Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le diable au Moyen Âge

La chute et la modification : le renversement diabolique chez Gautier de Coinci

Dominique Colombani

Texte intégral

1Au long des 56 "Miracles de Notre Dame", de Gautier de Coinci, la nature et l'action du diable sont souvent commentées, et le diable lui-même, seul ou "légion", est à mainte reprise mis en scène ; on serait étonné qu'il an fût autrement dans une œuvre de ce type. Cependant, chose remarquable, le pittoresque propre à frapper l'imagination n'apparaît que rarement et brièvement, dans cas commentaires et ces évocations. Le diable n'est guère chez Gautier un personnage littéraire, il reste un personnage théologique dont la nature et l'action sont renversement, c'est-à-dire inversion de la nature et de l'action divines, et non pas seulement inversion-le diable na serait alors qu'un négatif de Dieu-mais aussi perversion : en lui-même et on l'homme qu'il circonvient, dont il renverse le cœur, l'esprit et l'image de Dieu qui les habitait.

2Ainsi, par une modification du réel, le diable cherche à provoquer la chute de sa victime ; nature renversée cherchant sans trève à renverser, il semble invincible ; mais sans trêve, Gautier de Coinci rappelle que le vrai renversement, celui qui provoque non la chuta mais l'exaltation, qui na modifie pas mais révèle, est opéré par Dieu : c'est la paradoxe évangélique du salut des petits ; le diable lui même la proclame lorsque, par un malicieux et significatif "centre-renversement", Gautier lui fait avouer son étonnement méprisant devant les choix de Dieu :

Li fort, li preu, li bel, li gent,
Les beles dames de grant pria
Qui traïnant sont vair et gris,
Roy, roÿnes, duc et contessez
En enfer viennent a granz pressez,
Hais au ciel vont pres tout affait
Tort et boçu et contrefait.
Ou ciel va toute la ringaille :
Le grain avons et Diex la paille.
(II Mir 20, v.212-220)

***

3Conformément à l'Ecriture et à la tradition, Gautier nous présenta la diable comme l'ange renversé ; aux démons venus an troupe se saisir de l'âme du vilain, les anges répondant :

Mat et irié et dolent estes
De ce que Diex vrais est et Justes.
Par vostre orgue en enfer fustes.
Ausi seront la riche gent.
Angele ou ciel fustes bel et gent,
Mais Juez que vos enorguillistes,
Jus trebuchastes et chaïstes
(id. vv. 222-228)

4La renversement de la nature angélique an nature diabolique-l'orgueil- a donc entraîné un renversement du sentiment-tristesse et irritation dues à ce que Dieu est vrai et Juste, autant dira de ce que Dieu est Dieu-et par là sise des valeurs et de l'action. Dès lors, les diables-et ce pluriel sembla n'être chez Gautier qu'un procédé littéraire d'amplification de l'unique "ennemi" - cherchent à entraîner les hommes avec eux, selon les moyens qui sont désormais les leurs : tout ce qui relève du mensonge et de l'injustice.

5Ainsi apparaissent les deux éléments, inséparables, de la définition du diable an action : il est le trompeur qui cherche à faire tomber, et plus exactement celui qui chercha à faire tomber, usant pour cela de la tromperie. Théophile en témoigne :

Li sousduians, li decevables,
Li agaitanz, li envieus,
Li frois, li fel, li anuieus,
Par son barat m'a si souspris
Qu'en ses las m'a lacié et pria,
(I Mir. 10, v. 1218-1222)

6et Gautier donne une brève et expressive définition dans le Miracle du sacristain ivre :

Mais cil la seut bien espier
Qui toz nos bee a conchier
(I Mir 16, v.19-20)

7Cette conception de la nature et de l'action du diable est aussi conforme à l'Ecriture et à la tradition que le récit de la chuta des anges. C'est ainsi qu'on son évangile, St Jean prête au Christ ces paroles : "Dès l'origine, (le diable) fut un homicide ; il n'était pas établi dans la vérité car il n'y a pas de vérité en lui : quand il dit sas mensonges, il les tire de son propre fonds, parce qu'il est menteur et père du mensonge" (Jn 8 44). C'est ainsi que dans la lignée des Pères" et dans le même esprit que ses contemporains, Guigue 1er le Chartreux écrit, un siècle avant Gautier : "Hic stultus, id est homo inimicus, ille callidus, diabolus scilicet, qui per hunc te impugnat. Circa hunc blandus. ut eum liberes, esto, contra illum cautus" (Pensée 97) et encore : "Varitatem sine fine pax se-quitur, communis cum ange lis. Mendacium, labor et dolor, communis cum diabolo". (Pensée 165)

8Nous allons nous ettacher à cet aspect da l'action diabolique qui en est, en fait, le fondement : le renversement des saints par le renversement de la vérité humaine et divine.

9Le diable est à la fois le contraire du saint et son ennemi, parce que le saint est à l'image de Dieu, et parce que son dessein, en psychologie, en morale et en métaphysique, est opposé au dessein de Dieu : ce en quoi il est bien Satanas, c'est-à-dire l'Adversaire accusateur.

10Le diable hait toute sainteté et l'on peut lui appliquer la remarque faite sur son avatar Julien l'Apostat au sujet de St Basile :

L'empereür tout enflamma
De mautalent, d'ardeur et d'ire
Li biens qu'il oï de lui dire
(II Mir 11, v.22-24)

11Mais il hait spécialement la sainteté qui s'exprime par l'amour de la chasteté :

Li dyables, qui n'aimme mie
Ne chasteé n'onneste vie
(II Mir 29 v.155-156)

12Il s'irrite contre toute manifestation d'attachement à Dieu et cherche à en détruire la valeur profonde. Ainsi travaille-t-il à renverser le pelerin de St Jacques :

Il jut a une sille garce,
Quar son pelerinage par ce
Tolir li volt li anemis...
Li dyables, qui n'aime mie
Aumosne ne pelerinage,
Por destorbier ce saint volage
Devant lui vint an guise d'ome
(I Mir 25, v.16-18 et 26-29)

13Il renverse le sens de l'Office divin dans le cœur des moines qui, uniquement préoccupés de gastronomie, en bâclent la psalmodie :

Ainz c'on ait dit deus misereles,
Ont il dites et murmulees,
Bauboïes et bredelées
Et lor eures et 1er matines.

Diable en rient, il ont droit,
Car ne disons nul mot a droit
Ne servons Dieu fors en fuiant.
(I Mir 29,v.126-135)

14S'il rit de bonheur lorsqu'il atteint son but, le diable bout de colère devant la sainteté active des œuvres de miséricorde, par exemple celle du riche fondateur d'un hôpital :

Mais li dyables un os tel
En son cortil ala lancier
Dont mout cuida desavancier
Son bon renon et son bon pris.
Mout est d'ardeur et d'ire espris
Et poignaument au cuer li point
Quant il le voit en si bon point
(I Mir 38,v.48-54)

15Même courroux furieux devant la prière fidèle et fervente, comme celle d'un saint moine qu'il cherche en vain à renverser :

Mais deables ot grant anui
Et grant vergoigne et grant envie
De chou que il menoit tel vie.
Tant vint entour lui et ala
Et par maintes fois le tenta.
(I Mir 40, ms D, v.12-16)

16Il s'acharne en particulier sur le chantre de Notre Dame : louer Notre Dame, c'est en même temps condamner celui qui est devenu "l'ennemi", vaincu par Celle qui a renversé la destinée du monde pécheur où il régnait :

En li losengier et flater
Et en moi honnir et mater
Subtiliez et jor et nuit ;
Mais cui qu'il griet ne cui qu'anuit,
Le cuer dou ventre vos trairai,
Quar duel et honte et contraire ai
Quant tant la loez et prisiez
Et moy gabez et despisiez
(I Mir 44,v.147-154)

17Cette haine du diable à l'égard de la sainteté, qui affirme devant et contra lui la permanence d'une nature et d'un état qu'il a perdus et dont il est devenu, en quelque sorte, l'inlassable prédateur ("adversarius vester, diabolus, tamquam leo rugiens circuit, quaerens quem devoret" 1 P,5,8), cette haine coléreuse l'amène au désir violent do souiller, afin de rendre sale ce qui est pur, opaque ce qui est transparent, ténébreux ce qui est lumineux ; le lieu le plus spectaculaire et le plus symbolique da la sainteté, et des ettaques diaboliques étant la chasteté. Telle est son ettitude devant la chaste impératrice de Rome :

Par le vallet, qui tant est biaus
Vielt diables de ses combiaus
La bone dame encembeler
Et guiller s'ame ot tremeler.
(II Mir 9, v.181-184)

18Gautier prend soin de souligner, par le heurt entre le mot "bone" et la série des verbes "diaboliques" le type d'action du diable, que l'on pourrait proprement appeler la renversé renversant. Ce heurt significatif des mots est encore plus violent quelques vers plus loin, lorsque Gautier dit du beau-frère da l'impératrice, habité par le diable qui parle, sent et agit à travers lui :

Ce le fait noir, ce le fait lait
Qu'il la voit blanche comme lait.
(v.197-198)

19Gautier lui-même s'exclame en une apostrophe au diable :

Hé, dyables,...
Ta grant versusce, ta malice
Les chastes cuers point et entice
Jor et nuit a luxurier.
Mout iaz joians quant conchier
Puez ou chaste home ou chaste fame
(id. v.1253-1257)

20Il va plus loin encore dans son sermon an vers "La chasteté aux nonains" où il avertit les religieuses que la violence du diable est proportionnelle au degré da sainteté :

Mais anemis, se Diex ma saut,
Las chastes cuers mout plus assaut
Qu'il ne face las dissolus
(II Chast.10,v.459-461)

21Aussi ne sommes-nous pas étonnés da constater que la diable est la spécialiste des amours interdites :

Li dyables qui an maint sens
Seit toz affaires aspreier
(I Mir 26, v.22-23)

22Mieux, le diable est compagnon du second des péchés capitaux, après l'orgueil qu'il incarne : la luxure qui, grâce au procédé da la personnification, apparaît comme un doubla do Satan ; les démons disent des moines

Ja nul n'en ariens, ce cuit,
Sa n'ert Luxure, nostre amie,
Qui toz les deçoit et conchie.
(X Mir 42, v.138-140)

23Les meilleurs sont ainsi les plus violemment ettaqués, et las chutes da saints sont nombreuses dans las Miracles :

Faus et fole est sans nule douta
Cil et cale qui ne se doute
N'i a si bon cui ne meschais
Ne si seür qui tost ne chaie
Ou qu'il ne face aucun fol saut
Quant anemis un peut l'asaut.
(I Mir, 10, v.1799-1804)

24Par cette affirmation et par les multiples illustrations qu'il en donne, Gautier renverse l'idée reçue, l'image populaire du saint inattaquable et infaillible ; mais il est en parfait accord avec la tradition de l'enseignement chrétien, qui met en lumière non tant la faiblesse que la fragilité du saint, d'autant plus grande que c'est le saint que le diable ettaque avec le plus de force et da ruse, d'autant plus grande aussi que le saint se croit plus résistant :

Car il avient, c'en est la some,
Qu'a la fois chiot cielz qui plus fors
Cuide estre assez qu'aciers ne fers
Nostre aciers tost devient estains
fit tost espris est nostre estrains
(II Mir 29,v.704-708)

25Et lorsque le diable a renversé celui qui paraissait devoir résister le mieux au renversement, il éprouve une joie extrême ca qui est sujet de tristesse extrême ; cette joie est le signe visible et l'aboutissement du renversement total du saint, rendu odieux à Dieu :

Li diable de joie oisele
Quant une sainte damoysele
Qui pour Dieu a guerpi le monde,
Qui tant est pure et tant est monde
Qu'ieut plus soef que fresche rose,
Puet tant tenter qu'à la parclose
Fait le penser devenir fait
Et tant qu'à Dieu puir la fait.
(II Chast.10, v. 473-480)

26De Miracle en Miracle est évoquée cette joie satanique : joie de voir tomber

Dyables qui de joie oisele
Quant voit les bones gens mesfaire
(i Mir 43, v.88-9O)

27joie de faire tomber :

Trop nommes lié quant conchier
Poons un moine et espier
Tant que pris est en aucun vice.
(I Mir 42, v.121-123

28joie de pousser au supplice sa victime, devenue criminelle à son instigation

Mout est joians, mout li est bel
Quant aperçoyt que cele fame
Qui mout par amoit Nostre Dame,
Si durement est destorbee.
Ou cuer li met une pensee
Dont elè est arse en une flamme
Se Diez nou fait et Nostre Dame
(II Mir 26, v.64-70)

29joie d'emporter une âme vers l'enfer et ses tourments

L'ame de lui a mout grant joie
Ont ravie li anemi...
Par tant le cuidons enfangier
Et traïner à cros de fer
Ou puis et au bourbier d'enfer.
(I Mir 42, v.82-83+112-114)

30Cette joie diabolique est mise en valeur par des procédés antithétiques. Elle est confrontée à la tristesse et à la colère éprouvées par le diable quant il n'a pu renverser le saint, fidèle à son oraison

Mes jors i ai toz esfruitiez
Et perdu mon tanz et m'entente.
Mal encombrier et male entente
Aient tuit cil, ainz qu'il devient,
Qui dite l'ont et qui la dient !
(I Mir 38, v.300-304)

31Dans la Miracle de la noble femme de Rome, on assiste à une double confrontation : la tristesse de la pécheresse est apposée à la joie du diable qui a "réussi son coup", cette joie étant juxtaposée à la tristesse du diable qui n'a pu encore publier les forfaits da la dama mais se réjouit d'avance du supplice qu'il compte lui faire subir :

Mais meut avoit le cuer noirci
De duel, de tristece et d'anui
De ce que n'osoit a nului
Sa destinee descovrir
Ne sa mortel plaie aovrir.
Mout estoit liez li anemis
Quant si s'estoit bien entremis
De conchier la haute dame
C'en tenoit si a sainte fame,
Mais de ce grant tristece avoit
Que toz li mondes ne savoit
L'oribleté qu'ele avoit faite
Por ce que soit arse ou desfaite,
Lardee, escorchiee ou pendue.
(I Mir 18, v.138-151)

32Ainsi, le contenu des mots est-il renversé et ce renversement des mots est-il l'image du renversement des valeurs. De Miracle en Miracle, Gautier ne cesse de faire entendre ces échos renversés : la joie du diable s'oppose à la colère du saint protecteur se voyant arracher l'âme de son protégé : (Saint Pierre)

A torês ses cles i court
Si desconfist toz les maufez
Car mout estoit d'ire eschaufez
De ce que tant sa deportoient
En cele ame qu'il enportoient.
(I Mir 24, v.146-150)

33Elle est aussi apposée à la joie du saint heureux de ramener une âme à Dieu, comme cet oncle soucieux du salut de son frivole neveu :

...il voit tot an apert
Que s'ame dampne et s'ame pert...
Dedenz son cuer aroit grant joie
S'il s'en pooit tant entremetre
Qu'a droit sentier le peüst metre.
(I Mir 39, v.41-42 et 44-46)

34Enfin, opposition et symbole éclatants, Gautier évoque les pleurs de Dieu devant ce qui réjouit les diables ; peignant la négligence profonde des moines à l'office-négligence qui traduit leur oubli complet du sens de la Parole divine comme du sens de leur vie religieuse-Gautier dévoile ses conséquences dans les mondes invisibles :

Car Dieu n'entent chose qu'il dient
Ainz en pleure et dyable en rient.
(I Mir 29, v. 129-131)

35De même que le renversement vécu par le diable ne fut pas seulement aventure mais changement de nature, de même le renversement qu'il inflige aux amis de Dieu n'affecte pas seulement les attitudes mais aussi les pensées et la conception des valeurs. Celui à qui Paul Valéry fera dire : "Je suis celui qui modifie" cherche à opérer le renversement par une inversion qui se veut subversion. Face à Dieu (Etre et Valeur), le diable travaille à renverser ce qui est : c'est l'œuvre proprement satanique du mensonge, qui consiste à vouloir donner l'être à du néant.

***

36En pratiquant le renversement de la vérité le diable cherche à renverser l'œuvre divine du salut. Gautier emploie pour exprimer ce fait, des expressions sobres mais frappantes, définissant ainsi le diable comme celui "qui le mal aime et le bien heit" (11 Mir 9, v. 1236)

37Satan parvient à provoquer le même renversement chez l'homme qu'il circonvient, pour qui le mal devient le bien et le bien le mal ; ainsi Théophile ettribue à une influence diabolique son humble refus de l'épiscopat et, si l'on peut dire, se repent de cette ettitude :

Bien m'ont dyable empeechié
Quant je ne reciu l'eveschié.
Comme musars bien m'amusai
Quant je tele honeur refusai.
(I Mir 10, v.l4l-144)

38En proie au désordre intérieur, Théophile commet un véritable contresens dans l'interprétation des récents évènements de sa vie et il va jusqu'à dire au magicien suppôt de Satan :

Se je par vos n'en vien a chief
Et je par vos ne rai m'oneur,
Morir m'estuet a desoneur.
(id.v.202-204)

39Le "père du mensonge" a introduit dans l'esprit de sa victime une vision menteuse d'elle-même et du monde ; il est bien le σιχбολοs, celui qui calomnie et sépare.

40Il inspire une folie qui renverse tout jugement droit, par exemple lorsqu'il allume la luxure ; Gautier dit du beau-frère de l'impératrice de Rome :

Mais, luez qu'avant revient folie,
Si le deçoit, si l'ennolie
Tout tient a truffe et tout a trueve
Quanque raisons li mostre et prueve.
(II Mir 9,v.241-244)

41Même en l'absence d'une passion dévorante, l'éloignement de Dieu amène la perte de tout jugement ; les valeurs et le sens du monde sont renversés. En témoignent ces quelques vers évoquant l'état de Théophile pécheur :

Dyable ont si sa lampe estainte
Qu'il ne seit mais quel part il torne,
S'il anuite ne s'il ajorne.
De Dieu et de toz biens s'esloingne...
N'il n'avoit mais sens ne memoire.
(I Mir 10,v.6l4-617 et 643)

42La perte du "sens", c'est-à-dire à la fois de la raison et de la conscience, telle est l'œuvre du diable chez l'homme ; c'est pourquoi dans le Miracle de Théophile, qui ouvre la série des Miracles de Nostre-Dame, Gautier de Coinci présenta à son lecteur un grave développement sur science et conscience ; en voici la conclusion :

Conscience, c'en est la somme,
Est li forz frainz dont li preudome
Sont refrené et retenu
Ne voi si viel ne si chenu,
S'il n'a ce frain, se Diex me saut,
Qui tort n'ait fait un malvais saut.
Theoplilus mau saut sailli
Quant conscience li failli,
Et, luez que Diex li renvoia,
A droit chemein le ravoia. (id.v.693-702)

43Faute de constance, l'homme est par la diable aveuglé autant qua rendu fou ; cette image est très fréquente chez Gautier, et dis la Miracle de Théophile "Avuglés est, ne voit mais goute" (v.620). Il est endormi comme an témoigne le sacristine fugueuse disant à son mari :

Sire, par ce poez savoir
Qua dyables, qui na dort mie,
Trop longuement m'a endormie.
Sire, trop sommeilla et trop dort
Qui onques ne pense à la mort.
Sire, sire, c'en est la somme,
Trop ai dormi da mortel somme.
(I Mir 43,v.306-312) 11 est "enchanté" :
...li dyables celui Justice
Et bien l'enchante et bien l'endort
Qui trop i siet et trop i dort.

44(I Mir 27, v.118-120) 11 est enfin ligoté et "surpris" par le ruse du diable, qui déclara lui-même à St Jacques à propos da l'âme du pélarin :

Si Ja ma auis tant entremis
Qu'enlacie l'ai an mas las
Dites quel tort Ja voua an faz,
Quant tuez s'est a ses deux mains.
(I Mir 20.,v.90-93)

45(En quoi le diable sa révèle parfait pharisien) La pécheur asservi peut en venir k adresser une prière au diable, véritable parodia inconsciente :

Ahi ! maufez, car acorez !
S'a cest besoing ma secorés,
Vostre nom et vostre cler serai
fit toz Jora mais voua servirai
Na servirai mais an ma via
Na Dieu ne sa mere Maria.
(I Mir 10,v.151-150)

46Ainsi Théophile lance-t-il un appel au secours et une profession da foi renversés.

47Mais, à l'inverse de cette action diabolique sur le "sens" de l'homme, Dieu et Notre Dame "ouvrent les yeux du cœur". De Théophile complètement aveuglé par Satan, Gautier nous dit :

La dame an cui pitez est tote
Quant vit qu'il na veoit mais gote...
Son piteuz fil...
...an depria.
Et li doz Dieus qui tot cria...
ne volt mie Jatar puer
Ainz li rendi les iels del cuer.
(I Mir 10,v.641-650)

48Le repentir est le retour, depuis las ténèbres diaboliques, vers la lumière ; cette lumière permet une vision vraie et complète de soi-même et des valeurs. Théophile rendu à la lumière s'écrie :

Las, engingniés ! las, deceüs !...
Cen Je perdi sens et mémoire
Quant por un peu de vainne gloire,
Por convoitise et por jactance
Guerpi ma foi et ma creance !
(id.v.738 et 743-746)

49Et lorsqu'enfin il se tourne vers Notre Dame, c'est comme vers celle dont la lumière illumine les ténèbres.

50Le diable, au contraire, cherche à renverser non seulement la vérité humaine mais aussi la vérité divine. Il pervertit l'Ecriture, dont il inspire une contrefaçon dans l'exercice du mal ; les faux-dévots ne sont-ils pas l'image du diable - ce loup qui se cache sous une peau de mouton- lorsqu'ils détournent le sens da la promesse évangélique "Les derniers seront les premiers" ?

Trop sevent bien aus contenir,
Contrefaire la Madelainne...
Adez quierent il ou sepuchre
Nostre Seigneur, ce m'est avis !
Enbronchiez ont toz tans les vis
Et par samblant mout se despisent.
Por aus acroistre s'apetisent,
Por aua acroistre s'amenuisent.
(I Mir,v.1192-1202)

51Le diable pervertit aussi les traditions sur la vie des Pères ; ainsi lorsqu'il produit une contrefaçon da la mutilation que s'était infligée Origène. Dans toutes ses polémiques avec Notre Dame, il déforme la nature de son pouvoir en le présentant comme despotique :

Ou ciel et en terre est plus dame
Por un petit que Diex ne soit.
Il l'aimme tant et tant la croit
'est riens qu'ele face ne die
Qu'il de vaille ne contredie.
Quanqu'ele vielt li fait acroire.
S'ele disait la pie est noire
Et l'iaue troble est toute clere,
Se diroit-il : "Voir dit ma mere".
(I Mir 42,v.200-208)

52En outre il accuse Notre Dama de renverser elle-même la vérité et de pervertir le juste jugement du Christ !

Car ele juge en tel manière
Que ce devant torne deriere
Et s'a de Dieu si grant pooir
Quanqu'ele dit convient seoir.
(I Mir 25,v.115-118)

53Nous ne sommes donc pas étonnés de constater chas lui une subtilité à tromper an usant à l'envers de connaissances réelles. Il est vrai qu'il sait parfaitement son catéchisme :

Diex en la crois, ce n'est pas fable,
Rescost de mort toz ses amis
...li rois da gloire
Ce jugement a piech'a dit :
Cil sont nostre sanz contredit
Qui an pechié mortel sont pris
(I Mir 42,v.98-99 et 312-314)

54Il n'ignore pas le droit :

Mais onadit par maintes fois
Que forca n'astoit mie drois.
(id.v.293-294)

55Il possède les sept arts :

De science est an moi la some
Toutes par cuer les set ets sai.
(I Mir I8,v.170-171)

56Il met toutes ces connaissances au service d'une savante casuistique ; il excelle en particulier dans l'art d'alléguer des faits justes pour an faire une utilisation erronée et condamnable. N'est-elle pas admirable, cette invitation implicite que suggère à Théophile le magicien serviteur du diable, qui semble n'exprimer qu'une triste constatation de moraliste comme on en trouve tant dans les traités contemporains :

Certes, fait il, biaus doz amis,
Se vous fuissiés uns tribouleres,
Uns useriers, uns amasseres,
Uns flateres, uns serf a gré,
Encor fuissiez el haut degré,
Dont l'evesques vos a jus mis.
(x Mir 10, v.208-213)

57Et que dire du parti tiré d'une maxime de la vieille sagesse monastique ?

Ton us que tenoies devant
Te commant je tout a laisser
On se puet bien trop abaissier
En trop d'umelité avoir.
Riches hom iez de grant avoir,
Se dois estre cointes et gobes.
(I Mir 10,v.492-497)

58Cette habileté parvient à renverser la plupart des héros des Miracles, sauvés in extremis par Notre-Dame. Mais elle est si subtile que, s'il n'y prend pas garde, le lecteur risque lui aussi de s'y laisser prendre, et de ne plus voir clair en ces manœuvres sournoises et ces argumentations frelatées. Aussi Gautier a-t-il soin de procéder, en temps voulu, à des contre renversements, rétablissant pour son lecteur la "vraie vérité" et le "juste jugement".

*

59Ces contre-renversements sont le plus souvent discrets ; ainsi, à tel ou tel héros de ses Miracles commettant des péchés mortels, Gautier applique-t-il en permanence une épithète laudative, signe de la réalité profonde : la "noble femme de Rome" incestueuse, infanticide et non confessée, est impertubablement nommée "la bone dame" ; le maintien de la contradiction entre cet adjectif et les crimes commis est un avertissement au lecteur qui est mis en garde contre les accusations du diable et attend le rétablissement de la vérité : malgré ses fautes, la dame est restée fondamentalement bonne, ce que confirme l'évocation de son repentir et ratifie le miraculeux pardon divin.

60De façon plus frappante encore, Gautier nomme maintes fois Théophile "le bon pécheur", mettant la lecteur an attente du renversement que Dieu va accomplir. Par la même occasion Gautier renverse les idées reçues, et le jugement qua la lecteur était sans douta prêt à porter sur le personnage pécheur qui lui est décrit : l'homme, à l'image du diable, tend si souvent à juger sur las actes, qui peuvent n'être que des apparences !

61La précaution da Gautier est plus visible lorsque le risque d'erreur est plus grand. Ainsi, le lecteur serait porté à croire les affirmations du magicien juif sur l'étendue du pouvoir diabolique et l'ingrate inertie de Dieu et de Notre Dame :

Enne vois-tu, biauz doz amis,
Com mes sires t'a tost remis
Et rasis en ta signorie ?
Tes Diex ne sa mere Marie
S'en feïssent tot lor pooir
Ne t'i peüssent raseoir.
Servis les as mout longement,
Mais bien saiches cortainnement
Qu'aine d'aus servir biens ne te vint.
(I Mir 10,v.471-479)

62Il est bien tentant de prêter l'oreille à ce discours tant les faits semblent le confirmer ! Maia Gautier une fois da plus avait rappelé que Dieu se sert de tout et mène tout évènement, ce qui implique que le magicien se trompe. Il affirme que le repentir de l'évêque réinstallant Théophile dans sa dignité provient non du pouvoir du diable comme le. prétend le magicien, et comme le croit Théophile, mais

Par la providence divine,
Si com mes cuers le me devine.
(id.v.433-434)

63Le lecteur aurait été porté à condamner, avec le diable, le vilain proférant d'affreux jurons :

Par quel raison porra sauz estre
Uns vilainz bobelins champestre...
Qui les angoisses et les plaies,
Qui goule et, langue, reiz et cervele,
Rate, pommon, jusier, boele,
Juroit de Dieu a chascun mot ?
(IIMir 20,v.93-94 et 98-10l)

64Mais Gautier lui avait montré la vérité : le juron n'est chez ce vilain que rudesse de langage, liée à une exceptionnelle charité :

Quant mainjoit, n'estoit povre ame,
Se por l'amor de Nostre Dame
Dou pain li demandast, por Dieu,
Qu'il ne deïst : "Par le cuer bieu !
Tu en aras, n'i fauras mie,
Se çaienz a croate nemie ! "
(id.v.55-60)

65Dans certains épisodes particulièrement équivoques Gautier procède à un solide contre-renversement, par lequel il démontre que le diable a tort, que la trompeur se trompe. Le meilleur exemple s'en trouve dans la Miracle da la noble femme de Rome. Les péchés révélés publiquement par la diable ont réellement été commis mais, ne comprenant pas comment un cœur déchiré de remords peut continuer par delà la mal, d'aimer tendrement Notre Dame et pratiquer las œuvres de miséricorde, se méprenant sur cette fidélité qui'espère contre toute espérance" il l'interprète comme une pratique de "papelardie" (v.293-294) Mais il se trompe, nous le savons, car Gautier a longuement évoqué le repentir, l'humilité et la foi de la dame. Le diable tire de faits vrais mais partiels des conséquences fausses ; la piété et la charité de la dame ne sont pas tartufferie, et allas ont effacé ses péchés : ce que prouve son assurance au tribunal, sa transformation physique autant qua morale et la présence salvatrice da Notre Dame à ses côtés. Mais le diable ne reconnaît la pécheresse sauvée et pleine de l'Esprit :

Bien sai, devoir, sans nule doute,
Qua ce n'est pas la vielle gloute
La desloiaus ne la murdriere
Qui faisait 1er si morte chiere.
Ceste est vermeille et colorée ;
Cale estoit mate et esplouree,
Fade, flestre, hideuse et pale.
(I Mir 18,v.003-609)

66Cette méconnaissance de la personne attaquée symbolise et souligne les limites de la connaissance et donc du pouvoir du diable.

67Certes, il voit tous les actes secrets mais le domaine des pensées secrétes lui est interdit. Il ne juge donc que sur les actes, qui ne sont pas tout l'homme ; il ne voit que l'acte en lui-même, sans considérer les circonstances matérielles ou psychologiques où il a été commis, sans surtout connaître l'effort, l'intention ou la prière ultime demeurés secrets, sauf pour Celui "qui sonde les reins et les cœurs". Gautier renverse la peur des hommes devant le diable en montrant que seul Dieu connaît le fond des cœurs et juge en "haut roi qui ne ment” le diable ne perçoit que le visible, Dieu cannait toute chose en puissance, avant même son actualisation :

Le haut signor qui tant est sages,
Qui de toz cuers voit les corages
Et conoist toutes les pensees
Ainz que li cuers les ait pensees.
(I. Mir.37, v.165-168)

68Gautier fait ainsi aborder son lecteur au domaine complexe et troublant de la ressemblance entre la bien et le mal, qui peut causer une perte du sens du renversement diabolique, aux yeux des humains le saint n'apparaît souvent que comme celui qui, de façon obscure et dangereuse, renverse les valeurs humaines, qui nie et renverse la sagesse humaine, qui est le fou. Dieu même, ainsi que Notre Dame, semble parfois agir de la même façon que le diable, en particulier lorsqu'il inflige des souffrances. Mais Gautier éclaire cet apparent renversement de Dieu ; le but de Dieu et celui du diable sont opposés : le diable veut tuer, Dieu veut faire vivre. Et non seulement le dessein mais les moyens sont opposés : ainsi, Notre Dame aide-t-elle en secret la vieille agonisante qu'elle laisse souffrir dans un dessein de salut, et le diacre témoin de sa présence éprouve une joie annonciatrice de la joie définitive à laquelle aboutit cette souffrance. Dans le Miracle de l'abbesse enceinte, le "sauvetage" a précédé la souffrance infligée par des méchants qu'anime le diable. Dans celui de la nonne qui voulait pécher, faire souffrir est de la part de Notre Dame, un moyen pédagogique : la feinte indifférence cause à la nonne entraînée en enfer une peur salutaire.

69Dieu donne à la fois le mal et le remède, toujours dans un dessein de salut : ainsi sont expliqués par Gautier l'épidémie du mal des ardents et le renouveau de piété mariale qui en est résulté :

S'envolera sour la cité
Si grant flael tuit crieront
fit tuit merci vos prieront

70dit le Christ à sa mère (II Mir 22, v. 142-144) et Gautier ajoutera :

Et saichiez bien certainnement
Qu'esclairier volt li tres dpz père
Qu'on honourast sa douce mère
Seur toutes choses doucement
(id.v.198-201)

71Le paradoxe de Dieu faisant souffrir par amour est superbement commenté dans le Miracle da l'impératrice de Home, où Gautier évoque notamment l'aide permanente fournie conjointement par Dieu et Notre Dame à l'éprouvée :

Avec tout ce, puis encor dire
Que Nostre Dame et Nostre Sire
Et tempre et tart, et soir et main
Adez la tinrent par la main.
(II Mir 9,v.2109-2112)

72Gautier insiste enfin sur la sagesse indubitable, quoique mystérieuse, des agissements divins qui semblent renverser l'image que nous avons de Dieu :

Dieu ne fait rien ou n'ait raison
Ce doit savoir nesuns lais hom,
Et s'a voir dire bien m'eslais,
Peu voit li clers plus que li lais,
Se trop n'est sages et letrés,
Ou pooir Dieu n'en ses secrez...
Mais de ce sui certains et fers
Par la letre qui le m'ensaingne
Que c'est eürs et bonne ensaingne
Et mout par est grans preus a l'ame
Quant preudom a et preudefame
Aucune fois adversité.
(II Mir9,v.2149-2154 et 2100-2105)

***

73C'est à cause da cette foi en la sagesse divine que Gautier remet à Dieu, accompagné de Notre Dama, la soin da procéder eu contre-renversement définitif, qui est tripla :

74Dieu, nous venons de le voir, fait servir tout évènement, même la péché ou la malheur causé par le diable, à son œuvre de salut ; ainsi il transforme la mal en bien et le malheur an bonheur ; da sorte que, suivant les termes mêmes da Gautier, le trompeur est trompé, l'aveugleur aveuglé, l'enchanteur enchanté, la conchieur conchié.

75Celui qui semble si terriblement puissant à utiliser les hommes comme instruments pour insulter Dieu et se venger da notre Dame n'est qu'un instrument dont Dieu sa sert à sa guise pour édifier son peuple et exalter Notre Dame :

Forsenez est qui la corrouce ;
Qui tant ne quant envers li grouce
Trop est enfez et soteriax.
De brebençons, de coteriax
A tant ses fiex pour li vaingier
Qu'envers li fait trop mal genglier.
Cil coterai, cil brabançon
Ce aont dyable, qui tençon
Aimment mout mielz qua pais ne facent
Male aventure adez pourchacent
Mout par sent tost aparillié
Et tost armé et mout sont lié
Quant Diex les sueffre a dessengier.
Aucune fois a lui vengier
Aucun delai met li doz pere,
Mais puis c'on fait nient sa mere
Et mesdit nes de son soller,
Toute la terra fait croller
Et pour peu tout ne bouta jus
(II Mir 23,v. 309-327)

76De diable instrument da Dieu : ainsi le montra Gautier qui, avec son optimisme coutumier, rappelle souvent la victoire totale et déjà acquise da Notre Dame sur Satan depuis l'Incarnation ; plus, elle apparaît comme l'organon du salut à chaque Instant, par la médiation de sa prière auprès da Dieu.

77Certes, le diable est redoutable, mais seulement pour celui qui ne s'attache pas à Notre Dame ; qui sert Notre Dame est, comme elle, vainqueur d'avance : il pourra être renversé par le diable, mais d'un renversement momentané que notre Dame et Dieu renverseront à leur tour, le transfigurant en conversion.

Auteur

Université de Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr