Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La digression dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Digression, marginalité et hiver dans le Lais et le Testament de François Villon

Fleur Vigneron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La fin du Lais de François Villon est marquée par une digression : l’entroubli1. Les digressions se multiplient dans le Testament. Il faudrait dresser un inventaire qui amène déjà la question des critères de définition. Cicéron, dans De l’orateur, et Quintilien, dans l’Institution oratoire, constituent un point de départ à la réflexion sur la fonction de la digression et son utilisation. L’idée de dispersion est fondamentale dans les deux poèmes et elle apparaît comme étroitement liée au choix de la seule saison qui intéresse le poète : l’hiver2. Les digressions dans l’œuvre de François Villon participent de ce mouvement de désagrégation. Il s’agit d’envisager la digression comme une déconstruction du texte. Bien plus, pour comprendre le rôle des digressions chez François Villon, il faudrait repenser le fait que la digression est, à la base, une notion spatiale. On pourrait mettre en œuvre une vision spatiale du texte en soulignant le lien entre digression et marginalité qui se révè...

Auteur

Université d’Angers

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540