Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Âge

Remarques sur la mort dans le Roman de Renart (branche I)

Michelle Augier

Texte intégral

  • 1 Philippe ARIES : Essais sur l'histoire de la mort en Occident du Moyen Age à nos jours, Paris, Seu (...)
  • 2 Jean FRAPPIER : La douleur et la mort dans la littérature française des xii° et xiii° siècles, in (...)

1L'attitude de l'Occident en face du problème de la mort a évolué considérablement selon les époques. Si l'on en croit Philippe ARIES1, on est passé, progressivement d'une mort "apprivoisée" au Moyen Age à une mort "interdite", dans la société contemporaine. Jean FRAPPIER, sensible à la diversité des nuances que les thèmes de la douleur et de la mort étaient susceptibles de recevoir selon les textes littéraires, exprimait le souhait de les voir étudiés "époque par époque, pays par pays."2 La Branche I du Roman de Renart, par les crimes commis par le goupil, par les menaces de mort que le courroux du roi fait peser sur le coupable, amène fréquemment ce thème de la mort et semble offrir une occasion privilégiée de réaliser une approche de l'appréhension de ce problème par les hommes de l'époque. Aussi essayerons-nous de voir quelle représentation de la mort nous y est donnée.

  • 3 Robert DELORT : Le Moyen Age, Histoire illustrée de la vie quotidienne, Lausanne, Edita, 1972, p.  (...)
  • 4 Robert DELORT : o.c. p. 98.
  • 5 Le Roman de Renart, Première Branche, éd. M. Roques, Paris, Champion, 1967, v. 941-2 et 1600.
  • 6 id. v. 304I-2, 2I67-2202, 299-364.

2Ce qui frappe dès 1'abord le lecteur de la Branche I, c'est que la représentation de la mort que nous y découvrons est toujours celle d'une mort violente, ce qui n'est pas pour nous surprendre : "La mort en elle-même n'étonne pas", écrit Robert DELORT dans Le Moyen Age, Histoire illustrée de la vie quotidienne3. "Elle vient si souvent qu'elle est familière. Sans cesse des enfants disparaissent : de temps en temps, nous l'avons vu, une grande disette, une épidémie, une guerre moissonnent des familles entières… Seules les morts très douloureuses, spectaculaires, comme en ont connu, au xi° siècle, les "ardents", empoisonnés par le champignon - ergot du seigle et en proie à d'atroces convulsions, ont pu émouvoir les foules ; mais on peut se demander si ce n'était pas le côté inhabituel de ces morts ou surtout la signification diabolique qu'on y pouvait voir qui les frappait le plus4. "Or ce caractère satanique n'est pas absent de la première branche du Roman de Renart : la "deablie" du goupil est affirmée à plusieurs reprises5. La mort de Poincet, tout comme celles de Pelez et de Coupée6, est marquée par une cruauté extrême. Renart prend plaisir à tuer et à faire tuer : en jetant comme un défi le corps mutilé de la poule devant les siens, il prouve bien qu'il n'agit pas pour obéir à la nécessité naturelle d'assurer sa subsistance mais à un âpre goût du sang. La réaction d'horreur suscitée par l'apparition des cadavres des victimes de Renart est due aux plaies et aux blessures infligées, attestant la férocité de Renart, et non à l'horreur de la mort physique et à l'appréhension devant l'idée de la décomposition à venir. Le souvenir qui s'attache aux défunts est inséparable de leur apparence ; les regrets inspirés par la malheureuse Coupée le montrent bien :

  • 7 id. v. 333-5

"Et vos, qui la gisiez an biere,
ma douce suer, m'amie chiere,
com vos estiez tandre et grase."7

  • 8 cf. Philippe ARIES, o.c. p. 38 Edelgard DUBRUCK : The Theme of Death in French Poetry of the Middl (...)
  • 9 Roman de Renart, o.c. v. 1048-1125.
  • 10 id. v. 1028-9, 1350-2.
  • 11 id. v. 1147-1162.
  • 12 Pierre-Yves BADEL : Introduction à la vie littéraire du Moyen-Age, Bordas-Mouton, Paris, 1969, p.  (...)
  • 13 Roman de Renart, : o.c. v. 1115-1125 et 2025-2030.

3Si l'on accepte l'ordre de la nature et si l'on ne songe pas à se révolter contre la mort naturelle qui n'apparait d'ailleurs jamais dans la branche I du Roman de Renart, en revanche, la mort violente, inattendue, est fortement redoutée. C'est qu'elle comporte en elle-même un autre danger, celui de l'Autre Mort, de la damnation éternelle contre laquelle le défunt n'a pas eu le temps de se prémunir par une confession et un repentir sanctionné par l'absolution8. Renart lui-même n'est pas exempt, semble-t-il, de cette crainte puisqu'il se laisse persuader par Grimbert de faire le récit de ses crimes passés et de recevoir le pardon de ses fautes, encore que l'évocation des mauvais tours par lui joués né se fasse pas sans une certaine complaisance9. Néanmoins, il a peur de la mort10, il se signe11 et demande l'assistance divine. Par là, la Branche I du Roman de Renart se fait l'écho de la société contemporaine. Comme l'écrit Pierre-Yves BADEL : "Au xii° siècle, la mort est un phénomène trop banal pour susciter beaucoup d'émotion. On la craint - et surtout la mort soudaine, sans confession ni absolution -, dans la mesure où elle est une porte ouverte sur le Paradis ou l'Enfer. L'évoquer, c'est inviter, l.'homme à songer dès cette vie à son salut éternel."12C'est bien ce but d'édification que poursuit Grimbert en annonçant à Renart qu'il risque d'être pendu. En lui donnant l'absolution, il cherche à sauver l'âme du pécheur13.

  • 14 id. v. 1176-1208.
  • 15 id. v. 1132-1140.
  • 16 id. v. 1418-20.

4Malheureusement, Renart ne demeure pas longtemps dans de bonnes dispositions : il suffit de la proximité d'une alléchante basse-cour pour qu'il connaisse à nouveau la tentation14. Pourtant, si l'instinct de la chasse et la gourmandise demeurent vivaces en lui en dépit de la gravité et de l'imminence du péril qui pèse sur lui, Renart ne parait pas particulièrement attaché aux biens qu'il possède : s'il vante avec satisfaction les ressources de Maupertuis15 ou s'il déplore d'en être éloigné16, c'est, semble-t-il, beaucoup plus en raison de la sécurité offerte par sa demeure que par excessif amour de ses richesses. En revanche, son désir passionné de vivre l'amène à refuser toute résignation à son sort : même dans les situations en apparence les plus désespérées, il cherche encore à déjouer les plans de ses adversaires.

  • 17 id. v. 2093-2156.

5Il y est aidé, d'ailleurs, par la force des liens sociaux. Celle-ci se manifeste tout particulièrement en face de la mort où la solidarité familiale joue à plein. Au moment où Renart va être pendu, l'intervention de sa femme et de ses enfants, apportant une énorme rançon, est décisive17 et lui permet d'échapper aux rigueurs de la justice. Les scènes de tendresse familiale ne sont d'ailleurs pas rares dans le texte puisque les retrouvailles de Renart avec les siens sont fréquement marquées par des épanchements et des embrassades :

  • 18 id. v. 2153-6 ; cf. aussi v. 1659-1670.

"Grant joie fait a sa mainie,
que devant lui ne rit il mie :
cestui baise, cestui anbrace,
ne vit mes hui riens qui li place."18

  • 19 Pierre JONIN : Les animaux et leur vie psychologique dans le Roman de Renart (branche I), in Annal (...)
  • 20 Roman de Renart, o.c. v. 2881-4.
  • 21 id. v. 299-364 et 2167-2202. cf. Jacques HEERS : Le clan familial au Moyen-Age, Paris, Presses Uni (...)
  • 22 Roman de Renart, o.c. v. 743-4 et 455-8.

6Mais c'est surtout lorsqu'il s'agit de venger un disparu que les liens du lignage se révèlent particulièrement forts : les exemples ne manquent pas dans le récit des aventures de cette société animale dont les membres "s'opposent en des conflits passionnés et sanglants"19 : les fils de Renart après la mort supposée de leur père20, les parents de Coupée ou Dame Chauve et ses proches réclamant le châtiment de l'assassin de Pelez, tous obéissent au même impérieux devoir21. C'est parfois le Suzerain qui assume lui-même cette obligation22, soutenu et excité par ses barons.

  • 23 Jacques LE GOFF : La civilisation de l'Occident Médiéval, Paris, Arthaud, 1967, p. 6I6.
  • 24 cf. Jean FRAPPIER, o.c. v. 743-4 et 455-8. Paul ZUMTHOR : Etude typologique des planctus contenus (...)
  • 25 Philippe ARIES o.c. p. 177.

7L'appel à la justice se fait souvent devant le corps de la victime mais ce spectacle, s'il est destiné à susciter l'indignation et la pitié, n'angoisse pas en soi23. Le deuil est d'ailleurs ritualisé. Les funérailles de Coupée en sont un exemple. Nous n'aborderons pas ici le problème de la parodie évidente, à travers cette scène, d'un thème épique bien connu24. Les cris, les évanouissements, toutes les manifestations de chagrin qui se produisent devant le convoi de Coupée ou du rat Pelez, précisément parce qu'elles se présentent dans une succession attendue, se rapprochent en dépit de l'intention humoristique, de la réalité : peu à peu, au cours du Moyen Age, "les manifestations de deuil ont perdu de leur spontanéité. Elles se sont ritualisées"25. Ce phénomène, que Philippe ARIES déclare réalisé à partir du xiii° siècle, nous parait déjà discrètement évoqué dans notre texte.

  • 26 Roman de Renart o.c. v. 436-448.
  • 27 Philippe ARIES o.c. p. 90-91 et 41-44.
  • 28 Roman de Renart o.c. v. 445-8, 468-487, 2969-71.
  • 29 id. v. 3243-56.

8Autour du cadavre de Coupée, va s'organiser un véritable cortège solennel : aux proches et aux familiers de la défunte, vont en effet se joindre tous les membres de la cour. Après l'office religieux, c'est l'inhumation. La richesse et le faste déployés en la circonstance correspondent sans doute à la volonté d'honorer la malheureuse géline26, mais reflètent aussi un aspect de la mentalité contemporaine : "Le tombeau visible, qui était devenu très rare pendant le Haut Moyen Age, écrit Philippe ARIES, reparaît au xii° siècle : il était en effet un moyen d'assurer la permanence du défunt, à la fois au ciel et sur la terre. Son ostentation, qui a augmenté du xii° au xvi° siècle pour diminuer ensuite traduit la volonté de proclamer aux hommes de la terre la gloire immortelle du défunt… La tombe visible n'est donc pas le signe du lieu de l'inhumation : elle est commémoration du défunt, immortel parmi les saints, et célèbre parmi les hommes. Dans ces conditions, la tombe visible était réservée à une petite minorité de saints et d'illustres…"27. Telle est bien l'intention qui anime ceux qui décident de l'inhumation de Coupée : l'épitaphe la présente bien comme une martyre à laquelle il sera aisé, par la suite, d'attribuer des miracles28. Parce que l'on tend parfois à confondre la survie céleste avec la survie accordée sur terre par la gloire, le sort réservé à Renart pourrait s'expliquer : il aurait mérité l'Enfer pour ses sacrilèges et ses blasphèmes, il ne peut revenir, transformé parla teinture que lui a value son irruption chez le teinturier, que sous une fausse identité ; mais cette interprétation, trop simple, ne nous satisfait pas : c'est en effet en réponse à une prière sincère et fervente du goupil que Dieu lui accorde cette transformation providentielle : en lui sauvant la vie, il lui permet de retrouver aussi sa demeure, sa femme et une existence heureuse29.

  • 30 id. v. 1130-1143.

9En personnage sage et avisé, Renart, lorsque la mort parait proche, organise l'avenir et songe à son testament : c'est d'ailleurs un moyen pour lui de demeurer, par-delà le trépas, le chef de famille, et ses recommandations à ses enfants, au moment où il se prépare à se rendre à la cour en compagnie de Grimbert, le montrent bien. La protection que Maupertuis, savamment agencé et abondamment pourvu de vivres par ses soins, assurera à sa famille30, est un moyen pour Renart de nier sa propre mort. Ne dit-il pas :

"Que qu'il de moi daie avenir,

  • 31 id. v. 1131-3.

pansez de mon chastel tenir
contre contes et contre rois"31

  • 32 id. v. 2057-2066.

10"Mon" chastel : le possessif est révélateur. Renart ne craint d'ailleurs pas d'être désobéi : non qu'il idéalise les siens : il ne se fait aucune illusion sur les possibilités de fidélité de sa veuve32, encore que sa colère quand elle veut épouser Poincet trahisse sa déception(33). Pourtant, il se contente d'énoncer à haute voix ses dernières volontés, certain qu'elles seront respectées : il ne songe pas à faire promettre à son entourage de lui obéir. Pour lui, cela va de soi et cette confiance en ses proches marque à la fois la tendresse de Renart envers les siens, son autorité et la force de l'organisation familiale médiévale.

11Ce qui frappe donc dans cette peinture de la mort à travers la première branche du Roman de Renart, c'est d'abord l'évocation fidèle de la réalité contemporaine ; qu'il s'agisse de l'organisation de la société ou de la conception des liens familiaux, les animaux sont bien les représentants des hommes. Mais ce qui domine ce tableau, c'est un profond amour de la vie. La mort naturelle est absente car elle est acceptée comme une nécessité, comme une loi de la nature. En revanche, la mort violente est évoquée à plusieurs reprises. A travers elle, se trahit l'angoisse du salut, par la peur de la mort et le souci d'assurer, par la confession, la joie éternelle. Déjà on discerne le problème du destin individuel. Mais la survie céleste tend à se confondre avec la survie terrestre donnée par la gloire. La gravité des questions posées se dissimule parfois derrière la parodie ou la satire. Mais l'inquiétude transparait de temps à autre : celle de l'homme, à toutes les époques, celle aussi, peut-être, d'une société en évolution qui s'interroge sur son propre avenir.

Notes

1 Philippe ARIES : Essais sur l'histoire de la mort en Occident du Moyen Age à nos jours, Paris, Seuil, 1975, p. I7.

2 Jean FRAPPIER : La douleur et la mort dans la littérature française des xii° et xiii° siècles, in Il dolore e la morte nella spiritualita dei secoli xii e xiii, 7-10 ottobre 1962 ; In todi presso l'Academia Tudertina, 1967, p. 67-70, p. 69.

3 Robert DELORT : Le Moyen Age, Histoire illustrée de la vie quotidienne, Lausanne, Edita, 1972, p. 98.

4 Robert DELORT : o.c. p. 98.

5 Le Roman de Renart, Première Branche, éd. M. Roques, Paris, Champion, 1967, v. 941-2 et 1600.

6 id. v. 304I-2, 2I67-2202, 299-364.

7 id. v. 333-5

8 cf. Philippe ARIES, o.c. p. 38 Edelgard DUBRUCK : The Theme of Death in French Poetry of the Middle Ages and the Renaissance, London, Mouton and Co, 1964, p. 57.

9 Roman de Renart, o.c. v. 1048-1125.

10 id. v. 1028-9, 1350-2.

11 id. v. 1147-1162.

12 Pierre-Yves BADEL : Introduction à la vie littéraire du Moyen-Age, Bordas-Mouton, Paris, 1969, p. I22. cf. aussi Philippe ARRIES : o.c. p. 32 sq.

13 Roman de Renart, : o.c. v. 1115-1125 et 2025-2030.

14 id. v. 1176-1208.

15 id. v. 1132-1140.

16 id. v. 1418-20.

17 id. v. 2093-2156.

18 id. v. 2153-6 ; cf. aussi v. 1659-1670.

19 Pierre JONIN : Les animaux et leur vie psychologique dans le Roman de Renart (branche I), in Annales de la Faculté des Lettres d'Aix, t. XXV, fasc. 1 et 2, 1951, p. 63-82, p. 63

20 Roman de Renart, o.c. v. 2881-4.

21 id. v. 299-364 et 2167-2202. cf. Jacques HEERS : Le clan familial au Moyen-Age, Paris, Presses Universitaires de France, 1974, p. 116 : "Les morts violentes appellent toujours réparation… La vendetta marque vraiment toute la vie médiévale."

22 Roman de Renart, o.c. v. 743-4 et 455-8.

23 Jacques LE GOFF : La civilisation de l'Occident Médiéval, Paris, Arthaud, 1967, p. 6I6.

24 cf. Jean FRAPPIER, o.c. v. 743-4 et 455-8. Paul ZUMTHOR : Etude typologique des planctus contenus dans la Chanson de Roland, in La technique littéraire des chansons de geste (Colloque international tenu à l'Université de Liège du 4 au 6 septembre 1957, Liège, 1959,)p. 219-235.

25 Philippe ARIES o.c. p. 177.

26 Roman de Renart o.c. v. 436-448.

27 Philippe ARIES o.c. p. 90-91 et 41-44.

28 Roman de Renart o.c. v. 445-8, 468-487, 2969-71.

29 id. v. 3243-56.

30 id. v. 1130-1143.

31 id. v. 1131-3.

32 id. v. 2057-2066.

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter