Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant au Moyen Âge

Romans et lais

L'enfant dans L'Escoufle de Jean Renart

Jean Larmat

Texte intégral

  • 1 Jean RENART. L'Escoufle, ed. Fr. SWEETSER, Genève, Droz, 1974.

1Les protagonistes de L'Escoufle1 pendant une notable partie du roman, sont deux enfants, le fils du comte de Montivilliers et la fille de l'empereur de Rome. Le roman nous fait connaître les rapports qu'ils ont avec leurs parents, leur entourage et chante leurs amours. L'attention exceptionnelle dont ils sont l'objet mérite qu'on ne néglige pas ce roman quand on essaie de savoir ce que pouvait être l'enfant des familles aristocratiques à la fin du xiie siècle.

+++

  • 2 Philippe ARIÉS. L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime. Paris, Plon, 1960, p. 23-25.

2Le récit s'intéresse d'abord au garçon, qui est baptisé dès sa naissance (1758-1763). Le bébé est très beau, aussi beau que peut l'être un nouveau-né, la beauté ne pouvant parvenir à son point de perfection chez une créature-aussi jeune (1782-87), idée qui justifie peut-être l'indifférence des premiers siècles du Moyen Age pour les tout-petits2, à moins que celle-ci ne vienne de leur fragilité. Guillaume est l'objet des soins les plus attentifs : trois nourrices sont chargées de l'élever, une l'allaite, la deuxième s'occupe du berceau, la troisième le porte, le promène, le couche, le baigne

Quant ele veut et il le daigne
Sofrir, sans crier et sans braire
1796-87

3Le fils du comte bénéficie donc d'attentions particulières. A trois ans, il est sevré :

... quant il fu raisons et tans
Qu'on le dust sevrer, on le soivre
1802-1803

4pratique courante au moins jusqu'au xvie siècle. L'auteur note les regrets de la nourrice de se voir privée d'un enfant qu'elle aimait. Il ressemble maintenant à un petit ange(1815) avec sa tête si blonde et fait déjà preuve de discernement. Les parents sont heureux d'avoir un fils aussi charmant. L'empereur qui a dû apprendre du père, son ami, l'existence d'une telle merveille, décide de le faire venir au palais. Les messagers chargés de transmettre son désir à la comtesse la trouvent dans un jardin du château, jouant avec son fils et avec ses suivantes. La mère s'occupe donc personnellement de son enfant, bien qu'un précepteur commence à l'instruire. Elle apprécie l'honneur qui lui est fait ; cependant, elle souffre d'avoir à s'en séparer, car sa beauté, ses manières la ravissent. Elle aime plus que tout son "Guillemot"

K'il n'est riens plus bele de lui. 1859

5Dans un bref couplet lyrique, elle insiste sur le bonheur qu'il lui apporte (1862-63). Image familière et touchante : elle lui tend les bras et l'enfant accourt. Elle le saisit,

La face li baise et la bouce. 1869

6et, puisqu'elle va devoir se séparer de lui, le fait coucher clans son lit (1886-87). Le lendemain matin, c'est la séparation :

La mere entre ses bras le prent
Si l'estraint et acole et baise.
Por ce qu'il siece plus a aise
Li fait ele en sa sele metre
A tel qui s'en set entremetre
.I. oreillier de plume mole. Que qu'ele le baise et acole,
L'iave del cuer li sort del vis. 1896 1903

7Huit siècles auront bientôt passé sur cette scène. Elle n'a pas vieilli. Même tendresse, même émotion que chez les mères aimantes d'aujourd'hui ! Quand l'enfant arrive à Rome, le père ne peut s'empêcher de l'embrasser en public, ce qui alors ne se faisait pas. (1954)

8Aélis est née le même jour que Guillaume ; les deux pères se sont également réjouis. Fait digne d'être signalé : l'empereur n'est pas mécontent d'avoir une fille alors qu'il n'a pas d'héritier mâle. De la petite enfance de la princesse, l'auteur ne nous dit rien : est-ce parce qu'il est malaisé de constater une différence sensible entre les garçons et les filles au cours des premières années de leur vie ? Nous l'entrevoyons quand elle vient, avec l'impératrice, accueillir Guillaume : "Bele" Aélis s'avance, jouant avec ses "puceles". Bientôt, sa mère et elle prennent le fils du comte par la main pour le conduire au pelais (1932-33).Les deux enfants grandissent ensemble désormais, leurs pères " En font par maison lor jouiaus. 2079

9Les années passent, les voici à l'âge de dix ans. L'empereur pense qu'ils sont les plus nobles de leur race, tant par leur beauté que par leur intelligence (210 - 211). Il annonce au comte qu'il veut faire de Guillaume son héritier et lui donner sa fille pour femme. Sans tarder, il convoque ses vassaux ex leur fait jurer fidélité au jeune garçon qui deviendra leur maître. Le comte prend alors son fils par le bliaut et lui dit en riant qu'il le considère désormais comme son seigneur (2352)5il pleure d'émotion. A la fillette, il déclare qu'elle est sa dame, qu'il est donc son ami. Aélis lui met ses beaux bras autour de la taille :

Sire, fait ele, cui g'enbras,
Mes pere estes or maintenant (2366-67)

10Et c'est en se tenant par la main que tous trois se rendent dans une autre pièce. Chaque tableau montre les progrès des enfants ; la scène est destinée à les mettre en lumière ; elle prouve aussi que l'affection est toujours aussi vive entre les parents et les enfants :

Ainc mais ne prist nom tel conroi
Des. ii. enfans com l'emperere
En prent, et li quens et la mere :
Tuit trois font lor joiaus d'eus. ii.
(2380-83)

11Le comte, hélas ! tombe bientôt malade ; c'est l'occasion d'un épisode que le romancier développe à loisir. Tout d'abord, les deux enfants ne se rendent pas compte de la gravité de son état ; ils espèrent le voir bien vite guéri. Et la mort survient :

Cascuns des enfans s'esgratine
Et font duel, ainc tex ne fu fais. (2480-81)

12Pendant les obsèques, ils sont à côté de la bière. Guillaume dit sa douleur, prie pour le salut de l'âme de son père, refuse de croire à sa mort, se plaint de rester seul, sans parents, sans amis, développant en somme certaine motifs des "regrets". Alors, il arrache les draps mortuaires et demande au cadavre de lui parler ; devant le silence du corps, il admet la mort du comte, tandis qu'Aélis, bouleversée par la douleur de Guillaume, craint qu'il ne se tue et maudit la mort. (2512-2548) A l'heure de l'enterrement, Guillaume ne peut parler ; la comtesse quitte Rome sans même entrer dans la maison de son mari ; Aélis, qui l'aime beaucoup, lui dit adieu (2533). Tout montre un amour profond et réciproque.

  • 3 Ainc mais nus enfes de.xii. ans
    Ne seut tant comme cis set ja. (4268-69)

13On connaît la suite de l'histoire. En dépit de son affection pour Guillaume et de son refus de tenir compte de l'opinion de mauvais conseillers, scandalisés l'idée que le fils du comte épousera la princesse, l'empereur cède aux prières de sa femme, il interdit à Guillaume de passer ses journées dans la chambre de sa fille et de s'y rendre sans autorisation. C'est le drame. Loin de se résigner, Aélis décide de fuir avec son ami et l'envoie demander à la comtesse les mulets nécessaires au grand voyage qu'ils vont entreprendre, car elle veut aller à Rouen. Nous voyons Guillaume, âgé de douze ans3 maintenant, arriver au château maternel, quelques mois sans doute après les obsèques du comte :

Ml't l'en sot sa mere bon gré
De ce que il la vient veoir.
Ele n'eüst or nul avoir
Tant chier com ele a sa venue.
De si loing que cil l'a veüe
Il li cort sore, si la baise.

Par la main [sa mère] l'en maine riant
Jusqu'en la grant chambre celee (3682-90)

14Elle s'informe des sentiments de l'impératrice et de la jeune princesse auprès de son fils qui ne lui cache rien. Instruite des projets des enfants, elle ne perd pas de temps. Tout est prêt en une semaine. Le jour du départ arrive, enfin pour Guillaume, jour douloureux pour la mère, qui, « plorant ο larmes »(3756) recommande à son fils « ml't de bien faire » (3759) et le fait accompagner d'un chambellan en qui elle a pleine confiance, car il est « debonaire », « preus et seürs ». Jean Renart note la tendresse inquiète et attentive de la mère pour l'enfant grandi et la relative indifférence de l'enfant qui songe avant tout à ses amours ; même observation pertinente pour Aélis et ses parents. La fuite des enfants découverte, nous assistons à la douleur de l'impératrice, qui aurait fait pleurer un homme au cœur de pierre, à celle, plus grande encore, de l'empereur, qui aimait Guillaume, à sa colère contre sa femme et contre ses "serfs". Il se sent coupable, il estime que Dieu le punit d'avoir manqué à sa parole. On a beau le supplier de penser à lui-même, il continue à crier et tombe évanoui. Revenu à lui, il déchire ses vêtements, peu s'en faut qu'il ne se jette par la fenêtre. Seul l'espoir de retrouver les fugitifs, que ses proches croient pouvoir rejoindre sans peine, lui rend la maîtrise de soi. Sa fureur, son désespoir révèlent son attachement et la place que les enfants tiennent dans sa vie. Comme la plupart des romanciers, Jean Renart isole et retient des moments significatifs de l'action. Il fait ainsi sentir la tendresse qui unit parents et enfants, des enfants particulièrement attachants, il est vrai, qui n'ont pas de peine, non plus, à se concilier les bonnes grâces de leur entourage.

+++

  • 4 Erasme, De pueris statim ac liberaliter instituendis, éd. Jean-Claude Margolin, Genève, Droz, 1966 (...)

15Ils semblent nés pour être à l'aise en société. A peine âgé de trois ans. Guillaume quitte le gynécée ; il passe dans le monde des hommes. Erasme aurait approuvé sur ce point l'éducation que le Moyen Age donnait aux fils de la noblesse, lui qui déplorait de voir les garçons rester jusqu'à sept ans parmi les femmes4 Guillaume se fait aimer des chevaliers dont il entoure le cou de ses bras, des hommes d'armes et des écuyers, câlin avec ceux-là, bavard et gai avec ceux-ci, déjà capable de distinguer les degrés de la hiérarchie sociale. A quatre ans, quand il descend de cheval devant l'impératrice et Aélis, il sait réciter un compliment :

De par sa mere les salue
Que ses maistres li ot apris. (1930-31)

16Un peu plus tard, son affabilité, sa beauté, son charme séduisent la cour impériale, mais aussi son intelligence et sa parfaite éducation. A dix ans, il se fait remarquer par sa politesse exquise (2040)-on ne l'entend jamais jurer ni prononcer une parole grossière- par sa largesse : il donne un vêtement neuf porté seulement depuis cinq jours, il a pitié de l'homme à pied, donc pauvre à ses yeux, qui attend immobile à la porte du palais (2046-2051). On comprend qu'il se soit fait aimer de tout son entourage. Et quelle âme noble ! A douze ans, il n'hésite pas à demander à l'empereur pourquoi il le sépare de son amie, il proteste par avance contre toute accusation non fondée. Il sait récompenser le "valet" qui l'a conduit auprès d'Aélis, il a

Guerredoné ml't son service
De bel ronci a sa devise
Et de robe enterine et fresce (3649-51)

17Au cours du voyage, il se révèle capable de veiller au confort de son amie, sans rien négliger. Sa courtoisie le fait estimer des hôteliers, qui sur sa demande, préparent chaque soir pâtés et rôtis pour le lendemain ; lui-même s'occupe des montures. C'est Aélis qui règle la dépense, donnant toujours plus qu'ils ne doivent. Guillaume ne commence pas à manger avant que son hôte se soit assis ; leur gentillesse est telle qu'on fait leurs lits. La jeunesse, la beauté, l'éducation des enfants conquièrent les cœurs.

18Le charme agit aussi après leur involontaire séparation. Aélis n'a pas de peine à se faire héberger par la mère d'Isabelle. Elle discerne vite les qualités d'Isabelle en parlant longuement avec elle et obtient que celle-ci l'accompagne, car elle a décidé de se rendre à Rouen, où elle espère retrouver Guillaume. Dans les années qui suivent, une fois dépensé l'argent emporté de Rome, les jeunes filles mettent à profit leur habileté manuelle et leurs connaissances. A Montpellier, leur maison de coiffeuses pour hommes et de brodeuses-passementières devient le lieu de réunion favori des riches jeunes hommes de la ville et Aélis séduit aisément la dame du château.

19Selon la formule, les jeunes héros de L'Escoufle avaient tout pour plaire : naissance, beauté, richesse, intelligence, courtoisie ; vivant ensemble depuis l'âge de quatre ans, ils avaient tout pour se plaire. Et c'est ce point que traite le plus volontiers Jean Renart.

+++

20Quand Guillaume arrive à Rome, sa ressemblance avec Aélis est frappante : même taille, même visage, même bouche, mêmes yeux.

Il samblent estre suer et frere. (1947)

21Bientôt : On enmaine l'enfant mangier

En la chambre a la damoisele.
Ml't l'en croist li cuers et oisele
De çou qu'ele a tel compaignon.
Li sire et la dame par non
Ont rouvé qu'il soient ensamble.
Ne voelent mais c'on les dessamble
Ne por boivre ne por mangier, (1962-69)

  • 5 L'infantia prend fin à sept ans.V. Ph. Ariès, o.c. p. 8.
  • 6 Ml't la set servir de biax dis,
    De dés, d'esches, de gius partis ;
    (2027-28)

22Elevés ensemble, les enfants sont heureux. Ils passent ainsi trois ans sans se disputer(1976) ; ils doivent alors avoir sept ans, la fin de l'infantia5. Ils ne sont déjà plus libres de leurs sentiments, puisque l'amour les a touchés, que les doux noms d'"ami"et d'"amie" leur plaisent (1984-85). Pour donner le change, la fillette fait alterner les appellatifs d'"ami" et de "frère" ; ainsi sa mère et sa gouvernante n'y voient que de l'affection ; mais, qui l'aurait bien observée, nous dit Jean Renart, aurait vu ses yeux se fermer à moitié quand elle prononçait le mot "ami" et aurait entendu un soupir ou un sanglot(1992-99). Dès l'âge de dix ans. Guillaume est plein d'attentions pour Aélis ; il lui offre des poèmes6 (?), joue avec elle aux dés et aux échecs. Le jour où, dans un jardin, l'empereur annonce au comte son intention de marier leurs enfants, ils font semblant de se poursuivre, pour éprouver le plaisir de se toucher. Sachant très bien que leur manège n'est pas innocent, ils se retournent soudain, craignant d'avoir été remarqués par leurs pères (2096-2099). La reconnaissance officielle de Guillaume comme héritier de l'empire les dispense désormais de se cacher (2372-74). Tous les plaisirs leur sont maintenant permis et Guillaume en est le maître, sauf d'un que son amie lui réserve

Jusqu'a tant que sa gens le serve
Comme signor et comme roi. (2378-79)

23Une notation suivant l'autre, Jean Renart compose leur itinéraire amoureux avec un sens très sûr des réalités propres à chaque période de l'enfance. Ils sont, en effet, toujours des enfants. Se voyant interdire la chambre de la princesse, Guillaume, qui a douze ans, manque de s'évanouir en sortant (3064). Il pleure : le chagrin d'amour s'ajoute à la blessure d'orgueil. Il s'éloigne en larmes, regrette de n'être pas capable des ruses qu'avait Tristan pour revoir Yseut (dans la noblesse, personne ne devait ignorer l'illustre légende) ; il souffre donc cruellement de se sentir trop jeune pour se révolter. Il passe la nuit à gémir, à chercher que faire ; il espère pourtant revoir son amie ; mais l'aime-t-elle ? Pourquoi douterait-il ? Les regards d'Aélis étaient éloquents. Monologue déjà traditionnel, et long. Il correspond cependant à un état d'esprit vraisemblable chez un enfant qui se sent devenir un étranger, presque un exclu. L'adolescente en revanche se trouve dans de meilleures conditions pour prendre une initiative. Elle n'avait pas osé montrer sa peine devant son père, dont elle maudit les mauvais conseillers. Toute la nuit, elle regrette son ami. Puisqu'elle l'aime, elle l'épousera ; elle ne laissera pas l'empereur se parjurer ; aussi va-t-t-elle faire venir secrètement Guillaume. En se levant, elle évoque ses caresses, beaucoup plus hardies qu'il ne l'a prétendu :

« Ahi ! Guilliaumes, biax amis,
Tantes foïes avés mis
Vos beles mains, qui sont si blanches,
A cest bel ventre et a ces hanches
Et testé mon cors en tos sens ! (3283-87)

24Les ordres paternels font de ce passé si proche des souvenirs à la fois doux et cruels.

25Elle envoie un serviteur fidèle chercher celui qu'elle aime ; il arrive. Une servante à qui elle peut se fier garde la porte de la chambre souterraine où ils se cachent. Scène touchante. Les amoureux s'embrassent, se donnent des baisers. Guillaume tremble, soupire, se tait, puis déplore la perte de son bonheur tout en proclamant son amour. Il est désemparé, désespéré. Reconnaissons-le : il parle trop bien pour son âge. Aélis se montre avisée. Dès qu'elle a la certitude que les Normands désirent avoir Guillaume pour seigneur, elle promet de fuir avec lui (3526-37). Voici la joie de retour pour l'affligé. Il écoute son amie lui expliquer ce qu'il convient de faire. Aux projets, aux plans, à l'énoncé des mesures de prudence à observer se mêlent les baisers (3544-3621). Seule, la venue de l'impératrice qu'annonce la servante les oblige à se quitter.

  • 7 Jean Froissart, L'Espinette amoureuse, éd. Anthime Fourrier, Paris, Klincksieck, 1963, v. 139-150.

26Quinze jours de séparation, d'attente paraissent longs à Guillaume, en dépit de la présence de sa mère. Laissons de côté la rhétorique sentimentale qui sent trop la littérature. L'étude des sentiments, des calculs, des projets des enfante paraît vraie, quelles qu'en aient été les sources. Et peut-être est-elle fondée sur des observations ou des souvenirs personnels, il suffit de relire les premiers vers de L'Espinette amoureuse7 pour entendre Froissart avouer qu'Amour le prit alors qu'il n'avait pas douze ans. D'ailleurs, Jean Renart ne manque pas d'insister sur la précocité de ses héros, qui seraient aujourd'hui traités d'"enfants surdoués". De chacun d'eux, on pourrait dire ce que Joad dit d'Eliacin : « Et déjà son esprit a devancé son âge ». Pour sa part, Jean Renart écrit :

Ainc dui enfant de lor eage
Ne s'en alerent si par sens ;(4230-31)

27en signalant les soins que prend Guillaume pour qu'on ne puisse les rejoindre et pour que son amie ne manque de rien.

28Au milieu du roman, alors que la première partie s'achève, voici le déjeuner sur l'herbe des amoureux :

Quant la bele a en .j. lieu mors,
Si done a mordre son ami.
Ne li rent pas tant ne demi
De savour ne poivres ne seus,
Comme faisoit la grans douceurs
De la ou les levres touchierent
Ki a la plus bele bouche ierent,
Je cuit, c'onques Diex eüst faite.
(4450-57)

29Après ce tableau gracieux et sensuel, une scène courtoise. Le repas fini, Aélis, que la chaleur a fait transpirer, passe la main sous sa chemise et sent l'aumônière où elle a serré la bague d'émeraude que sa mère lui a confiée. Elle offre alors contenant et contenu à son ami :

Par cest anel qui ml't est gens
Vos doins je mon cors et m'amor. (4488-89)

30Et Guillaume de répondre en parfait chevalier :

Dame... je vos en rent
Moi et mon cuer en guerredon, (4498-99)

+++

  • 8 Philippe de Novare, Quatre Ages d'homme (IIII temz d'aage d'ome, ed. M. de Fréville, Paris, S.A.T. (...)

31A ma connaissance, eu de romanciers du Moyen Age ont présenté de la sorte la vie de deux enfants de leur naissance jusqu'à douze ans, c'est-à-dire jusqu'au seuil de l'adolescence. S'ils se distinguent par un heureux naturel, par de rares dons physiques et intellectuels, les qualités dont ils font preuve s'expliquent également parce qu'ils ont vécu au sein d'une société raffinée, qu'ils ont reçu une éducation courtoise. Le maître de Guillaume lui a appris le savoir-vivre, la « chevalerie et les armes » ; il est capable de soigner un mulet aussi bien qu'un destrier, de conduire une chasse au faucon, il a pratiqué l'escrime pour avoir les membres souples ; s'il découpe et désosse avec élégance la "geline" du repas de Toul, c'est qu'il avait servi comme écuyer tranchant. On a vu qu'il sait jouer aux échecs et pas seulement à la "mine" ; cependant il n'est question nulle part de formation scientifique ou littéraire, sinon par les romans ou les chansons, sans doute parce que l'éducation proprement intellectuelle commençait après douze ans. La maîtresse d'Aélis a veillé à ce qu'elle devienne experte dans tous les arts que doit pratiquer une princesse. Et les déplacements de la cour leur ont donné l'occasion d'apprendre comment l'on voyage, quels menus conviennent à un repas froid. Il va sans dire que les deux enfants ont reçu une formation religieuse, la première qu'on doive assurer, selon Philippe de Novare8.Leur comportement amoureux pourrait surprendre. Il paraîtra normal si l'on pense qu'ils vivent ensemble depuis l'âge de quatre ans et que les adultes, non seulement au Moyen Age, mais jusqu'au xviie siècle, ne se gênaient guère devant les enfants. L'amour naquit très vite entre eux, parce qu'ils étaient beaux, qu'ils se savaient d'une race élue, destinée à commander, que, tout en vivant entourés de jeunes "valets" et de "pucelles", ils étaient l'objet d'égards particuliers. L'esprit d'imitation s'ajoutant à l'instinct, vinrent bientôt les gestes tendres et les caresses.

32Trois mots peuvent caractériser l'image de l'enfant que donne L'Escoufle : vérité, amour, poésie. L'auteur fait en sorte que Guillaume et Aélis paraissent vrais, en indiquant régulièrement leur âge, en racontant avec précision leur façon d'agir, en étudiant leurs sentimants et ceux de leurs parents, en prodiguant les notations prises sur le vif : le choix des mulets, plus robustes que les chevaux et de pied plus sûr, de manteaux à capuchon et de cottes de grosse laine pour le voyage, la posture de Guillaume en train de jouer à la mine, les faits et gestes d'Aélis le matin du départ. Quant à la présence d'enfants sur les grands chemins, elle n'était pas anormale.

33Mises à part les manœuvres des "serfs" et de l'impératrice pour empêcher le mariage de Guillaume et d'Aélis, l'aventure des enfants baigne dans une atmosphère tendre. Tous deux sont aimables et se font aimer, tous deux s'aiment naïvement, profondément. Pour avoir créé ce climat d'amour autour de ses héros, Jean Renart ne pouvait être indifférent au charme de l'enfance. Il fait la chronique de cet amour depuis sa naissance. Selon son habitude, il la conduit en historiographe scrupuleux, mais il est trop sensible à la beauté -des êtres et des choses-pour ne pas mettre tout son talent à l'exprimer.

34Il traite des sujets chers à la lyrique d'oc et d'oïl : une adolescente qui se contemple au saut du lit, ou qui lave ses mains blanches dans un ruisseau, des amoureux qui se retrouvent, le topos de la bergère dans le locus amoenus (Aélis cueillant des fleurs dans un pré) ; mais il les renouvelle, car il a le sens de la mise en place des personnages et des éléments du décor, celui des images et des couleurs. Aélis

... avoit ml't clere et vermeille
La face por le kaut soleil (4370-71)

35Elle admire le paysage de la ville. Guillaume entend le murmure d'un ruisseau :

Il a oï la fontenele
Dont l'aigue est plus clere c'argens.
(4390-91)

36et, en le découvrant, il s'écrie :

... Or est ce le plus gens
Lius d'aigue doucë et de flors ; (4392-93)

37C'est que, frappée par le soleil, la rosée qui ne s'est pas évaporée, augmente encore l'éclat des corolles :

La rousee ot si grant esté
K'encor en sont tot plain li oel
Des flors, et li rais del soleil
Feroit si en cascune flor
Que l'aigue en reçoit la color
De cascune tel comme el l'a. (4398-4403)

38Dans ce cadre, Jean Renart fait le portrait d'Aélis. Elle a enlevé son manteau et sa jupe et reste

.... en pur le cors,
Toute desliie et desçainte. (4416-18)

39Sa cotte fait un cercle autour d'elle sur l'herbe drue, sa natte s'est défaite et ses cheveux blonds tombent en boucles devant ses oreilles (car elle doit se pencher pour cueillir des fleurs) sur ses joues vermeilles et jusque

Sor son blanc col en rot flociax.
(4425-27)

40Peintre et poète, Jean Renart écrit à la gloire de l'amour un couplet qui vaut mainte strophe de chanson courtoise.

  • 9 AEGIDIUS ROMANUS (Gilles de Rome), De regimine principum, s. l., 1473, Venise, 1498. Le traité dat (...)
  • 10 Pour les différentes images de l'enfant aux xiie et xiiie siècles, v. Jacques LE GOFF, La civilisa (...)

41Ne demandons pas à L'Escoufle ce qu'il ne prétend pas nous apporter : les Quatre Ages d'homme ou un De regimine principum9. Il se trouve par chance que ses héros sont très jeunes et que Jean Renart est un observateur et un artiste, ce qui nous vaut une des études les plus poétiques et les plus complètes que le Moyen Age nous ait laissées sur l'enfance. Exception sans doute dans un monde pour qui l'enfant ne comptait guèré10 mais exception qui invite à poursuivre l'enquête.

42L'étude capitale pour la connaissance de Jean Renart et de son œuvre est naturellement celle de Rita LEJEUNE-DEHOUSSE, L'Oeuvre de Jean Renart, Liège, Paris, 1935, Slatkine Reprint, 1968. Il faut y ajouter un article du même savant, "Le personnage d'Aélis dans le Roman de l'Escoufle de Jean Renart", Mélanges Jeanne Lods, o.c., p. 378-392, article dont je n'ai eu connaissance qu'après l'achèvement de cette communication.

DISCUSSION

Alice PLANCHE

43Dans l'Escoufle, un enfant découvre avec effroi la mort, sans comprendre d'abord de quoi il s'agit. Dans une civilisation où on dit que les réalités psychologiques étaient très tôt connues, c'est une confrontation saisissante de l'enfant et de la mort.

44L'identité de taille de l'homme et de la femme qui s'aiment est-elle un stéréotype, est-elle en rapport avec la croissance.

45Dans certains cas vérifiés- la reine Mathilde - c'est un stéréotype : les statues des époux sont de même taille - les squelettes, non -

46Giono, dans son dernier roman, parle d'"Escoufle", nom beaucoup plus beau, dit-il, que "Milan". C'est un lecteur fervent des textes médiévaux.

Jean-Charles PAYEN

47L'Escoufle, comme tant d'autres textes (Jacques DE CALUWE nous parlait de Daurel et Beton) participe d'une typologie qui se fonde non sur le genre, mais sur la matière : biographie qui concerne non les Enfances c'est-à-dire l'initiation amoureuse et chevaleresque, ni la découverte de l'identité véritable (comme c'est le cas chez Chrétien de Troyes), mais la trajectoire de l'individu depuis sa naissance jusqu'à son triomphe. Cette catégorie narrative développe une vision moins abstraite et moins arbitraire que les textes proprement chevaleresques. On y constate une plus large ouverture sur la réalité, qui n'est pas à rattacher à un réalisme "bourgeois", mais à une conception de la littérature qui veut intégrer même le trivial et s'intéresse à la norreture, à l'éducation, parce que ces textes veulent plus que les autres constituer un miroir (quitte à ce que soit un peu occulté l'aspect de modèle si visible chez Chrétien de Troyes). Comme s'il y avait une relative antinomie entre une poétique du miroir et une poétique du modèle... Mais aussi des convergences (comme dans les Tristan)...

Notes

1 Jean RENART. L'Escoufle, ed. Fr. SWEETSER, Genève, Droz, 1974.

2 Philippe ARIÉS. L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime. Paris, Plon, 1960, p. 23-25.

3 Ainc mais nus enfes de.xii. ans
Ne seut tant comme cis set ja. (4268-69)

4 Erasme, De pueris statim ac liberaliter instituendis, éd. Jean-Claude Margolin, Genève, Droz, 1966, 490 b, 495 e.

5 L'infantia prend fin à sept ans.V. Ph. Ariès, o.c. p. 8.

6 Ml't la set servir de biax dis,
De dés, d'esches, de gius partis ;
(2027-28)

7 Jean Froissart, L'Espinette amoureuse, éd. Anthime Fourrier, Paris, Klincksieck, 1963, v. 139-150.

8 Philippe de Novare, Quatre Ages d'homme (IIII temz d'aage d'ome, ed. M. de Fréville, Paris, S.A.T.F., § 12-14.

9 AEGIDIUS ROMANUS (Gilles de Rome), De regimine principum, s. l., 1473, Venise, 1498. Le traité date du début du xive siècle.

10 Pour les différentes images de l'enfant aux xiie et xiiie siècles, v. Jacques LE GOFF, La civilisation de l'Occident Médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 356-357.
Jean SUBRENAT, "La place de quelques petits enfants dans la littérature médiévale," Mélanges Jeanne Lods, Paris. Collection E.N.S.J.F., t. I, p. 547-557 - 1978.
Philippe ARIES, o.c., p. 23-25.
Jeanne LODS, " Le Thème de l'enfance dans l'épopée française", Cahiers de Civilisation médiévale, 3, 1960, p. 58-62.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter