure ; "propre" dans une locution temporelle se retrouve p. 433,15, p. 434, 40, p. 568,1, p. 616,1, p. 774,78, p. 877,1 ; les articles propre de Gdf (Complément) et TL ne citent pas Froissart pour les locutions temporelles. P. 438, 10 : lire continué, non continue ? Même chose p. 571,2. P. 438,12 etc. lire fossé ? P. 457,95 lire cardinauls (simple faute d'impression). P. 469,66 couper l'a. P. 502,110 le ms. a li tenés, non le t. ; ligne 114 : qui avec le ms., non nui (simple faute d'impression). P. 525,31 participant à ajouter aux ex. de Gdf et TL. P. 541, première note : fermer les guillemets (simple faute d'impression). P. 569,47 et p. 580,26 lontainne en esplois : sens précis ? P. 570,62 retournions : le ms. a retounons ; comment s'expliquer la note et la forme du texte ?

6P. 603,25 la note concerne faisions de la ligne 30 p. 604. P. 671,14 : point après remandoit. P. 673,46 ingratitude paraît un synonyme de "déplaisir" ; à noter ? P. 699, 50 il semble que le ms. porte estaces. P. 703, titre courant : lire chevauchée. P. 706,4 quel part quel il = ms. ; corriger q. p. que i. ? P. 711,9 le prissent mout vert : à joindre à l'unique attestation de Gdf, 8, 208 b le prendre vert "saisir une occasion favorable" ? P. 715,28 vous, non Vous. P. 729,113 : lire ou, non ous ? P. 742, 18 ouble : le ms. a oubli ; supprimer en conséquence l'entrée ouble du glossaire. P. 746,75 cabaretour : à ajouter aux ex. de Gdf, I. P. 749,31 etc. coursier, substantif, à noter. P. 756,45 : éditer seelé ? P. 805, note lire 136 r°, non 135 v°. P. 806,33 : ne peut-on garder la leçon du ms. ? Remarquons en passant que le foliotage du ms. serait bien plus lisible s'il était rappelé en marge, et non dans le corps du texte. P. 887,15 lire petruissée ? P. 893, titre courant, point après A.

7Glossaire. Brisure : ligne 86, non 85 ; etc. (cf. crolieres, encrolés, escroe, manbourc, pils, roqailles, sene). Quatirent : lire blottir (simple faute d'impression). Demorir, lire erreur (simple faute d'impression). Wi = hui.

Notes

1 Nous ne reprenons pas les passages ayant attiré l'attention des auteurs de comptes rendus : K. Baldinger, Zeitschrift für romanische Philologie, 88 (1972) pp. 691-692 ; W.W. Kibler, The French Review,47 (décembre 1973) pp. 410-411 ; F. Lecoy, Romania,94 (1973) pp. 287-288 ; G. Mombello, Studi francesi, 17 (1973) p. 326 ; G. Raynaud de Lage, Moyen Age, 81 (1975) p. 159 ; Cl. Thiry, Revue des langues vivantes, 40 (1974) p. 704. Nos quelques remarques de vocabulaire ne traitent que de mots absents du glossaire de M. Diller.

2 Dans nos références le premier chiffre désigne la page, le deuxième la ligne.

3 Nous avons pu voir le ms. au Vatican en octobre 1975 ; bien évidemment, nous n'avons pas procédé à une collation systématique du texte de M. Diller, nous contentant de vérifier quelques points de détail. A l'I.R.H.T., où nous avons consulté le microfilm, vont aussi nos remerciements.

4 Ouvrages cités en abrégé dans le présent compte-rendu : FEW = W. v. Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch ; Gdf = Dictionnaire de l'ancienne langue française ; TL = Tobler-Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, consulté par nous jusqu'au fasc. 85, qui se termine à top.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter