Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Âge

Figures royales et conception de la fonction monarchique dans Gerbert de Mez

Marguerite Rossi

Texte intégral

1Figures royales : ce pluriel qui peut surprendre est pourtant parfaitement justifié, puisque Gerbert de Mez ne compte pas moins de cinq personnages qui, de façon permanente ou à partir d'un moment donné de leur vie, portent le titre de roi. Cette chanson de geste, la troisième du cycle des Lorrains, offre donc une matière particulièrement abondante pour l'étude des représentations de la fonction monarchique, en général incarnée ailleurs par le seul roi de France. D'autre part il nous a semblé intéressant d'analyser, pour le mettre en regard de textes connus dès longtemps comme Renaut de Montauban ou La chevalerie Ogier, un texte moins étudié et appartenant à une tradition cyclique quelque peu différente : son contenu nous permettra d'enrichir et de nuancer ce que l'on sait par ailleurs des représentations politiques dans la chanson de geste, en particulier pour la période du xiii° siècle.

***

2Rappelons que Gerbert de Mez, comme tout le cycle lorrain, est censé se dérouler antérieurement au règne de Charlemagne ; le souverain mis en scène est son père Pépin, et les deux familles rivales des Lorrains et des Bordelais tiennent leurs fiefs du roi de France. Toutefois, l'action se déplace parfois vers d'autres territoires, et il en résulte qu'interviennent deux autres personnages royaux : Anséis de Cologne et Yon de Gascogne.

  • 1 Le texte sera cité d'après l'édition P. Taylor, Gerbert de Mez, Namur, 1952 (Bibliothèque de la Fa (...)
  • 2 GM, Table des noms propres, p. 419.

3Le premier figurait déjà dans Garin le Loheren, où on voyait le duc de Metz, Hervis, père de Garin, lui inféoder son duché que Pépin se montrait incapable de défendre avec lui contre les Sarrasins. Ici, le roi Anséis, attaqué par les païens, reçoit à deux reprises l'aide des héros lorrains, les deux cousins Gerbert et Gerin1, les récompense largement, et, après avoir offert sa fille comme épouse à Gerbert, qui refuse, il la donne en mariage à Gérin, qui accèdera ainsi à la royauté, succédant à Anséis dont le poète oublie d'ailleurs de préciser quand et comment il meurt2.

  • 3 Il joue, on le sait, un rôle important dans Renaut de Montauban.
  • 4 GM, v. 5259-65, et passim.
  • 5 GM, v. 11215-515.

4Quand au roi Yon de Gascogne, c'est une figure empruntée à des oeuvres qui n'appartiennent pas au cycle lorrain3 : en effet, dans Garin le Loheren, la Gascogne n'est pas un royaume, mais un duché dont le titulaire est Bègues de Belin, frère de Garin, et sur le territoire duquel Lorrains et Bordelais se font âprement la guerre. Dans Gerbert, le royaume de Gascogne est limitrophe du royaume de France et des territoires bordelais : aussi Fromont de Bordeaux, désireux de s'assurer des secours contre ses adversaires les Lorrains, qui lui résistent dans la place forte de Gironville, va-t-il, épisodiquement, porter son hommage au roi Yon4 ; plus tard, Yon sera présenté comme en butte, lui aissi, à la menace sarrasine ; comme Anséis, il sera alors secouru par Gerbert et Gérin ; son royaume sauvé par eux revient ensuite à Gerbert, qui épouse la fille d'Yon tué au cours de la guerre5.

5Ces deux figures de rois sont des plus effacées ; en dehors de quelques vers qui lui prêtent des vertus conventionnelles - largesse et vaillance -, rien n'est dit du roi de Cologne : le récit de ses guerres contre les Sarrasins a pour seul objet de rendre possible le déploiement de la prouesse de Gerbert et de son cousin ; par ailleurs on ignore tout de la manière dont Anséis accomplit ses devoirs de roi, de ses rapports avec des vassaux qui n'apparaissent jamais. Quant à Yon, il n'est qu'un nom, un absent dont on se borne à mentionner parfois l'existence, sans rôle défini dans la chanson.

  • 6 Au moins au dire de l'empereur, qui lui réclame Ogier réfugié à sa cour (La Chevalerie Ogier, éd. (...)
  • 7 J. Subrenat, Etude sur Gaydon, Editions de l'Université de Provence, 1974, p. 333.

6Il est cependant nécessaire de poser à leur propos la question des rapports qu'ils entretiennent avec le roi de France : lui sont-ils soumis dans une mesure quelconque, à la manière dont dans La Chevalerie Ogier, le roi des Lombards Desier est subordonné à Charlemagne ?6 En ce qui concerne Yon, le silence du texte, qui n'affirme jamais le moindre lien entre lui et Pépin, permet de trancher nettement : il s'agit d'un souverain qui ne dépend en rien du roi de France. Même si Gerbert, au moment de lui succéder, s'inquiète de s'assurer le consentement de Pépin, et surtout, d'ailleurs, de la reine, il ne le fait pas en raison d'une vassalité quelconque du royaume de Gascogne par rapport au roi de Paris ; il exprime simplement son souci de se comporter en vassal loyal, qui ne cessera de l'être qu'avec le consentement de son seigneur ; mais le texte ne dit rien, ni ici ni ailleurs, d'un droit de regard que Pépin aurait, comme seigneur, sur le mariage de l'héritière de la Gascogne, comme on le voit par exemple dans Gaydon7 ; seul Gerbert est en cause :

  • 8 GM, v. 11454-7.

Ensorquetot, ne voz en quier mentir,
Ne penrai fame,par verté le voz di,
Sanz le congié l'empereor Pepin,
Et sanz le los la franche empreiz…8

7En fait, le mariage aura lieu sans que ces louables intentions aient été concrétisées, et Gerbert, de ce jour, se montrera tout à fait indépendant du roi de France.

8En ce qui concerne Anséis on peut hésiter, car, au moment de la première invasion sarrasine à laquelle il doit faire face, il envoie un messager demander du secours au roi de France, et cet envoyé s'appuie, pour obtenir l'aide nécessaire, sur une prétendue vassalité d'Anséis :

  • 9 GM, v. 3523-5 et 3527-9.

Il est vostre hom, s'en tient son chasemant.
Guerre li font li Saine et li Lucant,
Et li Pullain et li Venicïan.
………
Si voz requiert que li soiez aidant.
Se ne le faites, sachiez certainement
Jamais de voz ne tenra chasemant.9

9Cette déclaration de dépendance est à vrai dire unique ; et elle n'entraîne aucune conséquence pratique : le roi élude la demande de secours, et on n'assiste pour autant ni à un défi, ni à un reniement d'hommage ; plus tard, Anséis prend librement et sans en référer à quiconque les dispositions qui lui conviennent pour marier sa fille et s'assurer un successeur. Le passage isolé que nous venons de citer n'est donc pas autre chose qu'une allusion formelle à la tradition ancienne de la chanson de geste, celle qui confond en une seule et même personne le roi de France et le chef temporel de la chrétienté ; au nom de cette même conception archaïque, Pépin est quelquefois nommé également l'"emperere Pepin", alors que manifestement rien dans son rôle ne correspond à cette désiqnation.

10La chanson représente donc le royaume de France comme un royaume parmi d'autres, et son roi comme sans autorité sur les autres souverains ses voisins ; ce n'est pas là une présentation nouvelle : il en était déjà ainsi dans Garin le Loheren, et d'ailleurs dans la plupart des chansons de geste.

***

  • 10 L'idée du retour possible pour un pays à un statut perdu de royaume apparaît dans Huon de Bordeaux(...)
  • 11 GM, v. 11481-4.

11La présence de ces deux rois dans la chanson est essentiellement conçue en fonction des Lorrains ; ceux-ci s'illustrent à leur service, et surtout, par d'opportuns mariages, ils deviennent les successeurs des rois qu'ils ont servis et sauvés. La fonction royale est donc conçue ici comme héréditaire : on ne crée ni roi ni royaume10 : Gérin, le fils de Bègues de Belin, va régner à Cologne, après une première étape où Anséis lui rend le duché de Metz ; quant à Gerbert, qui avait d'abord refusé le mariage et le fief que Gérin prend à sa place, il finit, non sans réticence, par accepter le royaume de Gascogne11. Une fois roi, ce héros se livre à toute une suite de conquêtes, par lesquelles il arrache aux Sarrasins tout le Midi de la France, accroissant d'autant le territoire sur lequel il étend son autorité.

12Cet aboutissement du destin des héros est peu habituel dans la chanson de geste et mérite qu'on s'y arrête, d'autant plus que le poète s'est ingénié à marquer ce qu'il y a d'insolite, pour des héros épiques, dans ce changement de statut et de fonction. La contradiction entre la vocation héroïque et l'exercice du pouvoir royal est si fortement ressentie que le personnage principal du poème, Gerbert, est presque un roi malgré lui ; en effet, une première fois, il refuse femme et royaume - quand Anséis, vainqueur des païens grâce à lui, lui offre sa fille et lui promet sa succession - en des termes qui situent clairement le choix qu'il a à faire, choix entre une destinée prestigieuse et la fidèlité à son lignage :

  • 12 GM, v. 4494-500.

El ai à faire, sire, Gerbers a dit,
Que fame à prendre, ne tel plait a bastir,
Tant com moi membre d'Ernaut le Poitevin
Et de mes homes que je laisai aussi
En Geronville, enserrez et assis ;
Si les destraint Fromont li posteïs
Que li miens cuers en est forment marris.12

13Les tâches évoquées ici, ce sont celles auxquelles se consacrent traditionnellement pour une large part, sinon en totalité, tous les héros de chansons de geste : ils appartiennent d'abord à leur lignage, et sa sauvegarde, son honneur, la vengeance quand il a été atteint, constituent toujours une de leurs préoccupations essentielles. Gerbert refuse de s'arracher à cette collectivité, fût-ce pour d'autres grandeurs et plus de puissance.

14Mais l'opposition la plus intéressante est celle qui se dessine plus tard, à nouveau au sujet d'un projet de mariage formé pour Gerbert ; nous avons dit en effet qu'il n'épouse pas la fille du roi de Cologne : après des fiançailles en quelque sorte forcées où son cousin Gérin s'est engagé en son nom et malgré lui, Gerbert a réitéré son refus, et la royale fiancée a dû se contenter de Gérin comme époux. Gerbert est donc encore libre quand il va combattre les Sarrasins en Gascogne, et il se voit offrir la fille du roi Yon ; son premier mouvement est de refuser à nouveau, et voici comment son cousin, tout en cherchant à le convaincre d'accepter, commente ses réticences :

  • 13 GM, v. 11448-51.

Cousins, dist il, mervoelles avez dit ;
Dus ne voez estre, rois ne voez devenir
De vostre pris tel chevalier ne vi ;
De ta proece ne te puez alentir…13

  • 14 Dans Gerbert, en effet, les possessions des trois cousins lorrains sont réduites à Gironville, ter (...)

15Et Gerbert réenchérit en évoquant tous les devoirs et toutes les fidèlités qui, traditionnellement, motivent les conduites héroïques des vassaux dans la littérature épique : service du souverain, et, à nouveau, solidarité lignagère. On voit donc ici se dessiner une opposition morale entre la prouesse, qui est ressentie comme liée au statut de vassal - peut-être même de "bachelier", c'est-à-dire de guerrier non encore nanti14 -et la grandeur royale ; on reconnaît là, transposée dans l'histoire d'un individu, l'opposition qui existe ailleurs entre les deux personnages du roi et du vassal à l'intérieur d'un récit : le roi, on le sait, dans beaucoup de chansons de geste, demeure à l'arrière-plan, ses fidèles combattant pour lui et assumant toutes les tâches héroïques. Gerbert, au moment où les circonstances l'amènent à changer de rôle, refuse, non pas le titre de roi en tant que tel, mais bien plutôt le rôle effacé et peu prestigieux qui est celui des rois de la chanson de geste ; il veut rester héroïque, ne pas cesser de poursuivre la série de ses exploits.

16Toutefois, et ceci est tout à fait remarquable, parce que sur ce point la chanson de Gerbert de Mez innove, le goût de la prouesse cède le pas, finalement, à des considérations plus réalistes : le pouvoir royal, la puissance territoriale et la richesse d'un souverain ne sont pas à dédaigner ; Gérin le faisait déjà ressortir au moment où se débattait le mariage de Gerbert avec la fille d'Anséis :

  • 15 GM, v. 4504-5.

Ja n'as tu tant o mors puisses gésir
Et ceste est fille au fort roi Anséis15,

17c'est-à-dire, elle t'apportera terre et puissance ; et plus tard, avec succès cette fois, puisque Gerbert se laissera persuader, il développera les avantages de la position de roi de Gascogne :

  • 16 GM, v. 11462-5 et 11471-3.

Se tu es riches et rois poesteïz
Jusqu'a Bordiax justice le païs :
Cant le sara la roïne gentiz,
Cuides tu donc que t'en doie haïr ?
………
A Geronville iert Hernauz li hardiz,
Molt sera liez, cant seras prés de li
Miex en tenra sa terre et son pais…16

18En raison de ces moyens considérables, le roi est donc plus capable que quiconque d'accomplir les tâches que Gerbert continue à se fixer : rien n'empêche dès lors de concevoir et de proposer un modèle de royauté héroïque ; Gérin n'y manque pas :

  • 17 GM, v. 11466-70.

Se tu voez guerre, a bon port t'en est pris ;
Voiz Terrascone, qui est molt pres de ci,
Qui devroit estre du fief de cest païs.
Gueroier puez desor les Sarrasins,
Crestïenté essaucier a toz diz.17

19Et Gerbert réalisera ce modèle dans la dernière partie de la chanson, en défendant la chrétienté, en conquérant et en convertissant des terres païennes à travers tout le Midi de la France, supposé musulman et en proie aux dévastations sarrasines : on croit revoir Guillaume d'Orange, mais Guillaume délié de toute sujétion au roi de France, ne faisant allégeance à personne pour ces nouvelles possessions.

  • 18 La guerre renaîtra sans doute ; mais Gerbert utilise à ce moment un procédé détourné pour assouvir (...)

20Par surcroît, l'accession de Gerbert à la royauté établit un ordre dans lequel la suprématie lorraine et la paix entre les lignages autrefois rivaux semble plus solidement assurée que par le passé : Fromont, vassal du roi Gerbert, semble bien renoncer définitivement à toute initiative de conflit : ne deviendrait-il pas, s'il renouvelait la guerre, un révolté, avec tout ce que cela comporte de monstrueux18 ? Il paraît de même peu concevable que celui qu'on appelle désormais le roi Gerbert prenne l'initiative de la guerre contre un vassal qui ne viole pas ses engagements. Quant à Gérin, roi de Cologne, il demeure également fidèle à sa vocation héroïque en secondant Gerbert dans toutes ses luttes contre les païens, bien que cette fidèlité l'entraîne fort loin de son propre royaume.

  • 19 L. Génicot, Le xiii° siècle européen, (Nouvelle Clio), Paris, PUF, 1955, pp. 165.

21Toutes ces données du poème, qui s'expriment au cours du récit de l'accession des héros à la royauté, nous paraissent manifester d'abord la conscience que le pouvoir royal est le pouvoir le plus considérable, le seul qui donne à la fois prestige et puissance ; d'autre part, on voit s'établir un lien entre royauté et héroïsme, essentiellement dans le cadre des tâches de Croisade, où l'institution royale trouve son sens et sa finalité dans la défense et l'accroissement de la chrétienté. La première idée est plus nouvelle dans la tradition de la chanson de geste que ne l'est la seconde : ni Roland ni Guillaume n'eussent songé à briguer quelque royaume ; on peut supposer que cette nouvelle vision des choses est en relation avec ce fait essentiel du xiii° siècle qu'est, en France surtout, la montée de la monarchie, qui s'affirme comme un pouvoir bien supérieur, en pratique et en théorie, à tous les autres19 : quoi de plus naturel, dès lors, que de la voir devenir, en littérature, la plus haute destinée que puisse connaître un héros ?

  • 20 Le Couronnement de Louis, éd. Langlois, (CFMA, 22), Paris, Champion, 1965, v. 76-77.

22Quant à l'idéal de Croisade réalisé ici par les rois héros Gerbert et Gérin, il nous paraît au contraire archaïsant et d'origine surtout littéraire : "Crestïenté essaucier", comme le dit notre texte, c'était déjà la tâche à laquelle se dévouait tout entier, malgré sa lassitude, le Charlemagne de la Chanson de Roland ; c'est aussi une de celles que se voit assigner son indigne successeur dans le Couronnement de Louis20. Rien de plus naturel dès lors que d'en faire le symbole même de la royauté héroïque exercée par des personnages idéalisés : alors même que les rois réels se détournent de cette cause, au profit d'intérêts plus urgents, Gerbert et Gérin, rois de pure fiction, demeurent au service de cette cause qui donne sa dimension héroïque à leur royauté.

***

23Mais avant d'être rois eux-mêmes, et d'échapper ainsi, au moins en partie, à l'univers des conflits féodaux, les héros lorrains ont été les vassaux de Pépin, roi de France, au même titre que leurs ennemis les Bordelais, et toute la première partie du poème ménage un rôle important au roi de France : en effet, le poète représente le conflit des Lorrains et des Bordelais de telle façon qu'en fait, l'issue ne peut venir que de l'intervention de Pépin ; les Lorrains, isolés dans leur forteresse de Gironville, presque sans ressources en face de l'opulence de leurs adversaires, ont besoin de l'appui royal, et Pépin a donc une position déterminante dans le conflit.

24Personnage important dans l'action, Pépin n'est pas pour autant peint de façon flatteuse ; défauts et faiblesses s'accumulent pour le caractériser ; comme le Charlemagne de beaucoup de poèmes tardifs, c'est un vieillard las et peu enclin à l'action ; la reine dit de lui :

  • 21 GM, v. 9571-2.

Molt afebloie Pepins de ses vertus.
De ses proeces est assez remanuz…21,

25et il proclame lui-même ouvertement sa lassitude, maudissant la guerre des Lorrains et des Bordelais et refusant d'intervenir :

  • 22 GM, v. 8454-6. Une justification chronologique est ici donnée, on le voit, pour rendre compte de l (...)

As. C. dīables ceste guerre commant
Cant commença, si estīons enfant ;
Des ore somes et chanu et tot blanc22.

  • 23 GM, v. 9494-9540.

26Dans l'évocation de ce roi sans vertu guerrière, qui élude par tous les moyens l'obligation d'aider ses vassaux ou d'autres souverains chrétiens aux prises avec les païens, le poème prend parfois un ton vraiment caricatural : ainsi quand Pépin, craignant que ses vassaux lorrains ne le sollicitent d'intervenir, se barricade dans ses chambres et leur fait refuser l'entrée par son chambellan23. En général, toutefois, il les accueille, mais leur refuse tout appui, oublieux des services que lui a rendus leur famille ; voici par exemple sa réponse à Gerbert venu chercher du secours pour Gironville :

  • 24 GM, v. 3394-408.

Lors a Pepin laschement respondu.
LXIII
Sire Gerbers, ce dist Pepins li rois,
Li dus Garins me donna mal consoil
Cant li fremai chastel en Bordelois
El fié Fromont, qui de s'onor estoit,
Dedenz la terre e maugré son de fois.
Laissiez ester ; ja a lui ne garroiz.
En c est pais remanez avoec moi.
Je voz donrai terre que voz tenroiz ;
Et dist Gerins : Gerbers, oez du roi !
Servez le bien, que ja preu n'en aroiz.24

  • 25 GM, v. 3530-80.

27Il est aussi peu soucieux des tâches de Croisade, et refuse son aide à Anséis contre les Sarrasins : les Lorrains, équipés par la reine, remplaceront dans cette circonstance le roi qui méconnaît ses devoirs de défenseur de la chrétienté25.

  • 26 GM, v. 3220-1 et passim.

28La cupidité qui lui est attribuée rapproche aussi Pépin du Charlemagne indigne de beaucoup de chansons tardives : comme lui, il accueille volontiers les présents, et il est facile de gagner ses faveurs ou d'influer sur ses décisions par ce moyen : les Bordelais le persuadent ainsi, en amenant à la cour un convoi de mulets chargés d'or et d'argent, de rester neutre dans le conflit qui les oppose aux Lorrains ; ces derniers ne peuvent recourir aux mêmes arguments, au demeurant indignes d'eux, car ils sont représentés comme pauvres et démunis26.

29A ces deux défauts, le roi de France joint encore une lamentable faiblesse de caractère, qui se traduit en hésitations et en manque d'autorité : sans initiative propre, sans politique déterminée, indécis entre les deux lignages qui s'affrontent, il prend successivement, sous l'influence tantôt de l'un, tantôt de l'autre, des décisions contradictoires : quand il agit bien, c'est toujours presque sous une contrainte que lui imposent la reine et ses amis :

  • 27 GM, v. 5874-7.

Tant l'a Gerbers et semons et hastez,
Et la roïne o le viaire cler
Li a tant dit et proié et noté
Que sa gent a par sa terre mandé27.

  • 28 GM, v. 5896-105.

30De ce fait, non seulement le châtiment des vassaux indociles tarde, mais la cour et le tribunal royal sont le théâtre de scènes scandaleuses ; Fromont traite la reine de femme adultère devant son époux et en pleine cour, et le roi réagit à peine à cet outrage ; Fromont, encore lui, lors d'un duel judiciaire ordonné par le roi, place ses hommes en embuscade auprès du champ clos, et ils font irruption avant qu'intervienne la fin de la bataille, interrompant la procédure, bafouant ainsi l'autorité royale28 : or Pépin ne fait même pas mine de châtier les coupables. La cour est même troublée par de véritables mêlées : la présence du roi n'empêche pas des scènes brutales et déshonorantes pour le souverain, qui a le plus grand mal à arrêter les adversaires, même en les menaçant des plus rudes sanctions :

  • 29 GM, v. 4746, 4750, 4759-60, 4763, 4777-8.

Gerbert le fiert sor le nés une fois
Desous la goule, ou li mantiaus estoit.
….
Tout estendu l'abat as piés le roi.
….
Il s'entredonent de lor puins grans colees,
Li quens Gerins une barre a trovee
….
Cui il en fiert, sor les piés n'a durée
….
Nostre emperere fu forment aīres
Icele chose li torna a viltés…29

31Portrait peu flatté, on le voit ! Cependant ces scènes et ces traits trouvent un correctif en d'autres passages de la chanson : ailleurs, le roi de France sait se montrer digne de sa charge, et assume pleinement les responsabilités qui sont les siennes. Dès le moment où il se comporte ainsi, son autorité royale et la puissance dont il dispose font que c'est son intervention qui détermine le cours des événements. Il est en effet reconnu comme le plus haut personnage de la hiérarchie féodale, arbitre des conflits qui peuvent opposer ses vassaux : son tribunal et sa puissance militaire sont les instruments de cet arbitrage.

  • 30 GM, v. 10116-10345.
  • 31 GM, v. 10596-10616.

32Sur le plan de la fonction judiciaire, il convient d'opposer au duel judiciaire interrompu et par conséquent vain des vers 4740 et suivants la scène où le tribunal royal prononce contre Fromondin, l'héritier bordelais, un jugement qui tranche enfin en droit le différend entre les deux lignages ; ce jugement intervient par la volonté expresse de Gerbert, qui a vaincu Fromondin en bataille rangée et en combat singulier30, mais qui estime que c'est au roi de France de prononcer sur le sort du vaincu et de sanctionner le bon droit des Lorrains31 : il reconnaît par là l'importance d'une décision de la cour royale, puisqu'il admet, en quelque sorte, que sa victoire a besoin d'être entérinée en droit devant cette instance. Et pour donner toute sa valeur à cette sentence, le poète détaille longuement la procédure : Gerbert présente son adversaire devant la Cour, et déclare :

  • 32 GM, v. 10614-16. On peut noter aussi que les allusions à l'activité judiciaire du roi de France so (...)

Mon droit en faites et le vostre ensemant
Si que vers Dieu vos tort a sauvemant
Que n'en aiez blasme de nule jant32.

  • 33 cf. note 18.

33Le roi appelle alors solennellement ses barons à se réunir pour former le tribunal, et les invite à dire le droit : chacun ayant donné son avis à son tour, l'un des barons formule la sentence et le roi 1'exécute et s'en porte garant : comme la cour vient d'en décider, il remet Fromont à Gerbert, envers qui il a forfait. Cette décision, si elle ne marque pas la fin des dissensions et des voies de fait33, donne une base juridique, reconnue valable, pour terminer enfin la guerre.

  • 34 GM, v. 6842-7495 et 10755-11211.

34Malgré la réticence qu'il manifeste souvent à s'engager dans des guerres, le roi dispose aussi d'une considérable puissance militaire, dont l'intervention apparaît à deux reprises comme déterminante, contrairement à la perspective la plus habituelle dans la chanson de geste, où conquêtes, défense du royaume et guerres privées font intervenir essentiellement la vaillance et la force militaire des vassaux. Quand Pépin décide enfin de se ranger aux côtés de Gerbert, ses armées emportent immédiatement la décision dans cette guerre depuis si longtemps indécise. Et lors du retour offensif du traître Fromont, qui ramène d'"Aufrique", où il s'était enfui, une armée d'invasion sarrasine, la prompte riposte militaire du roi aboutit immédiatement à la libération des territoires envahis par les Infidèles qui essuient une terrible défaite34.

  • 35 G. Fourquin, Seigneurie et féodalité au Moyen-Age, Paris, PUF, 1970, p. 125.
  • 36 GM, v. 9070. La saisie de Bordeaux est racontée aux v. 5889-930.

35L'idée que le poète se fait de la nature et de l'étendue du pouvoir royal sur les vassaux l'amène même à figurer une sanction bien connue du droit féodal à 1'égard du vassal indocile, mais peu représentée en littérature : la saisie féodale35. En réponse à diverses forfaitures du Bordelais Fromont, qui, en particulier, "du roi Yon a retenu s' "onor"36, le roi gagne Bordeaux à la tête de ses troupes, occupe la ville, confisquant ainsi le fief du vassal qui n'a pas été fidèle à ses engagements envers le roi son seigneur. Cette saisie concrétise dans le récit et le rôle juridique du roi, et la puissance militaire qui permet à ses droit de seigneur et de juge de ne pas rester lettre morte.

36Le personnage du roi de France est donc, dans Gerbert de Mez, une composition complexe, caractérisée par des traits contradictoires ; grâce aux institutions monarchiques, c'est un roi qui joue un rôle capital dans le fonctionnement de la féodalité ; mais des faiblesses personnelles l'empêchent trop souvent d'assumer ses responsabilités. En raison même de son importance, son abstention, sa passivité sont néfastes ; mais elles ne sont pas permanentes, et dès lors que, bien conseillé, il prend le parti d'agir, ses interventions sont déterminantes et bénéfiques. Toutefois, l'action royale, dans son cas, est orientée tout autrement que celle des héros rois qu'exalte la fin du poème : le roi de France n'est pas un roi conquérant, il est entièrement absorbé par les conflits de ses vassaux ; il ne se bat que pour garantir l'ordre intérieur, ou dans des guerres de défense. Alors que Gerbert et Gérin, croisés et conquérants, sont l'incarnation d'un mythe et d'un idéal, Pépin est bien plus proche du roi de France dans sa réalité historique et politique.

***

37A quelles conclusions nous conduit cette analyse ? Nous avons indiqué, chemin faisant, que deux représentations de la monarchie coexistent dans le poème : toutes deux sont autorisées par la tradition épique, et c'est bien la marque d'une chanson tardive que de pouvoir ainsi mêler des conceptions d'âge et d'origine différents. Mais ce qui paraît caractéristique de Gerbert de Mez, c'est que, conquérante et héroïque aussi bien que féodale, la fonction royale apparaît toujours comme prestigieuse : à travers l'ascension insolite à la royauté de héros féodaux comme par la peinture d'un roi imparfait mais puissant et agissant, on perçoit l'idée que seul le pouvoir royal est apte à certaines grandes tâches, qu'il a un rôle capital dans le monde politique féodal, et qu'il constitue la forme la plus haute et comme la consécration de la grandeur aristocratique. Pour que la prouesse puisse atteindre sa vraie dimension et produire tous ses résultats, il convient que le personnage héroïque dispose de la puissance royale ; pour que la guerre féodale trouve sa solution, et que la paix intérieure règne enfin, pour que soit défendu le royaume, il est nécessaire que celui qui dispose de la puissance monarchique soit à la hauteur de ses tâches, car il est l'arbitre de droit et de fait des litiges entre ses vassaux.

38Ces conceptions, et principalement la personnalité et le rôle du roi de France distinguent nettement Gerbert de Mez de Garin le Loheren, qu'il continue en apparence ; on sait de reste que la démarche cyclique n'implique pas, d'un poème à l'autre, les mêmes représentations, ni une logique narrative rigoureuse. Alors que le roi de Garin le Loheren était un enfant, puis un jeune homme, indécis et faible, proie désignée des mauvais conseillers, le Pépin de Gerbert de Mez, avec son grand âge, son avarice, ressemble davantage au Charlemagne de beaucoup de chansons tardives. Mais surtout. Pépin dans Garin n'a aucune autorité, son pouvoir est faible, son rôle militaire inexistant, et la querelle féodale se développe, pour l'essentiel, tout à fait en dehors de lui : tout au plus lui arrive-t-il de la raviver par des décisions intempestives et de malencontreuses faveurs accordées à l'un ou l'autre des partis rivaux. Cette incapacité royale s'efface dans une large mesure, nous l'avons dit, dans Gerbert.

  • 37 L'Histoire poétique de Charlemagne fait ressortir la dégénérescence de l'image impériale dans les (...)
  • 38 K.H. Bender, König und Vasall (Studia Romanica, 13) Heidelberg, Winter, 1967.
  • 39 K.H. Bender, Les métamorphoses de la royauté de Charlemagne dans les premières épopées franco-ital (...)

39Si, élargissant la perspective, on cherche à situer la conception que nous avons définie par rapport aux représantations politiques qu'offre par ailleurs la tradition épique, force est de constater qu'elle ne trouve pas sa place dans le cadre tracé anciennement par G. Paris37, ni dans le schéma, plus récent et plus précis, proposé par K.H. Bender38. Pour l'un comme pour l'autre, en effet, le personnage royal est peint avec des couleurs de en plus noires à mesure que l'on avance dans l'évolution de la chanson de geste. Et le critique allemand, qui toutefois, il faut le dire, arrête son étude à la fin du xii° siècle, propose de cette constatation une explication historique : "L'idéal, écrit-il, conçu au moment de la plus grande faiblesse de la royauté historique, se change en un anti-idéal au moment où la royauté historique atteint l'apogée de sa puissance."39. Un texte comme celui que nous venons d'étudier témoigne de tout autres tendances : pour quelles raisons, littéraires ou historiques, un examen de tous les aspects du texte et une confrontation avec d'autres productions du xiii° siècle permettraient seuls de formuler des théories à ce sujet. Une hypothèse à considérer est la possibilité que, au cours du xiii° siècle, l'affermissement du pouvoir monarchique ait entraîné, en fin de compte, un tel changement dans les idées et les représentations qu'une figuration totalement critique du personnage royal devenait impossible. Mais il faudrait la contrôler par l'étude des conceptions politiques dans d'autres textes épiques contemporains ou postérieurs. Quoi qu'il en soit, dans Gerbert, l'organisation du récit, avec le rôle central donné au roi dans le conflit des lignages, est tout à fait originale, et c'est à la nouvelle manière dont le roi de France est représenté que tient essentiellement ce renouvellement de la conception de l'intrigue.

Notes

1 Le texte sera cité d'après l'édition P. Taylor, Gerbert de Mez, Namur, 1952 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, II). Gerbert est le fils de Garin, héros de la chanson qui porte son nom et dont Gerbert de Mez est la continuation ; Gérin, et son frère Hernaut, dit le Poitevin, sont les fils de Bègues de Belin, frère de Garin.

2 GM, Table des noms propres, p. 419.

3 Il joue, on le sait, un rôle important dans Renaut de Montauban.

4 GM, v. 5259-65, et passim.

5 GM, v. 11215-515.

6 Au moins au dire de l'empereur, qui lui réclame Ogier réfugié à sa cour (La Chevalerie Ogier, éd. M. Eusebi, Milano-Varese, Istituto Editoriale Cisalpino, 1963, v. 4100-145).

7 J. Subrenat, Etude sur Gaydon, Editions de l'Université de Provence, 1974, p. 333.

8 GM, v. 11454-7.

9 GM, v. 3523-5 et 3527-9.

10 L'idée du retour possible pour un pays à un statut perdu de royaume apparaît dans Huon de Bordeaux, où le héros est informé que son duché était autrefois royaume, par un personnage qui lui déclare :
En vostre tere vi jou ja roiauté (v. 3126 de l'édition Ruelle),
et répond en affirmant :
Mais se je puis revenir el rené encore ert cou roiaumes apelés (v. 3132-3).
Restauration ici, mais non institution d'un royaume.

11 GM, v. 11481-4.

12 GM, v. 4494-500.

13 GM, v. 11448-51.

14 Dans Gerbert, en effet, les possessions des trois cousins lorrains sont réduites à Gironville, territoire insuffisant pour eux trois : Hernaut sera mis en possession de la forteresse, Gerbert et Gerin, comme des vassaux sans fief, cherchent fortune auprès de souverains qui ont besoin d'aide militaire et peuvent les récompenser de leurs services (Sur la valeur du terme "bacheliers", cf. le début du Charroi de Nîmes, et et G. Duby, Au xii° siècle, les "jeunes" dans la société aristocratique. Annales ESC, 1964, pp. 835-46).

15 GM, v. 4504-5.

16 GM, v. 11462-5 et 11471-3.

17 GM, v. 11466-70.

18 La guerre renaîtra sans doute ; mais Gerbert utilise à ce moment un procédé détourné pour assouvir sa haine persistante (il offre à boire à Fromondin dans une coupe faite du crâne de son propre père, dissimulé sous l'or des pierreries) : ceci sans doute pour remplacer les actes d'hostilité ouverte auxquels, roi, il ne peut plus se livrer.

19 L. Génicot, Le xiii° siècle européen, (Nouvelle Clio), Paris, PUF, 1955, pp. 165.

20 Le Couronnement de Louis, éd. Langlois, (CFMA, 22), Paris, Champion, 1965, v. 76-77.

21 GM, v. 9571-2.

22 GM, v. 8454-6. Une justification chronologique est ici donnée, on le voit, pour rendre compte de la substitution d'un vieillard au roi jeune de Garin le Loheren.

23 GM, v. 9494-9540.

24 GM, v. 3394-408.

25 GM, v. 3530-80.

26 GM, v. 3220-1 et passim.

27 GM, v. 5874-7.

28 GM, v. 5896-105.

29 GM, v. 4746, 4750, 4759-60, 4763, 4777-8.

30 GM, v. 10116-10345.

31 GM, v. 10596-10616.

32 GM, v. 10614-16. On peut noter aussi que les allusions à l'activité judiciaire du roi de France sont relativement fréquentes dans le texte : les déplacements de sa cour itinérante sont justifiés par la nécessité de régler des différends entre vassaux et d'obtenir la paix par jugement ou arbitrage (GM, v. 2935-6, 4577-8). La cour royale est représentée toujours abondamment garnie d'ecclésiastiques et de barons qui diront le droit et manifestent que Pépin est le souverain féodal suprême.

33 cf. note 18.

34 GM, v. 6842-7495 et 10755-11211.

35 G. Fourquin, Seigneurie et féodalité au Moyen-Age, Paris, PUF, 1970, p. 125.

36 GM, v. 9070. La saisie de Bordeaux est racontée aux v. 5889-930.

37 L'Histoire poétique de Charlemagne fait ressortir la dégénérescence de l'image impériale dans les chansons tardives.

38 K.H. Bender, König und Vasall (Studia Romanica, 13) Heidelberg, Winter, 1967.

39 K.H. Bender, Les métamorphoses de la royauté de Charlemagne dans les premières épopées franco-italiennes, Cultura Neolatina, tome XXXI, 1961, p. 165.

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter