Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Âge

Le gout de la violence dans l'épopée médiévale

Micheline de Combarieu

Texte intégral

LA VIOLENCE ET LA GUERRE

  • 1 L'ensemble de cet article est redevable à P. Rousset. Recherches sur 1'émotivité à 1'époque romane(...)

1La violence constitue la réalité première de l'épopée. On peut déplorer certains de ses aspects, chercher à la canaliser ; tout le reste ne s'en ordonne pas moins par rapport à cette donnée fondamentale et incontestée1.

  • 2 J. Rychner. La chanson de geste, essai sur l'art épique des jongleurs. Genève, droz, 1955.
  • 3 L'expression est de C. Péguy
  • 4 Couronnement de Louis, Moniage Guillaume 1 et 2.
  • 5 Aliscans, Le Covenant Vivien.

2Comme l'épopée est une histoire à la fois individuelle et collective, cette violence s'exercera dans la guerre sous la double forme de la bataille rangée et du combat singulier. C'était déjà le cas dans l'épopée homérique : 1'Iliade, après avoir évoqué les combats des Troyens contre les Grecs, centre le récit autour du duel d'Hector et d'Achille ; ce l'est encore aujourd'hui dans cette épopée moderne et américaine qu'est le western : la charge des Indiens contre le convoi postal ou la diligence, dans La Chevauchée fantastique, a pris la place de la "bataille champel" : les. Sioux de John Ford ont les mêmes figures cruelles et bestiales que les Sarrasins de Turold ; et, comme eux, ils choisissent un défilé qui n'est pas sans rappeler Roncevaux pour écraser de leur masse une troupe réduite. Quant au combat singulier, ceux qui ont vu Le train sifflera trois fois, ont reconnu dans son shérif abandonné à lui-même, à son pistolet et à Dieu, en face de trois repris de justice, Guillaume en face du géant Corsolt, dans Le Couronnement de Louis, abandonné à Dieu, à son épée et à lui-même. Les ressorts de l'émotion sont les mêmes chez l'auditeur et le spectateur : l'inquiétude que l'on éprouve pour le héros, défenseur d'une juste cause, hasardé en un combat décisif et inégal. Ce sont là les séquences ou les passages attendus : morceaux de bravoure, au double sens du terme. Ils constituent le point culminant de l'histoire, que l'on attend depuis le début du récit. Comme il s'agit en somme de scènes "obligées c'est là aussi qu'on rencontre le plus d'éléments stéréotypés, eux-mêmes bâtis à l'aide de clichés2. Pour la bataille rangé par exemple, ce sera 1'énumération parallèle des corps de bataille et les exhortations des chefs avant la bataille ; puis la description des brefs engagements singuliers dont elle se compose : la technique d'Homère et celle de Turold sont semblables sur ce point. Pour le combat singulier, ce seront la description de l'armement des combattants sans oublier l'origine étrangère ou étrange de leurs armes, l'interpellation et le défi avant le combat, puis l'échange symétrique des coups ; après la bataille, ce sera le thrêne ou le "planctus" sur les corps des compagnons morts. Il n'y a rien là en somme que de sain. La reconnaissance d'abord que "le temporel est essentiellement militaire"3, et les conséquences nécessaires de ce fait : que la force doit être cultivée comme un instrument, parce qu'elle est le seul moyen, dans le contexte épique, de faire respecter le droit. Ce que l'on attend d'abord du shérif, qui s'appelle "La Loi", c'est qu'il frappe fort, qu'il tire vite et bien. Et l'on n'attend pas autre chose, mais avec d'autres armes, du jeune chevalier s Guillaume, le champion de la monarchie4, l'est d'abord dans la mesure où il est celui qui, du poing ou de l'épée, défait tous les ennemis de Louis : Corsolt, Richard de Rouen, Acelin, Gui d'Allemagne : sa fidélité passe par la démonstration de sa force ; c'est aussi dans cette perspective que s'explique en partie le vœu du jeune Vivien5 de ne pas reculer d'une longueur de lance devant un musulman : la fidélité à Dieu comprend en quelque sorte cette obligation d'être physiquement le plus fort.

VIOLENCE ET CRUAUTE

3Cette valorisation de la force n'est pas moralement sans risques. Elle aboutit parfois à l'emploi de la force pour le plaisir et sans l'utilité ; ou pour l'utilité, mais égoïste et tyranique, sans l'idée du service : n'est-ce pas une façon de définir la cruauté ? Nous en reconnaîtrons l'existence chaque fois qu'il y a raffinement dans les procédés, plaisir dans l'exécution ou exécution pour le plaisir de faire mal : chaque fois en somme que la violence, de moyen, est devenue fin.

  • 6 Ce dernier coup est déjà mythologique pour le jongleur lui-même, puisqu'il est la matière du gab d (...)
  • 7 C'est une autre sorte de gab.
  • 8 Par exemple, Gaufrey, vv. 2543-7

4Ces exemples sont d'ailleurs peu nombreux, par rapport au nombre des textes considérés. Certes, le jongleur se plaît à détailler les coups "hénaurmes" portés par ses héros : le décervelage de l'adversaire, l'exécution du cheval en même temps que du cavalier sont monnaie courante6. Il met parfois dans la bouche de ses héros de sanglantes plaisanteries7 : le héros s'apprêtant à scalper - c'est le mot juste - un de ses adversaires, le menace de le coiffer d'un chaperon de cardinal8. Mais ce sont là jeux de mots.

5Ce qui est fréquent, c'est la violence, non la cruauté. Mais certains exemples montrent bien comment on passe facilement de l'une à l'autre : la violence, lorsqu'elle s'exerce non contre des égaux, mais contre des individus faibles ou désarmés, n'est-elle pas déjà une des formes de la cruauté ?

  • 9 On en trouvera plusieurs exemples in P. Jonin. Pages épiques 2. pp. 111-5 ; p. 140 ; pp. 163-6. Pa (...)
  • 10 On peut citer, à titre d'exemple, l'attitude menaçante de Charles envers frère Bourmont, messager (...)
  • 11 Dans Garin le Lorrain, Fromont accueille un messager de Pépin en lançant un couteau sur lui ; il m (...)

6Le messager est l'un de ces personnages au moins momentanément désarmé et en état d'infériorité9. Nombreuses sont les chansons qui insistent sur les dangers de ce rôle ; il ne s'agit pas tant des risques courus à traverser les lignes et le pays ennemi que de la perspective de l'accueil fait par celui à qui le message s'adresse. C'est par crainte de Marsile que Ganelon, dans le Roland, est furieux d'avoir été choisi. D'autres textes nous les montrent formellement mal accueillis10, ce qui veut dire, parfois, d'un coup de couteau11. On comprend que Ganelon ait cru que Roland voulait se débarrasser de lui en le proposant comme ambassadeur.

  • 12 Les Narbonnais XIV. La chanson date de 1210 environ.
  • 13 Mais un des jeunes gens prend la défense de sa mère, insulte son père et le menace de son épée.

7De même, avec les femmes, la brutalité va vite jusqu'aux voies de fait. Aymeri de Narbonne12 s'emporte jusqu'à frapper sa femme Hermenjart parce qu'elle lui reproche la séparation d'avec ses fils qu'il lui impose et qui va laisser Narbonne sans autre défenseur que lui et son plus jeune fils. Les inquiétudes bien justifiées, et la tendresse maternelle de l'héroïne se voient payées d'une vigoureuse nasarde, qu'elle accepte d'ailleurs humblement13.

  • 14 Le texte est de la seconde moitié du xiiie siècle, - donc les mœurs ne vont pas s'adoucissant.

8Dans Doon de Mayence14, les choses vont beaucoup plus loin :

  • 15 Des scènes parallèles se déroulent dans Orson de Beauvais.

Après la disparition du comte Gui, le traître Herchembaut tente de violer la femme de Gui, laquelle ne manque pas de se défendre vigoureusement (vv. 167-9). Mais Herchembaut, plus fort malgré tout, la traîne par les cheveux dans tout le palais sans que personne semblé se soucier de ce qui se passe, et encore moins d'intervenir. Finalement, c'est Doon, le fils aîné de Gui, âgé de sept ans qui s'interpose, jurant comme son père devait le faire ; il a évidemment le dessous dans sa lutte avec Herchembaut. Celui-ci l'emmène de force avec ses deux frères et les remet tous trois à Salomon, en le chargeant de les noyer. Lui-même compte faire brûler, après jugement, la comtesse, contre qui il a porté une accusation calomnieuse, et s'approprier le fief (vv. 170 sq.).15

  • 16 CLXXXVIII.f.vv. 18-26

9Dans Les Narbonnais, Aymeri se voit amener deux espions pris sur le fait : il refuse l'argent qu'ils lui proposent pour avoir la vie sauve, voyant là une pratique honteuse16, mais il les mutile de sa propre main sans hésitation :

A chacun d'eus a une main copee,
Un œil crevé, la balevre copee,
Si que du nez leur a fait desevree,
Hors de la porte sont mis sanz arestee.
Criant s'en
ont comme beste esfree…

(Narbonnais. CLXXXVIII. vv. 28-31)

10Violence "pure" et intéressée se mêlent ici : le but d'Herchembaut, c'est le fief du disparu et Aymeri peut invoquer la valeur de l'exemple. Mais la cruauté apparaît dans les modalités d'action : la noyade et le bûcher ne sont pas indispensables là où la prison suffisait ; et la mutilation des espions n'est-elle pas plus féroce que l'exécution d'abord envisagée par Aymeri ?

11De même, la cruauté dans la conduite de la guerre vient renforcer la violence qui est la règle : de toute façon, on vit sur le pays, c'est-à-dire qu'on réquisitionne ou qu'on razzie la partie des récoltes qu'on n'a pas ravagée, mais on peut aller plus loin. La Destruction de Rome nous présente un émir qui donne ainsi ses ordres avant de partir en campagne :

"Garde que C.M. hommes soient moult tost arme
Pour gaitier le pais (et) de lonc et de le ;
N'i remeigne chastel(s), dongeon(s) ne fermete,
Moust(i)er(s) ne abbeie que ne soit enbrase,
Ne femme ne enffans qu'il n'ait le chief coupe ;
Gardes ke ledement soient diffigure.
Les nonnains et les moignes moult vilement mene…"
vv. 443-9

12Et ce beau programme va être soigneusement appliqué :

As nonnains ont jeu et fait lour volonté,
Puis toudrent les mameles chescon(e) du costé.
Quant trouvent femme grou(se) le corps li ont crevé
Et son petit enfant ont mort et enfondré.
vv. 470-3

  • 17 Cependant, dans l'ensemble de l'épopée, c'est à des musulmans que l'on attribue le plus de gestes (...)
  • 18 Raoul de Cambrai. LXX.

13Et ces atrocités ne sont pas l'apanage, comme on pourrait le croire, des Sarrasins17. Dans le même texte, les chrétiens ne se conduisent pas avec beaucoup plus de modération, et, dans le Covenant Vivien, le héros massacre sans distinction d'âge ni de sexe. Dans Raoul de Cambrai, le protagoniste fait brûler le couvent d'Origny et les bâtiments qui en dépendent, avec toutes les religieuses, sans plus d'hésitation que l'émir de La Destruction18.

  • 19 Jourdain de Blaivies vv. 1155-8

14La cruauté se manifeste sans nuances dans Jourdain de Blaivies. Elle apparaît d'abord sur le plan des coutumes, dans la mutilation, qui a une valeur de châtiment judiciaire, que Jourdain fait subir à Fromont. Quant à Fromont, il agit, lui, en homme personnellement cruel lorsque, furieux de cette mutilation infâmante, il imagine de mutiler à son tour de la même façon ceux qui l'entourent19. Ses chevaliers protestent et lui conseillent de s'en prendre plutôt aux vilains qu'il a l'habitude, criticable selon ses hommes, de prendre pour conseillers. Les serfs ont beau faire valoir qu'ils sont ainsi bien mal payés de leurs services, ils se retrouvent vite défigurés :

A bons coutiaus lor ont les nés copez
Jusques enz denz, les ont si atornez.
Diable samblent d'anfer deschainné.
vv. 1170-2

15Geste inutile et tyranique, - et il n'importe pas qu'ici ceux qui sont victimes du procédé aient été de fieffés coquins.

16Enfin, la cruauté, liée au macabre, apparaît dans certains épisodes, rares, de l'épopée. Il s'agit de vengeances qui prennent un caractère particulièrement horrible. Dans Garin le Lorrain, un duel judiciaire départage Bègue de Belin et Isoré ; Bègue a le dessus et abat son adversaire, mais il ne s'en tient pas là :

Ausi le fent con li lex fait brebis ;
Le cuer du ventre entre ses mains en prit,
Puis est venus en la cit de Paris,
Fiert en Guilliaume de Monclin enz o vis,
Puis li escrie con ja porrez oīr :
"Tenez, vassal le cuer de vostre ami,
Or le pœz et saler et rostir !
Onques Garins vers le roi ne mesprit."
LXXIII vv. 6527-34

17Un autre exemple se trouve encore dans la geste des Lorrains, dans Gerbert de Mes. Nous le résumons intégralement car il n'est pas sans poser de difficiles problèmes à tout esprit soucieux d'appréhender la cohérence du psychisme des héros épiques :

Fromont, le plus vieux représentant du lignage des Bordelais, est mort. Se trouvent devant sa tombe son fils Fromondin, et Gerbert, représentant du lignage opposé, celui des Lorrains ; ils se sont un moment alliés contre l'ennemi musulman. Gerbert attire l'attention de Fromondin sur le fait que son père a là une sépulture bien indigne de lui et il propose de faire faire à son vieil ennemi un beau tombeau. Fromondin remercie Gerbert ; à ce moment-là, tout lecteur pense que Gerbert n'a qu'une pensée de respect à l'égard du mort. Et d'ailleurs, en a-t-il lui-même une autre ? Il donne les ordres nécessaires à des maçons ; mais, voyant le squelette de Fromont, un projet étrange lui vient à l'esprit : il prélève la tête (le "hanepier") du mort :
"Car.i. coupe toute ovree a or mier
En ferai faire, dont Fromondins, li fier.
Me servira devant moi al mengier."
Fromondin, au cours du repas, boit lui-même à cette coupe macabre. Un chevalier qui assiste à la scène lui en révèle la provenance. Fromondin refuse d'abord de le croire :
"Trais, glox lichierres ! Dieus te puistcraventer !
Li rois Gerbers est molt jentis et ber,
Qui nel feroit por l'or d'une cité."
Cependant, il va interroger Gerbert. La réaction de ce dernier est peut-être ce qu'il y a de plus surprenant : on attend une dénégation ou, au contraire, de l'arrogance. Or, on a ceci :
"Gerbert l'entent, molt en fu aīré.

Si li respont par grant humilité :
"Fromondins, sire, cez por amor Dé !
Si m'eīt Dieus et la soie bonté.
Je ne le fis por nule malvaisté,
Ançois le fis par molt très grant chierté,
Por ce que tant a eü de bontez.

Comme ces "explications" paraissent inadmissibles à Fromondin, il rompt le lien vassalique qui l'unissait à Gerbert depuis leur réconciliation, et s'en va, après avoir défié celui-ci dans les règles. Les supplications de Gerbert n'y feront rien : leur contenu frise d'ailleurs l'inconscience :
"Fromons, dist il, por amor dieu, mercis ! Se m'eīt Dieux, qui en la croix fu mis
Que por nul mal saeler ne l'i fis.
Por vostre amor dont ne vœl departir
Arez la coupe por faire vo plaisir."
fromons l'entent, a poi du senz n'issi,
Dist a Gerbert : "Molt me tenez por vil !"
Il prist.ii. pols du peliçon herlin.
Envers Gergert les geta et jailli.

Mais avant même la reprise des hostilités, Fromondin se sera vengé, et de quelle atroce manière ! La sœur de Fromondin, Ludie, a épousé un Lorrain, Hernaut ; ils ont deux enfants :
Fromons les voit, du sens cuida desver ;
Maus esperiz li est el cors entrez.
Il sailli suz, s'a les enfanz conbrez,
A .i. piler les a andés hurtez
Par tel aīr ques a escervelez.
Cant ce ot fait li cuivers desfaez,
Par les fenestree les jeta es fossez.

Puis il menace sa sœur de lui faire subir le même sort si elle souffle mot, et il va tranquillement dîner, avant d'avertir lui-même le père des enfants de leur sort :

"Ou es Hernaus ? Car vien a moi parler !
Tes enfanz ai anbedes afolez.
Tuez les ai, jja mar en douterez.

Venez vooir, se voz ne m'en craez,
Que je les ai getez en ces fossez."

Cette fois, la reprise des hostilités est bien inévitable.

(CCLXXXIX. v.12707-v. 13725)

  • 20 Seule, parmi les textes les plus anciens, est représentée la geste des Lorrains ; mais c'est le co (...)

18On peut noter que la majorité des textes cités proviennent d'épopées assez tardives : première ou même deuxième moitié du xiiie siècle : Narbonnais, Jourdain de Blaivie, Doon de Mayence, Destruction de Rome. Par contre, les textes les plus anciens ne sont pas représentés. Ce sont des surenchères d'épigones qui manquent d'une inspiration authentique. Mais on peut invoquer aussi une évolution des mentalités. L'exercice de la cruauté suppose une sorte de retour sur soi et sur l'autre qui n'est pas le fait des premiers héros de l'épopée20. L'homme cruel est un être raffiné, ce que n'est pas, sauf exception, l'homme du xiie siècle, ce que commence d'être celui du xiiie siècle. A tout le moins, le public prend alors plaisir à imaginer des spectacles pathétiques, le sang et les larmes, alors que celui du xiie siècle n'était pas encore sensible à ces subtilités… ou à ces brutalités, comme on voudra.

  • 21 Dans Jourdain et dans Garin à deux reprises.
  • 22 Doon de Mayence.
  • 23 Raoul de Cambrai.
  • 24 La Destruction de Rome.
  • 25 vv. 434-6

19D'autre part, les traits de cruauté signalés ne sont pas tous attribués à des héros négatifs : les trois Fromont en sont21, et Herchembaut22, et Raoul23, mais l'émir musulman24 ne rencontre pas l'antipathie entière de l'auteur qui lui reconnaît certaines qualités25. C'est encore plus net dans les autres exemples : Vivien est un héros dans l'ensemble considéré comme positif ; Aymeri est toujours proposé à notre admiration ; quant à Bègue et Gerbert, ils appartiennent au "bon" lignage de la chanson ; Bègue est même le plus doux de tous et celui qui, dans toute la geste, répugne à l'emploi de la force et aspire le plus à la paix ; et c'est aussi la folie de Gerbert qui est ici cause de tout : le geste de Fromondin trouve une circonstance atténuante dans ce qu'il ne peut que considérer comme une provocation de la part de son adversaire. Dans un cas comme dans l'autre ce sont donc des moments isolés de leur vie qui les voient commettre les actes que nous avons rapportés.

20N'y a-t-il donc pas dans l'épopée le portrait d'un héros dont la cruauté serait la dominante du caractère ? Je crois qu'il faut répondre que non. La cruauté n'est jamais qu'un élément parmi d'autres, mais ne se suffisant pas à soi seul. Elle peut coïncider avec des aspects plus aimables du tempérament. Elle peut aussi renforcer d'autres vices : l'orgueil, par exemple, et c'est le cas de Raoul de Cambrai. Il n'y a rien là de surprenant. La cruauté n'est en effet pas autre chose qu'une des formes de la démesure, puisqu'elle est oubli des rapports normaux entre les humains, oubli du respect dû à autrui. C'est dire que l'homme cruel n'est plus un homme libre, il est un possédé. Un vers de Gerbert déjà cité souligne l'existence de cette aliénation : l'auteur écrit de Fromont :

  • 26 Cf. citation p. précédente.

Maus esperiz li est el cors entrez.26

21Il est donc normal que la cruauté constitue un des traits de caractère de l'homme de démesure : celui qui croit que tout lui est permis, qui oublie ses propres limites et abdique, par là, sa liberté. Chez le héros positif, elle est la force larvée de la démesure qui menace toujours les chevaliers, lorsque la force, de servante, veut se faire maîtresse.

"LES HORREURS DE LA GUERRE"

  • 27 A l'exception de certains bourgeois, dans la geste des Lorrains et dans Girart de Roussillon, par (...)
  • 28 Cf. dans Aliscans - L'épisode bien connu du vilain dont le champ de fèves a été mis à sac par l'ar (...)

22La guerre a longtemps été jeu de princes. Seuls27 les chevaliers participent à la guerre épique et ont intérêt à le faire. Mais ceux qui participent à coup sûr le moins, les paysans, sont ceux qui pâtissent le plus. Ils sont les fournisseurs des troupes en campagne. "Fournisseurs" est d'ailleurs un euphémisme. Que reste-t-il au paysan quand le soldat a passé28 ? Et quand l'ennemi pratique la tactique du "pays brûlé" ? Pour les seigneurs, les paysans ou les habitants d'un bourg représentent des valeurs dont il s'agit de priver l'adversaire : récoltes, argent, main d'œuvre : donc on pille, on brûle, on tue : ce sera toujours autant que l'autre n'aura pas. Le plus souvent d'ailleurs, on ne raisonne pas tant : on pille, on brûle, on tue, du droit du plus fort et parce que c'est l'habitude ; on considère l'intérêt immédiat : le profit à tirer du butin, - et le goût du sang et de la violence.

  • 29 "Ha ! dit le peuple, le labeur de mes mains nourrist les lasches et les oyseux et ilz me persécute (...)

23Mais ces victimes ne s'expriment pas. Il faudra attendre plus tard, les ballades de Deschamps, certains textes d'A. Chartier29 pour entendre la plainte des vilains. D'autre part, le regard de celui qui combat passe la plupart du temps au dessus des malheurs qu'il cause. Cependant, on rassemble, épars dans les chansons de geste, des textes qui pourraient servir de motif à de sinistres gravures : c'est la raison pour laquelle j'ai donné à ce paragraphe le titre que Goya choisit pour une série de dessins portant sur ce sujet : on pourrait aussi l'écrire "Miserere" ou "Misères", avec Rouault ou d'Aubigné.

24En conformité avec ce que nous venons de dire, il s'agira de textes purement narratifs, le plus souvent faits de formules revenant à travers la même chanson comme un leit-motiv douloureux : une sorte de constat, fait par l'auteur, mais qu'entendaient chanter ceux qui avaient été les responsables de ces malheurs.

  • 30 Girart de Vienne, Girart de Roussillon, Renaut de Montauban.
  • 31 Garin le Lorrain, Gerbert de Mes.
  • 32 Et aussi sans doute au fait que la geste des Lorrains accorde une plus grande importance que les a (...)
  • 33 C'est aussi une guerre civile qui inspirera "Misères" à d'Aubigné.

25La plupart de ces textes sont empruntés à la geste des barons révoltés30, ou au cycle des Lorrains31. A cela une raison tenant au sujet même des différents cycles constituant l'ensemble de notre production épique32 : les luttes intestines entre grands feudataires ou de ceux-ci contre leur seigneur/roi rendent plus facile à percevoir l'absurdité des ravages accomplis33. Lorsqu'il s'agira, dans le cycle du roi, de guerres étrangères - le plus souvent contre les musulmans -, l'accent sera mis sur l'aspect proprement militaire des faits, et le malheur des campagnes sera davantage passé sous silence.

  • 34 Aragon. J'entends, j'entends.

26C'est la répétition des notations plus que leur variété qui est frappante. Là, déjà, "le malheur au malheur ressemble/il est profond, profond, profond"34.

27Le premier signal de la guerre, c'est l'insécurité des biens :

En l'ost le roi en est venus li cris
Que marchaanz ne puet chemin tenir,
Que desrobez ne soit et malbailli ;
Gar in le Lorrain. LIV.vv. 4253-55

28et celle des personnes :

Atant es voz errant .i. pelerin,
Dedenz les landes l'ont batu et laidi,
Tolu li ont et son pain et son vin
Garin. LXXVIII. vv. 7264-66

29Quand l'armée arrive, c'est le malheur pour le paysan :

Et quant par furent venu devant Palerne,
Dehors la vile tendirent lor gerberges ;
Li paīsant de lor avoir i perdent,…
Moniage Guillaume II LXV.vv. 3759-61

30Le même texte s'attache aussi, ce qui est rare, à nous dépeindre les conséquences économiques de la guerre sur la vie tout entière d'un personnage :

Povres hom fu, car tout ot alōé.
La guerre l'ot malement destravé.
Morte est sa feme, si enfant autretel,
N'avoit que prendre ne autrui que doner.
Fors chou qu'il ot a faisselles porter.
De chou se vit assés a poverté.
XCIV. vv.5762-67

31Mais, la plupart du temps, le trouvère se contente d'évoquer la foule anonyme des paysans confondus dans la même crainte et la même impuissance :

  • 35 Cf. aussi Girart de Vienne, p. 82.

En la terre entrent al conte Lancelin,
Metent le feu par anple le paīs.
Chacent les procès, les vilains ont laidiz.
Les povres genz ne sevent ou fuīr,
Car il ne sevent quel part porrunt garir.
Garin le Lorrain. CXLVIII
vv. I488I-8535

32Ils essaient de s'abriter dans les villes, mais en vain :

Par(mi) ces chanz veīsiez genz fuīr.
Ces pastoriax lor vaches acoillir.
Es bors se tiennent, ilec quident garir ;
Ce ne vaut rien, que trop furent sospris.
Li coraor ont partot le feu mis
Dedenz ces villes…
Garin le Lorrain. XLVII. vv.2952-57

33Le pays est à feu et à sang :

Ardent et proient et gastent le paīs.
Ens es bercex ont les enfanz ocis.
Gerbert de Metz, vv. 673-74

En .iv.c lius puet on le feu veīr
v. 677

34Et la ruine pour les uns, c'est le butin, c'est-à-dire la joie pour les autres :

  • 36 Cf. aussi Garin le Lorrain. LII.vv. 3644-50 ; LXXXII.vv. 7668-72 CXVII.vv. 11316-23

Il prent les proies, s'a le règne apovri.
La gent menue en furent esbahi,
Qui trestout perdent ce qu'il ont norri.
Garin le Lorrain. LXXIII. vv. 678736

  • 37 Garin le Lorrain. XCVIII vv. 10071-81.

35Et le sort qui les attend dans les villes, s'ils parviennent un temps à s'y réfugier, ne vaudra peut-être pas mieux. Si la ville est prise, c'est le pillage en règle, l'incendie, le mas sacre37. Autrement, c'est le siège avec tous les risques de famine que cela comporte.

Ilueques fist il tant et les vait destraignant
Que laiens faut vitaille, molt va amenuisant.
Aval la rue plorent nés li petit enfant,
Que petit orent pain ; cascuns vait destraignant,
Ne la vent, ne la done, tant vont CharIon dotant.
A la menue gent aloit del tot faillant.
Par ces rues ploroient, sovent se vont pasmant.
Onques Dex ne fist home, tant eüst dur samblant
Qui n'en eüst molt fort le cuer tirste et dolant.
Qui veīt ces enfanz, lor meres alaitant,
Qui le sanc en arracent, tant le vont atirant.
Là dedens Montalban commença la famine.
Li uns amis por l'autre vait muçant sa quisine
Et li fix por le pere, li niés por sa cosine.
La menue gent crient à grande descepli(n)e ;
Charle vont maudisant et sa terre et s'orine.
Toz jorz vont destraignant que lor dolor ne fine.
Cascun jor en muert tant, à si grant discipline,
C'on en fist un carnier lez la porte perrine ;
Laienz furent rué sanz messe et sans matine.
Quant Renaus l'a veü, à poi qu'il ne s'acline.
Renaut de Montauban. vv. 13161-81

36Le texte est beau dans son pathétique et d'Aubigné retrouvera certaines de ses images (celle de la mère qui n'a plus que du sang au lieu de lait en particulier) dans le chant I des Tragiques. Il est intéressant aussi parce qu'il montre pour une fois l'émotion d'un "grand" devant ce spectacle. Avec moins de détails violents que les textes cités jusqu'à présent, il touche autant sinon plus par quelques notations réalistes en même temps que typiques : les pleurs des enfants, la méfiance des adultes. Autant de "choses vues", qui pouvaient faire partie de l'expérience de nombreux trouvères mais que peu d'entre eux ont songé à rapporter.

  • 38 Gerbert de Mes. CCXL vv.I0933-5I. Ludie, la femme d'Hernaut, est particulièrement accablée par son (...)

37Dans ces scènes de violence ou de détresse, personne n'est épargné, il faut le souligner, et les dames, religieuses, prêtres, etc... ne sont pas logés à meilleure enseigne : comme les bergers et les paysans, ils souffrent de la faim38, et, comme eux, ils risquent la mort : le feu ne choisit pas ses victimes, et ceux qui allument les incendies n'épargnent ni les palais, ni les édifices religieux :

  • 39 Cf. aussi Garin le Lorrain. CLIII vv. 15409-16.

Le chastel prennent, tot l'ont arz et brui.
Les belles dames et li enfant petit
En sunt entré el mostier beneit.
Mais li venz vente, qui le feu a espris.
Ardent les dames et les enfanz petiz.
Gerbert de Mes. XIII. vv. 688-9239

  • 40 Cf. n. 38.

38Notons au passage que certains de ces actes de violence sont placés sous la responsabilité de héros représentés par ailleurs comme respectueux du droit : c'est par exemple le cas de Garin40.

39A ces morts des civils, répondent, en une répartie douloureuse, celle des combattants : refrain qui, dans la geste des Lorrains, scande la reprise périodique des hostilités entre les deux lignages :

…Dont maintes terres cheirent a desclin ;
Deseritez en fu mains orfelin,
Et maintes dames en furent sanz mari.
Garin le Lorrain, vv. 2166-8

40La mort des combattants, c'est, en plus, des malheurs pour ceux qui leur survivent, formule que l'on retrouve par exemple dans Girart de Roussillon :

  • 41 On la retrouve, avec une autre formulation dans Raoul de Cambrai CLXIII vv. 3499-503.

Mais con que sie plaiz mais hui auiz,
En remant Vaubetuns de mors garniz
E cent mil(e) donnes veves de lor mariz.
CLXIV41

  • 42 On pourrait ajouter d'autres textes :

41Il s'agit toujours de compter les morts42.

LA GUERRE ET "LE FATUM"

42L'épopée, dans la mesure où elle illustre des épisodes de la lutte du Bien contre le Mal, résout presque, avant de l'avoir posé, le problème des responsabilités de chacun dans le déclenchement de la poursuite d'un conflit. Lorsque sont en présence un champion du droit et un représentant de l'injustice, comment le premier hésiterait-il ? A moins de lui demander de remettre en question le principe même du recours à la force, ce qui serait exiger de lui qu'il devançât de beaucoup son temps. Or, souvent, les conflits nous sont présentés, dans les chansons de geste, sous cette forme manichéenne.

  • 43 Notons cependant que l'inspiration de saint Bernard ne fait pas une totale unanimité. Isaac de l'E (...)

43Le musulman a doublement tort, parce qu'il est le symbole même de l'erreur spirituelle, et parce qu'il est, matériellement, l'agresseur. La riposte normale, c'est la bataille. La défaite du Sarrasin sanctionne la véracité de la foi chrétienne et rend manifeste la supériorité de Jésus sur Mahomet ; et l'agresseur est repoussé. Historiquement, la "guerre sainte" sait garder un aspect de riposte : il s'agit de reconquérir l'Espagne, ou de rendre libre, pour les pélerins, l'accès à Jérusalem. L'emploi de la force paraît normal pour atteindre ce but et les autorités religieuses les plus élevées l'approuvent : le départ en croisade est prêché par le pape lui-même et s'accompagne d'indulgences, la mort en pays sarrasin est assimilée au martyre ; Saint Bernard rédige les Constitutions des Templiers, cette nouvelle chevalerie, chevalerie "célestielle" et non plus de la terre, mais qui, comme l'autre, manie l'épée43.

44Comment, après cela, demander à nos barons de se poser des questions sur la légitimité de la guerre religieuse ? Ne représentent-ils pas Dieu même dans ce combat ?

  • 44 Dans la querelle qui oppose Lorrains et Bordelais tout au long du cycle des Lorrains, ce sont les (...)
  • 45 Girart de Roussillon, Renaut de Montauban.
  • 46 Raoul de Cambrai, cycle des Lorrains.

45Les choses sont moins simples pour la conscience épique lorsque les conflits surgissent à l'intérieur même de la classe chevaleresque. En principe, là encore, il y a des héros positifs et négatifs44. Et, à première vue, les révoltes des vassaux contre leur seigneur/roi dans le cycle des barons révoltés, désignent à l'avance le dépositaire du bon droit. En fait, la réalité dépeinte est, ici, moins simple : les torts et les droits sont partagés ; traduisant justement l'ambiguïté de la situation, la guerre s'éternise45 ; parfois, elle s'étend sur plusieurs générations46, prenant des allures de vendetta : "Les pères ont mangé des raisins verts et les enfants en ont eu les dents agacées." On assiste à de curieuses transformations : dans Raoul de Cambrai, Gautier qui, après la mort de Raoul, reprend contre Bernier et ses descendants la querelle de son parent, est tout le contraire de celui-ci : chevalier scrupuleux jusqu'à la minutie dans le respect du code chevaleresque, il n'a aucun motif personnel de haine contre Bernier : Gautier poursuit en lui le vassal révolté contre son seigneur ; il s'agit de défendre un principe violé. Les motifs de Gautier sont donc en eux-mêmes respectables et on a de l'estime pour lui. Mais il n'est pas question pour autant de désapprouver Bernier qui a été, en fait, contraint à la rupture par les excès mêmes de Raoul. On voit donc comment, ici, il n'y a pas un contraste du blanc au noir.

  • 47 Cf. pages intitulées Cruauté ; cf. aussi le passage où Bègue de Belin, alors que la paix règne dep (...)

46Dans le cycle des Lorrains, la responsabilité du conflit incombe, à l'origine, sans équivoque, aux Bordelais ; mais, les hostilités se prolongeant, il arrive que les Lorrains eux-mêmes relancent la guerre47. Peu à peu, l'origine du conflit s'efface dans le souvenir des belligérants. Il reste l'idée que la guerre est longue, mais que le sang appelle le sang. Dans Raoul de Cambrai, après la mort de Raoul tué par Bernier, son oncle Guerri se lamente sur le champ de bataille :

Saint Jaque jure c'on giert en Compostele
Ne fera pais, por l'onnor de Tudele
S'ait B. trait le cuer soz la mamele.
CLXXII vv. 3496-8

47La lassitude même de la guerre entraîne parfois ceux qui la font à plus de fureur :

Bien revosissent tuit estre en lor paīs.
Li sodoier sunt en grant painne mis,
Cerchent la terre et gastent le païs.
Garin le Lorrain. LXXXIV vv. 7699-7701

48On en vient à ne plus savoir du tout pourquoi on se bat, à l'idée que l'on ne fait que subir une fatalité obscure qu'il est impossible de maîtriser. Cette façon de voir les choses -ou ce refus de chercher à se les expliquer - crainte de voir les motifs sérieux s'évanouir - n'est pas sans rappeler le Fatum antique. L'image même du Temple de la Paix et de la Guerre est reprise dans Gerbert de Mes :

Mais Loheren n'orent c'un seul repaire.
C'est Geronville, que miaudre ne puet estre.
Que du palais puet on vooir Bordelle.
Cant la porte œvre, s'est li paīs en guerre,
Cant elle clot, si est en pais la terre.
XXX vv. 2506-510

  • 48 R. Louis. La grande douleur pour la mort de Roland in CCM.1960 (fasc.1).

49Plusieurs chansons se trouvent en quelque sorte placées par leur auteur sous le signe de la guerre. On sait à l'avance que telle bataille va avoir lieu et que peu reviendront ; cette façon d'annoncer à l'avance ce qui va se passer est certes un procédé purement formel, caractéristique de l'épopée : le roman nous raconte des faits en train de se faire, l'épopée au contraire des événements dont l'issue n'est pas douteuse et est même connue de l'auteur et des auditeurs (ou lecteurs) ; ainsi, dans la Chanson de Roland, "quand s'achève le premier combat de Roncevaux,48, la première armée sarrasine - celle des douze pairs païens -est détruite, mais les Français qui survivent n'ont plus aucune chance d'échapper au massacre dans le deuxième combat, celui que va leur livrer Marsile avec le gros de son armée. Avant même que ne commence ce second combat, le destin de Roland, des douze pairs et de tous leurs compagnons est fixé, irrévocable" :

Ne reverrunt lor peres ne lor parenz.
Ne Carlemagne ki as porz les atent :
En France en ad mult merveillus turment…
vv. 1421-23

50De même, dans Renaut de Montauban, quand Charlemagne arme chevaliers les fils de Renaut :

Helas ! miols li venist qu'il les eust tués.
Que par aus ot il puis grandes iniquités.
Li regnes d'en viron en (fu) puis adolés.
vv. 1833-5

51Ces textes ne me paraissent pas exprimer uniquement la prescience divine de l'auteur qui, lui, sait, en tant que créateur, ce qui va arriver, mais plutôt se référer à un cours des choses dont le déroulement s'impose à lui :

  • 49 Cf. aussi Renaut de Montauban. vv. 928-33.

Pour saluer le départ de messagers :
Damedex les conduie par son saintisme non,
Que jamais en lor vie tot sain ne revendront !
Hé ! Dex ! com grant damage et grant destrucion
Avint le jor en France et Grant confusion,
Que puis en furent mort. CM. ce savom,
Et tante jantil dame perdi son compaignon ;
Tante vile en fu puis en fu et en charbon !
Renaut de Montauban. vv. 403-0949

52Cette impression d'inévitable devient plus sensible encore lorsque la guerre s'éternise :

Con sete guerre ancore dure toz dis !
Ne finera jus'au jor du juīs

Après les peres la maintiennent li fis
Et aprez cuex toz li germain couzin
Et aprez ceus et parenz et amis
Et aprez ceu li chevalier voisin
Et aprez ceus li borjois de pris
Ceus de mestier qui laborent toz dis
Et aprez ceus paīsanz du paīs.
Anseīs de Mes vv. 2133-141

53Non, ce n'est pas un démiurge qui parle, témoins ces textes de Garin le Lorrain où l'auteur se mue en quelque sorte en spectateur ; il ne crée plus une histoire à son gré, mais décrit, comme de 1'extérieur, une nécessité à laquelle les hommes ne peuvent se soustraire :

  • 50 Cf. aussi Garin le Lorrain. CXIX vv. 1167-80.

Granz fu la guerre, onques puis ne prist fin
Sainte Marie ! C'est merveilles à oīr ;
Après les peres la reprirent li fil.
CXLVIII. vv. 14887-950

54Le destin qui décide du sort des armes et de celui des combattants prend même parfois le visage de Dieu :

Car la haine dure encor, par verté,
Et durera toz jors en ireté,
Car nostre Sires l'a ainsi destiné.
Si l'estuet estre puisqu'il li vient a gré.
Garin le Lorrain, vv. 14528-35

  • 51 Cf. ci-dessous

55C'est au premier abord d'autant plus surprenant que dans d'autres textes et dans les mêmes conditions51, la guerre est dite maudite de Dieu. Il me semble qu'ici, le trouvère et ses héros, renonçent à rechercher les causes objectives du conflit qui oppose ces derniers entre eux ; celles qu'ils connaissent et avouent, ils les voient se dissoudre dans le passé et leur lutte ne se fonder finalement sur l'intérêt d'aucun des deux partis. Ils se jugent donc alors menés par des forces obscures (Dieu étant la plus haute d'entre elles) qui leur "dictent" leur conduite : impuissance à regarder la réalité en face peut-être, mais aussi sans doute vérité pressentie : quelle guerre, à la limite, "s'explique" ? Sinon en faisant appel aussi à l'instinct de violence qui est en l'homme. Peut-être est-ce cet instinct que l'on n'ose pas nommer tant il est effrayant ; peut-être est-ce lui qui reçoit, ici, le nom de Fatalité ou de Dieu : N'est-ce pas lui qui a fait que la guerre de Troie a bien eu lieu ?

LA JOIE DE LA BATAILLE

56L'acquisition de la force et de l'adresse au combat est chose nécessaire pour le futur chevalier, et cette force, il est appelé à l'utiliser pour faire respecter le droit. Mais il serait inexact de penser que son exercice est considéré par le chevalier comme une nécessité pénible et qu'il subit à contre-cœur.

  • 52 Ce que dit très bien le terme même de chanson de geste.
  • 53 Et c'est le butin qui, souvent, en donne les moyens.
  • 54 N'est-ce pas d'ailleurs le sens primitif du mot "riche" ?
  • 55 Dans Aymeri de Narbonne.

57Un certain nombre d'éléments tenant aux structures mêmes de la vie féodale font que le chevalier nouvellement adoubé ne peut qu'accueillir avec satisfaction la perspective du combat : c'est que celui-ci apparaît comme le moyen le plus rapide d'acquérir le "los" et le "pris" ; le prestige est lié au courage, rendu manifeste par l'accomplissement de hauts faits52 et à l'exercice de la largesse53. La morale féodo-épique, contrairement à la morale bourgeoise, n'accorde pas de valeur à l'argent en tant que tel, mais pour la puissance qu'il procure54 ; elle est donnée par la possession des terres d'abord, puis par celle de tout ce qui est signe de luxe : fourrures, armes, métaux précieux que l'on doit redistribuer pour acquérir une bonne réputation. Or, sauf pour les privilégiés à qui revient le fief paternel, comment se procurer l'abondance nécessaire à ces libéralités ? On comprend que les jeunes chevaliers soient tentés par l'aventure et par les conséquences "enrichissantes" qu'elle peut avoir. C'est à eux, par exemple, et à ce type de motivation que Guillaume fait appel lorsqu'il a besoin d'hommes pour s'emparer des terres occupées par les musulmans que Louis lui abandonne dans Le Charroi de Nîmes. Et c'est la raison essentielle qui fait qu'Aymeri qui n'est pas encore de Narbonne et n'a pas encore pris la ville accepte de risquer l'entreprise qui décourage à l'avance les vétérans de l'armée de Charlemagne55.

58Dans tous ces cas donc, il n'y a pas à proprement parler joie de se battre, mais joie à l'idée des conséquences heureuses de la bataille. C'est le profit à en tirer qu'on se représente comme un bien, non la bataille elle-même. Même chez les nantis, le plaisir du butin demeure souvent une des perspectives les plus alléchantes du combat : dans Garin le Lorrain, un épisode unit Lorrains et Bordelais contre l'ennemi commun : le Sarrasin ; au dernier moment, effrayés par le nombre des combattants musulmans, les Bordelais se dérobent, renonçant à réclamer leur part d'un butin éventuel. Mais, après la victoire des Lorrains, et devant les richesses accumulées, Fromont, le chef des Bordelais, ne peut se contenir :

Voi le Fromons, a poi n'enraje vis.
XL. v. 2013

59Et l'attrait est le même dans Gerbert de Mes : devant la carence de son mari, le roi Pépin, la reine Blanchefleur invite elle-même les chevaliers à soutenir la cause de Gerbert, en leur promettant armes, chevaux, fourrures :

François l'entendent, granz joie lor en pris.
v.8490

  • 56 Ainsi que dans Aymeri de Narbonne, Gui de Bourgogne.
  • 57 Cf. les hésitations de Louis à secourir Guillaume dans Aliscans et celles de Pépin à intervenir au (...)

60Les auteurs épiques nous présentent des personnages qui agissent plutôt qu'ils ne parlent. Aussi, leur joie de se battre s'exprime d'abord par le fait élémentaire qu'on se bat beaucoup dans l'épopée, et que, dans l'ensemble, on ne renâcle pas devant cette perspective. Seuls, de trop longs conflits finissent par lasser les plus âgés : par exemple, les dix ans passés en Espagne pèsent à l'armée de Charlemagne, on le voit au début du Roland56. Mais, la plupart du temps, l'idée d'un nouveau conflit est envisagée par beaucoup sans déplaisir ; il faut souvent être lâche pour réagir autrement57.

61Le contentement de se battre se marque aussi en quelque façon par la longueur des engagements racontés, par l'énormité des coups portés : "Bel cop a cî !" commentent les spectateurs. Parfois, on note l'expression brève et directe de la satisfaction éprouvée :

Au milieu d'une bataille, cette simple notation :

Et Garins fu baus et joianz et liez.
Garin le Lorrain. v. 2423

"Certes, dist Begues, ci ot bel poigneīs,
Sor toutes choses itex giex n'enbellist."
Garin le Lorrain vv. 9400-01

62Parfois même, cette joie est savourée, escomptée à l'avance :

  • 58 Mais Guerri n'est pas un personnage positif.

Dist.G. :"Dame, a celer nel vos qier,
Bien a.v. ans ne montai sor destrier.
En sa bataille m'estut tant sanc laissier
Qe de sejor avoie grant mestier.
Bien a.vij. ans, par le cors s. Richier,
Ne me senti si fort ne si legier
Con je fas ore por mes armes baillier…
Raoul de Cambrai CLXXX vv. 3784-79058

63Il s'agit à ce moment-là non d'un plaisir né de la sensation immédiate, mais d'une joie plus profonde et analysée comme telle : on pourrait être tenté de dire que ce sont les plus frustes qui goûtent le mieux cette satisfaction, tel Gérin, le vieux duc de Girart de Vienne :

"Mais quant oi braire ces destriers auferrans.
Ces chevaliers en fors estors pesans
Ferir de lance et d'espée tranchant,
Ce aim je plus que rien qui soit vivant."
p. 58

64Ce personnage ne représente-t-il pas la rudesse de la vieille génération ? On peut en douter en lisant la réplique du petit-fils qui remet vigoureusement son aïeul à sa place, blâmant non la violence de ses goûts mais l'outrecuidance qu'il y a à se croire encore capable de les satisfaire à un âge aussi avancé que le sien. En l'occurrence les jeunes ne sont pas moins empressés.

65A la longue, l'inaction pèse. N'est-ce pas elle qui, dans Garin le Lorrain, pousse Bègue de Belin à risquer, après sept ans de trêve, la reprise des hostilités avec les Bordelais ? C'est elle aussi qui se manifeste dans l'empressement de Guerri. C'est elle enfin qui s'exprime dans ces vers de Fougue de Candie :

  • 59 Cf. aussi Prise d'Orange, vv. 52-70

"Trop avons reposé ; ne fui armez des mois.
Or covient acointier les buens nranz vienois
Et la pais oblier, qui est mise en defois."
vv. 11279-8159

66Rien que de simple dans cette joie ; elle est purement physique et presque sportive, pourrait-on dire.

67Mais arrive-t-il que, à propos de la guerre, des questions plus graves soient posées ? L'envers de la bataille, ce sont les pertes subies et aussi les ravages causés. L'envers de la guerre, c'est la part éventuelle de responsabilité que l'on porte dans l'engagement du conflit. En est-on conscient dans le monde de l'épopée ?

LA GUERRE CONSIDEREE COMME UN MAL

  • 60 Roland saluant le cadavre d'Olivier, Guillaume pleurant sur celui de Vieien.
  • 61 Guillaume encore, après la bataille d'Aliscans, déplorant le vide de sa grande salle.

68Certes, la guerre coûte cher en hommes et ceux qui la font en sont conscients. La joie d'être sain et sauf ne va pas sans le regret des morts. Il s'agit le plus souvent d'un regret à tonalité affective : on regrette tel ou tel être cher60 ou on se lamente sur l'ensemble de la maisnie disparue61. On considère évidemment le manque que va représenter la prouesse du pair disparu, ou la vaillance des hommes ; mais les vides ainsi creusés donnent 1'impression de se combler mystérieusement au fur et à mesure : finalement, les troupes de Charlemagne reviennent en force sur Baligant, et Guillaume aidé des Français aura sa revanche. Assez bizarrement donc, ces pertes ne semblent pas créer des manques pour l'avenir épique, toujours fertile en héros. Cependant, certaines chansons signalent, en un refrain funèbre, les femmes veuves et les enfants orphelins qui, les seconds surtout, - car on remarie les femmes -, témoigneront, jusqu'au moment où eux-mêmes seront devenus adultes, de ce vide qui accompagna leur jeunesse :

Huimais orés un jornel molt pesant
Dont mainte dame fu veve o son enfant.
Aspremont vv. 4429-30

69On arrive parfois cependant à concevoir l'idée qu'un homme mort n'est pas une perte seulement pour le présent, mais à longue échéance, de façon plus générale que, qui dit guerre, dit déperdition de forces. L'idée est quelque peu scandaleuse pour l'esprit de ces hommes dont la vie est à peu près fondée sur la poursuite des combats. Aussi, c'est souvent un personnage assez antipathique qui prend conscience de la pesanteur de la guerre, ayant à le faire un intérêt étroitement personnel ; par exemple, c'est parce qu'il répugne à payer de sa personne pour secourir ceux de ses vassaux qui ont besoin de lui que Pépin s'exprime ainsi :

"Dieux, dist li rois, qui est as Belleant,
Iceste guerre me va molt empirant.
Se longues dure, par le mien essiant.
Tot ai perdu et derrier et devant,
France la belle, que mes cuers ainme tant."
Gerbert de Mes XV.vv. 771-5

70Il traduit ainsi, à un premier niveau sa fatigue ; à un second niveau, sa lâcheté ; et à un troisième niveau, une profonde vérité : quel que soit le bon droit des Lorrains, la guerre qu'ils mènent aux Bordelais nuit d'abord à la France, et cela quelle que puisse être l'issue du conflit : en ruinant deux grands lignages, elle affaiblit surtout le pays tout entier.

71Ce point de vue déplaît évidemment à la conscience féodale : la guerre apparaît alors comme inutile, voire néfaste. Aussi une telle constatation est rarement faite par un protagoniste. Nous l'avons vue attribuée à un souverain, peu conscient, au demeurant, de la portée de sa remarque ; elle pourra l'être aussi à une femme, de nature plus sensible, semble-t-il, à ce que peut représenter de malheur une perte humaine, et à la portée qu'elle peut avoir : Guibourc et Aude, chacune étant parente de l'un des champions, se lamentent ainsi en voyant Roland et Olivier s'affronter en combat singulier :

"Hé ! Viane, mal feuz et mal charbons
Vos eust arse entor et environ !
N'i premnsist ne sale ne donjon !
Quant se combattent por vos dui tel baron.
Quant se combattent por vos dui tel baron.
Si uns en meurt, de verté le savon,
Gastiée en sera France et trestot le réon.
Et cest pais mis à destruction."
Girart de Vienne p. 139

72Dans le même texte, un souverain, très lucide cette fois, explique fort bien les raisons qu'il a de désapprouver un combat par champions :

  • 62 Cf. aussi Girart de Vienne. p. 90.

"Et si ensamble estiés à josté.
Il convanroit que l'uns en fust finés.
Jà cest domage ne seroit restorés.
Girart de Vienne p. 8962

  • 63 Ibid. p. 85.

73Et le trouvère reprend le commentaire à son compte63. Lui fait écho l'auteur de Garin le Lorrain, commentant ainsi un duel judiciaire :

Dieus ! quel damaje ara li rois Pepins !
Liqez qu'en soit detranchiez ne ocis.
vv. 6466-7

74La guerre apparaît donc dans les cas que nous venons de citer comme vaine puisqu'affaiblissant les deux partis, ou une entité supérieure à laquelle ils se trouvent l'un et l'autre appartenir : c'est un point de vue réaliste, et on le trouve clairement exposé :

  • 64 Cf. aussi Anseīs de Mes vv. 6812-3.

Onques de guerre ne vi home joir.
Et qui porroit a la pais avenir,
Bien se porroit du remanant soufrir.
Garin le Lorrain vv. 11664-664

75Il n'y a donc pas à proprement parler un vainqueur heureux et un vaincu misérable, mais deux groupes de malheureux, qui pâtissent du conflit engagé.

76On trouve aussi une condamnation de la guerre sur le plan moral. Parfois, il ne s'agit que de cas limités :

Qui que meut guerre, ceu est pechiez mortez,
Antre lou fil et lou peire autretel.
Hervis de Mes vv. 4926-7

77De façon plus générale, l'accent est mis sur la responsabilité que porte celui qui engage les hostilités :

Un chevalier en avertit un autre :
"Fuiez la guerre, je voz en vœl proier,
Que molt est male et griez a commencier."
Gerbert de Mes vv. 8265-6

78Dans ces deux derniers cas, la guerre est considérée comme un péché. Un tel état d'esprit est-il fréquent ? Non, il importe de le souligner.

79Il aparaît cependant, en particulier dans les conflits mettant aux prises deux clans féodaux, qui ont des allures de guerre civile : ainsi, les barons qui s'affrontent pour le compte de Raoul ou de Bernier, dans Raoul de Cambrai, ne semblent pas être très fiers de ce qu'ils vont faire ; l'auteur traduit ici, nous semble-t-il, la gêne qu'au fond ses héros éprouvent de se battre entre amis ; mais il ne peut - et eux non plus -imaginer une autre issue ; la joie qui sera la leur, s'ils sortent vivants du combat,,-sera moins celle d'avoir échappé à la mort que d'être sortis d'une situation pénible :

  • 65 Cf. aussi CXVIII vv. 2383-9.

Chascuns fran hom de la pitié plora ;
Prometent dieu qi vis en estordra
Ja en sa vie mais pechié ne fera
Et c'il le fait, penitance en prendra.
Raoul de Cambrai CXX vv. 2424-765

80Parfois, la conscience même de celui qui mène la guerre lui dit qu'il agit mal, et il en éprouve du remords, sans s'arrêter pour autant : tel Garin poursuivant la vengeance pour la mort de son frère Bègue :

Le pais ardent et vont destruiant.
Molt fort se plaingnent li petit et li grant.
"Dieus ! dist Garins, qui formas toute jant,
De grant pechié me vois entremetant,
Je n'en puis mais, angoisse molt fait grant,
Mon frere ont mort, le cuer en ai dolent."
Garin le Lorrain XLXI vv. 16219-24

81Et ce péché que l'homme se sent en train d'accomplir, la malédiction de Dieu vient confirmer qu'il en est bien un :

Quelz conpaines s'encontrent, dun fu pecaç.
Girart de Roussillon. CCCXLI v.5296

A mal iorn comenset e fo pessada
Esta guerra maldicha de dieu irada
Quar fransa e bergenha nes aneunada
Ai dieus qual dol i ac de lamainada.
Girart de Roussillon CCCXCIII Ms.P

82La conscience de Girart ne sera en fait apaisée que lorsque, sa paix avec Charles Martel faite, il aura expié son passé de révolte et de sang qui, pourtant, humainement parlant, n'é tait pas sans excuse, puisque c'est l'injustice du souverain qui l'avait poussé à la rébellion.

  • 66 Texte postérieur à Garin et Gerbert.

83Un autre texte enfin, mais tardif, Anseīs de Mes,66 pose explicitement le problème :

84Le roi Pépin s'afflige des pertes subies au cours d'une guerre :

Dist sains Ligiers : "Rois, que tu es chetis
Quan tu ceux pleures qui a l'estor sont ocis.
Dieus en ara et menaide et mercis.
Il sont toz sauf, par foi le vos plevis.
Car el servisse lor signor sont pris.
Mais desor toi en toit torner li pis
Car d'ostoier trestoz les semonsis,
Et il i vinrent volentiers non envis.
Ce est ta corpe se il i sont ocis.
Sachés de voir, tu en seras peris
Et ausi iert li tiens parens Gerins.
C'est grant domages qu'il fu engenuïs.
Mort a tant homes et tant maus a bastis,
Ars et preez maint homes et maint paīs,
Qu'assez est pires que ne fu Kaÿns.
- Sire, merciz, ce li a dist Gerins.
Pouroie je tant con je fusse vis
Ja mes jor fere ne en fez ne en dis
Ja mes jor fere ne en fez ne en dis
De mes pechiés que j'en fusse garis ?
Dist li sains hons : "Oīl, je vos plevis.
Se ne vos tout diables antecris
Se fetes pais envers vos anemis
Et lor proiés et menaides et mercis.
Par peni tance serés moult bien garis,
Saus en serez au grant jor du juīs.
Se atens tant que tes cors soit fenis
Se toz li saint qui sont en paradis
En deprooient Dieu qui en la crois fu mis,
N'en seront il escoutez ne oīs,
Tantost ne fussent avec les anemis.
Con nostre sires sera en paradis,
Sera iluec en tormens juīs.
Anseīs de Mes CLXXVI vv. 8955-86

85Les responsabilités sont donc bien définies : n'est pas coupable l'homme d'armes qui combat en obéissant à un ordre de son seigneur : il peut compter sur la miséricorde de Dieu. Mais il y a un coupable, et c'est celui qui a décidé de commencer la guerre. Son premier devoir est, sur le plan humain de rechercher la paix et, pour cela, de ne pas hésiter à s'humilier, ce qui est particulièrement dur pour les mentalités féodales et épiques ; et l'autre devoir, qui tend à réparer l'offense faite à Dieu, c'est de faire pénitence. Ce sont déjà les obligations que rencontrait Girart de Roussillon. Et ce sont là les conditions sine qua non du pardon de Dieu : que Pépin et Girart ne comptent pas sur les prières des autres ; elles demeureront impuissantes si ceux qui les invoquent n'ont pas, d'abord, changé de conduite. En somme, des jugements de réserve ou de condamnation sont portés sur la guerre à deux points de vue. La guerre est inutile et même nuisible à tous : il n'y a pas à proprement parler de vainqueur et de vaincu, quoiqu'en prétende le sort des armes ; il y a deux partis qui subissent des pertes, et celui qui est militairement vainqueur peut être, en fait, aussi éprouvé que l'autre ; d'autre part, elle est un mal et, par conséquent, l'entreprendre ou la poursuivre est un péché grave dont il faut se laver devant Dieu.

86Tout cela est net, mais on ne le dit pas souvent dans les chansons de geste. La plupart du temps, l'existence de la guerre ne pose pas de problème au trouvère et à ses héros. Ceux-ci s'entendent à trouver qu'elle est le meilleur moyen de régler les conflits existants.

GUERRE ET PAIX

87Le recours habituel et considéré comme normal à la violence ne prédispose pas à faire de la paix une valeur primordiale. Si elle peut, cependant, être considérée comme un bien, et recherchée, il faut pour cela, le plus souvent, la dure leçon d'un conflit qui épuise les forces des deux partis en présence, et menace de tarir leurs ressources matérielles et humaines. Aussi, rares sont les textes dans lesquels la paix est considérée, d'emblée, comme un bien.

88Il semble, parfois, que, pour les héros des épopées, la guerre est l'état normal : il n'y a pas à proprement parler d'état de paix, mais des trêves qui séparent les périodes de conflit armé ; pendant ces intervalles, on se "refait" – en argent, en armes, en "soudoiers" -, on s'observe, ou plutôt, on s'épie : c'est le cas de la geste des Lorrains, par exemple. La paix n'est là que pour préparer la reprise de la guerre ; elle n'est qu'une parenthèse.

89Aucun des belligérants, de façon générale, ne veut proposer la paix ; car ce serait reconnaître sa défaite. La paix n'existe guère qu'imposée par un vainqueur à un vaincu. Exceptionnel est l'état d'esprit de ces combattants de Fouque de Candie :

  • 67 Et rares les souverains épiques qui affirmeraient :
    "Or metrai pais el regne, pour mon pris aloser" (...)

Mout amerent la pes et li nostre et les lour,
Quar nus n'i cuide avoir honte ne deshonnour ;
Onc mes ne vit nus guerre torner a tel amour.
vv. 12757-967

90Et, dans toute la sanglante geste des Lorrains, le trouvère est bien le seul à proclamer :

Onques de guerre ne vi home joīr,
Et qui porroit a la pais avenir,
Bien se porroit du remanant soufrir.
Garin le Lorrain CXVIII.vv. 11664-6

  • 68 De même, dans Girart de Roussillon, les conseillers pacifiques, Fouque et Thierri d'Ardenne, sont (...)

91Ceux qui, de tempérament, seraient enclins à préférer la paix, tel, dans la même geste, Bègue de Belin, sont rarement écoutés ; il leur arrive encore plus rarement de rencontrer des partenaires qui soient dans les mêmes dispositions qu'eux68 ; aussi faut-il considérer comme l'exception qui confirme la règle ce passage de Garin le Lorrain

Le duc Richart fait la guerre au roi Pépin. Les Lorrains interviennent militairement aux côtés de Pépin ; en même temps, des contacts diplomatiques mettent en rapport les belligérants. Le Lorrain Bègue qui conduit les opérations diplomatiques pour Pépin demande une entrevue à Richart. La rencontre allieu :

Contre lui cort Begues, cant le choisi :
"Sire, dist il, je voz taing (por) ami,
Se voz ce faites qui ja voz sera dit,
Mes parens estes et mes charnez amis.
Alez au roi, si li criez mercis !
Ou, se ce non, bien porra estre pis !
-Volentiers Sir", li quens Richars a dit.
Je qu'en diroie, n'aconteroie ci ?
Au roi de France vint por proier merci ;
A lui s'accorde, et furent bon ami.
XXC.vv. 1160-I70

  • 69 Anseīs de Mes. V.vv. 1761-99.
  • 70 La différence d'âge peut également intervenir pour expliquer la différence d'attitude entre Gérin (...)

92De plus, ici, Richart est sans doute poussé à accepter la perspective de la paix parce qu'il est dans son tort et le sait parfaitement. Le même sentiment pousse le Lorrain Gérin, dans Anseīs de Mes, à demander la paix à Anseīs ; il s'ouvre de son désir à son neveu Louis :69 Ce texte montre aussi combien, en effet, la paix est chose difficile à admettre pour beaucoup d'esprits féodo-épiques : n'est-elle pas, lorsqu'on la demande, synonyme de défaite ? Il faut, ici, pour que Louis accepte, l'argument mis en avant par Gérin : en fait celui à qui ils vont demander la paix a plus souffert qu'eux du conflit. Encore son consentement est-il plus une concession faite aux désirs de son oncle que l'expression d'une volonté positive personnelle. Il ne considère absolument pas que la paix doit être recherchée pour elle-même, mais qu'elle peut être utile dans le cas présent : elle sanctionne, dans les faits, sinon en apparence, son succès et elle met en repos sa conscience : il cesse ainsi de se battre contre un parent qu'il a offensé70.

  • 71 Couronnement de Louis. XVIII.vv. 437-4.

93De même, la paix peut être recherchée parce qu'elle est considérée comme un moindre mal sur le plan militaire : dans Le Couronnement de Louis, l'émir Galafre menace Rome ; le combat est imminent ; le pape tente alors d'obtenir son départ en lui promettant force richesses71 ; mais, dans les circonstances en question, le pontife ne peut opposer que quelques centaines d'hommes aux vingt mille musulmans de l'émir ; serait-il aussi pacifique si le rapport des forces était différent ?

94Plus que la paix elle-même, ce sont parfois, semble-t-il, les formes quasiment juridiques de la paix que l'on respecte ou que l'on se fait quelque scrupule de violer :

On devroit l'ome essillier et honnir
Qui prent par pais son mortel enemi.
Anseīs de Mes vv. 560-61

95Encore des condamnations aussi formelles sont-elles infiniment moins fréquentes que le sont les violations qu'elles dénoncent : trêves rompues avant le temps, guerres commencées par surprise, etc... Et quand une guerre est entreprise, la règle la plus couramment admise est qu'on la mène à outrance. Il faut toute la réputation de sagesse de Naime pour faire admettre à Charlemagne un point de vue différent :

Li reis Marsilie est de guere vencud…


Quant il vos mandet qu'aiez mercit de lui,
Pecchet fereit ki dunc li fesit plus.
Chanson de Roland v. 235 ; vv. 239-40

96La règle est plutôt celle qui est pratiquée dans Garin le Lorrain :

"Hom qui guerroie si se doit molt gaitier
Et prendre garde et le pais cerchier.
Et nuit et jor enz es lis espilier,
Ses anemis durement travillier,
Et ex ocire qu'il n'en prengne denier."
Garin le Lorrain CXVIII vv. 1158-42

97Prudence, et pas de pitié, on peut ainsi résumer les conseils d'Hervis :

"Qui en giu entre, bien doit gieu consentir.
Qui guerre mainne, guerre doit maintenir.
Garin le Lorrain vv. 14369-72

98Jamais on ne trouvera de règles parallèles pour le maintien de l'économie de la paix. Cette absence seule en dit long.

Que reames que vaut qui ne deffent ?
Girart de Roussillon DXLII.v. 9502

99Ce vers dit la nécessité du recours à la force et les illusions de ceux de ceux qui croiraient pouvoir s'en dispenser. Mais il y a un adage latin qui dit aussi "Si vis pacem, para bellum". On sait à quoi cela peut mener :

Lai funt une bataille fiere e esmaigne
E ont aucis dous reis d'outre Cerdaingne ;
Vouterne e Calabre, Puille e Romaingne,
Aviant si gasta(n) de c'om n'i gaaigne.
Etre cui de l'onor qu'en paz repaingne.
Girart de Roussillon X. vv. 122-6

100Il faudra que le code chevaleresque soit bien rigide et l'idéal chevaleresque bien impérieux pour que la force, naturellement maîtresse du cœur de l'homme, devienne surnaturellement servante de la faiblesse.

Notes

1 L'ensemble de cet article est redevable à P. Rousset. Recherches sur 1'émotivité à 1'époque romane, in Cahiers de Civilisation médiévale. II, (fasc.5), 1959, pp. 53-67.

2 J. Rychner. La chanson de geste, essai sur l'art épique des jongleurs. Genève, droz, 1955.

3 L'expression est de C. Péguy

4 Couronnement de Louis, Moniage Guillaume 1 et 2.

5 Aliscans, Le Covenant Vivien.

6 Ce dernier coup est déjà mythologique pour le jongleur lui-même, puisqu'il est la matière du gab de Charlemagne dans Le Pélerinage de Charlemagne ; dans la mesure où il y a plaisanterie, on voit que l'auteur ne prend pas au sérieux ce genre de haut fait.

7 C'est une autre sorte de gab.

8 Par exemple, Gaufrey, vv. 2543-7

9 On en trouvera plusieurs exemples in P. Jonin. Pages épiques 2. pp. 111-5 ; p. 140 ; pp. 163-6. Paris, SEDES, 1970.

10 On peut citer, à titre d'exemple, l'attitude menaçante de Charles envers frère Bourmont, messager de Girart, dans Girart de Roussillon (vv. 6700 sq.)

11 Dans Garin le Lorrain, Fromont accueille un messager de Pépin en lançant un couteau sur lui ; il manque son but, atteint un autre assistant ; point apaisé pour autant, il veut réitérer son geste ; les siens le retiennent (LIV.vv. 3891-8).

12 Les Narbonnais XIV. La chanson date de 1210 environ.

13 Mais un des jeunes gens prend la défense de sa mère, insulte son père et le menace de son épée.

14 Le texte est de la seconde moitié du xiiie siècle, - donc les mœurs ne vont pas s'adoucissant.

15 Des scènes parallèles se déroulent dans Orson de Beauvais.

16 CLXXXVIII.f.vv. 18-26

17 Cependant, dans l'ensemble de l'épopée, c'est à des musulmans que l'on attribue le plus de gestes de cruauté, en particulier dans les mauvais traitements réservés aux prisonniers chrétiens (Couronnement de Louis, Moniage Guillaume), dans les supplices auxquels ces mêmes prisonniers sont parfois soumis (Aubery le Bourguignon, Narbonnais, La Mort Aymeri de Narbonne.)

18 Raoul de Cambrai. LXX.

19 Jourdain de Blaivies vv. 1155-8

20 Seule, parmi les textes les plus anciens, est représentée la geste des Lorrains ; mais c'est le coloris d'ensemble de l'histoire qui est fort sombre. L'époque n'explique pas tout.

21 Dans Jourdain et dans Garin à deux reprises.

22 Doon de Mayence.

23 Raoul de Cambrai.

24 La Destruction de Rome.

25 vv. 434-6

26 Cf. citation p. précédente.

27 A l'exception de certains bourgeois, dans la geste des Lorrains et dans Girart de Roussillon, par exemple.

28 Cf. dans Aliscans - L'épisode bien connu du vilain dont le champ de fèves a été mis à sac par l'armée, vv. 7375-7490.

29 "Ha ! dit le peuple, le labeur de mes mains nourrist les lasches et les oyseux et ilz me persécutent de faim et de glaive. Je soustiens leur vie à la sueur et travail de mon corps et ils guerroyent la mienne parleur oultrage dont je suis en mendicité. Ilz vivent de moi et je meur par eux"… Quadriloge invectif.

30 Girart de Vienne, Girart de Roussillon, Renaut de Montauban.

31 Garin le Lorrain, Gerbert de Mes.

32 Et aussi sans doute au fait que la geste des Lorrains accorde une plus grande importance que les autres à la vie urbaine et à la participation des roturiers au monde seigneurial.

33 C'est aussi une guerre civile qui inspirera "Misères" à d'Aubigné.

34 Aragon. J'entends, j'entends.

35 Cf. aussi Girart de Vienne, p. 82.

36 Cf. aussi Garin le Lorrain. LII.vv. 3644-50 ; LXXXII.vv. 7668-72 CXVII.vv. 11316-23

37 Garin le Lorrain. XCVIII vv. 10071-81.

38 Gerbert de Mes. CCXL vv.I0933-5I. Ludie, la femme d'Hernaut, est particulièrement accablée par son état :
"Je sui ençainte, si nel puis endurer,
Li cuers me faut, paor ai de pasmer."
Hernaus l'entent, si commence a plorer.
Gerbert de Mes vv. 10952-4

39 Cf. aussi Garin le Lorrain. CLIII vv. 15409-16.

40 Cf. n. 38.

41 On la retrouve, avec une autre formulation dans Raoul de Cambrai CLXIII vv. 3499-503.

42 On pourrait ajouter d'autres textes :

  • Ravages du pays : Gerbert de Mes : vv. 2270-1 ; concernant particulièrement les pauvres et les religieux : Aubery le Bourguignon : p. 99 vv. 5-10 (2d. Töbler)
  • Malheur des pauvres gens : Garin le Lorrain : vv. 12627-9 Chanson de Godefroy de Bouillon vv. 983-4 ; v. 999 ; Naissance du Chevalier au cygne : vv. v.685.

43 Notons cependant que l'inspiration de saint Bernard ne fait pas une totale unanimité. Isaac de l'Etoile, abbé de Cîteaux après 1147, écrit à propos des Templiers : "Pareillement, à peu près au même moment, naquit le monstre nouveau d'une nouvelle chevalerie, dont quelqu'un a dit agréablement qu'elle était l'ordre du Cinquième Evangile, pour contraindre à la foi les Infidèles, avec des lances et des bâtons. Elle se donne licence de dépouiller ceux qui ne connaissent pas le nom du Christ, et si quelques uns de ses membres perdent la vie dans leurs massacres, on les appelle martyrs du Christ. Est-ce que ceux-là aussi, par leur cruauté, ne préparent pas une autorité contre les chrétiens au fils de perdition qui doit venir ? Et lui opposera-t-on la patience, la douceur du Christ et ses modes de prédication ? Pourquoi ne ferait-il pas à plaisir ce qu'il trouvera fait légalement ? Comment ne dira-t-il pas "Ce que l'Evangile a fait, qu'on le lui fasse ?" Sermon 48 (col. I854 bc) (texte cité par L. Bouyer in La Spiritualité de Cîteaux. Paris, Flammarion, 1955) (ch. Isaac de l'Etoile).

44 Dans la querelle qui oppose Lorrains et Bordelais tout au long du cycle des Lorrains, ce sont les Bordelais les héros négatifs, et les Lorrains, les héros positifs.

45 Girart de Roussillon, Renaut de Montauban.

46 Raoul de Cambrai, cycle des Lorrains.

47 Cf. pages intitulées Cruauté ; cf. aussi le passage où Bègue de Belin, alors que la paix règne depuis sept ans entre les deux familles, se risque à chasser sur les terres de son ancien adversaire, sachant parfaitement ce qui peut en résulter, et cela malgré la mise en garde de sa femme : vv. 10150-234 (Garin le Lorrain).

48 R. Louis. La grande douleur pour la mort de Roland in CCM.1960 (fasc.1).

49 Cf. aussi Renaut de Montauban. vv. 928-33.

50 Cf. aussi Garin le Lorrain. CXIX vv. 1167-80.

51 Cf. ci-dessous

52 Ce que dit très bien le terme même de chanson de geste.

53 Et c'est le butin qui, souvent, en donne les moyens.

54 N'est-ce pas d'ailleurs le sens primitif du mot "riche" ?

55 Dans Aymeri de Narbonne.

56 Ainsi que dans Aymeri de Narbonne, Gui de Bourgogne.

57 Cf. les hésitations de Louis à secourir Guillaume dans Aliscans et celles de Pépin à intervenir aux côtés des Lorrains dans Garin.

58 Mais Guerri n'est pas un personnage positif.

59 Cf. aussi Prise d'Orange, vv. 52-70

60 Roland saluant le cadavre d'Olivier, Guillaume pleurant sur celui de Vieien.

61 Guillaume encore, après la bataille d'Aliscans, déplorant le vide de sa grande salle.

62 Cf. aussi Girart de Vienne. p. 90.

63 Ibid. p. 85.

64 Cf. aussi Anseīs de Mes vv. 6812-3.

65 Cf. aussi CXVIII vv. 2383-9.

66 Texte postérieur à Garin et Gerbert.

67 Et rares les souverains épiques qui affirmeraient :
"Or metrai pais el regne, pour mon pris aloser". Mainet v.57
…et il s'agit d'un usurpateur !

68 De même, dans Girart de Roussillon, les conseillers pacifiques, Fouque et Thierri d'Ardenne, sont souvent peu écoutés.

69 Anseīs de Mes. V.vv. 1761-99.

70 La différence d'âge peut également intervenir pour expliquer la différence d'attitude entre Gérin et Louis. L'oncle est plus sage que le neveu, comme les vétérans de Charlemagne, mais dans une autre situation, étaient moins entreprenants qu'Aymeri.

71 Couronnement de Louis. XVIII.vv. 437-4.

Les textes cités l'ont été d'après les éditions suivantes :

  • Aliscans, chanson de geste, pp. F. Guessard et A. de Montaiglon. Paris, 1870
  • Anseīs de Mes, according to ms.N (Bibl. de l'Arsenal). Text published for the first time in its entirety, with an introduction by H. Green. 1939, Paris
  • Aspremont, éd. p. L. Brandin ; 2 vol. Paris 1921-2 (2ème éd. revue 1923-4) (CFMA 19 et 25)
  • Aubery Le Borguignon, éd. p. A. Töbler, Leipzig, 1870.
  • Aymeri de Narbonne, éd. p. L. Demaison, 2 vol. Paris 1887 (SATF)
  • Le couronnement de Louis. éd. p. E. Langlois, 2ème éd. revue, 1925 (CFMA 22), Paris.
  • La Destruction de Rome, publiée par G. Grœber, Romania, 1873, (t. 2) pp. 3 sq.
  • Doon de Mayence. éd. p. A. Rey. Paris, 1858 (Anc. poètes de la France, 2)
  • Herbert le Duc de Dammartin : Folque de Candie, éd. p. O. Schultz-Gora, t. 1 et 2. Dresde, 1909-15
  • Garin le Loheren according to ms A (Arsenal 2983). New York, 1947
  • Gaufrey, éd. p. F. Guessard et P. Chabaille. Paris, 1859 (Anc. Poètes 2-3)
  • Gerbert de Mes, éd. p. P. Taylor. Namur, 1952 (Bibl. Fa ; de Philos. et de Lettres de Namur, fasc. II)
  • Girart de Roussillon, éd. p. W.M. Hackett. Paris 1950-1951-1953. 3 vol. (SATF)
  • Girart de Vienne, éd. p. P. Tarbé. Reims, 1850 (coll. des Poètes de Champagne)
  • Hervie de Mes, éd. p. V.E. Stengel (Dresde, 1903) (Gesellschaft f. rom. LIT.I
  • Jourdain de Blaivies, a critical edition by W.H. Bishop. Chapel Hill. Univ. of North Carolina, 1962
  • Mainet, fragments publiés p. G. Paris in Romania. IV I875 pp. 3I5 sq.
  • Moniage Guillaume 1 et 2, éd. p. W. Clœtta. 2 vol. Paris 1906-13 (SATF)
  • Les Narbonnais, éd. p. H. Suchier, 2 vol. Paris ; 1898 (SATF)
  • La prise d'Orange, éd. p. C. Régnier, Paris, Klincsieck, 1967
  • Raoul de Cambrai, éd. p. P. Meyer et A. Longnon. Paris, 1882 (SATF)
  • Renaut de Montauban. Les Quatre fils Aymon, éd. p. F. Castets. Montpellier 1909
  • Roland, éd. p. J. Bédier. Paris, 1921.

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter