Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant au Moyen Âge

Art et représentation

Enfance divine et enfance humaine

Françoise Bonney

Texte intégral

  • 1 ARIES(Ph), L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime", Paris, Plon, 1960 et édition abrégé (...)

1Cette étude veut illustrer un sujet limité en essayant de montrer le lien particulier qui joint la représentation de l'enfance divine à l'émergence de la représentation de l'enfance humaine. Elle n'apporte rien de nouveau dans les thèmes : le réalisme marquant de plus en plus l'art de la fin du moyen-âge est signalé par tous les livres d'histoire de l'art, le foisonnement des scènes dans lesquelles à cette même époque apparaissent des enfants est analysé par Philippe Ariès dans un des chapitres de son livre primordial "L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime"1.

2En nous en tenant simplement à l'iconographie, il nous semble cependant qu'il faille particulièrement insister d'une part sur l'avance de ces représentations sensibles au sentiment de l'enfance par rapport à ce que signale Philippe Ariès, d'autre part sur l'atmosphère religieuse qui entoure cette "découverte de l'enfance".

3C'est dans cette atmosphère, en effet que l'on peut déceler :

  • La participation de plus en plus grande des enfants au culte, soit en tant qu'enfants de chœur, soit dans les "cantoria" de petits chanteurs, soit dans les processions : grandes processions parisiennes des temps de calamité du début du xve siècle ou grandes processions florentines comme cette scène de procession d'enfants à Florence (vers 1440-1450, par Zanobbi Strozzi, en vente chez Sotheby en juin 1973).
  • La place importante qu'ils tiennent dans les miracles implorés du ciel pour eux, soit au cours d'un pèlerinage : en 1483, le maître de Saint Marinus (Germanisches National Museum, Nuremberg) nous montre une foule de mères amenant au saint leurs enfants malades ou handicapés et offrant en ex-voto leur image de cire ; soit par l'invocation de l'aide de Dieu ou d'un saint au cours d'un danger particulier, par exemple ces épisodes qui restent pour nous encore assez mystérieux (Notre Dame à la massue ou Notre Dame du Secours, église du Santo Spirito, Florence) : une mère implore à genoux l'aide du ciel, la vierge à l'aide d'une massue défend un petit enfant contre les attaques d'un horrible démon.
  • Le développement du culte des Saints Innocents qui permet de multiplier les images d'enfants, avec les plus petits encore au maillot et ceux de deux ans en robe ouverte (prédelle d'une crucifixion, par Giovanni della Robbia, Bargello, Florence).
  • La protection maternelle de la Vierge sur les abandonnés : La Madone des Innocents abrite sous son manteau garçons d'un côté filles de l'autre ; avec les degrés d'âges déjà signalés : poupons au maillot au premier rang, enfants de deux ans en robe courte, "pueri" et "puellae" de six sept ans en robe noire brodée de l'insigne de l'Hôpital, un bébé emmaillotté.
  • -La sérénité de certaines représentations d'enfants morts : ce sont des angelots souriants qui présentent à Dieu les petits Dauphins Charles Orland et Charles, fils de Charles VIII et d'Anne de Bretagne (Tours Cathédrale Saint Gatien).

Pélerinage auprès de ST. Marinus
(Germanische National Museum Nuremberg)

4Pourquoi cette atmosphère religieuse favorable à l'émergence de l'enfance en général et des enfants en particulier ? A cause d'un courant où se rencontrent aussi bien les grands théologiens que les croyances populaires et qui tourne autour de la dévotion à la Sainte Famille, à l'Enfance du Christ. C'est là qu'on peut le mieux déceler le lien entre la représentation de plus en plus humanisée du Christ enfant et celle, de plus en plus historique, des enfants.

Sainte Parenté - (Lübeck, St. Annen Museum)

5Courant populaire :

  • 2 David M. ROBB, The Iconography of The Annunciation in The Fourteenth and Fifteenth Century Art Bul (...)
  • 3 HEIMANN(A.), "Trinitas Creator Mundi", Journal of The Warburg Institute 2, pp. 42-52. La miniature (...)

6L'un des thèmes religieux les plus fréquemment représentés est celui de l'Annonciation, or, au xive siècle apparaît dans ce thème une particularité : à l'ange et à la vierge s'ajoutent un minuscule petit enfant glissant sur des rayons venant du ciel et aussi, très souvent, la représentation du Père et de l'Esprit2. Cette représentation est en désaccord avec la théologie, le Verbe ne pouvant pas avoir pris corps avant d'être dans le sein de la Vierge, mais elle fut très répandue et cette visite angélique du Nétzer altar (1 400 Westphalie) ajoute même à l'enfant une croix sur l'épaule ! Ces sortes d'illustrations ont servi de modèle pour représenter la conception humaine, par exemple dans une miniature de la "Vita Christi" de Jean Mansel3 : Un homme et une femme sont couchés dans leur lit dans une salle où se trouve également une table portant de la nourriture et un bougeoir avec une bougie ; le coin gauche de la pièce est ouvert sur le ciel et la Sainte Trinité, visible, envoie un enfant au couple sur un rayon de lumière, une banderole explicative porte les mots "Faciamus hominem ad imaginem et similitudinem nostram". La notion d'origine que la Sainte Trinité a participé à la création du premier homme a été ensuite combinée avec l'idée de l'Incarnation du Christ, puis détachée de son contexte religieux, elle apparaît enfin dans une scène séculière.

  • 4 CALLISEN (S.A.), "The Evil Eye in Italian Art", Art Bulletin, 1937, pp. 450-462.

7D'autres thèmes religieux certainement parmi les plus représentés, celui de la naissance du Christ et celui de la Madone à l'enfant dénotent, eux-aussi, certains aspects originaux qui s'inspirent non seulement de la réalité du temps, mais aussi encore vont contre le sens sacré du tableau tout en accentuant le sentiment de l'enfance. L'enfant divin porte à son cou la branche de corail, symbole phallique, destiné à éloigner le mauvais oeil4. On pensait en effet à cette époque (et on pense encore aujourd'hui dans le monde méditerranéen) que les garçons surtout provoquent l'envie des personnes malintentionnées ; or, les yeux des petits enfants ne sont pas en mesure, en raison de leur faiblesse, de lutter avec ce "mauvais oeil" ; alors à peine nés, on leur passait au cou la branche de corail. Le sacrement du baptême n'enleva pas sa force à cette superstition, et on voit même peintres, sculpteurs et graveurs en orner le cou de l'Enfant Jésus, sans doute pour insister sur son côté humain. Pietro de Giovanni d'Ambrogio (au musée d'Asciano) montre le tout petit enfant dans la crèche, entouré de langes jusqu'au cou, la branche de corail bien en évidence sur les langes ; Masaccio (vierge du cardinal Casini, Palazzo Vecchio, Florence) montre le petit enfant, en langes et chemise, jouant dans les bras de sa mère, la branche de corail rejetée sur l'épaule par l'ardeur du jeu. A partir du xvie siècle, de très nombreux petits enfants portent, sur leur portrait, cette même branche de corail.

8La scène de la nativité, pourtant bien fixée par les Evangiles, n'échappe pas à cette poussée du réalisme, saisi d'abord à travers le sacré, puis amenant à voir la scène réelle : un retable venant d'un château du Tyrol et datant de la fin du xive siècle, montre la vierge nue sous une couverture qui drape simplement le bas de son corps ; elle est allongée sur un lit dressé sous un toît figurant une maisonnette, et elle baigne l'enfant dans un baquet, à côté de son lit ; dans la deuxième moitié du xve siècle on peut voir dans une miniature bourguignonne de la Bodleian Library (119 A (2) /2, la naissance d'un prince, avec la parturiente nue sur le lit, et le médecin qui lui palpe le ventre, image qui reste cependant rare.

  • 5 KAFTAL (G.), The Fabulour Life of A Saint. Mitteilungen des Kunsthistonische institute in Florenz, (...)

9Un autre domaine, tout aussi intéressant, de l'iconographie concernant l'enfance est celui des scènes d'intérieur qui se multiplient, surtout dans les écoles du Nord, à partir du xvie siècle ; là aussi le prélude est religieux et semble naître très tôt (fin xiiie début xive siècle) avec les nombreuses naissances de saints qui permettent de représenter la chambre de l'accouchée avec les visiteurs qui viennent la féliciter. Nous citerons seulement pour mémoire peut-être les plus célèbres d'entre elles : la naissance de la vierge et la naissance de saint Jean-Baptiste, par Domenico Ghirlandajo (fresques de l'Eglise Santa Maria Novella, à Florence) ; mais représentatives avant tout d'un climat urbain particulier, elles n'apportent pas autant de renseignements que d'autres, plus modestes, où apparaissent, par exemple, le berceau de l'enfant (très peu représenté dans l'art occidental, sauf peut-être justement à cette époque), comme dans la naissance de saint Etienne (par Martino di Bartolomeo da Sienna, Francfort, Stoedel Institut), où on voit le démon enlever le bébé de son berceau et le remplacer par un enfant-démon5.

  • 6 WENTZEL (H.), Maria mit dem Jesus Knaben an der hand. Zeitschrift des Deutschen Vereins fur Kunstw (...)
  • 7 Giovanni DOMINI Regola del governo di cura familiare ed. D. SALVI. Florence, 1860, p. 131.

10Courant plus religieux avec des scènes d'intérieur beaucoup plus calmes : Vers 1430-1440, un miniaturiste (Heures de Catherine de Clèves, Pierpont Morgan Library, N. York) voit la Sainte Famille au travail : Joseph rabote, Marie tisse et l'enfant Jésus apprend à marcher dans un de ces appareils à roulettes caractéristiques de la petite enfance, particulièrement dans les gravures qui représentent les différents âges de la vie. "La vierge à la soupe au lait" de Gérard David (dont il existe de nombreuses variantes) est également caractéristique de ce climat intimiste et réel, particulièrement en ce qui concerne le petit enfant qui a besoin, lui aussi, de tenir une cuiller dans la main. Intimité que traduisent encore des essais de créer de nouveaux groupes de la vierge à l'enfant, cette fois avec un enfant un peu plus âgé que la vierge tient par la main6 ou des méditations et conversations sacrées dont j'ai retenu trois exemples : dès la fin du xive siècle Meister Bertram, dans un panneau d'un retable (Hambourg - Kunsthalle) montre le Christ enfant face aux instruments de la Passion ; ce sujet sévère, souvent représenté dans l'art byzantin est ici singulièrement humanisé : c'est sur quatre aiguilles que la vierge tricote la tunique sans coutures de son fils et c'est après avoir joué à la toupie, et en délaissant le livre qu'il feuilletait, que l'enfant regarde les instruments du supplice. Un peintre anonyme (cloître de l'église de Santa Croce Florence) montre l'enfant debout à côté de sa mère et l'aidant à dévider un peloton de laine. On ne peut s'empêcher ici de songer aux recommandations de Giovanni Dominici qui voulait que dans chaque famille il y ait des représentations très humanisées de la vierge à l'enfant : "... Jésus qui se tient devant sa mère, Jésus et sa mère cousant, tous deux de profil"7. Sujets intimistes et religieux à la fois, que ne dédaigne pas non plus l'art du nord : à Waddesdon Manor (National Trust, Courtauld Institute) Sainte-Catherine prie, agenouillée, devant une scène familière : 1a vierge coud, à côté d'elle l'enfant enfile maladroitement des sandales trop grandes pour lui.

11Les représentations du groupe familial obéissent aussi au même processus : La vision de la madone à l'enfant par exemple est tellement forte que souvent les femmes et les enfants représentés dans les foules sont autant de vierges de tendresse, par exemple dans la foule à laquelle Saint Laurent fait l'aumône (Beato Angelico, chapelle de St Nicolas-Vatican), mais surtout le groupe familial de la sainte parenté crée un climat de famille nombreuse pleine de vitalité regroupée autour de la grand-mère, Anne, de ses trois gendres, Joseph, Alphée et Zébédée, et de ses trois filles, Marie mère de Jésus, Marie Cleophas, mère de Jacques, Joseph, Simon et Jude et Marie Salome, mère de Jacques et de Jean. Vers 1480 Gérard de Saint-Jean représente encore la Sainte parenté dans l'église, avec les petits cousins qui jouent : Jean l'Evangéliste avec le calice empli de poison de son premier martyre, Jacques son frère avec la gourde de pèlerin, Simon leur cousin avec la scie de son martyre (Rijksmuseum Amsterdam).

Meister Bertram
La Vierge et l'Enfant avec les instruments de la Passion Hambourg Kunsthalle

12Ensuite, le musée de Lübeck garde toute une série intéressante de peintures et de sculptures qui s'échelonnent de 1490 à 1510-1515 et dans lesquelles la nudité des plus petits, contrastant avec le bonnet qu'ils ont gardé sur la tête, le biberon en forme de cafetière, le cheval de bois, la cuiller et le petit pot, le carlin qu'on dresse finissent par être les attributs des saints enfants : on s'achemine vers les instantanés de famille...

  • 8 SCHILLER (G.), Ikonographie der Kristlichen Kunst. Güterslöh, 1971, p. 604, n° 677.
  • 9 a) VAN HULST, La Storia della devozione a Gesu bambino nelle imagini plastiche isolate. Antonianum(...)
  • 10 a) MAERE (R.), L'enfant Jésus et la crèche dans l'iconographie chrétienne. Bulletin de la société (...)
  • 11 de BROGLIE (A.), Par la main du Divin Enfant. Connaissance des arts, Décembre 1973, pp. 116-125.
  • 12 FRIEDMANN (H.), The Symbolic Goldfinch, its history and significance in European devotional Art, W (...)
  • 13 TREXLER (R.C.), Ritual in Florence : Adolescence and Salvation in the Renaissance. In The Pursuit (...)

13L'apparition du portrait de l'enfant seul, semble-t-il seulement dans le dernier quart du xve siècle, peut également, par certains aspects être rapproché d'une origine religieuse, car le premier enfant qui, à coup sûr, apparaisse seul dans l'art est, précisément à l'époque qui nous intéresse l'enfant Jésus. L'exemple peint par Holbein le vieux de la collection Krupp8 est tardif par rapport au "Jésu Bambino" de l'église de l'Ara Coeli à Rome, ou à cet exemplaire d'une collection particulière à Florence9, typique de la petite statuaire très répandue ; très souvent, ces "enfant Jésus" possédaient une véritable garde robe et pouvaient être couchés non seulement dans la crèche à Noël, mais aussi dans de véritables berceaux, les "repos de Jésus"10. Sauvent aussi l'enfant apparaît avec des objets symboliques ou des jouets, ou des jouets symboles11, et l'un des plus représentés est un jouet vivant : le chardonneret12 qui a un lien particulier avec le Christ, parce qu'il aurait tenté d'ôter les épines de la couronne de la Passion. Le passage du chardonneret entre les mains d'un véritable enfant se fait par le biais d'une scène religieuse ; le chroniqueur Pietrobuoni raconte qu'à Florence, dans le deuxième quart du xve siècle, la compagnie des Magi dans sa présentation publique de l'histoire des Mages avait un Christ enfant, joué par un bébé de trois ans dont on nous a même conservé le nom : Francesco d'Andruccio dé Ricasoli : il agitait une main et dans l'autre il tenait le chardonneret13. A la fin du xve siècle, Ambrogio de Predis représente le petit Francesco Sforza (musée de Brighton) avec le chardonneret dans la main : là aussi l'image s'est sécularisée.

14Il en est également de même, par exemple, pour les vêtements de l'Enfant divin. Il arrive qu'il ne soit représenté ni dans ses langes, ni en chemise, ni à demi nu, mais sans doute un petit peu plus âgé en robe et petit tablier (Enguerrand Quarton - Madone Requin. Musée Calvet Avignon), les broderies transformant l'ensemble des vêtements en habits quasi sacerdotaux. Mais vers 1490, Wilhelm Dedeke (Lübeck) en habille un des enfants de la Sainte Parenté, et alors il n'y a plus qu'un tablier-bavoir qui les fixe dans le temps de la petite enfance ; c'est encore par cet attribut que la petite soeur du futur Charles Quint se distingue de ses aînés somptueusement vêtus en 1503.

Ambrogio de Predis - Portrait de Francesco Sforza (Musée de Brighton)

15En conclusion, nous insisterons sur un point : n'est-ce pas en liaison très étroite avec les représentations de l'Enfance du Christ que les représentations de l'enfance humaine privilégient en fait la petite enfance ? Malgré les apocryphes, en effet, aucune scène de l'enfance du Christ n'a réussi à s'imposer, entre le retour d'Egypte, vers quatre ou cinq ans, et l'Enfant Jésus au Temple, à douze ans. Pour l'enfance humaine, il y a pratiquement le même vide iconographique : seules les représentations d'enfants de choeur et de petits chanteurs commencent à combler ce vide.

DISCUSSION

Antoine TAVERA

16Je vous parlerai un instant d'un bas-relief peut-être jamais reproduit qu'on trouve contre le mur de gauche en entrant dans S. Giorgio in Velabro à Rome. Sur ce linteau ( ? c'est un fragment scellé au mur) figure la plus ancienne Annonciation de moi connue : xie s., plus probablement avant même (ixe ?). On voit très bien l'ange aux ailes éployées, et la Vierge, qui a un geste de surprise ; on distingue plus mal, derrière elle, une petite figure ; s'agirait-il déjà, comme vous l'avez remarqué sur des figurations du xive ou xve s., de 1'enfant qu'elle va engendrer ?

Notes

1 ARIES(Ph), L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime", Paris, Plon, 1960 et édition abrégée, au Seuil, Coll.Point, 1973.

2 David M. ROBB, The Iconography of The Annunciation in The Fourteenth and Fifteenth Century Art Bulletin, Décembre 1936, pp. 480-526.

3 HEIMANN(A.), "Trinitas Creator Mundi", Journal of The Warburg Institute 2, pp. 42-52. La miniature dont il est question ici se trouve dans le manuscrit 5206 de la Bibliothèque de l'Arsenal à Paris.

4 CALLISEN (S.A.), "The Evil Eye in Italian Art", Art Bulletin, 1937, pp. 450-462.

5 KAFTAL (G.), The Fabulour Life of A Saint. Mitteilungen des Kunsthistonische institute in Florenz, XVII, 1973 (2-3).

6 WENTZEL (H.), Maria mit dem Jesus Knaben an der hand. Zeitschrift des Deutschen Vereins fur Kunstwissenchaft, 314, Berlin, 1942. et Ad. Infantiam Christi Zu der Kindheit unseres herren. Das Werk des Künstlers. Studien zur ikonographie und formgeschichte 1951, pp. 134-160.

7 Giovanni DOMINI Regola del governo di cura familiare ed. D. SALVI. Florence, 1860, p. 131.

8 SCHILLER (G.), Ikonographie der Kristlichen Kunst. Güterslöh, 1971, p. 604, n° 677.

9 a) VAN HULST, La Storia della devozione a Gesu bambino nelle imagini plastiche isolate. Antonianum 19, Rome, 1944.
b) SCHLEGEL (U.), The Christchild as devotional image in Medieval italian sculpture. Art Bulletin, LII 1970.

10 a) MAERE (R.), L'enfant Jésus et la crèche dans l'iconographie chrétienne. Bulletin de la société royale d'archéologie de Bruxelles, 1946, pp. 1-12.
b) NIFFLE-ANCIAUX (Ed.), Le repos de Jésus et les berceaux reliquaires. Annales de la société archéologique de Namur. Namur, 1896.
c) DODERLEIN (W.), Alte Krippen, Munich.

11 de BROGLIE (A.), Par la main du Divin Enfant. Connaissance des arts, Décembre 1973, pp. 116-125.

12 FRIEDMANN (H.), The Symbolic Goldfinch, its history and significance in European devotional Art, Washington, 1946.

13 TREXLER (R.C.), Ritual in Florence : Adolescence and Salvation in the Renaissance. In The Pursuit of Holiness, ed. Ch. Trinkhaus et H. Oberman. Leiden, 1974, p. 224.

Table des illustrations

Légende Pélerinage auprès de ST. Marinus(Germanische National Museum Nuremberg)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Sainte Parenté - (Lübeck, St. Annen Museum)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Meister BertramLa Vierge et l'Enfant avec les instruments de la Passion Hambourg Kunsthalle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2694/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Légende Ambrogio de Predis - Portrait de Francesco Sforza (Musée de Brighton)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2694/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 618k

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses universitaires de Provence, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter