Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant au Moyen Âge

Synthèses

Vingt regards sur l’enfançonnet, ou fragments du corps puéril dans l’ancienne littérature française*

May Plouzeau

Texte intégral

  • * Je tiens à remercier J. Baroin, J. De Caluwé, J.-M. d’Heur, M. Rossi, M. Sokikian et J. Subrenat, (...)
  • 1 Système conceptuel reflétant lui-même partiellement un état de fait ; sur l’enfant méconnu, outre (...)
  • 2 Ainsi, pour la morale, Les Quatre âges de l’homme de Philippe de Navarre ; pour l’hygiène, Le Régi (...)

1On sait que l’ancienne langue peut désigner par le terme enfant aussi bien un nouveau-né qu’un homme de trente ans et qu’elle n’a pas de mot spécifique correspondant à nos bébé, garçonnet, fillette etc. Cet état du lexique (qui reflète à n’en pas douter un système conceptuel différent du nôtre1) impose beaucoup de prudence à qui veut étudier la représentation de l’enfant à partir d’écrits. Si en outre nous avons à faire à des textes qui n’offrent pas de repères chronologiques nets ou de mentions que nous croyons pouvoir attribuer sans erreur à telle ou telle étape de l’enfance (comme berceau, premiers pas, apprentissage de la lecture), il sera illusoire de prétendre appréhender un vécu en se fondant sur eux. Nous avons naturellement chance d’être renseignés en consultant des ouvrages spécialisés tels que traités de morale ou de médecine2, mais il reste aussi la ressource de moduler les questions en fonction de la matière exploitée. Je me trouve fréquenter surtout des textes littéraires : je vais leur demander non point ce qu’est l’enfant, mais comment il est vu ; l’état du vocabulaire risque de m’égarer parmi des adolescents plus que mûrs : je vais me borner aux nourrissons, pris à leur naissance et quittés en même temps que leurs langes. Voilà pour les regards et les enfançonnets. Quant au chiffre de vingt, il suffit de rassembler les oeuvres en nombre suffisant, et ce qui fut au départ une pure formule paraît bien prendre corps.

+++

2Je reviens, à rebours, sur ces trois points.

3Des textes relevant de la littérature d’imagination, d’une part, et développant un propos romanesque d’autre part, semblent devoir jouir d’une parfaite liberté dans la mise en oeuvre des différents éléments de la narration et pouvoir offrir une matière enfantine abondante. Nombreux sont les textes ainsi définis qui présentent des bébés (généralement les protagonistes de l’histoire pris au début de leur vie), et il a fallu sélectionner. Ont été exclus Fresne, Milon, Escoufle, objets de communications au présent colloque, ainsi que Galeran dont on peut penser qu’il sera abordé à propos de ces trois oeuvres. Le corpus s’efforce par ailleurs de renouveler le répertoire de Fellinger, qui ne dépouille pas Auberon, Loquifer, Renier, Silence, Maugis, Anjou, Godin, Cygne, Pit et Macaire. Sont repris, alors qu’ils sont déjà utilisés par Fellinger : Robert (il fait couple avec Dit qui en est une réfection), Dolopathos, Elioxe, Beatris, Abeesse, Papegau (qui traitent de thèmes de Renier et Cygne), et Guillaume, Aiol, Audigier et Richeut, afin de parfaire la vingtaine. On aboutit à l’ensemble suivant (sauf mention particulière, les dates sont celles que proposent les éditions ici utilisées) :

  • 3 E. Faral, ‘Le conte de Richeut’, dans Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes, 230 (1921), n. 1 (...)
  • 4 C’est dans les passages d’Aiol écrits en alexandrins qu’apparaissent les bébés.
  • 5 Voir Lods II et Lods I p. 819 : Beatris est postérieur à Elioxe.
  • 6 Voir Lods II et Lods I p. 819 : Beatris est postérieur à Elioxe.
  • 7 Voir Bossuat p. 181.
  • 8 Voir Bossuat p. 641a.
  • 9 Cf. P. Aebischer, Zeitschrift für Romanische Philologie 66 (1950), p. 400.

4Richeut (1159-1170)3, Guillaume (avant 1165, Zumthor), Audigier (laisses, fin 12e-début 13e), Robert (fin 12e-1270, Zumthor), Aiol (laisses, 1205-1215)4, Dolopathos (1222-1225), Auberon (1260-1311, laisses), Elioxe (laisses, début 13e)5, Beatris (et Beatris II, laisses, début 13e)6, Abeesse (début 13e, j’imagine), Loquifer (1ère moitié 13e, Levy, laisses), Renier (laisses, 2e moitié 13e), Silence (2e moitié 13e), Maugis (laisses, fin 13e-début 14e, Zumthor), Comte d’Anjou (terminé en 1316), Godin (laisses, début 14e au plus tard), Papegau (prose, 1ère moitié 14e, Levy), Cygne (laisses, 2 moitié 14e)7, Dit (14e)8, Macaire (15e, prose)9.

  • 10 A vrai dire, Aiol, même remanié, fait un peu exception : cf. 6395 ss. Mais les passages qui nous o (...)
  • 11 Sur ces deux textes, voir infra.

5Le corpus obtenu est diversifié dans le temps (12e au 15e s.) et la forme (couplets d’octosyllabes, laisses monorimes etc. ; les textes en prose sont signalés dans le récapitulatif qui précède, ainsi que les laisses, car le moule épique est parfois responsable de reprises qui gonflent un peu les chiffres du relevé : il est bon d’y prendre garde) ; le projet romanesque en assure l’homogénéité : chaque oeuvre constitue une narration divertissante, où l’histoire de un ou plusieurs individus est toujours reconnaissable, quelle que soit la part du traitement épique ou hagiographique. Parmi ces textes, certains manquent de caractère (Auberon, Loquifer, Renier, Maugis, Godin, Cygne, Dit, Papegau : liste subjective, mais de toute façon étendue, et dont la longueur ne tient pas seulement au fait que les autres textes sont exploités depuis longtemps), mais tous ont en commun une certaine tenue de ton10, à l’exclusion de Richeut et d’Audigier, dont je me servirai seulement dans un deuxième temps11.

  • 12 Ainsi, l’enfant de Dolopathos p. 298, celui d’Elioxe 2338 ss ne peuvent être retenus, bien qu’ils (...)
  • 13 Robert 125 Et quant il aler pot par bans (ms. B il va par escame), mention intéressante des tout p (...)

6Pourquoi le nourrisson ? D’abord, parce que l’on a au préalable un concept assez net du bébé, ce qui doit faciliter le repérage de son apparition, et il se trouve que la notion moderne (c’est la créature qui ne sait mâcher, parler, marcher, se tenir propre) est opérante sur les textes médiévaux. Dans les oeuvres, le bébé s’identifie facilement à la naissance12, puis au moyen de repères chronologiques fournis par l’auteur, qu’ils soient explicites (cf. Anjou 3942 : l’enfant n’a pas dix jours, 4509 : il n’a pas quinze jours, 4657, il n’a pas trois semaines ; Loquifer 2765 : Maillefer n’a pas ‘demi an’, 4007, il n’a pas un an) ou qu’un calcul simple nous permette de nous situer : (ainsi la Fresne de Galeran est âgée d’environ dix jours quand on la baptise : cf. 797) : la plupart du temps, le petit occupe le devant de la scène dans les premières heures ou les premiers jours de son existence. Le passage à la classe d’âge suivante est marqué par le changement biologique (Robert 125 : le héros commence à marcher13), par l’acquisition de vêtements (Silence 2359 Quant li enfes pot dras user), par une formule (Aiol 9370 Quant il orent .II. ans, si entrèrent el tierc) ; parfois, quelques vers de transition indiquent l’accession à un nouvel âge souvent fort éloigné des premiers mois (cf. Guillaume 1342, juste après le baptême : Tant amenderent et tant crurent, Et quant vint au cief de dis ans). Dans les cas où la démarcation n’est pas explicite, la lecture suivie de l’histoire permet (sauf exceptions rarissimes, lesquelles seront signalées) de savoir si l’enfant présenté est encore bébé ou non. Ainsi, les traits retenus dans les pages qui viennent peuvent-ils être considérés comme sûrs, et ce fait justifie en partie une étude qui doit paraître un peu gratuite : aussi bien que dans l’iconographie de l’époque, le nourrisson se laisse appréhender comme membre d’un groupe parfaitement individualisé.

  • 14 Je pense bien sûr aux trois volumes de L’Art religieux du xiie siècle en France, L’Art religieux d (...)
  • 15 La lecture d’Ami et Amile (éd. Dembowski), de Brun, des deux versions de Floire et Blanchefleur, d (...)

7Les ‘regards’ sont multiples : à la fois ceux que les auteurs, les personnages et les lecteurs portent sur l’enfant. Il m’a paru impossible d’aborder tous ces aspects. Même si l’on admet que les oeuvres dépouillées sont bien connues des spécialistes de la littérature française médiévale (ce qui dispense de rappeler leur longueur, le genre dont elles relèvent, les problèmes de datation qu’elles soulèvent, leur ton, le rôle et la place qu’y tient l’enfant !), les présentes lignes se signalent par de profondes lacunes : loin d’étudier les effets dramatiques ou affectifs (pourtant nombreux et appuyés) suscités par le très jeune enfant, je m’attacherai presque exclusivement au corps du bébé, parce qu’il se manifeste de façon aisément repérable ; les citations seront rares et courtes (alors que les qualités de style seules ont le pouvoir d’animer une narration !), et l’étude ne sera pas conduite selon une perspective historique – pour une période aussi longue, alors que les travaux d’E. Mâle dans le domaine iconographique ont montré pour le même temps comment la représentation de l’enfant (en l’occurrence Jésus) évolue peu à peu vers un réalisme qui s’affirme à partir du 14e siècle !14. Je pallierai dans une certaine mesure à ces errements en fournissant des références en principe exhaustives (sauf mention explicite, généralement ‘etc’.) et ordonnées (les sources sont énumérées dans l’ordre chronologique - lui-même en partie arbitraire et impossible à établir - présenté dans le relevé). L’on verra surtout que l’objet privilégié, le corps enfantin, s’accommode d’une approche constituée d’un relevé de motifs pour ainsi dire immobile : plus que de changement, il sera question de permanence15.

+++

8Je séparerai, artificiellement, les traits caractérisant l’enfant en trois groupes : son aspect physique, les soins dont il est l’objet, les sentiments qu’on lui porte.

  • 16 Voici le relevé des apparitions de beau ou beauté appliqués à des bébés. (Dans le cas où les texte (...)
  • 17 Anjou innove : 4245 Ce semble estre un droit angelot (à propos d’un visage riant).
  • 18 Cf. encore Brun 840, 847-8 où sont mentionnées les couleurs sanguine, rosine et l’odeur de l’enfan (...)
  • 19 Portent la croix ceux qui sont appelés à régner. Elle apparaît dans Silence 3648, mais seulement l (...)
  • 20 Les autres détails physiques (au demeurant peu nombreux) rencontrés, fournis chacun pour les besoi (...)
  • 21 Entre autres Auberon 408 Lies furent car nete l’ont trouvee, Elioxe 1482-3 Puis les /./ fait regar (...)
  • 22 Anjou étoffe la scène : l’enfant rit et gazouille (4265, 4269). J’interprète comme un résidu de ri (...)
  • 23 Mignotage : voir Ariès p. 6 ; j’emploie pour ma part le terme au sens de comportement affectueux ( (...)

9Le nouveau-né, si il est ‘décrit’, est uniformément qualifié de ‘beau’16. L’épithète tient lieu de portrait. La présentation se nuance parfois, au niveau lexical par l’adjonction de gent (passim) et de gracieux (Anjou 5189), et par la mention de quelques traits physiques stéréotypés : blondeur (Papegau 83), blancheur (Loquifer 4026), teint de lis et de roses (Silence 2032) : l’effort de recherche emprunte ses éléments aux modèles littéraires de la beauté féminine qui paraissent presque exclusivement17 avoir fourni des substituts à une description de ‘véritables’ bébés, qui restait à inventer. (N’oublions pas que les jeunes héros de Loquifer et de Papegau sont de vigoureux garçons plutôt frustres !)18. La noble apparence des nourrissons (Aiol 9359 ss, Elioxe 1254), qui se concrétise sous la forme de la croix vermeille (Renier 19-20, 150-2, Macaire 321 r°)19, achève la présentation courtoise du corps du nouveau-né. Du corps biologique, les auteurs ont retenu quatre traits : sommeil, (non) propreté, rire, pleurs et cris20. Le premier trait est peu représenté, probablement (et pour anticiper sur ce qui sera une de mes ‘conclusions’), parce qu’il se prête peu à une exploitation dramatique ou pathétique (ainsi dans Godin 8741, Papegau 83 ; mais Renier 1245, 1267 fait valoir une situation dangereuse : l’enfant s’endort entre des lyons commis pour le dévorer). La (non) propreté est mentionnée sporadiquement, en touches légères21 : elle n’est jamais un moteur de l’action. Il n’en va pas de même pour les deux autres éléments. Le rire joue un rôle capital dans le déroulement de l’histoire (il détourne le bras du bourreau dans Beatris 298, Loquifer 4028, Anjou 4225, 4265, Cygne 435)22, souligne efficacement le pathétique d’une situation (Renier 1309, Anjou 4078) ; il est vrai qu’il s’adresse parfois à un personnage bienveillant, dans une atmosphère paisible (Auberon 410, Maugis 508, 517), et dans des circonstances telles qu’il apparaît comme une simple marque, évidente, gratuite, de la personnalité enfantine : ces passages feront l’objet de discussions dans les remarques sur le mignotage23. L’attribut symétrique, pleurs et cris, revêt aussi parfois ce caractère gratuit : Beatris 319, 332, Maugis 437, 484, 490, 506 (pleurs appelés par une situation désespérée), Robert et Dit (où la méchanceté du héros est rendue de façon privilégiée par le fait qu’il ne cesse de ‘braire’) ; mais ils sont souvent un élément capital de l’action : ils déclanchent des actes de malveillance (re) lançant l’histoire (Aiol 9115, Godin 8476, 8479) ou de bienveillance (Beatris II 691, Abeesse 260, Cygne 459, 3065), qui permettent à l’adulte de se dépenser pour l’enfant et nous fournissent une transition.

  • 24 Suite du relevé (sans doute lacunaire) : Beatris 305-6, 4173 ; Beatris II 722 (et peut-être Beatri (...)
  • 25 Galeran 429-558 cède à une véritable fascination des objets, qui prolifèrent autour de la jeune Fr (...)

10En effet, si le corps biologique (qui est avant tout un corps romanesque), se réduit à la mise en oeuvre discrète (à la fois discontinue et peu appuyée) de quatre traits, il suscite de la part de l’entourage quatre groupes de réponses, généralement fort développés dans les textes : il conviendra de s’interroger sur cette disproportion. Ces groupes sont : tenir propre, coucher, vêtir, nourrir. Le bain se trouve dans Abeesse 262, Loquifer 2759, Anjou 4480-3 ; l’action de coucher ou lever dans Guillaume 506, Beatris II 720, Abeesse 230, 261, Renier 58, Godin 8739 ss ; celle de vêtir ou dévêtir dans Guillaume 481 ss, 503 ss, Aiol 9206-8,9313, Dolopathos 9414, Auberon 401, 407, 420, 1370, 1926, Elioxe 1454 etc.24. L’activité centrée autour du vêtement est omniprésente. Ce n’est pas un hasard : tous ces ‘drapeaus’, faisses, mailluels, peliçons, pailes, pans de cottes que l’on lie, noue, plie, borde, dénoue, serre, desserre ou tranche, participent, paradoxalement, à une véritable entreprise d’occultation du corps enfantin, auquel se substituent gestes d’adultes et description d’objets, terrains où nos auteurs sont depuis longtemps à l’aise25.

  • 26 Les quatre textes brodent sur le thème de la mère de Godefroy de Bouillon qui, refusant de laisser (...)
  • 27 Plus exactement, on acornete (Abeesse 257). Sur le cornet, consulter les documents fournis par A. (...)
  • 28 Je ne mentionne que les nourrices explicitement commises à la nourriture.
  • 29 Godin 8613-17, 8661-6, 8718-23 (poulets et liqueur de Bacchus !) a des accents rabelaisiens.

11Le chapitre de la nourriture confirme cette hypothèse. Absent seulement de Guillaume et de Macaire, il fait, la plupart du temps, l’objet de développements suivis (ce qui était rarement le cas pour les trois types de réponses précédents), en des scènes qui appellent généralement un grand luxe de détails, où manquent seulement des renseignements sur l’attitude du bébé : boit-il vite, lentement, grimace-t-il, mystère ! C’est la mère allaitant qui est regardée (Auberon 1416-20, Anjou 4434), exaltée dans son dévouement de nourrice (Beatris 4176-78, Beatris II 586-90, 639-43, 655-8, 685-8, 689-721, Renier 18038-43, 18048, 18571, Cygne 3040-46, 2346-51 et 3063-7026), Dieu ou le hasard envoie à la rescousse biches (Dolopathos 9450-52, Beatris 350-77, Abeesse 231-59, Cygne 472-86) ou licornes : Papegau 83-85 (les chèvres d’Elioxe sont plus prosaïques), on confectionne des ‘papines’ (Elioxe 1492), on utilise des biberons27 (Robert III, Loquifer 4038-40, Dit 11922), on souligne la présence des nourrices28 (Robert 9394, Aiol 9368-69, Loquifer 897-99, Silence 1735-42, 2058-59), dont on se plaît à vanter la qualité sociale. Les passages concernant la nourriture, qu’ils soient traités sur le mode raisonnable ou fantaisiste, voire bouffon29, semblent bien traduire, par leur nombre et leur étendue, un souci quasi obsessionnel de ce qui est perçu comme la première fonction biologique ; en même temps, ils apparaissent souvent comme décoratifs, divertissants, témoignage de la sollicitude divine et de l’ingéniosité humaine, qui se déploient en un tourbillon dont le centre, à savoir le nourrisson, est parfaitement occulté.

  • 30 Pas de baptême dans Auberon, qui se déroule presque entièrement avant la venue du Christ (voir tou (...)
  • 31 Cela, dans tous les textes où il est présent : s’agit-il d’une convention littéraire (opposer Ariè (...)
  • 32 Lods II commente cette scène.
  • 33 Références des passages concernant le baptême : Guillaume 1332-40 ; Robert 88-92 ; Aiol 57-68, 450 (...)

12Les scènes de baptême, multiples et étendues30, appellent les mêmes réflexions. Administré le plus tôt possible après la naissance31, il est l’occasion de donner un nom à l’enfant, ce qui est bien commode pour le romancier. Parfois, le nom est simplement mentionné (ex. Aiol 9353, Elioxe 29, etc.), mais souvent son attribution fait l’objet de justifications, débats, interventions plus ou moins spectaculaires (Aiol 57 ss, Renier 18544 ss, Silence, entre autres), qui gonflent aisément la narration. Le baptême, cérémonie sociale autant que religieuse, est surtout un prétexte pour développer des scènes de groupes (concours de nobles personnages se pressant à l’église : Aiol 9348-54, Renier 141-147, etc.) ou croquer des sketches humoristiques : l’ermite d’Elioxe, parti chercher ‘oile et cresme’ chez un prêtre, a toutes les peines du monde à repousser une invitation à souper32, au moyen d’une mimique outrée, on fait passer Silence pour très malade, et l’officiant de se hâter, dans Macaire, on parlemente pour trouver un parrain à l’enfant étranger, au milieu d’une église d’ailleurs grouillante de peuple : le baptême est par excellence l’endroit où l’auteur se plaît à retracer un grand nombre de gestes, à faire évoluer des foules humbles ou princières, rarement à nous faire mieux connaître le nourrisson33.

  • 34 L’espoir de lui substituer de nouveaux rejetons est même explicitement présenté en guise de consol (...)
  • 35 Une autre explication peut être avancée. On aura noté le quasi érotisme de la citation d’Auberon : (...)

13Il serait déshonnête, afin de nourrir la thèse de l’occultation du bébé, de passer sous silence un dernier trait qui vienne compléter cette esquisse de typologie : les sentiments que suscite l’enfant. En fait, dans les textes étudiés, l’apparition ou la disparition de l’enfant est généralement calculée pour amener une réaction affective intense (joie, désespoir), elle-même génératrice de rebondissements dramatiques, dont il me semble impossible de donner une description pertinente. Notons simplement que les parents plongés dans l’affliction par la disparition de l’enfant n’expriment jamais la pensée qu’ils viennent de perdre un être irremplaçable34. Le seul (?) sentiment spécifique paraît être l’attendrissement éprouvé devant une jeune créature, lequel se traduit en des scènes de mignotage. Il convient toutefois de souligner que la mention de baiser et/ou accoler des bébés apparaît parfois en des contextes qui imposent de voir là non des notations de mignotage, mais l’expression naturelle de l’émotion qui accompagne adieux ou retrouvailles (Anjou 4073 ss, 5946, 5951, Cygne 446 Au departir les a baisiés et acolés). En revanche, le nain Picolet (Loquifer 2775), les fées d’Auberon (409, 414, 1412-13 l’enfanchon enbracha, Et en la bouce doucement le baisa) dispensent des caresses gratuites. Pourquoi les parents se livrent-ils rarement à ces manifestations ? Parce que, protagonistes des récits, ils n’ont pas le temps de participer à ces moments de détente ? En fait, l’entente privilégiée entre l’enfant et les êtres surnaturels souligne la difficulté qu’éprouvent les auteurs à intégrer l’enfant en tant que personne dans le monde courant, où il est un objet35.

  • 36 Ne retenons pas l’exultation qui saisit l’univers à la naissance du héros (135-40), motif hagiogra (...)

14La littérature romanesque courtoise (épithète prise dans un sens très large) ne donne donc du nourrisson qu’un portrait en creux. Cela tiendrait-il à de constantes lois du genre telles que économie de narration ou élégance du propos ? Deux textes de ton fort différent de tout ce que nous avons vu jusqu’ici vont servir de contre-épreuve : Richeut et Audigier, récits alertes contant les aventures de héros qui naissent pendant l’histoire, le premier sur un mode réaliste qui l’apparente aux fabliaux, le second sur un mode burlesque qui parodie les chansons de geste romanesques à grand renfort d’obscénités, de préférence scatologiques : nous baignons dans le trivial. Quels sont les traits retenus pour nos deux bébés ? L’on trouve dans Richeut : cris (413, 505 : ici, pas de sourires !), bain (415), lever et coucher (414, 416, 417), conreer (ordre du vêtement, 415) et baptême (444-51) : nous sommes en terrain connu. Audigier présente, dans l’ordre36 : baptême (141-60, avec les ingrédiens habituels : le prêtre, les commères, le peu ragoûtant liquide des fonts), coucher (158), bain (trois fois par jour, dans le même liquide odorant, 163-4), nourriture (165-9). Suit une ébauche de portrait, Il ot la teste grosse, les elz petitz ; Il n’estoient pas graindre que de souris (170-1), qui, loin de constituer une tentative, exceptionnelle, de description du corps enfantin, dessine quelques traits permanents du héros : la scène qui suit nous montre, sans transition, son adoubement. Le bébé, dont on imagine pourtant quel parti la veine réaliste et la veine scatologique eussent pu tirer, a aussi peu de corps qu’ailleurs.

  • 37 L’époque médiévale, tout comme nous, distinguait un âge objet de puériculture. Le Régime du corps (...)

15Arrêtons un instant. Voilà deux petits, qui, à la différence de nombreux héros des présentes pages, naissent dans de bonnes conditions et coulent une existence banale de nourrissons sans problèmes : ils ont une mère et ne lui sont point ravis. L’énumération des soins qu’on leur réserve, contrairement à ce qui se passe pour les bébés arrachés à leur mère, n’est pas destinée à souligner l’industrie de ceux qui s’emploient à les maintenir en vie, elle a pour fonction de traduire une certaine épaisseur temporelle dans la biographie retracée, n’est qu’une façon de dire ‘il a été bébé’. Or, cette indication aurait pu être fournie aussi bien par quelque chose comme ‘il n’avait pas de dents, ni de cheveux, puis cela vint, le contrôle des sphincters (qui joue un rôle si important dans Audigier !) fut acquis’ etc. Aucun de ces traits, qui semble-t-il, pourraient caractériser avec autant d’efficacité l’âge de bébé n’a été retenu37 : le corps du tout petit est irrémédiablement absent.

+++

  • 38 Anjou entrevoit le problème : il n’est biauté que criature Si petite avoir peüst Que l’enfant tout (...)
  • 39 Au relevé donné supra, aj. Loquifer 4107 et 4111.
  • 40 Mais cf. note 33.

16Conclusion (?) rapide, provisoire, fragmentaire. Le bébé, quand il est placé au coeur de l’action (ce qui est fréquent, et significatif des goûts du public), fait surgir les sentiments violents qui sont un des ingrédients du roman, est un puissant ressort dramatique. De son corps, de son âme, on retient les éléments moteurs de l’action (pleurs, ris) et plus encore ceux qui suscitent un déploiement d’objets, de gestes, de paroles de la part des adultes. D’un texte à l’autre, on brode sur des motifs traditionnels, sans jamais s’arrêter à regarder l’enfant. Il existait des modèles de description de la parfaite beauté féminine ou masculine, l’on avait des recettes pour traduire l’extérieur repoussant d’un vilain. Mais comment faire apparaître la beauté (généralement de rigueur !) d’un nouveau-né ? Pour une littérature dont le propos romanesque ne paraît guère s’accommoder que de descriptions hyperboliques, le problème était insoluble, ou plutôt, aurait été insoluble si on se l’était posé38 : on escamota le portrait enfantin. On peut objecter que la littérature n’a pas à tout raconter. Certes, mais dans nos textes, que de notations qui ne sont pas strictement nécessaires ! C’est le cas de toutes les mentions de bain39, et de la plupart des mentions d’habillage. La littérature n’a pas à tout raconter, mais elle en raconte des choses ! Renier, âgé d’un jour, ne quitte pas le devant de la scène pendant 150 décasyllabes ; Le petit Brun, pris à sa naissance, ‘tient’ pendant 2000 alexandrins dans le roman du même nom. Il serait facile de multiplier les exemples. Jamais une tentative de description, pas de mention de ces poussées internes qui caractérisent la vie du nourrisson. Or, on peut imaginer une littérature qui utiliserait les premiers pas comme symbole de la marche du futur héros dans la vie, la poussée plus ou moins facile des dents comme préfiguration des malheurs plus ou moins grands qu’il rencontrera (si l’on tient à intégrer ces mentions à l’économie de narrations censées refuser les notations gratuites). Nos textes n’ont rien40. Pourquoi ce silence ? Voici des hypothèses. Supposons que nous voulions montrer un bébé au théâtre : une figurine enmaillottée fera l’affaire, et libre à nous d’officier : coucher, lever, habillage, déshabillage, bain, baptême, gavage. Moins facile (impossible ?) de représenter les détails du visage, de montrer le travail qui s’accomplit dans le nourrisson en train de grandir.

  • 41 J’ai l’impression que l’absence de regards portés sur le bébé n’est pas l’apanage de la littératur (...)

17Le bébé de la littérature médiévale est cette figurine, douée en outre de rire et larmes. Tout se passe comme si l’écriture, renonçant à exploiter ses ressources propres, se fût contentée de puiser ses modèles dans les arts visuels religieux, lesquels offraient un bébé dont le caractère divin excluait (du moins, et pour simplifier, jusqu’au 13e s.) toute tentative de réalisme dans le traitement du corps, dont le caractère humain ne pouvait être rendu qu’au moyen d’attributs externes tels que langes ou berceau, et dont l’histoire, répétée dans les enluminures, la pierre des églises, les jeux de la Nativité, se traduisait nécessairement en groupes et scènes. Bref, pour opérer un banal détournement de citation, ut pictura poesis, mais cette peinture-là était un théâtre schématisant. Le curieux, c’est que, lorsque l’art religieux évolue, à partir du 14e s., vers un réalisme plein de tendresse, la littérature ne paraît pas suivre. Certes, la tendresse, présente depuis au moins Marie de France, n’était pas à inventer, mais une représentation ‘réaliste’ (le mot a-t-il du sens ?) du corps du bébé comparable à celle que nous donne déjà, parfois, la peinture, avec le maillot desserré par les mouvements, les bourrelets que forme la peau, le léger duvet, les grands yeux, rien de cela n’apparaît, à ce qu’il me semble (mais je connais mal la littérature des 14e-15e siècles)41. L’on s’en tient à la recette des scènes qui remplacent le portrait.

18Peut-être convient-il de ne pas attacher une importance exagérée à cette absence de portrait : l’on sait que la littérature médiévale, loin de pratiquer le portrait réaliste, se complaît à la description stéréotypée. On aurait pris, bien à tort, pour un trait significatif, ce qui était une donnée de la technique littéraire. Il me semble toutefois que, précisément, la littérature d’imagination pourrait n’être pas prisonnière de contraintes inéluctables, et du reste, les innovations de Jean Maillart, auteur du Comte d’Anjou, en sont la preuve (il suffit de se reporter aux notes). S’il n’a pas fait école, c’est peut-être parce que les recettes de la composition littéraire reflétaient un profond accord avec les mentalités de l’époque.

19En effet, l’absence réitérée du nourrisson, jointe à sa multiple présence, peut n’être pas dénuée de signification. Ce n’est pas un hasard si les bébés, devenus garçonnets ou fillettes, disparaissent systématiquement du récit pour ressurgir au moment de se voir inculquer lecture, musique etc., d’être mis en apprentissage, voire d’être adoubé chevalier : la personne de l’enfant n’intéresse pas, seulement le personnage du petit homme. Si le très jeune enfant échappe au sort général, il le doit, en définitive, à un ensemble de caractéristiques sur lesquelles je reviens une ultime fois.

20J’avais en effet choisi l’"enfançonnet" parce qu’il se distingue nettement des autres âges de l’enfance et paraît pouvoir se prêter à une caractérisation simple. Il semble bien que les ressources offertes par une caractérisation simpliste aient également séduit les auteurs : la littérature est peuplée de bébés. Naturellement, et pour rectifier un peu les allégations de l’introduction, c’est ce grand nombre, plus que tout autre chose, qui m’a incitée à discourir sur eux : une matière si abondante et, à première vue, si diversifiée, laissait espérer des découvertes qui eussent permis de nuancer fortement les conclusions de Ph. Ariès. Or, dans tous les cas, la présence du bébé se manifestait par la mise en oeuvre de motifs immuables, dont le traitement non plus ne paraissait pas subir d’évolution. Le prétexte de ces développements, le poupon, se dérobait à nos regards. Une telle permanence dans le dit, et surtout dans le non-dit, revêtait un caractère d’unicité trop aveuglant pour que je n’en fasse pas le centre de mon propos.

21La critique littéraire ne peut-elle se définir comme la mise en oeuvre obstinée d’une parfaite mauvaise foi ?

DISCUSSION

Michel MANSON

22Le fait qu’on ne décrive que le petit enfant jusqu’au sevrage (2 ou 3 ans) et qu’ensuite on ne le signale qu’à l’âge de 7 ans, a son parallèle étroit dans le théâtre de Plaute et de Terence. Le temps fort pour les familles connue pour le corps social est celui de la naissance et des années de forte mortalité infantile et enfantine. Et c’est dans ces moments-là que le corps social se reproduit. Ensuite l’enfant est aux mains des femmes. A sept ans, il reprend a nouveau, pour la société, une nouvelle importance.

Jean-Charles PAYEN

23Les schémas narratifs ne se conforment guère à la vision familiale et affective de l’enfance. La première dent, le premier pas, la première parole sont des événements familiaux emouvant,mais ont-ils une portée événementielle ? Peut-on dire qu’ils soient "producteurs de texte" ? Personnellement, je ne le crois pas.

Notes

1 Système conceptuel reflétant lui-même partiellement un état de fait ; sur l’enfant méconnu, outre les travaux désormais classiques de Ph. Ariès, lire par ex. C. Klapisch, L’Enfance en Toscane au début du xve siècle, pp. 99-122 des Annales de démographie historique 1973 : Enfant et Sociétés.

2 Ainsi, pour la morale, Les Quatre âges de l’homme de Philippe de Navarre ; pour l’hygiène, Le Régime du corps offre un petit traité de puériculture fort circonstancié dans le chapitre intitulé ‘Comment on doit garder l’enfant quant il est nés’, et le chapitre qui suit apporte d’intéressantes notations sur la façon de traiter les enfants de sept à quatorze ans.

3 E. Faral, ‘Le conte de Richeut’, dans Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes, 230 (1921), n. 1 p. 270.

4 C’est dans les passages d’Aiol écrits en alexandrins qu’apparaissent les bébés.

5 Voir Lods II et Lods I p. 819 : Beatris est postérieur à Elioxe.

6 Voir Lods II et Lods I p. 819 : Beatris est postérieur à Elioxe.

7 Voir Bossuat p. 181.

8 Voir Bossuat p. 641a.

9 Cf. P. Aebischer, Zeitschrift für Romanische Philologie 66 (1950), p. 400.

10 A vrai dire, Aiol, même remanié, fait un peu exception : cf. 6395 ss. Mais les passages qui nous occuperont sont parfaitement décents.

11 Sur ces deux textes, voir infra.

12 Ainsi, l’enfant de Dolopathos p. 298, celui d’Elioxe 2338 ss ne peuvent être retenus, bien qu’ils soient l’objet de notations charmantes : nous ne sommes pas renseignés sur leur âge. Inversement, il est des bébés dont la naissance est mentionnée sèchement, sans que l’on développe le moins du monde (c’est le sort de Graciene, soeur du héros de Renier, 184) : je n’en parlerai pas non plus.

13 Robert 125 Et quant il aler pot par bans (ms. B il va par escame), mention intéressante des tout premiers pas, où l’on prend appui sur des meubles ; ensuite l’enfant peut aler et corre (129) de façon autonome.

14 Je pense bien sûr aux trois volumes de L’Art religieux du xiie siècle en France, L’Art religieux du xiiie siècle en France et L’Art religieux de la fin du moyen âge en France. F. Garnier, dans La Nativité vue par les imagiers, pp. 16-25 des Dossiers de l’archéologie, n° 14 (1976), illustre joliment, en couleur et en raccourci, cette évolution.

15 La lecture d’Ami et Amile (éd. Dembowski), de Brun, des deux versions de Floire et Blanchefleur, d’Eracle, de l’Escoufle, de Galeran, de Jourdain de Blaives, du Macaire franco-italien, des Lais de Marie de France, de Parise la Duchesse, de Raoul de Cambrai, de Richars li Biaus, de Sone de Nansay, du Roman de Thèbes, que j’avais effectuée plume en main en vue de la présente communication, ne modifie pas mes conclusions. Le champ des lectures non effectuées reste immense !

16 Voici le relevé des apparitions de beau ou beauté appliqués à des bébés. (Dans le cas où les textes offrent plusieurs mentions de naissances, je note au moyen de ‘première génération" ou ‘premier enfant’ la démarcation entre les héros successifs). Guillaume 478 ; Robert 121, 123, 124 ; Aiol 56 (première génération), 9081, 9088, 9229 ; Dolopathos 59 (premier enfant), 9367, 9402 ; Auberon 1925 ; Elioxe 26, 1446 ; Beatris 108 ; Loquifer 2767-8 ; Renier 18, 135, 1211, 1252, 1281, 1310 (première génération), 18532 ; Silence 1960 ss, 2031, 2130 ss ; Maugis 70, 377 (premier enfant), 74, 518 ; Anjou 91 (1 génération), 3235, 3275, 3839, 4091, etc. ; Papegeau 83 ; Cygne 327, 431 (première génération), 2735 ; Dit 116 ; Macaire 320 v°. Gent est rare.

17 Anjou innove : 4245 Ce semble estre un droit angelot (à propos d’un visage riant).

18 Cf. encore Brun 840, 847-8 où sont mentionnées les couleurs sanguine, rosine et l’odeur de l’enfant (mâle) plus douce que fleur d’épine. Juste après sa naissance, Silence nous offre un portrait en règle de l’héroïne : elle est représentée jeune fille (1906-1957).

19 Portent la croix ceux qui sont appelés à régner. Elle apparaît dans Silence 3648, mais seulement lors de la scène finale de reconnaissance, non sur le corps du bébé. Sur ce signe romanesque, voir, entre autres, Macaire, éd. Guessard, pp. xcii ss, F. Lecoy, Romania 1959, p. 535.

20 Les autres détails physiques (au demeurant peu nombreux) rencontrés, fournis chacun pour les besoins d’une narration particulière, n’ont pas d’incidence sur l’essai de typologie ici tenté. Citons Aiol 9228, poings et pieds jaillissant d’une cape parce que l’on s’enquerait des poissons contenus dans le vêtement, détail conservé dans l’adaptation néerlandaise, cf. Bull. de l’Académie royale de Belgique. Classe de lettres, 2e série, XV (1863), v. 212 p. 273 ; Auberon 394 : le fait d’être brune et velue (où je verrais des traces du thème de l’enfant de la forêt) justifie le nom de Brunehaut ; Loquifer 879-80 : taille prodigieuse, qui cause la mort de la mère, etc.

21 Entre autres Auberon 408 Lies furent car nete l’ont trouvee, Elioxe 1482-3 Puis les /./ fait regarder, Que netement peussent es benois fons entrer. Anjou est parfaitement explicite : 4601 ss nestïé Cest enfant que je tieing lïé En sez drapiaus et en s’ordure.

22 Anjou étoffe la scène : l’enfant rit et gazouille (4265, 4269). J’interprète comme un résidu de rire fonctionnel celui de Godin à l’aumachor puis à ses Sarrasins (8481 et passim laisses 3 et 4) : il aurait été à l’origine désarmant ; l’élément rire aurait été conservé, mais en parti dépourvu d’objet puisque les intentions des Sarrasins auteurs du rapt (hostiles ou amicales ?) ne sont pas bien définies dans cette chanson souvent maladroite. Le même type d’explication s’applique en partie à Guillaume 809.

23 Mignotage : voir Ariès p. 6 ; j’emploie pour ma part le terme au sens de comportement affectueux (baisers, caresses, etc.).

24 Suite du relevé (sans doute lacunaire) : Beatris 305-6, 4173 ; Beatris II 722 (et peut-être Beatris p. 16 et Beatris II 648, 670 : les héros sont-ils encore bébés ?), Loquifer 2759 (bel exemple de remuer = ‘changer’), 2776, 4025, 4107 ; Renier 32, 57 ; Silence 2087 ; Maugis 75 ss, 437, 519, 529 ; Anjou 3945-6, 4555, 4602-3 ; Godin 8619-20, 8645 ; Papegau 83 ; Cygne 487 ; Macaire 320 v°.

25 Galeran 429-558 cède à une véritable fascination des objets, qui prolifèrent autour de la jeune Fresne ; mais celle-ci n’est pas mieux regardée que ses congénères en littérature.

26 Les quatre textes brodent sur le thème de la mère de Godefroy de Bouillon qui, refusant de laisser contaminer ses enfants par un lait étranger, décida que devait propriis lac dari uberibus (Henschenius, Acta Sanctorum, Aprilis II, 142 a).

27 Plus exactement, on acornete (Abeesse 257). Sur le cornet, consulter les documents fournis par A. Chamoux, pp. 410-11 des Annales de démographie historique, 1973. La sibylle Cimmérienne du 15e siècle reproduite par E. Mâle, p. 285 de L'Art religieux de la fin du moyen âge en France (1908), offre une plaisante image de cornet.

28 Je ne mentionne que les nourrices explicitement commises à la nourriture.

29 Godin 8613-17, 8661-6, 8718-23 (poulets et liqueur de Bacchus !) a des accents rabelaisiens.

30 Pas de baptême dans Auberon, qui se déroule presque entièrement avant la venue du Christ (voir toutefois 393 et note) ni dans Dolopathos, situé dans le monde païen antique. L’épisode des enfants-cygnes dans Dolopathos (bébés sustentés dans la forêt par le lait d’animaux sauvages) a pu constituer un modèle narratif assez fort pour que le baptême des enfants privés de mère soit omis de Beatris (opposer Lods I p. 814), Abeesse et Papegau, où les acteurs adultes sont cependant chrétiens. Pas de baptême non plus dans Anjou : serait-ce une touche réaliste (voir note suivante) ?

31 Cela, dans tous les textes où il est présent : s’agit-il d’une convention littéraire (opposer Ariès pp. 16-17) ? Le baptême d’urgence est peu exploité : on ne ‘preinseigne’ à cette fin que dans Renier 18537 (Elioxe 1478 est ambigu).

32 Lods II commente cette scène.

33 Références des passages concernant le baptême : Guillaume 1332-40 ; Robert 88-92 ; Aiol 57-68, 450-2 (1ère génération), 9345-5<; Renier 36, 115, 136-149, 551-2 (1ère génération), 18035-7, 18537-9, 18540-69, 18579-81 ; Silence 2063-8, 2084-126 ; Maugis 603-6 ; Godin 8460-6 ; Cygne 724 ; Dit 114 ; Macaire 320v° - 321 r°. Les chiffres sont parlants.

34 L’espoir de lui substituer de nouveaux rejetons est même explicitement présenté en guise de consolation par les pères dans Renier 1455 ss et Maugis 317.

35 Une autre explication peut être avancée. On aura noté le quasi érotisme de la citation d’Auberon : c’est que le bébé est en puissance un futur amant pour la fée, même si ce thème est parfois effacé de nos textes. Le ton de Brun, laisse 63, est significatif. La fée de Maugis devient la maîtresse du héros élevé par ses soins. Ydoine, pourtant simple mortelle, paraît avoir hérité d’un rôle similaire dans Renier. Sur la croyance aux fées auprès du berceau du nouveau-né, voir Auberon, n. 5 p. XXXIX ; sur la mise en oeuvre littéraire qui en est faite, voir entre autres Brun, pp. XI-XII, F. Lecoy, Romania 1959, p. 536.

36 Ne retenons pas l’exultation qui saisit l’univers à la naissance du héros (135-40), motif hagiographique (naturellement traité à l’envers) absent de nos textes.

37 L’époque médiévale, tout comme nous, distinguait un âge objet de puériculture. Le Régime du corps est net. La fin du premier âge (cf. Régime du corps, p. 79 : "Li premiers [aages est] quant li enfes est nés, et dure jusques à tant ke li dent commencent à venir") est exceptionnellement marquée par une notation biologique dans Robert (voir n. 11), et, à sa suite, dans Dit 125, Des ce quil pot par chambres et par sales fuir : unique mention des premiers pas dans le corpus.

38 Anjou entrevoit le problème : il n’est biauté que criature Si petite avoir peüst Que l’enfant tout en soi n’eüst (7952 ss).

39 Au relevé donné supra, aj. Loquifer 4107 et 4111.

40 Mais cf. note 33.

41 J’ai l’impression que l’absence de regards portés sur le bébé n’est pas l’apanage de la littérature française et qu’elle se poursuit longtemps. Ainsi, l’Aiol néerlandais, imité au début du 13e s. de l’Aiol français tel que nous l’avons conservé (comme le démontre l’article cité n. 18) n’ajoute rien au portrait des bébés (parmi les fragments restant nous intéressent seuls ici les vers 146-2 18, pp. 27 1-273, correspondant à Aiol 9180-9232) pas plus que la Storia di Ajolfo italienne (fin 14e s.) : dans les chapitres CI et ss de l’édition L. del Prete (1863-64), les seuls qu’il soit pertinent de retenir, l’auteur s’attarde pourtant au nettoyage des enfants et aux morceaux de tissu multiples qui leur sont destinés, notes absentes d’Aiol. La lecture de trois versions de la Reine Sibille, qui d’ailleurs ne découlent pas les unes des autres, conduit aux mêmes remarques ; il s’agit du Macaire franco-italien (ms. du 14e s., démarquant un texte français de la fin du 12e ?), du Carlos Maynes espagnol (fin 14e s., cf. Zeitschrift fur Romanische Philologie, 1950, p. 400) et de notre Macaire (15e siècle) : voir respectivement Macaire, cd. Guessard, pp. 116 ss, Libros de Caballerias, éd. A. Bonilla y San Martin, primera parte (1907), pp. 517-8, et ms. Arsenal 3351, ff. 320 ss. Le rejeton impérial fait dans les trois cas l’objet de mises en scène similaires, on ne remarque de lui que sa beauté et la croix royale, bien que les trois textes, et à un plus grand degré le dernier, soient animés d’un réalisme gentil.

Notes de fin

* Je tiens à remercier J. Baroin, J. De Caluwé, J.-M. d’Heur, M. Rossi, M. Sokikian et J. Subrenat, dont le savoir et la patience m’ont été précieux.
Abréviations : Abeesse = De l’Abeesse qui fu grosse, dans le t. II de D.-M. MEON, Nouveau Recueil de Fabliaux et Contes, 1823 ; Aiol = Aiol, éd. J. NORMAND et G. RAYNAUD, 1877 ; Anjou = Jehan Maillart, Le Roman du Comte d’Anjou, éd. M. ROQUES, CFMA 67 ; Ariès = Ph. ARIES, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973 ; Auberon = Le Roman d’Auberon, éd. J. SUBRENAT, 1973 ; Audigier = ‘Audigier’ et la chanson de geste, avec une édition nouvelle du poème, par O. JODOGNE, pp. 495-526 du Moyen Age, 66 (1960) ; Beatris et Beatris II = La Chanson du Chevalier au Cygne /./ et de Godefroid de Bouillon, éd. C. HIPPEAU, 1874-77, respectivement vol. 1 et 2 ; Bossuat = Dictionnaire des Lettres françaises : Le Moyen Age (1964) ; Brun = Brun de la Montagne, éd. P. MEYER, 1875 ; CFMA = Classiques français du moyen âge ; Comte d’Anjou : voir Anjou ; Cygne = Le Chevalier au Cygne et Godefroid de Bouillon, éd. baron de REIFFENBERG, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, Hainaut et de Luxembourg, V, 4 (1846) ; Dit = Le Dit de Robert le Diable, éd. K. BREUL, Abhandlungen fur A. Tobler, 1895, pp. 464-509 ; Dolopathos = Li Romans de Dolopathos, éd. Ch. BRUNET et A. de MONTAIGLON, 1856 ; Elioxe = La Naissance du Chevalier au Cygne, éd. H.A.. TODD, 1889 ; Fellinger = F. FELLINGER, Das Kind in der altfranzösischen Literatur, 1908 ; Galeran = Jean Renart (?), Galeran de Bretagne, éd. L. FOULET, CFMA 37 ; Godin = La Chanson de Godin, éd. F. MEUNIER, 1958 ; Guillaume = Chrétien de Troyes (?), Guillaume d’Angleterre, éd. M. WILMOTTE, CFMA 55 ; Levy = R. LEVY, Chronologie /./, Heft 98 (1957) des Beihefte zur Zeitschrift fur Komanische Philologie ; Lods I = J. LODS, L’utilisation des thèmes mythiques dans trois versions écrites de la légende des enfants-cygnes, Mél. offerts à R. Crozet (1966), II, 809-820 ; Lods II = J. LODS, Encore la légende des enfants-cygnes, Mél. offerts à R. Lejeune (1969), II, 1227-1244 ; Loquifer = La Bataille Loquifer, éd. d’après le ms. B. N. fr. 368 par G. DEHALLLE (Thèse, Aix-en-Provence, 1978) ; Macaire = version en prose française de la Reine Sibille contenue dans le ms. Arsenal 3351, ff 280 r°-379 r°, inédit ; Maugis = Maugis d’Aigremont, éd. F. CASTETS, 1893 ; Papegau = Le Chevalier du Papegau, éd. F. HEUCKENKAMP, 1896 ; Régime du corps (le) = Aldebrandin de Sienne, Le Régime du corps, éd. L. LANDOUZY et R. PEPIN, 1911 ; Renier = Enfances Renier, éd. C. CREMONESI, 1957 ; Richeut = Richeut, éd. I. C. LECOMPTE dans Romanic Review, IV (1913), pp. 261 ss ; Robert = Robert le Diable, éd. F. LOESETH, 1903 ; Silence = Heldris de Cornouaille, Le Roman de Silence, éd. L. THORPE, 1972 ; Zumthor = P. ZUMTHOR, Histoire littéraire de la France médiévale (vie-xive siècles), 1954.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter