Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Âge

Mélanges

Les chevaux des sarrasins dans les chansons de geste

Convention - Fiction - Réalité

Paul Bancourt

Texte intégral

  • 1 E. Faral. Les arts poétiques des xii° et xiii° siècles, Paris, 1923.
  • 2 E.R. Curtius : La littérature européenne et le Moyen Age latin. Trad. de l'allemand par Jean Bréjo (...)
  • 3 P. Zumthor : Essai de poétique médiévale. Paris, 1972.
  • 4 Ibid p. 208 à 245.
  • 5 P.Y. Badel : Introduction à la vie littéraire du Moyen Age : Bordas, Paris. Bruxelles. Montréal : (...)

1Les travaux d'E. Faral1 et d'E. Curtius2, et plus récemment de P. Zumthor3, ont démontré le rôle et l'importance des arts poétiques, de la rhétorique et des lieux communs dans la littérature médiévale. Les portraits de personnages, les descriptions de jardins et de paysages4 ne s'appuient pas sur l'observation du réel. Ce sont des exercices scolaires dans lesquels les poètes se conforment aux règles d'une rhétorique établie à partir de modèles antiques. La description n'est plus qu'un accessoire, un lieu commun qui s'adapte, il est vrai, à la civilisation et se charge d'une puissante signification5, mais demeure généralement en marge de la réalité observée.

  • 6 E. Faral : A propos de la description des chevaux dans le poème de Phillis et Flora et dans la cha (...)
  • 7 Isidori Hispaliensis episcopi etymologiarum sive originum libri XX. ed. W.M. Lindsay : Oxford Univ (...)
  • 8 Patrologiae cursus completus : Migne t. I77 : Appendix ad Hugonis opera dogmatica continuatio. De (...)

2La description du cheval est l'un des clichés de cette topique. C'est ainsi qu'E. Faral6 rapproche la description du cheval de Turpin dans la chanson de Roland de la description qu'en donnent Isidore de Séville7 et le "De Bestiis" faussement attribué à Hugues de Saint Victor8. Il serait pourtant difficile d'admettre que la réalité observable n'ait pas confirmé, enrichi et débordé le lieu commun.

3Nos chansons de geste, nées avec l'esprit de croisade, accueillent, d'une façon plus ou moins figurée, l'expérience vécue par les Croisés. Comment, dans ces conditions, ne pas tenter de retrouver dans nos chansons de geste les traces de la découverte que les Croisés ont faite des chevaux de leurs adversaires musulmans ?

4Faisons d'abord la part de la rhétorique. Les poètes des chansons de geste développent généralement les quatre points considérés par Isidore de Seville : La conformation (forma), la beauté (pulchritudo), les qualités (meritum), la couleur de la robe (color).

  • 9 Le cheval de Turpin dans la chanson de Roland a été conquis par l'archevêque sur le roi Grossaille (...)
  • 10 . Fiérabras publ. par A. Kroeber et G. Servois, Paris 1860 (Anc. poètes 4)
    v.4110 maigre chief.
    . La (...)
  • 11 La chanson de Roland publ. par J. Bédier, Paris 1937 v. 1495 Petites les oreilles
    Gui de B. v.2329 (...)
  • 12 Fier. v. 4110 : ample nés
    Gui de B. v. 2329 : mult large le nés
    Gaid. v. 1209 : Large narrine
    La chan (...)
  • 13 Rol. v.1493 ; Lungs les costez
  • 14 Rol. v.1492 : La crupe bien large
    Saisnes t. I p. 182. CV : large le crepon
    Ant. IV v.172 : a la cr (...)
  • 15 Rol. v.1491 : Piez a copiez e les gambes ad plates
    Fier, v.4109 :…les piés plas et coupés
    Gui de B. (...)

5Les chevaux appartenant aux Musulmans ou conquis sur eux9 possèdent des traits particuliers qui font, selon Isidore de Séville, la beauté du cheval de race : la tête maigre et courte (exiguum caput et siccum)10, les oreilles petites (aures breves)11, les narines ouvertes (nares patulae)12. Ils ont, pour la conformation générale, les caractères énumérés par Isidore de Séville : les flancs allongés (latus longum)13, la croupe ronde et ramassée (substric-tus maxime et rotundi clunis)14, le pied mince, renforcé d'un sabot concave (pes siccus et cornu concavo solidatus)15.

6Ainsi donc, lorsque nos poètes nous décrivent les chevaux des Sarrasins, ils sont si attachés à la tradition, si peu soucieux du réel, malgré leurs contacts d'Espagne et d'Orient avec leurs adversaires musulmans, qu'ils reprennent des clichés mis en oeuvre par l'évêque de Séville, mort d'ailleurs quelques années à peine après le début des premières conquêtes arabes en Orient. Notre analyse contribue donc à confirmer le maintien de la tradition descriptive concernant le cheval, qu'il appartienne ou non aux Sarrasins, du début du xi° au milieu du xiii°.

7Cependant il est remarquable que les descriptions épiques des chevaux sarrasins correspondent généralement point par point aux caractères anatomiques du cheval de race arabe tel que le décrivent les spécialistes.

  • 16 Dr G. Le Bon : La civilisation des Arabes : 1884 p. 7.
  • 17 Prisse d'Avesnes : Des diverses races chevalines de l'Orient - Revue contemporaine tome 14, Paris (...)

8On reconnaîtra sans peine les chevaux sarrasins de nos chansons dans la description suivante du cheval arabe : "La tête est sèche et menue, sa prunelle ardente, ses naseaux bien ouverts, son garrot relevé, ses flancs pleins et courts, sa croupe un peu longue, sa queue se projetant en arrière, ses jambes fines et nerveuses"16. Ou dans cette autre description d'un hippologue : "La tête est carrée et sèche, les oreilles sont minces, bien placées et mobiles, les naseaux sont larges et susceptibles d'une grande dilatation quand le cheval est animé… l'encolure est droite, assez longue pour s'arrondir avec grâce. Le garrot du cheval est bien sorti sans être tranchant, le dos est droit, la côte ronde, le rein double et bombé, la croupe longue et arrondie… les parties postérieures, le rein, la croupe, les jarrets sont surtout d'une force remarquable… Les jambes sont sèches, fines… Les pieds sont de forme ovale, la corne est noire et dure, les pieds de devant sont un peu tournés en dehors… Le poil ras, soyeux, présente, selon la robe, d'admirables reflets qu'on ne trouve que dans les chevaux d'origine orientale"17.

  • 18 H. Delpech. La tactique au xiii° siècle. 2 vol. 1886 t. I p. 438.

9La ressemblance entre le cheval arabe et les chevaux épiques n'a pas échappé à Delpech, historien de la tactique militaire au xiii° siècle. "Ils sont décrits, écrit-il, avec tous les caractères auxquels on reconnait le cheval d'Orient". Et le même auteur énumère plusieurs traits communs : "la tête forte et maigre", le "regard ardent", "les naseaux dilatés", "le poitrail large", "la charpente osseuse saillante", "les jambes et pieds tournés en dehors", "la forme évasée des sabots", "la robe blanche, noire ou mouchetée"18… "Ces fins observateurs, ajoute-t-il, en parlant de nos poètes, constatent encore l'exiguïté des oreilles qui distingue cette race."

  • 19 Aetas longaeva equis Persicis, Hunninis, Epirotis, ac Siculis… brevior autem Hispanis ac Numidis e (...)

10On se trouve donc en présence d'un double jeu de relations. D'abord entre la description didactique d'Isidore de Séville et celles de nos chansons. Ensuite entre celles-ci et les caractéristiques anatomiques du cheval arabe. Ces relations peuvent s'expliquer par la nature de l'ouvrage d'Isidore de Séville qui est une manière de dictionnaire dans lequel l'auteur donne du cheval une définition assez générale pour convenir à diverses races chevalines. Isidore mentionne effectivement plusieurs races de chevaux qu'il distingue d'après la durée de leur vie (les chevaux de Perse, de Hongrie, d'Epire, de Sicile, d'Espagne, de Numidie et de Gaule)19.

  • 20 Encyclopédie de l'Islam : Article Faras, p. 804.
  • 21 Ibid. p. 805.
  • 22 Antioche : ch. IV, v. 186 "les iex bruns ecl ircis"
  • 23 Fier, v.4111 : les ex ot vairs et clers
  • 24 Gaid. v.1209 : l'oil ardant et cler
  • 25 Saisnes t. I, p. 182 CV : …les eus alumés
  • 26 Guide B. 2328 :…les eus alumés
  • 27 Elie de St Gille v.1892 : Et l'oeil apert et fiers
  • 28 H. Delpech : o.c. t.I p. 438
    Hamont, Des Races chevalines orientales. Revue de l'Orient Bulletin de (...)
  • 29 Anseïs von Karthago. hgg. von J. Alton. Tübingen, 1892 v.11121 sur le bai de Persie.
  • 30 Fier. v. 676 : Le blanc ferrant d'Espaigne
    Otinel - publ. par F. Guessard et H. Micheland, Paris 18 (...)
  • 31 Fier, v.681
    Ch. Ogier : v.11869 ; 11.899 ; 11.908.
    Anseïs de C. : v.l0.435 ; 10.440.
  • 32 Ch. Ogier : v.9.899 ; 12.135
    Saisnes t.I, p. 142, 1. 73 ; p. 259 1. 140.
  • 33 Ch. Ogier : v.11.998
    Saisnes : I p. 182, 1. 106.
    Anseis de C. : v. 2.943.
  • 34 Dans la Chevalerie Ogier, le cheval de Brehus est à la fois un "arragon" (v.9.899 et 12.144), un c (...)
  • 35 Ch. Ogier, v. 12.018 : cheval de "Rosie" Saisnes t.II p. 12, 1. 141 : bai de Rosie
  • 36 Gui de B., v. 1752 : destriers de Sulie
  • 37 Ans. de C. v. 10.229 : ki li vint de Damas
  • 38 Ibid. v.11.121 : Sur le bai de Persie
  • 39 La chanson de Floovent, publ. par Sven Andolf. Uppsala, 1941 - v. 380 : qui lui vint de Cartaige.
    c (...)
  • 40 Saisnes t.I p. 175 destriers d'Orcamie p. 225 rox orguenois
    t.II p. 54 bai d'Orcanie
    Anseïs de C. v. (...)
  • 41 La chanson de Guillaume, publ. par D. Mc Millan, Paris 1949-50 (S.A.T.F.) v.227 chevals coranz d'A (...)
  • 42 Saisnes II p. 115, 1.230 : Cil corrant arrabi
    Ch. Ogier v.593 : El destrier monte corrant et arabi (...)
  • 43 Encyclopedie de l'Islam : Article Faras p. 804

11Sa description retient, d'après ces différents types, les traits caractéristiques propres aux chevaux de race (ge-nerosis equis). Mais à cette raison s'en ajoute une autre, historique, qui explique les ressemblances entre la définition du cheval de race selon Isidore et le cheval arabe. C'est que la race des chevaux arabes est relativement récente et provient de divers croisements, notamment avec les célèbres chevaux numides, de race barbe, connus et mentionnés par Isidore de Séville. Le cheval de type arabe s'est fixé à partir d'un croisement de chevaux de Syrie-Palestine et de ceux de l'Arabie, les uns et les autres de souche libyenne. "Du contact des deux cheptels existant, celui de Syrie-Palestine et celui de Nadjd-Yemen au Sud, libyens de souche l'un et l'autre, commence à se fixer le type arabe"20. Lorsque, au xii° siècle, les Arabes se furent rendus maîtres du Maghrib, ils apprécièrent l'excellence des chevaux barbes de la cavalerie berbère, héritière de la cavalerie numide, et trouvèrent là une mine inépuisable pour la remonte de leur cavalerie ; "les nouveaux venus achèveront de donner au type arabe sa forme parfaite"21. L'ascendance africaine du cheval de race arabe, tel que le type s'est fixé à partir du vii° siècle, peut expliquer les ressemblances de celui-ci avec le portrait général du cheval de race selon Isidore. Par voie de conséquence, il se trouve que nos poètes épiques, en reprenant les motifs de la description didactique d'Isidore, ont rencontré plusieurs traits ana-tomiques propres au cheval arabe. Mais nos poètes ne se sont pas contentés de reprendre des motifs conventionnels. Ils y ont ajouté des détails observés étrangers à Isidore de Séville et qui appartiennent plus précisement au cheval arabe de la réalité. Du point de vue anatomique, les descriptions épiques débordent les descriptions d'Isidore de Séville et du De Bestiis. Dans les deux ouvrages, les yeux sont seulement qualifiés de grands (oculi magni). Nos poètes épiques vantent souvent en plus leur vivacité. Ils sont clairs22, vifs et brillants23, ardents24, vifs comme ceux du faucon25, pleins de feu26, grands et fiers27. Or le feu et la fierté du regard du cheval arabe ont frappé les observateurs modernes28. Il semble donc que sur ce point particulier, l'observation ait repris le cliché en l'enrichissant. On aboutit à une conclusion semblable si l'on envisage les pays d'origine des chevaux des Sarrasins. Isidore de Séville cannait - rappelons-le - les chevaux de Perse, de Hongrie, d'Epire, de Sicile, d'Espagne, de Numidie et de Gaule. Dans les chansons de geste, on trouve des chevaux de même origine : les Sarrasins épiques montent des chevaux persans29, espagnols (qu'il s'agisse de l'Espagne en général30, ou des royaumes chrétiens d'Espagne), de Castille31 ou d'Aragon 32 ou même originaires de Gascogne33. Nos poètes paraissent donc souvent peu soucieux de la réalité et les textes sont parfois peu cohérents sur ce point34. Cependant, les chevaux des Sarrasins sont généralement originaires de pays situés par le poète hors des limites de la chrétienté35. Ils proviennent en particulier de Syrie36, de Damas37, de Perse38, des villes musulmanes d'Espagne39, de pays musulmans indéfinissables40. Bien plus - et c'est ici le signe que l'expérience acquise au cours de contacts historiques est passée dans nos chansons - le cheval de race arabe est la monture la plus fréquemment utilisée par les Sarrasins41. Il est même parfois désigné par le mot "arabi"42, transcription fidèle du mot al-arabi, désignant le pur sang arabe43. Le cliché cède donc ici encore sous la pression du réel.

12Les qualités du cheval (meritum) constituent le 3ème point considéré dans l'ouvrage d'Isidore de Séville et dans le De Bestiis à propos des chevaux de race. Or ce paragraphe est très court. Le cheval doit être hardi : "animo audax" et pétulant : "pedibus alacer". Suit, dans les deux oeuvres, cette remarque que le tremblement des membres est, chez le cheval de race, une preuve de courage et qu'il doit être aussi facilement tiré du repos que retenu dans sa course (quique ex summa quiete facile concitetur, et excitata festinatione non difficile teneatur). Ce bilan général des qualités du cheval est bien insignifiant par rapport à celui qu'on peut dresser à partir de nos descriptions épiques. Dans le domaine des qualités du cheval de race, les écrits didactiques sont défaillants. Il y a de fortes chances pour que l'ob-servation et l'expérience sensible aient pris le relai de la topique. Et de fait, lorsque nos poètes dénombrent et définissent les qualités des chevaux de l'ennemi musulman, ils ont un accent de sincérité qui ne trompe pas. Ils expriment bien leur opinion ou celle de leurs contemporains.

  • 44 Aspr. v.799 : Mais quil veist a l'oire comencier !
  • 45 Aspr. V.200 : Sosciel n'a beste miols se fist a proisier
    Otin. v.1898 : N'ot tel cheval jusqu'à la (...)
  • 46 Ch. Ogier : 11.935 : Or ai ceval nul millor ne puet estre
  • 47 Otin. v.1.897 : Nel donast pus por l'or d'une contrée
    Ch. Guill. v.2.189 : Il n'en ad si bon en la (...)

13Une première constatation s'impose : c'est que nos poètes sont unanimes à vanter les mérites des chevaux musulmans. Ces beaux destriers leur arrachent des cris d'admiration44. Il n'y a pas de meilleurs chevaux au monde45. Ils sont incomparables46. Ils sont inestimables, sans prix47 !

  • 48 Rol. v.1.153
  • 49 Rol. v.2.994

14Cette admiration inconditionnelle et ces formules superlatives impliquent déjà l'idée d'une supériorité des chevaux des musulmans sur ceux des chrétiens. Cette conception apparait dès la chanson de Roland. Assurément Veillantif, le cheval de Roland, est un "bon cheval curant"48. Tencen-dur, le cheval de Charlemagne, est un "bon cheval"49, mais il a été conquis sur un musulman de Narbonne.

Rol : 2994 : Il le cunquist es guez desur Marsune,
Sin getat mort Malpalin de Narbone.

  • 50 Rol. v. 1.610
  • 51 Rol. v.1.488-89
  • 52 Rol. v.1.535 - 1.571 - 1.597 - 1.616
  • 53 Rol. v.1.598

15Le cheval de Turpin est aussi un "bon cheval"50, mais Turpin l'a enlevé à un certain Grossaille - roi païen, selon toute vraisemblance - qu'il tua au Danemark51. Les compliments du poète de Roland à l'adresse des chevaux des chrétiens ne vont jamais très loin. Ce sont de bons destriers : c'est tout. Il est beaucoup plus élogieux à l'égard des chevaux des Sarrasins dont la rapidité, plusieurs fois vantée, est comparée à celle de l'oiseau52, et même qualifiée d'incomparable53. Il est incontestable que le poète de la chanson de Roland donne la palme aux chevaux des Musulmans.

16Dans la chanson de Guillaume, outre l'éloge qu'Alderufe fait de sa propre monture, Vivien juge rapide l'ensemble des chevaux des Sarrasins et en cela les oppose implicitement à ceux des Chrétiens.

Ch. Guillaume v. 242 : Le leur chevals par sunt si coranz.

17Aussi les chevaux musulmans suscitent-ils la convoitise des Chrétiens. Aucun n'en est plus digne que celui de Balan, dans la chanson d'Aspremont

Aspr. v.201 : Ne nul en tiere tant face a convoitier

18Dans la Chevalerie Ogier, Ogier, vainqueur de Brunamont, se saisit de son cheval qu'il convoitait plus que rien au monde

Ch. Ogier v. 2779 : Il prist l'espee dont à or fu li pons
Et le cheval qu'il convoitoit plus
Que nule riens qui or soit ne ainc fu.

19Vainqueur de Bréhier, il prendra Bauçant, supérieur à toute autre monture

Ch. Ogier v.11935 : Or a ceval nul millor ne puet estre.

20Dans Anséïs de Carthage, le héros de la chanson convoite de même le cheval de Marsile

Anséïs v.3214 : Rois Anséïs le print a convoitier mout iert joians, s'il le puet gaagnier.

  • 54 Galiens li Restorés. Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie LXXXIV, (...)

21Dans Galien li Restorès, Marchepiu, le cheval de Galien, est un cheval arabe. Olivier, père de Galien, l'a conquis sur un roi sarrasin54.

22Les Chrétiens sont tout disposés à lâcher leur monture pour celle de l'ennemi. Dans Otinel, Olivier prend le cheval du musulman Clarel désarçonné par Ogier et, de la part de celui-ci, en fait présent à Roland privé de son cheval, en lui disant qu'il vaut cent fois mieux !

Otinel v.867 : De part Ogier le vos doins et présent : meildre est del vostre, je qui qu'il valt les cent.

23Le Couronnement de Louis renferme un motif où s'exprime bien l'estime des Chrétiens pour les montures de leurs adversaires musulmans. Alion le cheval du roi Corsolt est un si fier destrier que, malgré la supériorité apparente du monstrueux Corsolt sur son adversaire, Guillaume, avant le combat, prie Dieu de protéger de ses propres coups le cheval du païen

Cour. L. v.680 : Deus le guarisse, qui tot a a jugier, que de m'espee ne le puisse empirier !

24Dans la Chevalerie Ogier, Ogier demande à Dieu la même grâce :

  • 55 Elie de Saint Gilles présente une variation de ce motif. Elie, fait prisonnier et enfermé dans le (...)

Ch. Ogier v.2784 : Dex, dist.il, pères qui tos dis fus et ieres.
Tot sain et salf me rendes cel destrier que il n'i soit ne navrés ne plaiés.55

25Même jeu dans Huon de Bordeaux, mais le motif est écourté et Huon prie à la fois pour lui et pour avoir Blancardin, le cheval de son adversaire.

Huon de B. v.7752 : Sainte Marie, et car me secorés
Et que je puisse ce ceval conquester

26Deux passages de la chanson d'Antioche traduisent l'admiration des Chrétiens pour les chevaux des Musulmans. D'abord cette exclamation du poète :

Ch. V. : 36, v. 968
Diex ! ques chevaus amainent et ques destriers de pris !

  • 56 Antioche : IV v.171 et ss.
  • 57 Aspr. v.2.689
  • 58 Rol. v.1488, 2.994 - Fier. p. 98 ; Floov. v.1740-50 ; 1852 1903-10 ;
    Ch. Ogier V.3.002 ; 10.426 etc (...)
  • 59 Galien p. 11 v.19 : Se voz chevaulx sont mors, n'y acompte ung bouton
    Ils naissent en Espaigne et l (...)
  • 60 Ans. de C. v.9.825 : Il arrive que le Musulman prenne le cheval du Chrétien qu'il a désarçonné pou (...)
  • 61 Gaid. v.2.922 ; 3.387 ; 6.328 ; 8.097. Aiol. v.2.360 Antioche III, v.211 VIII, v.197
  • 62 Gaid. v.5.448
  • 63 Antioche III, v.197
  • 64 Aspr. v.1.331 - Gaid. v. 1.427 ; 2.051,- 2.312 ; 3.478 ; 5326 6318 ; 7.789 ; Aye d'Av. v.421, 2.98 (...)
  • 65 Gaid. v.2.597 Ans. de C. v.10.439
  • 66 Gaid. v.5.447
  • 67 Aiol. chanson de geste publ. par J. Normand et G. Raynaud, Paris 1877 (S.A.T.F.) v.7.875 Sor les d (...)
  • 68 Aie d'A. v.1.088
  • 69 Ch. Ogier v.5.021
  • 70 Aiol v.10.882 del destrier de Hungrie
  • 71 Ans. de C. v. 10.352
  • 72 Gui de B. v.553 : cheval d'Orcanie
    Gaid. v.4.976 : destrier d'Orqanie v-4.996,- 9.134 : cheval d'Or (...)
  • 73 Ch. Ogier v.4.989 : destrier de Cartage
  • 74 Gaid. v. 2.212 - 2.230 Ans. de C. v. 8.982
  • 75 Ch. Ogier v. 7.401 : le bai de Tyr.
  • 76 Aspr. v.980 - Ch. Ogier v.3.269 ; 7.0O3 ; 7.320 ; 7.346 ; 7.398 - Gaid. v. 3.475 ; 5.003 ; 5.037 - (...)

27Ensuite, le récit de l'exploit accompli par l'écuyer Gontier Daire pour ravir le merveilleux cheval de l'Arabe Fabur aux dix Sarrasins qui le gardent dans le pré situé entre Antio-che et l'Oronte56. Il n'est pas étonnant de voir les Chrétiens monter si souvent des chevaux originaires de pays musulmans. Ce sont souvent des chevaux qu'ils ont obtenus soit en présent57, soit plus habituellement par conquête. Les exemples de ces prises sont très nombreux58. Dans Galien, à ses barons fatigués qui se plaignent d'avoir perdu leurs chevaux espagnols et gascons, Charlemagne répond que cela importe peu, que leurs chevaux naissent en Espagne et qu'ils iront les y conquérir59. Ainsi se trouve posée dans cette chanson la question de la remonte que les Croisés ont eu à résoudre dans la réalité historique. En revanche, nous n'avons noté qu'un seul cas. Où des Chrétiens préfèrent manifestement leur monture à celle de leurs victimes : dans Anséïs de Carthage, Madien et Raimon se déguisent avec les armes de leurs ennemis tués mais gardent leurs propres chevaux60. Dans ces conditions, il n'y a pas lieu de s'étonner de voir les Chrétiens de nos chansons utiliser des chevaux originaires des pays musulmans. Ils montent naturellement des chevaux de Gascogne61, d'Aquitaine62, de Brie63, d'Aragon64, de Castille65, d'Allemagne66, des pays Scandinaves67, du Danemark68, de Frise69, de Hongrie70, de Lombardie71. Mais ils chevauchent aussi des montures qui sont manifestement originaires des pays musulmans72, des villes musulmanes d'Espagne73, de Syrie74, des villes d'Orient75. Bien plus, ce sont très souvent des pur sang arabes76. L'attribution aux héros chrétiens de chevaux d'origine orientale et plus précisément de pur sang arabes ne provient donc pas d'une négligence des poètes, mais elle est, plus qu'on ne pense, consciente. Elle s'explique à l'intérieur même des chansons de geste par l'ad-miration des poètes pour les chevaux des Sarassins. Mais elle correspond aussi à une réalité historique.

  • 77 H. Delpech o.c. t.II p. 170 à 174
  • 78 H. Delpech o.c. t.II p. 174-177 et F. Lot : l'Art militaire et les armées au Moyen-Age Paris, Payo (...)

28En effet les croisés ont utilisé les chevaux de leurs adversaires, d'abord parce qu'ils y étaient contraints, ensuite parce qu'ils les convoitaient. Partis d'Europe avec un grand nombre de chevaux, les croisés ont dû réparer sur place les pertes dues aux combats. Ils ont d'abord utilisé les chevaux de leurs adversaires soit qu'ils les aient obtenus comme tribut, soit qu'ils les aient reçus à titre de rançon, soit qu'ils les aient pris comme butin, soit enfin qu'ils aient effectué des razzias pour s'en procurer77. Ils ont dû organiser sur place la remonte et ont procédé couramment à des croisements entre leurs propres chevaux et les chevaux arabes78.

  • 79 H. Delpech o.c. t.I p. 437.
  • 80 ibid. p. 438.

29L'admiration pour les chevaux arabes qui s'exprime dans les chansons de geste est un écho fidèle de l'estime dans laquelle les tenaient les contemporains : "La noblesse féodale, écrit Delpech, se passionna pour les beaux étalons arabes et voulut en avoir à tout prix"79. Richard Coeur de Lion adopte les chevaux arabes. Il combat lui-même lors de la Croisade sur une monture arabe offerte par Seif-ed-Dîn80. Bien plus, les croisés d'Orient se comportaient exactement comme les héros épiques, échangeant leur monture en plein combat contre la monture de leur adversaire désarçonné ou offrant à leurs compagnons le cheval du vaincu tombé à terre. A Artah, en 1105, Tancrède, ayant désarçonné plusieurs cavaliers musulmans, fait monter aussitôt ses hommes sur leurs chevaux. A Ramlah, la même année, le roi Baudouin procède de la même façon. Cette façon de faire, qui se répète un très grand nombre de fois dans les récits des combats épiques, s'explique non seulement par la pénurie de chevaux, mais par l'admiration réelle des croisés pour le cheval arabe.

  • 81 Fiér. v. 679 à 684 et 1097 à 1101. Elie de St Gille v. 1897-99. Galien p. 63 v. 180-185 et p. 204 (...)
  • 82 cf. Julii Valeiri Epitome hgg. von Julius Zacker, Halle 1967 : 1-13 p. 17 "namque homines edit" et (...)
  • 83 Le cheval de Danemont dans Guy de Bourgogne est né d'une jument sauvage et d'un tigre.
    Gui de B. v. (...)
  • 84 M. de Vaux Phalipau : Les chevaux merveilleux dans l'Histoire : la légende et les contes populaire (...)
  • 85 Rol. v. 1490 : Li destrers est e curanz e aates
    Ch. Ogier v. 594 : N'ot plus isnel dus qu'à l'aige (...)
  • 86 Ch. Guill. CXXXIX : Itant ne curt vent cum tu vas l'anbleure
  • 87 Rol. v. 1616 : Plus est isnels que n'est oisel ki volet.
  • 88 Rol. v. 1571 : Plus est isnesl que n'en est nus falcuns.
  • 89 Rol. v. 1535 : Plus est isnels qu'esprever ne aronde Otine v. 371 : Qui plus tost court que ne vol (...)
  • 90 Fier. v. 4096 : Sor I destrier d'Arabe, qui plus cort que levrierz…
  • 91 Fier. v. 4157 : Et vait ensi bruiant comme foudre et oré.
  • 92 Gui de B. v.2 340 : Plus tost cort par montaigne que uns autres par prés.
  • 93 Rol. v.1498 : Beste nen est nule ki encontre lui alge 1598 : Beste nen est ki poisset curre a lui
    A (...)
  • 94 Gaid. v. 1214 : Et se il vient à un guez tres passer.
    Qui ait II lieues ne trois à tresnoer.
    Plus to (...)
  • 95 Aspr. v.197 : Il ot un mois aconpli avant ier que de repos nen ot un jor entier 8736 : Ne n'i a nu (...)
  • 96 Fier.4164 : Ne tant n'ert tante jor ne poins ne galopés
    Atout II chevaliers fervestus et armés
    Ke ja (...)
  • 97 Ch. Ogier v.2416 : Por trois jors corre ne l'estuet arester,
    Ne l'en batront li flanc ne li costé
    Ga (...)
  • 98 Fier, v.4077 et v. 4163-4166

30Qu'est-ce qui justifie cette estime ? Sur les qualités des chevaux de race (meritum), les récits didactiquesd'Isi-dore de Séville et du De Bestiis ne mentionnent - nous l'avons vu - que la hardiesse et la pétulance. Dans leurs descriptions, nos poètes ne retiennent pas ces qualités. Ils se libèrent tout à fait des modèles qui leur sont traditionnellement proposés pour attribuer aux chevaux des Sarrasins des mérites tout à fait différents, plus proches de la réalité observable. Mais le moment est venu, après avoir fait la part de la topique, de chercher à en dégager le merveilleux qui, inséparable de l'épopée, déguise la réalité. Encore faut-il distinguerl'exagération épique du merveilleux proprement dit. Celui-ci remonte parfois à l'antiquité. Chez plusieurs chevaux épiques81 qui appartiennent ou ont appartenu aux Sarrasins, on reconnait les caractères ou l'histoire de Bucéphale, le cheval anthropophage d'Alexandre82. Le merveilleux proprement dit intervient aussi dans la généalogie de l'animal83 ; mais, tout compte fait, il n'occupe qu'une place peu importante dans nos descriptions. Rien de comparable entre les chevaux de nos Sarrasins épiques et les chevaux merveilleux qui sont passés en revue dans l'ouvrage de M. de Vaux Phalipau84. Le merveilleux se ramène généralement dans nos chansons de geste à l'exagération et celle-ci, lorsqu'elle apparait, porte sur des qualités qu'on peut normalement attendre d'un cheval : la vitesse, l'endurance, la sobriété. Les chevaux des Sarrasins sont remarquables par leur vitesse85 ; ils sont plus rapides que le vent86, que l'oiseau en vol87, que le faucon88, que l'épervier ou l'hirondelle89, que le lévrier90, que la foudre et la tempête91. Leur rapidité ne dépend pas du profil du terrain92. Aucun animal ne peut rivaliser avec eux à la course93. Les chevaux joignent à la rapidité d'autres performances : ils font des sauts extraordinaires. Le cheval de Clarion, dans Fiérabras, fait des bonds de 30 pieds(94). Clinevent, dans Gaydon, nage sur une distance énorme à une rapidité incroyable94. Leur endurance est incomparable95 ; ils sont infatigables(97) ; ils ne se couvrent de sueur 96 ni ne s'essouflent malgré l'effort ou la charge97. Dans Fierabras, le cheval de Clarion couvre 10 lieues, voire 30 lieues sans fatigue, il court une journée entière, monté par 2 chevaliers bardés de fer, sans que le moindre poil de sa robe se couvre de sueur98.

  • 99 Ch. Ogier v. 2415-2417

31Dans La Chevalerie Ogier, Broiefort, le cheval de Brunamont, fait mieux : sans suer, sans s'arrêter, sans être essoufflé, il court, même en montagne, trois jours durant99. Déjà dans la chanson de Guillaume l'endurance est attribuée aux chevaux des Sarrasins comme une qualité qui leur est particulière.

Ch. Guill. 242 : Lé lur chevals par sunt si coranz.
Par quinze liwes tuz jurz aler brochanz,
Pur plus cure ja ne lur batera flanc.

  • 100 Gui de B. v.2339 : Qui ne menjue (mie) d'avoine ne de blé mais ces herbes de chans et araines de m (...)

32Quant à la sobriété des chevaux sarrasins la chanson de Gui de Bourgogne nous en fournit un exemple frappant : le cheval du roi sarrasin Danemont, ne mange pas de blé ni d'avoine, mais les herbes des champs et le sable de la mer100. Sous cette forme à la fois vigoureuse et imagée, le poète semble exprimer son étonnement d'Occidental pour un cheval habitué à se contenter de la maigre nourriture du désert.

  • 101 Robert le Moine : Hist. Occ., livre III, ch. 9 p. 760 et ss. : "Turci equis velocioribus advecti…"
  • 102 Albert d'Aix : Ibid. : Livre III ch. 49 p. 373…in equis vento similibus velocitate.
  • 103 H. Delpech o.c. t.I p. 438-439
    R. Dussaud : Les régimes désertiques de la Syrie et le cheval arabe. (...)
  • 104 Prisse d'Avesnes o.c. t.14, p. 618
  • 105 ibid. t.15, p. 136
  • 106 ibid. t.14, p. 618 et 624 et t.15 p. 132 à 135
  • 107 ibid. t.14, p. 621 à 622
  • 108 ibid. t.15, p. 133-134

33En effet, les mérites que nos poètes épiques vantent si unanimement chez les chevaux des Sarrasins, ne sont plus sans rapport avec la réalité. Les chroniqueurs des croisades sont frappés par la vitesse des chevaux turcs, supérieure à celle des chevaux des Croisés101. Ils la comparent eux aussi à celle du vent102. Quant aux hippologues modernes, ils reconaissent aux chevaux d'Orient et aux chevaux africains, les mêmes qualités que nos poètes aux chevaux des Sarrasins : même rapidité, même endurance, même aptitude à fournir de longues courses d'une seule traite ; un pied aussi sûr dans les terrains les plus difficiles ; même sobriété, une aptitude égale à s'accommoder des aliments les plus vulgaires103. Certaines espèces de chevaux barbes peuvent faire pendant 5 à 6 jours de suite des traites de 25 à 30 heures et supportent aisément la soif104. Ils soutiennent la comparaison avec le cheval de Clarion qui parcourt 10 à 30 lieues sans fatigue. Comme Clinement le cheval barbe est un excellent nageur105. La frugalité, la sobriété des chevaux africains et asiatiques ne sont pas moins remarquables que leur endurance106. En dernier lieu, s'il est vrai que le cheval de Fiérabras doit à son modèle Bucéphale sa férocité, il n'est pas sans intérêt d'évoquer un exercice - nommé El-Nechacha - auquel au milieu du siècle dernier les Algériens entraînaient leurs chevaux et qui consistait à monter "sur le cheval de l'adversaire pour mordre l'un ou l'autre"107, ou de mentionner que le cheval turkman, où domine le sang arabe, défend d'instinct son maître, le protège, et prend lui-même une part active dans la lutte en combattant contre le cheval de l'ennemi108.

34Mais il est incontestable que nos poètes et leurs contemporains connaissaient bien le pur sang arabe, nommément désigné dans leurs chansons. Nous en avons la preuve certaine dans la chanson d'Antioche où le cheval d'un Turc porte son pedigree dans un étui :

Ant.VIII, 3 - v.57 : De devant al topet ot fremee une charte

  • 109 Mille et une nuits : Trad. Mardrus : Cercle du livre précieux : t.2, p. 10
  • 110 H. Delpech : o.c. t.I, p. 439

35Il ne s'agit pas d'une inscription tracée sur le devant du poitrail, comme le pense l'éditeur, mais bien d'un étui contenant le pedigree du pur sang, comme cela se pratiquait dans les pays musulmans pour les chevaux de race. Dans l'Histoire du roi Omar Al Néman, les écuries du roi Omar abritent les plus beaux chevaux du Nedjed et d'Arabie, portant chacun sa généalogie à son cou, dans un précieux sachet de cuir109. Comment aurait-il été possible que la découverte du cheval arabe n'eût pas laissé de traces dans nos chansons de geste ? Les Chrétiens d'Occident ont pu connaître et apprécier les chevaux arabes non seulement en Espagne ; où se formait une race indigène110, mais en Syrie avec les croisades d'Orient.

  • 111 Ibid. t.I p. 177 et 178 - p. 428-429 t.II p. 170 et 171

36Les exemples historiques abondent, qui témoignent de l'intérêt des Croisés pour les chevaux de leurs adversaires111, soit que, dans les combats, ils se les approprient, soit encore qu'au cours de relations pacifiques, leurs chefs reçoivent en présent le cadeau princier d'un beau pur sang. Dans ces conditions, on conçoit que nos descriptions aient subi l'impact de la réalité et puissent témoigner d'une expérience historiquement vécue.

Notes

1 E. Faral. Les arts poétiques des xii° et xiii° siècles, Paris, 1923.

2 E.R. Curtius : La littérature européenne et le Moyen Age latin. Trad. de l'allemand par Jean Bréjoux : P.U.F.Paris 1956.

3 P. Zumthor : Essai de poétique médiévale. Paris, 1972.

4 Ibid p. 208 à 245.

5 P.Y. Badel : Introduction à la vie littéraire du Moyen Age : Bordas, Paris. Bruxelles. Montréal : 1969.

6 E. Faral : A propos de la description des chevaux dans le poème de Phillis et Flora et dans la chanson de Roland. Romania 41. 1912, p. 478 et ss.

7 Isidori Hispaliensis episcopi etymologiarum sive originum libri XX. ed. W.M. Lindsay : Oxford University Press. 1957, T. II, liv. XII, 41-57.

8 Patrologiae cursus completus : Migne t. I77 : Appendix ad Hugonis opera dogmatica continuatio. De Bestiis et aliis. rebus. Livri quattuor : Ch. XXIII : De equo et ejus natura : coll. 91 à 93.

9 Le cheval de Turpin dans la chanson de Roland a été conquis par l'archevêque sur le roi Grossaille qu'il a tué au Danemark. Grossaille est selon toute vraisemblance un roi "païen".

10 . Fiérabras publ. par A. Kroeber et G. Servois, Paris 1860 (Anc. poètes 4)
v.4110 maigre chief.
. La chanson d'Aspremont ed. par L. Brandin, Paris 1923-24 (CF.M.A.)
v.2691 La teste a maigre.
. La chanson des Saisnes
t.I p. 182 ; 1. CV Si ot la teste maigre.
. Gui de Bourgogne publ. par F. Guessard et H. Micheland Paris, 1859 (Anc. poètes 1)
v.2327 La teste corte et megre.
. La Chevalerie Ogier de Danemarche publ. par J. Barrois, Paris 1842
v.12.165 La teste ot maigre
. Gaidon publ. par F. Guessard et S. Luce, Paris 1862 (Anc. Poètes 7)
v. I208 La teste ot maigre
. Elie de Saint Gille publ. par G. Raynaud, Paris 1879 (S.A.T.F.)
v. 1892 Il a maigre la teste

11 La chanson de Roland publ. par J. Bédier, Paris 1937 v. 1495 Petites les oreilles
Gui de B. v.2329 La petite oreillette
Elie de St Gille v.1893 Petites oreillettes

12 Fier. v. 4110 : ample nés
Gui de B. v. 2329 : mult large le nés
Gaid. v. 1209 : Large narrine
La chanson d'Antioche publ. par Paulin Paris. Paris 1848 IV v. 186 : Narines grans et amples

13 Rol. v.1493 ; Lungs les costez

14 Rol. v.1492 : La crupe bien large
Saisnes t. I p. 182. CV : large le crepon
Ant. IV v.172 : a la crupe tiulée
v.185 : crupe ot grosse et quaree…

15 Rol. v.1491 : Piez a copiez e les gambes ad plates
Fier, v.4109 :…les piés plas et coupés
Gui de B. v.2327 : Les jambes fors et roides, les piés plas et coupés
Ch. Ogier v.2414 : la jambe ot plate, si ot le pié copé
Elie de St Gille v.1894 : Les jambes longes, si ot coupé le piet
Antioche IV v.185 : piés copés et voutis

16 Dr G. Le Bon : La civilisation des Arabes : 1884 p. 7.

17 Prisse d'Avesnes : Des diverses races chevalines de l'Orient - Revue contemporaine tome 14, Paris 1854, p. 613-614.

18 H. Delpech. La tactique au xiii° siècle. 2 vol. 1886 t. I p. 438.

19 Aetas longaeva equis Persicis, Hunninis, Epirotis, ac Siculis… brevior autem Hispanis ac Numidis et Gallicis.

20 Encyclopédie de l'Islam : Article Faras, p. 804.

21 Ibid. p. 805.

22 Antioche : ch. IV, v. 186 "les iex bruns ecl ircis"

23 Fier, v.4111 : les ex ot vairs et clers

24 Gaid. v.1209 : l'oil ardant et cler

25 Saisnes t. I, p. 182 CV : …les eus alumés

26 Guide B. 2328 :…les eus alumés

27 Elie de St Gille v.1892 : Et l'oeil apert et fiers

28 H. Delpech : o.c. t.I p. 438
Hamont, Des Races chevalines orientales. Revue de l'Orient Bulletin de la Société orientale, Paris, 1846, p. 195.

29 Anseïs von Karthago. hgg. von J. Alton. Tübingen, 1892 v.11121 sur le bai de Persie.

30 Fier. v. 676 : Le blanc ferrant d'Espaigne
Otinel - publ. par F. Guessard et H. Micheland, Paris 1859 (Ane. Poètes 1)
v.834 : destrier espaneis
Saisnes, t.I, p. 199, 1. 113 et t. II, p. 24, 1. 150

31 Fier, v.681
Ch. Ogier : v.11869 ; 11.899 ; 11.908.
Anseïs de C. : v.l0.435 ; 10.440.

32 Ch. Ogier : v.9.899 ; 12.135
Saisnes t.I, p. 142, 1. 73 ; p. 259 1. 140.

Anseïs de C. : v.2.969 ; 4.887 ; 10.468.

33 Ch. Ogier : v.11.998
Saisnes : I p. 182, 1. 106.
Anseis de C. : v. 2.943.

34 Dans la Chevalerie Ogier, le cheval de Brehus est à la fois un "arragon" (v.9.899 et 12.144), un cheval de Castille (Castele v. 11.869), de Gascogne (v.11.998), de Russie ("Rosie" v. 12.018) et un pur sang arabe ("arabi" v. 11.269).

35 Ch. Ogier, v. 12.018 : cheval de "Rosie" Saisnes t.II p. 12, 1. 141 : bai de Rosie

36 Gui de B., v. 1752 : destriers de Sulie

37 Ans. de C. v. 10.229 : ki li vint de Damas

38 Ibid. v.11.121 : Sur le bai de Persie

39 La chanson de Floovent, publ. par Sven Andolf. Uppsala, 1941 - v. 380 : qui lui vint de Cartaige.
cf. Ch. Ogier V.2.603 : Des esperons hurta l'amoravi.

40 Saisnes t.I p. 175 destriers d'Orcamie p. 225 rox orguenois
t.II p. 54 bai d'Orcanie
Anseïs de C. v. 2.529 vairon d'Orcanie

41 La chanson de Guillaume, publ. par D. Mc Millan, Paris 1949-50 (S.A.T.F.) v.227 chevals coranz d'Arabe
Fier. v. 4096 destrier d'Arabe
Ch. Ogier V.1200 le destrer d'Arage v.1210 le bon destrer d'Arabe v.5333 le bon destrier d'Arage

42 Saisnes II p. 115, 1.230 : Cil corrant arrabi
Ch. Ogier v.593 : El destrier monte corrant et arabi v.11.269 : destrier isnel et arabi
Ans. de C. v.233 : les destriers arabis

43 Encyclopedie de l'Islam : Article Faras p. 804

44 Aspr. v.799 : Mais quil veist a l'oire comencier !

45 Aspr. V.200 : Sosciel n'a beste miols se fist a proisier
Otin. v.1898 : N'ot tel cheval jusqu'à la mer salée

46 Ch. Ogier : 11.935 : Or ai ceval nul millor ne puet estre

47 Otin. v.1.897 : Nel donast pus por l'or d'une contrée
Ch. Guill. v.2.189 : Il n'en ad si bon en la crestienté,
"N'en paienisme nel purreit l'en recovrer.
Rend le mei, sire, par la tue bunté !
Par quatre feiz le ferai d'or peser,
Del plus fin d'Arabie e del plus cler."

48 Rol. v.1.153

49 Rol. v.2.994

50 Rol. v. 1.610

51 Rol. v.1.488-89

52 Rol. v.1.535 - 1.571 - 1.597 - 1.616

53 Rol. v.1.598

54 Galiens li Restorés. Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie LXXXIV, 1890 p. 204 v. 31-32

55 Elie de Saint Gilles présente une variation de ce motif. Elie, fait prisonnier et enfermé dans le navire qui va le conduire en terre musulmane, menacé de la pendaison pour avoir insulté Mahomet et refusé la conversion, prie Dieu de lui donner le magnifique cheval de Malpriant. v. 951-959.

56 Antioche : IV v.171 et ss.

57 Aspr. v.2.689

58 Rol. v.1488, 2.994 - Fier. p. 98 ; Floov. v.1740-50 ; 1852 1903-10 ;
Ch. Ogier V.3.002 ; 10.426 etc., ; Otinel v.866 ; 1896 Ans. de C. v.4.496 ; Gaid. v.1.205-6 ; Galien p. 204 v.31-32

59 Galien p. 11 v.19 : Se voz chevaulx sont mors, n'y acompte ung bouton
Ils naissent en Espaigne et la les conquerron

60 Ans. de C. v.9.825 : Il arrive que le Musulman prenne le cheval du Chrétien qu'il a désarçonné pour le donner à un de ses compagnons privé de monture : Ibid. v.5.839-45

61 Gaid. v.2.922 ; 3.387 ; 6.328 ; 8.097. Aiol. v.2.360 Antioche III, v.211 VIII, v.197

62 Gaid. v.5.448

63 Antioche III, v.197

64 Aspr. v.1.331 - Gaid. v. 1.427 ; 2.051,- 2.312 ; 3.478 ; 5326 6318 ; 7.789 ; Aye d'Av. v.421, 2.981 - Ch. Oqier v. 10. 538 Ans. de C. v.2.311 - Antioche III, v.149

65 Gaid. v.2.597 Ans. de C. v.10.439

66 Gaid. v.5.447

67 Aiol. chanson de geste publ. par J. Normand et G. Raynaud, Paris 1877 (S.A.T.F.) v.7.875 Sor les destriers norois
Aie d'Avignon chanson de geste publ. par F. Guessard et P. Meyer, Paris 1861 (Anc. poètes 6) - v.1.086
Ch. Ogier v.6.804 cevals norrois
Ans. de C. v.4535 ; 10.076

68 Aie d'A. v.1.088

69 Ch. Ogier v.5.021

70 Aiol v.10.882 del destrier de Hungrie

71 Ans. de C. v. 10.352

72 Gui de B. v.553 : cheval d'Orcanie
Gaid. v.4.976 : destrier d'Orqanie v-4.996,- 9.134 : cheval d'Orcanie
Ch. Ogier v.4.879 : destrier d'Orcanie
Ans. de C. v.3.434 : d'Orcanie

73 Ch. Ogier v.4.989 : destrier de Cartage

74 Gaid. v. 2.212 - 2.230 Ans. de C. v. 8.982

75 Ch. Ogier v. 7.401 : le bai de Tyr.

76 Aspr. v.980 - Ch. Ogier v.3.269 ; 7.0O3 ; 7.320 ; 7.346 ; 7.398 - Gaid. v. 3.475 ; 5.003 ; 5.037 - Aie d'A. : v.1.096

77 H. Delpech o.c. t.II p. 170 à 174

78 H. Delpech o.c. t.II p. 174-177 et F. Lot : l'Art militaire et les armées au Moyen-Age Paris, Payot, 1946 t. I p. 218.

79 H. Delpech o.c. t.I p. 437.

80 ibid. p. 438.

81 Fiér. v. 679 à 684 et 1097 à 1101. Elie de St Gille v. 1897-99. Galien p. 63 v. 180-185 et p. 204 v. 31-35

82 cf. Julii Valeiri Epitome hgg. von Julius Zacker, Halle 1967 : 1-13 p. 17 "namque homines edit" et Der Alexanderroman des Archipresbyters Leo hgg. von F. Pfister - Heidelberg 1913 : I - 13, p. 54. Isidore de Séville, sans mentionner le cheval d'Alexandre, fait allusion aux chevaux de bataille qui cherchent à mordre et ne supportent que leur maître.
L'auteur du "De Bestiis" désigne nommément Bucéphale : O.C. coll. 91.

83 Le cheval de Danemont dans Guy de Bourgogne est né d'une jument sauvage et d'un tigre.
Gui de B. v.2338 : Et fu d'une ive fiere et de tygre engendré.

84 M. de Vaux Phalipau : Les chevaux merveilleux dans l'Histoire : la légende et les contes populaires : Paris 1939.

85 Rol. v. 1490 : Li destrers est e curanz e aates
Ch. Ogier v. 594 : N'ot plus isnel dus qu'à l'aige du Rin v. 753 : Cheval ot bon, ravinols et corant
Ant. V. v. 969

86 Ch. Guill. CXXXIX : Itant ne curt vent cum tu vas l'anbleure

87 Rol. v. 1616 : Plus est isnels que n'est oisel ki volet.

88 Rol. v. 1571 : Plus est isnesl que n'en est nus falcuns.

89 Rol. v. 1535 : Plus est isnels qu'esprever ne aronde Otine v. 371 : Qui plus tost court que ne vole arondel Les Enfances Guillaume publ. par P. Henry, Paris 1935 S.A.T.F. - v. 391.

90 Fier. v. 4096 : Sor I destrier d'Arabe, qui plus cort que levrierz…

91 Fier. v. 4157 : Et vait ensi bruiant comme foudre et oré.

92 Gui de B. v.2 340 : Plus tost cort par montaigne que uns autres par prés.

93 Rol. v.1498 : Beste nen est nule ki encontre lui alge 1598 : Beste nen est ki poisset curre a lui
Asp. v.2699 : Ne s'i tenRolt nule beste coral v.4123 : Et li destriers li saut XXX piés mesurés
cf. Gayd. v.2702 : et il li saut XV piés mesurez.

94 Gaid. v. 1214 : Et se il vient à un guez tres passer.
Qui ait II lieues ne trois à tresnoer.
Plus tost noe outre que cers ne cort par pré.
Que ja par onde n'en sera destorné ;

95 Aspr. v.197 : Il ot un mois aconpli avant ier que de repos nen ot un jor entier 8736 : Ne n'i a nul qui tant soit sorpoant. 4077 : Bien courait 30 liues ains que il fust lassés
Fier, v.4163 : Ja pour X lieues coure n'iert li cevaus lassés
Aspr. v.2700 : N'est nule beste qui sofrist tel jornal

96 Fier.4164 : Ne tant n'ert tante jor ne poins ne galopés
Atout II chevaliers fervestus et armés
Ke ja en soit de lui li pires peus sués.
Ch. Ogier v.2415 : Jà por montaigne ne l'convera suer

97 Ch. Ogier v.2416 : Por trois jors corre ne l'estuet arester,
Ne l'en batront li flanc ne li costé
Gaid. v.1211 : Bien porteroit II chevaliers armez
De plains eslais, toute jor ajorné
Ja I seul poil n'en auroit tressué
cf. Ch. Guillaume v. 242-4

98 Fier, v.4077 et v. 4163-4166

99 Ch. Ogier v. 2415-2417

100 Gui de B. v.2339 : Qui ne menjue (mie) d'avoine ne de blé mais ces herbes de chans et araines de mer

101 Robert le Moine : Hist. Occ., livre III, ch. 9 p. 760 et ss. : "Turci equis velocioribus advecti…"

102 Albert d'Aix : Ibid. : Livre III ch. 49 p. 373…in equis vento similibus velocitate.

103 H. Delpech o.c. t.I p. 438-439
R. Dussaud : Les régimes désertiques de la Syrie et le cheval arabe. Bulletin de la Société d'Anthropologie Série V.t. IV, p. 560-563.

104 Prisse d'Avesnes o.c. t.14, p. 618

105 ibid. t.15, p. 136

106 ibid. t.14, p. 618 et 624 et t.15 p. 132 à 135

107 ibid. t.14, p. 621 à 622

108 ibid. t.15, p. 133-134

109 Mille et une nuits : Trad. Mardrus : Cercle du livre précieux : t.2, p. 10

110 H. Delpech : o.c. t.I, p. 439

111 Ibid. t.I p. 177 et 178 - p. 428-429 t.II p. 170 et 171

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter