Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Âge

De qoi vienent li traitor et li mauves1

Jean Subrenat

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été précédemment édité par Jirí STRAKA, in Neuphilologische Mitteilungen, XXXVIII, 3-4, (...)

Or escoutez et clerc et lai !

Ne vos dirai ne son ne lai

ne chançon de geste ne fable,

4 mais chose tote veritable

vos vueil commencer et espondre,

s'il est qui m'en saiche respondre.

Et si vos dirai par savoir

8 conment voz poez parcevoir

de qoi naissent li recreant (f° 34 r° c)

et dont vienent li mescreant.

Et si vos dirai toz le traiz

12 et les naissances des contraiz.

Et si vos dirai tot briefment

de qoi vienent li grant tonnent

et les gerres et le chier tens

16 que nos avon eü lonc tens.

Ce nos raconte Salemons,

et les nons dit par ses sermons,

qu'il seroit. i. siecles divers

20 qui tot torneroit a envers,

les eschames abalsseroient

et li charnel releveroient,

et si verroit on les corbeax

24 monter desor les colonbeax,

le mastin aler au levrier

et la corneille a l'espervier.

Si ert li siècles bestornez

28 et de mal faire abandonez

c'on dira del mal que c'est biens ;

la aura Diex petit des siens.

Seignor, li termes est venuz

32 que li biens est povres et nuz,

et li maus est si amontez

c'on dit de honte c'est bontez.

Si est li blons montez en bis

36 que li leu tondent les brebis,

si en font lor blans cotereax,

si font raire lor hastereax

et dient que il sont convers ;

40 mais plus en i a de cuivers

que deables a pris au laz.

Les clers, les lais et les prelaz

44 Esvesque achatent esveschiez

et li abbé les abaïes

et li prior les priouries.

Juré, prevost et eschevin

48 deüssent estre voir devin,

il achatent eschevignaiges

si encherissent les passaiges.

Prestre, clerc prestent a usure

52 si se retraient a lussure.

Li chevalier sont marcheant

et dient qu'il sont mescheant. (f° 34 v° a)

Si sont li mal el mont sorpris

56 puis que Jherusalem fu pris ;

Il i a plus de sodomites

que de verais convers hermites.

Ce fait orgueil et covoitise

60 qui le mont esprent et atise.

Puis que li ors et li argent

est tornez a la fauxe gent,

quar des terres et des montaignes

64 descent li tresors a longaignes

si avalent li monz as vax

que les merdes vont as chenax,

li garçon gisent a lor dames.

68 C'est grant domaiges et grans damnes

quant li hons a bone moillier,

qui meine vie de houlier,

puis qu'il est de si grant renon

72 que l'en dit que c'est.i. preudom

qui vait de bordel en bordel,

envelopé de son mantel, tant

qu'il trueve une pautoniere

76 seant lez une fauçoniere,

plusor vestuë autre nue.

Et li mauvais l'ont tant tenue

qu'ele est plus orde et plus mauvaise

80 que n'en est orse ne punaise.

Loes s'apoie tant a s'estoire

qu'el a esparse sa gestoire ;

puis passe avant si s'abandone.

84 Tant li promet et tant li done

qu'il est couchiez el lit puant

ou ont conversé li truant

et li mesel trestuit porri

88 et li ribalt trestuit rosti,

tant qu'il est toz enpullantez,

lors cuidë il estre enbasmez :

ce fait lussure qui l'esprent

92 et deables qui le sorprent.

Et savez vos qu'il en a ? Nient.

Quant il fait tant qu'il i avient,

il est igauz et entechiez

96 de toz les criminax pechiez

que cele a fait puis icel ore

qu'el i conversë et demore. (f° 34 v° b)

Et se folë en est ençainte,

100 ja par nului ne ssera plainte,

ains querra tant par medecines

et par herbes et par racines

que ja ses fruiz n'aura batesme

104 ou il ait ne oille ne cresme :

de tel pechiez a il sa part

tantost con de lui se depart.

Si a encore autre pechiez

108 dont il fait mal estre entechiez,

que se il gist a s'espousée,

ains que il ait sa char lavée

et gehi par confession

112 par qoi Diex li face pardon

de 1'ordure que tient a lui,

puet bien sa feme avoir anui.

Si a encor autre pechiez

116 dont plus mal fait estre entechiez

que se i gist a sa voisine,

s'engendre vallet ou meschine

et d'autre part rait ses enfanz.

120 ençois qu'il ait passez.xv. anz,

ou plus ou mains, ainsi avient

que deables a sses plaiz vient.

Certes si a molt grant dolor,

124 quant li freres prent la seror,

se n'en sevent mot ambedoi.

Par cele foiz que ge vos doi,

en plusors terres en a meins

128 qui sont de lor cousins germains.

Mais cil n'a pas le cuer honeste

qui laist son beau lit et son estre

et se lieve sus de son lit,

132 por querre aillors mauvais delit.

Et tex i va en tel maniere,

avant que il retort arriere,

s'ert la dame si revengiee

136 que sa lussure est estanchiee

a.i. garçon qui riens ne vait,

a.i. mauvais tigneus ribaut.

Onques ne fu esgardé d'ialz

140 tex domaiges ne si granz maus.

Tex fruiz ne puet avoir bonté ;

li.i. en sont desherité, (f° 34 v° c)

les foies femes en sont nees

144 qui a mal faire sont tornees.

Quar s'uns garçon d'une quisine

coschoit avuec une roîne,

qui fust mauvais enquerelez,

148 ses fruiz en seroit pire assez :

s'il ne sont contraiz par defors,

sont il contrez et cuer et cors

si qu'il ne pueent faire bien,

152 ainz sont mauvais sor tote rien.

Quar s'une dame foie et cointe

a.i. mauvais garçon s'acointe,

s'il engendre, c'est granz hontaiges

156 et grant dolor et grant domaiges,

quar fruiz de mauvaise semence

mainte destrucion conmence ;

de ce naissent li trahitor.

160 Tel tient l'en fil a vavassor

ou a prince ou a chastelain,

qu'autres i a tendue l'aim.

Si en poès prenre le tor,

164 quar tel tient l'on fil a contor

par la verité de la dame,

ses peres autrui terre fieme

et si tient le fié son parastre

168 Certes ci a mauvais fillastre

qui tant preudome desherite.

De celui naissent li herite ;

cil qui ainsi sont engenrré

172 sont de la maisniee Forré

quar il font les fax jugemenz

et jurent les fax seremenz,

si font faire les estrelois,

176 si font faire les faxes lois,

les mellees et les batailles

et les granz coites et les tailles,

si donent les mauvais consax.

180 Gentix hom ne puet estre sax

qui de tel gent est engenrrez,

s'a en lui toz max enserrez.

Savez comment il a a non

184 qui naist de l'igue et de l'anon ? (f° 35 r°a)

En l'apele mulet anblant

pour ce qu'il est d'autre senblant

que n'est son pere ne sa mere ;

188 et s'a beau palefroi a frere

et beau cheval et bel roncin.

Li essanples dist en la fin

muiez est felonesse beste

192 plus que nul autre de sa geste,

si que paines l'a on danté

ainz qu'il saiche nule bonté.

Et cil qui naissent de tel gent

196 encor soient il bel et gent,

sont il felon et mesdisant

et mauparlier et meffaisant.

Ainsi le dist li essanplaire

200 qu'il sont mulet et sajetere

et sont faiz de.ij. esperiz.

Par ax est li siecles feniz.

***

NOTES

5 : espondre : exposer.

9 : recreant : lâche.

11 : "toz les traiz" corr. J. Straka qui explique : "probablement origine, cf traire a lignaige, ressembler à ses ancêtres" (op. cit. p. 145)

12 : contraiz : contrefaits, difformes (cf. v. 149-150) - au physique ou au moral.

15 : chier tens : vie difficile, époque pénible.

18 : et le nous dit corr. J. Straka.

19 : divers : bizarre, étrange.

21 : eschame : échelle, escabeau.

22 : charnel : ce terme semble être un diminutif de eschame ; il faudrait alors comprendre que les échelles s'abaisseraient et que les escabeaux s'élèveraient, signe d'un bouleversement complet (cf. J. Straka, op. cit. p. 143).

27 : bestorné : bouleversé, mis sens dessus dessous, fou.

35 : li blons : 1 suscrit.

monter : être équivalent à.

37 : coterel : cotte. Il peut y avoir un jeu de mots ici, car coterel désigne aussi un pillard, un bandit.

38 : raire : tondre.

hasterel : nuque.

43 : vers sauté par le copiste.

50 : passaiges : taxes de passages.

54 : mescheant : malchanceux.

62 : faus : perfide.

64 : longaigne : égoût, tinette.

66 : chenax : chevax (J. Straka).

68 : graphie de tendance savante, au détriment apparent de la rime.

70 : houlier : débauché.

76 : fauçoniere : menteuse, faussaire, cf. Godefroy, III, 729 b et 734 b-c. J. Straka comprend différemment : "Fauconiere, s.f. : cage où l'on garde les faucons. 76. La Curne, VI, qui donne comme exemple le vers 76 de notre texte, ajoute "mot obscène" ; il y a très probablement une allusion obscène" ; (op. cit. p. 144).

77 : vers défectueux.

81 : loes : lors (J. Straka).

  • 2 Ce texte a été précédemment édité par Jirí STRAKA, in Neuphilologische Mitteilungen, XXXVIII, 3-4, (...)

apoier (soi) a : s'attacher à, prêter à (un discours, des paroles). Il prête aussitôt attention à ce qu'elle lui raconte. J. Straka comprend différemment ; en effet il explique ainsi estoire : "forme provenant de la dissimilation du permier o dans ostoire, : hostoire [<2ostioriun] : battant de la porte, porte." (op. cit. p. 143, cf aussi p. 144 s.v. gestoire).

82 : espartir : étendre.

gestoire : lit, grabat (cf FEW, V, 3a, s.v. jacere).

93 : lecture et ponctuation de J. Straka.

95 : igauz : semblable.

entechiez : vicié, atteint (cf. v. 107, 115).

99 : Et se la fole… corr. J. Straka.

104 : oille : huile, i.e. Saintes Huiles (cf. le suivant).

cresme : criesme avec i expontué. Chrême, Saint Chrême (cf le précédent).

  • 3 Ce texte a été précédemment édité par Jirí STRAKA, in Neuphilologische Mitteilungen, XXXVIII, 3-4, (...)
  • 4 Ce texte a été précédemment édité par Jirí STRAKA, in Neuphilologische Mitteilungen, XXXVIII, 3-4, (...)

119 : rait :3re-ait (4re-avoir).

146 : enquerelez : J. Straka signale que GOD III, 216 traduit par "querelleur" et il propose, quant à lui, une correction en escrevelez. (op. cit. p. 143)

160 : fill avec le second l exponctué, id. au v. 163.

que autres i a tendu l'aim corr. J. Straka

162 : aim : hameçon, expression de sens évidemment sexuel.

163 : cf. v. 160, note.

165-166 : La rime n'est pas satisfaisante, "dame : fieme (lire feme) 166 [atteste] la confusion (qui n'est pas picarde) de a et e nasals" explique J. Straka (op. cit. p. 134) fieme : 3ème pers. sg. ind. pr. de femer : fumer, répandre du fumier.

170 : hérite : hérétique.

172 : Maisniee Forré : expression qui suggère un milieu détestable, donc en Forré un homme faux et fourbe. Lorsque M. LE GENTIL reprend l'étude de l'expression "vengier Forré" (Etudes de langue et de littérature du Moyen Age offertes à Félix LECOY, Paris, Champion, 1973, p. 307 sqq), il rappelle que Forré est un roi sarrasin. On comprend alors le sens de "maisniee Forré" : ce ne peut être qu'une réunion de tous les pires individus et tout particulièrement des hommes les plus déloyaux. Voyez le vocabulaire du texte : recreant, mescreant, la fauxe gent, herite, fax jugemenz, fax seremenz, estrelois, faxes lois, mauvais consax, felon, mauparlier.

178 : coltes : toltes (J. Straka)

colte : perception d'impots.

180 : sax : C.S. sg. de sauf.

175 : estrelois : injustices.

184 : igue : jument.

193 : paines : avec difficulté.

danter : dompter.

198 : meffaisant : mesfaisant (J. Straka).

200 : sajetere : sagittaire. Le contexte rend la présence de ce terme tout à fait naturelle. Il s'agit de comparer les bâtards à des être anormaux par le croisement de race dont ils sont issus : le mulet, mi-âne, mi cheval ; ou le sagittaire : mi-homme, mi-cheval.

J. Straka interprète différemment ; il rappelle d'abord que Godefroy, dans son dictionnaire, traduit par "archer" (GOD, VII, 284), puis ajoute : "ce sens ne convient pas ; il faut probablement corriger "saletere, seletere", qui porte la selle."(op. cit. p. 145)

COMMENTAIRES

1Voilà un texte étrange dans son esprit ; l'on hésite parfois à le prendre au sérieux tant certaines affirmations paraissent outrées. Serait-il volontairement excessif pour frapper son public ? Serait-il le fait d'un misanthrope désespéré ou, tout simplement, une parodie ?

  • 1 Edmond FARAL, le manuscrit 19152 du fonds français de la Bibliothèque Nationale, reproduction photo (...)
  • 2 id. ibid. p. 20
  • 3 Paulin PARIS, in Histoire Littéraire de la France, t. XXIII, p. 285.

2Son contexte nous renseignera peu. De qoi vienent li traitor et li mauvés se trouve au début du Ms 19152 du Fonds français de la Bibliothèque Nationale à Paris. C'est le cinquième texte de ce manuscrit ; il s'étend du f° 34 r° (bas de la deuxième colonne) au f° 35 r° (milieu de la première colonne). Ainsi que le définit Edmond FARAL, ce manuscrit "ne se compose pas de pièces assemblées après coup sous une même reliure : c'est une anthologie qui a été conçue comme telle dès le premier travail de copie. "Les oeuvres qui y ont trouvé accueil, aun nombre de soixante-et-une, appartiennent à des genres très divers. Ce sont indifféremment des proverbes populaires et des traductions du Latin, des fabliaux et des contes courtois, des poèmes moraux et des récits burlesques. On s'étonne de cette confusion et que voisinent ainsi l'élégant et le trivial, le sérieux et le bouffon, le religieux et le profane."1Et il qualifie notre texte de "diatribe assez singulière". 2Plus anciennement, Paulin PARIS l'avait classé "parmi les dits satiriques"3.

3La forme, bien traditionnelle du poème n'aide pas davantage à le situer. Il commence par une "captatiod benevolentiae" suivie d'une annonce u sujet : l'origine des méchants (v. 1-10), élargie ensuite à tous les malheurs du temps, d'ailleurs prophétisés par Salomon (v. 11-41). Toutes les catégories de la "bonne société" sont touchées : hommes d'Eglise, hommes de lois et d'administration, chevaliers (v. 42-54). Dans ces conditions où "orgueil et covoitise" sont responsables de la dégradation des moeurs, la vie conjugale n'est pas épargnée : quand un homme de bonne réputation se débauche, il atteint le comble de la déchéance et partage les fautes de sa compagne de stupre, (v. 55-98). Si cette dernière est enceinte, elle recherchera un avortement et il partagera la responsabilité de ce péché (v. 99-106). Sa femme légitime risque en outre de subir les conséquences de sa débauche (v. 107-114). D'autre part, avoir un enfant de "sa voisine" quand on a ses propres enfants, est une faute ; de même que l'inceste (v. 115-128). Quand un homme cherche bonne fortune ailleurs, sa femme se venge en s'abandonnant au premier venu, ce qui entraîne des catastrophes, car les descendants de ces unions sont des "traîtres" ; on les croit fils de seigneurs et ils usurpent les héritages. Ce ne seront que des fourbes et des hommes déloyaux, tout juste comparables à des mulets parmi les autres membres de la race chevaline (v. 129-202).

4Ce résumé laisse voir une composition au fil de la pensée, une idée ou une image en appelant une autre. On ne peut guère parler de savante organisation. De même, le style est, dans l'ensemble, assez terne. L'appel au public est traditionnel : il situe le genre et proteste de la véracité du contenu. C'est un ton à prétention didactique, encore marqué par les répétitions comme "Et si vos dirai (v. 7, 11, 13) en opposition au "Ne vos dirai" (v. 2). Au milieu du dit, l'on peut voir :

Si a encore autre pechiéz
Dont il fait mal estre entechiéz. (v. 107-108)

et

Si a encor autre pechiéz
Dont plus mal fait estre entechiéz. (v. 115-116)

5Peut-être faut-il interpréter de la même façon certains parallé- lismes d'expression comme :

De qoi naissent li recreant
Et dont vienent li mescreant. (v. 9-10)

… li truant
Et li mesel trestuit porri
Et li ribalt trestuit rosti. (v. 86-88)

A .i. garçon qui riens ne valt,
A .i. mauvais tigneus ribaut. (v. 137-138).

6Les accumulations d'expressions donnent encore la même impression de volonté de persuasion : en voici l'exemple le plus net :

Quar il font les fax jugemenz
Et jurent les fax seremenz,
Si font faire les estrelois,
Si font faire les faxes lois,
Les mellees et les batailles
Et les granz coites et les tailles,
Si donnent les mauvais consax. (v. 173-179)

7De tels procédés ont évidemment l'excuse de la tradition littéraire contemporaine, cependant leur emploi ici n'est pas absolument maladroit. Il s'agissait de convaincre et la répétition, l'insistance sont des procédés pédagogiques éprouvés. L'auditeur peut garder en mémoire quelques formules bien nettes ; il retiendra la leçon.

8Car c'est bien d'une leçon qu'il faut parler ; la référence, qui se veut précise, à Salomon le prouve déjà et, dans sa conclusion (si l'on peut employer ce terme pour la fin du poème), l'auteur se réfère à un "essample", à un "essenplaire" (v. I90 et 199). Nous sommes très vraisemblablement en présence d'une mise en vers d'un "exemplum", donc d'un thème fort sérieux, sur lequel il deviendrait impossible de plaquer l'adjectif "satirique" comme le faisait Paulin PARIS.

9Les quelques comparaisons animales qui tentent d'égayer le dit, ne contredisent pas l'opinion précédente ; elles appartiennent à plusieurs registres différents : d'abord deux animaux, l'ourse et la punaise, sont des modèles d'horreur pour qualifier la "pautoniere",

Qu'ele est plus orde et plus mauvaise
Que n'en est orse ne punaise. (v. 79-80)

10Se trouve ensuite l'utilisation d'un lieu commun : le couple antithétique du loup et de l'agneau, d'ailleurs ici un peu modifié : les loups dérobent les toisons des brebis pour s'en revêtir et se faire ainsi passer pour honnêtes (v. 36-39). Enfin et surtout, les associations d'animaux sont le signe de la perversion des temps : corbeau et colombe, mâtin et lévrier, corneille et épervier (v. 23 sqq.), ce qui prépare la grande comparaison finale entre le bâtard et le mulet. Lorsqu'une dame (v. 135) se venge de son mari avec un garçon (v. 137), la situation est identique à celle d'une "igue" avec un ânon. Dans les deux cas, notons-le, la noblesse appartient au même sexe, la médiocrité à l'autre. Dans un cas, ce sera un mauvais fruit (v. 131, 148), un traître (v. 159) ; dans l'autre un mulet (v. 185), une felonesse beste (v. 191), qui a pour frères les beaux chevaux, les beaux palefrois, les beaux ronçins (v. 188-189), eux de race pure, comme le bâtard se trouve dans la famille de son parâtre et prend l'héritage des enfants légitimes (v. 165 sqq., cf. aussi v. 115-122). La comparaison est frappante ; - tout comme est brutale l'image destinée à montrer l'avilissement de tout : or, argent, dames (v. 61-67).

11Il est déjà possible d'affirmer que l'auteur part vivement en guerre contre le "siecle bestorné" dans lequel il vit ; il met toute sa fougue, utilise tous les artifices de la rhétorique, fait appel à tous les arguments pour mettre en garde ses contemporains contre le mal ambiant. Il reste alors à faire le relevé des perversions qu'il fustige.

12La plus évidente sera la luxure, si bien que l'on a un peu l'impression de se trouver dans un climat de fabliau : ainsi paraissent appartenir à ce registre l'allusion à la débauche des clercs :

Prestre, clerc…
Si se retraient à lussure. (v. 51-52)

13et la description de l'homme considéré, du "preudomme" qui fréquente les mauvais lieux en se cachant (v. 69 sqq.), ou encore les allusions aux dames qui s'offrent au premier venu (v. 135 sqq.). Mais le ton est différent, plus grave. Si, dans un fabliau, l'anecdote occupe la plus grande place et la moralité conclusive n'en est que l'appendice, ici en revanche, c'est l'idée morale qui importe, l'anecdote étant réduite à sa plus simple expression. En outre l'auteur, au lieu de développer le côté grivois, souvent drôle, préfère s'appesantir sur les aspects affreux voire répugnants :

Tant li promet et tant li done
Qu'il est couchiez el lit puant
Ou ont conversé li truant
Et li mesel trestuit porri
Et li ribalt trestuit rosti,
Tant qu'il est toz enpullantez. (v. 84-89)

  • 4 voir cependant par exemple le fabliau De l’enfant qui fu remis au soleil, in Anatole de Montaiglon, (...)

14Il convient de remarquer que l'auteur élargit le champ habituellement imparti à ce sujet. Il est en effet notable que dans les fabliaux, les relations adultères n'aboutissent quasiment jamais4 à une naissance. Le problème ne se pose pas, pas plus que n'est vraiment soulevée la question morale ou religieuse. Seuls intéressent l'acte et ses implications pour le mari, la dame, l'amant. Ici, au contraire, le souci des vraies conséquences est constamment présent : une naissance illégitime est une catastrophe pour deux raisons : d'abord l'enfant sera perverti par nature

quar fruiz de mauvaise semence, (v. 157)

15et aura tous les défauts de la "maisnie Forré". Ensuite, il usurpera une terre qui ne lui appartient pas, au détriment des héritiers légitimes (v. 160-169) ; c'est en cela essentiellement qu'il fait partie des "trahitor" (v. 159). Il y a là une tare absolue, insurmontable :

Gentix hom ne puet estre sax
Qui de tel gent est engenrrez,
S'a en lui toz max enserrez, (v. 180-182)
Et cil qui naissent de tel gent,
Encor soient il bel gent.
Sont il felon et mesdisant. (v. 195-I97)

16c'était d'ailleurs le thème général annoncé pour le dit (v. 9-10).

17Le problème était si grave parce qu'il s'agissait d'un adultère de la dame qui, ainsi, introduisait un bâtard dans la famille ; mais la situation inverse est condamnée tout aussi sévèrement par l'auteur : si un homme a des enfants hors mariage, le diable s'en mêle (v. 115-122).

  • 5 Per NYKROG, Les Fabliaux, Publications romanes et françaises, CXXIII, GENEVE, Droz, 1973, p. 2I5.

18Dans le domaine sexuel, deux autres situations sont évoquées situations qui n'apparaissent pas dans les fabliaux : l'inceste et l'avortement ; il y a même une allusion aux sodomites (v. 56).A ce propos, P. NYKROG écrit du conteur de fabliaux : "Il n'aborde ni perversités hétérosexuelles, ni homosexualité, ni aucune déviation érotique contre nature… Il nourrit pour tout ce qui appartient au domaine de Vénus une sympathie mêlée de curiosité, à la seule condition que tout soit normal"5. Or notre auteur aborde le cas de l'inceste, - involontaire d'ailleurs -, en termes de tristesse plutôt que de péché :

Certes, si a mult grant dolor
Quant li freres prent la seror.
Si n'en sevent mot ambedoi. (v. 123-125).

19Quant à l'avortement, il est abordé à propos de la "pautoniere" que rencontre le "preudomme", mais alors l'auteur insiste sur la co-responsabilité de l'homme sans hésiter à employer le terme de "péché" (v. 105), incontestablement dans son sens religieux. L'homme est donc responsable lui aussi, et la femme, même si elle est "fole", est malheureuse, d'autant plus que personne ne la plaint :

Et se folë en est ençainte,
Ja par nului n'essera plainte (v. 99-100).

20Tout se passe comme si l'auteur atténuait sa responsabilité à elle. Nous sommes loin, là encore, du courant fortement misogyne de certains fabliaux. C'est un trait qu'il faut relever ; l'auteur tend toujours à faire porter une part de responsabilité sur l'homme : c'est lui qui est ridicule et scandaleux quand il abandonne une honnête épouse pour aller se débaucher, caché par son manteau de peur d'être reconnu, car il est de "grant renon" (v. 68 sqq.). Certes la prostituée n'est pas épargnée non plus, mais c'est pour elle que l'auteur parle de plainte ; elle ne doit donc pas recevoir la première pierre ; l'homme en mériterait autant :

Il est igauz et entechiez
De toz les criminax pechiez
Que cele a fait puis icel ore
Qu'el i conversë et demore. (v. 95-98)

De tel pechïés ait sa part (v. 105)

21De plus, l'homme risque de commettre une faute supplémentaire vis à vis de sa propre épouse ; il convient, avant qu'il ne la retrouve, qu'il obtienne en confession le pardon de Dieu pour toutes ses turpitudes.

22L'auteur va même beaucoup plus loin : dans la situation déjà signalée où une dame se donne au premier "garçon" venu et risque ainsi d'introduire des bâtards dans la cellule familiale, la dame bénéficie encore de circonstances atténuantes : si son mari l'a délaissée, c'est lui, le mari, qui "n'a pas cuer honeste" (v. 129) quand il cherche "aillors mauvais delit" (v. 132). On mesure une fois de plus la distance qui sépare l'auteur de ce dit des conteurs de fabliaux : il ne fait pas de misogynie simpliste, il ne se moque pas, il cherche à peser les actes et leurs conséquences. Qu'il raisonne d'une manière un peu puérile ou qu'il ait tendance au pessimisme ne change rien à son sérieux et à sa bonne foi.

23Or, à ses yeux, la situation est préoccupante, car toute la société est atteinte ; la rapide revue qu'il en fait montre l'étendue de la catastrophe : les hommes d'Eglise ne s'adonnent pas seulement à la luxure (l'accusation est banale), mais il ne vivent que pour 1'argent :

Prestre, clerc prestent a usure (v. 51)

24Et leurs charges sont vénales (cf. v. 42-46). Les hommes de lois ou d'administration achètent également les leurs ; en outre ils augmentent les taxes (cf. v. 47-50). Les chevaliers enfin font du commerce (v. 53), eux qui étaient, dans tous les genres littéraires, - chansons de geste, romans, poésies et même fabliaux, -hommes de largesse et de générosité. Toutes les classes importantes de la société sont bien touchées par le mal, par un mal qui n'est pas seulement la luxure, mais qui prend ses racines dans la cupidité et l'orgueil :

Ce fait orgueil et covoitise
Qui le mont esprent et atise. (v. 59-60)

25Suivent encore ces mauvais chemins les "trahitor" qui font "les granz coites et les tailles" (v. 179). Sans doute l'orgueil est-il à l'origine des violences dénoncées à diverses reprises (v. 14-16, 175-176). Si l'on ajoute encore l'hypocrisie des loups déguisés en brebis et qui se prétendent convers (v. 36), ainsi que la déloyauté des méchants

Quar il font les fax jugemenz
Et jurent les fax seremenz
Si font faire les estrelois
Si font faire les faxes lois. (v. I73-176)

26la liste des vices relevés dans le dit sera sans doute close.

27Elle est impressionnante et l'auteur y voit comme une apocalypse : les hommes en oublient Dieu

  • 6 Il faudrait aussi noter les emplois de « péchié », v. 96, 105, 107, 115.

La aura Diex petit des siens. (v. 30) 6

28(On retrouve en filigrane le thème évangélique : "l'homme ne peut servir deux maîtres : Dieu et l'argent.") En revanche, si l'on ose dire, le Diable se porte bien : il "a pris au laz" les méchants (v. 41), il "sorprent" le preudhomme qui se débauche (v. 92), il vient au "plaiz" du mari infidèle (v. 122).

29De ce point de vue, le ton des quarante premiers vers est pathétique et crée un climat eschatologique : les grands malheurs durent depuis longtemps déjà (v. 14-17). Or Salomon avait annoncé

Qu'il seroit .i. siecles divers
Qui tot torneroit a envers, (v. 19-20)

30Après cette rhétorique un peu emphatique, il y a du pathétique dans l'appel au public :

Seignor, li termes est venuz
Que li biens est povres et nuz.
Et li maus est si amontez
C'on dit de honte, c'est bontez. (v. 31-34)

  • 7 Aucune indication, pour dater le dit, ne nous a paru assez rigoureuse. Il ne serait pourtant pas in (...)
  • 8 Jean de LA FONTAINE, La mort et le bûcheron (1, 16), v. 10-11.

31Curieux texte en définitive ! d'un intérêt littéraire relatif, mais témoin d'un esprit inquiet, peut-être aussi d'une époque qui se trouble7. Reprenant nombre de "topoi" de la littérature satirique, l'auteur en change l'orientation, se détournant d'une présentation amusée, il ne voit plus d'eux que l'aspect le plus sombre, celui qui entraine les conséquences les plus graves. Les petites gens n'apparaissent que négativement, elles ne sont pas citées, mais on les sent victimes des vices : orgueil, cupidité, déloyauté, luxure, des gens en place ;"…les soldats, les impôts, les créanciers, la corvée" seront encore, quelques siècles plus tard, source de malheurs pour le pauvre bûcheron8.

32Ce pessimisme est bien sûr trop chagrin, trop désespéré, surtout chez un être soucieux de la place de Dieu dans le monde ; il témoigne néanmoins d'un homme en désaccord avec son temps, inquiet devant son époque, effrayé de l'évolution qu'il soupçonne. Il exprime là en fait une anxiété que bien d'autres, et pas seulement en son siècle, ont pu ressentir.

Notes

1 Edmond FARAL, le manuscrit 19152 du fonds français de la Bibliothèque Nationale, reproduction phototypique publiée avec une introduction, PARIS, Droz, 1934, p. 10.

2 id. ibid. p. 20

3 Paulin PARIS, in Histoire Littéraire de la France, t. XXIII, p. 285.

4 voir cependant par exemple le fabliau De l’enfant qui fu remis au soleil, in Anatole de Montaiglon, Recueil général et complet des fabliaux, PARIS, librairie des bibliophiles, 1872, t. I, fabliau XIV, p. 162.

5 Per NYKROG, Les Fabliaux, Publications romanes et françaises, CXXIII, GENEVE, Droz, 1973, p. 2I5.

6 Il faudrait aussi noter les emplois de « péchié », v. 96, 105, 107, 115.

7 Aucune indication, pour dater le dit, ne nous a paru assez rigoureuse. Il ne serait pourtant pas inintéressant de le situer dans l’espace et dans lé temps.

8 Jean de LA FONTAINE, La mort et le bûcheron (1, 16), v. 10-11.

Notes de fin

1 Ce texte a été précédemment édité par Jirí STRAKA, in Neuphilologische Mitteilungen, XXXVIII, 3-4, 1937, p. 131-145.

2 Ce texte a été précédemment édité par Jirí STRAKA, in Neuphilologische Mitteilungen, XXXVIII, 3-4, 1937, p. 131-145.

3 Ce texte a été précédemment édité par Jirí STRAKA, in Neuphilologische Mitteilungen, XXXVIII, 3-4, 1937, p. 131-145.

4 Ce texte a été précédemment édité par Jirí STRAKA, in Neuphilologische Mitteilungen, XXXVIII, 3-4, 1937, p. 131-145.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter